Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 269 messages et j'ai : 16 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chris Evans et je crédite : Lofticriers

MessageSujet: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Lun 13 Mar - 9:57



❝ Life and heart might still go on❞

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jason se fait violence depuis pas mal de mois maintenant. Il ne veut pas avoir de problème avec la justice parce qu’il sait pertinemment qu’il n’aura pas gain de cause. C’est une histoire dont il se gardera bien de raconter plus tard mais il a dû mettre au point bon nombre de chose dont il n’est pas fière du tout. Dans son appartement, il se prépare. Il est devenu quelqu’un maintenant, il le voit dans son miroir alors qu’il noue habilement sa cravate rouge foncé qui contraste judicieusement avec son costume trois pièce noir et blanc. Ses cheveux fraîchement coupés et sa barbe de mauvais jours totalement disparu. Il n’a plus rien à voir avec le Jason de l’année dernière, il se sent prêt à affronter ce qui se prépare.

Dans le doute, il sort de sa salle de bain et se dirige vers la chambre préparée pour la petite Malia. Les mur sont en jaune pâle ébloui par les rayons du soleil filtré par la grande fenêtre qui donne une vue imprenable sur New-York, un lit à barreau rempli de doudou qu’il a choisi lui-même, une dorloteuse toute neuve simule presque le futur bambin. A côté, une chaise à bascule, sa mère lui a tant répété qu’il en a besoin et que ça calme presque toutes les grosses colères. Une couverture repose sur les bras de ce dernier, le motif est indéfinissable mais à vrai dire, il s’en fiche pas mal pour le moment. Une grande commode qu’il ouvre pour s’assurer que tout est prêt, aussi prêt qu’au moment où l’assistante sociale était venue le faire il y a une semaine de cela. Rien n’y personne n’aura une semaine de plus ce qu’il a de plus cher et ce petit bout de miracle qu’il lui a violemment ouvert les yeux.

Après avoir refermé les deux portes, il sort en évitant le tapis en forme et couleur de winnie l’ourson et referme la porte de la chambre derrière lui. Il parcourt sereinement le couloir qui longe la porte de sa chambre, la salle de bain puis la salle à manger ouverte sur la cuisine. C’est froid, il le regrette mais il n’a pas vraiment eu le temps de personnaliser cet endroit jusqu’à maintenant : entre les avocats, les recherches, le travail et puis maintenant, son bar… Il n’a vraiment pas eu le temps de s’en préoccuper. Il inspire, même si son reflet parait aussi inexpressif qu’auparavant, c’est le chaos total au fond de lui. C’est clairement une énorme guerre civile qui se débat dans le trentenaire mais il tient bon, il est prêt.

Son changement provoque en beaucoup de personne un étonnement complet. Il s’assume, tient son bar au grand damn de son beau-père qui aurait tant voulu l’avoir dans son équipe. Après ce qu’il a tenté de faire à sa petite soeur, il lui a tout simplement cracher en plein visage qu’il préfère crever plutôt que de travailler avec une ordure pareille. Le faire chanter n’a pas du tout été dans ses motivations premières, il n’en a pas envie puisque seule sa soeur devrait avoir ce choix. En ce qui le concerne, il a seulement envie de l’écarteler doucement mais surement mais lorsqu’il a vu que son compte en banque contenant une fortune assez conséquente, il s’est rapidement demandé ce que ça pouvait bien être et puis il a compris. Il y a trois ans, quand Jason a décidé de quitter New-York pour se ressaisir, il a provoqué les foudre de ses parents sans compter celle de sa soeur, ce qui a provoqué ce petit problème : Son beau-père lui a arbitrairement coupé les vivres.

Aujourd’hui, il prend ça comme un nouveau départ et c’est pour cela qu’il ne se laisse pas faire. Il tire la porte et la fait claquer, son jeu de clés en main prêt à aller chercher la prunelle de ses yeux, nouvellement connue sous le nom de Malia. Jason sait bien qu’il rencontrera la jeune femme qui a accepté de venir le soutenir. Même si il le souhaite plus que tout, il a clairement la trouille de le vivre tout seul et quoi de mieux que de le vivre avec sa meilleur amie : Lara. Leur relation a évolué depuis l’année dernière. Il n’arrive pas à être trop longtemps rancunier même si il peut souvent se montrer tête de mule lorsqu’il le veut. Si il ne s’est pas montré ultra présent ces derniers mois avec elle, il restait en contact via les SMS qu’ils s’envoyaient régulièrement. Son bar ouvert, il a dû le mettre sur pied, se trouver des employés et trouver mettre de l’ordre dans tout ce foutoir qu’était sa vie. Maintenant que c’est fait, il peut enfin respirer et trouver une stabilité dont il a besoin pour le bien-être de sa fille.

Lorsqu’il retrouve Lara à l’entrée de son immeuble, il est tellement heureux qui l’accueille avec un grand sourire et il l’enlace avec tendresse. Accompagnée d’une petite fille, il la salue : « Bonjour, jeune fille » même si elle n’avait pas encore l’âge d’en être une, cela l’amuse. « Bon sang, il faut que je te raconte, Lara.. Je suis quand même content qu’il y a un peu de route à faire… » lui dit-il en lui indiquant le chemin d’un signe de tête vers le garage extérieur : « Mon nouveau bébé marche bien et je pense que je vais pouvoir en faire quelque chose de bien ! » En effet, il n’a pas fait les choses en petit. Pour l’occasion, il a prévu deux sièges bébés pour pouvoir rouler : « Tu veux que je le fasse ou ça va aller ? » lui demande t-il en regardant le second siège bébé. Une fois à l’intérieur, il se souvient que Lara avait pas mal de chose à lui raconter et pour le coup, la présence de cette petite avec elle, l’intrigue plus que son besoin de tout lui dire : « Et si tu me disais ce que cette petite fait avec toi et pourquoi tu as l’air si préoccupée ? » Il faut dire que qu’il connait bien la jeune femme, ils se sont si souvent cherchés dans le passé qu’il peut savoir quand quelque chose ne va pas. Il enclenche la première et sort du parking au pas.

Au premier feu qu’il rencontre, il met en route son GPS où deux heures de route les attend jusqu’à Philadelphie. Ils ont donc assez de temps pour papoter et rattraper.
Spoiler:
 
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.


Dernière édition par Jason Sinclair le Dim 4 Juin - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1872 messages et j'ai : 247 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Jeu 6 Avr - 10:22

Life and heart might still go on.
— with [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ma vie est un véritable bordel. Du jour au lendemain, tout a été chamboulé, et ne ressemble plus à rien. Avant cette soirée, tout se passait à merveille, il y avait une certaine routine qui s’était installée, car avec un enfant, c’est un peu obligatoire de passer par cette étape. Jamie est encore petite, elle a besoin de repères, et je ne m’en plains absolument pas. Sauf que depuis ce jeudi soir, j’ai l’impression d’improviser. Déjà quatre jours que je partage mon appartement avec Jamie, mais également avec Nora et sa fille, Chloé. Une colocation de filles, et je dois reconnaître que c’est agréable de l’avoir à mes côtés. Elle me soulage grandement, je ne sais pas comment j’aurais fait pour gérer la fille d’Allen toute seule. Courir entre la crèche, le FBI, mes obligations personnelles que je ne peux supprimer de l’emploi du temps d’un claquement de doigt… Nora est un ange tombé du ciel, au bon moment.

Exceptionnellement aujourd’hui, je ne vais pas travailler. Ce n’est pas comme si j’avais eu le choix, Jason m’ayant demandé de l’accompagner à Philadelphie, je n’ai pas pu refuser. Principalement car j’ai l’impression de l’avoir délaissé au profit de mon petit ami, de sa fille et de tout ce qu’il peut se passer dans ma vie. Evidemment, Cooper n’a pas été très heureux d’apprendre mon absence, mais la présence de Jamie aide pour justifier une telle demande si précipitée. C’est déjà compliqué de lui expliquer la raison de cette garde, du jour au lendemain, sans entrer dans les détails, il est mon meilleur ami, il sait quand quelque chose ne va pas. Mais il n’a pas eu le choix. D’ailleurs, cette petite princesse sera également de la partie pour cette excursion à Philadelphie. Nora aurait très bien pu s’en occuper avec Chloé pour la journée, mais c’est à moi qu’Allen a confié Jamie, pas à Nora. Je dois m’en occuper. Par ailleurs, ça ne peut être que bénéfique. D’ici quelques mois, il faudra que j’apprenne à gérer un bébé, autant d’y mettre de suite, même si ce bébé approche des deux ans. Pour être sûre de n’avoir rien oublié, je vérifie une dernière fois le sac que j’ai préparé la veille, avec les affaires de la petite. Et puis, nous pouvons dire au revoir à ma meilleure amie, ainsi qu’à sa fille avant de quitter l’appartement, direction Manhattan, mon ancien quartier de résidence.

C’est seulement lorsqu’on arrive devant l’immeuble de Jason que je l’informe de notre présence par un sms. « Ce n’est pas parce que papa est sous le soleil du Mexique que l’on doit rester à New-York… pas vrai poussin ? » Demande-je doucement en tournant la tête vers la fillette que je tiens dans mes bras. « Oui. » Un sourire illumine mon visage en un instant. « J’aime quand nous sommes d’accord. » Je dépose un baiser délicat sur son front, puis passe ma main dans ses cheveux. Dans un sens, je suis contente qu’elle soit là. Même si j’aurais préféré avoir son père, et de loin, pour traverser ce début d’épreuve, ce petit rayon de soleil est tout aussi suffisant. Mon regard se tourne vers l’entrée de l’immeuble au moment où je vois le trentenaire sortir. Il semble de bonne humeur, heureux si je peux en juger par le sourire qu’il affiche. Je le laisse me prendre dans ses bras, comme il le peut avec Jamie dans les miens, et souris un peu plus lorsqu’il prend le temps de la saluer. Mon petit coeur de futur maman fond lorsque j’entends à nouveau la voix de la fillette saluer mon ami, avec un petit signe de la main timide, avant d’enfouir sa tête contre moi. « Okay… mais attends que l’on soit dans la voiture, ça sera plus agréable qu’une conversation sur un trottoir. » Des paroles accompagnées par mon sourire amusé sur les lèvres, au même moment où je prends la route vers la direction qu’il m’indique. Je l’écoute attentivement me parler de son travail, de cette affaire qui semble bien fonctionner, à ce qu’il m’en dit, et c’est une bonne nouvelle. « La chance a fini par arriver, je suis contente pour toi. » Et c’est sincère. Sa vie professionnelle, et même sa vie tout court en fait, n’a jamais été très rose. Le voir dans une meilleure position est tout de même plus rassurant qu’à une autre époque. Je m’arrête devant la voiture que Jason m’indique. Ça doit faire une éternité que je n’ai pas été dans une voiture, tellement habituée par les transports en commun de New-York. Doucement, je laisse glisser le sac de mon épaule pour le mettre à côté d’un des sièges auto, puis dépose Jamie dedans avec précaution. Je tourne très lentement la tête vers mon ami, avec un regard que l’on aime pas voir dans mes yeux. « Je pense pouvoir gagner la bataille contre un siège auto Jason, je te remercie. » Il n’y a aucune méchanceté dans ma voix, peut être un ton sarcastique. Mon attention toute focalisée sur ce que je dois faire, je prends le temps de réfléchir. Ça ne doit pas être trop compliqué. Et si c’est le cas, je ne suis pas dans la merde pour le moment où le bébé arrivera. Quoique, je n’ai pas prévu de surpasser ma peur des voitures encore. Pas de voiture, pas de siège auto, pas de problèmes. Cool ! Finalement, j’arrive à attacher correctement Jamie, et c’est avec un sourire victorieux sur les lèvres que j’en fais part. « Yeah poussin, Lara est trop forte ! » Je me penche un peu plus pour récupérer l’un de ses doudous dans le sac, afin de lui donner, puis claque la portière pour pouvoir prendre place à côté du Jason, à l’avant du véhicule. Une fois la ceinture de sécurité mise, je tourne la tête vers mon ami, les sourcils légèrement froncés à cause de sa question. « Hum… son père est… » Les mots me manquent. J’ai entièrement confiance en Jason, mais je ne compte pas lui confier mes problèmes, bien que la situation se soit améliorée grâce aux textos que j’ai pu partager la veille avec Allen. Mais c’est sans compter l’intervention de Jamie pour m’aider. « Casey ! » Un large sourire s’affiche sur mes lèvres alors que je tourne la tête vers elle. « Exactement, merci poussin. » Un dernier regard vers elle, puis je pose mes yeux sur le jeune homme à nouveau. « Allen est avec sa meilleure amie pendant quelques jours, et il m’a demandé de la garder. Et comment dire non à cette petite bouille. Je suis seulement préoccupée par le souhait qu’elle reste en une seul morceau. Rien de plus. » Ce n’est pas un mensonge, mais ce n’est pas l’entière vérité non plus. Cependant, personne n’est au courant de ma grossesse, et ça va le rester pendant encore un temps. Même mes deux meilleurs amis ne sont pas dans la confidence, pour tout dire. Le mieux à faire est encore de changer de sujet, pour ne pas inciter le trentenaire à creuser un peu plus dans cette direction. « Et toi, comment tu vas, pas trop stressé ? » Ce n’est pas rien ce qu’il va se passer aujourd’hui. Juste une grosse étape de sa vie.    



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 


Dernière édition par Lara A. Kelley le Ven 21 Avr - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 269 messages et j'ai : 16 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chris Evans et je crédite : Lofticriers

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Mer 12 Avr - 22:55



❝ Life and heart might still go on❞

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il faut dire que Jason ne va jamais par quatre chemin, encore plus lorsque les choses sont très frais. Il a vaincu tout ça tout seul et c’est avec une grande fierté qu’il a demandé à sa meilleure amie, Lara, de l’accompagner jusqu’à Philadelphie et lui tenir compagnie. Lui comme elle n’a jamais vraiment été en superbe entente avec les enfants quoiqu’il en soit, ils en sont confrontés quoiqu’il arrive puisqu’elle a la petite de son mec et, Jason, sa fille. Il a beaucoup de mal à se voir papa mais beaucoup de psychologue ont su lui faire comprendre que toute la bataille qu’il a entreprit pour retrouver cette dernière, était une preuve de paternité. Une chose qu’il ne peut pas mettre en doute, c’est bien toute sa gloire. Il a réussi. Il n’y croyait plus vraiment, en fait. Il craignait que la mère l’emporte et puis son passif a vite refait surface et celui de Jason, plus qu’oublier, lui a porté chance. Il peut remercier ses connaissance au Cameroun pour toute l’aide apporté mais il a été claire sur une chose, on ne lui tend pas une carotte pour ensuite le lui enlever surtout au moment où il a commencé à s’y habituer et surtout à vouloir cette famille.

Un petit pas pour l’homme peut-être mais un grand pas pour Jason qui ne recule pas. Il est même réveillé depuis l’aube mais ce n’est plus de cela qu’il est question puisqu’il s’attaque à la jeune femme, tout excité qu’il est. Une chose énorme pour lui dont il ne peut plus garder le silence, il l’a trop gardé puisqu’il a voulu le cacher aux yeux de sa famille puisque Jason souhaite le faire lui-même. Il cherche les mots qu’il a du mal à sortir depuis tant d’année mais il est heureux et il n’y a qu’elle, Lara Kelley qui a eu la chance de le voir ainsi au moins une fois, sur un bateau de Croisière. Alors, quand elle lui conseille d’attendre qu’ils soient dans la voiture, il ne peut qu’apprécier l’idée et il optempère : « Tu as raison, plus tôt on est parti, et mieux c’est. » Il prend une profonde respiration en lui proposant un peu d’aide pour le siège enfant mais elle le rembarre gentiment. Il ne sait pas trop ce qu’elle veut prouver mais il la laisse faire. Après tout, il ne sait même pas si il réussira lui-même à tenir sa propre fille dans ses bras. Deux ans, elle aura deux ans ce soir, c’est juste impressionnant et surtout, il a l’impression qu’il ne la connait pas assez. Tant de doute, tant de soucis mais il sourit toujours. C’est ça être parent, apparemment ! » s’insouffle t-il en prenant une profonde respiration, tellement profonde qui est content de savoir Lara en pleine bataille avec la ceinture plutôt qu’à ces côtés.

C’est là où Jason s’oublie un petit peu. Il voit clairement que Lara est pas vraiment là et il faut dire qu’elle est accompagnée par une jolie petite fille. C’est pourquoi il souhaite en savoir un peu plus. Le connaissant, il se serait tellement retenu que les mots auraient été trop mal perçu alors il préfère savoir les choses maintenant : « Hum… son père est..» Elle hésite ce qui fait froncer Jason des sourcils. Il n’est pas dupe et même si parfois, il tape là où ça fait mal comme… Dire qu’une fille a une sale tête ou qu’il a une épine dans le pied lorsqu’il voit une certaine fille… Mais la petite la sauve in extremis ce qui fait sourire le trentenaire aussitôt. « Allen est avec sa meilleure amie pendant quelques jours, et il m’a demandé de la garder. Et comment dire non à cette petite bouille. Je suis seulement préoccupée par le souhait qu’elle reste en une seul morceau. Rien de plus. » Il scrute la route, il ne veut pas l’enchainer, elle semble bien trop secrète sur ce sujet qu’autre chose alors il laisse un petit temps de silence pour avaler ses paroles. Lorsqu’elle lui demande si il n’est pas trop stressé, il se passe une main sur le visage tout en passant une vitesse. L’autoroute est déjà là, il n’a plus qu’à mettre le régulateur de vitesse pour se laisser trainer.

Prudent, de une parce qu’il a une enfant dans sa voiture mais également, parce qu’il veut être entier pour sa fille. C’est même devenu son principal objectif, rester clean pour elle, pour que sa fille soit fière de lui et surtout qu’il ne soit pas aussi détesté qu’il détestait son père… « Stressé ? Je ne vois absolument pas de quoi tu parles !» Il ouvre ensuite la bouche et puis, la referme. C’est important, il veut qu’elle sache tout comparé à elle, il veut être transparent : « Je n’en peux plus. C’est un sacré… m-e-r-d-i-e-r dans ma tête, tu n’as pas idée. Je ne sais pas si je fais bien ou si je fais mal. J’ai tout un b-a-z-a-r dans mon coffre dont je ne sais même pas le quart de son utilisation. C’est complètement le fouilli. J’en ai la trouille en plus, j’ai juste envie que mon cerveau s’arrête au moins une seconde mais non… Ce n’est que le début. » Il enlève le régulateur pour dépasser un escargo, un peu trop lent à son goût.

« Il y en a qui oublie qu’on est sur une autoroute et non pas, une nationale. C’est bien dangereux parfois. » Il soupire en souriant : « Et j’ai vraiment envie de vivre une petite vie pépère avec ma fille et … peut-être, avec quelqu’un d’autre ! » Il laisse planer le doute sur cette phrase tout en regardant dans son rétroviseur centrale, un petit sourire aux lèvres.
Spoiler:
 
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1872 messages et j'ai : 247 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Ven 21 Avr - 15:37

Life and heart might still go on.
— with [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Evidemment, les choses n’auraient pas pu se passer aussi simplement, ce n’est pas marrant dans ce cas là. La présence de Jamie ne passe pas inaperçue, et les questions du trentenaire étaient prévisibles, mais malgré ça, les réponses sont difficiles à trouver. Ou plutôt, les mots à employer, ceux que je dois choisir pour ne pas éveiller des soupçons auprès de mon ami, soupçons qui pourraient inciter à poser des questions, et encore d’autres. Un chemin où je ne veux pas m’engager. Cette histoire ne regarde que Allen et moi, personne d’autre. Par chance, l’intervention de Jamie réussi à m’aiguiller sur la direction que je dois prendre, et c’est le plus simplement que j’explique le départ de mon petit ami vers un autre pays pour passer du temps avec Casey, sa meilleure amie. C’est une chose que l’on peut croire facilement, non ? Moi-même, pas plus tard que l’année dernière, je suis partie sur un coup de tête à Las Vegas avec Cooper, c’est bien la preuve que tout le monde peut avoir une envie soudaine de changer d’air, sans pour autant que ce soit avec la personne qui partage notre vie. Quant à mon apparence stressée, je ne peux dire la vérité, expliquer la complexité de la situation, alors là encore, j’utilise la présence de cette jolie brune assise à l’arrière de la voiture, pour justifier mon état. Le Sinclair est quelqu’un d’important dans ma vie, il sera au courant de ma grossesse, mais en temps voulu, lorsque j’aurais eu l’occasion de mettre les choses au clair avec Allen, savoir où nous en sommes, si un “nous” il y a encore.

Le silence qui règne dans l’habitacle est beaucoup trop pesant pour que je ne dise rien. C’est l’occasion rêvée pour m’enquérir de l’état d’esprit de Jason, quant à toute cette histoire. Ce n’est pas rien ce qui lui arrive. Du jour au lendemain, sa vie a été chamboulé par l’arrivée d’une femme, et d’un enfant. Son enfant. Pour ensuite disparaître dans la nature, comme si c’était la chose la plus naturelle à faire. Peu de temps, mais assez pour créer de l’affection envers sa fille. Un sentiment responsable de notre présence dans cette voiture, sur la route de Philadelphie. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Ses mots sonnent faux dans sa bouche, comme s’il essayait de se voiler la face. À force des années, je finis par le connaître par coeur. Mon regard le scrute avec insistance, pour lui faire comprendre que je ne suis pas dupe. Un comportement qui porte ses fruits. Il me fait rire à épeler certains mots pour ne pas prendre de risques vis à vis de la fille d’Allen, à qui je jette un regard par dessus mon épaule pour vérifier que tout va bien pour elle, avant de reporter mon attention, un temps sur Jason, un temps sur la route. Les mots qu’il utilise font impacte dans mon esprit. Cette situation, elle me semble familière, ou alors le deviendra bien assez rapidement. Si je n’ai jamais eu de difficulté avec Jamie, c’est l’inconnu pour un nouveau né, un être si minuscule et si fragile. Suis-je capable de gérer ça ? Il y a tellement à savoir, c’est effrayant. Pour chasser toutes ces pensées, je secoue légèrement ma tête et me reconnecte à la conversation. « Je pense que tous les futurs parents passent par cette phase, celle de la crainte de mal faire, c’est un passage incontournable. Je suis persuadée que tu vas t’en sortir. Regardes ce que tu fais pour elle déjà. Et puis, si tu as besoin d’aide, tu sais où me trouver. Je maîtrise plutôt bien pour une enfant de 2ans. » Et également les mois qui précèdent. Cette charmante fillette aura deux ans en mai seulement, et ça fait presque un an qu’elle est entrée dans ma vie. Un temps considérable où j’ai eu largement le temps de m’y faire, et d’apprendre les gestes à suivre.

L’épisode qui suit ne sera pas source de commentaires pour ma part. Le monde de la conduite reste, et restera pour le moment, un mystère. Déjà quatre années depuis l’accident, et les séquelles sont toujours aussi présentes dans mon esprit. Beaucoup trop d’ailleurs, elles m’empêchent d’envisager quoique ce soit de ce côté. Une chance, ce n’est qu’un aparté dans la conversation avant que le Sinclair ne se confie sur son désir d’être plus tranquille avec sa fille dans sa vie, et peut-être une autre personne. Une intervention assez mystérieuse, ce qui ne ressemble absolument pas à mon ami. Une lueur de suspicion dans mon regard que je pose sur lui, un sourire aux lèvres, l’envie d’assouvir ma curiosité est beaucoup trop forte pour ne pas intervenir. « Est-ce un moyen détourné pour me dire que… tu vois quelqu’un ? Ou simplement une façon de confier ton envie de ne pas finir père célibataire jusqu’à la fin de tes jours. » Les deux possibilités sont envisageables, d’où ma double question à ce sujet.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 269 messages et j'ai : 16 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chris Evans et je crédite : Lofticriers

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Mar 2 Mai - 15:59



❝ Life and heart might still go on❞

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il n’y a pas un seul instant où il ne pense pas à sa fille alors quand Lara s’est matérialisée avec cette petite fille, il s’est mis à rêver éveillé. Il pense directement au moment où il pourra prendre la petite dans ses bras. Le trentenaire se tord les méninges lorsqu’il voit que son amie est un peu secrète pour répondre à une simple question. Il n’y a pas de raison pour lui mais si c’est sa décision, il ne va pas faire de forcing, il reste sans bronché. Toujours est-il qu’il se passe un moment où on pourrait entendre une mouche volée puisqu’il essaie de passer outre sa vilaine curiosité. Il passe enfin l’éponge en mettant doucement la radio. La route va être un peu longue et Jason imagine qu’à un moment donner, la petite va s’endormir. Il jette un coup d’oeil bref vers la jeune femme en se raclant la gorge. Il voit bien que l’alibi que lui sort la petite est cohérent alors il hausse les sourcils sur son énième tentative d’entamer la conversation sur sa petite vie.

Et si Jason ne sait plus trop comment reprendre le fil, il se concentre sur la route tout en roulant modérément. En consultant l’heure, il reste confiant et quoiqu’il arrive, il compte bien respecter la jeune femme sur son malheureux accident. Samuel a bien été claire à l’époque et cette épisode l’a clairement traumatisé. C’est pour cela qu’il ne se permettra jamais de jouer au con sur la route, en présence d’une petite fille et de la jeune femme, à ses côtés. Evidemment, il est clairement peu probable qu’ils restent tous les deux trop longtemps sous silence et si Lara n’est pas prête à s’ouvrir, Jason n’a aucune seule envie : expier tout ce qui bouillonne en lui depuis qu’il a reçu l’accord du juge pour enfant d’aller récupérer son enfant à Philadelphie. Pourquoi là bas ? Il n’en a strictement aucune idée mais il n’a pas vraiment réfléchis en posant sa journée pour aller ramener sa fille à son appartement. Alors il se confie, clairement, il ne se sent pas aussi prêt qu’il ne l’aurait cru et dans les bref coups d’oeil qu’il échange avec sa passagère, il lis une pointe de quelque chose dans son regard, qu’il n’arrive pas à cerner. Pas tout à fait jusqu’à ce qu’il l’entend lui répondre : « Je pense que tous les futurs parents passent par cette phase, celle de la crainte de mal faire, c’est un passage incontournable. Je suis persuadée que tu vas t’en sortir. Regardes ce que tu fais pour elle déjà. Et puis, si tu as besoin d’aide, tu sais où me trouver. Je maîtrise plutôt bien pour une enfant de 2ans. »

Forcément, il acquiesce et il ne peut pas s’empêcher à l’année passé où il a eu clairement du mal à accepter cette situation. Pour l’heure, il ne ressent rien d’autre que de l’amitié envers la jeune femme et il est sûr que ça n’évoluera plus mais à l’époque… ça a eu un impact nucléaire dans la tête du trentenaire étant devenu particulièrement aigris envers Lara et le mec avec qui, soit-disant, elle n’était qu’en relation amicale. Pour éviter de tomber à nouveau dans ce marasme de souvenir douteux où il en était venu à frapper sur le jeune homme, il déclare : « Ouais je sais que c’est techniquement impossible de rester serein dans ce genre de situation… Et c’est claire qu’avec tout ce qui s’est passé avec Shondra.. Je veux dire, elle m’aurait fait ça il y a quelques années en arrière, je n’aurai pas cherché plus loin… J’étais tellement un connard, je m’en rends bien compte mais là… La petite Vivian, je ne peux pas la laisser partir et au Diable si Shondra décide de faire sa vie ailleurs. C’est sa décision !» Il se frotte la nuque, il n’est pas sans savoir que l’enfant à besoin d’une mère, de sa mère et il ne sait pas encore comment ça va se passer. Eventuellement, si elle décide de refaire surface, il ne va pas la rejeter en lui interdisant de voir sa fille cela dit, il n’est pas sans savoir qu’un parent présent mais invisible comme son père est particulièrement nocif pour un enfant plutôt qu’un parent totalement absent de la vie de ce dernier. « J’ai également reçu un lettre de mon avocat qui m’indique qu’il se peut que la mère biologique puisse refaire surface un jour, que son commis d’office a déclaré qu’elle ne voulait plus en entendre parler… ce qui m’étonne énormément de la sa part, tu vois… Je veux dire, tu l’aurais vu avec la petite… Bref, j’ignore si c’est une décision stratégique ou si c’est vraiment ce qu’elle a voulu.. tu vois ? »

Et il enchaîne sur l’avenir, sur la possibilité d’une présence féminine de façon durable. Il n’en a encore aucune idée aujourd’hui de ce que lui prépare son karma. Éventuellement des nuits complètes après son retour à New-York mais c’est vraiment au sujet de cette Charlie qu’il souhaite ramener le sujet. Selon lui, ça va faire tilt auprès de la jeune femme qui tombe juste évidemment, ou presque en fait : « Est-ce un moyen détourné pour me dire que… tu vois quelqu’un ? Ou simplement une façon de confier ton envie de ne pas finir père célibataire jusqu’à la fin de tes jours. » Il fait une moue pensive, trop pour paraître franc et il reste concentrer sur la route un long moment. Il laisse inconsciemment plâner le doute dans les questions posées sa jolie accompagnatrice quand il se plonge dans ses souvenirs un peu brouillon de cette fameuse soirée : « Non, ce n’est pas vraiment que l’on se voit. Je dirais que l’on s’est rencontré au bar où je travaillais avant. » Puis pour répondre dans son fidèle sourire ravageur qu’il s’octroie lorsqu’il est un peu trop sûr de lui pour montrer le contraire : « Tu m’as bien regardé ? Moi, père célibataire ? » Sur un air entendu avec une pointe d’ironie dans la voix. Il ne s’est clairement pas penché sur la question. Va t-il laisser sa fille remplir toute son existence sans qu’il ne perçoit la moindre contrariété ou l’impression de gâcher sa vie ? Autant avouer tout de suite qu'il ignore encore les événements qui vont suivre à leur retrouvaille : « Je suppose seulement que je suis encore potable pour le vieux débris que je suis devenu, hein ?! » dit-il, en passant du mec un peu trop assuré à celui qui se souvient que la barre des trente ans est révolu et qu’il est encore célibataire.

Mais il se remet peu à peu de ses émotions en ajoutant quelques minutes plus tard : « Et j'ai également une bonne nouvelle derrière. Durant le temps d'absence de nouvelle au sujet de ma petite vie. J'ai quitté le bar du Queens pour aller m'installer dans un local que j'ai transformé en bar co-working ! Tiens toi bien mais b-o-r-d-e-l ce qu'il fonctionne ! C'est une tuerie !! » commence t-il en se redressant sur son siège. Il est particulièrement fière de son idée et il n'a pas l'intention de passer à côté de cette chance.
Spoiler:
 
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1872 messages et j'ai : 247 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Jeu 18 Mai - 20:53

Life and heart might still go on.
— with Jason Sinclair.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un peu plus d’un an est passé depuis mon retour sur New-York. Un retour dans la grosse pomme qui a entraîné le retour des amitiés perdues, comme celle que j’avais pu avoir avec Jason. Aujourd’hui, il n’a plus rien à voir avec le jeune homme qui j’avais rencontré dans un bar. Ce mec un peu trop sûr de lui, qui préférait enchaîner les conquêtes amoureuses plutôt que de se poser et envisager une vie de famille, ce mec est resté dans le passé. À côté de moi, c’est une toute nouvelle personne. Il me suffit de l’observer. Les gestes parlent souvent beaucoup plus que les mots. Il est prudent derrière son volant, et je ne peux m’empêcher de le remercier intérieurement pour cette délicatesse. Avec le souvenir douloureux du passé qui reste au dessus de ma tête quant au sujet des déplacements sur les routes, il m’aide vraiment à bien gérer la situation. Par ailleurs, même si sa fille n’est pas encore là, physiquement près de lui, il est déjà en train de s’inquiéter pour elle. Je ne serais pas étonnée s’il prévoyait déjà son futur, là où elle ira quand elle sera en âge d’entrer à l’école. Il imagine peut-être son avenir, les études qu’elle pourra faire plus tard. La voie qu’elle va choisir. Le mec que Jason est devenu est capable de faire ça. Même des années à l’avance. La preuve qu’il a évolué. En bien.

S’il est en totale admiration pour sa fille, Gabrielle, ce n’est pas le cas pour la mère, Shondra. C’est compréhensible. J’aurais bien mon avis sur la question, mais j’estime que cette histoire ne me regarde pas. Du moins, seulement du point de vue de spectatrice. Le futur père de famille a tous les droits pour m’en parler, confier ce qu’il peut avoir sur le coeur à ce propos, mais je ne suis personne pour en discuter. Ce sont leurs problèmes. Pas les miens. Je lui jette tout de même un coup d’oeil, un petit sourire compatissant sur les lèvres. Ce n’est pas la meilleure des situations pour accueillir un enfant, commencer une vie avec elle. « Oui, je vois parfaitement. » Des mots qui font un peu écho à la propre histoire de Jamie. Cette pensée m’incite à tourner la tête vers l’arrière du véhicule pour jeter un oeil à cette fillette qui a réussi à capturer mon coeur avec un seul et unique sourire. C’est impossible de résister à une enfant aussi jolie, aussi parfaite dans son genre. Si Braelynn a changé d’avis, et décidé de revenir dans la vie de sa fille, Shondra est entièrement capable de le faire également vis à vis de Gabrielle. « C’est peut-être la solution la plus simple pour elle en ce moment, mais il se peut qu’un jour, quand sa situation ira mieux, elle décide de revoir sa fille. Si ça arrive, c’est à ce moment là qu’il faudra que tu prennes la meilleure décision pour ta fille, et uniquement pour elle. » Même si ce n’est pas forcément l’avis de Jason. Une hypothétique situation simplement. À quoi bon se torturer l’esprit maintenant avec ça, alors que ce n’est pas près d’arriver. Right ?

Au lieu de ça, le sujet change de lui-même. C’est le trentenaire lui-même qui le place sur le tapis, et qui vient éveiller ma curiosité en parlant d’un potentiel avenir avec une autre jeune femme. Depuis l’épisode des grandes vacances, sur le Queen Elizabeth précisément, c’était un sujet délicat. Comment ne pas marcher sur les oeufs. Il aurait pu se passer quelque chose entre lui et moi. Cette idée ne m’aurait jamais rebuté. Mais il est arrivé trop tard. Le père de la fillette assise derrière nous avait déjà réussi à envoûter mon coeur, même si lui et moi ignorions cette évidence encore à cette époque. Le passé doit rester dans le passé, et seulement regarder vers le futur. Ainsi, je me replace correctement dans le siège, et me tourne légèrement vers Jason. Si j’avais été évasive au début de notre échange, car je n’avais nullement envie de discuter d’Allen et moi avec mon ami, c’était complètement autre chose maintenant. Prête à parler naturellement, sans filtre. Ou presque. « Oh ce n’est rien de sérieux alors. Simplement une rencontre. Je suis presque déçue Jason là. » Je lève les yeux au ciel, pour ne pas afficher une mine boudeuse. Il me connaît beaucoup trop pour ne pas tomber dans le panneau de cette comédie que j’aime afficher lorsque je suis contrariée. Par chance, il réplique beaucoup trop rapidement pour céder à cette émotion. À la place, j’affiche une mine faussement désolée, ma main sur ma poitrine pour donner un côté un peu plus théâtral. « Pardon, j’avais oublié que tu étais un tombeur. Mille excuse pour cette affront. » Le naturel revient vite au galop.

Un temps de silence s’en suit, où seulement le bruit de la radio vient combler le vide. Contrairement au début du voyage, il n’y avait rien de pesant dans cette ambiance. Les yeux rivés sur le paysage qui défile devant la fenêtre de mon côté, je lâche finalement cette vue pour regarder Jason, pendant qu’il me parle d’un changement majeur dans sa vie professionnelle. Un large sourire s’affiche sur mes lèvres. « Yeah, je suis fière de toi Jason. Avec ton expérience dans le domaine, c’était presque prévisible que ça fonctionne. Il faudra que j’y passe à l’occasion, voir de mes propres yeux ce nouveau bébé. Ça me changerait de mon salon pour bosser sur les dossiers. » Une idée alléchante, mais ça sera probablement plus pour le côté “travail” que “bar”. Une pensée qui me pousse à poser ma main sur mon ventre, sans m’en rendre réellement compte. Moins d’une semaine que je suis au courant de ma grossesse, et elle vient déjà chambouler beaucoup de mes habitudes.    



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 269 messages et j'ai : 16 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chris Evans et je crédite : Lofticriers

MessageSujet: Re: [Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara   Dim 21 Mai - 17:26



❝ Life and heart might still go on❞

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jason est l’un de ces mecs qui cherchent un peu midi à sa porte sans pour autant avoir les bonnes manières. Shondra, il l’a aimé cette femme plus que tout ce qu’il a pu voir passer dans son lit. Elle a beau avoir été une pute, il a aimé lui montrer ce qu’était le respect et le plaisir de recevoir. A ce moment là, c’est si nouveau que lui-même, il a cru se perdre dans tout ça. A tel point qu’à l’annonce de sa grossesse, il lui a donné le pognon pour qu’elle s’en débarrasse et il a quitté le Cameroun pour rejoindre New-York et sa famille, qui l’a évidemment rejeté après son départ précipité. Alors forcément, les explications sont courtes et les conversations se sont déroulés qu’à sens unique jusqu’à ce qu’il retrouve Lara. C’est dans un parfait putain de hasard qu’il fréquente amicalement Samuel, un homme qui connaissait Lara depuis pas mal de temps. A aucun moment, Jason ne s’est attendu à voir son amie de longue date arrivée à l’improviste pour rendre visite à son hôte. C’est là qu’il a vu cette dernière sous un nouveau jour, de tel sorte à ce que le trentenaire se sent irrémédiablement attiré par la jeune femme. Il lui a avoué oui, il a pris ses couilles et il lui a avoué ses sentiments. Un grand cap pour un homme aussi décalé et feignant sur ses émotions. Il n’a plus jamais vraiment cherché à réitérer cette scène qui l’a pas mal atteint. Tout comme lorsque Shondra a refait surface dans sa vie, elle a juste complètement débarqué au moment où il n’avait que de la merde dans la tête. Et si c’est grâce à blondinette qu’il a passé un cap important dans sa vie jusqu’alors, il ne se voyait pas aller chercher cette dernière avec n’importe qui que Lara, elle-même.

Il a bien évidemment pensé à Lou, sa soeur, il pense à elle tous les jours. Depuis leur dernière grande conversation, ils ont eu comme une sorte de no man’s land entre eux. La réaction du jeune entrepreneur a vraiment choqué la petite brunette mais comment voulait-elle qu’il réagisse ? Il n’a qu’en lui de la rage depuis qu’il a appris que le nouveau mari de sa mère, avait tenté de l’agresser sexuellement. Cette idée le rend encore totalement fou de rage et c’est pour ça qu’il attend d’être seul pour pouvoir noyer sa haine devant une bière et un match de baseball ou de basket selon ses humeurs. Finalité, il se retrouve sans son arme, évidemment, Lou l’a embarqué avec elle ce qui lui vaut également des pertes de sommeil. Lou est suicidaire et les images qu’il a de lui à la sortir de la baignoire parce qu’elle s’est tout simplement tailladée les veines, lui donne de bons et glauques cauchemars où il la retrouve… Avec une balle dans la tête, effet immédiat et irrémédiable. Comme si il s’attend à se retrouver face à une nouvelle situation dont il serait incapable de venir la sauver. Il se réveille toujours en sueur puisqu’il se sent hurler et ses muscles sont tendus à leurs extrêmes. C’est dur mais de retour à New-York, il va clairement exiger de récupérer son arme, ne serait-ce que pour se rassurer lui-même.

L’heure n’étant pas vraiment à enrager sur ce qu’un fils de pute a bien pu essayer faire sur sa soeur, il commence à parler de Shondra, de sa crainte qu’elle ne décide de venir la rechercher ou de la revoir, pour être plus claire. Il ne pense vraiment qu’un enfant a besoin de sa mère mais il dit aussi que la famille n’est pas forcément les liens du sang mais bien plus que ça. « C’est peut-être la solution la plus simple pour elle en ce moment, mais il se peut qu’un jour, quand sa situation ira mieux, elle décide de revoir sa fille. Si ça arrive, c’est à ce moment là qu’il faudra que tu prennes la meilleure décision pour ta fille, et uniquement pour elle. » Il regarde derrière puis, dans son rétroviseur, la petite dormait depuis un moment déjà et son innocence est encore plus flagrante : « J’ai vraiment envie de fumer.. En ouvrant la fenêtre, tu penses que ça ne serait pas gênant pour elle ! » Jason demande, concerné. À penser à sa soeur, il essaie de rester calme mais son nouveau manque de nicotine devient de plus en plus forte. Il ouvre déjà la fenêtre tout en sortant un paquet de sa poche intérieur : « Quoi, ça te choque tant que ça ? » Il faut savoir qu’il n’a pas vraiment arrêté de fumer, les joins ne font plus parti de sa vie mais le geste est comme réconfortant surtout dans les moments les plus dfficiles comme ceux là.

Tout ça pour dire qu’il sent bien que Lara ne se sent pas très à l’aise dans cette merde qui fait parti de sa vie alors il change radicalement de sujet, un peu comme pour lui changer les idées. Il lui parle de Charlie maintenant, il ne l’a pas encore revu et à vrai dire, c’est même lui qui a la carte en main pour l’appeler. Seulement, la quête de retrouver sa fille et surtout de la récupérer et puis, son bar co-working n’ont pas vraiment aidé à ce qu’il puisse s’occuper de tout ça ce que Lara n’hésite pas à lui rappeler « Oh ce n’est rien de sérieux alors. Simplement une rencontre. Je suis presque déçue Jason là. » Il rit, ça fait du bien d’autant plus qu’il ne cherche pas vraiment à ce que se soit vraiment sérieux. Oui, c’est juste une question de circonstance, il pense très clairement que dans d’autres cas, il l’aurait tout simplement sauté et passé à autre chose : « Clairement, je ne cherche absolument rien de sérieux. Avec Gabrielle qui débarque, le bar et puis… Attends une minute, parce que tu espères que je me case, maintenant ? » Il s’allume une cigarette, en laissant la fumée sortir par la fenêtre et prend soin de cracher la fumée qui encombre ses poumons par le même chemin. Il se fait violence évidemment pour ne pas se moquer mais il aime voir l’espoir de son entourage lorsqu’il parle nana. Thomas a totalement abandonné l’idée qu’il se pose, il connait trop bien son ami pour tenter de lui présenter des nanas sans qu’il n’en fasse qu’une bouchée. Il est plutôt fort, il a les mots, les termes et surtout les gestes mais Jason n’a eu aucun modèle pour montrer comment rester fidèle et humain envers une femme. Son père avait été tellement froid et distant durant toute son enfance, ou en tout cas, depuis la mort de sa mère.
« Pardon, j’avais oublié que tu étais un tombeur. Mille excuse pour cette affront. » Il avoue presque il sent soulager qu’elle le réalise presque toute seule, après tout, elle le connaît peut-être pas aussi bien que la plupart de ses proches mais elle en sait un rayon à ce sujet. « Néanmoins, il faut savoir aussi que l’âge est une pu.. que l’âge pose un gros problème en fait. Elle me paraît particulièrement jeune et, quoique très appétissante, je ne suis pas sûr qu’elle comprenne vraiment ce qu’un mec comme moi, veut dans la vie.. » Après tout, le sait-il vraiment ? Il en doute encore.

Et puis, il lui parle de son projet en cours, il ne sait pas encore si ça aboutira dans quelque chose de durable mais la réaction de son amie lui donne un espoir supplémentaire : « Yeah, je suis fière de toi Jason. Avec ton expérience dans le domaine, c’était presque prévisible que ça fonctionne. Il faudra que j’y passe à l’occasion, voir de mes propres yeux ce nouveau bébé. Ça me changerait de mon salon pour bosser sur les dossiers. » Ces paroles résonnent dans sa tête et il est tout fait possible pour lui de rêver de ça. Et puis il tique sur un fait, il lui semble bien qu'elle ne lui a pas encore parler de dossier en cours depuis des mois. Depuis même bien plus longtemps que... le gala de charité qu'elle lui a demandé de venir à son secours. C'est con mais ça ne lui rappelle pas de bon souvenir ou en tout cas, à la mauvaise époque : « Dossiers ? C'est comme ça que tu parles de tes clients en photograhie. Intéressant. » Et oui, il n'est pas au courant d'un éventuel changement et là, elle ne peut pas vraiment se défiler. La petite dort comme un loir, bercé par le moteur de la voiture qui ronronne sur l'autoroute.
Spoiler:
 
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Philadelphie] Life and heart might still go on - Lara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: The USA-