Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Vente de gâteaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1151 messages et j'ai : 1588 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et je crédite : Avatar par Caro la moche ; signature par Lilousilver ♥

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Ven 6 Jan - 15:07

J’avais été surprise et je détestais ça. Je laissais échapper un léger rire nerveux lorsqu’il constatait que c’était mieux que nous ne soyons pas à une vente de couteau. Oui en effet,c’était mieux s’il ne voulait pas que sa journée se trouve mystérieusement écourtée. Les présentations se faisant normalement, je commençais à réfléchir ce que nous pourrions faire, comment on allait se répartir le travail. Je rigolais face à sa réaction quand je lui parlais des gâteaux à la courgette. « Je doutes qu’on réussisse à les vendre ceux là même avec toute l’envie du monde. » Mais je constate bien vite qu’il n’a pas les mêmes idées que moi en tête, le voyant s’allonger dans l’herbe en avouant ayant trop travailler. « Lève tes fesses tout de suite sinon je me fâche ! » Je ne le ferais pas, c’était évident mais à nous deux, nous aurions plus rapidement terminé, ça c’était une certitude. « Je m’occupe des gâteaux et toi de l’argent, vu le regard que tu leur lances, ça ne serait pas une bonne idée de te laisser avec eux ! » Je soupire légèrement et prend un des plateaux de gâteaux, prête à commencer. « Franchement, abstiens toi la prochaine, c’était franchement nul ! » Un regard désespéré était porté sur lui. J’avais rien de mieux à dire quant à ce pitoyable échec. « Et tu peux m’appeler Ari, c’est plus simple je pense. » Je lui adresse un sourire avant de quitter le stand pour passer au milieu de gens, proposant les gâteaux que je tenais. Ca faisait du bien de prendre un peu l’air mais j’avais aussi besoin de parler. « Alors… Columbia, les lambdas ? Depuis quand, tu te plais ou… ? Pardon je parle un peu trop peut-être. » Un simple sourire d’excuse mais au fond de moi, j’avais vraiment envie de savoir.

@Alexander Brainwood



She learns how to survive
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 2967 messages et j'ai : 246 dollars en banque. Sinon, il paraît que : StephenHOTJames et je crédite : Avatar & profil by me, gif tumblr, signature par Lilousilver ♥

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Ven 6 Jan - 16:45

Un manège. Un sacré manège se déroule sous tes yeux plissés et désapprobateurs. Izaak savait dans quoi il s’était embarqué le soir où il était revenu vers toi. Il connaît ta nature jalouse ainsi que ta possessivité maladive. Il connaît que lorsque tu prends quelque chose, tu ne te contentes pas de la moitié mais de la totalité. Tu l’avais averti, tu lui as répété maintes fois son appartenance à toi et il t’avait répondu la même chose. Là, ce que tu vois sous les yeux est le contraire de votre pacte silencieux. Dans leurs façon de se toucher, de se regarder, de s’admirer, tu vois au delà d’une simple amitié. Tu vois un amour incommensurable et sans borne, une alchimie explosant de sentiments viscéraux. Izaak. Tu vois à quel point il s’adoucit en compagnie de ce blond. Il oriente toute sa délicatesse vers lui alors qu’il ne te garde que sa bestialité. Un sourcil arqué et les traits purement fermés, sévères, tu affiches sans modération ton refus. Oui, le refus de le voir si proche d’une tierce personne. Il est tien, en dépit de son envie de liberté, en dépit de tout ce qui le caractérise. Tu le sais. Cet homme n’est pas cette chose fragile que quiconque pourrait manipuler à sa guise. Son caractère imprévisible et fort le rend unique certes mais quelquefois … insaisissable. Tu pensais avoir déjà mis la main dessus. Tu pensais réellement qu’il t'appartient corps et âme. La réalité éclate et tu n’es pas certain de vouloir en faire face. Quand une situation n’a pas le cheminement désiré, tu deviens exécrable tel un enfant capricieux. Sans parler de ton arrogance sans borne, un ego qui se voit déchiré par ce regard cinglant qu’il t’envoie au simple fait d’avoir touché cet homme que tu as juste envie de tabasser jusqu’à ce que la faucheuse débarque. Tes poings se crispent collés de part et d’autre de ton coté. Tu tentes un nouveau pas vers Izaak mais encore une fois, il se positionne devant l’homme et tout devient translucide. Tu peux orienter ta jalousie à ta volonté mais tu ne peux toucher à cet homme. Il est intouchable aux yeux de ton amant ce qui veut clairement dire qu’il est parfaitement capable de te voler ce qui t’es dû. Oui, ce blond peut être l’unique et ultime personne capable à éloigner Izaak de toi. Bien que cette idée te déplaît, tu fais un pas en arrière, le visage soudainement neutre. Izaak a fait son choix, toi, tu feras le tien. Tu t’apprêtes à partir quand ton téléphone vibre dans ta poche. En premier temps, tu maintiens l’idée de ne pas décrocher mais lorsque tu vois le nom de la personne qui t’appelle, tu changes de tout en tout ; un éclat de malice s’invite sur ton visage alors que toute trace de colère disparaît ; si ce Mael est la personne d’Izaak, la tienne s’appelle « Ydriss. » Ta façon à murmurer son prénom, ta façon à sourire en coin, des petites réactions qui montrent l’importance de cet homme dans ton existence. Tu t’enfermes dans ta propre bulle où plus personne n’existe réellement sauf au moment où tu repères la réaction du blond derrière ton brun. Il murmure le nom de ta personne alors que toi, tu hausses un sourcil sans en donner plus d’importance. Tu te concentres plutôt sur ce qu’Ydriss te dit, usant de toute ta délicatesse pourtant limitée. « Je viendrai chez toi plus tard, on parlera de tout ça d’accord ? J’apporterai quelques bières. » Il parle du travail mais toi, tu utilises cet appel afin de chambouler la situation. Tu n’en fais pas trop, ce n’est pas ton genre et alors qu’Ydriss raccroche sur une simple réponse évasive, tu gardes le téléphone collé à ton oreille non sans continuer de hocher la tête, profitant encore de toute l’attention qu’ils te portent. « T’inquiète pas, je vais me libérer, à plus tard. » L’engin dans ta poche, tu les regardes à présent à tour de rôle avant de poser tes yeux sur le blond derrière ton amant. « Ton Ydriss ? Elle est bonne celle-là. » Tu as un ce petit sourire des plus moqueurs sur la commissure de tes lèvres alors qu’un calme hyperbolique te possède. « Si tu le connaissais réellement, jamais t’aurai affirmé ce genre de propos. » Il n’y a pas trente milles personnes portant le prénom de l’égyptien. Tu sais qu’il parle de lui et malgré cette pointe de jalousie nouvelle qui s’infiltre en toi, tu restes imperturbable ayant marqué un point ; tu le connais Ydriss, bien plus que le blond et ça, c’est ta victoire.

@Izaak S. Perales


❝ Colour Of An Eye ❞
IVAAK ◈ As shadows watch the rain we tremble on our bed. In sheets of silver silk, as the world's heart loses its feel

awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1053 messages et j'ai : 248 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Christopher Mason Brown ♥ et je crédite : avatar by lux aeterna, signature, profil par moi

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 7 Jan - 17:29


Ton attention entière est focalisée à présent sur le brun. Dans d’autres circonstances, tu n’aurai donné aucune importance à ce qui ne t’intéresse pas mais là, ce n’est pas le cas. Il parle à Ydriss, un prénom très rare. Rien ne montre que vous connaissez la même personne mais au fond de toi, t’en es certain. Tes yeux habituellement doux deviennent plus voraces, presque menaçants suite à tout ce qui se passe devant toi. Tu devines sa façon de sourire, sa manière de rouler ses yeux. C’est la tienne quand Izaak est à l’autre bout du fil. Tu réagis exactement de la même façon quand ton âme soeur te parle au téléphone. Tu n’as plus aucun doute, une relation forte les unie, une relation similaire que tu entretiens avec le brun à tes côtés. T’ignores réellement ce que tu ressens mais au delà de tous les sentiments accablants, se démarque une profonde amertume. Il sait où Ydriss habite alors que toi, tu n’as pas hérité de ce luxe. Pire encore, il réagit d’une manière des plus spontanées te poussant à croire que leur amitié est tâchée par un désir charnel. Ils ont couché ensemble et tu es sûr de comprendre que cette luxure les visitera une nouvelle fois. Peut-être ce soir, peut-être demain, peut-être à jamais. Tes mâchoires se crispent et tu es incapable de garder le contrôle sur tes émotions. Oui, tu es réellement dégoutté d’avoir enfin la preuve de ton insignifiance pour l’homme qui t’a ravagé. Depuis votre passion commune, il a déserté ta maison, déserté ton site comme s’il niait toute ton existence et cela te fait mal. Cette constatation te blesse plus qu’elle ne te rend irrité. Tout à coup, tu tournes la tête vers Izaak qui n’avait pas arrêté de regarder son amant. Doucement, tu remets ta main sur le bas de son dos alors que ton corps, s’avance vers le sien. Tu as besoin de sentir sa présence, de savoir que pour lui, tu seras toujours la personne choisie. Tu ne glisses ton regard sur Ivar que lorsqu’il t’accoste. Lorsqu’il te provoque. Tu as compris quel genre de personne il est. Le genre à vouloir dominer les autres par tous les moyens, à imposer sa façon de voir les gens quitte à en écraser quelques bribes d’âme. Toi, tu ne te laisses pas faire. Toi, tu es insolent, tu es provocant. Alors qu’un petit sourire des plus malicieux s’invite sur tes lèvres, tu réponds du tac au tac. « Si tu connaissais réellement Izaak, jamais t’aurai tenu ce genre de propos. » Tu fais exprès d’utiliser exactement les mêmes termes. Une petite guerre s’installe entre vous. Mais si lui est une flamme nerveuse, toi tu es un calme olympien. Tu perçois le rictus anxieux qu’il a sur la commissure de lèvres et qu’il essaye de cacher tant bien que mal. Toi, tu es fidèle à ton flegme et ta posture imperturbable. Rompant le contact visuel avec lui, tu coules ton regard sur Izaak à tes côtes, faisant une pression sur sa taille pour attirer son attention alors que tu te penches vers son oreille pour murmurer d’une voix chaude, brûlante. « Tu ne vas pas vendre tes gâteaux ? Tu m’en gardes un ? De préférence rond au chocolat au lait. Tu sais que je raffoles de ce genre de friandise. » Tu le sais, tu es bien trop provocateur. Tu tentes le diable mais là, tu es à mille lieux d’être cette personne douce que tu es habituellement.    


The hammers goes up and down hits the nail.
In one single flash I see both shows ; Computer, cigarettes, photograph, pens and pencils.

awaaaaard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 195 messages et j'ai : 68 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Reece king et je crédite : nebula.

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 7 Jan - 18:34

J'aurais pu m'abstenir d'aller voir Maxyne, je sais bien. Après tout, c'est pas comme si on était les meilleurs amis du monde depuis notre rupture qui remonte à ... une éternité. Mais rien ne semble s'être arrangé depuis le temps. Donc, je sais pas trop ce que j'ai voulu faire. Montrer que je ne suis pas totalement un connard peut-être ? « Salut. » Elle boit son café et ne dit rien ensuite. Bien ... j'ai fait un mauvais choix apparemment. J'aurais juste espéré qu'on soit capable de reparler à nouveau, elle et moi mais bon, apparemment ça ne va pas être possible. Du coup j'essaie de trouver quelque chose, n'importe quoi pour commencer une conversation et ça tombe sur son stand que je complimente. « Euh… Merci ? » dit-elle en haussant un sourcil. L'impression que quoi que je dise, je m'en sors pas. Tout va de travers. « C’est bon Alexis, t’as fait ta bonne action de la journée. Tu peux bouger maintenant, t’es pas utile ici. » Même si je m'y suis attendu, c'est quand même un choc. A une époque, on était quand même bien elle et moi et maintenant ... comment on en est arrivés là ? Mec t'es vraiment en train de poser la question là ? Je fais un pas en arrière et lève les mains, en mode ... bah en mode tant pis. « Wow, okay. Le message est passé. Bonne journée. » ai-je fait blasé. Si elle veut pas me parler, je vais pas la forcer. Les gars sont au stand juste à côté donc je vais pour les rejoindre. Je vais la laisser arranger ses muffins comme elle le veut. « Attends. Désolée. Tu peux rester. Tu peux m’aider à installer ça si tu veux. » lance soudain sa voix derrière moi. Je me retourne et ne parviens pas à masquer ma surprise. C'est un retournement de situation que j'avais pas vu venir. « Euh ouais, pas de soucis, je m'en occupe. » Je m'avance d'un pas prudent, au-cas-où elle se sentirait à nouveau de me dégager. Un animale sauvage, je vous dis. « Tes potes vont nous regarder comme des bêtes de foire encore longtemps ? » Je me retourne vers eux et constate qu'en effet, on a l'air de les intéresser grandement. « Je pense qu'ils ont dû parier à propos du temps que tu vas mettre à me casser la gueule. » ai-je dit tout simplement. Puis je fais un mouvement de tête vers si j'ai bien compris, le plat que je dois installer. « C'est bien ce plat là ? »
@Maxyne Finnigan



i don't like talking to strangers, so get the fuck off me i'm anxious
yeah, lonely nights i laid awake, pray to lord, my soul to take. my heart's become too cold to break. know i'm great but i'm broke as hell, having dreams that i'm folding cake. all my life i've been told to wait but i'mma get it now it's no debate.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 192 messages et j'ai : 36 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jay HOT Alvarrez et je crédite : Magma pour l'avatar & coco câline pour le profil et la signature.

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 7 Jan - 18:41

Galya finit par te tendre une tarte au citron que tu refuses d'un signe de tête. Peut être qu'en temps normal tu es gourmand mais ton humeur a une incidence directe sur ton appétit qui s'amenuise depuis une bonne semaine déjà. Tu connais ces symptômes et tu sais en reconnaître les causes au fur et à mesure des années. Galya le sait, son frère aussi, votre cercle d'amis, c'est un secret de polichinelle que personne n'ose bouleverser. Au moment où Galya avance tu retournes instinctivement la tête vers Maxyne, inquiet quant à sa mine quelque peu nerveuse. Tu as appris à reconnaître ces émotions et tu sais qu'à cet instant elle n'est pas sereine. Si t'es capable de l'aider sur l'eau, sur terre c'est pas forcément ton domaine de prédilection. Tu finis par détourner la tête lorsque la brune te parle de son nouvel an avec Jah. Jaheim, ton meilleur ami, son frère, celui la même que tu espères ne pas croiser depuis ton arrivée à New-York. Un souhait exaucé puisque tu n'es pas tombé sur lui depuis une bonne semaine malgré cette cohabitation entre vous. Tu devines que vos présences se chevauchent l'une et l'autre dans l'appartement et si ce n'est pas un hasard alors peut être que c'est une volonté manifeste, inconsciente de votre part. Tu hausses les épaules lorsqu'elle te parle de ses festivités, incapable de faire semblant. Elle sait qu'elle ne te décrochera pas une parole à ce propos, ce qui te pousse à lui confirmer ce dont elle se doute déjà. Oui, tes rapports avec son frère ne sont certainement pas au beau fixe et pour le moment tu ne fais rien pour arranger tout ça, au contraire. Tes deux semaines au Brésil t'ont permis de réfléchir, de te régénérer mais aussi de faire le point sur cette relation complexe et particulièrement houleuse ces derniers temps. C'est ... le Brésil. Je pense qu'il n'y a pas de mot assez fort pour décrire cela Et tu penses réellement ce que tu es en train de dire. Le Brésil ce suffit à lui même et les mots sont bien trop faibles pour décrire ses paysages, ses délices et ses merveilles. Je t'amènerais là bas. Je t'ai promis Une promesse qui avait fait hurler son frère à l'époque mais que tu comptes tout de même tenir malgré les protestations à la limite hystériques de Jah. Tu estimes qu'il n'a pas son mot à dire, encore moins maintenant. Et comment tu vas toi ? Galya était le genre de femmes indépendantes et en même temps souvent dans la demande affective. Elle parlait peu de sa vie privée et pourtant tu en savais tous les détails. Tu l'avais déjà vu embrasser plusieurs hommes, déclenchant là encore les foudres de son frère mais dernièrement elle s'était faite silencieuse.


life without liberty is like a body without spirit
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 646 messages et j'ai : 15 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicolas Simoes et je crédite : coco câline, le plus beau des chatous (avatar), black pumpkin (signature) & mon chatou (dancetaria) pour ce magnifique profil ♥

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Sam 7 Jan - 19:32

IN

Tu n'avais aucune idée du pourquoi et du comment tu te retrouvais au milieu de Central Park à vendre des cupcakes. La seule chose que tu te rappelais c'était la voix suppliante de Sia, te rappelant les atrocités et les afflictions qu'avaient provoqué l'ouragan Matthew sur son passage. Tu avais froncé les sourcils, pas forcément très sensible à sa plaidoirie. Si tu avais accepté ce n'était pas pour donner dans le mélodrame mais simplement pour lui faire plaisir, parce que cette cause semblait lui tenir à coeur. Cela faisait plus d'une trentaine de minutes que tu marchais à travers les rues de New-York, enroulé dans ton écharpe, bonnet sur la tête pour affronter le froid hivernal. Une fois à la hauteur de Central Park tu remarquais tout de suite la blonde, derrière votre stand à observer avec minutie les gâteaux étalés devant elle. Un regard bien trop appuyé pour être innocent et qui t'arrachait tout de suite un petit sourire en coin. Tu t'approchais d'elle doucement, déposant un baiser sur sa tempe pour la saluer alors qu'un rictus enfantin illuminait son visage au moment où elle se tournait vers toi. Tu devinais que son état d'excitation était du aux nombreuses pâtisseries face à elle et qu'elle luttait pour ne pas s'empiffrer tout de suite. C'est seulement à ce moment là que tu voyais la silhouette de Claudia s'éloigner, comprenant qu'elle se tenait à ta place il y a quelques secondes de ça. Une fuite qui ne t'étonnait pas même si tu aurais souhaité que ça se passe différemment. Quelques mètres plus loin se trouvait Ivy, sa meilleure amie qui te regardait avec insistance, comme désireuse de te dire quelque chose dans son regard silencieux. Tu te bronchais pas, même pas lorsque l'italienne heurta tes prunelles des siennes pour se retourner d'un coup sec, évitant tout contact visuel avec toi. Tu passais une main dans tes cheveux, légèrement perplexe quant à la situation. Cela faisait trois semaines que tu n'étais plus en lien avec la brune, depuis que tu lui avais fait comprendre que tu n'étais pas prêt à t'engager. Tu tenais à elle, profondément mais ce qu'elle attendait de toi n'était pas une chose que tu étais capable de lui donner pour le moment. Ton coeur était encore bien trop indifférent à ce genre d'implication, de responsabilité qu'un couple exigeait. Toi, tu tenais à cette liberté inconditionnelle et c'était tout ce que tu savais à cet instant. Sia te sortait de tes pensées alors qu'elle te tendait un gâteau avant de mordre avidement dans un autre. Tu levais un sourcil, totalement décontenancé par sa réaction qui semblait attirer les regards curieux et outragés. Tu passais une main devant ta bouche pour dévoiler ce début de sourire amusé alors qu'elle s'empiffrait sans gêne aucune. C'est en remarquant les regards noirs qu'elle glissait un petit billet dans la boîte devant elle non sans hausser les épaules avec un naturel faussement désarmant. Elle te demandait si tu voulais goûter, prétextant vouloir tester la marchandise mais tu refusais d'un geste de la tête. Il n'était pas question que tu avales quoi que ce soit et encore moins ce genre de friandises qui ne t'attiraient pas spécialement. En bon français et italien qui se respecte tu préfères nettement les produits nobles, traditionnels et salés plutôt que ces friandises pas forcément plaisantes pour toi. Sia ne s'arrêtait pas pour autant dans sa lancée et cette fois tu ne pus t'empêcher de sourire de manière mutine. Tu risques de nous faciliter la tâche à ce rythme là. Au moins on aura pas besoin de supporter plus longtemps le froid Si elle continuait comme ça d'ici trois quarts d'heure le froid ne serait plus un problème puisqu'avec votre stand vide vous pourriez rentrer au chaud, débarrassés de ce que tu estimais être une corvée.

@Sia Franzone @Claudia Calzolari


Make your life a dream
& your dream a reality
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 557 messages et j'ai : 71 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Toni Mahfud et je crédite : SWEET DISASTER (avatar), coco câline (profil); ASTRA (signature).

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Dim 8 Jan - 0:37

La scène qui se déroule devant tes yeux te laisse perplexe, partagé entre l'amertume de Mael et la complaisance du brun à tes côtés. Cet homme, tu le devines au son de sa voix n'est pas n'importe qui. Tu es déchiré entre apaiser ton meilleur ami qui ne cesse de lorgner sur Ivar ou bien lui faire avaler ce téléphone au point qu'il s'en étouffe avec. C'est seulement lorsqu'il prend rendez vous le soir même avec ledit Ydriss qu'un grognement sort de tes lèvres. Sa comédie t'impatiente et c'est au moment où il raccroche que tu sens ta maîtrise s'étioler. Inutile de dire que ce n'est pas le tien non plus Tu aimerais dire que cet homme n'est rien pour lui, ne représente rien à ses yeux mais tu sais que ce serait une belle forme d'aveuglement. Même le blond à tes côtés a compris quelque chose dont tu aurais préféré ne pas être témoin. Ce Ydriss n'a pas cette place que tous les autres ont pour le brun, il n'est pas un être jetable, une simple enveloppe charnelle. Ivre de cette colère noire qui irradie chaque parcelle de ton corps tu te retournes vers Ivar les yeux translucides de cette hargne que tu ne contrôles plus. Ton sourire n'est pas acerbe, bien au contraire, il est insolent, mordant. J'espère que tu l'as bien baisé comme j'ai baisé Mael parce que c'était la dernière fois. En attendant recule La promiscuité entre lui et Mael t'irrite et cette fois tu es clairement menaçant. Non seulement tu n'acceptes pas ce trouble qui le terrasse mais t'es loin de consentir à ce qu'un homme autre que toi puisse posséder le brun qui se colle encore plus à toi. Il sent certainement que tu lui échappes, que ta possessivité à toi n'a pas les mêmes traits que la sienne. Là ou il est violent toi tu es cruel, parfois même inhumain. Ce qui est à toi t'appartient et il n'est pas question qu'on s'en approche, qu'on l'effleure des yeux, qu'on l'écorche d'un murmure que tu serais capable de faire recracher à coups d'humiliations viles, tortueuses. Imbibé de cette rage qui t'étreint tu retires ta main au moment où ses doigts veulent forcer l'accès dessus, certainement pour te faire ravaler tes propos mais tu ne lui en laisses pas le temps. Ton bras se dégage violemment et c'est Mael qui le réceptionne en douceur alors que son autre main se loge dans le bas de ton dos. Ses doigts caressent ta colonne, te cherchent, dessinent ton désir sous les yeux du brun qui semble transformé par la fureur. Attiré contre son bassin, tu sens ses cuisses frôler les tiennes alors que ses cheveux bouffent son visage, t'incitent à les dégager encore et encore. La phrase qu'il prononce est une ultime provocation envers Ivar mais cette fois tu ne bronches pas. Il n'a pas tort et c'est bien là toute la complexité de la chose. Ivar veut arracher ton emprise, ta possession là où pourtant tu es dénué de toute appartenance. Trop libre, trop farouche pour être à qui que ce soit, pour être prêté, donné ou bien même accaparé par une entité autre que la tienne. Et ça, le blond l'a bien compris, lui qui sait à quel point ton coeur est insatiablement lié au sien. Une demande, un besoin assoiffé et avide, lui qui n'a pas la nécessité d'une démonstration pour savoir que sa personne est à toi. Tu te mords violemment la lèvre d'un geste suave, sensuel, incapable de contrôler cette pulsion due à ta colère. Mael en profite pour accentuer sa pression contre ton dos alors que son souffle brûlant, ses mots profondément libidineux caressent ton lobe, te brutalisent, te cajolent. Tu te retiens de ne pas enfoncer là, tout de suite, tes doigts dans ses cheveux pour les tirer à toi, l'obliger à t'offrir cette bouche tentatrice. Tu as un éclair de lucidité en voyant la lueur dans les prunelles du brun qui ne laissera certainement pas passer des mots aussi enclins à lui arracher ce qu'il estime être sa propriété. Tu te décales légèrement de Mael afin de lui murmurer quelque chose à l'oreille. Je le sais, tout comme je sais que tu es mien C'est bête à dire mais l'idée qu'un autre homme le possède, le désire, soit le tortionnaire de ses pensées, de ses envies ne te plaît pas. Ce soir il sera avec moi Et cette fois tu parles bien du brun, il n'est pas question qu'il aille voir cet homme quitte à utiliser tous les moyens possibles pour ne pas lui accorder ce plaisir. Qu'est ce qu'il est pour toi ? Est ce que c'est lui ? Tu as l'impression d'avaler du ciment, d'être porteur d'un poison des plus mortels alors que ces mots effleurent ta bouche. Tu refuses cette hypothèse, cette théorie et pourtant lorsque tes yeux se posent sur Ivar tu sais à quel point ce chaos est incontrôlable. Oui, parce que quoi que tu puisses dire tu sais que ta faiblesse à toi porte les traits de ce brun, de cette bouche assassine et de cette peau colorée à l'encre de tes désirs. Mael est celui qui t'es destiné et pourtant c'est bien l'homme qui lui fait face qui s'est approprié, qui a dépouillé ce qui lui était consacré. Trouve le avant que ce ne soit moi qui le fasse Oui parce que tu n'es peut être pas violent mais tu as déjà montré à quel point tu peux être inhumain lorsqu'on s'approche d'un peu trop près de cet homme derrière toi, ce félin, l'unique réceptacle de cette attirance monstrueuse, incendiaire qui te ravage. Tu ne peux t'empêcher de glisser tes mains dans les cheveux de Mael, tu as ce besoin de le toucher, de le sentir encore une fois, encore un peu. Le grognement d'Ivar signe la fin de sa patience et tu recules doucement alors que ton doigt effleure la bouche du blond. Ça va Tu sais qu'il a besoin de l'entendre avant de partir parce que c'est comme ça, parce que c'est vous.


electric glare •
my world was on fire, and no one could save me but you, it's strange what desire will make foolish people do, I never dreamed that I'd need somebody like you, I never dreamed that I'd miss somebody like you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 743 messages et j'ai : 12 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alex Pettyfer et je crédite : Kitty Kat pour l'avatar et Linda pour le profil

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Dim 8 Jan - 15:41




“ Si on arrive pas à les vendre, je les achèterai pour les donner à des SDF ou des personnes dans le besoin.” dis-je avant de me détourner rapidement des gâteaux à la courgette. Maintenant que je savais comment ils avaient été faits, cela m’avait un peu coupé l’appétit malgré tout. “ Ne t’inquiète pas, j’achèterai des vrais gâteaux mangeables aussi. Je ne suis pas un monstre.” Je souriais rapidement à Arizona, avant de faire mon petit numéro. Après tout, je finissais par comprendre petit à petit ce que pouvait vraiment ressentir les SDF, et même si donner était quelque chose d’important, ils ne méritent pas de manger uniquement des choses que l’on n’aime pas. Ce sont des personnes comme nous après tout. Je riais en écoutant la réaction de la jeune femme quand je m’allongeais sur le sol, me relevant immédiatement, avant de rire quand elle me disait de m’occuper de l’argent. “ Oui, je crois que tu as raison. Les gâteaux disparaîtraient beaucoup trop rapidement pour que ça soit crédible. Il faut penser solidaire. On représente les Lambdas après tout ! ” dis-je avant de me diriger vers la petite caisse contenant l’argent amassé depuis le début de la vente. Je faisais un petit geste du pouce pour bien montrer que je ne ferais plus de blagues sur sur prénom. “ Tu peux m’appeler Alex aussi, ça sera aussi simple comme ça.” Je commençais alors à gérer l’argent. La vente se passait très bien pour le moment, le nombre de gâteaux diminuait petit à petit. Je profitais aussi d’un moment où Ari ne regardait pas pour glisser un petit billet de ma poche dans la caisse, pour faire un petit don gratuit à mon tour, quand même touché par la cause pour laquelle j’avais fait l’effort de me lever tôt ce matin, ce qui n’était pas une mince affaire non plus. “ Ne t’inquiète pas, ça me dérange pas. Mais j’en suis à ma cinquième année à Columbia, et autant chez les Lambdas maintenant. Et même si j’en suis qu’à la moitié de mes études, j’ai vraiment du mal à me voir ailleurs que dans la confrérie. J’adore cette université et cette confrérie, vraiment. Et toi, ça fait longtemps que tu es dans la confrérie ?”. Je me posais la question, car je n’avais pas vraiment le souvenir d’avoir vu Ari à une soirée de la confrérie les années précédentes, même s’il y avait tellement de mondes que c’était quasiment impossible de se souvenir d’un visage précisément. “ Tu veux un café ou un chocolat chaud ? J’ai vu un thermos pas loin. ”


@Arizona Collins


Préfet des Lambdas - 2016/2017

Récompense des Awards pour les 2 ans de GMA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mar 10 Jan - 2:52

Malo refusait ta tarte au citron et tu haussais les épaules en la gardant pour toi, tant pis pour lui, tu allais bien t'en charger, ce n'était pas ce qui allait te gêner, bien au contraire. Le jeune homme ne relevait pas lorsque tu parlais de ton frère Jaheim et ça te confirmait bien les doutes que tu avais depuis plusieurs jours déjà, leur relation n'était plus vraiment au beau fixe et tu pensais deviner la cause de ce retournement de situation. Tu avais été témoin du baiser qu'ils avaient échangés et effectivement, il y a avait de quoi foutre le bordel dans une relation. Tu n'en avais pas parlé à ton frère parce que tu estimais que ce n'était pas tes affaires, même si ça concernait ton frère et l'homme sur lequel tu avais un gros crush. Tu levais la tête vers le blond lorsqu'il évoquait le Brésil et un sourire apparaissait sur ton visage, tu acquiesçais doucement alors qu'il réitérait sa promesse de t'emmener là-bas un jour. Le plus vite possible ? Ton sourire se transformait en un sourire malicieux, tu rêvais déjà des plages de sable blanc et de l'eau turquoise, ça te faisait littéralement rêver toi qui aimait le surf plus que tout au monde. Ça serait certainement un séjour parfait. Tu marchais en regardant les arbres gelés, te perdant dans tes pensées mais Malo te ramenait sur Terre en te demandant comment tu allais. Je vais bien. Ma vie est assez calme, en ce moment. Tu étais concentrée sur tes études, tu sortais aussi beaucoup mais ça, c'était ton état naturel, tu ne pouvais pas passer une semaine sans sortir, c'était impossible. Tu ne savais pas si sa question rejoignait aussi ta vie sentimentale mais tu décidais de ne pas t'étaler, en partie parce que tes pensées étaient en grande partie occupées par Malo. Tu l'avais toujours apprécié, depuis la seconde où tu l'avais connu et ça s'était renforcé au fil du temps, il était dans ta ligne de mire depuis de nombreux mois maintenant mais la vérité était qu'il t'impressionnait et que contrairement aux autres hommes avec lequel tu n'avait aucun mal à faire le premier pas, c'était totalement différent avec Malo. Tu ne l'expliquais pas, c'était comme ça. Tu étais réellement charmée par le brésilien. Je fais attention à moi, si c'est ce que tu veux que je te dise. Il avait toujours été très protecteur envers toi et tu la rassurais du mieux que tu pouvais, même si ce n'était pas forcément vrai, tu ne faisais pas toujours vraiment attention aux personnes que tu fréquentais où à ce que tu faisais.

@Malo Caldeira-Osborne
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1110 messages et j'ai : 366 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Magda Zalejska et je crédite : money honey (avatar)

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mar 10 Jan - 16:49

Il t’arrive parfois de te poser la question, de te demander si t’aurais fait les choses différemment si t’avais l’occasion de recommencer. Est-ce que tu te serais lancée avec Alexis ?  Ou est-ce que t’aurais réprimé tous ces débuts de sentiments, pour simplement rester amis et coloc’ ? T’en as pas la moindre idée. Et en même temps, tu sais que tu te lances pas pour rien. Si tu te lances, c’est que tu le sens un minimum. Tu te lances pas dans une relation juste pour le plaisir de dire que t’es en couple. Seulement t’as parié, et t‘as perdu. Salement perdu. Maintenant, tu dois continuer de le voir à l’université. De le croiser. Régulièrement. D’apercevoir ses yeux clairs, ce visage hypnotisant, en faisant comme si t’étais passée au-dessus. La vérité, c’est que tu comprends toujours pas. Alors t’es agressive, parce que t’as pas digéré. Tu l’envoies chier à la moindre occasion, ou mieux, tu l’ignores, comme t’aurais voulu qu’il t’ignore et qu’il ne s’arrête pas à ton stand. Sérieusement, pourquoi il s’est arrêté ? Il se sent obligé d’être aimable après ce qu’il t’a fait ? Une manière de se faire pardonner ? T’en n’as pas la moindre idée, et tu sais pas franchement comment agir. Si tu laisses ton agacement prendre le dessus ou si tu prends sur toi en essayant d’être un minimum aimable. Evidemment que tu t’en portes. Et pourtant, une part de toi se dit que t’es un peu injuste. « Wow, okay. Le message est passé. Bonne journée. » Il a fait un effort, tu pourrais en faire un. Seulement tu lui as rien demandé. Putain de duel qui s’opère dans ton ta tête. alors les mots sortent un peu trop vite. Tu l’arrêtes, et pendant quelques secondes t’espères que ça va suffire à le faire revenir et accepter ce semblant d’excuse pour ton comportement. Ouais, pas de vraies excuses non plus, faut pas abuser, t’attends toujours les siennes. « Euh ouais, pas de soucis, je m'en occupe. »   Tu le regardes s’approcher prudemment, et tu te demandes si t’as tant l’air que ça d’un animal prêt à lui bondir dessus. Au moins, il te connait peut-être un peu mieux que ces personnes qui s’approchent et te touchent sans la moindre invitation. Ca, ce comportement, c’est seulement réservé à un nombre restreint qui se compte sur les doigts d’une main. Ou même sur la moitié d’une main. En guise de réponse, et de remerciement pour rester face à ton comportement de sauvage, tu lui offres un léger sourire, avant de remarquer que ses abrutis de potes vous fixent comme des bêtes de foire. Tu lèves les yeux au ciel.  « Je pense qu'ils ont dû parier à propos du temps que tu vas mettre à me casser la gueule. » « Hm, j’imagine que la moitié d’entre eux ont déjà perdu alors. Ils ont dû parier que je te laisserai placer qu’une phrase. Voir qu’un mot, avant de t’en foutre une. » Mais rien n’est gagné pour autant. En réalité, tu te demandes vraiment ce qu’ils ont parié. Bande de cons. T’en connais certains pour les avoir violemment recaler, alors ouais, peut-être qu’ils connaissent tes réactions, mais aucun d’eux n’a occupé un dixième de ce qu’occupait Alexis comme place dans ta vie. Tu tournes la tête vers lui, et ouvre le plat, t’en sors un cookie, complètement émerveillée. « Mon précieeeeux. » Ca fait une demie heure que tu te demandes si tu les as pas oublié. Ton père a dû les mélanger. « Quoi ? » tu hausses les épaules et engloutis le cookie aussi rapidement qu’il est apparu. « tu peux mettre ça là. » dis-tu en désignant un coin de l’étalage, sous la cloche. « Tu venais faire quoi ici ? »
@Alexis Sheridan



i'm the flower and the thorns
silence, the most powerful scream ✻  She's less of a girl, more like a tornado. Her outside may be made of skin, but in her bones rests an active volcano.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


It's time to say hello to
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mer 11 Jan - 16:30

Vidéo, films, caméra, l’événement était suivi par mal pas de monde. C'est bien si ça pouvait inciter les gens à venir et à acheter nos gâteaux. Je fus rejointe par une Apolline taquine, comme j'avais pu la rencontrer. Je rigolais à ses pleurs pour son gâteau et en attrapais un que je lui collais un peu trop fort sur le visage, lui en mettant partout. " Oh mince désolée mais au moins tu en as un. " Je lui tendis une serviette pour qu'elle s'essuie et vendais une petite boîte à une jeune fille passant par là. " Moi ça va et toi ma jolie préfète ? " Car oui, Apolline était la préfète des Lambda cette année. Je trouvais ça très bien pour ma part car même si elle pouvait paraître discrète, elle était très juste avec nous et très à l'écoute. Enfin vu que c'était mon amie je n'étais peut être pas très objective au final. " Pour le moment c'est plutôt pas mal même si j'ai plus mangé de gâteaux que vendu. Mais je les ai payé hein. " Oui bien j'avais du fric, ce n'était pas une nouveauté. Princesse de Suède ça aide. " Tu as l'air toute guillerette, tu n'aurais pas rencontré quelqu'un par hasard ? " Tu avais le don pour ça, pour voir quand les gens autour de toi sont gagnés par l'amour. Tandis que pour moi, rien ne pourrait me montrer l'amour même si on mettait en travers de mon chemin, une poutre.

@Apolline A. Reynolds
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 2967 messages et j'ai : 246 dollars en banque. Sinon, il paraît que : StephenHOTJames et je crédite : Avatar & profil by me, gif tumblr, signature par Lilousilver ♥

MessageSujet: Re: Vente de gâteaux.   Mer 11 Jan - 18:52

Les mots du blond ne t’atteignent pas. Tu te contentes d’esquisser ce sourire vorace et mystérieux avant de tourner les yeux vers le brun. Son regard ne présage que tempête mais à présent, vous êtes quittes ; il a sa personne, toi tu as la tienne. Le sourire acerbe qu’il esquisse en te regardant, les mots qui se veulent mordant … tout ce cinéma ne te rend que plus détaché. Tu comprends enfin. Tu ouvres les yeux sur ce caractère virulent. Izaak est jaloux, il est possessif. Là où il s’autorise à appartenir à quelqu’un d’autre, toi tu n’as pas la même exclusivité. Tu dois être le sien et rien d’autre. Tu ne dois respirer que son odeur, le caresser dans le sens des poils. Cela ne te ressemble pas. Quand il a accepté d’être le tien, selon toi, aucun retour en arrière n’est envisageable. Cependant, dans sa réaction plus au moins agressive, tu détectes la seule chose capable à te rendre excité. Il refuse tout être s’approchant de près ou de loin de ta personne. Voilà ce qui te calme instantanément. Les bras croisés sur ton large buste, tu as un sourire insolent à l’image du sien. La dernière fois que tu couches avec quiconque. Tu sais au plus profond de ton âme que c’est la réalité. Mais l’avoue ne ferait que l’emplir d’une victoire que tu refuses à lui accorder. « Si tu le dis Izaak, si tu le dis. » Tu sais que c’est la fin de cette confrontation loin d’être futile. Tu as appris que tu es loin d’être l’unique à ses yeux tout comme il a sur qu’Ydriss occupe une place importante dans ta vie. Les dès sont lancés à présent et même si tu as envie de chasser cette main étrangère du visage de ton amant, tu ne bouges pas. Tu les observes, tu les guettes, analysant chaque mouvement, chaque regard loin d’être candide. Tu ne lèves les yeux au ciel que lorsque la bouche tentatrice d’Izaak affirme le contraire de tes propos. Ce soir, tu seras en sa compagnie. Des mots qui rassurent le blond, tu le vois. Quand la discussion concerne Ydriss, tu tends une oreille indiscrète. La curiosité ne te caractérise pas mais là, tu dois le savoir. Tu dois comprendre la relation liant le blond à ton inhumain de protecteur. Son hochement de tête te fait grogner. Tu te rappelles de la fois où vous avez parlé de vos tourments actuels. Alors que toi ta bouche n’a évoqué que le démon actuellement en face de toi, Ydriss avait parlé d’une ombre incertaine. Tu sais qu’il parle de lui. Tu en as la conviction la plus viscérale. Et alors qu’il embrasse la commissure de ton amant, ton corps se raidit, faisant un pas en avant. Stop. Tu n’en veux plus. Tu leurs as laissé tout le temps nécessaire pour effectuer leur manège insupportable. Il est temps qu’il te revienne à toi, seulement à toi. Quand le blond quitte ton champ de vision, tu plonges ton regard couleur cendre dans le bleu azur de ton possesseur. Tu le lacères d’un simple coup d’oeil et tu as besoin de te calmer. Tu sors une cigarette et tu l’allumes. « Ca coûte combien tout ce bordel ? » D’un petit geste, tu éradiques la distance entre vous mais tu ne le touches pas. Tu es bien trop bouillant pour le faire. « Si j’étais pas là, tu partirai avec lui, c’est ça ? » Tu connais déjà la réponse.

@Izaak S. Perales


❝ Colour Of An Eye ❞
IVAAK ◈ As shadows watch the rain we tremble on our bed. In sheets of silver silk, as the world's heart loses its feel

awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Vente de gâteaux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Archives :: Œuvres caritatives :: Topic commun-