Flashnews
La nouvelle intrigue est en place, il s'agit d'un Koh Lanta spécial étudiants VS citizens ! Vous pouvez retrouver toutes les informations ici

Vous pouvez aller voir les gagnants des awards ici et poster dans le yearbook




 
NEWSLETTER NUMÉRO 26
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 24
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 [FB] i feel your mood in my hips (connor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1093 messages et j'ai : 143 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Lun 6 Fév - 16:28

i feel your mood in my hips
— with Connor St James

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ca fait maintenant deux jours que t’as une boule au ventre, complètement nouée. L’angoisse, le stress. La panique. Ce foutu retard, t’espères juste que c’est une coïncidence de merde, une fausse alerte. T’es pas prête à avoir des gosses. Pas maintenant. Pas avant un moment. Pas assez mature, pas assez responsable, et sans doute simplement pas envie de t’encombrer avec des gosses maintenant. T’essaies encore de comprendre ta vie. Puis t’es encore étudiante. Tu ne serais sans doute pas la seule étudiante enceinte –certaines lycéennes t’ont même bien devancé- mais toi, c’est pas ce que tu veux. Tu veux pas être enfermée dans une maternité, dans une vie dont tu veux pas. C’est pas Connor le problème, c’est toi, ce que tu veux. Ou plutôt ce dont tu ne veux pas. Alors t’espères juste que c’est juste une fausse alerte, que tu te fais des nœuds au cerveau pour rien, que c’est juste ton corps qui débloque un peu. Parce que t’as pas envie de prendre une décision pareille maintenant. T’as pas les nerfs pour ça. Tu les as pour beaucoup de choses, mais clairement pas pour une décision pareille. Et si jamais tu l’es, que t’en veux pas maintenant, que tu t’en débarrasses, et que tu le regrettes plus tard ? Tu secoues la tête en soupirant. Non, ça ne peut juste pas arriver. Il faut que ce foutu test soit négatif.
Alors tu tires la chasse d’eau et te lave finalement les mains, avant de te rasseoir sur les toilettes une fois la cuvette baissée. Connor doit être en train de faire les cent pas, et toi t’es là, bloquée sur ce foutu bâton, à ne pas pouvoir faire un pas de plus. T’attends que quelque chose apparaisse. Mais ça te rend dingue, et tu sors de tes pensées lorsque t’entends cogner la porte. « J’arrive. » Seulement t’as pas la moindre envie de bouger tant tu te sens mal. Pas la nausée, non, tu te sens juste mal à l’idée que ça puisse être positif. T’es censée finir tes études, avoir un job, te faire une carrière, et seulement après tu pourras envisage ça. Mais pas avant plusieurs années. Certainement pas maintenant. Tu sais que Connor stresse autant que toi, c’est comme si sa panique était devenue bruyante et que tu ne pouvais la manquer. Et rien qu’à ça, tu sais qu’il n’est pas prêt. Pas maintenant. Oui tout va bien entre vous, mais ça ne veut pas dire que vous êtes prêt à plus, surtout ce genre de plus.
Une nouvelle fois, Connor frappe à la porte, et tu sais pas combien de temps t’es restée à divaguer. Sans doute quelques secondes vu que ce foutu test n’indique toujours rien. Alors tu prends ton courage, te lèves et ouvres la porte, en montrant le bâton en plastique à Connor. « Désolée. » laches-tu face à l’attente qu’il a dû subir. « Faut encore attendre… Plus pour longtemps je crois. »







[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 730 messages et j'ai : 127 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Matt Bomer et je crédite : Seyfrieds

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Jeu 23 Fév - 16:34

i feel your mood in my hips
— with Skye ♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je rentrais de cours, jonglant entre mes leçons à apprendre et l’enseignement que je commençais tout juste. Pas encore titulaire du diplôme, je n’avais pas d’autre choix que de suivre cette formule. Mais même si ça me bouffait un temps fou, il y avait quelque chose de positif là dedans. J’étais certain que c’était ce que je voulais faire pour le restant de ma vie. Avocat. Mais pas que. Professeur également. Je me plaisais autant à enseigner qu’à étudier des cas. Alors oui, ce serait ça que je ferai. Double métier, double responsabilité si je puis dire. Mais ça ne m’effrayait pas. Surtout que je n’étais pas seul. Non déjà j’avais Zoe, mais ça c’était différent. Je ne pouvais pas compter sur ma fille, c’était elle qui devait compter sur moi. Et je tâchais d’être le plus souvent là pour elle d’ailleurs. Et puis il y avait Skye. Comme une évidence entre nous. C’était simple, facile, sans prise de tête. Juste elle et moi et le reste du monde. Sauf ce soir. Non ce soir ça ne va pas vraiment. Skye est enfermée dans ma salle de bain à attendre le résultat d’un fichu test de grossesse. J’aurai pu être content si elle était enceinte mais non. Pour deux raisons. La première, c’était qu’elle n’était pas prête et peut être que moi non plus. Même si je ne doutais pas de mes capacités de père, mes études n’étaient pas finies, les siennes c’était encore plus lointain, on ne pouvait pas assurer comme on pouvait le faire en étant au max de nos capacités. Et la deuxième, c’était peut être la plus importante à mes yeux mais, j’avais déjà perdu la mère de Zoe lors de l’accouchement. Et je n’étais pas prêt à perdre Skye. Je ne voulais pas que le cauchemar recommence, pas une fois de plus. Et même si évidemment, pas toutes les femmes enceintes ne survivaient pas à l’accouchement, je ne voulais pas prendre le risque. C’était trop frais dans ma tête encore, pas forcément totalement guéri. Et ça ne le serait jamais. Car je n’étais pas tout seul dans cette galère. Il allait bien falloir qu’un jour j’explique à Zoe où était sa mère. Et je redoutais ce moment là. Ce soir elle dormait chez ma mère, comme souvent en ce moment. Entre les révisions et les moments que je voulais passer avec Skye, je préférais que ma petite puce ait un environnement stable pour évoluer. Et puis ça faisait un peu de compagnie à ma mère. Impatient, je tapais à la porte de la salle de bain. Je ne savais pas depuis combien de temps elle était là dedans mais j’avais l’impression que ça faisait des heures entières. Alors ? Un j’arrive m’arriva de derrière la porte sur laquelle je venais de poser mon front. J’attends encore un peu, peut être quelques secondes, ou peut être des dizaines de minutes. La boule au ventre je tapais à nouveau. Je ne voulais pas être pressant mais j’avais besoin de savoir. Tout comme elle. Et puis je ne voulais pas la laisser seule dans cette galère. Je n’étais pas comme ça. En général déjà et encore moins avec elle. Elle finit enfin par sortir de la salle de bain avec ce test dans les mains. Je la regarde, puis fixe mon attention sur le petit bout de plastique. Elle m’apprend que le résultat n’est toujours pas là et je ne peux m’empêcher de soupirer. Je m’assois sur le bord du lit et l’attire à moi pour qu’elle prenne place sur mes genoux. Ca va aller, quoiqu’il se passe ça va aller. Même si dans ma tête je criais pour qu’un petit moins apparaisse sur le petit écran. Je l’entoure de mes bras et prends sa main tenant le test dans ma main. A force de le regarder, je finis par me dire que rien ne s’afficherait. Sauf que si, le petit trait bleu horizontal apparu et je ne pu m’empêcher de pousser un soupir de soulagement. Ca veut dire que tu n’es pas enceinte n’est ce pas ? On ne peut pas dire que j’avais fait beaucoup de tests de grossesse dans ma vie et même pour Zoe, ça s’était fait tardivement par une prise de sang. Ca veut pas dire que je ne veux pas d’enfants avec toi hein, tu le sais ça. Mais juste que c’est peut être pas le moment. J’embrassais doucement son épaule à ma disposition en souriant. Ma main avait quitté le test pour enserrer totalement sa taille afin de la coller à moi. Mais je suis soulagé quand même. On a assez de temps pour repeupler la planète. Je disais ça sur le ton de la rigolade car on ne savait jamais de quoi demain serait fait. Et même si je savais que je l’aimais sincèrement, on n’était à l’abri de rien dans le futur.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1093 messages et j'ai : 143 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Ven 24 Fév - 21:25

i feel your mood in my hips
— with Connor St James

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais qu’il attend. Tu sais qu’il est derrière la porte à attendre d’être là  pour toi, de te soutenir, à attendre la sentence. Tu la sens d’ici son impatience. Tu la sens, pourtant ça ne te fait pas sortir de cet espèce d’état de panique qui te paralyse. T’es dans ta tête, complètement ailleurs. Pas léthargique, mais ça aurait pu être le cas. C’est étrange d’avoir l’impression que ton cerveau fonctionne à cent à l’heure, avec trop de questions sans réponses et en même temps avoir la drôle de sensation qu’il ne fonctionne plus du tout. Complètement hors service. C’est l’attente. L’angoisse, celle qu’il rend malade et qui empêche tout mouvement, qui paralyse. Tu l’entends pourtant, cette voix qui te parvient. La sienne. Connor. Ton Connor. Le mec le plus doux, le plus adorable que t’aies pu rencontrer. Derrière cette porte à se demander ce qu’il se passe. Tu sais pas bien comment tu reviens à toi, comment t’arrive à te dire qu’il faut que tu sortes, que tu le rejoignes. Tu seras mieux avec lui que dans les toilettes. Parce que c’est Connor et qu’il est toujours là pour toi. Toujours à tes côtés, avec ses petites attentions.
Tu finis par ouvrir la porte, le test à la main, lui indiquant qu’il faut attendre un peu. Encore quelques instants de torture. Il s’assoit sur le bord du lit, et il t’attire contre lui, sur ses genoux. T’es un peu tendue, pourtant, tu glisses une de tes mais sur sa nuque, par besoin de le toucher, de le sentir, comme un soutien pendant cette entente. « Ca va aller, quoiqu’il se passe ça va aller. » Tu ne réponds rien sur le coup. T’as pas la moindre idée de si ça va aller. C’est pas Connor que tu remets en cause. Il a déjà une fille, et à tes yeux, il s’en sort bien en tant que Papa. Sa situation est nettement plus stable que la tienne, bien que pas franchement à terme. Seulement toi, t’es pas prête pour tout ça. T’es pas prête à réellement fonder une famille. Du moins une famille avec plus de membres que seulement lui et toi. T’es pas prête à avoir autant de responsabilités d’un coup, de devoir t’occuper d’un bébé qui a besoin d’attention 24 heures sur 24 alors que t’essaies déjà de comprendre comment t’occuper de toi-même et de cette relation sans tout faire foirer. T’as l’impression d’avoir à peine commencé à mettre ta vie en ordre. Alors t’es à peu près sure que si ce test est positif ça foutrait pas mal de choses en l’air. Temporairement sans doute, mais quand même. Et puis, tu paniquerais aussi. Mais malgré tout ça, t’es quand même rassurée de l’avoir aussi proche, qu’il ne panique pas –du moins en apparence. C’est le genre de choses qui ont tendance à te démontrer que ce ne serait pas si catastrophique que ça. Oui, clairement un mauvais timing, mais Connor serait là, comme il l’a toujours été. Après quelques instants, il prend finalement le rest dans sa main, et un seul petit trait apparait. Vous soupirez à l’unisson, un soupir de soulagement. « Ca veut dire que tu n’es pas enceinte n’est ce pas ? » « C’est ça. » Tu laches un autre soupir, nettement plus bruyant, comme évacuer le stress accumulé. « Ptin, c’est vraiment pas bon les nerfs tout ça » dis-tu avec un rire neveux en laissant ta tête reposée dans son cou, pour y glisser un baiser. Même si t’es soulagée de ce résultat négatif, ça ne va pas pour autant dire que ça change quoique ce soit ou que tu ne tiens pas à lui, bien au contraire. Tes sentiments pour Connor sont bels et bien présents. Tu l’aimes, ça ne fait aucun doute. «  Ca veut pas dire que je ne veux pas d’enfants avec toi hein, tu le sais ça. Mais juste que c’est peut être pas le moment. » Il embrasse ton épaule et tu te tournes un peu plus vers lui. « Je sais, t’en fais pas. C’était pas du tout le moment en fait. » avoues-tu avec un léger sourire. « Mais je sais que tu veux donner une petite sœur ou un petit frère à Zoe. » ajoutes-tu pour le taquiner alors qu’il te serre un peu plus contre lui. C’est juste ce dont t’as besoin. En soi, t’es pas contre. Juste pas tout de suite. Pas maintenant. « Mais je suis soulagé quand même. On a assez de temps pour repeupler la planète. » tu ris à l’expression qu’il emploie, en tournant la tête vers lui. « Repeupler la planète, rien que ça ? » Tu l’embrasses tendrement, en passant l’une de tes mains dans ses cheveux. « Tu sais… va falloir qu’on s’entraine pour le jour J. Faudrait pas qu’on ne soit pas en mesure d’assurer cette mission. » un sourire amusé s’est dessiné sur tes lèvres, alors que tu dérives sur sa machoire.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 730 messages et j'ai : 127 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Matt Bomer et je crédite : Seyfrieds

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Sam 18 Mar - 23:06

i feel your mood in my hips
— with Skye ♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je réceptionnais Skye à sa sortie de la salle de bain. On savait bien tous les deux que ce n'était pas le moment. On savait que ce serait bien trop compliqué actuellement. Et je n'étais pas prêt à perdre encore quelqu'un que j'aimais lors d'un accouchement. Même si je savais que c'était rare que ça se produise mais vu que ça m'était arrivé une fois, je psychotais oui. Alors je m'asseyais sur le lit et je la pris sur mes genoux. Elle glissa sa main dans ma nuque alors que je la serrais contre moi. Alors on attendait, de savoir ce que ce fichu bout de plastique allait révéler. De toute façon si il était positif je la soutiendrais quoiqu'il arrive mais j'avoue que si il pouvait être négatif ce n'était pas plus mal. J'étais plutôt partagé oui. Et lorsque le résultat apparaît, je voulais juste avoir la confirmation, savoir si ce que je pensais était vrai. J'avais besoin de l'entendre me le dire. Et oui, elle me le confirma, il était négatif ce test. Non en effet. Je rejoignis son petit rire alors que ses lèvres se posèrent dans mon cou. Je la serrais un peu plus dans mes bras, contre moi. Sentir son corps contre le mien me faisait du bien oui. Elle confirma mes paroles, ce n'était pas le moment, pas encore. Même si oui elle le dit, un jour je voudrai que Zoé soit grande soeur, mais j'avais le temps de voir venir. Je voulais déjà m'occuper de ma petite puce et puis on verrait ensuite, on avait le temps.  Elle se retourne vers moi lorsque je lui parle de repeupler la planète. Je rigole aussi et hoche la tête. J'accepte le contact de ses lèvres et réponds à son baiser. Qu'on s'entraîne hein ? Et tu penses à quoi ? J'ai un petit sourire qui se glisse sur mes lèvres et finis par me laisser tomber sur le lit, son corps toujours collé au mien. Je l'embrasse à nouveau et l'attrape pour la faire basculer et me retrouver au dessus d'elle. J'imagine même pas la tête de tes parents si tu annonces que tu es enceinte de moi. Après tout, même si je ne suis pas encore titulaire, je suis quand même son professeur. J'aurai combien de chances de survivre tu penses ? Non en fait il faudrait leur annoncer à distance ou au téléphone ou loin. Voilà, moi très loin.  





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1093 messages et j'ai : 143 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Dim 26 Mar - 22:31

i feel your mood in my hips
— with Connor St James

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Test négatif et toutes les inquiétudes quasiment envolées. Il ne reste plus que vous. Juste vous et votre désir. Vous et ce moment intime, animé de quelques confidences, d’hypothèses et de scénario en tout genre. Tu resserres légèrement ton étreinte pour te retrouver un peu plus contre lui, alors qu’il vient t’embrasser. Son baiser te fait du bien. T’avais un peu peur que cette histoire de pseudo grossesse change quelque chose. Mais t’es ravie de voir que ça ne change absolument rien. Alors tu le prolonge encore un peu, avant qu’il ne reprenne la parole. Comme s’il ne savait pas de quoi tu parlais. « A ton avis ? Tu veux que j’te montre ? » Il se laisse tomber sur le lit, t’entrainant avec lui. Pendant quelques instants, tu restes dans cette position, au-dessus de lui, à te laisser embrasser. Tu pourras jamais t’en lasser. T’aimes bien trop l’effet que ça te fait. Ses mains se glissent dans ton dos, et il vous fait basculer pour qu’il se retrouve au-dessus de toi. T’écarte légèrement les jambes, pour mieux l’avoir contre toi, pendant  que tes doigts se glissent sous son t-shirt et viennent caresser son dos. « Oh, enceinte tout court. » laches-tu en riant. « Ils ont beau être ouverts, ils aiment que les choses soient faites… dans l’ordre. Alors les études avant le gosse. » expliques-tu avec un sourire sur le coin des lèvres. « Eux, j’sais pas trop ce qu’ils auraient pensé du fait que ça soit toi… Mais leur entourage, ooouh les commérages y seraient allés… un professeur et une étudiante. Quel scandale monsieur St James. » laches-tu en éclatant de rire. Tu viens glisser tes lèvres dans le creux de son cou, pour l’y embrasser doucement, le faire frissonner un peu plus, et surtout, qu’il n’oublie cette idée d’entrainement. Seulement tu peux pas t’empêcher de rire à sa question. « Hm… Ma mère ça ira. Mon père… Il te ferait d’abord passer un interrogatoire… Mais mon cousin… Tu ferais mieux de courir vite. » tu ris en imaginant la scène. Anton est sacrément protecteur, mais tu serais bien tentée de lui faire la blague un jour juste pour voir sa réaction. « Puis mes frères… Gabriel serait sans doute le plus violent, mais ça c’est juste pour se la jouer un peu. Et Jake… Je sais pas trop. Il est plus silencieux que Gab… Mais ça peut être pire. » Voilà, au moins, il est prévenu. Enfin, ça risque pas d’arriver tout de suite vu le résultat du test. Mais c’était plutôt amusant d’essayer d’imaginer la réaction de tout le monde. Tes mains se font un peu plus entreprenantes alors que tu lui retires son t-shirt sans franchement lui demander son avis. Tu lui voles un baiser, le sourire aux lèvres. « Mais j’t’assure que t’as pas grand-chose à craindre. » L’une de tes jambes, pliée, remonte légèrement le long de sa hanche, avant de la passer dans son dos pour le garder un peu plus contre toi. « Pour le moment, tes chances de survie sont optimales. Pour le moment, seulement. » Parce que si vous continuez à ce rythme-là, tu ne peux pas promettre grand-chose si ne vous prenez pas plus de précautions.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 730 messages et j'ai : 127 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Matt Bomer et je crédite : Seyfrieds

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Lun 8 Mai - 23:05

i feel your mood in my hips
— with Skye ♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je la taquine parce que c'est bien plus simple ainsi. Notre relation est fluide, amusante et surtout très simple. Et c'était peut être ça qui était le plus rafraîchissant avec elle. Alors oui, je jouais l'imbécile, ne comprenant pas à quoi il fallait qu'on s'entraîne. Enfin c'était feint bien sur. Elle le savait de toute façon et comme je m'en doutais, elle rentra dans ce petit jeu. Je me laisse tomber sur le lit, l'entraîne avec moi mais finis bien vite par prendre place au dessus de son corps. Je prends le temps de l'observer, d'observer ce visage que je connais par coeur. Oui montre moi pour voir ! Défi silencieux parce qu'on savait pertinemment où tout ça nous mènera. Je prends place entre ses cuisses alors que ses mains se glissaient dans mon dos. Je déplaçais doucement ne mèche de ses cheveux posée sur son visage et l'embrassais. Je lui pose cette question qui m'amuse un peu. Cependant je ne suis pas certain d'être rassuré par cette réponse. Oh oui le vilain professeur qui ose toucher à sa frêle petite étudiante. Enfin frêle... Je ne suis pas certain que ça te corresponde en fait. Je rigolais en me disant qu'en effet, Skye n'était pas du genre à se laisser faire. Loin de là même. Je soupire doucement en sentant ses lèvres dans mon cou avant de sourire. Donc note à moi même, je reste éloigné de toute ta famille. Ca va être sympa dis moi. Je vais être obligé de te garder que pour moi. Faire mon petit possessif pour pouvoir rester avec elle j'en étais capable, mais je n'en ferai rien. La famille c'était bien trop important de toute façon. Et je ne la couperais jamais de la sienne. Mon tee shirt se retrouve enlevé assez rapidement mais ça ne me gêne pas le moins du monde. Je l'embrasse ou plutôt je réponds à son baiser bien volontiers. Je sens son corps bouger contre moi, sa jambe remontant le long de ma hanche. Je pose ma main sur sa cuisse pour la caresser doucement. Si je n'ai pas grand chose à craindre alors. Je me rapproche d'elle sans pour autant l'écraser et l'embrasse. On pourrait profiter alors si mes chances de survie sont optimales non ? Mes mains caresses son ventre et à mon tour, je fais sauter son haut. Mes lèvres se posent sur ses lèvres et descendent sur sa mâchoire. J'arrive sur sa clavicule où je dépose quelques baisers avant de continuer ma descente sur sa poitrine. Je glisse ma langue sur sa peau juste entre tes seins avant de revenir près de son visage. T'en penses quoi ? Je descends mes mains sur son ventre que je caresse doucement en glissant mes lèvres contre son oreille. Je mordille légèrement son lobe en riant doucement.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy... ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1093 messages et j'ai : 143 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: Re: [FB] i feel your mood in my hips (connor)   Sam 20 Mai - 18:34

i feel your mood in my hips
— with Connor St James

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Son regard sur ton corps, ses yeux qui te détaillent, qui apprécient chaque trait de ton visage comme si c’était la première fois, t’en raffolent. Tu trouves a toujours aussi flatteur, et toujours aussi plaisant. « Oui montre moi pour voir ! » Tes lèvres s’étirent en un sourire amusé, et ton regard s’illumine d’une malice qu’il connait que trop bien. Désormais calé entre tes cuisses, tu viens glisser tes mains sous son t-shirt, sur son dos et viens sceller tes lèvres aux siennes. Ca lui donnera sans aucun doute un aperçu de ce dont tu parles, même si tu sais pertinemment qu’il le sait déjà. Tu peux pas t’empêcher de rire à sa réflexion de vilain professeur. « Pas vraiment. Mais bon… C’est pas comme si l’étudiante n’était pas consentante et qu’elle n’en redemandait pas. » laches-tu en l’embrassant doucement dans le cou. Plusieurs baisers déposés sur sa peau comme pour appuyer tes mots. Ta famille… Tu te demandes bien quelle réaction ils auraient eu. Pas franchement déçue, mais un peu embêtée parce que t’as pas encore fini tes études. Ouverts, mais prônant tout de même la logique des choses. « Me garder ? Tu sais que ta possessivité est loin d’être un problème. » Au contraire. Qu’il te garde juste pour lui, qu’il vienne passer tout son temps avec toi. Ne plus vous quitter… Ça, ça te fait rêver. Mais tu sais aussi qu’il ne dit pas ça sérieusement. Connor est bien la dernière personne qui te couperait de ta famille. D’abord parce qu’il sait ce qu’elle représente pour toi, mais aussi parce qu’il a une valeur de la famille aussi poussée que la tienne. Mais l’idée qu’il te garde juste pour lui te plait bien, alors tu l’embrasses une nouvelle fois, et c’est toi, qui vient le garder contre toi, en le capturant entre tes jambes après avoir retiré son t-shirt. Pourquoi le garder habiller quand il est encore mieux sans rien sur le dos ? Il t’embrasse, et tu fermes simplement les yeux pour profiter de la douceur de son baiser. Tu souris  à sa question alors qu’il retire ton t-shirt. « Elles risquent de ne pas rester optimales très longtemps à ce rythme là. » Mais ça te passe bien au dessus. Tout ce que tu veux, c’est que ses lèvres continuent à explorer ta peau comme il le fait. Sa langue entre tes sens te fait frémir et tu glisses tes mains de chaque côté de son visage lorsqu’il revient à toi. « C’que j’en pense ? Que tu ferais mieux de continuer ce que t’es en train de faire. » laches-tu en riant, glissant tes mains entre vos corps, pour venir déboutonner son pantalon. « Ca devient superflu tout ça. » dis-tu comme pour te justifier. Mais à ce stade, plus besoin de justification. Vous vous connaissez bien trop. Vous savez les envies de l’autre en un simple regard. Aucun doute que vous vous connaissez par cœur. Tu l’embrasses une nouvelle fois, un peu plus passionnément alors que tu le débarrasses partiellement de son pantalon, autant que tu le peux en tout cas dans cette position. Ton bassin se colle naturellement contre le sien, à l’appeler, pour qu’il vienne trouver le tien, pour le sentir de nouveau au plus près. Tu reprends légèrement ta respiration, ton visage toujours collé au sien, et le sourire aux lèvres. « Franchement… Ouais, on pourrait profiter tout le reste de la soirée. On fait comme t’as dit. Tu me gardes pour toi. Et on s’entraine pour quand on sera prêt… Tu sais, avant que ma famille te tue pour de bon. » expliques-tu en riant, la respiration toujours irrégulière. « Je t’autorise même à me kidnapper. On sort plus de ce lit. » tu lui voles un baiser, en resserrant alors un peu plus tes jambes autour de sa taille.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] i feel your mood in my hips (connor)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Flashback & Flashforward-