Flashnews
La nouvelle intrigue est en place, il s'agit d'un Koh Lanta spécial étudiants VS citizens ! Vous pouvez retrouver toutes les informations ici

Vous pouvez aller voir les gagnants des awards ici et poster dans le yearbook




 
NEWSLETTER NUMÉRO 26
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 24
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 (rowen & anton) cheers, drink to that.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 775 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : faust (avatar) matthewdaddariodaily (gifs)

MessageSujet: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Ven 6 Jan - 19:25


cheers, drink to that
feat. ROWEN
Assis au bar, tu faisais un signe au serveur de te resservir la même chose tout en faisant défiler les messages que tu avais reçu pour ton anniversaire, noël et nouvel an combinés. Parmi eux, ceux de Sacha, ce qui t'avait redonné un peu d'espoir quant-à l'avenir de votre relation. Son message pour te souhaiter un bon anniversaire avait beau être sobre, on ne peut plus banal, il était celui qui t'avait fait le plus plaisir parce que tu ne t'y attendais pas du tout. T'avais pris sur toi pour répondre de manière tout aussi plate, même si elle t'avait fait le plus beau des cadeaux, sans même s'en rendre compte. Puis vous vous étiez retrouvés à la même soirée pour passer à la nouvelle année et elle était allée jusqu'à te sauter dans les bras. Tu avais vu Sacha pompette à plusieurs reprises mais peut-être pas à ce point... Toujours est-il que tu avais été incapable de mettre des barrières entre vous, même si tu supportais l'alcool un peu mieux qu'elle. Ta meilleure amie te manquait terriblement et tu avais profité de ce petit moment de faiblesse pour la retrouver, l'avoir dans tes bras et lui dire à quel point elle comptait pour toi. Le lendemain, il ne restait rien de tout cela. Juste une gueule de bois et une Sacha amnésique. Il n'empêche que ça t'avait redonné espoir, de savoir qu'au fond, lorsqu'elle ne se braquait pas, elle tenait toujours à toi elle aussi. Malgré tout le mal que tu avais pu lui faire.
Ce soir, tu avais tenté de l'inviter à boire un verre et n'avait obtenu aucune réponse. Il n'y avait qu'une chaise vide pour partagé ce Whisky avec toi. Tu avais bien repéré ton ex petite amie - Rowen, pas Sach' - une dizaine de minutes plus tôt mais celle-ci était accompagnée par sa soeur ainée, alors tu avais choisi de ne pas te montrer. Plutôt rester seul, pour un dernier verre, avant de te décider à rentrer à la maison. Ta vie était un bordel monstre, tu ne parvenais pas à faire le tri dans tes sentiments et tes relations et, même si ça faisait partie de tes plans pour 2017, ce soir tu voulais juste oublié. Tu ne manquais de remarquer Dylan qui s'échappait un peu en catastrophe et Rowen qui restait seule à sa table, sans doute bientôt sur le départ elle-aussi. Tu commandais deux nouveaux Whisky et te dirigeais vers elle avant qu'elle ne s'échappe, posant un d'eux sous son nez avec un large sourire. « Bonne annéeee! » Tu haussais la voix, joyeux, et écrasait un baiser sur sa joue avant de prendre place en face d'elle. Depuis vote rupture, vous n'aviez pas beaucoup eut l'occasion de parler au point que tu ignorais ou en était votre relation. Concrètement, elle ne pouvait pas vraiment te détester, puisque tu étais celui qui s'était fait largué dans l'histoire. Elle avait bien sûr réussir à te mettre ça sur le dos, mais la décision venait d'elle. « Santé ! Trinquons à... plus d'un an sans se disputer. » Tu avais marqué une pause pour réfléchir, et finissait ta phrase fier de toi. Plus une seule dispute n'avait éclaté depuis votre rupture, pour la bonne et simple raison que vous n'aviez plus été en contact... Mais fêter le calme entre vous sonnait mieux que trinquer à votre séparation. « Comment tu vas? Ca fait une éternité. » Tu demandais, avant de prendre une nouvelle gorgée de ton sacré breuvage.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 814 messages et j'ai : 311 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Lun 9 Jan - 21:14


cheers, drink to that
feat. ROWEN
Enfin une soirée en tête avec ta frangine. Enfin. Depuis le temps que vous essayez de prévoir ça. Entre tes entrainements, ton boulot, tes cours, et ses horaires plus qu’imprévisibles, autant dire que vous prévoir une soirée relevait d’une véritable planification militaire. Assises avec vodka, en véritable polonaises que vous êtes, elle te parle du boulot. Encore. A croire qu’elle ne décroche jamais. Et toi, ton esprit s’évade. Il part loin. Jusqu’à l’atelier d’Even et ces quelques heures avec lui, à poser pendant qu’il te dessine. Tu te demandes si t’arriveras un jour à le cerner. Des fois, t’as l’impression que oui, et les cinq secondes suivantes, c’est un véritable cataclysme. Tu ne supportes plus de l’avoir dans la tête comme tu ne supportes pas la manière dont il te traite. Mais t’arrive pas. A chasser son image, à ne plus y penser. Alors t’essaies de revenir à la réalité, à Dylan, à son exaspération face à ses horaires. Et son téléphone qui sonne. Tu soupires. Tu sais déjà ce qu’elle va t’annoncer. Elle s’excuse et dépose un baiser sur ton front. Ouais, passe une bonne soirée toi aussi. Tu la regardes partir, avant de lever les yeux au ciel quand la plupart des yeux masculins ne lachent pas. E tu replonges tes prunelles dans ta vodka, que tu descends finalement d’une traite.
« Bonne annéeee! » Tu sursautes en entendant la voix d’Anton au moment où il dépose un verre sous ton nez. Tu l’avais bien aperçu tout à l’heure, quand tu discutais avec Dylan, mais tu ne l’avais clairement pas vu arriver jusqu’à toi. Tu restes interdite alors qu’il pose ses lèvres sur ta joue, et tu le suis du regard alors qu’il prend place à côté de toi. Est-ce que tu venais d’atterrir dans une réalité alternative ? Ou t’as tout simplement loupé un épisode ?  Pourtant, tu lui souris. « Bonne année à toi aussi. » Tu le fixes, et tu sais pas si tu dois prendre peur ou éclater de rire face à son comportement. Aucun doute que ce n’est pas son premier verre. « Santé ! Trinquons à... plus d'un an sans se disputer. » un rire nerveux s’échappe de ta bouffe alors que tu hausses un sourcil. « C’est original comme toast. » tu secoues légèrement la tête, en prenant une première gorgée de ce verre gentiment offert, et ne sachant pas trop quoi dire.   « Comment tu vas? Ca fait une éternité. » Ca fait tellement longtemps que tu ne sais pas quoi lui dire, ou même par où commencer. Et quand t’y réfléchis bien, tu te dis que pas grand-chose n’a changé depuis la dernière fois que vous vous êtes parlé. Toujours dans les mêmes études, cheerleader, membre de l’équipe de volleyball, mannequin… Rien n’a changé dans ta famille. Dylan est égale à elle-même, et l’état de ton père ne s’est pas arrangée. La seule chose qui s’est intensifiée, c’est ce sentiment d’étouffement que tu ressens. D’être coincée dans ta propre vie. D’être coincée par l’amour que tu portes à ton père, les soins que vous devez lui prodiguer, l’attente qu’il y ait un changement, tout en voyant ta vie défiler sans réellement y prendre part. « Ca va… Enfin toujours la même chose, hein. » Tu portes à tes lèvres le verre qu’il t’a offert pour en prendre une gorgée. « Les cours, les entrainements, le mannequinat… et… enfin les affaires familiales quoi. » Tu bois une autre gorgée en t’habituant un peu plus au gout du whisky. « Et toi ? Et Sacha ? » que tu demandes avec un léger sourire en coin. Sacha, celle pour qui vous vous étiez séparés. Certes, t’en avais été l’investigatrice, mais il aurait pu le faire lui-même que ça n’aurait pas changé grand-chose. T’avais juste pris les devants. « et tu m’expliques pourquoi dans cet état là ? » t’avais pas souvenir de l’avoir souvent vu comme ça. Et malgré les quelques restes de rancœur que tu pouvais encore avoir, tu tiens sincèrement à Anton. Lui et son sourire d’idiot, toujours aussi craquant.



Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 775 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : faust (avatar) matthewdaddariodaily (gifs)

MessageSujet: Re: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Lun 6 Fév - 16:38


cheers, drink to that
feat. ROWEN
Tu avais tellement perdu ces derniers temps que l'idée de te réconcilier avec Rowen ne te semblais pas complètement débile. Elle faisait partie de la liste de tes nombreuses erreurs, des choses que tu n'avais pas été capable de gérer correctement. Avant d'être ta petite-amie, elle était avant tout une amie, une personne à qui tu tenais beaucoup. Ton égo en avait pris un coup lorsqu'elle avait choisi de mettre un terme à votre histoire et sur le coup, tu avais refusé de la comprendre. Pour toi, elle avait tord du début à la fin et s'était juste cherché un moyen de se sortir de votre relation. Pourtant avec le recul, tu savais qu'elle n'avait pas eut tout à fait tord. Malgré le couple que vous aviez formiez pendant près de six mois et qui disait un peu le contraire, Rowen s'était trompée sur les sentiments que tu éprouvais pour Sacha. Elle était ta moitié, ta meilleure amie mais tes sentiments n'avaient jamais dépassé ce stade. Il n'empêche que tu l'avais fait passée en priorité, et même si tu ne le regrettais pas, tu comprenais que ton ex petite amie ne l'avait pas accepté. Tu le comprenais maintenant. Maintenant que tu avais vu Jules faire passé une amitié avant toi, ce qui t'avait rendu dingue. Ce n'était pas totalement comparable dans le sens ou Rowen ne tenait pas à toi comme tu tenais à Jules... Même si votre couple était à l'époque sincère, il n'était pas aussi fort. Mais sa réaction restait compréhensible. L'eau avait depuis coulé sous les ponts et même si ça te semblait assez improbable de faire à nouveau partie de la vie l'un de l'autre, tu ne perdais rien à essayé de passer un moment en sa compagnie.
« Bonne année à toi aussi. » Tu souriais, heureux qu'elle ne t'envoie pas balader dans la seconde. Le toast que tu portais pouvant autant la faire rire que lui donner l'envie de t'en coller une et tu étais rassuré de voir ses lèvres s'étirer. « C’est original comme toast. » Tu souriais de plus belle, fier de ta connerie, et portais le verre à nouveau à tes lèvres. Tu lui demandais comment elle allait et tu voyais qu'elle hésitait. Sur le contenu, sur l'envie de te répondre, tu n'en avais pas la moindre idée. « Ca va… Enfin toujours la même chose, hein. » Tu lui adressais une légère moue, pas certain que ' toujours la même chose ' soit une bonne chose. « Les cours, les entrainements, le mannequinat… et… enfin les affaires familiales quoi. » Tu confirmais d'un signe de tête, sans relever. Tu refusais de lui demander des nouvelles de son père pour l'instant, parce que tu n'étais pas venu prendre un verre avec elle pour déprimer. C'était un peu égoïste mais tu le faisais suffisamment ces derniers jours. « La vie... Je t'ai connue plus passionante Rowen Lodzia. » Tu disais, amusé. Ce n'était pas un reproche, juste une constatation et de quoi se moquer gentiment. Au fond ce n'était même pas spécialement vrai, vous étiez tous les deux pris par les études et les clubs lorsque vous étiez ensembles. Être à Columbia revenait souvent à avoir une vie plate, ou votre plus grand soucis était le retard dans vos cours, mais ça te convenait parfaitement. A vrai dire, tu donnerais beaucoup pour un peu de banalité dernièrement. « Et toi ? Et Sacha ? » Tu levais la tête vers elle, surpris, et pinçais les lèvres. Tu ne voulais pas faire de gaffe. Qu'est ce que tu pouvais bien lui dire? Que t'avais finalement fait passé quelqu'un avant ta meilleure amie, en lui brisant le coeur au passage? T'avais honte. Pour Sacha, mais aussi d'avouer que pour une autre - que tu connaissais à peine - , tu avais été capable de t'éloigner quand tu n'avais même pas essayé de le faire pour Rowen. « et tu m’expliques pourquoi dans cet état là ? » Par chance, t'avais pas le temps de fournir une réponse que ton ex petite amie reprenait la parole. « Dans cet état. T'exagères, je vais bien. » Te défendais-tu, en apportant le verre à nouveau à tes lèvres comme pour prouver que tu pouvais encore continuer un moment. Tu étais un peu trop joyeux, certainement pas en état de conduire, mais toujours conscient. « Ca va... L'internat me prend les 3/4 de mon temps. Et je n'sais pas comment va Sacha mais si tu le découvres, ça m'intéresse. » Tu répondais dans un sourire, entre l'amusement et l'amertume. Tu ne savais même pas si Rowen savait que vous étiez séparés depuis plusieurs mois - vu que tout se savait dans cette foutue université. « Dylan a toujours le même talent pour disparaître à ce que je vois. » Lançais-tu, ne sachant pas trop quel sujet aborder avec elle. Tu savais que le comportement de sa soeur avait le don d'agacer la psi, même si avec le temps elle devait avoir pris l'habitude.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 814 messages et j'ai : 311 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Lun 13 Fév - 19:52


cheers, drink to that
feat. ANTON
A peine Dylan envolée qu’Anton apparait devant toi et s’installe sans plus de cérémonie. Ca c’est de la surprise. Non pas que tu ne l’es pas aperçu depuis votre rupture, mais vous ne vous voyiez plus vraiment. Et parfois, ça te manquait un peu. Tu ne sais pas vraiment ce qui t’avait retenu de faire un pas vers lui, mais tu ne l’avais pas fait. Peut-être la fierté, la rancœur… Une attente d’un semblant d’excuses ? Peut-être bien. Peut-être avant, mais plus maintenant. T’avais fini par te laisser absorber par ta propre vie en passant à autre chose. Les cours, les clubs, ta vie familiale, ton boulot. C’était déjà pas mal. Souvent trop, même. « La vie... Je t'ai connue plus passionante Rowen Lodzia. » Un rire nerveux s’échappe de ta bouche. « C’est monsieur étude de médecine qui me dit ça ? » En réalité, ta vie est réellement devenue plus passionnante. Peut-être trop d’un coup. Passionnante et perturbante. Cette perturbation porte le nom d’Even. Désagréable la plupart du temps, et pourtant, il continue de t’obséder. Ou c’est toi qui es juste complètement débile à revenir face à son comportement. Mais tu ne pouvais pas t’en empêcher, comme si t’avais un besoin irrépressible de savoir ce qu’il se cachait derrière cette façade qu’il montrait. Un besoin de savoir pourquoi il était ainsi.
Tu vois bien que lorsque tu mentionnes Sacha, quelque chose cloche. Tu ne sais pas si c’est parce qu’elle est plus ou moins la raison de votre rupture et qu’il préfère ne pas aller sur cette voie là, ou s’il y a autre chose. « Dans cet état. T'exagères, je vais bien. » tu arques un sourcil comme pour le défier de vouloir te faire croire le croire. Même si vous n’êtes pas restés ensemble très longtemps, Anton était d’abord un ami, et qu’il l’admette ou non, tu le connais. C’est pas dans ses habitudes que d’être aussi joyeux ou de forcer autant sur l’alcool. C’est un peu comme si toi t’étais dans cet état là, il saurait que quelque chose cloche. « T’essaies de me convaincre ou te convaincre ? » demandes-tu avec un léger sourire sur les lèvres. Malgré la relation un peu tendu que t’avais dernièrement avec Anton, tu commences légèrement à te détendre et a presque apprécié son squattage surprise.  « Ca va... L'internat me prend les 3/4 de mon temps. Et je n'sais pas comment va Sacha mais si tu le découvres, ça m'intéresse. » Tu fronces les sourcils, réellement surprise par sa réponse, surtout la partie concernant Sacha. Parce que concernant l’internat, ça, tu le sais déjà. « Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment t’as pu arriver au point de ne pas savoir comment va Sacha sachant qu’elle a toujours été ta priorité… » laches-tu sans prendre des gants. C’est bon, t’as fini par le digérer. Digérer votre relation et l’échec que ça a été. Au début, t’en as voulu à Sacha. D’être trop présente. Et t’en as voulu à Anton, de ne pas te faire passer avant de temps à autres. Pas tout le temps, juste quelques fois. Mais tu sais désormais que même s’il l’avait fait, ça n’aurait sans doute pas marché. Vous aviez tous les deux été occupé par vos vies respectives, vos études, vos responsabilités… Mais ça ne t’empêche pas de dire les choses comme elles sont, quitte à ce que ça soit trop direct. « Qu’est-ce qu’il t’est arrivé Anton ? » demandes-tu sincèrement. Parce qu’il s’est forcément passé quelque chose d’énorme pour qu’il ne sache pas comment se porte sa meilleure amie. « Dylan a toujours le même talent pour disparaître à ce que je vois. » « Le même talent ? Tu rigoles, elle est meilleure qu’avant. » laches-tu en rigolant. « Elle bosse de plus en plus. Toujours pour les mêmes raisons. » Pour s’échapper, pour gagner plus, pour les soins de ton père ou parce qu’elle veut être certaine que tu ne manques de rien. Ce qui peut t’exaspérer assez souvent. T’as ton job, tu peux subvenir à tes propres besoin, ce qu’elle appelle les extras pour réellement profiter de ta jeunesse. Alors tu ne veux pas qu’elle s’acharne au boulot pour que tu puisses te payer les fringues que tu veux. Ca, tu t’en charges, et si tu ne peux pas, tu ne vas pas en mourir.



Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 775 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : faust (avatar) matthewdaddariodaily (gifs)

MessageSujet: Re: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Jeu 2 Mar - 20:20


cheers, drink to that
feat. ROWEN
« C’est monsieur étude de médecine qui me dit ça ? » Tu roulais des yeux en riant. Ok, tu étais plutôt mal placé pour parler, toi qui passait le trois-quart de ton temps au boulot ou la tête dans les livres, le reste du temps étant consacré à tes précieuses heures de sommeil. Tu t'étais en fait amélioré avec les années et avais doucement réussi à concilier boulot et vie privée - même si tu ne consacrais que quelques heures de ta semaine à cette dernière. Récemment, le fait de vouloir éviter une collègue t'avais forcé à te focaliser sur autre chose que sur l'hôpital et au final, ça marchait plutôt bien. Certes, forcer sur la bouteille trois fois par semaine n'était sans doute pas la solution, mais ça te permettait de réaliser que sortir et t'amuser ne t'empêchait pas d'être un bon chirurgien pour autant. Il t'arrivait de temps en temps de sortir la tête de l'eau, de réaliser à quel point tu étais idiot de ne pas te donner à 200% comme tu l'avais toujours fait, puis tu replongeais. Parce que y'avait toujours bien quelqu'un pour proposer d'aller prendre un verre. Bref, pour en revenir à Rowen et la conversation que vous aviez : elle avait raison. Vos vies n'avaient pas à être palpitantes tous les jours, un peu de calme et de stabilité n'avait jamais tué personne. Surtout pas toi qui aimait le fait que les choses soient planifiées, organisées.
Rowen cherchait à comprendre ce que t'avais poussé à boire autant, et tu en riais. T'avais beau être un gars sérieux en général, tu avais eut plus d'une soirée ou l'alcool coulait à flot. Elle n'avait juste pas rencontré ce Anton, arrivant dans ta vie à une période ou tes études étaient ta priorité. Lors de tes débuts à l'université, ça avait été le cas mais tu enchainais pas mal les soirées, découvrant les joies de la vie sur le campus. « T’essaies de me convaincre ou te convaincre ? » Tu levais les épaules, signe que tu te moquais bien de ton état ce soir. Tu tenais debout, tu étais parfaitement conscient... En dehors du fait que tu étais légèrement plus euphorique et bavard que d'habitude, t'allais bien. La soirée ne faisait que commencer. « Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment t’as pu arriver au point de ne pas savoir comment va Sacha sachant qu’elle a toujours été ta priorité… » Tu pinçais les lèvres, et elles finissaient par s'étirer dans un sourire. « Boum. Touché. » Coulé. Tu souriais, ne pouvant t'empêcher de le prendre sa remarque comme une mini pique venue tout droit du passé. Rowen devait avoir tourné la page depuis bien longtemps, tout comme toi, et dans ton état, ça te faisait juste sourire qu'elle frappe là ou ça faisait mal. Là ou il était interdit de frappé à l'époque sans que tu ne montes sur tes grands chevaux. « Qu’est-ce qu’il t’est arrivé Anton ? » Tu fronçais les sourcils devant son air sérieux et sirotais ton Whisky, sans te départir de ton sourire en coin. Ce n'était pas ce soir que tu allais trouver une épaule pour pleurer, aussi déprimant que puisse être cette histoire, tu voulais passer une bonne soirée. Marre de broyer du noir et surtout, tu le méritais. C'est ce que tu te disais chaque fois que tu t'apitoyais sur ton sort :  qui sème le vent récolte la tempête. « C'est toujours ma priorité, c'est juste à sens unique maintenant. » Elle ignorait tes appels, t'interdisais de passer la voir... T'avais insisté des jours, des semaines, avant de finalement accepter de lui donne ce temps qu'elle te demandait. Tu avais des doutes sur le fait qu'un jour elle décide qu'assez d'eau avait coulé sous les ponts mais la balle était dans son camps. A la tête qu'affichait Rowen, tu voyais qu'elle ne savait absolument pas ou tu voulais en venir et de quoi tu parlais. Tu vidais ton verre et le reposais sur la table avant de reprendre, sur un ton naturel. Comme si ce n'était que des futilités, une passade. Comme si tu n'étais pas le connard que tu étais réellement. « Il se trouve que, même si tu penses toujours avoir raison, c'est pas le cas. » Ton ton était ironique, taquin, parce que tu étais quand même fier de lui préciser qu'elle t'avait accusé à tord. « J'ai jamais eut de sentiments pour Sach', peu importe ce que toi et le reste du monde en pensiez. On a rompu, parce que je ne voulais pas lui mentir plus longtemps. » Ca c'était pour la partie qui passait crème, celle ou tu passais pour le gars honnête et sincère. « Et y'avait cette autre fille... Que j'voulais comme j'ai jamais voulu personne. J'ai oublié mes priorités en cours de route. » T'avais fait du mal à la seule personne que tu t'étais promis de ne jamais blesser. « Sa meilleure amie. » Tu précisais, dans un sourire, comme si tout n'était qu'un jeu. C'était tout sauf le cas, mais t'avais l'impression de parler d'un gars que tu ne connaissais pas, un gars qui avait merdé de A à Z et qui préférait en rire qu'en pleurer ce soir. « Cette fille. C'était sa meilleure amie. » T'ajoutais, en t'efforçant de chasser les iris de Jules qui te scrutaient du bout du couloir de tes pensées. « Tu peux m'en coller une, j'la mérite. » Pour Sacha, pour elle-même. Au fond mes proches avaient tendance à me voir comme quelqu'un de bien, c'est ce dont j'essayais de me convaincre aussi la plupart du temps, mais je ne faisais qu'enchainer les erreurs et blesser les autres au passage. Je ferais tout aussi bien de revenir à l'époque ou les filles défilaient sans que je ne me soucie d'elles, ça faisait moins de dégâts et elles n'attendaient rien de plus de ma part.
J'en revenais à Rowen, heureux qu'on en vienne à un sujet moins lourd et surtout qui ne me concernait pas. J'avais tendance à tout garder pour moi, n'aimant pas faire chier les autres avec mes problèmes, et finir par me confier à mon ex petite amie était une bonne blague. Merci Jack. « Le même talent ? Tu rigoles, elle est meilleure qu’avant. Elle bosse de plus en plus. Toujours pour les mêmes raisons. » Tu forçais un sourire, même s'il était surtout compatissant. Tu savais parfaitement que leur situation familiale n'avait rien de facile mais tu ne voulais surtout pas qu'elle pense que tu le prenais en pitié. Ca avait tendance à l'énerver et tu le savais. « Ca va mieux ton père? » T'osais demander, bien que tu te doutais un peu de la réponse. « Et toi, comment tu vas? En dehors de ta routine à mourir d'ennuie je veux dire. » Plus sérieusement, en dehors de cette réponse bateau qu'elle m'avait fourni 5 minutes plus tôt.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 814 messages et j'ai : 311 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: (rowen & anton) cheers, drink to that.   Dim 26 Mar - 14:01


cheers, drink to that
feat. ANTON
« Boum. Touché. » Tu lui offres un sourire, sans doute un peu trop forcé, mais surtout quelque peu fier de ce qu’il vient de réaliser. En même temps, fallait bien que ça sorte à un moment. Certes, ça fait office de petite pique, mais ça n’a pas non plus l’amertume du passé. Et puis, c’était loin d’être faux. Peu importe ce qu’il y avait à l’époque entre Anton et Sacha, elle a toujours été sa priorité, ça avait toujours été clair pour toi, alors tu ne comprenais pas comment ça avait pu changer comme ça. Seulement il prend son ton pour répondre à ta question, il se perd un peu plus dans son whisky, et t’es à deux doigts de le secouer pour avoir une bribe d’information. « C'est toujours ma priorité, c'est juste à sens unique maintenant. » Toi, la fille la moins curieuse au monde tu devais avouer que c’était en train de changer. Il venait de piquer ta curiosité, et non, pas pour jubiler de ce retournement de situation qui aurait pu te faire sourire à une époque. Là, tu comprends bien que ce quelque chose doit être assez énorme pour avoir réussi à éloigner Sacha. « T’as fait quoi ? » Parce que c’est le seul semblant d’explication que t’as. Pour que ça soit sa meilleure qui s’éloigne, il faut que le pas de travers soit venu de lui. Du moins, c’est ce qui te semble le plus logique. Seulement tu comprends pas totalement, alors tu continues de le fixer, à l’observer descendre son verre, en guettant la moindre réaction, à attendre qu’il t’explique, ou du moins qu’il essaie. « Il se trouve que, même si tu penses toujours avoir raison, c'est pas le cas. » Tu ne penses pas toujours avoir raison. Ca dépend des cas, mais soit. « J'ai jamais eut de sentiments pour Sach', peu importe ce que toi et le reste du monde en pensiez. On a rompu, parce que je ne voulais pas lui mentir plus longtemps. » Un rire nerveux s’échappe de ta bouche. « Reste qu’à l’époque tu pensais en avoir. Et que je passais après. Même si t’as finalement ouvert les yeux sur ce que tu ressens vraiment pour elle. J’avais l’impression qu’on était trois. Et que c’était moi qui était de trop. » Enfin, ça c’était bien qu’une partie. Parce qu’avec tout ça, il y avait aussi la médecine qui apparait une bonne partie de son temps, le reste de ses potes… Et toi, ton job, tes activités extra-scolaire. Et tu t’étais finalement lassée de ce manque d’attention. Tu penses pas être une fille très demandante à ce niveau-là, du moins pas jusque-là, mais avec Anton, c’était juste pas assez. T’avais besoin de lui, d’un peu de contact, de quelque chose… Alors que tu passais juste après tout le reste. « Et y'avait cette autre fille... Que j'voulais comme j'ai jamais voulu personne. J'ai oublié mes priorités en cours de route. Sa meilleure amie. » « Pardon ? » le mot sort avant même que t’aies pu réfléchir à quoique ce soit. T’es pas certaine d’avoir bien compris, mais ça commence à faire son bout de chemin dans ton crâne. « Cette fille. C'était sa meilleure amie. Tu peux m'en coller une, j'la mérite. » Plusieurs fois, tu clignes des yeux, comme si ça te permettait, d’une manière ou d’une autre, d’assimiler tout ce qu’il te raconte. Sauf qu’il a dit le mot qui a tendance à t’irriter plus que de raison : meilleure amie. Parce que c’est pour sa foutue meilleure amie à lui –en partie- que votre relations s’est finie. Parce que c’est  à cause de la meilleure de Jayden, Svea, qu’il a changé d’attitude et que ça a mené à votre rupture. Alors les meilleures amies, ça te sort sérieusement par les yeux. « Putain mais c’est quoi votre problème avec les meilleures amies ? » du bout des doigts, tu te masses les tempes, pour récupérer un peu de calme. C’est pas comme s’il avait besoin que tu lui en mettes plein la tronche. « Et avec cette fameuse meilleure amie du coup ? Très classe de son côté aussi, d’ailleurs. » Ouais, parce que bon, il est pas seul non plus dans cette affaire.
Tu continues de boire ta boisson, alors qu’Anton te parlait d’un sujet complètement différent. Sans doute mieux pour lui, mais nettement plus personnel à tes yeux. Alors t’essaie de lui expliquer, un peu légèrement, sans doute trop, alors qu’Anton n’est pas dupe. « Ca va mieux ton père? Et toi, comment tu vas? En dehors de ta routine à mourir d'ennuie je veux dire. » Un léger rire s’échappe de ta bouche, aussi nerveux qu’amusé. « Aucune amélioration. Quelques moments de lucidité de temps à autres, mais rien de significatif. Alors dans ces cas là, s’il n’y a pas d’amélioration, c’est que ça s’empire. » Parce que rester stable dans un état pareil, c’est pas allé mieux, c’est juste se dégrader à petit feu. « Ca va. Je crois. Je me change les idées… Enfin… J’crois que… » Tu vas vraiment dire ça à ton ex ? Apparemment. « Je crois que quelqu’un me plait… Mais j’sais pas si c’est réciproque. Enfin c’est étrange. Vraiment bizarre. » C’est le moins que l’on puisse dire.



Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
 
(rowen & anton) cheers, drink to that.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan-