Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Dim 30 Oct - 23:12


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?
feat. Alexander Brainwood

C’était dans le courant de l’après-midi que m’était venue l’envie d’aller trouver mon ami, Alexander Brainwood. Cela faisait déjà plusieurs mois que l’on se côtoyait, depuis quasiment le début de l’année. Si au début notre relation était basée sur l’entraide, elle avait rapidement changé en amitié quand ma situation personnelle avait changé, avec l’obtention de mon travail de barmaid au Barcade, et aussi la location de mon appartement dans Brooklyn, mon petit nid douillet, aussi confortable que je pouvais imaginer, et bien assez grand pour pouvoir y vivre avec Watson, ma bête à poil. Aujourd’hui, j’aimais retrouver Alex’ pour passer un bon moment. En tout bien tout honneur, sans aucune ambiguité, lui et moi, il n’y avait rien de sentimental ou physique. Il faisait parti de mes amis, les personnes que j’aimais retrouver pour m’amuser, profiter de ma jeunesse, oublier pendant un temps les problèmes que je pouvais avoir dans ma vie. Il m’avait aidé à une période pas très rose de mon existence, quand l’argent était un problème, que je n’avais pas de travail fixe, ni endroit où vivre, et il était toujours présent au jour d’aujourd’hui, surtout quand il s’agissait de m’inviter à l’une de ses célèbres soirées. Il était le maître dans l’art d’organiser un évènement qui allait rester dans les souvenirs des étudiants, et même si j’en n’étais pas une, j’avais quitté les études depuis plus d’une année à présent, et puis j’avais obtenu mon diplôme à Seattle, non à New-York, Alex’ ne manquait jamais de me convier à y participer. Et j’y répondais très régulièrement de façon positive, car j’avais le goût de la fête depuis toujours, dès mon adolescence. Les seules fois où je devais décliner son offre, c’était à cause de mon planning de travail, si je devais assurer les services du soir, ou de la nuit.

Mon blouson sur les épaules, le casque sur la tête, je prenais la direction de Columbia sur ma nouvelle moto, là où j’étais sûre de le trouver. J’avais eu vent, il y avait quelques jours, de sa nomination en tant que préfet de sa confrérie. C’était l’occasion rêvée pour passer un moment agréable en sa compagnie, tout en fêtant son nouveau statut sur le campus de l’université. Une bonne dizaine de minutes à travers la capitale, à filer sur mon engin, l’adrénaline circulant librement dans mes veines, comme aux premiers jours, jusqu’à arriver sur le territoire des étudiants : le campus de Columbia. Plusieurs mètres à parcourir avant de m’arrêter devant la résidence où logeait le Lambda. Un mouvement souple pour enjamber la bécane, je retirais le casque de ma tête et le posais sur le siège. Mes dix doigts allèrent librement glisser dans ma chevelure pour me redonner une tête potable, avant que l’une de mes mains glisse dans la poche de mon blouson pour en extraire un téléphone portable. J’utilisais mon pouce pour déverrouiller l’écran, avant de partir à la recherche de la conversation ouverte avec l’étudiant, et lui envoyer un message pour le prévenir de ma présence, l’invitant à me rejoindre. Une fois le texto envoyé, et probablement déjà reçu, l’appareil retrouvait le chemin de ma poche. En attendant, mes yeux pouvaient circuler librement sur ce qu’il se passait autour de moi, et le moins que l’on pouvait dire, c’était qu’il y avait de l’animation, de l’agitation même. De nombreux étudiants circulaient ici et là, certains marchaient à une allure normale, alors que d’autres courraient comme s’il y avait le feu derrière eux. Une vraie petite ville à l’intérieur de la capitale.

Au bout de quelques minutes, alors que je m’étais un peu éloignée de mon moyen de transport pour laisser la surprise à Alex, celui-ci sortait de la résidence. Un sourire se dessinait sur mes lèvres, en voyant mon ami approcher, j’étais contente de le retrouver, car mine de rien, ça faisait un petit moment que nous n’avions pas eu l’occasion de nous voir. Une fois arrivé à ma hauteur, je pouvais venir étreindre le Lambda, pour le saluer. « Monsieur le préfet… toutes mes félicitations ! La liste d’attente pour entrer dans l’une de tes soirées va être encore plus longue… » Un rire franc s’échappait de mes lèvres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  

© MADE BY SEAWOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 742 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Linda ♥ pour l'avatar et le profil

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Dim 6 Nov - 19:10


Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?

Alexander feat Hayley.


 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Je me rappelais très bien du moment où j’avais rencontré Hayley. C’était typiquement le genre de rencontre que l’on ne s’attendait pas à faire, ou qui avait une chance sur 100 de se produire, mais une rencontre qui avait changé ma façon de voir les choses ces derniers mois, et aussi dans ma façon de me comporter avec les autres. Hay’ était sans aucun doute la personne qui m’avait donné le message humain le plus fort, celui qui te disait qu’il ne fallait jamais rien lâcher, et qu’une situation désespérée ne pouvait pas l’être éternellement, que cela finirait tôt ou tard par aller mieux. Nous nous étions soutenus avec Hay’ quand cela allait mal il y a quelques mois, et maintenant que nous allions tous les deux beaucoup mieux dans nos vies respectives, nous continuions de nous voir, de nous amuser, de rire, tout ce genre de chose que l’on fait quand on se trouve avec un ami sur lequel on sait que l’on peut compter les yeux fermés. Hay’ était la seule qui arrivait à comprendre, qui pouvait comprendre pourquoi je me changeais en SDF assez régulièrement. C’était sans doute car c’était la seule dans mon entourage qui pouvait savoir ce que cela faisait. Il est clair que ça ne serait pas les piques assiettes lors des soirées que je pouvais faire qui en dirait autant. Dorénavant, lorsque nous nous voyons, nous évitons un maximum de parler du passé, préférant beaucoup plus nous occuper du présent et de l’avenir. Un passé noir doit rester dans l’ombre, alors que nous nous devons de mettre en avant le côté lumineux de notre existence. C’est de cette manière que je voyais la vie.

Aujourd’hui, je n’avais absolument rien de prévu pour la journée. Je voulais profiter de cette journée de repos pour … me reposer, tout simplement. Et essayer de travailler un peu, surtout pour les devoirs. Les obligations de préfets allaient attendre encore un peu, il fallait que la personne qui avait été nommée avec moi emménage encore à la résidence des Lambdas, pour que l’on puisse commencer à parler ensemble. J’étais donc tranquillement installé dans mon lit, écoutant de la musique sur mon téléphone tout en échangeant des SMS avec des amis. C’est alors que je reçois le message de Hay’. Je me relève alors doucement dans mon lit, déverrouillant mon téléphone avant de lire son message, un sourire s’affichant sur mon visage. Je ne perdais pas une seule seconde de plus pour mettre des baskets et une veste, avant de pratiquement courir pour descendre les escaliers pour sortir de la résidence le plus rapidement possible. Cela faisait déjà quelques temps que je n’avais pas vu Hay’, je ne savais d’ailleurs pas ce qui s’était passé ces dernières semaines pour elle. Tout comme elle, je souriais alors que je la prenais dans mes bras pour une sorte de petit calin amical. En l’écoutant parler, je riais à mon tour. “ Tu sais très bien que tu seras toujours une VIP à ces soirées. Ma porte t’est toujours ouverte, tu le sais. Et merci beaucoup, ça me fait vraiment plaisir d’avoir été choisi, tu ne sais pas à quel point ! ”

Je ne savais pas ce qui avait poussé Hay’ à venir jusqu’ici pour me voir, mais je ne cherchais pas de raisons particulières. Je m’en moquais complètement, j’allais passer une partie de cette journée avec elle, c’était le principal et cela me suffisait amplement. “ Qu’est-ce que tu veux faire ? Je te dirais bien de venir dans l’appartement, mais c’est encore un peu le bordel. On peut marcher tranquillement dans les rues de New York et se poser à un endroit au hasard pour discuter, qu’en penses-tu ? ” demandais-je avec un petit sourire, ne me doutant absolument pas une seule seconde de la surprise qui m’attendais

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Mer 16 Nov - 9:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?
feat. Alexander Brainwood

Alexander. Ce mec était vraiment une perle, comme on peut être chanceux le jour où l’on tombe dessus. D’accord, sa manie de jouer les SDF à ses heures perdues était toujours un grand mystère pour moi, mais je n’étais pas là pour le juger. Il ne faisait pas ça pour ridiculiser les gens, ou quoique ce soit. C’était ses affaires, pas les miennes. En tout cas, j’étais heureuse d’être un jour tombée sur lui. Un grand hasard. Si je n’avais pas été assez idiote pour me retrouver en difficulté financière, nos chemins ne se seraient jamais croisés. Même s’il n’était pas à mettre dans la case “meilleur ami”, car personne ne pourrait remplacer Ethan à ce sujet, malgré le baise qu’il m’avait donné à la soirée du maire, un geste qui entrainait beaucoup de questions, toujours sans réponses malheureusement. En tout cas, même si Alex’ n’était pas la première personne au courant de tout ce qui m’arrivait, car il était bien loin de me connaître parfaitement, il y avait tant de mystère autour de moi qui ne découvrirait probablement jamais, mais malgré ça, je tenais beaucoup à lui. Notre amitié ne se résumait pas à un enchaînement de fête, à boire assez pour oublier les dernières 24 heures de notre existence, non, il y avait un peu plus. Il y avait le côté festif, mais aussi une bonne dose d’amitié. Pas des confidence. Mais de la confiance. Je savais que si j’avais un problème, personne vers qui me tourner, je pourrais aller toquer à la porte du Lambda, sans crainte.

Le voir devant moi était une source de joie, mais ce n’était rien comparé à l’excitation que je pouvais ressentir d’avance en sachant la surprise que je lui avais réservé. Bon, s’il n’y avait pas eu la fusillade, et cette envie soudaine d’acheter une moto, la surprise serait tout autre, mais ça, on s’en moque. Je m’empressais de l’étreindre chaleureusement avant de le taquiner sur son nouveau statut de préfet. Une grande distinction à Columbia, si je me fiais aux échos que j’avais pu avoir. « J’espère bien toujours avoir ma carte de VIP, si ce n’était plus le cas, je ne me ferais pas prier pour entrer quand même. Une porte ne m’a jamais fait peur… » Un rire s’échappait de mes lèvres. Je n’étais pas vraiment du genre à m’imposer où je n’étais pas invitée, surtout qu’avec mon travail, je ne pouvais pas toujours venir retrouver Alexander, mais quand je n’avais rien de prévu, je ne manquais jamais de passer du bon temps avec mon ami, en toute amitié, attention. J’écoutais ses paroles, mais au fur et à mesure des mots, mon froncement de sourcil devenait de l’étonnement jusqu’à me faire afficher un mine malicieuse. Marcher dans les rues de New-York. Le pauvre, il était bien loin de savoir ce que je lui réservais. « Devenir préfet te fait perdre la tête mon pauvre ami ! Marcher… » Je levais les yeux au ciel pour montrer toute l’absurdité que je trouvais à ses paroles, même si ce n’était pas pour me moquer. Ce l’était jamais avec Alex. De la taquinerie, certes, mais rien de bien méchant. L’une de mes mains vint prendre la sienne pour l’entrainer avec moi vers la rue, et plus précisément là où j’avais laissé mon moyen de transport. Une fois devant, je m’arrêtais en lâchant la main de mon ami, et annonçait fièrement. « Tadam ! » Le tout ponctué de grand signe des mains pour désigner l’engin, histoire qu’il n’y ai pas de malentendu. Un grand sourire aux lèvres, je récupérais le deuxième casque prévu pour notre petite escapade, sécurité avant tout, et le tendais vers l’étudiant. « Un peu d’adrénaline monsieur le préfet ? » Je lui lançais un regard pleins de sous entendu, avant d’ajouter. « C’est la mienne, elle n’est pas volée, et je sais parfaitement m’en servir. La preuve, je ne suis pas morte sur le chemin qui mène de mon appartement au tien. » Bon, ce n’était peut être pas l’argument le plus rassurant que j’avais dans la poche, il aurait été plus sage de dire que j’avais le permis pour ça, que ce n’était pas la première fois que je l’utilisais, et que si je n’étais pas sûre de moi, je ne proposerais pas à mon ami de venir avec moi. « Je peux même te laisser conduire, si tu ne veux pas te retrouver derrière une femme, ou alors pour éviter les ragots. Le nouveau préfet qui s'enfuit avec une fille, sur une moto. Qui est-elle ? Nouvelle conquête ou revenant du passé ? » Un rire s’échappait de nouveau de mes lèvres, comment faire autrement, avec les bêtises que je pouvais énoncer. Avec l’imagination que j’avais, j’aurais pu envisager une carrière de journaliste, ou bien de romancière.  
 

© MADE BY SEAWOLF.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

He was just a fantasy in my mind. He's the dream come true. He's my perspective of the future. Am I dreaming? No. I'm in love with him. — Hayley Jessica Harper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 742 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Linda ♥ pour l'avatar et le profil

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Mar 29 Nov - 16:38


Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?

Alexander feat Hayley.


 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Quand Hayley avait découvert que je n’étais pas réellement un SDF, je dois avouer que j’ai eu quand même un peu peur qu’elle m’en veuille de lui avoir caché cette vérité si importante, ou qu’elle pense que je faisais cela pour me moquer des personnes vivant réellement dans la rue. Heureusement, il n’en avait rien été, et j’étais content de pouvoir dire qu’une personne comme Hayley faisait partie de mes amies, alors qu’elle avait connu beaucoup plus de galères dans sa vie, beaucoup trop pour une personne aussi gentille et aussi compréhensible qu’elle. Bien évidemment, je savais que je ne connaissais pas tout de la vie de la jeune femme, qu’il y avait encore beaucoup de mystères que je n’aurais certainement jamais la chance de connaître, mais cela m’allait très bien et je ne cherchais pas à en savoir plus. Si elle voulait me confier des choses, elle le fera à son bon vouloir. J’ai suffisamment de reconnaissance pour elle et pour tout ce qu’elle a vécu pour éviter d’être un nouveau boulet attaché à sa cheville, alors qu’elle a enlevé les autres un à un avant de couler et qu’il ne soit trop tard.

“ Tu oserais rentrer chez moi par effraction, juste pour une de mes soirées ? Tu me fais un trop grand honneur Hayley. Mais si jamais un jour une de mes invitations se perd en chemin et que tu veux venir quand même, je te conseille de passer par la fenêtre de ma chambre, elle est toujours entrouverte pendant les soirées. Ca me permet d’être tranquille pendant quelques minutes, en sentant une légère brise sur le visage. ” Je lâchais un petit rire après avoir donné le meilleur moyen de rentrer dans mon appartement pendant les soirées que je pouvais organiser. De toute manière, je n’oubliais jamais de prévenir Hay’ quand j’organisais des soirées. Bon, le plus simple était quand même de sonner à la porte, mais il fallait parfois rajouter un peu d’aventure pour que les histoires soient encore plus palpitante. Une aventure, j’allais en vivre une nouvelle aujourd’hui avec Hayley. Et cette aventure commençait par une surprise, et pas n’importe laquelle. Je levais les yeux d’étonnement en écoutant Hayley, tout en souriant en sentant bien qu’elle me taquinait. Je ne savais pas ce qu’elle me réservait, mais je ne tardais pas à le savoir en la suivant en en voyant la moto. Je souriais doucement croyant à une blague au départ, mais je compris rapidement que ça n’en était pas une quand elle me tendait le deuxième casque. “Tu sais bien que je suis toujours partant pour avoir des sensations. Ca fait longtemps que tu as une moto ? Pour une surprise, tu as fait fort ce coup là …” Je prends alors le casque, le regardant pendant quelques secondes avant de le desserrer un peu pour pouvoir le mettre sur ma tête. Je relevais la visière pour regarder Hayley, lâchant même un petit rire en l’écoutant me dire qu’elle n’avait pas volé la moto. Même si j’avais mon permis moto, au grand dam de mes parents à l’époque d’ailleurs, cela fait très longtemps que je n’étais pas monté sur un de ces engins. Normalement, je serais inquiet dans ce genre de circonstance, mais cela n’était pas le cas, car je pouvais avoir confiance en Hayley pour assurer ma sécurité et également la sienne. Je faisais alors le tour de la moto en écoutant une nouvelle fois la jeune femme, la touchant à certains endroits, intrigué par la bécane, mais surtout heureux d’avoir la chance de pouvoir y faire un tour aujourd’hui. Je riais en même temps que Hay’. “ Je vais finir par croire que tu travailles pour SOS pour être capable d’imaginer des ragots comme celui-là. Mais je vais te laisser conduire pour l’aller, autant que la surprise sur l’endroit où nous allons soit totale. Et puis, on est en 2016, les hommes et les femmes sont égaux, il n’y a pas de raison à ce que je sois gêné de monter derrière toi. ” Je souriais doucement alors que j'enjambe la moto, me mettant bien au fond pour laisser un maximum de place à Hayley, histoire qu’elle soit le plus confortable possible pour conduire. “ Heureusement que tu n’es pas venue avec un side-car, j’aurais refusé de monter dedans. On est pas dans Harry Potter non plus. Loin de là l’idée de te comparer à Hagrid non plus. Je suis désolé Hay’, mais face à lui … Tu n’es pas de taille ! ” Je riais, assez fière de ma blague et de ma petite taquinerie, alors que le moteur de la moto se mettait à rugir. Je me mettais alors à crier. “ A l’aventuuuuuuuuuuuure ! ”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Sam 17 Déc - 15:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?
feat. Alexander Brainwood

Ce que j’appréciais chez Alexander, c’était la facilité que l’on avait à pouvoir parler tout les deux. S’il m’avait connu pendant une partie de ma vie pas très réjouissante, au même moment où j’avais à peu près découvert son activité pour le moins étrange où même aujourd’hui j’avais encire un peu de mal à m’y habituer, notre relation n’en était pas bizarre. Au contraire. J’avais, certes, du mal à abattre les murs que je mettais autour de moi pour me protéger des autres, je n’étais pas encore prête à lui confier les moindres secrets de ma vie, mais je l’appréciais énormément. Pas seulement car j’avais la possibilité d’utiliser son influence sur le campus pour être invitée à des fêtes plus extraordinaires les unes que les autres, mais aussi car on passait du temps ensemble, en dehors du campus ou de mon lieu de travail. Aujourd’hui allait être encore une preuve à cette amitié si peu ordinaire que l’on partageait. Il ne devait pas avoir beaucoup d’ami, ou amie d’ailleurs, prête à venir à l’improviste pour faire une virée en moto. « Alex… si je ne te connaissais pas… j’aurais l’impression que tu me proposes un plan cul. Passer par ta fenêtre pour entrer… ça fait très relation secrète. » J’allais jusqu’à lui adresser un petit clin d’oeil malicieux pour ponctuer ma phrase. Dans ces moments, il me rappelait Ethan, à pouvoir blaguer de tout et n’importe quoi, comme insinuer une relation physique ensemble. Bon, ça n’arriverait jamais car même si je n’étais pas du genre à me caser avec quelqu’un, à aimer profiter de la vie et du corps des hommes, je n’aimerais pas gâcher ma relation avec Alex pour une histoire de cul.

Une fois les derniers mètres effectués, je pouvais lâcher la main de mon ami pour lui désigner mon nouveau moyen de transport, avec toujours autant d’énergie. Je sentais un grand sourire se former sur mes lèvres alors que je venais prendre le second casque pour le donner au préfet, un moyen de lui faire lever tous les doutes qu’il pouvait avoir, à savoir si c’était une blague ou non. « Je te rassure, c’est quelque chose de récent mais je sais très bien conduire ! » Je venais poser mes mains sur moi, plus précisément à l’endroit de mon coeur, comme pour lui montrer que je ne mentais pas, même si j’avais du mal à contenir la bonne humeur qui traversait mes veines. J’observais en silence mon ami mettre son casque, alors que je faisais la même chose en prévision d’un départ imminent, puis le suivais des yeux alors qu’il faisait le tour de la moto. Rien que de le voir ainsi, je savais qu’il était content de ma survivre. C’était un mec quand même, normalement, ça aime ce genre d’engin, aussi bien pour frimer que pour les sensations fortes. Mais au bout d’un moment, je ne pouvais me retenir de parler, je lui disais qu’il pourrait conduire s’il le désirait, ou s’il voulait éviter les ragots sur le campus. Mon imagination était un peu trop débordante, mais ça avait le don de faire rire Alexander, alors pourquoi m’en priver. « Alexander Brainwood ! Veuillez arrêter de parler de SOS. Je ne regarde pas les absurdités de cette vipère. » Et c’était bien vrai. Presque une année que j’étais à NY City, et jamais, ô grand jamais, je n’avais posé mes yeux ou même mes mains sur un exemplaire de cette sorcière. Je n’avais pas besoin de le faire, les échos venaient d’eux même jusqu’à mes oreilles. Pourquoi gâcher de l’argent pour ça.

Je faisais quelques pas en direction de la moto, puis l’enjambais pour m’installer derrière. La visière remise devant les yeux, j’étais sur le point de mettre le moteur en route quand les paroles de mon ami me virent à l’oreille. Je me redressais lentement, et tournais le visage vers l’arrière pour confronter le Lambda. D’un geste de la main, je relevais la visière pour croiser son regard, et lui en adresser un qui pouvait être qualifier de noir. « Si tu ne veux pas finir dans le décor Brainwood, tu ne vas plus jamais refaire une telle comparaison. » Pour ponctuer mes paroles, je remettais d’un geste la visière et reprenais place pour enfin allumer le moteur de l’engin. Un sourire caché par le casque se dessinait sur mes lèvres en entendant l’étudiant derrière moi. « Dicaprio, en attendant de retourner sur le Titanic, tu poses tes mains sur ma taille, et tu n’en profites pas pour me tripoter. » Après un dernier coup d’oeil à mon ami, non sans avoir rigolé à mes bêtises, car j’avais confiance en Alex’ pour le laisser poser ses mains sur moi, alors que je détestais les contacts physiques, je pouvais remonter mes jambes pour que mes pieds ne touchent plus le sol, et mettre en mouvement notre moyen de transport. Direction : bien en dehors de la ville.

La météo était clémente, et la circulation assez dense. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour arriver dans une forêt qui se situait à plusieurs kilomètres de la ville. Je ne mettais pas beaucoup de temps pour venir me garer à la lisière de la forêt, et couper le moteur, nous permettant de retrouver le calme du lieu. Il n’y avait pas à dire, c’était beaucoup plus agréable de circuler sur une telle bécane plutôt que de prendre un bus, ou une voiture. Cette sensation de l’adrénaline dans le sang, qui coulait à flot, le coeur qui battait beaucoup plus rapidement, les sens en éveil pour faire attention aux moindres dangers… j’étais accro. Je venais doucement me redresser pour détendre les muscles de mon dos, alors que je retirais le casque que j’avais sur la tête, le déposant devant moi. Je passais mes mains dans mes cheveux pour leur redonner un semblant d’allure avant de me retourner vers le préfet pour avoir ses impressions. « Ce début de surprise est assez alléchant pour un nouveau préfet ? » Début, car cette virée en moto n’était qu’un prétexte pour s’éloigner de la fille, et lui faire découvrir une chose qui voulait savoir depuis plusieurs mois. Il me tannait pour découvrir qu’elle pouvait bien être la passion que j’aimais pratiquer en dehors des heures de boulot. Ce jour était enfin arrivé. Il aurait pu arriver plus tôt si nos emplois du temps étaient un peu mieux coordonnés, car il était difficile de se trouver un moment dans la journée où il n’allait pas en cours et moi au travail. C’était l’occasion rêvée aujourd’hui, et je n’avais pas eu envie de la laisser passer.   
 

© MADE BY SEAWOLF.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

He was just a fantasy in my mind. He's the dream come true. He's my perspective of the future. Am I dreaming? No. I'm in love with him. — Hayley Jessica Harper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 742 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Linda ♥ pour l'avatar et le profil

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Sam 24 Déc - 16:28



Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?

Ft. Hayley
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Je rigolais doucement en écoutant Hayley. Lui proposer un plan cul … C’était presque une idée saugrenue qui ne m’était jamais passé par la tête depuis que je la connaissais, depuis le début de l’année. Hayley était très belle et était tout à fait charmante, je ne dirais jamais le contraire, mais, dans les amies, je voyais deux catégories. Pour moi, il y avait les amies que l’on pouvait désirer et avoir envie de dépasser la frontière de l’amitié, et j’étais bien placé pour le savoir, et les amies qu’on ne voyait que comme des amies sur qui l’on pourrait toujours compter en cas de problèmes, et avec qui l’on pourrait passer de formidables moments que l’on ne pourrait pas partager avec d’autres. Et pour moi, Hayley faisait partie de la deuxième catégorie, car elle faisait partie des rares personnes qui connaissait la “double vie” que je menais depuis de longs mois, car j’étais une des rares personnes à connaître les difficultés qu’elle avait eu il y a quelques mois de cela. Elle était unique en son genre, et elle me le montrait encore aujourd’hui en me proposant cette virée en moto. “ On va juste dire qu’il s’agit d’une entrée VIP un peu spéciale. Et si ça fait parler les langues de vipère, je me contenterais juste de dire que nous sommes les seuls à savoir l’amitié que nous partageons. Ils n’en ont absolument aucune idée, et ils en seraient totalement jaloux.. ” Je souriais alors rapidement avant de m’intéresser au moyen de transport que nous allions utiliser pour cette petite escapade. Je ne savais pas du tout où elle voulait m’emmener, c’était une surprise totale. Comme une sorte de petit cadeau de Noël très en avance, et qui n’était absolument pas prévu au départ.

“ Tu n’as pas besoin de me rassurer, je te connais suffisamment pour savoir que tu ne prendrais pas le risque de me faire monter sur cette moto si tu pensais que tu ne conduisais pas assez bien. ” Je souriais rapidement à la jeune femme, sourire qui grandissait sur mon visage quand elle mettait ses mains au niveau de son coeur. Je n’avais aucun doute vis à vis de la jeune femme, je savais qu’elle ne voulait pas mettre ma vie en danger ou prendre le risque d’avoir un accident en conduisant. Hayley avait suffisamment la tête sur les épaules pour ne pas prendre de risques inutiles et totalement fous. En tout cas, j’adorais la moto. Ce n’était pas le moyen de transport que j’utilisais le plus, car je n’en avais pas, tout simplement, mais j’avais toujours adoré regarder des courses et tout ce genre de choses. Je trouvais que cela était beaucoup mieux qu’une voiture, beaucoup plus sensationnel. Dommage que Columbia ne nous donne qu’une voiture de fonction en tant que préfets, j’aurais bien aimé avoir une moto gratuitement également. “ Ca peut être marrant parfois de la lire sortir des absurdités incroyables voyons ! Même si je risque d’être une cible privilégiée en tant que préfets maintenant, on verra bien ce qu’elle peut trouver sur moi ! ” Je riais à nouveau. C’était peut-être l’effet négatif du rôle de préfet que j’avais désormais. Même si ma popularité allait grandir fortement, j’allais devoir faire beaucoup plus attention à ce que je pouvais faire, ce qui n’était pas forcément évident avec les petits problèmes que j’avais en ce moment.

Il était maintenant l’heure pour nous de partir vers cette petite aventure d’une journée, dans un endroit inconnu. Peut-être à New York, peut-être en dehors de la ville ? Ce que je savais, c’est que nous serions limité par le manque d’affaire et par le carburant, ce qui limitait quand même les possibilités. Quoique, avec Hayley, tout était possible et on pouvait largement se retrouver dans un endroit auquel je n’aurais pas du tout pensé, même le temps d’une seconde. Un sentiment d’excitation traversait mon corps et mon esprit quand j’entendais le bruit du moteur. Cependant, nous ne démarrons pas immédiatement. Le regard que me lançait Hayley me faisait sourire rapidement, même si elle ne pouvait pas le voir à cause de la visière et du casque. “ Ca serait dommage de finir dans le décor, tu serais obligé de conduire pour ça, et je ne veux pas que tu sois blessée par ma faute. ” Je rigolais à nouveau, alors que je regardais l’endroit où je pouvais poser mes mains. Je souriais à nouveau en l’écoutant, mais je ne répondais pas, le bruit du moteur qui se mettait à ronronner étant bien trop fort pour qu’elle puisse m’entendre. Je me mettais juste à penser qu’au moins, il y avait très peu de chances qu’à New York, nous puissions toucher un iceberg. Je posais alors mes mains sur sa taille doucement, faisant bien attention à ce que cela ne la dérange pas pour conduire, alors que nous partions pour cette petite aventure. Le trajet se passait parfaitement, grâce à la météo qui nous aidait, même s’il y avait pas mal de monde sur la route. En même temps, trouver un moment où il n’y a personne sur les routes est quasiment une mission impossible à New York, entre toutes les personnes qui travaillent et les touristes. En tout cas, je remarquais rapidement que nous nous dirigions vers l’extérieur de la ville, ce qui augmentait encore un peu plus mon excitation car nous allions vers un endroit que je ne connaissais absolument pas. La surprise n’en serait alors que plus grande.

Nous arrivons assez rapidement à la lisière d’une forêt, où nous nous arrêtions. Je ne descendais de la moto que quand Hay’ coupait le moteur, appréciant quand même de pouvoir sentir à nouveaux mes jambes. C’était peut être le plus désagréable sur une moto, mais tout ne pouvait pas être parfait malheureusement. J’enlevais mon casque avant de le donner à la jeune femme avec un petit sourire, passant une main dans mes cheveux pour les remettre à peu près correctement en place. “ C’est parfait pour le moment. Sentir le vent contre le casque, rouler entre les voitures. J’adore ! ” Je souriais pour montrer à Hay’ que j’étais vraiment sincère, alors que je m’avançais un peu au bord de cette lisière pour regarder les arbres et voir le petit sentier. J’étais vraiment curieux, et un peu pressé aussi de voir cet endroit que la jeune femme avait choisi. Alors que tout était bon, nous commencions à marcher sur le sentier, alors que je finissais par demander à la jeune femme. “ Pourquoi est-ce que tu as choisi cet endroit précisément ? Il y a une raison, ou c’est complètement par hasard en espérant que ça soit bien pour la surprise ?” Ah, la curiosité, qu’est-ce qu’elle pouvait être présente chez moi. Elle me ferait du tort un jour, je le savais, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être curieux, de m’intéresser aux autres. En tout cas, nous continuons de marcher pour le moment, alors que je regarde avec un petit sourire les arbres. “ Je ne sais pas toi, mais j’adore l’automne, avec toutes ces feuilles qui tombent, ou qui changent de couleur. En tant que musicien, je trouve ça magnifique.”

©LittleJuice


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Sam 31 Déc - 14:48


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?
feat. Alexander Brainwood

L’un des aspects que j’appréciais dans ma relation avec Alexander était cet humeur que l’on pouvait partager à tout moment. Il n’y avait pas de filtres dans nos paroles, elles sortaient au gré de nos envies, de nos humeurs, sans prendre des gants pour dire le fond de notre pensée. C’était agréable d’avoir en face de moi une personne vraie, qui ne passait pas son temps à enjoliver la vérité pour ne pas me blesser ou autre. Sachant que je faisais la même chose, cela donnait une authenticité non négligeable à notre amitié. J’étais heureuse de pouvoir le compter parmi les personnes qui constituaient mon cercle privé. Mais nous n’avions pas le temps de nous extasier, c’était bien beau de se lancer des fleurs ou des paillettes, mais le programme de cet après-midi était beaucoup plus réjouissant. Le moteur allumé, un bruit qui réussissait à injecter de l’adrénaline directement dans les veines, il était grand temps de partir vers le lieu de mon choix : à l’extérieur de la ville. Le trajet n’était pas bien long, malgré la circulation abondante sur les routes qui était une habitude à toute heure de la journée ou de la nuit, et en moins de temps qu’il ne fallait, j’arrêtais la moto à la lisière d’une forêt. Je prenais le soin de couper le moteur avant de retirer mon casque, un geste qui permettait de voir un peu plus clair, d’entendre les bruits extérieurs, et de sentir l’air frais sur mon visage. Mes mains glissaient dans mes cheveux afin de les remettre en ordre, avant de prendre le casque de mon ami pour le mettre près du mien. Je n’avais pas perdu de temps pour m’adresser au préfet des Lambdas, et demander ses impressions pour ce sujet de surprise, à savoir le moyen de transport, et le lieu, même si pour l’instant, il ne devait pas y comprendre grand chose. « Je t’autorise à me l’emprunter dès que l’envie te prend alors… ça change d’avoir quelqu’un qui se réjouit au lieu de me faire un sermon. » Je prenais un peu les devants en affirmant ça, toutes les personnes que je côtoyais régulièrement n’étaient pas encore au courant de ce petit investissement personnel, néanmoins, je savais que je n’allais pas recevoir que des avis positifs à ce sujet. Heureusement, je m’en moquais royalement. Cela me passait au dessus de la tête. Il était temps pour moi de retrouver le contact avec le sol par le biais de mes pieds, et il n’y avait pas à dire, autant c’était vivifiant de pouvoir filer entre les motos, c’était également agréable de pouvoir marcher sur le sol. Avant d’aller où que ce soit, je venais récupérer un sac assez imposant que j’avais laissé à l’arrière de la moto, et venais le mettre sur une épaule avant de suivre Alex’ à une allure moyenne jusqu’à l’une des entrées de la forêt, afin d’emprunter un sentier.

La journée était parfaite. Bon, je n’avais pas spécialement choisi ce jour en fonction de la météo, même si ma surprise serait tombée à l’eau s’il avait eu un épisode de pluie, c’était le cas de la dire. Non, c’était l’emploi du temps de l’étudiant, ainsi que du mien qui avaient été maître de cette journée. C’était tellement rare d’avoir un moment en commun. Entre ses cours pendant la semaine, les soirées qu’il faisait le soir, et ses nouvelles responsabilités de préfet à présent, sans parler de mon boulot avec des horaires imprévisibles… ce n’était pas toujours facile de passer du temps ensemble. La plaisanterie de tout à l’heure me revenait en tête, au sujet d’un potentiel plan cul, en allant un peu plus loin, heureusement qu’on n’avait pas une relation. On ne pourrait se voir que tous les 36 du mois. Pas l’idéal. Autant sortir avec un courant d’air. Les paroles du Lambda me sortaient de ma connerie, et m’incitaient à tourner la tête vers lui, un sourire qui grandissait sur mes lèvres. « J’aime bien venir ici… m’éloigner du bruit de la ville, c’est très reposant. Et puis il y a l’espace suffisant pour… faire ce que j’ai prévu. » Un petit rire s’échappait de ma bouche sans que je ne puisse le contrôler. J’aimais garder une part de mystère jusqu’à la dernière minute, afin de voir les impressions de mon ami, en espérant qu’il soit content. Je ne prenais pas trop de risque, je savais que sa curiosité était poussée jusqu’à l’extrême depuis bien trop longtemps pour le décevoir. Nous étions bientôt arrivés, je voyais déjà au loin la petite clairière où j’avais l’habitude d’aller pour m’entrainer sans prendre le risque de blesser quelqu’un. « Désolée Alex’ mais moi et la musique, ça fait deux. Je suis tout de même d’accord avec toi… c’est l’une des plus belles périodes de l’année. Aussi bien pour les paysages que pour la météo. » Ah l’automne. Un soleil radieux dans le ciel qui se reflétait sur des myriades de couleurs dans les arbres, avec en prime une température ni trop élevée, ni trop froide. Le juste milieu idéal.

Je faisais les derniers pas nécessaire avant de déboucher sur ladite clairière. Celle-ci était magnifique, comme toujours, une étendue à perte de vue, un silence relaxant où les bruits de la ville n’étaient plus, où seuls les bruits de la nature venaient rompre le silence. Je venais déposer le sac sur le sol en faisant attention à son contenu, avant de me retourner vers le jeune homme, les bras grands ouverts pour désigner ce qui nous entourait. « Tadaaaam ! » Le sourire que j’avais aux lèvres ne pouvait pas mentir, je me sentais bien, de bonne humeur, et pleine d’excitation. Je laissais le temps au Brainwood de se faire à cet environnement si différent du quotidien, et venais m’agenouiller au sol pour ouvrir le sac que j’avais posé sur l’herbe. Je faisais glisser la fermeture éclair et fouillais avec précision à l’intérieur pour en sortir deux paires de protection pour les mains. De retour sur mes jambes, je commençais à mettre la mienne, tout en avançant vers Alexander pour lui tendre la deuxième paire. « C’est normalement à la bonne taille. » Sans lui laisser le temps de répliquer, je lui avais tourné le dos pour retourner vers le sac, me mettant volontairement dans une position qui l’empêchait de voir ce que je tramais. C’était une situation des plus amusantes, mais le jeu en valait la chandelle. Et puis, le moment de dévoiler ma surprise arriva. Je reprenais la position debout, et me retournais lentement vers lui, un arc dans l’une de mes mains, le carquoi de flèches dans l’autre. « Un cours de tir à l’arc monsieur le préfet, ça vous tente ? »     
 

© MADE BY SEAWOLF.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

He was just a fantasy in my mind. He's the dream come true. He's my perspective of the future. Am I dreaming? No. I'm in love with him. — Hayley Jessica Harper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 742 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Linda ♥ pour l'avatar et le profil

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Dim 1 Jan - 17:53



Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?

Ft. Hayley
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L’avantage avec Hayley est que je n’avais pas besoin de passer pour quelqu’un d’autre, je pouvais rester totalement naturel et être la personne que je voulais être. Avec elle, je n’avais pas besoin de me donner un genre, et je pouvais dans un sens être la personne que j’adorais être quand je me transformais en SDF, mais avec des habits normaux, sans aucun artifice pour passer pour une personne différente. On savait tous les deux que la vie n’était pas forcément rose pour tout le monde, et, mine de rien, cela nous avait quand même bien rapproché. Aucunement besoin de prendre des pincettes avec l’autre, et je savais que je pouvais tout dire à Hay, avec quasiment aucune exception. Je n’avais pas de crainte à avoir quand je lui parlais de quelque chose d’important, je savais qu’elle pourrait le garder pour elle et même qu’elle pourrait m’aider, me conseiller, me corriger. Faire en sorte de me mettre dans la bonne direction. Je me tournais vers la jeune femme quand elle me proposait de pouvoir emprunter de temps en temps sa moto. Le sourire sur mon visage pouvait ressembler à celui d’un enfant qui venait de recevoir ses cadeaux de Noël. Je ressentais même une très forte envie de la prendre dans mes bras pour la remercier, mais je ne le faisais pas, ne voulant pas donner l’impression d’exagérer ma joie. “ Merci beaucoup, vraiment. Ca me changera de la voiture de fonction offerte par l’université. Je te jure, j’ai l’impression qu’elle est incapable d'accélérer correctement, c’est horrible. ” dis-je avec un petit rire. De toute manière, je détestais devoir rouler en voiture à New York. Beaucoup trop de circulations, et beaucoup trop difficile de trouver une place pour se stationner. Il y avait beaucoup plus d’inconvénients que d’avantages. Je préfère largement prendre un taxi, même si le métro reste quand même mon transport de prédilection pour se déplacer dans la ville. Heureusement que Hay’ n’habitait pas à côté de l’université, sinon, je crois bien que je serais capable d’emprunter sa moto quasiment toutes les semaines.

“ Je comprends parfaitement ce que tu veux dire. Je ne me verrais pas vivre à la campagne, je suis beaucoup trop fêtard pour ça, mais y passer un peu de temps pour se ressourcer. Ca ne fait que du bien.” Je souriais doucement en continuant de regarder les arbres, et le chemin, essayant de voir jusqu’où le sentier pouvait nous mener. Je jetais aussi quelques coups d’oeil à Hay’, un peu interrogatif par rapport à ce qu’elle venait de dire. En tout cas, la situation semblait bien l’amuser. Je jetais un rapide coup d’oeil au sac qu’elle portait, essayant de bien pouvoir deviner ce qu’il pouvait y avoir à l’intérieur, mais j’en étais bien incapable. Il était tellement imposant qu’il pouvait y avoir des milliers de choses à l’intérieur. En essayant de chercher ce que pouvait bien contenir ce sac, mes pensées furent peu à peu différentes, puisque je me rappelais petit à petit d’un endroit très tranquille aussi où j’adorais passer du temps, à regarder le paysage et la nature pendant des heures. L’endroit auquel je pensais était totalement différent de cette forêt, mais il avait exactement le même but pour moi que ce lieu avait pour Hayley. Je me tournais rapidement vers la jeune femme, avec un petit sourire sur les lèvres. “ Comme tu m’emmènes dans cet endroit que tu adores, je pense, si ça te dit, que je pourrais t’emmener aussi dans un endroit que j’adore. Tu serais seulement la deuxième personne à qui je montre cet endroit. Tu verras, c’est magnifique. Enfin, d’ici qu’on arrive à trouver un créneau pour se revoir comme aujourd’hui, ça sera plutôt l’année prochaine je pense.” dis-je en riant avant de reprendre un petit air un peu plus sérieux, même si j’avais toujours ce sourire sur le visage qui ne m’avait pas quitté depuis New York. “ Ca me ferait vraiment plaisir de t’y emmener, vraiment.” En marchant, j’attrapais une feuille morte qui venait de tomber de l’arbre et qui s’apprêtait à rejoindre le sol. Je jetais un coup d’oeil rapide, admirant sa couleur, un mélange de jaune, d’orange et de marron. Ca manquait quand même un peu de violet, la couleur de la confrérie. Je me demandais d’ailleurs si cela existait vraiment, des feuilles violettes. Je me faisais la promesse de rechercher en rentrant à New York, alors que je me tournais vers Hayley, lui tendant la feuille avec un petit sourire. “ Pour la météo, je trouve quand même qu’il pleut un peu trop. Mais tiens, prends-ça, c’est mon petit cadeau pour te remercier de la surprise. Un petit souvenir. C’est rien, vraiment.” dis-je en faisant un petit clin d’oeil, montrant bien que je la taquinait légèrement.

Nous arrivons finalement au bout du sentier, et nous arrivions dans une clairière. Je souriais en écoutant Hay’, comprenant que nous étions au bout du chemin et que j’allais enfin découvrir ce qu’elle m’avait prévu pour cette journée. Je poussais un petit “Oh” de surprise en découvrant le lieu, un endroit où la nature n’avait pas été apprivoisée par l’homme, où tout était en harmonie. “ C’est magnifique, encore une fois. J’ai l’impression que c’est le mot que j’ai le plus dit depuis qu’on est arrivé ici, je me trompe ?” Je continuais de jeter un coup d’oeil un peu partout, essayant de voir le bout de la clairière, mais c’était tout simplement impossible. Je retournais mon attention vers la jeune femme quand elle ouvrait le sac, essayant de voir ce qu’il pouvait bien contenir, mais je ne voyais rien d’où j’étais. Je prenais alors les gants de protection qu’elle me tendait, me demandant toujours ce que nous allions faire. Une idée folle me venait même en tête avec cette forêt à côté, car j’en venais à me demander si nous n’allions pas couper du bois ou quelque chose du genre. C’est complètement fou d’imaginer ça, je le sais. Quand elle retournait vers le sac, j’essayais de jeter un oeil mais je ne voyais rien du tout. J’aurais bien pu passer ma tête au dessus de son épaule ou faire le tour pour aller de l’autre côté du sac, mais je préférais plutôt me concentrer à nouveau sur le paysage. Quand je vis l’arc et le carquois quand Hay’ revenait vers moi, nul doute qu’elle pouvait voir l’étonnement sur mon visage, alors que je me mettais à sourire. “ C’est donc ça que tu fais en dehors de tes horaires de travail ! Mais évidemment que ça me tente !”. Je tendais ma main pour prendre l’arc, pour voir ce que cela pouvait faire. Je passais ma main sur l’arc, le regardant avec admiration. “ Tu vises sur une cible en particulier ?” dis-je avant de prendre également le carquois pour le mettre sur mon dos, ayant l’impression d’être une sorte de Robin des Bois. Etant un peu trop pressé et un peu trop excité par cette surprise, je prenais une flèche dans le carquois. Heureusement, j’avais déjà vu le film d’animation de Disney, je savais donc comment mettre la flèche. Je faisais en sorte de ne pas blesser Hay’, si par miracle, j’arrivais à faire partir la flèche. Mais je savais que ça ne serait pas le cas, et ça ne manquait pas, car la flèche tombait quasiment à mes pieds. Je souriais, avant de ramasser la flèche, la tendant ainsi que l’arc vers la jeune femme. “ Une petite démonstration ?”

©LittleJuice


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Mer 11 Jan - 14:19


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?
feat. Alexander Brainwood

Concernant le fait de ne pas pouvoir vivre à la campagne, je rejoignais l’avis d’Alexander. C’était peut être agréable de temps en temps de pouvoir se ressourcer, loin de la ville et de son mouvement perpétuel, mais je ne pourrais pas y vivre 365 jours par an. J’aimais beaucoup trop ces possibilités infinies qu’offrait une ville. Il y avait toujours une chose à découvrir ici ou là, même après plusieurs années dans un même endroit. Et puis, j’avais ce côté fêtard que mes parents avaient toujours détesté, cette sensation de ne plus penser à rien et de se laisser porter par la musique, en même temps que les soucis se mettaient en veille. C’était inconcevable d’aller vivre à la campagne, surtout à ce moment de mon existence. Cette petite clairière où j’emmenais l’étudiant, c’était un petit coin secret. Je pouvais presque affirmer que mon meilleur ami n’avait jamais posé les pieds là. C’était mon secret, ma passion depuis petite. J’avais suivi des cours, même s’il avait fallu beaucoup de supplications envers mes parents pour qu’ils acceptent. Dans leur idéal, une petite fille demandait des cours de danse, de préférence classique, et pas des cours de tir à l’arc, plus dangereux et masculins. Désolée papa et maman, je n’étais peut être pas un garçon manqué, ça n’allait pas jusque là, mais presque. La mode, le shopping, et les discussions entres nanas, ce n’était pas ma tasse de thé. En même temps que l’on avançait, la discussion était toujours de rigueur. Je tournais la tête de temps en temps vers Alexander, ce sourire presque permanent qui ne voulait pas quitter mes lèvres depuis que j’avais eu l’idée de l’emmener ici pour un cours improvisé. « Evidemment ! J’aimerais beaucoup découvrir cet endroit que tu affectionnes. Surtout si je suis la deuxième personne à y venir, c’est un grand honneur. On s’organise ça l’année prochaine alors ? » Comme il l’avait fait juste avant moi, un rire discret s’échappait de mes lèvres en réaction à mes paroles. C’était difficile de trouver plusieurs heures de libre, afin de s’organiser autre chose qu’une vulgaire soirée le soir. Ce serait beaucoup plus simple si j’étais étudiante, tout comme lui, ou bien qu’il soit dans la vie active, comme moi. Pourtant, malgré cette petite difficulté, on arrivait à trouver des créneaux. Et puis, avec un peu de volonté, on pourrait le faire plus souvent, je n’en doutais pas. J’étais amusée par la remarque de Lambda, au sujet de la météo, et plus particulièrement de la pluie, en référence aux feuilles qui tombaient des arbres à cause de la saison. Je ne manquais pas de prendre la feuille qu’il avait rattrapé, celle qui devait être “un cadeau” pour se souvenir de cette journée. La plaisanterie était assez voyante, heureusement même. Dommage que ce souvenir allait disparaître dans quelques jours, réduit en miette à cause des ravages du temps.

La destination finale de ce rendez-vous improvisé était enfin devant nous, une magnifique clairière nichée au coeur de la forêt. L’endroit parfait, il n’y avait pas mieux pour se couper du monde et oublier l'effervescence de la ville. Je ne manquais de signaler le bon endroit d’une manière plutôt théâtrale, les bras grands ouverts pour désigner la grandeur de ce lieu. C’était tout moi ça. L’effet recherché, en revanche, se produisait devant moi. Je n’avais pas besoin de mot pour comprendre que la surprise était réussie. Le jeune homme n’avait pas tord, c’était magnifique ici. Un petit coin de paradis. C’était à en oublier que New-York n’était pas si loin. Mais nous n’étions pas là pour observer le paysage, même si ça serait très reposant comme activité. Une petite couverture par terre, et hop, une sieste en plein air bercé par les bruits de la nature. Presque tentant comme idée. A retenir. Je récupérais dans mon sac, non pas une couverture, mais une paire de gants de protection. Je donnais la première à Alex’, tout en enfilant les miens, avant de revenir vers le sac. Rapidement, je sortais ce qu’il fallait, et dévoilais enfin ma surprise : un arc et un carquoi rempli de flèches. « Je ne fais pas ça tout le temps… mais c’est une passion que j’ai depuis petite sauf qu’au milieu des buildings, c’est compliqué. » Le mot était faible. Loin de moi l’idée de me la jouer Robin des Bois des temps moderne. Je laissais le jeune homme prendre l’arc dans ses mains, alors qu’un sourire se dessinait sur mes lèvres. Si mes souvenirs étaient exacts, c’était la première fois que je partageais ma passion avec quelqu’un, une façon de me dévoiler un peu, alors que j’étais plutôt dans le genre secrète. C’était mon bébé à moi, ce loisir. « Je me contente des troncs d’arbre, la chasse ce n’est pas pour moi. » Je ne doutais pas de mes capacités à pouvoir toucher un animal, mais je ne faisais pas ça dans ce but. Je venais croiser mes bras sur ma poitrine, les yeux posés sur le jeune homme qui avait placé le carquois dans son dos, et qui s’emparait d’une flèche. J’étais assez surprise de le voir vouloir essayer comme ça, sans conseils ni rien, mais l’idée qu’il puisse déjà savoir en faire effleurait mon esprit. Je restais donc silencieuse, et l’observais placer la flèche correctement. Néanmoins, si ça partait bien, la suite était presque trop prévisible. Mes yeux suivirent la direction de la flèche, qui venait tomber sur le sol, juste devant les pieds d’Alex. Un petit rire sortait de mes lèvres alors que je décroisais mes bras, et prenais la flèche que me tendait le jeune homme, ainsi que l’arc. « Pour Robin des Bois, on repassera plus tard. » Ce n’était pas dit méchamment, au contraire, c’était plutôt une petite taquinerie, une chose que je pouvais me permettre avec l’étudiante. Il voulait une démonstration, je pouvais lui donner.

Je tournais doucement sur moi même, à la recherche d’une cible potentielle, jusqu’à en trouver une. Un arbre, à plusieurs mètres de nous. Je le désignais du doigt, tout en allant capter le regard du Lambda. Une fois que j’étais sûre qu’il savait où regarder, je plaçais l’arc correctement devant moi. La flèche installée, j’allais tendre la corde à son maximum. Cette position, je la gardais pendant quelques secondes, afin de me concentrer, mon regard rivé sur ma cible, la respiration très lente, le visage sévère. Et puis, une fois que j’étais sûre de mon coup, je lâchais la corde. Un sourire se dessinait doucement sur mes lèvres, un sourire satisfaite en voyant que la flèche, qui était précédemment au sol devant l’étudiant, était à présent plantée dans le tronc de l’arbre que je visais. J’abaissais lentement l’arc, et tournais la tête vers mon ami. « Je te met au défi de faire la même chose Alex’. » Je laissais planer un peu le doute, et ça volontairement, mon regard planté dans le sien, jusqu’à finalement reprendre la parole, juste avant qu’il ne dise quoique ce soit. « Après un petit cours en accéléré de ma part, bien sûr. » Je n’étais pas du genre à lancer de pareils défis, alors que l’on était pas à égalité dans ce domaine. Je redonnais l’arc à l’étudiant, un peu plus simple pour apprendre à tirer une flèche, et lui désignais le même arbre que j’avais utilisé comme cible. C’était préférable d’avoir un repère visuel, même si j’étais presque sûre de pouvoir affirmer que d’ici moins d’une heure, il y aurait une seconde flèche à côté de la mienne, et elle ne serait pas tirée par moi.     
 

© MADE BY SEAWOLF.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

He was just a fantasy in my mind. He's the dream come true. He's my perspective of the future. Am I dreaming? No. I'm in love with him. — Hayley Jessica Harper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 742 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Linda ♥ pour l'avatar et le profil

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Dim 22 Jan - 17:59



Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ?

Ft. Hayley
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


“ Oui, l’année prochaine, je le note ! Par contre, je ne pourrais pas te faire la surprise du jour, car c’est plutôt le genre d’endroit où il vaut mieux dormir une nuit, pour pouvoir profiter au maximum. Et il faudra bien que tu prépares quelques affaires.” dis-je avant de lâcher un petit rire. Tout était si simple avec Hayley. Avec elle, je pouvais parler de manière totalement différente de la manière dont je pouvais parler avec d’autres femmes. On se connaissait tellement bien et on se ressemblait tellement que le courant passait de manière totalement naturelle entre nous. Elle était comme un roc, comme un pilier sur lequel je pouvais me reposer et où tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. En tout cas, la surprise était parfaite, et c’était une très bonne surprise que m’avait offert Hayley. J’étais vraiment impatient de commencer, un peu trop impatient même de découvrir ça. C’était réellement impressionnant de voir la concentration qu’une personne tirant à l’arc pouvait avoir, et je pense que j’étais dans un tel degré d’excitation et d’impatience à l’idée de pouvoir essayer de tirer des flèches que j’étais incapable de me concentrer correctement. “ Tu m’étonnes. Puis bon, les Etats-Unis, la mode est plus aux centres de tirs pour les armes à feux que pour les arcs. Malheureusement d’ailleurs … Vu le nombre de fous qui ont une arme chez eux, parfois on a l’impression que l’on est en sécurité nul part.” En tout cas, j’étais très heureux que Hayley partage cette passion avec moi, cela me prouvait, s’il le fallait, qu’elle m’estimait réellement et que je comptais pour elle en tant qu’ami, et la réciproque était également vraie. Je me contentais d’acquiescer quand elle me disait qu’elle ne pratiquait pas la chasse. De toute manière, si elle m’avait affirmé le contraire, je ne lui en aurais pas tenu rigueur. Sur ce domaine, tant que l’on respectait les lois et les normes, il n’y avait aucun problème à avoir. Et si cela pouvait lui donner l’adrénaline nécessaire. “ Au moins, le tronc d’arbre ne se plaindra pas et ne sera pas blessé. A New York, vu le monde, tu pourrais toucher quelqu’un qui passerait par hasard devant ta cible. Je ne te le souhaite jamais, évidemment. Je touche du bois pour que ça ne t’arrive jamais. Toucher quelqu’un.” dis-je en souriant avant de me diriger vers un arbre pour le toucher. Je n’étais pas vraiment superstitieux, mais c’était le genre de chose que je faisais parfois, plus pour rire que pour être réellement sérieux. En tout cas, la tentative que j’avais voulu faire était un échec cuisant, j’en étais presque un peu honteux d’avoir voulu me montrer si présomptueux, et Hayley en profitait pour me taquiner légèrement. Je n’en attendais pas moins de sa part, alors que je souriais en attendant la démonstration. Une petite voix intérieure espérait qu’elle raterait son tir pour que je puisse me moquer à mon tour.

Malgré tout, force est de constater que la différence entre nous deux étaient criante. Cela était logique puisque c’était la première fois que je m'essaye au tir à l’arc, alors que l’on voit très bien qu’elle en a l’habitude. Je la regarde dans un silence religieux agir, impressionné par le calme et par la concentration que la jeune femme avait. Je suivais alors du regard le doigt qu’elle me montrait, retenant un peu mon souffle au moment où elle s’apprêtait à tirer. Et tout allait si vite. Je n’avais même pas eu le temps de voir la flèche partir de l’arc qu’elle atterrissait sur le tronc de l’arc. Je restais silencieux devant ça, regardant tour à tour l’arbre et la jeune femme avant d’écouter ce qu’Hayley avait à me dire. Une petite inquiétude avec son petit défi apparaissait sur mon visage, car ça n’était pas franchement équilibré, mais je souriais en écoutant la suite. Je venais alors l’applaudir rapidement. “ C’était … Magistral. Vraiment. Impressionné. On a l’impression que tu as fait ça toute ta vie. Si j’arrive à mettre une flèche sur l’arbre avant de vider ton carquois, je serais le plus heureux des Hommes.” Je reprenais alors l’arc, avant de me saisir d’une flèche dans le carquois. Je me remettais en position, bien plus calme que lors du premier lancer. J’essayais alors de suivre la direction que me donnait Hayley. Je me laissais alors guider par la jeune femme pour qu’elle puisse me mettre dans la direction parfaite, et qu’elle me mette aussi dans la meilleure des positions pour mettre cette flèche sur cet arbre. Alors qu’elle me disait que je pouvais lancer la flèche, cependant, le bruit d’une branche qui se craquait, résonne. Cela me déconcentre alors légèrement et me fait dévier de ma trajectoire au moment où je lâche la flèche. Je la vois alors partir à côté de l’arbre, et s’enfoncer légèrement dans le bois. Je baisse alors l’arc à nouveau, faisant une petite grimace avant de me tourner vers la jeune femme. “ Bon … Je crois que l’on a perdu cette flèche malheureusement. J’espère que ça ne coûte pas trop cher.” dis-je avec un petit sourire, avant de hausser les épaules. C’était malheureusement le risque dans ce genre d’endroit, mais la jeune femme devait bien s’en douter en m’emmenant ici. Je reprenais alors une autre flèche à nouveau, attendant bien que la jeune femme se rapproche à nouveau de moi pour m’aider à nouveau à me placer correctement. Cela allait un tout petit peu plus rapidement que la fois précédente, car je comprenais petit à petit comment cela marchait. Evidemment, je ne pourrais pas tirer aussi bien qu’elle sans son aide aussi rapidement, mais j’essayais de me débrouiller le mieux possible, pour ne pas passer pour un bon à rien et “gâcher” un peu cette surprise qu’elle m’avait faite. Une fois que j’étais à nouveau placé, je jetais un rapide coup d’oeil à Hayley, sentant bien mon muscle qui se contractait. Ce n’était pas forcément évident de garder la flèche tendue aussi rapidement. Je finissais alors par regarder à nouveau l’arbre, me concentrant sur la cible que je devais atteindre. Je lançais alors la flèche et baissais l’arc avec un petit sourire sur les lèvres car je n’avais pas dévier cette fois-ci. Je voyais alors la flèche qui se plantait sur l’arbre, mais bien plus que la flèche d’Hayley. Ce n’était pas un tir parfait, loin de là, mais j’étais fier pour un début. Je me tournais alors vers Hayley avec un petit sourire victorieux sur le visage. “ Au moins, celle-là, elle est sur l’arbre, même s’il va falloir grimper pour la récupérer.”

©LittleJuice


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 559 messages et j'ai : 193 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Crystal Reed et je crédite : mourning dove (avatar) Annabelle (signature)

MessageSujet: Re: Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander   Lun 27 Fév - 9:43

Tu veux bien monter, et ne pas poser de question ?
— with Alexander Brainwood.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je n’aimais pas me vanter. Malgré mon tempérament plutôt grande gueule, le fait de me mettre sur le devant de la scène n’est pas une caractéristique de ma personne. Pourtant, je suis fière de pouvoir montrer ce que je sais faire à Alexander. Seulement quelques personnes sont au courant de ce passe temps, ce loisir presque professionnel. Ils sont encore moins nombreux les privilégiés à avoir eu la chance de me voir en action, de me voir de leur yeux. Je suis contente de pouvoir compter le Lambda parmi eux. Depuis cette période où il m’avait vu impuissante face aux difficultés de la vie, il y avait ce petit plus entre lui et moi. Il savait des choses que je cachais aux autres. Et c’était réciproque. Je savais une part d’ombre de sa vie. Il savait la mienne. Je pouvais lui faire confiance, lui dévoiler une petite part de moi. La démonstration faite, mon côté taquin était revenu sur les chapeaux de roue. Même si cela pouvait paraître déséquilibré, je lui avais lancé le défi de faire la même chose, ou du moins, de réussir à planter une flèche dans le même arbre que celui où était venue se nicher celle que je venais de tirer. L’inquiétude s’était installée pendant une courte seconde sur le visage de mon ami, avant d’applaudir. Un geste qui faisait naître un sourire gêné sur mes lèvres, un fragment de vulnérabilité sous cette carapace solide. « Peut-être pas toute ma vie mais ça fait un paquet d’année déjà… tu vas réussir Brainwood, j’en suis sûre. Je ne partirais pas d’ici avant que tu le fasses au moins une fois, je peux passer toute la nuit s’il le faut ! » Bon, c’était un peu risqué de faire une telle promesse mais… j’étais du genre à les tenir. L’arc dans les mains du jeune homme, je venais me placer à côté de lui, tout en lui indiquant du mieux que je pouvais la meilleure posture à adopter. Un dos bien droit, tout en gardant un certain relâchement dans les épaules pour ne pas être crispé et se faire mal inutilement. La main qui devait tirer au niveau du visage. Une respiration la plus calme possible. Un esprit vide de tous parasites. Lorsque je jugeais le bon moment, je lui faisais signe. Mon regard suivait le parcours de la flèche, du moment où elle partait de l’arc jusqu’à s’enfuir dans la bonne direction, quoiqu’un peu déviée de la trajectoire initiale, pour finalement disparaître dans les bois. Je n’avais pas le temps de dire quoique ce soit que mon ami prenait la parole, pour faire remarquer que cette flèche était perdue, avant d’enchainer sur le coût potentielle de l’objet. « Une bonne semaine de salaire. » Annonçais-je le plus naturellement possible. L’effet escompté sur le visage de l’étudiant en sociologie, j’affichais un sourire taquin sur mes lèvres pour reprendre. « Je rigole, ça me coûte presque rien, je connais quelqu’un. Et ce sont les risques de l’apprentissage. Il ne faut pas te focaliser dessus. » Je venais poser ma main brièvement sur son épaule, un geste compatissant pour accentuer la profondeur de mes paroles, avant de voir avec joie qu’il m’écoutait et reprenait une autre flèche pour faire un nouvel essai. Cette fois-ci, au lieu d’utiliser des mots, et seulement des mots, je me rapprochais de lui pour le placer moi-même. Mes mains suspendues dans les airs. « Je peux ? » C’était idiot de poser cette question, de demander la permission à Alex’ de pouvoir poser mes mains sur lui alors qu’une bonne heure plus tôt, les siennes étaient sur mon corps lors du trajet en moto. Son accord donné, non sans avoir rigolé à ce moment comique, je plaçais un à un les membres de mon partenaire de tir à l’arc. Dans un premier temps ses bras, comme je lui avais annoncé lors de la première tentative, puis ses épaules, avant de terminer par son dos. « Un peu plus droit Brainwood… » Soufflais-je par dessus son épaule, avant de lui signaler que c’était bon. Un sourire victorieux sur mes lèvres venait se dessiner en voyant que mes explications venaient de porter leurs fruits. Mes yeux se posèrent dans ceux de l’étudiant, hochant vigoureusement de la tête pour acquiescer à ses paroles. « Tu es beaucoup trop modeste. Tu as réussi à tirer, une seconde fois, et en plus dans le bon arbre. Je pensais pas que ça serait du premier coup… enfin du second. » Je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il était capable de jouer sur les mots. « Quant à la hauteur… à nous deux on doit pouvoir réussir. » Et le plus tôt serait le mieux. Les affaires pouvaient être laissées sur place. Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup de monde dans la clairière. Je faisais comprendre à mon “élève” qu’il pouvait poser l’arc au sol, avec le carquoi et le sac que j’avais amené, avant de l’entraîner avec moi vers l’arbre qui servait de cible. Une fois devant, c’était plutôt facile de retirer celle que j’avais lancé, même s’il fallait une bonne dose de force pour l’extraire du tronc d’arbre. Je levais la tête pour poser mes yeux sur celle d’Alex’, et poussais un léger soupir, bien qu’il soit suffisamment exagéré pour montrer qu’il était faux. « Bon… tu me fais la courte échelle, ou bien tu me montres avoir été réellement Robin des Bois dans une vie antérieure ? » Les deux possibilités étaient envisageables. Même si mon petit doigt me disait que l’étudiant de Columbia ne devait pas être du genre à grimper aux arbres tous les dimanches depuis sa plus tendre enfance.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

He was just a fantasy in my mind. He's the dream come true. He's my perspective of the future. Am I dreaming? No. I'm in love with him. — Hayley Jessica Harper.
Revenir en haut Aller en bas
 
Tu veux bien monter, et ne pas poser de questions ? → Alexander
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: The USA-