Flashnews
L'intrigue de la rentrée est en place, on vous réserve pleins de surprise ♥ Tout se passe ici

Besoin de vous pour le questionnaire de l'anniversaire et n'oubliez pas de lire la newsletter par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 28
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 26
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 [TERMINE] i'll always be your anchor (even)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 868 messages et j'ai : 181 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Lun 6 Mar - 22:18

I'LL ALWAYS BE YOUR ANCHOR
— with Even Jørgåsen

Ton dos contre son torse, ses mains autour de ta taille, et l’eau qui coule sur vos corps. Tu fermes les yeux quelques secondes, pour profiter un peu plus longtemps de ses caresses, de ses lèvres sur ton cou et tu finis par encore te demander pourquoi tu veux aller à cette soirée. Vous pourriez rester là encore un moment. Vous pourriez continuer ce que vous avez commencé. Vous avez baptisé le lit, pourquoi pas s’occuper du reste ? Tu te tournes, l’embrasse une dernière fois, en sortant de la douche à contrecœur. Vous aurez tout le temps de vous y remettre, et pourtant, ce simple éloignement n’en est pas moins délicat. « Allez, sors de là, faut qu’on y aille. » laches-tu avec un sourire en coin en glissant une serviette autour de ta taille. Il serait bien capable de trouver une excuse pour ne pas aller à cette soirée. Ce serait dommage de la louper. Elle annonce officiellement le début du Spring Break. Autant dire qu’elle fait partie des soirées immanquable.

Un mini-short en jean, un crop top, tes baskets, et un léger maquillage de fait, t’es prête à partir. Tu jettes un coup d’œil à Even, encore torse-nu, et tu t’approches, pour déposer tes lèvres sur son dos, juste avant qu’il ne mette son T-shirt. Tu te lasseras jamais de l’embrasser, de déposer tes lèvres sur la moindre parcelle de peau. Tu glisses sa main dans la sienne, une lueur malicieuse qui brille au fond de tes pupilles. « Je n’accepte aucun désistement. » Tu le traines alors ta suite, à dévaler les escaliers plutôt qu’à prendre l’ascenseur. Pourtant, vous pourriez maintenant. Vous êtes bien loin de votre premier rendez-vous et du silence étrange qui avait régné pendant les quelques minutes qui devaient vous mener au sommet. A peine sorti de l’hôtel, sur l’une des sorties qui donne sur la piscine, que la musique vous parvient. Mais aussi les effluves d’alcool qui viennent te chatouiller. Ils n’ont pas perdu une minute, il est même pas 21 heures. Tu regardes Even, de peur de le voir se crisper face à ce spectacle qui n’invite qu’à la débauche. Pourtant, t’es persuadée qu’il peut réussir à s’amuser. Tous les étudiants semblent complètement ailleurs, presque défoncés… en train de danser, rire, sauter dans la piscine. Une effervescence d’étudiants qui ne s’atténuera pas avant quelques heures. Ou avant le petit matin. Tous les mecs sont torse-nus, et la plupart des filles seulement avec un haut de maillot de bain. Tu te sens presque trop habillée. « Tu veux quelque chose à boire ? J’dois pouvoir trouver quelque chose sans alcool… » T’as à peine fini ta phrase que tu te retrouves pousser contre Even alors qu’un étudiant passait en cours pour aller se jeter dans la piscine. Tu lèves les yeux au ciel avant de légèrement secouer la tête. Tu glisses l’une de tes mains sous son t-shirt avant d’en attraper le rebord. « Puis, ça… T’en avais pas vraiment besoin. »







Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.


Dernière édition par Rowen Lodzia le Sam 11 Mar - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 352 messages et j'ai : 275 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : morrigan (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Mar 7 Mar - 10:22



C’était que je tenais vraiment à Rowen pour me laisser embarquer au Mexique pour le Spring Break. Le Spring Break, quoi. Je n’avais aucun intérêt à y aller. Si ce n’est lui faire plaisir, peut-être. Quoique, ça ne m’avait pas dérangé plus que ça depuis notre arrivée il y a quelques heures, puisque nous n’étions pas sortis de la chambre. Du lit à la douche, et rien ne pouvait me satisfaire plus que ça. Sauf que toute bonne chose avait une fin. Une fin qui arrivait bien trop tôt à mon goût, puisque j’avais à peine séparé mes lèvres de sa nuque qu’elle sortait déjà de la douche. « Allez, sors de là, faut qu’on y aille. » Je grognais légèrement de mécontentement. Et de frustration. Rowen, c’était la reine pour commencer quelque chose et s’arrêter en cours de route. Une doute torture. Mes yeux glissaient sur son corps alors qu’elle enroulait sa taille d’une serviette, et je lâchais un soupir un peu exagéré. « On est vraiment obligé d’y aller? J’veux dire… La perspective de ce qu’on pourrait continuer si on restait ici… » Je n’avais pas besoin de continuer ma phrase pour qu’elle devine ce que j’avais en tête. Mais elle n’avait pas l’air de vouloir céder, et elle se dirigeait vers sa valise pour en sortir de quoi s’habiller. Enfin, s’habiller, c’était vite dit. Beaucoup trop de peau apparente à mon goût, sachant qu’il y aurait des tas de gars cherchant à zieuter le sexe opposé. C’était sûrement une bonne chose, que je sois là, finalement. Elle déposait rapidement ses lèvres sur mon dos avant que je n’enfile un simple t-shirt blanc. « Je n’accepte aucun désistement. » Je levais les yeux au ciel, sa main agrippée à la mienne m’obligeant à la suivre dans les escaliers. Réminiscence de notre premier rendez-vous, s ce n’est que cette fois, je n’avais pas besoin de la porter sur mon dos.

On passait une des portes de l’hôtel qui menait directement à la piscine, et déjà, le spectacle que je voyais me déplaisait. Des tas de jeunes étudiants, pour la plupart déjà ivres, pas mal d’entre eux en train de s’embrasser et plus si affinité à la vue de tous. Qu’ils s’amusent, rient, dansent et ne pensent plus à leurs problèmes, ça m’était égal. Tant mieux pour eux. En revanche, pourquoi boire jusqu’à n’en plus se souvenir? Pourquoi étaler sa vie intime aux yeux du monde entier, alors que c’était censé être quelque chose de privé? Ça, ça m’échappait. Complètement. « Tu veux quelque chose à boire ? J’dois pouvoir trouver quelque chose sans alcool… » J’eus à peine le temps d’hocher la tête que Rowen se retrouvait plaquée contre mon torse, écartée assez brutalement par un gars qui passait en courant pour finalement se retrouver dans la piscine. Instinctivement, mes mains agrippaient ses bras, comme pour être sûre qu’elle ne tomberait pas, ou tout simplement qu’elle allait bien, avant de finalement lever une énième fois les yeux au ciel face à la situation.

L’une de ses mains glissait habilement sous mon t-shirt, effleurant au passage la peau de mon bas-ventre, contact qui suffisait dorénavant à me lancer une décharge le long de ma colonne vertébrale et activer mon imagination. Ses doigts se resserraient sur la couture en tissu. « Puis, ça… T’en avais pas vraiment besoin. » Je sentais déjà qu’elle remontait peu à peu mon haut, et, après un rapide coup d’oeil autour de moi, j’attrapais ses poignets pour la stopper. Lèvres pincées, mâchoire serrée. « Tu sais très bien que j'peux pas. » Elle avait été la seule à me voir torse nu. À part mon tatoueur, mais ça ne comptait pas. Elle savait à quel point ça avait été une épreuve pour moi, et faire ça, devant des tas de personnes qui m’étaient tout aussi inconnues les unes des autres? Non, ça n’arriverait pas.



I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 868 messages et j'ai : 181 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Mar 7 Mar - 19:19

I'LL ALWAYS BE YOUR ANCHOR
— with Even Jørgåsen

T’aurais pu te laisser convaincre. T’aurais pu rester sous cette douche, à profiter de ses lèvres sur ta nuque ou sur tout le reste de ton corps. T’en avais envie. Beaucoup trop. Et c’est comme ça dès qu’Even est à proximité. Tu ne contrôles plus rien. C’est seulement ton cœur et la libido qui désormais dicte ta conduite. Du moins les trois quarts du temps. Les conséquences d’une relation passionnée et addictive. Mais si ce soir vous ne sortez pas, si vous aviez cédé une nouvelle fois au plaisir de la chair, tu sais que la majorité de ces vacances se seraient déroulé dans cette chambre d’hôtel. Pas d’excursion, pas de soirées, personne d’autres que vous, nus, dans cette chambre. La lit, la douche, contre le mur, peu importe, mais vous n’en seriez que peu sortis. Alors tu le traines  dans les escaliers et à travers l’hôtel pour aller jusqu’à la piscine où la fête bat déjà son plein. Une fête qui se résume à des étudiants déjà bien imbibés qui laissent parler la moindre de leur pulsion.  

A peine tes mains glissées sous son t-shirt, pour lui faire comprendre qu’il serait mieux sans, que les siennes attrapent tes poignets pour te stopper dans ton geste. Tes grands yeux verts ancrés dans les siens, tu sais très bien ce qu’il va dire. « Tu sais très bien que j'peux pas. » « Je sais. » Tu laches alors son t-shirt comme pour lui montrer que t’es pas là pour l’emmerder ou le forcer à quoique ce soit. Tes paumes se posent doucement sur ses abdos, sans bouger, et tu jètes un coup d’œil au reste des étudiants avant de reporter ton regard sur Even. « Regarde autour de toi. Il n’y a rien qui te saute aux yeux ? » un sourire en coin se dessine sur tes lèvres avant d’ajouter « A part leur ivresse apparente. » Tu sais qu’il ne se sent pas forcément à sa place ici. En fait, encore moins ici que dans n’importe quelle foule. « Aucun mec n’a de T-shirt. Tu te fonderais plus dans la masse en l’enlevant. » C’est vrai, non ? Les gens vont plus facilement se retourner sur lui, la seule personne présente portant quelque chose sur le dos, plutôt que sur tous les autres, à la même allure. « Et puis… Regarde leur état… Ils remarqueront rien. Ils te regarderont pas, la seule chose qu’ils verront, c’est un mec torse nu, comme les autres. » Toi, ce que tu vois, c’est le plus beau mec que tu connais. Tes mains glisses dans le creux de ses reins, où tu les joins, te rapprochant un peu plus de lui. « Dans le pire des cas, ils seront focalisés sur tes abdos qui les rendront verts de jalousie… » laches-tu avec un léger sourire pour tenter de le rassurer un peu. Tu sais que c’est pas évident, du moins tu t’en doutes. Tu sais déjà le temps que ça lui a pris avec toi, ou même de se laisser complètement touché, même si tu sais que, parfois encore, il se contracte encore quelques instants lorsque tes mains glissent trop soudainement sur son torse ou ses abdos. Seulement tu sais aussi que personne ne remarquera ses cicatrices. Personne ne cherchera même à les voir. Les filles se contentent de glousser en buvant des cocktails aussi sucrés qu’alcoolisés, pendant que les mecs se pavanent comme des coqs à la recherche de la première fille à sauter pendant leur Spring Break. Tu retires tes mains pour glisser l’une d’elle dans celle d’Even, et le conduire jusqu’à ce qui semble faire office de bar. T’attrapes un verre alcoolisé pour toi, et sans alcool pour lui. Seulement avant de lui donner, tu sens le verre, comme pour être sure. « Je pense que c’est sans risque. » laches-tu avec un sourire en lui tendant son verre.






Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 352 messages et j'ai : 275 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : morrigan (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Mer 8 Mar - 8:39



Je la stoppais dans son initiative pour retirer mon haut. Devant toute cette foule, me dévoiler, comme ça, alors que déjà avec elle seule, ça avait été une épreuve tenace? C’était hors de question. Personne n’avait vu mon torse à part elle. Même mes amis les plus proches n’avaient pas eu ce privilège. C’était d’ailleurs pour ça aussi que je n’étais pas modèle pour d’autres artistes. À la NYSS, j’avais paru snob quand je voulais dessiner les autres mais refusais de poser pour eux en retour. C’était plus profond que ça. Elle savait que je ne pouvais pas faire ça. Sa prise se desserrait sur mon t-shirt, et ses mains se posaient à plat sur mes abdominaux contractés. Elle regardait furtivement autour d’elle, avant de reposer ses yeux sur moi. « Regarde autour de toi. Il n’y a rien qui te saute aux yeux ? » À mon tour, je jetais un coup d’oeil sur ce qu’il se passait autour de nous ; en revanche, je n’étais pas très sûr de la réponse qu’elle attendait de ma part. « A part leur ivresse apparente. » Et à part le fait que je ne savais toujours pas ce que je faisais ici? Non, rien ne me sautait aux yeux. Alors, je plantais à nouveau mon regard dans le sien, un regard inquisiteur. « Aucun mec n’a de T-shirt. Tu te fonderais plus dans la masse en l’enlevant. » Un nouveau coup d’oeil furtif vers la foule qui était présente ce soir. Hm. Elle n’avait pas tort sur son observation. Mais ce n’était pas un argument suffisant. « Et puis… Regarde leur état… Ils remarqueront rien. Ils te regarderont pas, la seule chose qu’ils verront, c’est un mec torse nu, comme les autres. » Ses mains se rejoignaient dans le creux de mes reins, me déclenchant un nouveau frisson. Elle fit un pas vers moi. « Dans le pire des cas, ils seront focalisés sur tes abdos qui les rendront verts de jalousie… » Je lâchais un léger rire, plus nerveux qu’autre chose, avant de lever les yeux au ciel suite à ses mots. J’avais l’air d’être serein, mais en réalité c’était tout le contraire. J’étais effrayé, pétrifié sur place. La seule chose qui me permettait de bouger, c’était la main de Rowen agrippée à la mienne qui me tirait vers je ne savais où. Ce n’était seulement lorsqu’elle me tendait un verre que je remarquais qu’on se trouvait devant le bar. « Je pense que c’est sans risque. » « Hm. » répliquais-je, l’esprit complètement ailleurs. Je prenais ce qu’elle me tendait, même si je m’en fichais un peu. C’était devenu, en trois secondes, le cadet de mes soucis. Et si je retirais mon haut? Qu’est-ce qu’il se passerait? Qu’est-ce que ça signifierait pour mon futur? Que je n’aurais plus d’excuse pour ne pas le retirer devant tout le monde? C’est vrai, si je le retirais au Spring Break face à des inconnus, pourquoi ne pourrais-je pas le retirer en présence de ceux que je connaissais? En présence de mes amis? Et est-ce que ça voudrait dire que Rowen pourrait me toucher plus facilement? Car au jour d’aujourd’hui, ce problème n’était pas totalement réglé. C’était devenu beaucoup plus facile, certes, mais je me contractais toujours lorsque sa main restait trop longtemps sur mes pectoraux ou sur mes abdominaux. J’avais toujours un mouvement de recul lorsqu’elle initiait un contact inattendu. Et si je retirais mon haut et que quelqu’un remarquait quelque chose? Je savais comment étaient les étudiants. J’en avais été un, moi aussi. Ils parlent, vite. Et à tout le monde. Et moi qui d’habitude me moquais complètement du regard des autres, là, je n’en étais pas si sûr. Au fur et à mesure de ma réflexion interne, ma respiration s’était faite plus profonde, plus insistante. Chose qui ne m’arrivait jamais. J’étais la force tranquille, je savais garder mon calme et ma sérénité dans n’importe quelle situation. À croire que celle-ci était une exception. Je cherchais ses yeux des miens, comme si j’avais besoin d’un point d’ancrage, de quelque chose auquel me raccrocher pour me tranquilliser. Une facette de moi que Rowen n’avait encore jamais vu. Une réminiscence de l’enfant effrayé que j’avais été dans le passé. Dans mon passé en Norvège. « J’ai peur, Rowen. » Les doigts de ma main droite se repliaient à l’intérieur de celle-ci, et je serrais le poing. Je n’utilisais jamais son prénom, à moins que ce soit vraiment sérieux. Et je n’avouais jamais mes faiblesses. Je me disais d’ailleurs que je n’en avais pas. C’était plus simple comme ça. Sinon, ça nous menait à ce genre de situation.



I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 868 messages et j'ai : 181 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Mer 8 Mar - 19:52

I'LL ALWAYS BE YOUR ANCHOR
— with Even Jørgåsen

Tu le vois regarder autour de vous, comme tu lui as demandé. Tu veux lui faire comprendre que les gens s’intéresseront plus à lui parce qu’il a un T-shirt plutôt que s’il n’en a pas. S’il est tors-nu, il se fondra dans la masse, au milieu de tous les autres étudiants. Personne ne se focalisera sur son buste, tant il y en a d’autre autour. T’arrives même à légèrement le faire rire en lui parlant de la jalousie qu’il pourrait déclencher. T’as balancé ça pour l’amuser, mais ça n’en est pas moins vrai. Il n’a absolument rien à envier à la centaine de mecs autour. Ou à n’importe qui d’autre. Tes yeux, ils sont seulement verouillés sur lui. Tu le traines jusqu’à ce qui fait office de bar, en lui donnant un boisson non alcoolisée que tu as préalablement "vérifié". « Hm » « Si je t’assure. » Il a l’air ailleurs, comme s’il ne t’entendait que d’une oreille. Tu te demandes si c’est l’alcool de ton verre qui le fait réfléchir, ou son t-shirt et le fait de l’enlever. Tu remarques rapidement que quelque chose cloche, que sa respiration devient plus intense, nettement moins calme, alors il te cherche du regard et toi, tu te sens un peu perdue. T’as pas la moindre idée de ce que tu dois faire pour lui faire comprendre que t’es bien là, avec lui. « J’ai peur Rowen. » Sa voix, son aveu, ton prénom. Une combinaison fatale qui révèle une faiblesse bien dissimulée, et pourtant avouée, ce soir. Ça te serre le cœur de l’entendre dire ça. Tu connais le Even râleur, un peu maladroit et sans tact. Tu le connais séducteur malgré lui, et celui qui te fondre en un dixième de seconde par des gestes tous plus adorables et surprenants les uns que les autres. Mais tu ne connais pas celui qui se met complètement à nu en avouant ses peurs et ses faiblesses. T’as vu le Even qui te parle de son passé, blessé, avec ses cicatrices, quoi met du temps à cicatriser. Tu l’as vu en colère ou distant vis-à-vis de tout ça. Jamais effrayé.  T’as juste envie de le prendre dans tes bras, de lui faire oublier tout ça ou d’alléger ses maux avec un simple baiser, seulement tu sais que ça ne sera jamais aussi simple. Ca sera un travail sur le long terme. Mais tu veux le faire, pour lui. Tout ce que tu veux, c’est son bonheur. Purement et simplement. Tu glisses tes doigts sur sa main droite, où son poing vient de se fermer, en espérant avoir un effet apaisant sur lui. Du bois des doigts, tu lui caresses doucement le dos de la main. « Je suis là. Pour tout ce que tu veux, y compris t’aider avec ça. » Tu laches finalement sa main, et poses ton verre sur une table juste à côté de toi pour finalement te rapprocher une nouvelle fois d’Even. Tu glisses tes mains de chaque côté de son visage, ancrant ton regard émeraude au fond de ses pupilles. Tu l’embrasses doucement avant de seulement reculer ton visage. « J’vais nulle part, alors concentre toi sur moi, si ça t’aide. Oublie les autres autour. » Tu veux qu’il sache qu’il peut compter sur toi, tout le temps, peu importe quoi, mais surtout pour ça, pour son passé et aller de l’avant. Mais la vérité, c’est que tu sais pas comment l’aider, si ce n’est être là pour lui, avec toute la tendresse qui te caractérise. Ca, et tout ton amour. Tu le sais, tu l’aimes Even. Tu l’aimes plus que tout. T’as jamais vraiment su ce que c’était qu’être amoureuse. Maintenant tu le sais, c’est une évidence. Le dire, c’est autre chose, mais tu le sais, et si t’es incapable de te t’exprimer avec tes mots, t’es bien meilleure lorsqu’il s’agit de t’exprimer par des gestes. T’attrapes une nouvelle fois sa main, pour tenter de déplier son poing, et venir poser sa paume sur le haut de ta poitrine, où il pouvait sentir ton cœur battre. T’as toujours trouvé que ce rythme était apaisant. Le tien ou juste un rythme cardiaque de manière général. C’était doux, régulier… Et ça faisait quelque chose sur lequel se concentrer. « Concentre toi là-dessus, et vide toi la tête. » Tu lui dis pas de retirer son T-shirt maintenant, il a surtout besoin de se détendre pour le moment, d’arrêter de réfléchir pour les dix prochaines minutes. « Ca va pas s’envoler en un clin d’œil, mais ça sera un début… » C’est tout ce que tu peux lui promettre. Lui raconter que tout s’envolerait en un dixième de seconde serait irréaliste, et pas très honnête.





Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 352 messages et j'ai : 275 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : morrigan (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Mer 8 Mar - 22:06



J’ai peur. Deux petits mots, bien trop porteurs de sens à mon goût. Une révélation inouïe, inattendue, encore plus venant de ma part. Moi qui jouait toujours le gros dur, qui se cachait toujours derrière une armure en fer forgé, qui ne parlait pas de ses sentiments, qui préférait refouler et ignorer plutôt que de faire face et d’avouer. Moi qui gardait mes faiblesses bien dissimulées au fin fond de ma personne, pour qu’elles n’aient jamais à sortir, pour que personne ne puisse jamais les découvrir. Pour qu’elles ne brisent pas la couverture de force tranquille qu’on m’attribuait. Respiration légèrement irrégulière mais déjà trop quand on me connaissait un minimum. Doigts repliés dans la paume droite, poing serré. Regard perdu, cherchant à désespérément ses yeux vers comme point d’ancrage, comme quelque chose auquel me raccrocher dans cet univers qui m’était complètement étranger. Sa main glisse sur mon poing fermé. Ses fins doigts caressent ma peau, contact anodin à effet d’apaisement instantané. Mon emprise se détend peu à peu. Mes doigts s’extirpent de ma paume engourdie par la pression causée. « Je suis là. Pour tout ce que tu veux, y compris t’aider avec ça. » Elle était là. Elle était là. Je me répétais ça plusieurs fois, comme si j’essayais de bien m’imprimer ça dans le cerveau. Elle ne comptait pas partir. Elle avait tout vu de moi, c’était celle qui savait le plus de choses sur ma personne, et elle ne comptait pas partir. Elle n’allait pas s’éloigner, elle n’allait pas fuir. Je jetais un autre coup d’oeil furtif autour de nous. Est-ce que quelqu’un avait remarqué ce qu’il se passait? Est-ce que quelqu’un avait surpris notre conversation? Est-ce que quelqu’un était en train de nous écouter parler en ce moment même? C’était déjà assez dur de lui avouer à elle que j’étais vulnérable, que je n’étais pas invincible comme je prétendais l’être, alors je n’avais pas besoin que d’autres personnes soient au courant. Elle réduisait la distance qui siégeait encore entre nos deux corps, attrapait mon visage entre ses mains délicates et plantais son regard dans le mien, me forçant à me concentrer sur elle et non pas sur mon environnement. Ses lèvres se déposaient lentement, doucement sur les miennes. Un baiser qui avait le don de figer le temps, de me faire oublier tout le reste, aussi important que ça soit. L’apocalypse pourrait être en train de nous dévaster que je ne m’en soucierais même pas, tant que ses lèvres restaient scellées aux miennes. Un baiser qui me coupait la respiration, qui faisait à chaque fois louper un battement à mon coeur. « J’vais nulle part, alors concentre toi sur moi, si ça t’aide. Oublie les autres autour. » J’hochais quelque peu la tête, encore pleinement concentré sur ses lèvres sur les miennes et ses grands yeux verts. Sa main venaient doucement et habilement lisser ma paume, auparavant fermée mais à présent détendue. Elle venait ensuite poser ma main sur sa poitrine, contre son coeur. « Concentre toi là-dessus, et vide toi la tête. » Je focalisais mon attention sur ses battements de coeur lents et réguliers, un doux rythme hypnotisant qui avait le don d’apaiser également ma respiration, qui se calait au fur et à mesure sur son rythme cardiaque. Je fermais les yeux pendant de longues secondes. Une parfaite osmose. « Ca va pas s’envoler en un clin d’œil, mais ça sera un début… » J’hochais lentement la tête, yeux encore fermés, avant d’expirer longuement et de les rouvrir pour les planter à nouveau dans les siens. « Je sais pas c’que je ferai… sans toi. » me contentais-je de dire, presque dans un murmure intime. Une parole qui valait bien plus que de simples mots. Un témoignage de ma reconnaissance, de ma gratitude. Puis, je glissais mes gros bras musclés autour de ses épaules et la ramenais contre moi dans une longue étreinte touchante et sincère. Je n’étais pas du genre très tactile, et encore moins câlin, mais là, c’était différent. Je ne saurais dire combien de temps je restais là à la serrer dans mes bras, la tête nichée dans sa chevelure blonde. Je me reculais finalement. « Fais-le. » lançais-je alors à son attention. Je n’aurais jamais les crans de retirer moi-même mon haut. C’était mon armure, et un soldat censé ne dévêtirait jamais sa protection volontairement. Pourtant, je savais qu’elle avait raison, dans tout ce qu’elle disait. Mais c’était à elle de le faire pour moi. Elle devait m’aider à franchir ce pas. « Mais… » Je me pinçais les lèvres, quelque peu hésitant. « Reste là. Ne t’éloigne pas. » S'il te plaît. C’était ma façon à moi de lui dire que j’avais désespérément besoin d’elle, à cet instant précis, et qu’elle devait tenir sa promesse d’être là, et de le rester, maintenant plus que n’importe quel autre jour.  



I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 868 messages et j'ai : 181 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Jeu 9 Mar - 19:58

I'LL ALWAYS BE YOUR ANCHOR
— with Even Jørgåsen

C’est des mots que t’aurais jamais pensé entendre dans sa bouche. Et pas sur qu’il aurait imaginé les prononcer un jour. T’essaie de le rassurer, ou même de lui prouver que les autres ne feront même pas attention à lui.  Pas vraiment. Pas à ce qui n’est que des détails aux yeux des autres. Mais tu sais que ce n’est pas aussi simple de le convaincre pour qu’il se lance.  « Je sais pas c’que je ferai… sans toi. » tu lui offres un léger sourire. Le genre de sourire réconfortant, mais aussi reconnaissant de cet aveu. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’aura pas à le découvrir. T’as pas l’intention de disparaitre ou de le laisser faire face à tout ça, seul. Tu lui dis depuis le début que tu ne comptes pas partir. Et si t’es restée jusque-là, avec tout ce que t’en as vu, c’est pas maintenant que tu vas prendre les jambes à ton cou. Il glisse ses bras autour de tes épaules pour te coller contre lui, dans un calin qui te serre un peu le cœur, et te fait l’aimer encore un peu plus. T’enroule tes bras utour de sa taille pour le serrer à ton tour, contre toi. Tu t’imprègnes de son odeur, en te laissant bercer par les battements de son cœur qui se semblent s’être calmés. Deux ou dix minutes, tu fais pas vraiment attention, tu restes calée entre ses bras jusqu’à ce qu’il n’ouvre la bouche une nouvelle fois en se reculant légèrement. « Fais le. » tu restes interdite quelques instants, comme pour tenter de déterminer s’il parle réellement de son T-shirt. Ca semble être le cas, mais t’essaie tout de même d’essayer de sonder la moindre brèche, le moindre doute quant à ce qu’il veut réellement que tu fasses. Mais il a vraiment l’air de compter sur toi pour ça.   « Mais... Reste là. Ne t’éloigne pas. » « Je vais nulle part. » Ni maintenant, ni jamais.  Et tu voulais qu’il le comprenne. Que ça soit aujourd’hui parce qu’il avait besoin de soutien, ou n’importe quel autre jour. T’es bien consciente que tu peux pas prédire l’avenir, que tout peut arriver, seulement au fond de toi, tu le sais, Even est différent. Différent de ce que t’as connu, différent des autres, et simplement parfait pour toi. Alors non, jamais tu n’aurais l’idée de le quitter. Tu glisses finalement  tes doigts sur le bas de son T-shirt, pour pouvoir doucement lui retirer. Tu préfères y aller délicatement, en pensant que ça serait peut-être moins perturbant qu’y aller comme une sauvage. Tu gardes son haut dans la main, avant de déposer tes lèvres sur son torse, au niveau de son tatouage. Un baiser délicat, tendre, une preuve de plus que t’es là pour lui, et que ça ne changera pas. Une preuve que tu continueras à l’aider, à prendre soin de lui aussi longtemps qu’il te laissera le faire. T’attrapes alors ses mains pour venir les poser juste sous tes fesses, avec un sourire amusé sur les lèvres, et avec un léger élan, tu t’accroches à lui, tes jambes autour de sa taille, et tes bras autour de son cou. « C’est mieux comme ça ? » Tu glisses tes lèvres dans cou, pour un  baiser tendre, et prolongé, en remontant légèrement vers son oreille. « Puis comme ça, aucune fille peut vraiment te mater. » Tu relèves la tête face à lui, en glissant tes doigts dans ses cheveux. « et va falloir que tu te mettes dans le crâne que je reste avec toi. J’compte pas partir. »





Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 352 messages et j'ai : 275 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : morrigan (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Jeu 9 Mar - 21:20


Un véritable changement d’ambiance entre notre arrivée à l’hôtel et maintenant. Ébats passionnés pour s’approprier le lit puis douche haute température, et j’étais maintenant là, regard effrayé à l’idée de devoir me dénuder devant tous ces étudiants planté dans le sien. Déclaration émotive au passage. Heureusement qu’elle était là. Heureusement que j’avais trouvé en elle quelque chose auquel me raccrocher quand tout semblait s’écrouler, et que mes doutes et mon manque d’assurance prenaient le dessus sur ma personne d’habitude si calme et sereine. Une étreinte sincère, qui visait à lui prouver ma reconnaissance. Mon affection. Visage niché dans sa chevelure blonde, inspirant profondément pour m’imprégner de son odeur réconfortante. Quelques secondes, quelques minutes, peu importe? Je me reculais finalement, presque à contre-coeur, avant de lui dire de le faire. Qu’elle me retire mon t-shirt. Moi, je n’aurais pas les crans. Je trouverais toujours un argument, une excuse, quelque chose qui ferait que je ne sauterais pas le pas. En revanche, je lui demandais — la suppliais, presque — de ne pas s’éloigner. De rester près de moi. Ne pas se contenter de me déshabiller, puis reprendre son ventre et aller dans la piscine comme si rien ne s’était passé. C’était une étape importante pour moi, et je ne minimisais pas son implication, mais je voulais être sûr qu’elle resterait bien là. « Je vais nulle part. » Phrase que je l’avais déjà entendu prononcer à plusieurs reprises, déjà ici, mais aussi avant, à l’atelier par exemple. J’aurais voulu pouvoir penser comme avant : quand bien même elle s’en irait, je n’avais pas besoin d’elle, j’étais un homme indépendant qui ne s’appuyait sur personne d’autre que lui même. Je m’en remettrais. Sauf que je n’étais plus comme avant. J’avais changé. Elle m’avait changé. Et honnêtement, je n’avais aucune idée de comment serait ma vie, comment serais-je moi, si elle me laissait tomber. Elle attrapa de nouveau le bas de mon haut, avant de peu à peu le remonter jusqu’à me le retirer, chaque muscle de mon corps se contractant dans le processus. Une douleur presque physique. Une totale appréhension face à une situation inédite. J’avais même fermé les yeux, comme si ça pouvait changer quelque chose. Je les rouvrais finalement lorsque ses lèvres se posaient tendrement au niveau de mes pectoraux, sur mon tatouage, et je soupirais. De quoi? D’angoisse? De soulagement? Je n’en savais trop rien pour l’instant, à vrai dire. Sauf que tout ça s’évaporait presque quand je la sentais plaquer mes mains contre ses fesses mises presque à nues de part son short assez court. Regard inquisiteur, simple sourire amusé comme réponse, alors qu’elle s’élance pour venir s’accrocher à moi, bras autour de mon cou, jambes autour de ma taille, tel un koala. « C’est mieux comme ça ? » J’hochais donc la tête. Complètement mieux. Et puis, au moins, personne ne voyait mon torse. D’accord, mon dos était toujours nu, mais c’était déjà mieux que rien. Ses lèvres sur mon cou me déclenchèrent des frissons, avant qu’elles ne dévient au creux de mon oreille. « Puis comme ça, aucune fille peut vraiment te mater. » J’esquissais un sourire avant de secouer légèrement la tête et de rouler des yeux alors qu’elle me faisait à nouveau face. « Tu te fais des idées, personne ne me ‘mate’, comme tu dis. » En fait, même si ça avait été le cas, je ne l’aurais sûrement pas remarqué, puisque je n’avais d’yeux que pour elle. Ses doigts s’emmêlaient ensuite dans mes cheveux blonds, ce qui me fit furtivement fermer les yeux. Sa main dans mes cheveux était l’une des nombreuses choses auxquelles je ne résistais que difficilement. « Et va falloir que tu te mettes dans le crâne que je reste avec toi. J’compte pas partir. » Je gardais mes yeux bleus verrouillés dans les siens, essayant d’y percevoir quelque chose, n’importe quoi. Mais tout ce que j’y voyais était de la sincérité. J’expirais quelque peu, avant d’hocher la tête. « Je sais. » Enfin, je ne savais pas vraiment. C’était quelque chose que j’allais découvrir sur le long terme, n’est-ce pas? « C’est dur. » D’imaginer qu’elle resterait, tout le temps, peu importe ce qui pouvait arriver. « Personne ne l’a encore jamais fait. » Pas même mes parents, alors… Les relations éternelles, je n’y croyais pas. Rien n’est jamais éternel. Pourtant, ça ne m’empêchait pas de le désirer très fort, concernant Rowen et moi. Mes mains glissaient sur ses cuisses nues pour la maintenir bien en place contre moi. « Tu sais que tout ça, là… » Sa main dans mes cheveux, son buste contre mon torse, mes mains sur ses cuisses, son bassin collé contre le mien… « C’est vraiment pas bon pour ma santé mentale. » Mon esprit était rapide à divaguer. Et j’avais beaucoup de mal à me passer de son corps, de ses contacts, de nos moments intimes, cette harmonie que je n’avais ressenti avec personne d’autre jusqu’à maintenant. Sans compter l’ambiance festive, la plage, le soleil, la chaleur… Oui, tout ça avait le don de me mettre à l’épreuve.



I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 868 messages et j'ai : 181 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Ven 10 Mar - 20:14

I'LL ALWAYS BE YOUR ANCHOR
— with Even Jørgåsen

Son manque d’assurance te déconcerte, t’as pas habituée à le voir comme ça. Pas habituée à le voir avouer ses faiblesses, sa peur. Ça te touche qu’il se sente assez en confiance avec toi pour qu’il le fasse. Ça te touche, mais ça te bouleverse aussi. T’es prête à tout pour lui. Juste pour le voir sourire, ou pour qu’il se sente bien. C’est lui ton rayon de soleil, ton petit bonheur, alors le voir aussi mal, aussi peu assuré, ça te plait pas vraiment. Tu sais que ça va prendre du temps, mais t’abandonneras pas. Tu continueras jusqu’à ce que ça change, jusqu’à le voir mieux un peu plus tous les jours. Alors une fois le t-shirt délicatement retiré, tu l’observes attentivement, pour essayer de capter la moindre réaction, ou le moindre malaise. T’as vu chacun de ses muscles se contracter au fur et à mesure que tu lui as enlevé, mais il semble presque soulagé lorsque c’est fait. T’as quelques problèmes à déterminer ce que ça signifie. Finalement blasé d’être torse nu devant tout le monde ? Ou soulagé que ça soit fait ? Pas la moindre idée. Alors tu décides de te coller à lui. Mais d’abord, tu guides ses mains sur tes fesses pour qu’il t’aide à t’accrocher à lui. Tes jambes enroulées autour de sa taille, tu colles ton buste contre le sien. De cette manière, les cicatrices sont partiellement cachées. Et puis, c’est une position que t’apprécies bien depuis que t’es avec Even. Une position qui fait bien souvent tout déraper. Tu glisses tes lèvres dans son cou, en sachant très bien que ça changera son humeur rapidement. Du moins tu l’espères. « Tu te fais des idées, personne ne me ‘mate’, comme tu dis. » tu lèves les yeux au ciel, plus amusée qu’exaspérée, quoiqu’un peu légèrement désespérée par son manque d’observation. Une fille pourrait littéralement être en train de baver devant lui qu’il ne s’en rendrait pas compte. Ou alors il penserait que c’est pour une toute autre raison, complètement étrangère à sa personne. « Nan, c’est juste que tu vois rien. » répliques-tu en riant avant de glisser tes doigts dans ses cheveux. Il ferme les yeux et tu savoures ce moment de relâchement total. Comme si ce geste l’apaisait en un temps record. T’aimes cet effet que tu lui fais, de voir que t’es capable de le relaxer de cette manière, comme s’il se laissait complètement aller entre tes doigts. Mais en plus de se sentir bien, tu veux qu’il se rentre vraiment dans le crâne que tu comptes l’abandonner. « Je sais. C’est dur. Personne ne l’a encore jamais fait. » Et ça te rend triste. Personne ne mérite ça. De se faire abandonner –peu importe la manière- encore et encore. Surtout pas Even. Il s’est construit une carapace, mais il en a de l’amour à revendre. Il a toute cette attention et cette tendresse à prodiguer. « Y’a une première fois à tout. » C’est ce qu’il se dit en tout cas, et c’est bien ce que tu comptes lui prouver. Tu promets pas que ça sera toujours rose, mais u promets que tu seras toujours là, peu import ce qu’il se passe, peu importe les prises de tête, parce qu’il y en aura. Tu sais que vos bons moments surpassent largement ces quelques moments plus tendus. « Tu sais que tout ça, là… C’est vraiment pas bon pour ma santé mentale. » tu ris aux éclats en entendant sa réflexion, tant tu ne t’attendais pas à ça. Ou à rien dans le genre en réalité. Tu ne pensais pas lui faire autant d’effet, du moins aussi vite, en passant d’un état relativement triste, douloureux, avec de vieilles blessures ré-ouvertes, à une humeur plus plaisante et taquine. « Tout ça ? » un sourire sur le coin des lèvres, tu bouges doucement tes doigts dans ses cheveux, avant de remuer légèrement le bassin, contre le sien, mais qui faisait aussi frotter tes fesses entre ses mains. Tu ris de plus belle avant de fondre sur ses lèvres. Le taquiner de la sorte est sans aucun doute de venu l’une de tes activités favorites. Tu tends le bras, pour venir attraper le verre que t’avais posé, et en prendre une gorgée sans lacher Even du regard. « J’ai bien l’intention de te rendre dingue. » avoues-tu en reposant ton verre. « Tu sais qu’on est foutu ? » demandes-tu en riant avant de lui voler un baiser.  « Bon par contre, ça veut dire que t’es pas déterminé à rester faire la fête ici au milieu de tout le monde ? » demandes-tu avec un air faussement angélique. Vous n’aurez même pas tenu une heure. Tu sais que là, ce n’est qu’une question de minutes. Cinq ou dix. Quinze minutes tout au plus.





Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 352 messages et j'ai : 275 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : morrigan (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [TERMINE] i'll always be your anchor (even)   Sam 11 Mar - 16:50


Accrochée à moi comme un petit koala, jambes autour de ma taille, bras autour de ma nuque, lèvres contre mon cou — frissons instantanés. Elle appréciait tout autant que moi cette position, puisqu’elle voyait ça comme une barrière entre les yeux curieux des demoiselles et mon corps. Même si personne ne me regardait. Du moins d’après moi. Elle devait avoir une opinion différente puisque qu’elle levait les yeux au ciel. « Nan, c’est juste que tu vois rien. » J’haussais vaguement les épaules. Ouais, fort possible. Elle glissait les doigts dans mes cheveux, et je savourais pleinement ce contact apaisant. « Vrai. Je n’ai d’yeux que pour toi. » répliquais-je finalement, quelques secondes après. Je m’étais furtivement perdu dans mes pensées, à profiter de cette position, de ses mains entre mes mèches, de son bassin contre le mien, de mes mains sur ses cuisses. C’était assez dur de ne pas y penser. De garder la tête froide. « Tout ça ? » J’hochais la tête en signe d’approbation. Et le pire, dans tout ça? C’était qu’elle en jouait, comme à son habitude. À me pousser à la limite, à manipuler mes nerfs et mon sang-froid, à tester mon self-control. Ses doigts qui s’emmêlaient entre mes mèches blondes, son bassin qui se frottait contre le mien dans une position qui réduisait toute distance à néant. Et tout ça, orchestré par ses soins avec un beau sourire amusé sur les lèvres, avant de finalement plonger sur les miennes dans un baiser passionné. Elle se reculait ensuite, attrapait son verre à bout de bras, et en avaler une gorgée en gardant ses yeux plantés dans les miens. « J’ai bien l’intention de te rendre dingue. » Léger grognement assez rauque du fond de ma gorge. Oui, ça, je n’avais aucun doute sur la question de sa part. « Tu sais qu’on est foutu ? » J’haussais un sourcil, comme si je ne voyais pas de quoi elle voulait parler, avant d’humecter discrètement ma lèvre inférieure du bout de ma langue. « En même temps, c’est toi qui m’a planté comme ça dans la douche… » J’avais des affaires à terminer moi. C’était déjà assez cruel de recommencer son petit jeu de séduction irrésistible dans la douche pour finalement me dire qu’on devait partir, alors si elle recommençait ça une nouvelle fois ici… Elle me volait un nouveau baiser, avant de reprendre à nouveau la parole. « Bon par contre, ça veut dire que t’es pas déterminé à rester faire la fête ici au milieu de tout le monde ? » J’esquissais une petite moue, faisant presque semblant d’hésiter face à cette question. « Bah… Tu sais… » Mes mains encore sur ses cuisses remontaient doucement pour se glisser à nouveau sous ses fesses. « Tu peux toujours rester ici, toi… Et moi je retournerai dans la chambre… Mais… » J’appuyais chacun de mes mots, comme si je réfléchissais vraiment à ce que je disais, alors que ce n’était pas le cas. C’était pour la laisser sur sa faim, comme elle adorait le faire avec moi. « Je ne peux pas te promettre que je t’attendrai bien sagement… » Oups. Vu la tête qu’elle faisait, ce n’avait pas l’air d’être une option. Quoi, elle refusait que je me fasse plaisir sans elle? Je finissais par rire à cette fausse proposition complètement stupide, et commençais à marcher en direction de là où nous étions venus quelques temps auparavant. « Qui te dit que ça ne sera pas la fête, à deux dans la chambre d’hôtel? » Je lui lançais un regard évocateur avant de rentrer dans le bâtiment et d’échapper à cette soirée pour retourner à celle qu’on avait commencé un peu plus tôt.



I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINE] i'll always be your anchor (even)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Archives :: Springbreak :: Cancun :: L'hôtel-