Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 where do we go from here(lone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: where do we go from here(lone)   Dim 6 Mar - 23:21


WHERE DO WE GO FROM HERE.

w/ Lone S. Gallagher

Aucune soirée n’était organisée ce soir, mais se serait mal connaître les étudiants qui logent au sein de l’hôtel. Tu rejoins rapidement le hall de l’hôtel, laissant Dayan faire ce qu’il voulait, t’avais besoin de souffler, de réfléchir et de comprendre certaine chose. La musique s’élève, le brouhaha d’un soirée résonne dans l’hôtel et tu ne mets pas longtemps à pousser les portes du bar. Sourire en coin, tu te doutais bien qu’une soirée calme était impossible au Spring Break. Tu slalomes entre les gens pour te retrouver devant le bar, tu commandes une boisson. Rapidement, l’ambiance ce fait plus prenante, plus oppressante. Les quelques pensées que tu pouvais partager avec toi-même s’évaporent dans l’effluve générale. T’attrapes ton verre et tu tentes tant bien que mal de rejoindre l’extérieur. Le vent frais s’engouffre dans tes vêtements et apaise ton humeur chancelante. Tu t’assois sur le sable, verre en main, tu fixes l’horizon sans bouger. Portant ton verre à tes lèvres de temps en temps pour ne pas rester statique. Des voix viennent troubler ton moment de solitude et mécaniquement tes yeux se lèvent au ciel. Un schéma type se dépeint devant toi, une fille, deux gars (deux gros lourds plutôt) près à toi pour savoir avec lequel des deux elle voudrait finir la soirée. Sans savoir pourquoi tu t’intéresses à cette scène désolante et ton regard analyse ces personnes en détails. Tes sourcils se froncent en reconnaissance la silhouette le visage si familier de ton ex petite amie. Lone tente bien que mal de se dépatouiller de ses deux idiots qui la suivent. Un instant, tu hésites, dois-tu vraiment lui venir en aide, après tout elle a peut-être cherché à finir dans une situation pareille et tu ne ferais que la déranger dans ses plans. Mais au vu de son regard apeuré, que tu pouvais reconnaître entre milles, tu te relèves et te diriges naturellement vers eux. « Lone ! » lances-tu un peu plus fort que tu ne le voudrais pour attirer leur attention. Les deux gars te jaugent du regard, sentant la menace que tu représentait à leurs yeux. « Je t’ai cherché partout, je t’ai perdu dans la foule. » expliques-tu pour illustrer une situation pourtant imaginaire. « Un problème ? » Ton ton est plus dur, plus sur et lorsque tu te retrouves à ses côtés, ta main se glisse dans son cou, un courant électrique se propage dans ton corps et tes lèvres se posent sur les siennes. Un baiser, bref, mais qui te ramène des années derrière. Ton regard se plonge dans le sien quelques secondes, comme si tu cherchais quelque chose, pour finalement se reposer sur les deux idiots devant vous. « Désolé ! Elle est prise. » Un sourire se dessine sur ton visage et l’attrapant par la main tu l’attires plus loin sur la plage. Tu marches sans rien dire, jusqu’à ce que tu décides que vous étiez assez loin. Ta main quitte la sienne et se plonge dans tes cheveux. Les mots ne sortaient plus de ta bouche, ils restaient coincés dans ta gorge, parce que tu tentais encore de comprendre le sens premier de tes actes commis.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: where do we go from here(lone)   Mar 8 Mar - 21:17


WHERE DO WE GO FROM HERE.

w/ Lone S. Gallagher

Assise au bar de l'hôtel tes yeux survolaient les étudiants déchainés auprès de toi. La musique assourdissante t'empêchait d'entendre le serveur qui te réclamait pour la énième fois le nom du cocktail que tu désirais. Tu faisais une dernière tentative et il acquiesçait d'un signe de tête l'air plus ou moins entendu. Tu étais certaine qu'il n'avait pas entendu un traître mot de ce que tu venais de lui dire mais tu décidais de ne pas en faire cas. Lenny & Ethan étaient sensés te retrouver dans quelques minutes et tu t'étais activée pour faire acte de ponctualité pour une fois. Les jours et les heures s'enchainaient dans un rythme effréné propre au Spring Break et ça te faisait du bien de souffler un bref instant. Lone et Claudia t'avaient suffisamment maltraité pour un mois entier. Tu songeais à ton état de la veille et tu te mordillais les lèvres pour te faire passer l'envie d'y repenser à deux fois. Le serveur revenait vers toi un cocktail couleur pourpre dans les mains et tu constatais qu'il n'avait effectivement absolument rien compris à ce que tu lui avais demandé. Lorsqu'il te demandait si c'était bien ça que tu désirais tu mentais par un hochement de tête positif. Tu préférais te montrer polie tout en ayant la paresse de lui redire une ultime fois. Il déposait délicatement le verre devant toi et tu répondais à son air enthousiaste par un timide sourire. Tes lèvres s'abreuvaient doucement du liquide lorsque deux hommes se posaient à côté de toi. Tu aurais aimé dire que c'était tes acolytes mais c'était très loin d'être le cas. Tu avais le pressentiment que leurs états d'ébriété avancé allait inévitablement te mettre dans une situation embarrassante. Tu repoussais leurs avances à plusieurs reprises avant de te faufiler subtilement dans la foule pour les semer. Tes yeux tentaient désespérément de trouver Lenny ou Ethan mais il n'y avait aucune trace des deux bêta. Tu rejoignais rapidement la plage pour t'extraire de la cohue mais à peine arriver sur le sable chaud qu'on te bloquait rapidement le passage. Tu relevais la tête pour faire face aux deux étudiants éméchés de tout à l'heure. Le Spring Break était le lieu propice à ce genre de drague lourde, dénuée de toute finesse. Tu tentais tant bien que mal de te dépêtrer de la situation mais la tâche s'avérait plus ardue que tu ne l'espérais. Les hommes ne lâchaient pas facilement prise et tu sentais rapidement la peur monter en toi. Tu n'avais pas eu le temps d'envoyer un sms à tes confrères pour dire que tu étais sur la plage ni même l'occasion de prévenir qui que ce soit d'ailleurs. Un geste totalement inconscient qui te mettait désormais dans une situation plus que délicate. Lone ! Tu te retournais à l'appel de ton prénom comme si on venait de te brûler. Cette voix tu la reconnaissais entre toutes et pourtant tu avais beau plisser les yeux tu ne voyais aucune trace d'Adan dans les environs. Tu te demandais l'espace d'un instant si tu n'avais pas halluciné mais il mettait fin à ta rêverie en apparaissant quelques secondes plus tard. Sa première phrase te désarçonna un peu puis tu comprenais qu'il avait du assister à la scène et que c'était une tentative pour venir à ton secours. Il t'enlevait une grosse épine du pied, voire même peut être plus que ça et tu essayais de ne paraître surprise. Tu tentais de dire quelque chose mais rapidement Adan se tournait vers les deux hommes pour leur faire face. Sa question n'en était pas vraiment une et c'était une façon de mettre fin à toute tentative à venir. Les deux hommes restaient silencieux mais ne s'écartaient pas pour autant. Tu te demandais si leurs cerveaux étaient trop imbibés d'alcool pour qu'ils ne soient pas capables de comprendre l'évidence. Toujours est-il qu'Adan n'attendait pas d'autre réaction de leur part et sans prévenir sa main se faufilait sur ta nuque pour t'attirer délicatement contre lui. Ses lèvres posaient doucement sur les tiennes dans un baiser chaste et léger. Cela avait duré quelques secondes, à peine le temps d'un soupir mais suffisamment pour que ton coeur se morcelle l'espace de ce bref instant. Ta main se posait inconsciemment sur son visage comme tu avais l'habitude de le faire auparavant. Tu ne le repoussais pas mais tu n'y répondais pas vraiment non plus, un peu trop abasourdie pour réagir d'une quelconque manière que ce soit. Tu te revoyais des années en arrière et si tu t'étais endurcie avec le temps il avait ce don de te fragiliser en l'espace d'une seule seconde. Ses lèvres se détachaient des tiennes lentement tandis que ses opales scrutaient les tiennes. Tu étais incapable de dire quoi que ce soit et tu te contentais de l'observer comme si c'était la première fois que tu le voyais. Tu sentais son coeur se serrer un peu plus dans ta poitrine forçant ta cage thoracique à reculer. Tu n'entendais même plus ce qu'il disait et tu tressaillis lorsqu'il attrapa ta main dans la sienne. Tu le suivais sans dire un mot subissant le silence écrasant entre vous. Une fois au bord de l'eau il lâchait ta main et se reculait pour mettre une certaine distance entre vous. Une fois une distance certaine installée entre vous tu te tournais vers lui encore plus intimidée que si tu avais en face de toi les deux étudiants ivres mort de tout à l'heure. Merci C'était la seule chose qui réussissait à sortir de ta bouche sèche. Tu tentais de te reprendre et de le remercier comme il se devait mais les mots te manquaient cruellement. Je suis contente de te voir. Enfin ... Je veux dire que je suis contente que tu sois arrivé à ce moment là. Tu t'embrouillais dans tes explications comme une enfant prise en flagrant délit de mensonge et ça t'irritait. Tes joues rougissaient comme à chaque fois que tu étais stressée ou mal à l'aise. Il devait avoir l'habitude depuis le temps et pourtant tu te demandais encore s'il allait s'en apercevoir. Je suis désolée Tu ne savais plus vraiment pourquoi tu t'excusais. Si c'était à cause des ennuis que tu avais attiré sur ta personne l'obligeant à venir t'aider ou alors pour le baiser qu'il avait du t'offrir pour te secourir. En réalité il y avait pleins de possibilités mais certainement pas l'une des deux là ou alors ce n'était qu'une parmi tant d'autres. Tu prenais conscience que tu ne t'excusais pas pour ce passage quelque peu embarrassant mais bel et bien pour les erreurs passées. Si tu l'avais déjà fait cette fois c'était différent. Tu ne le faisais pas parce qu'il t'accusait de quoi que ce soit ou qu'il te provoquait directement mais tu l'avais fait pour lui, pour toi. Tu avais besoin qu'il sache que tu étais sincèrement désolée.


.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: where do we go from here(lone)   Ven 11 Mar - 17:31


WHERE DO WE GO FROM HERE.

w/ Lone S. Gallagher

Tes doigts entrelaçaient aux siens, la chaleur de sa main qui se répandait dans ton corps comme une traînée de feu. La situation était risible à tes yeux, mais aux yeux des autres elle paraissait sûrement plus héroïque. Tu finis par lâcher sa main, installant de nouveau une distance entre vous. Une distance qui permettait de te protéger d’une manière comme une autre. T’enfouis tes mains dans les poches de ton short et tu la regardes silencieux. La sensation de ses lèvres contre les tiennes avaient ravivé les souvenirs. A croire que tu n’avais jamais oublié cette sensation, que tu n’avais jamais oublié leur forme, leur douceur … Ses paroles t’atteignent et résonnent en toi, elles semblent si sincère et tu te sens tellement perdu. Je suis désolée. Ton regard s’ancre dans le sien, les mots s’évaporent dans l’air comme un énième mea culpa. Ses excuses, tu voudrais les accepter comme une personne qui a tourné la page. Elle voulait sûrement se libérer du passé, elle voulait ton pardon pour pouvoir avancer. Du moins tu l’interprétais de cette façon. « Ok. » lâches-tu  finalement. Un simple mot qui signifiait tellement pour toi. Tu fis quelques pas pour te rapprocher d’elle, tu finis par briser ses barrières que tu t’imposais volontairement. « Je te pardonne. » Trois mots, douze lettres et qui retentit comme une libération. Tu cherches dans son regard quelque chose à te raccrocher, puis tu finis par baisser le regard. Tu crains de trouver une toute autre vérité, que tu n’es pas prêt à encaisser. Les mots te manquent, elle semble si proche et si éloigné à la fois. T’as changé, elle te l’a dit et pourtant entre vous c’est elle qui a le plus changé. Plus déterminé, plus femme, elle semble pouvoir se défendre contre tous. Ca te rassure de pouvoir te dire qu’elle a changé. Tu te souviens de son incapacité à parler un anglais correct, ses maladresses, ses enfantillages qui t’obligeaient à ressembler plus souvent à son père qu’à son petit ami. Son sourire, oui le premier qu’elle t’a fait lors de son premier jour de classe. Lui tu l’oublieras jamais, tu n’oublieras jamais ce sourire et c’est le que tu veux garder en mémoire. Son innocence, sa légèreté, elle avait toujours su trouver la façon d’être qu’importe l’émotion que tu ressentais. Oui, elle avait toujours eu cette facilité à te décrypter malgré ton renfermement plutôt persistant quand quelque chose n’allait pas. « Lone. » finis-tu par dire après ce léger silence. « Avant d’être ma petite-amie, tu étais mon amie, je serais toujours là pour te sortir de n’importe quelle situation gênante. » Tu n’étais pas obligé de lui dire ça, mais tu voulais justifier ton intervention, ton baiser, tout ce qui venait de se passer. Puis finalement, tu lui souris, naturellement, pas ironiquement, non un sourire simple, efficace … Comme si tu t’étais libéré d’un poids, de quelque chose que tu gardais depuis bien trop longtemps. Une histoire qui t’avait toujours laissé un goût amer et qui aujourd’hui prend finalement fin.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: where do we go from here(lone)   Mar 15 Mar - 23:42


WHERE DO WE GO FROM HERE.

w/ Lone S. Gallagher

Trois mots. C'était tout. Cela avait duré une seconde rien de plus et pourtant tu avais l'impression qu'on venait de t'ôter tout le fardeau de l'humanité. Tes iris azurées se noyaient dans les siennes et tu ne disais rien de peur de cacher cet instant que tu avais tellement espéré. Son pardon te ramenait des années en arrière alors qu'il t'avait fait la promesse que tu emporterais à jamais avec toi ta culpabilité. Tu te souvenais du poids de tes mots et de la souffrance dans ses prunelles humidifiées. Tu aurais tout donné pour revenir en arrière et pourtant tu savais qu'à l'heure actuelle tu ferais exactement le même choix. C'était un cercle vicieux mais c'était un tourment que tu portais pour tout les deux. Tu avais tes raisons et c'était tout ce qui importait. Tu avais conscience des dommages que tes mots allaient avoir sur lui mais c'était la seule façon qu'il accepte de te laisser partir. Tu avais ruiné ton amour en essayant de le protéger. Aujourd'hui encore tu ne savais pas vraiment si ça avait marché, si tu avais souffert assez pour qu'il puisse être libre de ses mouvements mais peu importait. Le passé était le passé et tu ne pouvais rien faire contre les maux causés. Tu laissais le silence apaisé tous les non dits accumulés après des années et c'est au bout d'un moment que ta main attrapait délicatement la sienne. Tu le sentais se crisper mais tu resserrais un peu plus ton étreinte comme tu le faisais à l'accoutumée. Les mots n'avaient par leur place à cet instant et tu pouvais passer ce que tu ressentais par ce contact aussi doux que bref. Tu n'avais jamais été très à l'aise lorsqu'il était question de t'ouvrir et te confier sur tes sentiments. Tu étais maladroite et parfois tu faisais plus de bien que de mal. Ta vulnérabilité te collait à la peau faisant ressortir ce côté enfant que tu avais bien du mal à dissimuler. Tu relâchais ta main après quelques secondes ou quelques secondes, tu ne savais pas très bien. Tu t'éloignais d'un pas pour le laisser respirer comme si tu venais de lui fracasser plusieurs côtes et perforées ses deux poumons. Je suis désolée de t'avoir blessé Tu lui redisais mais cette fois il fallait qu'il comprenne que tu n'étais pas désolée pour le fait d'être partie mais bel et bien pour l'avoir fait souffrir. Vous continuez d'avancer jusqu'au moment ou vos pieds effleuraient le bord de l'eau. Tes yeux rencontraient ceux d'Adan et tu avais l'impression d'être la fille fragile et démunie qu'il avait rencontré la toute première fois il y a des années de ça. Ton prénom franchissait ses lèvres et tu t'immobilisais immédiatement. Tu sentais que ton coeur manquait un battement mais tu ne cillais pas, trop soucieuse de ce qu'il allait te dire. Les mots franchissaient sa bouche sans filtre malgré que sa sincérité restait totalement inchangée. Il n'aurait pu te dire quelque chose de plus poignant et en même temps de plus sécurisant. Tu l'avais mis à terre comme personne ne l'avait fait auparavant et pourtant il était là prêt à te relever à chaque fois que tu tombais. Toute la rancoeur et toute l'amertume des dernières années s'amoindrissaient avec les mots qu'il venait à peine de prononcer. Tu pensais qu'il avait changé et tu te rendais compte à quel point tu t'étais trompée. Il était toujours l'homme que tu avais si profondément aimé. Adan Rien que de prononcer son prénom était difficile mais tu te retenais de craquer estimant que ce n'était pas le bon moment. Il venait de faire un pas vers toi et t'effacer toute ton ardoise de culpabilité et tu ne savais pas comment faire face à tout ça. J'ai un truc à te dire


.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: where do we go from here(lone)   Dim 20 Mar - 21:01


WHERE DO WE GO FROM HERE.

w/ Lone S. Gallagher

Le pardon. Cette chose que l’on croit simple, quelques mots et tout était pardonné … Mais l’acte en lui même du pardon était bien plus compliqué que ça. Savoir pardonner, était sûrement la chose la plus difficile au monde. Pourtant, t’avais senti que c’était le moment … T’avais compris, que ce soir tu pouvais lui pardonner. Ses doigts effleurent ta main, ton regard se pose sur ce geste si doux et désagréable à la fois. Tu fermes les yeux quelques secondes, tu la laisses faire jusqu’à ce qu’elle rompe ce contact. Elle te fixe et tu ne bouges pas. Lone interprète sûrement encore tes paroles. Elle finit par s’excuser de nouveau, encore une fois … Tu ne sais plus pourquoi elle s’excuse, tu ne sais plus ce qu’elle essayait de soulager sa conscience, ses actes, ses paroles ? Elle voudrait que tu lui donnes ton pardon pour chaque chose, mais tu ne pouvais décemment pas mettre des mots sur ton pardon. Tu ne voulais pas réitérer des paroles, une fois suffisait. Vous marchez vers la mer et lorsque tes pieds rentrent en contact avec l’eau fraîche de la mer, tu t’arrêtes. Tu tournes la tête quelques secondes vers ton ex et le vent fait danser ses cheveux devant son visage, puis elle prononce ton prénom. Elle rompt de nouveau ce silence par sa voix, elle semble perdue … J’ai un truc à te dire. Les mots franchissent ses lèvres et tu rates un battement. Ce moment te semble si familier, mais le décor était beaucoup moins paradisiaque. Tes sourcils se froncent et ses mots ne font que raviver les souvenirs de votre rupture. Tu te souviens bien ce qu’avait engendré ses mots la dernière fois qu’elle les avait prononcé. T’avais du écouter ses aveux, subir ses actes et canaliser ta colère. T’avais tellement pris sur toi qu’au moment où elle avait fini de tout avouer, tu avais explosé. Tu lui avais formellement interdis de revenir dans ta vie, tu lui avais promis que jamais tu ne lui pardonnerais … Au début, tu ne faisais que raviver la douleur en te souvenant d’elle, de ses paroles, de ses souvenirs … Tu te faisais du mal, pour te sentir vivre. Aujourd’hui, tu te sens plus apaisé, te souvenir de votre passé n’était plus quelque chose de douloureux pour toi. « Lone. » Son prénom te brûle la gorge et malgré la fraîcheur de la nuit, tu sentais ton sang bouillonnait dans tes veines. « Si tu n’as rien de positif à me dire, alors ne me dis rien, je préfère vivre dans l’ignorance plutôt que dans la douleur encore une fois. » Les mots paraissent durs, mais c’était la stricte vérité, tu ne voulais pas encore une fois revivre ce qui c’était passé, même si en aucune cas ces deux moments se ressemblent … Mais tu avais appris que lorsqu’on avait quelque chose à te dire, rien de positif n’était avoué. Tu ne bouges plus appréhendant ses futurs paroles. Alors que, tu avais tenté d’apaiser la tension palpable entre vous, tu avais peur que ses mots ravivent cette dernière en quelques secondes alors que vous aviez mis bien trop longtemps à lui pardonner la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
 
where do we go from here(lone)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Archives :: Spring Break-