Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Vente de gâteaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 31 Déc - 18:15

IN

L'année était commencée depuis 6 jours seulement et tu avais l'impression que ça filait déjà à toute allure. Tu n'avais pas vu le temps passer jusqu'à maintenant et plus tu vieillissais, plus tu avais l'impression de ne pas avoir assez de temps pour profiter de la vie. Emmitouflée dans ton grand manteau, tu t'asseyais sur un banc du parc en attendant Malo, la vente de gâteaux avait lieu aujourd'hui au profit des personnes qui avait subit des dégâts lors de l'ouragan et tu avais invité Malo à venir avec toi. Tu étais prête à le défier pour savoir lequel de vous deux allait vendre le plus de gâteaux, et puis ça te faisait une occasion de passer un moment avec lui, loin de Rhéa la sangsue qui ne le lâchait plus d'une semelle. Penser à elle t'exaspérait légèrement, tu l'appréciais mais sa proximité avec Malo te rendait quelque peu jalouse. Tes mains réchauffées par tes gants en cuir, tu les frottais l'une contre l'autre pour te réchauffer un peu plus encore, la température était vraiment glaciale et le givre sur les arbres rendait le décor presque magique. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes que Malo apparaissait, sa tête blonde et bouclée virevoltant au rythme de la brise de l'hiver, et un sourire apparaissait aussitôt sur ton visage. Bonne année ! Tu te jetais presque sur lui en riant, tu ne l'avais encore pas vu depuis le Nouvel An que tu avais passé avec Jah. Tu l'embrassais sur les joues et tu passais ton bras sous le sien avec un petite lueur de défi dans les yeux. Prête à me défier à la vente de gâteaux ? Tu te mordillais les lèvres en l'attirant vers votre stand où un tas de petits gâteaux n'attendaient que d'être vendus et mangés. Je vais te battre à plate couture. Un sourire mi-amusé, mi-enfantin apparaissait à la commissure de tes lèvres et tu riais alors que déjà, les clients affluaient vers vous. La journée s'annonçait amusante.

@Malo Caldeira-Osborne
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 557 messages et j'ai : 71 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud et je crédite : SWEET DISASTER (avatar), coco câline (profil); ASTRA (signature).

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 31 Déc - 21:45

Tes bagues roulent sur sa peau, froissent le tissu de sa chemise à tel point que le bout de tes doigts effleure son épiderme brûlant. Instinctivement tu appuies contre son échine pour approcher son corps du tien, désireux de le sentir contre toi À quel moment tu as couché avec lui ? Inutile de te retourner pour reconnaître cette voix puante d'amertume et d'irascibilité. Si son intonation est sèche c'est surtout le fait qu'il s'adresse exclusivement à toi, méprisant la présence du blond à tes côtés, qui témoigne toute l'étendue de sa haine. Tes opales accrochent celles de Mael une brève seconde alors que tu devines la nature même de ses pensées. Son corps happant presque le tien, ses mains triturant les tiennes, tu sais qu'il se rappelle la fine couche de sueur sur vos corps fiévreux et déchainés, tes lèvres chaudes sur sa peau dorée et tes doigts fermes dans sa chevelure que tu as adoré maltraiter. C'est comme si tu étais capable de revoir le film de vos ébats, vos plaisirs charnels, au fond de ses prunelles, subitement plus vertes qu'à l'accoutumée. Les mots filtrent de ta bouche alors que tes doigts s'enfoncent un peu plus dans le bas de son dos comme une énième demande silencieuse. Tu ne t'attends pas à ce qu'il s'en aille, conscient que peu importe l'épée de Damoclès au dessus de sa tête il restera là ou tu es. Sa main attire d'ailleurs la tienne alors qu'un fin sourire éclaire ses lèvres rosées. C'est au moment où sa main remet ta mèche de cheveux en place que tu sens la patience du brun se fissurer au moment où ses bouts de chair se referment sur ton bras. Il te tire à lui, t'arrachant de cette étreinte alors que ses mots fielleux dégoulinent de sa bouche pincée. Machinalement tu retires ton bras pour te libérer de son emprise, refusant qu'on impose une marque supplémentaire sur toi à cet instant. Ton geste déclenche sa fébrilité, tu le devines facilement lorsque ses prunelles d'un gris métallique s'assombrissent un peu plus encore. Tu le fais taire d'un regard, tes iris bleutées assassinant les siennes dans un calme olympien, trop peut être. Tu n'as pas besoin d'être menaçant, ton regard, ton corps même parlent pour toi et c'est amplement suffisant. Si ses complaintes ne sont que des mélodies parfois enivrantes à tes oreilles cette fois ce n'est pas le cas. Il le sait pourtant que ton être tout entier est voué à cette liberté écorchée, insoumise, inconditionnelle. Et pourtant sa possessivité le pousse à vouloir empiéter sur un territoire incapable d'être conquis, acquis. Farouche, il n'est rien de plus futile que d'essayer de te maîtriser, de te mettre en cage, toi l'indomptable, l'indompté. Ivar est tien, tout comme tu es sien certainement mais exclusivité ne veut pas dire propriété. Tu exècres qu'on tente d'accaparer des droits sur toi, qu'on parle à ta place, qu'on endosse ce rôle d'usurpateurs de pensées déchainées. Et c'est certainement ce goût prononcé pour ta liberté, cette espèce de suprématie désinvolte qui risque d'être le point de discorde entre le brun et toi. Là où il ne voit que le monopole de la chair, toi tu dévores avant tout cette notion d'affranchissement totale. Mael se recule, conscient certainement de l'erreur que venait de connaître l'homme derrière toi. Et c'est peut être ça toute la différence à cet instant, là ou Ivar force le passage, refuse de s'en tenir à cette liberté, Mael, lui, sait tout ça. L'un est aveugle, l'autre est tes yeux. Alors qu'il tente à nouveau de te toucher tu déplaces ton bras d'une manière légèrement brusque, lui refusant cet accès dont il s'estime être propriétaire de droit. Stop Cette fois c'est un ordre qui filtre de ta bouche. Tu sais qu'il abhorre ces demandes implacables mais cette fois tu ne lui laisses pas le choix. Ses prunelles scintillent d'une rage qu'il peine à dissimuler alors que ton corps marque une frontière symbolique entre lui et toi. Il reste Sans attendre ta main attrape celle de Mael que tu amènes à toi doucement, contrastant avec la fermeté de ton intonation. Son corps heurte le tien, arrachant un rictus coléreux à Ivar mais tu n'en fais pas cas. Tu lui imposes ce qu'il avait tenté de te dérober, lui montrant à quel point tu es homme avant d'être amant. T'es conscient qu'au delà d'avoir transgressé la règle première de ton indépendance son erreur est d'avoir touché à l'intouchable. Mael. Peu importe l'attirance insupportable qui t'oppresse dès lors que le brun est à tes côtés, elle n'en éclipse certainement pas le lien ineffable qui te lie à ton meilleur ami. Cet homme qu'il dévisage n'est autre que le seul capable de le déposséder. Le déposséder de ta personne, de ces droits qu'il désire avoir sur toi, de cette exclusivité coupable, de chaque brique de l'édifice qu'est le vôtre. Oui, Mael est clairement celui qui, en un seul coup de pied peut détruire ce qu'il s'efforce de préserver. Son détracteur, ni plus ni moins. Là ou Ivar s'élève comme une entité immuable à tes yeux, Mael n'est autre qu'une évidence, un fait acquis, presque même une prédestination.   Ivar Son prénom claque dans ta bouche de manière aussi suave qu'insolente, déclenchant encore un peu plus son exaltation. Je te présente Mael, habitue toi à lui maintenant. Façon de lui dire que non seulement il allait rester avec vous, refoulant le caprice maladif du brun mais aussi de lui faire comprendre qui il était et à quel point son être tout entier était enchevêtré au tien.


electric glare •
my world was on fire, and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do, I never dreamed that I'd need somebody like you, I never dreamed that I'd miss somebody like you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1110 messages et j'ai : 366 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Magda Zalejska et je crédite : money honey (avatar)

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Dim 1 Jan - 18:37

IN
Un énième soupir sort de ta bouche alors que les gens ne font que jeter un coup d’œil à tes pâtisseries. Tu te demandes encore pourquoi t’es là. Ah si. Comment oublier. Ton père, ce sénateur. Certes, pas de l’état new yorkais, mais tout de même. Evidemment qu’il te dirait de participer à cette vente de gâteaux. Il t’a poussé, encore et encore. Et comme d’habitude avec lui, t’as fini par céder. Alors voilà, que t’es là, dans le froid, à attendre que des gens ne daignent venir. Evidemment, la cause te touche. Tout le monde a été touché par l’ouragan, seulement tu déteste te faire imposer les choses. Surtout quand il fait moins dix mille degrés dehors. Ton père est passé, pour te dire bonjour qu’il a dit. Surtout pour vérifier que t’étais bien là, t’en es persuadée. En attendant, il a fait sa bonne action de la journée en achetant deux boites de gâteaux. C’est toujours ça. T’as de tout, des muffins, des cookies, des tartes bien crémeuses, et quelques cupcakes. Tu laches la surveillance de ta table pendant quelques instants, histoire de te servir un café venant de ta thermos, pour te réchauffer un peu.
Les mains autour de ta tasse, tu te réchauffes comme tu peux en te délectant de l’odeur de café. T’aperçois alors Izaak, un peu plus loin, et tu souris en le voyant en bonne compagnie. Jamais il ne t’avait dit qu’il avait des amis si agréables à regarder. Tu peux pas t’empêcher de sourire, avec comme une envie de l’emmerder, comme à chaque fois que vous vous voyez. Mais non, t’as un devoir à faire. Presque une corvée avec ce froid là. T’es tellement absorbée à regarder ailleurs, que tu vois pas Alexis arriver, avec quelques-uns de ses potes. Tu manques de recracher ton café en le voyant, mais tu plonges ton regard dans ta tasse, en espérant qu’il ne t’a pas vu.


@Alexis Sheridan



i'm the flower and the thorns
silence, the most powerful scream ✻  She's less of a girl, more like a tornado. Her outside may be made of skin, but in her bones rests an active volcano.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 192 messages et j'ai : 36 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jay HOT Alvarrez et je crédite : Magma pour l'avatar & coco câline pour le profil et la signature.

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Dim 1 Jan - 23:24


IN

New-York. Presque deux semaines maintenant que tu as déserté la Big Apple pour te ressourcer au Brésil, lieu de tes racines. Tu avais ressenti le besoin de sentir le soleil de là bas brûler ta peau, l'eau salée épouser ton bassin, tes cheveux éclaboussés de cet océan qui t'avait bercé. Tu avais deviné l'inquiétude dans les yeux de tes parents adoptifs mais ils n'avaient rien dit, sachant pertinemment que cela ne servait à rien. Tu ne reviendrais pas sur ton choix de passer les fêtes là bas, seul. Tu en avais besoin, encore plus que la date de l'accident approchait à grand pas, te rendant de plus en plus irascible. C'est certainement pour cette raison que Galya, la petite soeur de ton meilleur ami Jaheim t'a proposé cette vente de gâteaux. En temps normal tu aurais refusé, loin d'être friand de ce genre de mondanité, bien trop éperdu de ta solitude à cet instant pour te fondre dans une telle masse. Tu as pourtant accepté, conscient que ça lui fait plaisir et que c'est une belle façon de fêter ton retour que de lui offrir cette satisfaction. Ces derniers temps ta relation avec son frère est pour le moins tendue même si tu préfères ne pas y penser, de peur que ça n'entache encore plus ton humeur. Tu mets ça sur le compte d'une absence, d'un laisser aller que tu n'expliques pas. L'arrivée de la brune te sort de tes pensées et tu lui adresses un petit sourire en coin avant d'attacher ta chevelure en un chignon sauvage. Tu salues Galya, pas vraiment étonné de son excentricité, tu en as pris l'habitude depuis le temps. Tu as mis être moins fatigante dans ta liste de résolution ? Tu adores la taquiner même si tu sais que ce lien fusionnel est loin de plaire à son frère. Tu ne l'expliques pas mais il ne cautionne pas le fait que tu sois aussi proche que ça de sa soeur. Peut être le syndrome du frère protecteur, certainement même si cela ne t'a jamais empêché de suivre ton instinct premier en ce qui concerne sa moitié. Commence à pleurer maintenant Tu lui adresses un petit sourire entre la malice et le charme avant de te diriger vers votre stand d'un pas traînant. Cette histoire de vente ne t'enchante pas réellement, tu le fais surtout pour elle et tu te doutes qu'elle en a conscience, d'où sa façon d'encourager ta motivation. Sur le chemin tu croises la silhouette de Maxyne et tu prends le temps de t'arrêter quelques secondes. Je reviens Tu te diriges vers la brune et une fois derrière elle ta main se pose sur le bas de son dos alors que tes lèvres effleurent sa joue dans un baiser doux et léger à la fois. On se voit plus tard Tu t'éclipses rapidement en lui adressant un petit sourire en coin avant de rejoindre Galya qui ne t'a pas lâché du regard depuis tout ce temps. Elle reconnaît sans doute Maxyne, l'ancienne amie de votre ami décédé mais elle ne la mentionne pas, préférant taire cet épisode pour le moment. Galya, on peut pas simplement faire un tour ? Tu n'as clairement pas envie de faire du social aujourd'hui quand bien même c'est pour la bonne cause. Tu sais que ta présence est suffisante à la petite soeur de Jah et tu préfères que vous vous en teniez à ça pour cette fois. Ton humeur plutôt instable ces derniers temps ne t'encourage pas à être avenant ni même profondément accueillant.

@Galya El Hani @Maxyne Finnigan


life without liberty is like a body without spirit
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 284 messages et j'ai : 0 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chloé Moretz et je crédite : Hollidaysee (avatar), lilousilver (profil)

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mar 3 Jan - 16:12

IN



Vente de gâteaux
Topic commun
Rendre service, c’est dans ta nature, pourtant cette fois tu t’ennuies un peu. Tu ne sais pas pourquoi, tu es entouré de gens que tu connais pourtant, il y a même dans le lot des personnes que tu apprécies. Mais tu n’es pas vraiment avec eux. Ton regard est ailleurs, la vision de tous ces gâteaux te donne presque des haut le cœur. Le point positif c’est que tu n’es pas tenté d’en prendre, tu ne pourrais pas le manger. Enfin techniquement si, tu peux le manger, tu vas juste te rendre malade. Tu ne te souviens même plus du jour où tu as mangé un gâteau pour la dernière fois, petite tu pouvais encore, l’intolérance n’était pas encore détectée, ça te rendait malade bien sûr mais on avait pas encore fait le lien.  Si au début tu avais été tenté, surtout pendant ta grossesse, maintenant tout ce sucre ne te donne pas envie. Tu sais que ça ne vaut pas le coup de te rendre malade pour quelques secondes de délice. Une petite silhouette te fais revenir à la réalité, un grand sourire se dessine sur ton visage quand tu reconnais Kim, la fille de ta patronne mais surtout ta fille biologique, même si aucune des deux ne le sais et tu n’es pas bien décide à leur apprendre. Tu connais Anastasia maintenant que tu travailles pour elle et tu sais que si tu avoues ton lien avec sa fille, tu ne reverras plus la petite. Tu la laisses te sauter dessus en souriant, cette gamine t’adore, ce qui a surpris sa mère, ce qui ta réchauffé le cœur. Tu lui demandas comment ça va en souriant puis tu lui offre un cookie en cherchant Anastasia du regard, la mère est rarement loin de sa fille. Au moment où elle apparaît dans ton champ de vision tu remarques que Kim devient toute rouge. Tu lui lança un regard paniqué puis tu interpelle ta patronne qui discute "Anastasia!"


@Anastasia K. Tawera
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 282 messages et j'ai : 72 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Leithold et je crédite : AILAHOZ (avatar) ; tumblr (gifs) ; anaëlle (signature).

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mer 4 Jan - 6:55

IN

Elle a un bonnet enfoncé sur le crane, qui lui cache presque la moitié de son visage. L’autre moitié, elle, est dissimulée par l’énorme écharpe enroulée autour de son cou. Elle n’est pas habituée à de telles températures, l’italienne, les années loin de son pays n’auront rien changé à cela. Non, elle, elle est faite pour le soleil et la mer, pour la chaleur et le sable fin. L’été qui s’éternise et le ciel bleu qui ne devient jamais glacé. Elle ne pourra jamais s’en passer, peu importe l’endroit où elle vit. Peu importe le temps qui passe. Alors lorsque l’hiver tombe, elle disparait sous une couche de vêtements, Sia. Contrastant avec toutes ces new-yorkaises qui semblent adorer les tenues légères, même lorsque la neige est tombée et que les températures sont largement négatives. Rien qu’à les voir passer à côté d’elle, elle ne peut pas retenir un frisson, enfonçant son nez un peu plus dans l’écharpe alors qu’elle presse le pas. Elle est en retard, pour une fois. La faute à une conversation téléphonique avec une mère peu encline à la lâcher avant de tout savoir sur sa vie. Dans le seul but d’aller tout répéter à son frère pour s’assurer qu’il la surveille bien, elle en est certaine. Comme si elle a besoin de ça. Mais la mamma italienne ne plaisante pas avec ses enfants, peu importe les milliers de kilomètres et l’océan qui les séparent. Alors forcément, lorsqu’elle arrive à Central Park, il y a déjà beaucoup de personnes sur place et la vente a déjà commencé. Ses yeux recherchent la silhouette qui commence à devenir familière, un sourire sur son visage alors qu’elle salue ceux qu’elle connait. La vente caritative a beaucoup de succès, malgré l’air désespéré de certains étudiants. Elle-même n’a pas hésité, autant touchée par la cause que tentée par les gâteaux proposés. Même s’ils étaient à vendre et non à déguster. Une notion qu’elle risquait fortement d’oublier d’ici peu de temps, au vu des patisseries proposées. Elle en profite pour en prendre une en photo et envoyer un message à Solal, non sans ignorer qu’il était beaucoup moins enthousiaste qu’elle à l’idée de passer une journée dans le froid. Ou à vendre des gâteaux.
Elle rejoint leur stand, renonçant à son écharpe pour éviter de faire peur aux potentiels clients et ne peut s’empêcher de prendre un cupcake. Uniquement pour s’encourager à lutter contre le froid. C’est le regard outré d’une étudiante non loin qui lui fait mettre un billet dans la boite prévue à cet effet, bien que son expression reste le plus neutre possible. Elle a prévu de la monnaie, juste au cas où. La silhouette du brun attire son regard et elle ne peut retenir le sourire qui étire ses lèvres alors qu’il arrive à sa hauteur. Elle commence à s'habituer à sa présence, Sia. Tout comme il commence à lui manquer lorsqu'il est trop pris par son emploi du temps. C'est encore subtil, presque invisible, même pour elle. Mais elle ne veut pas y penser, c'est bien trop dangereux. « Tu arrives juste à temps. » Elle se met sur la pointe des pieds pour déposer un léger baiser sur sa joue, avant de se reculer et de lui tendre le cupcake. Ses joues, elles, sont déjà rosies par le froid. « Tu veux goûter ? Je me suis dis qu’il valait mieux s’assurer qu’on vendait des trucs bons. » Elle tente même la moue parfaitement innocente pour appuyer ses propos. Comme s'il y a une seule chance pour qu'il la croit.

@Solal Burrows


hold back ⊹ tried to keep you close to me, but life got in between. Hold back the river, let me look in your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 2999 messages et j'ai : 194 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Giza Lagarce et je crédite : ASTRA pour l'avatar et bat'phanie pour la signature, moi-même pour le profil.

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mer 4 Jan - 14:05

IN

Ivy j'ai vraiment pas envie d'aller à ce truc je t'assure. Ta meilleure amie ne te laissait pas le choix, de toute façon, et c'est avec un long soupir que tu te levais pour enfiler tes chaussures et ton manteau. Qu'est-ce que tu ferais pas pour elle. Une vente de gâteaux, ça t'horripilait déjà, tu aurais été bien plus enjouée normalement mais depuis quinze jours, tu vivais au ralenti. Concentrée sur tes cours et ça uniquement, tu tentais par-dessus tout d'oublier le départ de ton frère et l'éloignement de Solal. Ce n'était pas chose facile puisque tu n'avais plus que ça en tête, et tu savais qu'Ivy voulait te changer les idées, mais tu avais bien trop peur de croiser le jeune homme. Tu trainais ta personne jusqu'à la porte de l'appartement alors qu'Ivy te rassurait du mieux qu'elle pouvait et tu lui souriais avec tendresse, elle aurait certainement tout fait pour te redonner le sourire. T'as de la chance que je peux rien te refuser, toi. Vous arriviez à Central Park quelques dizaines de minutes plus tard, le parc grouillait déjà de monde, des étudiants et des familles surtout. Tu croisais les bras sur ta poitrine pour garder la chaleur dans ton manteau et tu enfilais tes gants avant de t'avancer dans le parc, apercevant Sia, ça faisait longtemps que tu ne l'avais pas vu. Tu tirais ta meilleure amie avec toi pour aller la saluer. Hey ! Tu vas bien ? T'as passé de joyeuses fêtes ? Tu déposais un baiser sur sa joue, Sia était une amie assez proche mais vous n'aviez plus vraiment l'occasion de vous voir, vous aviez toutes les deux une vie bien remplie. Tu allais continuer sur ta lancée lorsque tes yeux se posaient sur Solal, qui arrivait au loin, droit sur vous. Tu blêmissais et serrais la main d'Ivy alors que tu souriais poliment à ton amie. Je dois y aller, à plus tard. Tu n'avais aucune idée que Sia et Solal étaient venus ensemble alors tu te tournais vers Ivy, la priant du regard de vous éloigner le plus possible. Elle comprenait le message et elle faisait semblant de voir une connaissance au loin, alors que ton regard percutait celui du jeune homme. Un voile de tristesse passait sur ton visage et tu t'empressais de tourner la tête pour suivre la blonde, même si tu ne voulais plus qu'une chose : rentrer chez toi et regarder un film. Tu soupirais alors qu'Ivy se tournait vers toi et tu haussais les épaules, lui indiquant sans parler que ça allait. Tu faisais avec, de toute façon.

@Sia Franzone @Solal Burrows @Ivy L. Mara


come and find me
all this time i waited on a future that you never did. and despite all the love i gave, you wanted something i can't give ▬ slow it down, love, it's too bright out there. hold on, love, you're walking thin air.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1053 messages et j'ai : 248 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Christopher Mason Brown ♥ et je crédite : avatar by lux aeterna, signature, profil par moi

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mer 4 Jan - 17:05

Rien ne compte à tes yeux que ce regard fiévreux posé sur ta personne et cette main nichée dans le bas de ton dos. Involontairement, ton corps tout entier réagit d’une manière impulsive sous l’effet que cela produit en toi. Ce petit attouchement ouvre les portes tant protégées de ta mémoire libidinale. Tu le revois titiller tes zones sensibles sous tes gémissements l’encourageant à continuer. Ne pas s’arrêter à maltraiter, tes cheveux, ta langue alors que cette image là t’incite à te mordre ta lèvre inférieure. Tu ne réagis aucunement aux mots tant véridiques du brun à côté d’Izaak. Vous n’êtes discrets, vos regards sont tellement symboliques que votre promiscuité sexuelle saute aux yeux. Tant pis, tu n’es pas le genre à faire attention aux pensées des autres. Tu assumes chaque prise de position effectuée, tu assumes tout ce qui te lies à cet homme. Meilleur ami, le terme est faible face à votre relation car toi-même tu as arrêté de vouloir lui attribuer un nom. Il est ta personne, Izaak est un tout, ton univers possédé dans une unique âme si particulière. Tu es plutôt amer de constater que le brun jaloux ne le voit pas. Ne voit pas le lien qui vous lie et se contente de diriger sa possessivité dans l’excès absolu. Toi, tu n’interfères pas dans leurs affaires. Tu sais pertinemment la force de caractère d’Izaak. Il n’a pas besoin de toi pour imposer les règles du jeu et en plus, tu n’as pas besoin de justifier ce qui te semble acquis depuis tellement longtemps. Izaak est libre. Essayer de le mettre en cage est une erreur capitale qui ne ferait que stimuler sa colère et son envie d’éloignement. Toi, tu n’as pas besoin de faire preuve de tant de captivité en ce qui le concernant, tu sais ta place dans sa vie tout comme il connait la sienne dans ton existence. C’est pour cette raison que lorsqu’il te demande de rester, tu utilises votre propre langage. Ces gestes dont vous êtes les seuls à comprendre le sens, à situer quand et où vous avez effectué les mêmes. Exactement les mêmes. Doucement, tes lèvres s’étirent gracieusement alors que ta main s’enfonce dans sa mèche que tu éloignes mollement de ses yeux. Tes doigts la coincent derrière son oreille sans que tes lèvres ne s’entrouvrent. Il a compris, tu en es conscient après tout, il est ton autre bout d’âme perdu et retrouvé. Tu t’es attendu à cela, à ce que le brun réagisse pour t’éloigner toi, celui qu’il considère comme la présence de trop. Tu trouves sa réaction presque touchante au point de vouloir éclater de rire non pas pour te moquer pour lui montrer l’étendu de son aveuglement. A la place, c’est un regard désolé que tu lui lances alors qu’Izaak s’approprie ton bas du dos résultant une réaction immédiate, celle d’arquer ton dos non sans te mordre la lèvre. Tu n’essaies pas d’évoquer la jalousie du tatoué non, tu es bien trop dans ta bulle partagée avec ton petit prince pour te résoudre à t’immiscer dans une telle prise de position. Tu restes et tu le veux. Tu n’as pas spécialement envie de déguerpir pour satisfaire une avidité de pouvoir injustifiée. Là, Izaak te présente convenablement. Tu es Mael tout simplement. Tu n’as pas besoin de qualificatif pour montrer la place incommensurable que tu as hérité. Observateur, tu places ta main dans le dos du brun tout en appréciant cette proximité qui te fait vivre. Tes yeux sont totalement captivés par lui, par son aura omniprésente et pissant son énergie sur toi. Tu ne réagis que lorsqu’Ivar murmure son prénom. Là, toute ton attention se focalise sur lui et sur l’engin qu’il a collé à son oreille. « Ydriss ? Mon Ydriss ? » La pression sur la chair d’Izaak se diminue alors que pendant quelques secondes tu perds tes moyens. Comment connait-il ton Ydriss ? Et le plus important, comment cet inhumain prend-il la peine de l’appeler lui alors qu’il ne te témoigne que de l’indifférence ? Tu serres la mâchoire en gardant tes yeux focalisés sur Ivar et son petit sourire que tu as juste envie d’écraser de ta main. Il ne se contente pas de le connaître mais en plus, visiblement, un lien impénétrable les lie ce qui te rend étrangement très irrité.  

@Izaak S. Perales


The hammers goes up and down hits the nail.
In one single flash I see both shows ; Computer, cigarettes, photograph, pens and pencils.

awaaaaard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 195 messages et j'ai : 68 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Reece king et je crédite : nebula.

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Jeu 5 Jan - 20:49

IN

Les gars du club de foot et moi, on se dirige d'un pas tranquille vers Central Park. J'arrive pas à croire que ce qui s'est passé avec ce putain d'ouragan date d'il y a déjà deux mois. C'était vraiment pas évident comme période mais je pense que les choses sont en train de reprendre doucement. Du coup, dès que les gars ont su pour cette vente de gâteaux à Central Park, ils ont tout de suite voulu y aller. Faut dire qu'on est un peu des estomacs sur pattes et qu'on peut faire des dégâts tous ensemble. C'était aussi très important de venir vu qu'on connaît du monde pour qui le conservatoire était très important, alors si on peut aider. En arrivant au parc, on a tout de suite le sourire en voyant le monde qu'il y a. On commence à marcher pour voir les stands de tout le monde quand soudain, je reconnais Maxyne derrière l'un d'entre eux. Et je sais qu'elle m'a vue. Certains des gars me regardent bizarrement parce qu'ils savent que c'est mon ex et que c'est tendu entre nous, d'autres se précipitent sur le stand à côté de celui de Max parce qu'ils ont vu je sais pas quoi. Du coup je me retrouve à attendre comme un con au niveau des pâtisseries. « Salut. » ai-je fait doucement mais d'un ton prudent, comme si Max était un animal sauvage qui allait me sauter à la gorge. La comparaison est à peine exagérée. « Ton stand est impressionnant. » ai-je commencé en regardant l'étendue du choix de gâteaux que j'ai sous les yeux.
@Maxyne Finnigan



i don't like talking to strangers, so get the fuck off me i'm anxious
yeah, lonely nights i laid awake, pray to lord, my soul to take. my heart's become too cold to break. know i'm great but i'm broke as hell, having dreams that i'm folding cake. all my life i've been told to wait but i'mma get it now it's no debate.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1110 messages et j'ai : 366 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Magda Zalejska et je crédite : money honey (avatar)

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Ven 6 Jan - 1:09

Les mains autour de ta tasse, tu te réchauffes les mains comme tu peux, en essayant d’éviter le regard d’Alexis. Loupé. Il va se sentir obligé de venir ? Tu vas devoir être aimable ? pas moyen. T’as pas envie de faire d’efforts quand il en fait aucun. Ou plutôt lorsqu’il n’en a fait aucun. Parce que désormais, tu lui demandes plus grand-chose. T’es tellement dans tes pensées que tu vois pas Malo arriver. C’est qu’en sentant sa main dans le bas de ton dos que tu reviens à la réalité en relevant subitement la tête. Tu peux pas t’empêcher de sourire comme une gamine heureuse lorsqu’il dépose ses lèvres sur ta joue. Une douceur, une petite tendresse qui est largement bienvenue. « Malo. » T’aurais voulu lui dire de rester, ne serait-ce qu’un peu. Te perdre dans son regard quelques instants, pour avoir l’impression de revenir en arrière, pour te sentir bien, juste un peu, quand tout était beau. Un peu légère, quitte à être envahie par la nostalgie et à te taper un retour brutal ensuite. Malo, ton repère, ton ancre. Mais t’as pas le temps de dire quoique ce soit, qu’il part déjà, alors tu te contentes de sourire en lui faisant un léger signe de la main.
Tu regardes devant toi, et tu le vois arriver, tu pestes intérieurement. Qu’est-ce qu’il fout ?! Puis voilà qu’il te dit bonjour. Quelle merde, tu vas lui dire quoi, toi ? Tu hausses un sourcil, l’interrogeant silencieusement sur sa venue. Il était pas obligé de s’arrêter ou de te parler. T’as pas eu beaucoup d’importance jusque-là, il peut continuer sur la même lancée. « Salut. » Tu prends une gorgée de ton café en attendant soit qu’il dégage, soit qu’il se décide à dire quelque chose d’utile ou d’intelligent. Une nouvelle fois, tu hausses un sourcil à sa réflexion. « Euh… Merci ? » C’est pas ce que t’imaginais par dire quelque chose d’intelligent. Tu déballes une autre plat de muffin, et en installe quelques-uns sur le stand avant de relever les yeux vers Alexis, toujours là. « C’est bon Alexis, t’as fait ta bonne action de la journée. Tu peux bouger maintenant, t’es pas utile ici. » Tu continues de disposer tes muffins sur la table avant de fermer brièvement les yeux en te rendant comptes des mots qui avaient passé la barrière de tes lèvres. T’es vraiment détestable quand tu t’y mets. Tu soupires, et quand tu relèves la tête, tu le vois qui tourne les talons, près à aller rejoindre ses potes. Et t’hésites. Pendant un bref instant, tu te demandes s’il ne vaut pas mieux que tu le laisses les rejoindre. « Attends. Désolée. Tu peux rester. Tu peux m’aider à installer ça si tu veux. » Il restait encore un plat entier de muffins aux myrtilles à installer. Tu jettes un coup d’œil à ses amis, et t’en reconnais quelques-uns. Les mecs du soccer. Pour la plupart, pas des lumières. Et tu relèves la tête, tes opales posées sur la peau métisse et toujours aussi attirante de Zeke. Sa peau dorée et son regard perçant. Une combinaison gagnant. Un combo que tu maudis désormais. « Tes potes vont nous regarder comme des bêtes de foire encore longtemps ? » Non parce que sinon, tu serais susceptible de leur offrir un spectacle dont ils se souviendront.
@Malo Caldeira-Osborne  @Alexis Sheridan



i'm the flower and the thorns
silence, the most powerful scream ✻  She's less of a girl, more like a tornado. Her outside may be made of skin, but in her bones rests an active volcano.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Ven 6 Jan - 11:33

Tu as mis être moins fatigante dans ta liste de résolution ? Un sourire malicieux passait sur tes lèvres alors que tu regardais le jeune homme du coin de l'oeil. Non j'aime bien trop t'emmerder tu sais bien. Tu lui souriais plus largement avant d'éclater de rire et tu te dirigeais vers le stand de gâteaux, avant que Malo ne s'éloigne pour aller saluer quelqu'un, une jeune femme que tu ne connaissais pas. Tu l'attendais patiemment et tu observais autour de toi à la recherche de têtes connues mais le blond revenait vers toi rapidement et tu lui souriais, tu étais prête à te lancer dans la vente de vos gâteaux mais tu remarquais que Malo n'avait pas l'air très enclin à se lancer dans cette activité et tu haussais les épaules à sa question. Tu savais que la période n'était pas facile pour lui et c'est pour ça que tu acceptais, passant ton bras sous le sien en lui souriant. Les gâteaux peuvent bien attendre. Tu te déplaçais pour admirer les autres stands, les gâteaux donnaient tous aussi faim les uns que les autres et tu te dirigeais vers un stand tenu par des Psi que tu connaissais de vue pour leur acheter deux gâteaux, une éclair au chocolat pour toi et une tarte au citron pour Malo. Tu lui tendais son gâteau avec un petit sourire. Si on en vend pas, on peut au moins en profiter. Tu riais doucement en mordant dans ta pâtisserie et tu observais silencieusement Malo en continuant de marcher, tu hésitais à lui parler de ce qui le tourmentait mais tu n'en faisais rien, tu l'avais invité pour qu'il se change les idées, pas pour l'enfoncer encore plus dans ses souvenirs. Il n'avait pas disparu de la circulation pendant deux semaines pour rien, et tu savais que ce séjour au Brésil lui avait certainement fait le plus grand bien. J'ai passé le Nouvel An avec Jah. C'était sympa. Ça aurait été certainement mieux si le jeune homme avait été là, mais ton frère avait été plutôt clair avec toi à ce sujet, tu n'y avais d'ailleurs pas répondu. Ton frère était devenu étrange depuis quelques temps et bien que tu savais d'où ce changement pouvait provenir, tu préférais faire semblant de ne rien savoir, ça te faisait un peu moins mal que d'avouer la vérité. Et le Brésil alors ? Toujours aussi beau ?

@Malo Caldeira-Osborne
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 557 messages et j'ai : 71 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud et je crédite : SWEET DISASTER (avatar), coco câline (profil); ASTRA (signature).

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Ven 6 Jan - 12:50

Tes bagues s'enfonçaient un peu plus dans la chair de Mael lorsqu'il remettait ta mèche de cheveux en place. Ce geste anodin en apparence était capable de souffler le cataclysme libidinal qui t'habitait dès lors qu'il te touchait de cette manière là. Tes yeux scintillaient de ce plaisir coupable lorsque le brun te rappelait à la réalité une énième fois. Il se fichait de ces présentations en bonne et due forme, désirant seulement que tu t'extirpes de cette étreinte bien trop charnelle à ses yeux. Tu haussais les épaules de manière désinvolte, lui signifiant que tu ne comptais pas lui offrir le luxe de te soumettre à sa volonté. Mael n'était pas une personne lambda, celle la même contre laquelle Ivar avait le droit de se montrer vil et scabreux. S'il montrait les dents alors tu étais capable de lui faire avaler sa langue au point qu'il s'en étouffe pour peu qu'il touche à cet homme à la place si particulière, si suprême. Ivar Tes opales étaient noires, menaçantes au moment où son bras avançait dans une direction qui ne te plaisait pas. Ton corps entier se crispait, prêt à intervenir pour le dégager et ce peu importe les conséquences de ton acte. Sans vraiment t'en rendre compte tu avais pris le parti de te mettre devant Mael, explicitant encore un peu plus la supériorité, l'importance que revêtait le blond pour toi. C'était pas contrôlé mais tu savais que le fait que tu sois prêt à recevoir des coups à sa place, de le protéger de ta personne de manière impulsive ne ferait que développer la colère noire du brun à tes côtés. Et pourtant dans ton malheur le bruit de son téléphone portable sonnait l'heure de la cessation. Ivar grognait quelque chose avant de décrocher d'un geste sec non sans te massacrer du regard. Tu te retournais vers Mael, te retenant de ne pas glisser tes mains dans ses cheveux dans un geste qui se voulait rassurant, doucereux. Ydriss ... Tu n'entendais pas le reste de la phrase puisque ce simple prénom réussit à arrêter le temps sur son passage. La pression des doigts du blond dans ton dos se figea avant de diminuer au fur et à mesure que le brun continuait son monologue. Tu fronçais les sourcils, intrigué non seulement par la réaction de Mael mais aussi par la transformation immédiate des traits d'Ivar au simple son de ce prénom. Tu avais réussi à lire dans ses prunelles une lueur étrangère, impénétrable alors qu'il avait pris connaissance de son interlocuteur. Ydriss ? Mon Ydriss ? Le visage angélique du blond était à présent livide et tu comprenais que l'homme dont il t'avait dépeint le portrait, celui d'un insensible, d'un inhumain était certainement l'homme au téléphone avec le brun. Ton brun. Le sourire victorieux d'Ivar ne faisait que confirmer tes dires bien qu'il n'avait aucune idée de la véracité de cette hypothèse à cet instant. Le problème c'est que ce prénom n'était pas forcément le plus commun à New-York, encore moins dans un cercle aussi serré qu'était le tien, le vôtre. Le visage de cet homme t'était totalement inconnu et pourtant dans la façon qu'il avait de lui parler, de s'apaiser, lui, l'indomptable, t'indiquait que oui, cet étranger n'était pas n'importe qui pour lui. Tu te tournais vers Mael, reculant légèrement sous la contrariété. Si Ivar prenait un malin plaisir à lui retourner le coeur autant que son esprit certainement dépouillé, il n'en restait pas moins qu'il semblait profondément surpris par la tournure des évènements. L'état du blond était loin de t'être familier, lui ordinairement si calme, bien trop désinvolte pour s'attacher à ce genre de détails. Et dans ses maux, tu y lisais quelque chose que tu n'appréciais pas. Cet affect qui le liait à cet homme, cet homme qui avait ce pouvoir de désarmer ces deux êtres qui étaient tiens.


electric glare •
my world was on fire, and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do, I never dreamed that I'd need somebody like you, I never dreamed that I'd miss somebody like you.
Revenir en haut Aller en bas
 
Vente de gâteaux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Archives :: Œuvres caritatives :: Topic commun-