Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Please kick them out ! - Ysatis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 410 messages et j'ai : 274 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ben Barnes et je crédite : EXORDIUM. (ava) & Lilousilver (sign)

MessageSujet: Please kick them out ! - Ysatis   Jeu 2 Fév - 21:33



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Je saisis un plateau et déambule entre les tables et les chaises à la recherches de verres vides. Le bar est surchargé et même si l'idée des pourboires me fait sourire, j'ai hâte que la soirée se termine. Je jongle du mieux que je peux entre le service au bar et celui en salle, essayant de ne pas trop faire attendre les clients. C'est toujours dans des moments comme ça que certains décident de prendre leur soirée et de ne pas travailler. Je me retrouve à faire tout le boulot et une part de moi a envie de tout lâcher et de partir moi aussi faire la fête. Mais je sais que j'ai besoin de ce job, je ne peux pas encore me permettre de le lâcher. Et puis, en y réfléchissant, il n'est pas si horrible qu'il en a l'air, tous les soirs ne sont pas comme celui-ci, et le patron est plutôt sympa. Je débarrasse quelques tables, lançant à la volée quelques mots aux jolies filles et récoltant au passage des regards noirs de certains hommes présents. C'est toujours quelque chose que j'ai aimé faire, causer des problèmes. Surtout à des inconnus, ce n'est pas comme si la situation de leur couple m'intéressait beaucoup. Je regagne ma place habituelle derrière le bar. Je préfère être là plutôt que dans la salle à servir. Ici je vois tout et peut intervenir à n'importe quel moment. Et puis c'est ici que les femmes seules et tristes s’assoient, je me dois bien de leur tenir compagnie. Je prépare des verres, sert des bières, dans des soirs comme ça, il faut être efficace et bien que je n'en ai pas du tout envie sur le moment, je sais que ça paye. Un groupe d'homme attire mon attention au fond de la salle. Ce n'est pas la première fois de la soirée qu'ils viennent. Ils ont fait plusieurs allés-retours entre le bar et celui d'en face, ce qui m'avait bien énervé. Ils sont revenus, dans un état encore plus piteux que celui dans lequel ils sont partis, mais je n'ai rien dis, je me suis contenté de leur servir une nouvelle fois des boissons alcoolisées. Je me concentre sur les pourboires de fin de soirées, tant pis pour leur santé personnelles. Mais voilà qu'ils commencent à faire du bruit et à gêner les gens autour d'eux. Forcément il fallait qu'ils me rajoutent ça sur les bras ce soir ! Virer des gens n'est jamais une partie de plaisir, mais c'est encore pire lorsqu'ils sont bourrés. S'ils sont souvent plus lents quand il faut en venir aux mains, ils n'en restent pas moins imprévisibles et prêts à tout. Dans un soupire je quitte mon poste d'observation, non sans adresser un clin d’œil aguicheur à une femme au comptoir. Je me dirige droit vers eux et fait de mon mieux pour avoir l'air jovial. « Désolé les mecs mais je vais vous demander de partir, vous dérangez la clientèle. » Je leur montre la porte d'un signe de tête et après s'être lancés un regard, ils se lèvent. Je suis surpris que ce soit aussi simple, que personne ne proteste ou ne dise qu'eux aussi font partie de la clientèle. Je ramasse leur verre vide et les suis du regard en regagnant l'entrée du bar. Je ris légèrement en voyant la troupe marcher vers l'autre établissement de l'autre côté de la rue. J'aurai dû m'en douter, mais au moins, maintenant, ce n'est plus mon problème. Je retourne à mes occupations qui sont un peu trop nombreuses à mon goût, je prie intérieurement pour que tout le monde parte le plus vite possible, sauf peut-être une belle femme que je pourrai ramener chez moi. Mais les plans qui se dessinent dans ma tête sont vite anéantis par des cris venant de l'extérieur. Je lance un regard entendu à un collègue et sors rapidement dehors, pour ne trouver que les hommes partis quelques minutes plus tôt en train de se faire incendier par une serveuse d'en face. Un rictus sur le visage, je m'approche, profitant de la fraîcheur qu'il fait dehors. J'écoute patiemment les paroles de la belle blonde et une fois qu'elle m'a remarqué, je lui lance d'un ton joueur.
« Besoin d'un coup de main ? »
©LittleJuice


@Ysatis E. Angermüller


❝ Give Me Truth ❞
There aren't two versions of me. There's only one. And I think when I discover who I am, I'll be free. ★The joy of life comes from our encounters with new experiences, and hence there is no greater joy than to have an endlessly changing horizon, for each day to have a new and different sun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 375 messages et j'ai : 208 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Johansson (en rousse) et je crédite : Arté (ava) & bat'phanie (signa)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Ven 10 Fév - 15:55



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Après cinq années de prison, il est quasiment impossible de revenir à une vie normale. A la vie que tu avais autrefois. Non, c'est tout bonnement impensable. Cette mésaventure t'a transformé, et Lou a pu s'en rendre compte, beaucoup plus taciturne, froide, méfiante au moindre geste, tu ne te laisses plus approcher. Les contacts physiques se font rares, tes sourires ne sont réservés qu'à tes quelques amis. En fait, tu n'en n'as que deux. Lou et Julian. Avec ton sale caractère, c'est déjà un miracle, surtout, ils devraient recevoir une médaille pour te supporter. Grâce à ton amie, tu as donc pu décrocher un boulot dans le bar où celle-ci bosse, le propriétaire n'est autre que Will. Ce dernier a accepté avec plaisir de t'embaucher, ton arrivée tombait à pic. Heureusement que tu as ce boulot, et évidemment l'argent qui arrive dans ton compte tous les mois n'est pas de trop. Certes tu as reçu l'héritage de tes beaux-parents, mais tu as pour obligation de retrouver un job afin de ne pas retourner entre ces quatre murs. Une sorte de réinsertion sociale qui t'exècres. Mais bon, le choix ne t'appartient pas. Tu dois t'y soumettre, voilà tout. Loin de te plaire, ce boulot a néanmoins pour mérite de te rapporter un salaire conséquent. Tu ne vas pas cracher dessus, malgré le fait que ce boulot ne soit pas celui de tes rêves. Déambuler entre les tables et les chaises avec un plateau dans ta main ne t’enchante guère. Le pire est sans doute les regards que lancent certains clients sur toi. Heureusement pour toi, tu as parfois Lou qui travaille également, tu te sens donc un peu moins seule. Tu es d’ailleurs persuadée que ton amie a une relation avec Will, le gérant. Leurs regards sont aisément compréhensibles, leurs sourires tellement parlants. Ces deux-là sont en couple, t’en mettrais ta main à couper. S’ils veulent se cacher, ce n’est pas mission réussie. Tu n’es pas très douée pour les sentiments et tout le bordel, mais tu es suffisamment observatrice pour remarquer l’attirance, l’espèce de complicité. Nul besoin d’être intelligent pour voir que ces deux-là sont plus qu’amis. Tu esquisses un léger sourire amusé avant de reprendre un air las en entendant le groupe de bourrés élever la voix. Encore eux. Ils n’ont cessé de faire des allers-retours entre les bars et sont clairement là pour boire sans se soucier des autres. Tu lèves les yeux au ciel en te renfrognant. Si tu pouvais, tu les enverrais tous à l’hôpital histoire de les calmer. Malheureusement, le choix ne t’appartient pas, le bar aurait alors une très mauvaise réputation. Pas sûr que les clients reviennent après avoir vu l’une des serveuses foutre une raclée à des clients.

Ce soir, c’est le feu, les clients affluent, te donnant un travail monstre. Tu n’as aucun moment pour souffler tant les commandes s’enchaînent. Cette soirée te paraît durer une éternité et tu n’as qu’une hâte, que tous s’en aillent et retrouver ton lit. Tu es tellement pressée que tes mains manquent de lâcher des verres. La fatigue s’accumule, les heures défilent, à ton plus grand regret, tu aperçois le groupe de bourrés dehors, prêts à revenir. Hors de question. Ni une ni deux, tu arrêtes ce que tu es en train de faire pour sortir et les incendier, ta voix s’élevant dans la rue. Ce tapage ne manque pas d’attirer l’attention, le serveur d’en face, que tu croises souvent s’en mêle. Tu poses tes opales glaciales sur lui.

- Ce sont vos clients non ? Alors occupez-vous en.

Souffles-tu, en croisant les bras, le toisant du regard. L’un des membres du groupe se met à vomir devant la terrasse. Là, c’est le trop plein pour toi, tu ne peux t’empêcher de t’énerver.

- Non mais c’est pas vrai.

©LittleJuice


I'm just an orphan
The truth is a matter of circumstances; it's not all things to all people all the time. And neither am I. ▬ I walk this empty street. On the Boulevard of Broken Dreams. Where the city sleeps. And I'm the only one and I walk alone
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 410 messages et j'ai : 274 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ben Barnes et je crédite : EXORDIUM. (ava) & Lilousilver (sign)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Dim 26 Fév - 22:22



Please kick them out !

Ysatis & Logan

La soirée me semble longue et j'ai la désagréable impression que tout le monde travaille pour la rendre encore plus interminable et horrible. Les clients viennent, repartent, certains repassent encore, et malheureusement ce ne sont généralement pas les meilleurs. Plus le bar se vide, plus j'ai la sensation qu'il se remplit, et je déteste ça. Il est rare que je passe du temps dans mon appartement, la plupart du temps je n'y fais que dormir et me laver, mais ce soir j'ai décidément envie de pouvoir m'y enfermer, seul ou en bonne compagnie féminine. Peu m'importe sur ce côté là, mais je veux juste partir et ne plus m'occuper de laver des tables, débarrasser des verres ou suivre les demandes des clients. Le plus horrible est sans doute de penser que ce qui m'énerve le plus ce soir est sûrement ma plus grande distraction. Ce groupe de gars complètement bourrés, qui ne respectent rien et qui ne prennent absolument pas en compte que servir et tenir la salle en ordre est en fait le boulot de certains. Mais je ne peux pas leur en vouloir pour ça, les soirs où je sors, je n'en tiens pas vraiment compte non plus, même si je ne termine jamais - ou seulement très rarement - dans des états pareils. Ces hommes présentent donc une source de divertissement, réduisant mon ennui et me réveillant même. Cela fait à peine quelques minutes que je leur ai demandé de partir du bar dans lequel je travaille, et ils n'ont pas perdu de temps pour se réfugier dans un autre de la même rue, ils ne sont pas en assez bon état pour aller plus loin de toute façon. Debout dans la rue, profitant et subissant en même temps l'air froid de la nuit, je ne sais pas trop quoi penser. Une partie de moi est amusée, et c'est ce que j'ai décidé d'afficher avec mon sourire et mon ton rieur ; mais une autre partie est assez exaspérée par la tournure des événements. Plus le temps passe, plus j'ai l'impression que mon lit s'éloigne de moi. Je regarde la femme blonde qui a l'air hors d'elle, encore plus énervée que moi, elle aussi devait avoir hâte de pouvoir rentrer chez elle ce soir. En entendant ses paroles je secoue la tête, lui lançant un furtif clin d’œil. « Je viens de les virer, ils ne sont plus mon problème. » Et c'était vrai, si j'étais là, c'était simplement pour m'assurer que ces gars n'allaient pas faire quelque chose qu'ils regretteraient. Je ne comprends pas pourquoi ce bar a laissé une serveuse sortir, elle n'a peut-être pas sa langue dans sa poche, mais si ces hommes veulent en venir aux mains, quelles chances a-t-elle ? Je n'ai pas le temps d'y réfléchir plus et la belle blonde n'a pas le temps de me répondre. Un homme vomit juste devant nous et si je n'étais pas plus habitué à ce genre de situation, je serai sans doute vraiment mal-à-l'aise. Heureusement ce n'est pas la première fois que cela m'arrive et je me contente de faire quelques pas vers l'homme en question pour vérifier qu'il va bien et qu'il ne va pas s'évanouir. Je n'ai pas vraiment envie d'appeler les urgences ce soir et même si ce dernier événement est une goutte de trop, je n'arrive pas à m'énerver comme la blonde le fait. Je me contente de lui adresser un petit sourire et lui lance doucement une question. « Vous auriez un verre d'eau ? » Je n'ai pas envie d'aider ce gars, il était bruyant dans mon bar, il l'était sûrement dans celui-ci aussi, mais il reste mal en point et étrangement, être serveur m'a un peu aidé à développer un côté humain et serviable. Je n'ai pas vraiment envie de le laisser dormir sur le trottoir, dans une mare de son propre vomi. Et je suppose que même si la serveuse est vraiment en colère, elle est assez humaine pour l'aider un peu. Et m'aider par la même occasion. J'attends de voir ce qu'elle va faire, la fixant de mes yeux naturellement noirs. Je jette des coups d’œil furtifs aux autres hommes qui donnent l'impression d'être dans un meilleur état. Ils ont déjà l'air de s'éloigner légèrement, laissant leur ami entre nos mains le temps qu'il puisse se remettre sur ses pieds titubants et les rejoindre dans un autre bar. Après cela, il ne sera plus de notre ressort. Et si, au début de cette rencontre j'avais bien envie de connaître la belle blonde face à moi, son énervement m'a donné envie de repartir loin d'elle sans un mot de plus, je n'ai pas vraiment besoin d'une femme de mauvaise humeur pour finir la soirée. Et en même temps, ce même comportement me fait rire, et m'incite à en savoir plus.
©LittleJuice


❝ Give Me Truth ❞
There aren't two versions of me. There's only one. And I think when I discover who I am, I'll be free. ★The joy of life comes from our encounters with new experiences, and hence there is no greater joy than to have an endlessly changing horizon, for each day to have a new and different sun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 375 messages et j'ai : 208 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Johansson (en rousse) et je crédite : Arté (ava) & bat'phanie (signa)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Mar 7 Mar - 20:08



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Ce genre de comportements a tendance à t’énerver au plus haut point. Et pour cause, l’irrespect est le summum de tout. La prison t’a appris des règles, et les règles il faut les respecter, mais surtout respecter autrui. Ce groupe de gars a clairement dépassé les bornes en faisant un bruit d’enfer, littéralement imbibés par le trop plein d’alcool. Rien de grave n’est encore arrivé, mais tu sais que les esprits peuvent vite s’échauffer, surtout avec autant de grammes de vodka dans le sang. Tu as l’habitude de gérer ce genre de situation violente, mais t’es loin de l’apprécier. Au contraire, cette journée te paraît interminable, tu n’as qu’une seule envie : retrouver ton lit pour dormir. La fatigue s’accumule à mesure que les heures progressent. La nuit est tombée depuis un moment, annonçant le début d’une longue soirée. Néanmoins, tu vas prendre ton courage à deux mains pour parvenir à servir dignement les clients. Toujours le sourire et la politesse en toutes circonstances. Ce travail oblige de savoir maîtriser ses émotions. Les dents serrées, tu fais des allers-retours, dont tu ne comptes plus. Ton corps ne répond plus de rien, c’est le mental qui fait le reste. Heureusement qu’il est là d’ailleurs, sinon tu serais déjà affalée sur une chaise, voire écroulée.
Ton regard oblique sur le groupe qui se trouve dans la rue, prêt à revenir foutre le bordel dans ton bar. Hors de question que ces derniers dérangent de nouveau la quiétude des clients. Arrêtant ce que tu fais, et, en faisant signe à tes collègues, tu sors pour les rejoindre. Sans aucune langue de bois, tu leur demandes de partir et de ne pas revenir avant d’avoir décuvé. Le tapage que tu crées attire évidemment du monde. Dont le serveur du bar d’en face, tu le croises souvent, et malgré la légère sympathie que tu ressens à son égard, tu ne peux t’empêcher de lui faire une reproche. Ses paroles et son clin d’œil te font tiquer, alors que tu souffles discrètement. Finalement, tu reposes ton attention sur les bourrés, et l’un d’eux vomit. Tes yeux s’écarquillent face à ce spectacle. L’homme s’est mis dans un état pitoyable, quitte à mettre sa santé en jeu. Bouillonnante de colère, tu pestes puis te calme, comprenant que ton comportement pourrait nuire à la réputation du bar.

- Je reviens.

Souffles-tu d’un ton glacial, monotone alors que tu tournes les talons pour te diriger à l’intérieur, dans les cuisines pour ramener un verre d’eau. L’homme le boit cul sec, et se relève pour rejoindre ses amis, titubant. Tu les salues, le verre entre tes doigts, soulagée de l’issue de la chose. Tu espères qu’ils seront suffisamment lucides pour retrouver leur chemin. Te retournant vers Logan, le serveur, tu lui adresses un sourire désolé, consciente de ta colère précédent que le pauvre a dû subir.

- Pardon pour toute à l’heure, je n’aurai pas dû te dire ça. Et merci pour le coup de main.

©LittleJuice


I'm just an orphan
The truth is a matter of circumstances; it's not all things to all people all the time. And neither am I. ▬ I walk this empty street. On the Boulevard of Broken Dreams. Where the city sleeps. And I'm the only one and I walk alone
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 410 messages et j'ai : 274 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ben Barnes et je crédite : EXORDIUM. (ava) & Lilousilver (sign)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Dim 12 Mar - 15:02



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Je regarde la scène d'un point de vue de spectateur, faisant attention à ce qu'il se passe, mais n'y jouant aucun rôle. C'est la fatigue qui me fait agir comme ça, évidemment. D'ordinaire je serai plus actif, essayant calmer les gens plus franchement que ce que je fais actuellement, voulant être pris dans l'action, peut-être même me démarquer par une certaine prestance ou humeur joueuse qui me caractérise si bien. Mais pas aujourd'hui. Non ce soir j'aimerai m'effacer, ne rien dire et pouvoir rentrer chez moi comme si rien ne s'était passé. Il est rare que je me comporte ainsi et une part de moi se dit que je dois couver quelque chose. Si ce n'était pas pour la belle serveuse blonde se tenant devant moi, je ne serai sans doute même pas sorti. Mais l'air frais me réveille et je suis soulagé d'être dehors, même si ce qu'il se passe me donne presque envie de faire demi-tour. Je m'approche du gars qui vient de vomir, me sentant légèrement mal pour lui. Aussi égoïste que j'ai envie d'être ce soir, je sais que ce n'est pas la solution, et c'est pour cela que je demande de l'aide à la jeune femme. Dans un premier temps elle ne paraît pas décidée mais va tout de même chercher de l'eau. Un verre d'eau, ce n'est pas grand chose et pourtant l'homme à l'air d'aller mieux presque instantanément. Il titube encore, j'ai l'impression qu'il pourrait perdre l'équilibre et tomber à n'importe quel moment, mais il ne le fait pas et je suis soulagé. Il s'éloigne avec ses amis plus saoul les uns que les autres et je peux enfin me dire que c'en est fini pour ce soir. Mon regard se repose sur la blonde qui semble plus détendue elle aussi. Un fin sourire se dessine sur mes lèvres quand je me rends compte que je ne connais même pas son prénom. Ce n'est pas la première fois que l'on se croise, il me semble même lui avoir déjà parlé. Après tout on travaille dans la même rue et les horaires de serveurs sont les mêmes partout. Mais il faut dire que je n'ai jamais été très doué pour me souvenir des noms de femmes. Je les retiens généralement pendant quelques heures, le temps de les attirer dans mon lit mais, au petit matin, je l'efface de ma mémoire, ne voyant pas l'utilité de m'en souvenir puisque je n'en aurai plus jamais besoin. « Il n'y a pas de problème. Ce soir on est tous dans le même bateau princesse. » Je lui lance un sourire et un clin d’œil, attendant une réaction au surnom que je lui ai donné. Elle n'a pas l'air d'être le genre de femme qui aime les petits noms et c'est justement pour ça que je n'ai pas hésité à en prononcer un. J'attends quelques secondes et promène mon regard sur la rue, sur le bar en un sens rival au mien et finalement de nouveau sur la blonde. Je hausse un sourcil et croise mes bras sur mon torse, faisant un pas ou deux pour me rapprocher d'elle. « Et puis si tu as encore besoin d'aide ce soir, tu sais où me trouver. »
©LittleJuice


❝ Give Me Truth ❞
There aren't two versions of me. There's only one. And I think when I discover who I am, I'll be free. ★The joy of life comes from our encounters with new experiences, and hence there is no greater joy than to have an endlessly changing horizon, for each day to have a new and different sun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 375 messages et j'ai : 208 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Johansson (en rousse) et je crédite : Arté (ava) & bat'phanie (signa)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Mar 28 Mar - 20:43



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Le tapage a attiré de nombreux regards, et ce n’est pas forcément une bonne chose pour l’établissement. Tu espères que la situation va s’arranger, mais non. Les gens imbibés d’alcool sont imprévisibles, et c’est sans doute ça le plus gênant. Tout peut basculer en une seconde, tout peut changer, et l’un d’eux peut s’échauffer et se mettre à frapper ou à hurler. En fait, tu t’en éloignes comme de la peste, mais ils sont beaucoup trop bruyants et dérangeants. Hors de questions de les voir entrer de nouveau dans le café. L’ambiance est désormais bonne, et cela ne risque pas de durer si tu laisses ce groupe entrer. Un des membre du groupe vomit ses tripes, prouvant qu’il est allé trop loin et que son corps en assume désormais le prix. Le lendemain risque d’être difficile, voire insupportable. Il va subir une sacré gueule de bois, elle sera plus que jamais méritée. Si au départ, tu t’énerves de le voir ainsi, ta part d’humanité reprend le dessus. A dire vrai, si le serveur d’en face n’avait pas demandé un verre d’eau, tu n’aurais sans doute pas réagit pour l’aider. Tu n’es pas égoïste, mais simplement méfiante. La prison t’a appris à te débrouiller seule pour survivre, alors cette règle te semble encore d’actualité. Que ce soit pour toi ou pour les autres. Entre quatre murs, on n’a pas de main tendue, on est seul face à ses problèmes et ses défis. Lorsqu’il part, en titubant avec ses amis autant bourrés, tu soupires de soulagement. Les voir partir veut dire qu’ils ne reviendront plus pour ce soir et qu’ils sont enfin décidés à vous laisser tranquille. Tu te calmes un peu, ta colère passagère ayant finalement disparu. Car oui, il ne faut pas t’énerver, tu deviens alors une véritable tempête. Surtout lorsque tu es fatiguée, cela ne fait qu’exagérer ton courroux.

Tu tiques au surnom débile que te donne le brun, à qui tu ne connais pas le nom. Ou du moins dont tu ne te rappelles plus. Un nom qui commence par L, rien de sûr.

- Princesse ? Ne t’avise pas de t’habituer à m’appeler ainsi.

Dis-tu en lui donnant un léger coup sur l’épaule histoire de le faire réagir et lui faire comprendre que tu n’es absolument pas le genre de femme à apprécier ce genre de surnom stupide et pompeux. Finalement, tu te détends à ses dires, esquissant un doux sourire.

- Idem, n’hésite pas. Je m’appelle Ysatis, et toi ?

©LittleJuice


I'm just an orphan
The truth is a matter of circumstances; it's not all things to all people all the time. And neither am I. ▬ I walk this empty street. On the Boulevard of Broken Dreams. Where the city sleeps. And I'm the only one and I walk alone
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 410 messages et j'ai : 274 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ben Barnes et je crédite : EXORDIUM. (ava) & Lilousilver (sign)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Lun 15 Mai - 17:07



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Les hommes s'éloignent bruyamment, faisant savoir à toute la rue qu'ils sont loin d'être frais. Je les regarde, guettant du coin de l’œil qu'aucun ne s’aplatisse contre le bitume du trottoir, je n'ai absolument pas envie d'appeler les pompiers ce soir. Maintenant qu'ils ne sont plus là, que ce problème est réglé, j'ai la sensation que la soirée est terminée, que je vais pouvoir rentrer chez moi, seul ou en charmante compagnie. Je rêve depuis des heures de la chaleur de mon appartement et je la sens se rapprocher peu à peu. Puis je repose mes yeux sur la serveuse blonde et, derrière elle, les clients bien trop nombreux du bar dans lequel elle travaille. Cette vision me rappelle que la même chose à lieu de l'autre côté de la rue, là où devrait être en ce moment-même. Mais l'air frais est bien trop appréciable pour rentrer maintenant. Là, je n'en ai rien à faire que mes collègues aient besoin de moi. Alors je relance la conversation avec la jolie blonde, essayant de gagner du temps. Je ris doucement à sa réaction et me rapproche encore un peu en sentant son poing sur mon épaule. C'est peut-être la fatigue qui me fait réagir ainsi, mais je ne peux m'empêcher de la fixer et de vouloir en apprendre plus sur elle. On se croise assez souvent et pourtant je ne connais même pas son nom. Il faut croire que la compétition entre nos lieu de travail respectif est trop grande pour qu'une entente entre les serveurs soit possible. « C'est vrai que jugé sur le coup que tu viens de me donner, tu n'as pas besoin que je t'appelle comme ça. Pourtant ça te va bien. » Nouveau clin d’œil, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je me sens trop fatigué pour jouer avec elle, pour sortir le grand jeu et essayer de la charmer, pourtant je sens que cette femme est un défi, qu'elle ne se laisse pas faire. Peut-être est ce pour ça que je continue, essayant lamentablement d'être drôle dans une situation qui ne l'est absolument pas. Elle finit par se présenter et un sourire se dessine sur mes lèvres en entendant son prénom. Original, ça lui va plutôt bien. Je lui tends la main avant de prendre à mon tour la parole. « Moi c'est Logan. Ca fait des mois qu'on se croise régulièrement et on ne s'est jamais présenté, c'est dingue, non ? » Je la regarde un peu trop fixement, essayant de me souvenir si nous avons déjà eu ce genre de conversation. Après tout il est de notoriété assez publique que je ne suis pas très doué pour retenir les prénoms féminins, j'en entends beaucoup trop par semaine. Une part de moi sait pertinemment que je devrai faire marche arrière et retourner travailler, la laissant par la même occasion retourner à ses clients. Mais le fainéant en moi n'arrive pas à se résoudre à se remettre à la tâche. « Vous avez beaucoup de monde ce soir ? »  C'est une question totalement idiote et je le sais. Alors que j'essaie de fuir le travail, je le ramène directement dans la conversation.
©LittleJuice


Spoiler:
 


❝ Give Me Truth ❞
There aren't two versions of me. There's only one. And I think when I discover who I am, I'll be free. ★The joy of life comes from our encounters with new experiences, and hence there is no greater joy than to have an endlessly changing horizon, for each day to have a new and different sun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 375 messages et j'ai : 208 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Johansson (en rousse) et je crédite : Arté (ava) & bat'phanie (signa)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Sam 17 Juin - 20:21



Please kick them out !

Ysatis & Logan

La quiétude de la rue est bouleversée par les voix des hommes qui s’élèvent sous ton œil inquiet. S’ils continuent, ils finiront probablement en cellule de dégrisement. Et ce sera mérité. Tu soupires tandis qu’au fond de toi tu es soulagée de les savoir le plus loin possible de vos deux bars respectifs. La situation aurait pu empirer, et heureusement que cette dernière s’est vite réglée. Vous avez évité le pire, et ce n’est pas peu dire. Te tournant afin de scruter le bar, il est rempli, laissant présager une soirée encore longue, toi aussi tu ne rêves que d’une chose, retrouver ton lit et dormir jusqu’à midi demain matin. Un rêve car tu travailles également, franchement le monde est parfois difficile. Malheureusement la vie n’est pas seulement composée de bons moments, il faut travailler, malgré tout. Nul besoin de dire qu’au vu de ton diplôme ta place serait ailleurs, pas dans ce bar aussi bien soit-il. Tu mérites mieux que ça. Néanmoins, avec un tel passif de taularde, tu ne parviens pas à retrouver un tel poste, les patrons ne voulant pas t’embauchant à cause de cette tache sur ton dossier. Un casier judiciaire qui te poursuit toute ta vie, t’empêchant de t’intégrer dans cette société qui ne veut plus de toi. Tu es jugée inutile, en marge et c’est peut-être mieux ainsi. Ce en quoi tu essayes de te convaincre car tu retombes peu à peu dans l’illégalité pour gagner plus, jouant avec le feu. Les autorités ne te feront pas de cadeau la seconde fois. Les récidives sont mal vues et en général, ça se termine très mal. Tu ne veux pas passer le restant de ton existence entre quatre murs. Ce n’est pas une vie souhaitable. Mais tu es dans une spirale sans fin, celle du déclin et de l’échec car personne ne t’aide à t’insérer. « Oh c’est rien ça encore. » Avoues-tu en esquissant un léger sourire taquin, tu sais te battre et pas qu’un peu, ta force n’est que décuplée lorsque tu es énervée. Même si tu es taciturne et solitaire, parler un peu avec Logan te fait du bien. Après tout, vous êtes dans le même bateau. Et cette proximité sociale avec quelqu’un ça t’avait manqué. En fait, tu fais très peu de nouvelles rencontres car tu les fais fuir, surtout les hommes. « Si je suis une princesse, je risque de casser le mythe. » Bah ouais, tu n’as rien de tel, entre tes manières à la garçonne, ton comportement ne laisse aucunement présager la finesse et la douceur. A l’entente de son nom, tu esquisses un fin sourire. « Enchantée Logan, et oui, c’est dommage même. » Tu soupires ensuite, les clients continuent d’affluer, reculant ton espoir de trouver ton matelas. « Ouais, toi aussi j'imagine, c’est la merde, j’ai aucune envie d’y aller. J'vais commettre un meurtre avant la fin de la soirée je crois. »
©LittleJuice

Spoiler:
 


I'm just an orphan
The truth is a matter of circumstances; it's not all things to all people all the time. And neither am I. ▬ I walk this empty street. On the Boulevard of Broken Dreams. Where the city sleeps. And I'm the only one and I walk alone
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 410 messages et j'ai : 274 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ben Barnes et je crédite : EXORDIUM. (ava) & Lilousilver (sign)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Mer 26 Juil - 22:31



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Ce soir est loin d’être paisible et pourtant je continue d’espérer que ça va se calmer, que la soirée va se transformer en une nuit tranquille, sans agitation. Peut-être que tout cela est complètement idiot et bien trop utopiste compte tenu des événements qui se sont déjà produits de soir. Les bars sont pleins, les gens boivent trop. La rue entière est mouvementée et je me retrouve malgré moi à en faire partie, à ajouter encore plus au bruit ambiant, aux mouvements inutiles. Au moins j’ai commencé une conversation avec cette serveuse que je vois depuis plusieurs semaines. Je connais maintenant son nom, c’est sûrement une bonne chose, une amélioration. Je ris en entendant ses mots et un sourire en coin apparaît sur mon visage. « Rappelle-moi de ne jamais tomber dans tes mauvaises grâces alors. » Je lui lance un regard de défi, comme si j’attendais qu’elle me dise ce qu’il faudrait justement que j’évite de faire pour la froisser. Mais en vérité, je n’attends pas grand-chose de cette conversation. Ce soir elle me donne simplement quelques minutes de répit, un peu de calme avant la tempête. Un calme bien appréciable, je ne peux le nier. En entendant les nouvelles paroles d’Ysatis, je fais deux pas vers elle, me rapprochant imperceptiblement d’elle, un sourire satisfait plaqué sur le visage. « J’en ai rien à faire des princesses en porcelaine, tu peux le briser mon mythe. » Une phrase un peu lourde, un ton qui en dit long. J’ai beau être fatigué et hors de moi ce soir, je reste le même homme que je suis toujours, et celui-ci ne perds pas une occasion de charmer. Il ne faut que quelques phrases de plus pour que je reprenne de l’élan, mais c’est étrangement plus dur que d’ordinaire. Elle me dit que c’est dommage, je lui lance un clin d’œil et, pourtant ce soir, je n’ai pas d’arrière pensée. « Maintenant que les introductions sont faites, il ne faudra pas que hésite à venir dire bonjour. » Sans me cacher, je fais voyager mes yeux le long de son corps, appréciant peut-être un peu trop les courbes que ses vêtements de travail laissent voir. Si ce soir je ne compte pas rentrer chez moi avec de la compagnie, je sais que demain je risque de changer d’avis. Après tout, c’est toujours une bonne chose de bien s’entendre avec les voisins, encore plus si ce sont des concurrents. La blonde reprend la parole pour répondre à ma question et je ne fais qu’acquiescer pour lui répondre, tout en lâchant un soupir. Nous sommes définitivement dans le même bateau ce soir, servant bien trop lentement à une foule toujours plus nombreuse. Un sourire se dessine sur mes lèvres mais je n’arrive même pas à rire. Dans d’autres circonstances je créerai un jeu de cette blague, je la développerai, ferai en sorte qu’une conversation plus profonde s’installe entre nous. Mais ce soir je n’ai que la force de sourire silencieusement, peut-être parce que je ne suis que trop d’accord avec ses mots. Oui, avec l’aide de la fatigue que je ressens ce soir, je pourrai sûrement en venir à vouloir tuer quelqu’un, s’il m’énervait suffisamment. « Je peux t’aider à choisir une victime si tu veux, je participerai avec plaisir. » Je lui lance un clin d’œil, avant de perdre mon regard dans la foule derrière elle. Je scrute les visages, essayant de déterminer quel genre de client ils sont. Mais cette analyse prend vite fin, ça me lasse encore plus de voir tant de clients réunis. « Je devrai sans doute y retourner, sinon c’est moi qui risque d’être tué par mon patron. » Une moue apparaît sur mon visage et alors que je devrai sans doute commencer à faire demi-tour, je ne bouge pas. Je reste là, devant Ysatis, à la regarder, à regarder la rue. Tout semble mieux que de rentrer au bar, où l’on m’attend sûrement.
©LittleJuice


❝ Give Me Truth ❞
There aren't two versions of me. There's only one. And I think when I discover who I am, I'll be free. ★The joy of life comes from our encounters with new experiences, and hence there is no greater joy than to have an endlessly changing horizon, for each day to have a new and different sun.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 375 messages et j'ai : 208 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Johansson (en rousse) et je crédite : Arté (ava) & bat'phanie (signa)

MessageSujet: Re: Please kick them out ! - Ysatis   Mar 15 Aoû - 21:29



Please kick them out !

Ysatis & Logan

Depuis quand les soirées sont aussi mouvementées ? Depuis toujours finalement, c’est bien ta veine. Tu n’attends qu’une chose : que cela se termine pour retrouver ton matelas. Le bruit de la rue est particulièrement bruyant, ne faisant que faire siffler tes oreilles. Les passants ont bu et parlent assez fort sans songer aucunement que cela puisse gêner. Un brouhaha incessant à s’en briser la nuque. Ou à avoir des envies de meurtre, ce qui est ton cas. Parler à Logan te soulage un peu, te laissant présager une soirée un peu moins monotone. Lui aussi semble dans le même état de fatigué avancé que toi. De nombreuses semaines à se croiser sans jamais s’adresser la parole, tu le regrettes un peu, mais c’est ton caractère, tu as un mal fou à aller vers les autres. Non pas par peur mais par méfiance de la tromperie, de la fourberie. Rares sont ceux parvenant à s’approcher de toi, ton comportement revêche n’attire pas, il engendre plus de fuites que de rapprochements. La prison t’a changé, et pas forcément en bien. « T’inquiètes pas pour ça. » Dis-tu dans un léger sourire amusé, il est évident qu’il faut éviter de te croiser lorsque tu es énervée. Des gestes anodins peuvent engendrer ton courroux assez vite, probablement ton plus grand défaut et franchement pas évident pour tes proches. Scrutant la foule d’un air las, tu ne peux t’empêcher de penser à a suite, aux longues heures que tu vas encore subir, devoir sourire, rester aimable malgré ton désir de les frapper. Cette conversation est une parenthèse, le calme avant la tempête effectivement, le moment de répit où tu peux souffler un peu et songer à autre chose. Si tu ne connais aucunement la finalité de la rencontre, elle est appréciable sur le moment. Tu remarques les deux pas qu’il fait pour s’approcher de ton être, un léger coup d’œil avant de rire à sa remarque concernant le mythe sur les princesses. Evidemment que tu es loin de l’être. Ton tempérament s’apparente beaucoup plus à celui d’une paysanne qu’une princesse. A cette pensée, tu as envie de rire. « Ouais, je suis très loin de la princesse en porcelaine. » Un hochement d’épaule alors que tu acquiesces à ses mots, maintenant que tu connais un peu plus l’homme, tu n’hésiteras pas à l’interpeller de temps en temps. « Bien sûr, ça fait quand même des jours qu’on se croise sans se dire un mot. » Un petit coup de coude alors que tu esquisses un fin sourire puis le silence prend part entre vous. Tes prunelles fatiguées scrutent la foule qui s’agrandit encore et encore. Ce n’est que le début d’une soirée intense. Tu glisses une main dans tes cheveux roux. « Allez, courage, on se retrouve à la fin. » Une tape sur l’épaule et tu lui offres un dernier sourire avant de retourner dans ton bar. De nouveau, tu dois faire face à des clients plus qu’agaçants. L’alcool coule à flot, ce qui ne fait pas que détendre l’atmosphère.

[…] La fin de service, les derniers clients quittent le bar. Adossé au comptoir, tu jubiles en les voyant partir. Enfin tu laisses tomber ton habit de travail pour arborer une tenue décontractée. Fermant la porte derrière toi, tu te tournes pour faire face à Logan de nouveau. « La délivrance. » Tu t’adresses à lui dans un soupir de soulagement.
©LittleJuice


I'm just an orphan
The truth is a matter of circumstances; it's not all things to all people all the time. And neither am I. ▬ I walk this empty street. On the Boulevard of Broken Dreams. Where the city sleeps. And I'm the only one and I walk alone
Revenir en haut Aller en bas
 
Please kick them out ! - Ysatis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn :: Williamsburg-