Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

  your heart is all i own ω mila & zeke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: your heart is all i own ω mila & zeke   Lun 13 Mar - 10:26

La nuit n'est pas encore tombée quand je rentre chez moi après le boulot au cabinet. Les choses sont rentrées dans l'ordre petit-à-petit après tout ce qui s'est passé ces derniers temps. Mon passage à tabac m'a obligé à prendre une semaine d'arrêt histoire de pouvoir m'en remettre mais évidemment, une semaine n'a pas été suffisante pour effacer les traces physiques de cette fameuse soirée, donc je me suis retrouvé à expliquer à mes collègues le gros de ce qui s'était passé. J'ai mis de côté certaines choses car après tout, c'est une longue histoire et ils n'ont pas besoin de tout savoir mais ça leur a suffi pour me soutenir. Dans un sens c'était peut-être pas nécessaire parce que je suis un grand garçon et que ce n'est pas ma première bagarre mais au fond, j'ai tout de même apprécié. Du coup les jours ont repris leur cours normal et les choses sont rentrées dans l'ordre. Les hématomes sur mon corps ont fini par disparaitre et il faut tourner la page. Tourner la page ... une des expressions les plus débiles que je connaisse. Plus facile à dire qu'à faire. Je n'ai pas revu Mila depuis ce qui est arrivé, quand Mack l'a prévenue et qu'elle est passée ici pour me voir. La dernière fois que j'ai eu des nouvelles, c'est quand je lui ai envoyé un message pour son anniversaire et encore, j'ai merdé vu que j'avais un peu de retard. Mais je lui ai dit que j'avais besoin de temps par rapport à tout ça, pour me remettre, pour réfléchir ... Réfléchir à quoi, je suis pas trop sûr mais, disons au moins prendre une petite pause. Trop de choses sont arrivées ces derniers temps et je voulais prendre un peu de recul. Combien de temps, je l'ignore et c'est ce qu'il va falloir décider prochainement. Après tout ça fait plusieurs semaines déjà. Et elle me manque. J'ai beau me dire que je me suis fait casser la gueule "à cause d'elle", même si j'aime pas me dire ça, elle me manque. Depuis ces moments qu'on a passé ensemble ... c'est parfois dur de penser à autre chose. Mais il le faut bien. Alors je prends tout mon temps une fois rentré chez moi. Je me débarrasse de mes affaires, m'étire et fais craquer mes doigts. J'allume la télévision pour avoir de la compagnie puis, vais dans ma cuisine. Machinalement, mes doigts préparent des pâtes, sortent une sauce bolognaise et rajoutent de l'ail pour changer un peu. Je commence à faire cuire le tout et m'adosse au plan de travail avec un air pensif sur le visage, les bras croisés sur ma poitrine.
@Mila Ivanovitch



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Lun 20 Mar - 19:01

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

Zeke, il hante toujours tes pensées. Encore un peu plus depuis votre nuit ensemble. Encore un peu plus depuis que ton corps à retrouver ses caresses, ses baisers, et que t’as retrouvé ta drogue. Parce que c’est bien ça, c’est bien ce que t’es, une camée qui réclamait sa dose depuis bien trop longtemps.
T’as voulu lui laisser du temps. Tu sais pas trop pourquoi. Enfin si… Pour récupérer de ce passage à tabac. Pour ne pas l’envahir alors que t’es la raison même de ce règlement de compte. Peut-être même que tu lui as laissé du temps et de l’espace pour qu’il sache ce qu’il veut, pour qu’il sache où il en est. Parce que là, entre vous, c’est carrément les montagnes russes. Vous avez largement dépassé le stade de vos pics habituels. Vous vous êtes brièvement mais intensément retrouvés, et ensuite ça. La chute. Une chute vertigineuse causée par ton père et ses excès.
Alors quand t’as su. Quand t’as appris le passage à tabac, t’as vu rouge. Tu t’es d’abord précipitée chez Zeke. Comme pour voir l’étendue des dégâts. Evidemment qu’il était pas très heureux de voir. Evidemment qu’il t’a pas réservé l’accueil le plus chaleureux qui soit. Ça t’a brisé, encore un peu plus. Ça t’a tordu les boyaux et ça t’a rendu mal. Parce que la fois précédente, il était dans ton lit, à te rendre heureuse. Vous étiez innocents, et au paradis. Retour sur terre plus que brutal. Alors t’a foncé. T’a foncé chez Celio pour préparer ta vengeance. Pas de plans très élaboré, juste tous les descendre. Enfin, heureusement qu’il était là pour réussir à te convaincre de ne pas foncer tête baissée en allant descendre ton père avec. Ca, ce serait du suicide. Pour ton père, il allait réellement falloir réfléchir. Il allait falloir s’y prendre différemment. Et prendre son mal en patience.  Alors t’as juste descendu ses larbins. Ceux qui ont levé la main sur Zeke. Enfin toi… Surtout Celio, puisqu’il se l’est encore joué super protecteur à ne pas vouloir que tu prennes le moindre risque. Seulement pour calmer tes nerfs, il t’a laissé le privilège de te débarrasser du denier.

Une partie du problème réglée, te voilà devant la porte de chez Zeke, parce que t’en as marre de l’attente. T’en as marre de pas avoir de ses nouvelles. Tu peux comprendre, mais ça ne veut pas pour autant dire que tu le vis bien. T’as besoin de le voir. T’as besoin de lui, et de savoir qu’il va mieux, même si en toute honnêteté, t’es pas certaine de l’accueil qu’il te réserve. Tu finis par bouger ton bras, et venir frapper à sa porte, attendant désespérément qu’il vienne ouvrir. Ce qu’il finit par faire, et pendant quelques secondes, lorsque son visage apparait, t’arrêtes de respirer, avant de lacher à voix basse « Salut… » Tu me manques.







she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Mar 28 Mar - 21:54

Heureux d'être rentré chez moi, je n'attends pas une seconde pour me mettre à la cuisine parce qu'autant dire que j'ai vraiment très faim. Avec la télé en bruit de fond, je m'apprête à passer une soirée plutôt tranquille. Faut dire que les soirées tranquilles, j'en ai eu pas mal ces derniers temps. Le temps de me remettre de mon agression déjà et ensuite ... disons que foutre le nez dehors la nuit après une certaine heure était pas évident. Je suis un grand garçon, capable de trouver ce qu'il faut pour avancer par rapport à ce qu'il s'est passé et c'est ce que j'ai fait ces derniers temps d'ailleurs, mais il va me falloir encore un peu de temps pour que tout redevienne normal. Mais pour le moment, tout ce que je veux c'est passer une soirée tranquille et du coup me préparer à manger. Je suis pas le plus doué en cuisine mais je me débrouille, surtout quand il s'agit des pâtes. Tout le monde se débrouille avec les pâtes de toute façon.

Plongé dans mes pensées, je sursaute à moitié en entendant frapper à la porte. J'ai un doute pendant un instant, parce que comme j'ai mis la télé, j'ai peur d'avoir rêvé mais ... enfin mieux vérifier évidemment. Je m'essuie les mains sur un torchon, mes mains qui puent l'ail. Je quitte la cuisine, après avoir mis l'eau des pâtes à bouillir. Je traverse le salon et une fois arrivé devant la porte, je regarde dans le judas, pour vérifier. Mon coeur loupe un battement en voyant une chevelure blonde de l'autre côté. Mila. Mila est derrière ma porte. Mon front se pose contre ma porte et je soupire. Je ne l'ai pas vu depuis qu'elle est venue prendre de mes nouvelles après mon agression. Ca commence à dater, c'était avant son anniversaire. Je lui ai demandé du temps sans préciser combien exactement. Bon allez. Mes doigts se referment sur la poignée, la tournent, ouvrent la porte et ... la voilà, là en face de moi. D'abord le silence, ensuite son murmure. « Salut… » Mes yeux n'arrivent pas à savoir s'ils doivent la regarder ou pas. Dire que la dernière fois qu'elle m'a vu, j'étais à moitié défiguré. J'ai l'impression que ça fait une éternité qu'on s'est pas vus. « Salut. » ai-je répondu doucement. Je penche la tête et appuie ma tête contre le mur. « Tu veux rentrer ? Je préparais à manger, t'arrives au bon moment. » Je lui souris doucement, entre un sourire fatigué et un sourire doux parce que je suis vraiment content de la voir. J'ai presque envie de lui faire un câlin, sur le coup, mais je me doute qu'on doit parler d'abord. Je m'écarte pour la laisser passer. La revoir, quand même ... c'est bien. Ca fait du bien.



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Sam 1 Avr - 22:31

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

C’est toujours peu sure de toi, que tu te trouves devant la porte. Peu sure de laccueil qu’il te réserve, pas certaine de son envie de te voir. Et par la même occasion, de se rappeler de ce qu’il lui est arrivé, par ta faute –plus ou moins directement- mais par ta faute quand même. Tu vois qu’il hésite à te regarder, et ça te rassure pas tellement. Il a peur de ce que tu pourrais voir dans son regard ? Pas la moindre idée, et ça te bouffe. Tu veux juste être là pour lui, et la dernière fois, il t’a empêché de le faire.  « Salut. » tu ne le laches pas du regard. Pas une seule seconde. Il a l’air dans un meilleur état que la dernière. Physiquement en tout cas. « Tu veux rentrer ? Je préparais à manger, t'arrives au bon moment. » Son sourire te rassure. T’avais peur de le voir complètement fermé et distant. C’est toujours bon signe un sourire aussi doux ? « Si t’es sûr que ça te dérange pas… » Il continue de te sourire et finit par se pousser du passage. Bon, ça veut sans doute dire que tu ne le déranges pas et qu’il est prêt à supporter ta compagnie. « Désolée de débarquer comme ça… J’veux pas m’imposer. J’avais besoin de savoir si t’allais bien. » finis tu par lâcher en te laissant tomber dans son canapé, comme si t’étais chez toi. Tu sais même pas par où commencer. Lui dire que tu savais pas si t’avais le droit de te pointer ? que t’en avais marre de regarder ton téléphone trente fois par jour pour voir si t’avais pas un message ? Ou même que t’as pas la moindre idée de s’il voulait te revoir un jour ou non ? Mais c’est pas ton genre de tourner autour du pot. T’as horreur de ça. Même avec Zeke, même si ça peut le blesser ou paraitre trop brutal. « T’as dit que t’avais besoin de temps… Je savais pas combien… j’pensais que tu finirais par appeler… Ou donner des nouvelles. » Enfin, quelque chose quoi. La vérité, c’est que t’es complètement paumée. Parce que vous étiez bien. Vous n’étiez pas de nouveau ensemble, mais vous étiez bien suite à ces deux jours de paradis. Deux jours enfermés dans ton appartement, à vous retrouver. Deux jours de bonheur pour faire face à l’enfer quelques jours après. Un passage à tabac dans les règles de l’art par les hommes de ton père. Et ils ont réussi leur coup. Ils ont réussi à le faire fuir, à l’effrayer. Tu lui manquais, il continuait de te désirer, et ils l’ont assez amoché pour lui faire mettre tout ça dans un coin de sa tête. Ils ont réussi à lui faire trouver assez de force au fond de lui, pour ne plus te voir. Même temporairement. T’as bien envie de lui dire que les mec qui lui ont fait ça, ils sont plus de ce monde. Que tu feras la même chose à tous ceux qui tenteront la même chose. Et que ton père, il finira par ne plus être un problème. Pas tout ça, ça voudrait tout lui dire. Et pourtant, tu sais qu’il va falloir y passer.





she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Mar 18 Avr - 22:39

Sur le coup, j'ai du mal à expliquer ce que ça me fait de la voir sur le seuil de ma porte. Ma tête et mon coeur se partagent la joie mais aussi les souvenirs de la dernière fois. Même si ça fait quelques semaines déjà, rien n'est oublié. Il m'est arrivé encore cette semaine de me réveiller en sursaut, essoufflé après avoir revécu les évènements dans un cauchemar. J'ai déjà vécu des choses pas évidentes dans ma vie mais on va dire que ça faisait un moment que j'avais pas vécu ça. Tout ça pour elle. Est-ce que ça valait le coup, demande une petite voix dans un coin de ma tête. Je réponds àcette voix en souriant doucement à Mila et en l'invitant à entrer. « Si t’es sûr que ça te dérange pas… » me dit-elle. Je me pousse de l'entrée pour la laisser passer. « Tu ne me déranges pas. J'avais prévu de passer la soirée la plus emmerdante qui soit. » Ce qui est totalement vrai. Une simple soirée après une journée de boulot, tout ce qui a de plus normal. Manger, télé et internet et après dodo. « Désolée de débarquer comme ça… J’veux pas m’imposer. J’avais besoin de savoir si t’allais bien. » Je la laisse entrer et referme la porte derrière elle alors qu'elle se dirige vers mon canapé. Je hausse les épaules. « T'excuse pas. C'est gentil de venir prendre de mes nouvelles en tout cas. » Je me mords l'intérieur de la joue en m'écoutant répondre parce que je sais que Mila attends plus que ça. Elle s'est assise dans mon canapé. « T’as dit que t’avais besoin de temps… Je savais pas combien… j’pensais que tu finirais par appeler… Ou donner des nouvelles. » Voilà. Voilà la suite logique de la discussion. Mon visage reste stoïque mais ma bouche laisse échapper un soupir. Je sais que j'aurais dû faire quelque chose, n'importe quoi pour qu'elle sache qu'elle était toujours dans mon esprit. Après tout, faut être honnête, si notre séparation a servi à quelque chose c'est à montrer que ça ne servait à rien. On a été séparés un certain temps pourtant mais on s'est retrouvés comme si rien n'avait changé. Malheureusement oui, il y a des choses qui n'ont pas changé. Je ne la rejoins pas sur le canapé à cause de mon repas qui est en cours de préparation. Je retourne dans la cuisine mais comme elle est ouverte sur le salon, je peux continuer de lui parler sans souci.« Oui, désolé, j'ai eu du mal à gérer la situation comme il faut. Je sais que c'était pas évident pour toi non plus. » ai-je dit en tournant la sauce et en surveillant l'eau des pâtes dans la casserole d'à côté. Puis je me tourne pour lui faire face à nouveau et la retrouve dans le salon. « Mais en tout cas ça va maintenant, ça va mieux. Je pense que quand t'es venue la dernière fois j'étais sous le choc et j'ai pas ... ouais j'ai eu du mal à gérer la situation. » ai-je fait en me grattant l'arrière du crâne, pas très doué pour expliquer ma façon de voir les choses. « Mais bon, ça ne veut pas dire que j'ai pas pensé à toi pendant ce temps là. » mes lèvres ont-elle laissé échapper. Mon premier réflexe est de lui faire sentir que même si je n'ai pas envoyé de nouvelles, ça ne veut pas dire que j'ai tiré un trait sur quoique ce soit. Je me racle la gorge. « Tu veux boire quelque chose ? »



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Lun 24 Avr - 21:35

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

T’oses même pas imaginer ce que ça fait ce qu’il lui est arrivé… Surtout quand on fait pas partie de ce monde-là, et qu’on est loin de se dire que c’est une possibilité. Toi aussi, t’as eu ton propre traumatisme, dans un genre différent. Mais les passages à tabac, tu sais qu’ils peuvent t’arriver. Ca les rend pas plus agréable ou plus acceptables, mais t’en connais la possibilité. Zeke, lui, il savait pas que ça pouvait lui tomber sur le coin du nez à cause de toi. « Tu ne me déranges pas. J’avais prévu de passer la soirée la plus emmerdante qui soit. » Bon, bah ça te rassure. Au moins tu le déranges pas. Mais du coup, il avait pas non plus dans l’idée de te donner des nouvelles. Tu sais vraiment pas quoi en penser. Peut-être que t’aurais mieux fait de le laisser seul ? qui sait, peut-être qu’il aurait pas eu besoin que tu viennes prendre de ses nouvelles. Il savait déjà que tu t’inquiétais.  « T’excuse pas. C’est gentil de venir prendre de mes nouvelles en tout cas. » Gentil ? C’était plutôt vital pour toi de savoir s’il allait bien. Et puis, c’était quoi cette réponse ? tu sais pas bien ce que t’attendais, mais pas ça. Tu t’attendais à ce qu’il te demande des explications, ou qu’il te fasse une réponse moins banale, moins aseptisée que celle là. T’as connu le Zeke passionné, qui se fout en rogne quand ça lui va pas, bref le Zeke avec un foutu caractère… Pas le mec qui dit oui à tout juste pour paraitre bien, et qui te sort des réponses complètement banale et sans grand intérêt. Tu viens pas lui rendre visite comme n’importe quelle autre visite de courtoisie. Tu finis par lui dire qu’en réalité, t’attendais que lui t’en donnes. Qu’il te donne le feu vert, qu’il te dise qu’il était prêt à te voir. Pas forcément pour une relation, mais à juste faire face à ton visage sans que ça ne lui file des flashs de son agression. Seulement, rien du tout. Silence radio. Et visiblement, t’aurais pu attendre encore longtemps. Là tout de suite, tu ne peux que te demander s’il s’en fout pas complètement que tu viennes ou non. « Oui, désolé, j’ai eu du mal à gérer la situation comme il faut. Je sais que c’était pas évident pour toi non plus. » Pendant trente secondes, t’as juste envie qu’il arrête de touiller sa foutue sauce, et qu’il arrête de te parler de cette situation comme s’il s’agissait d’une surcharge de travail qui aurait causé votre éloignement. Il finit par se tourner vers toi et te rejoindre. « Mais en tout cas ça va maintenant, ça va mieux. Je pense que quand t’es venue la dernière fois, j’étais sous le choc et j’ai pas… ouais j’ai eu du mal à gérer la situation. » « J’imagine ouais… C’est compréhensible. » N’importe qui aurait été sous le choc après un incident –ou plutôt un traumatisme- du genre. Tout le monde aurait eu des difficultés à voir la personne indirectement liée au passage à tabac après coup. « Mais bon, ça ne veut pas dire que j’ai pas pensé à toi pendant ce temps là. »  Cette fois tu hausses un sourcil. Tu sais pas si t’es surprise qu’il te dise ça ou simplement blasée qu’il n’ait pas levé le petit doigt. « Ca s’est vu. » tu peux pas t’empêcher, t’es juste comme ça. A démarrer au quart de tour et à lacher des remarques désobligeantes quand tu ferais mieux de te taire. Mais on te prend avec ton caractère ou on te prend pas. Mais cette remarque, tu la fais parce que t’es plus franchement certaine de comprendre Zeke, ou ce qu’il veut. Il te dit qu’il pense à toi, mais il reste là, dans son  coin. Si tu le provoques pas, si tu le pousses pas –comme en boite- pareil, il reste dans sa petite vie, et toi, tu peux faire la tienne de ton côté. Alors tu vas clairement pas passer ta vie à lui courir après s’il montre pas le moindre intérêt. T’es juste fatiguée de provoquer les choses. Tu veux être fixée. Soit il te veut, et il se bouge le cul, soit il n’entend plus parler de toi. Mais toi, tu vas pas rester entre deux eaux pendant bien longtemps, parce que t’y tiens bien trop pour ça. Seulement avec ce bordel monstre qu’a provoqué ton père, tu peux pas franchement lui en vouloir que d’avoir besoin de temps pour se remettre. Alors t’es partagée, entre le cœur et la raison. « Tu veux boire quelque chose ? » « Sérieusement ? » Et c’est quoi la suite ? Il te propose de rester manger et de regarder un film en faisant comme si rien ne s’était passé ? Comme s’il n’avait pas la moindre question ou qu’il ne voulait pas la moindre explication ? Lui qui avait toujours voulu savoir ce que tu faisais, où tu disparaissais, voilà que ça semblait lui passer au-dessus. Une véritable énigme. Tu finis par soupirer, en décidant de lâcher l’affaire et les réflexions. Tu vas pas passer ton temps à le secouer. « Une bière, merci. »





she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Ven 5 Mai - 12:22

Le temps qui a passé était nécessaire pour réussir à passer à autre chose. J'ai vraiment ressenti le besoin de me calmer et de tout remettre en place dans ma tête. Passer deux jours de rêve avec elle et le lundi en reprenant le boulot … ça ? Déjà que je n'aimais pas beaucoup ce jour de la semaine avant, mais là, c'est encore pire. Les semaines qui ont suivi cette soirée plus que foireuse sont passées comme un trou noir. Mes journées consistaient à me laisser porter par les heures quand j'ai fini par réaliser que je n'avais pas précisé le temps dont j'avais besoin à Mila et qu'il faudrait peut-être que je finisse par lui envoyer un message. Rien qu'un message pour lui dire ce qu'il en est, mais inconsciemment, tout ce que j'ai fait c'est reporter, jour après jour, après jour. « J’imagine ouais… C’est compréhensible. » dit-elle quand je lui explique que j'ai eu du mal à gérer la situation. Je l'observe. Elle est tendue. En même temps je peux comprendre vu qu'elle ne sait toujours pas vraiment où j'en suis, mais bon, c'est pour ça que depuis qu'elle est entrée j'essaie de continuer à rester calme, si on peut dire ça comme ça. C'est ce que je me suis évertué à faire ces dernières semaines, ranger cette soirée dans un recoin de ma tête et laisser couler. Seulement voilà, je connais suffisamment Mila pour reconnaître quand il y a quelque chose qui ne va pas et là, je commence à me dire que c'est le cas. « Ca s’est vu. » enchaîne-t-elle quand j'essaie de lui faire comprendre que j'ai tout de même penser à elle ces derniers temps. Autrement dit, j'ai essayé  d'être... positif et gentil, on va dire ça comme ça, mais faut croire que j'ai oublié à qui je parlais. Mila, c'est pas le genre de fille à se satisfaire de mots qui sont prononcés pour rendre tout le monde heureux au prix de tout le reste. Non, elle préfère largement un incendie à une brise d'été. A croire que c'est vraiment moi qui ai fini par tout oublier. Alors tout ce que je fais pour le moment c'est serrer les dents et de reporter mon attention sur la casserole pour avoir une excuse pour … ne pas répondre, regarder ailleurs, choisissez la meilleure solution. Des flashs de mon passage à tabac me reviennent en tête pendant une ou deux secondes. Ca faisait longtemps. Je crois que j'ai juste  pas envie d'y revenir ? Je revois le visage horrifié de Mack et ses mains couvertes de sang. J'ai juste envie de continuer à tout enfouir mais le fait que Mila commence à me provoquer  est en train de tout compliquer. Putain, mes potes de l'adolescence me traiteraient de mauviette pour réagir comme ça. Du coup, alors que je suis toujours dans la cuisine, je finis par lui demander si elle veut quelque chose à boire, par habitude, par politesse et tout et tout. Parce que même si c'est le bordel, je réussis encore à me souvenir des bases quoi. « Sérieusement ?  » Sur le coup, je ne me suis pas attendue à cette réponse alors je hausse les sourcils, légèrement agacé. « Quoi ? Tu pensais qu'un des coups que j'avais reçu avait été assez fort pour me faire oublier les règles de base ? Je te demande juste si tu veux boire un truc, pas si tu veux qu'on regarde The Voice à la télé. » ai-je rétorqué. En plus j'aime pas The Voice. Ils me font tous chier avec cette histoire de fauteuil qui se retourne. Merde, ça y est maintenant je suis à nouveau sur les nerfs. Sur un coup de tête, j'arrête de faire chauffer ce que je cuisinais. J'ai même pas faim de toute façon. « Une bière, merci. » Je lève à moitié les yeux au ciel et me dirige vers le frigo. « Bien. » Je prends une bouteille dans le bac, m'occupe de la décapsuler puis, rapidement, je me prends un verre où je verse le whisky d'une bouteille qui traînait dans un placard. Je finis donc par revenir au salon pour lui donner sa bouteille et m'installer sur le canapé, maintenant que j'ai même plus envie de cuisiner et que j'ai même plus faim. Enfin je sais pas, je vais voir. Du coup je retourne vers elle et lui tends sa bière avant de froncer les sourcils. « Attends, tu me fais la gueule là ? Je sais que j'aurais pu te donner des nouvelles avant mais … Je me fais tabasser à cause de toi et c'est toi qui me fais la gueule ? » Entre temps, je me suis assez sur le canapé. En tout cas c'est pas exactement comme ça que je voulais que ça sorte. Le ''à cause de toi'' par exemple, c'est pas exactement comme ça que je l'avais prévu parce qu'en soit, c'est pas vraiment de sa faute mais … oh et puis merde, c'est trop tard de toute façon. Sans réfléchir, j'avale mon whisky cul-sec et ensuite je la fixe, partagé entre colère et... colère. « Je veux pas retomber dans les mêmes problèmes que lorsqu'on était ensemble. » ai-je fait d'une façon pourtant très calme.



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Lun 8 Mai - 23:30

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

T’es pas du genre à te contenter d’une réponse agréable, encore moins si elle n’est pas sincère. Toi, ce que t’aimes, c’est les actes. Les preuves qui vont avec les mots. Alors forcément, quand Zeke te dit qu’il a quand même pensé à toi, t’as comme un doute. Comment savoir si c’est vraiment le cas de toute façon ? C’est pas comme s’il avait fait le moindre mouvement pour te contacter. Et le fait qu’il ne dise rien à ta remarque, ça t’agace encore plus. Tu détestes quand il fait ça. Comme si tout est normal ou quand il arde tout à l’intérieur. Tu préfères qu’il explose, qu’il te bouscule un peu mais qu’il te dise ce qu’il en est. « Quoi ? Tu pensais qu'un des coups que j'avais reçu avait été assez fort pour me faire oublier les règles de base ? Je te demande juste si tu veux boire un truc, pas si tu veux qu'on regarde The Voice à la télé. » T’es surprise de le voir se réveiller. Alors tu te pinces les lèvres pour ne pas rire. « Peut-être que si tu continues c’est moi qui vais te foutre un coup. » Parce que t’es obligée de renchérir, parce que c’est toujours la manière dont vous avez été. Il a pas l’air décidé à lacher autre chose, alors pour une fois, c’est toi qui cède, et tu lui demandes une bière. Il lève les yeux au ciel, et pendant un dixième de seconde, t’as l’impression de subir un retour en arrière, de quelques années, à quand vous étiez ensemble. Quand c’était pas toujours rose, mais pas complètement catastrophique pour que tu t’amuses encore de ce genre de situation. « Bien. » C’est à ton tour de lever les yeux au ciel. Il dit ça comme s’il était un minimum satisfait que tu laches l’affaire. Mais c’est mal te connaitre. Une fois ta bière décapsulée, il te donne la bouteille et s’installe à tes côtés, verre de whisky à la main. Pendant quelques secondes, tu ne peux t’empêcher de le dévisager. Du whisky ? C’est un peu fort à côté de ta bière. Seulement, tu préfères ne rien dire, et te contentes de t’enfoncer un peu plus dans le canapé. « Attends, tu me fais la gueule là ? Je sais que j'aurais pu te donner des nouvelles avant mais … Je me fais tabasser à cause de toi et c'est toi qui me fais la gueule ? » Tu arques un sourcil à son attaque assez peu dissimulée. T’as un peu l’impression de t’être pris une gifle en pleine gueule. Et en même temps… tu t’attendais à quoi d’autre ? Tu te tiens toi-même responsable de ce qu’il lui est arrivé. C’est peut-être pas toi qui a physiquement porté les coups, mais c’est bien toi qui l’a laissé entrer dans ta vie, et qui l’a laissé revenir sans l’informer dans quoi il s’embarquait. Et en le tenant à l’écart de la vérité, tu pensais le protéger. Visiblement, tu t’es bien plantée. « Ma faute hein ? » un rire nerveux s’échappe de ta bouche alors qu’il descend d’un trait son verre. Toi, tu te contentes de quelques gorgées de ta bière avant de regarder ailleurs. C’était peut-être bien une connerie de venir ici. « Je veux pas retomber dans les mêmes problèmes que lorsqu'on était ensemble. » Une nouvelle fois, un rire nerveux s’échappe de ta bouche. « Tu parles de quels problèmes ? Quand t’étais relou ? » demandes-tu avec un semblant de sourire sur le coin des lèvres. En réalité, vos problèmes avaient été nombreux. Zeke qui finissait par s’énerver pour rien, toi qui n’arrivais plus à supporter ses questions, les secrets que tu gardais, tes disparitions au milieu de la nuit… « Tu sais, c’est peut-être ma faute, mais j’ai rien demandé. Tu crois vraiment que j’avais envie qu’il t’arrive ça ? Prendre le risque tu veuilles plus me parler, plus me voir ? » Tu secoues la tête avant de prendre une nouvelle gorgée de ta bière et la poser sur la table basse en soupirant.  « J’ai rien demandé Zeke. Ni pour ça, ni pour le fait d’être… coincée dans tout ça. » s’il comprend quelque chose, t’as de la chance. En attendant, tu te lèves, pour commencer à faire les cent pas, et ça, c’est jamais bon. T’as toujours été une bombe à retardement. Et ça, s’en est le signe avant-coureur. « J’ai toujours voulu que t’en sois tenu à l’écart. »  Mais vu le résultat… T’as dû échouer quelque part. « Alors oui, j’ai peut-être un peu le droit de faire la gueule ! J’comprends totalement que t’aies besoin de temps pour t’en remettre… Mais tu peux aussi comprendre que le silence radio, pendant aussi longtemps après… le weekend qu’on a eu, j’ai un peu de mal aussi ? » Tu récupères ta bière, et descends le liquide amer jusqu’à ne plus en pouvoir en la reposant non sans bruit, sur la table. Tu te redresses, les bras croisés sur la poitrine. « Et puis d’ailleurs on est quoi ? » Ex amants ? Amis ? Ou quelque chose nouveau ? Aucune idée.





she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Mer 17 Mai - 23:09

Je sais que j'ai pas assurer sur ce coup là, que j'aurais dû la tenir au courant au niveau du temps nécessaire pour me remettre mais les jours ont passé et j'ai préféré tout laisser couler, remettant sans cesse au lendemain le moment de composer le numéro de Mila. D'une certaine façon, ça me donnait l'impression de retomber dans tout ça si je le faisais. Sauf que, maintenant qu'elle est là, chez moi, y a plus le choix. J'ai d'ailleurs du mal à réagir, je me cache dans la cuisine alors qu'elle cherche à me faire réagir avec ses remarques. Elle y parvient après que je lui ai demandé si elle voulait boire un truc. « Peut-être que si tu continues c’est moi qui vais te foutre un coup. » dit-elle avec un sourire qu'elle tente en vain de dissimuler. Je hausse un sourcil, faisant mine de ne pas être impressionné, et me mordille l'intérieur de la joue pour faire la même chose. « Ah que de violence ... tu sais qu'on peut résoudre des problèmes sans faire de menaces physiques, pas vrai ? » ai-je fait en continuant notre jeu. Mila réagit à l'instinct. Elle n'hésite pas à exploser quand elle en ressent le besoin et ça peut en effet finir par des coups. C'est pas une surprise si je vous dis que je suis bien placé pour le savoir. Pendant notre histoire, on a eu de nombreuses embrouilles qui sont rapidement montées dans les aigües. Ca me rendrait presque nostalgique tiens ... de toute façon, après nos deux jours de rêve de la dernière fois, on ne peut qu'être nostalgique. Même nos disputes me manquent. Mais bon, il y a une différence entre les disputes et se faire exploser la gueule à la fin de la journée. Du coup je lui donne la bière qu'elle a demandé et moi, je me sers un whisky. Je sais, ça fait très ... désespéré d'attaquer directement avec ce genre de boisson mais j'avais envie. Puisque Mila me cherche depuis tout à l'heure, je décide de ne pas reculer et laisse ma colère ressortir en quelques mots. Pourquoi elle me fait la gueule alors que je me suis fais tabasser par sa faute. Sa faute. Les mots sont à peine sortis que je ressens une légère douleur dans le creux du ventre. Elle hausse un sourcil et ne laisse rien paraître mais je la connais assez pour savoir que ce que je viens de dire ne lui a pas fait plaisir. D'ailleurs à moi non plus ça ne m'a pas fait plaisir.

« Ma faute hein ? » Un rire nerveux s'échappe de sa bouche. Je vide mon verre et regarde ailleurs, ma mâchoire un peu crispée. J'ignore ce que je ressens à l'idée de lui avoir dit ça, parce qu'au fond, je sais que ce n'est pas vraiment de sa faute. On ne contrôle pas les gens qui nous entourent. Disons que dire que c'est de sa faute est un résumé trop général. Mais je ne dis rien. C'est trop compliqué de répondre à ça. Je sais qu'on est là pour rendre la situation moins compliquée justement mais ... Vous voyez, c'est pour ce genre de choses que j'ai pris directement du whisky. Du coup, je lui dis ce que j'ai en tête depuis qu'elle est arrivée, ce qui résume mes craintes à propos du fait que, même si on a passé deux jours de rêve il y a quelques semaines, je n'ai pas envie de retomber dans nos travers. Un nouveau rire franchit ses lèvres. « Tu parles de quels problèmes ? Quand t’étais relou ? » Cette fois, je ne peux pas me retenir et laisse échapper un léger rire. J'ai vraiment l'impression d'être revenu à la belle époque, celle où on passait pas mal de temps à se chercher avec un sourire en coin. « Ouais, un truc que tu peux comprendre aussi, si je me souviens bien on avait ce trait là en commun. Je pense qu'on l'a toujours d'ailleurs. » ai-je répondu sans cacher mon amusement. Je sens mon coup de colère d'il y a quelques secondes se calmer. Néanmoins, sa réponse, si drôle soit-elle, ne peut faire oublier le coeur du problème. « Tu sais, c’est peut-être ma faute, mais j’ai rien demandé. Tu crois vraiment que j’avais envie qu’il t’arrive ça ? Prendre le risque tu veuilles plus me parler, plus me voir ? J’ai rien demandé Zeke. Ni pour ça, ni pour le fait d’être… coincée dans tout ça. » m'explique Mila. Nous y voilà. Le coeur de la discussion. Nouveau whisky ? Non, on va peut-être pas exagéré. Je regarde ailleurs quand elle commence à parler puis, repose mes yeux sur elle. Le résultat de mes mots de tout à l'heure se lise sur son visage. « Je sais depuis le début que c'est pas de ta faute, c'est juste sorti de la mauvaise façon, désolé ... tout ça, ça rappelle des mauvais souvenirs. Et puis tu sais comment je peux réagir quand tu me cherches. » ai-je fait avec un sourire en coin. Tout d'un coup, elle se lève et je la suis des yeux alors qu'elle commence à faire les cent pas dans mon salon, ce qui est jamais bon. « J’ai toujours voulu que t’en sois tenu à l’écart. » Là sur le coup, je ne peux pas m'en empêcher mais j'ai un rictus. Au moment où elle dit ça, un tas de souvenirs viennent envahir mon esprit, y compris ceux où je m'énervais parce qu'elle refusait de me dire où elle disparaissait en pleine nuit pour revenir amochée. « Désolé si je te l'apprends mais ça ne marchait pas hier et ça marche encore moins bien aujourd'hui. » ai-je fait d'un ton tout simple. « Alors oui, j’ai peut-être un peu le droit de faire la gueule ! J’comprends totalement que t’aies besoin de temps pour t’en remettre… Mais tu peux aussi comprendre que le silence radio, pendant aussi longtemps après… le weekend qu’on a eu, j’ai un peu de mal aussi ? » Je m'affale un peu plus dans le canapé. Pourquoi tout est si compliqué putain ? Pourquoi on peut pas juste ... pourquoi tout ne peut pas être comme les deux jours qu'on a eu la dernière fois ? « Oui, je comprends et je suis désolé pour ce silence. J'ai juste cherché à tout mettre de côté je pense, à tout oublier et du coup j'ai fait que de repousser le moment de te donner des nouvelles sans vraiment réaliser que c'était pas le truc à faire. » ai-je tenté d'expliquer sans vraiment être sûr de réussir. Elle finit sa bière et la repose sur la table. Je l'observe prudemment, sachant très bien qu'elle peut commencer à s'emporter à tout moment. « Et puis d’ailleurs on est quoi ? » Je ne me suis pas attendu à cette question et sur le coup, je reste comme un con, la bouche ouverte. On est quoi ? Putain, on est quoi ? J'en sais rien. « Je sais pas. Est-ce qu'on repart pour une relation où je passe mon temps à te faire chier parce que tu disparais en pleine nuit et que tu reviens avec des bleus ? » ai-je répondu. Puis je lève les yeux au ciel. « Tu me stresses à faire les cent pas. Tu boire autre chose ? Du genre un truc plus fort que de la bière ? »



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Sam 20 Mai - 16:36

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

« Ah que de violence ... tu sais qu'on peut résoudre des problèmes sans faire de menaces physiques, pas vrai ? » tu hausses un sourcil, avec un air de défi sur le visage, qui laisse rapidement place à ton air moqueur habituel. « Vraiment ? J’étais pas au courant. Faudrait que j’essaie un jour. » laches-tu l’air sérieuse, ou du moins t’essaies tant que possible de l’être. « Mais pas aujourd’hui. » C’est pas que t’utilises constamment la violence physique, mais t’es du genre à t’emporter rapidement. Trop rapidement. Parfois, ça reste verbal. Et s’en n’est pas plus rassurant pour autant. Zeke en a souvent fait les frais. Même avec tout l’amour que vous vous portez, vous aviez aussi un sacré don pour vous taper sur le système. Sans doute la base de l’amour passionnel. Et comme d’habitude, à peine quelques mots prononcés que ça dérape. Ta faute.. Ses mots résonnent dans ta tête. Tu ne les connais que trop bien. C’est ce que tu t’es toi-même répétée pendant plusieurs semaines. Pourtant, lorsque c’est Zeke qui les prononce, ça fait un putain de mal de chien.
Il vide son verre d’une traite et regarde ailleurs, la mâchoire crispée. Tu sais qu’il a regretté les mots au moment où ils sont sortis de sa bouche. Mais tu te dis que d’une manière ou d’un autre, il devait quand même le penser.  Parait qu’il veut pas retomber dans vos vieux travers, mais toi, tu sais pas si c’est possible. C’est aussi ce qui fait que votre relation est aussi unique. Vous allez dans les deux extrêmes, sans pouvoir franchement vous contrôler. Mais là, tu préfères le prendre avec humour, pour quelques secondes au moins. Et tu peux pas t’empêcher de sourire quand lui, ça le fait rire.  « Ouais, un truc que tu peux comprendre aussi, si je me souviens bien on avait ce trait là en commun. Je pense qu'on l'a toujours d'ailleurs. » « Tu l’as toujours eu plus que moi. » réponds-tu du tac au tac. T’en sais rien en réalité. Sans doute que non. On peut difficilement faire pire que toi. Mais tu l’avoueras pas. Ce petit jeu familier te plait bien trop. Et puis, t’as l’impression de retrouver ton Zeke. Seulement malgré cette touche d’humour, t’en oublies pas pour autant la raison de ta présence. T’as besoin que tout ça soit mis au clair. T’as besoin qu’il sache que toi non plus, t’as rien demandé. T’as pas demandé à être dans ce merdier. On t’y a foutu depuis ta naissance. Mais ça, il le sait pas. Il le sait pas parce que t’as fait le choix de tout le cacher. Peut-être que vous n’en seriez pas là si t’avais agi autrement. Ou peut-être même qu’il t’aurait fui dès le début. « Je sais depuis le début que c'est pas de ta faute, c'est juste sorti de la mauvaise façon, désolé ... tout ça, ça rappelle des mauvais souvenirs. Et puis tu sais comment je peux réagir quand tu me cherches. » Tu te pinces les lèvres pour ne pas sourire, mais t’entames surtout tes cent pas alors que ton cerveau se met à réfléchir, à bouillir, à tenter de trouver une solution à tout ça. « Tu devais le penser au moins un peu, non ? » Sans doute. Il est juste désolé de l’avoir sorti aussi directement. Mais le fait est qu’il a raison. C’est bien ta faute. Malgré toutes tes précautions, tes secrets, tes mensonges, t’as tout fait pour le tenir à l’écart. A l’exception de la seule chose que t’aurais vraiment dû faire : le rayer de ta vie. Et pas continuer ce jeu. Parce qu’il est évident que si vous restez près de l’autre, impossible de réellement couper les ponts. T’as jamais pu. « Désolé si je te l'apprends mais ça ne marchait pas hier et ça marche encore moins bien aujourd'hui. » Tu secoues la tête. Il sait pas de quoi il parle. S’il savait, il se tiendrait à l’écart. Du moins, c’est ce que tu crois. « T’es vraiment trop borné. » Peut-être même plus qu’à l’époque. Il a aucune idée de ce à quoi il s’accroche. Ta faute, ça c’est certain. C’est étrange, ce sentiment de vouloir le tenir à l’écart de tout ça, mais de continuer à le vouloir près de toi.  C’est juste une situation complètement impossible. Il te dit qu’il est désolé, et tu te demandes si c’est vraiment le cas. Si t’étais pas venue, t’aurais attendue combien de temps ? Est-ce que même il aurait fini par revenir ?  « C’est moi que tu voulais oublier par la même occasion ? J'sais vraiment plus c'que tu veux, Zeke. » La machoire serrée, les mots sortent difficilement. Tu prends sur toi pour ne pas complètement exploser, et ravager son appartement par la même occasion, en balançant tout ce que tu peux avoir à portée de main, juste pour passer tes nerfs. A ta question, il reste un peu bête, et t’es pas tellement étonnée. C’est pas comme si tu t’attendais à ce qu’il ait une réponse claire et décisive. La question est juste sortie toute seule. Tu sais même pas si vous êtes amis. Des exs comme vous, ça peut être amis ? Est  ce que vous êtes plus que ça ? Oui et non. Compliqué, comme toujours.  « Je sais pas. Est-ce qu'on repart pour une relation où je passe mon temps à te faire chier parce que tu disparais en pleine nuit et que tu reviens avec des bleus ? » il lève les yeux au ciel, et tu te retiens pour ne pas faire de même. Est-ce que ça veut dire qu’il veut retenter ? Ou que tu l’as un peu trop traumatisé pour que vous puissiez même avoir une chance ? « Tu me stresses à faire les cent pas. Tu boire autre chose ? Du genre un truc plus fort que de la bière ? » tu te stoppes avant de t’avancer vers lui. Une fois face à lui, alors qu’il est toujours assis sur son canapé, tu baisses la tête pour le regarder, en glissant délicatement sur sa joue. « J’te stresse tout le temps. » que tu lui réponds avec un léger sourire. « Mais seulement si tu m’accompagnes pour un deuxième verre. Ou la bouteille. Va falloir qu’on parle de toute façon. » Doucement, ton index se glisse sous son menton pour lui faire relever un peu plus la tête. « Et si je disparaissais encore au milieu de la nuit, tu me prendrais la tête ? Si t’en connaissais les raisons ? » Tu sais que tu prends un risque, mais il va bien falloir que tu le fasses. Et puis, il a bien le droit de savoir qui sont ces mecs qui l’ont tabassé. Et surtout pourquoi. Et puis, peut-être que là, tu verras si Zeke est prêt à te prendre comme tu es. Parce que tu ne seras pas capable de changer. Pas complètement.





she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 298 messages et j'ai : 84 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Boyd Holbrook et je crédite : morrigan.

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Lun 29 Mai - 23:58

« Vraiment ? J’étais pas au courant. Faudrait que j’essaie un jour. » rétorque Mila d'un air moqueur. Un air moqueur que je connais bien. Je me mordille légèrement la lèvre inférieure, amusé par cet échange. En plus ça a le mérite de détendre l'atmosphère alors qu'on est tous les deux dans mon salon pour discuter de quelque chose d'important. C'est juste que cet échange ... c'est comme si rien n'avait changé. « Mais pas aujourd’hui. » poursuit-t-elle après avoir laissé un semblant de suspens. Je renifle et secoue la tête. « Tu verras, ça change la vie. » ai-je fait sur un ton sérieux mais toujours avec ce même sourire en coin. A croire que nous chercher comme ça et notre activité quand on est ensemble. Dans un sens c'est rassurant parce que je pense que quand on arrêtera de le faire, c'est là qu'il faudra s'inquiéter et se faire à l'idée que c'est la fin. Ca et si on ne se réconcilie pas dans un lit ensuite. Mais apparemment on en est pas là, sauf qu'on n'a pas encore vraiment discuté de nous, donc rien n'est encore fait. Mila est quelqu'un qui s'emporte facilement et quand je m'y mets, je peux la suivre très loin. C'est puissant, dévastateur et épuisant, surtout quand on vit pour ça comme c'est notre cas.

Mila s'emporte peut-être vite parfois mais quand je veux ... ça arrive que ça soit moi qui mette les pieds dans le plat. Ces dernières semaines ont été pénibles et comme ce soir il faut qu'on en parle, ce que j'ai voulu éviter depuis des semaines sans le réaliser, tout commence à ressortir. Sa faute. C'est pas comme ça que j'ai voulu dire mais c'est trop tard. Je ferme les yeux une seconde. Je voulais pas la blesser non plus mais là encore, trop tard, plusieurs semaines trop tard. Je vide mon verre, histoire de faire retomber la tension qui vient de prendre le contrôle de mon corps, mais à ma surprise, c'est elle qui trouve le moyen de réussir ça en me traitant, en gros, de relou, ce à quoi je rétorque que ça nous fait un point commun. « Tu l’as toujours eu plus que moi. » Je lève les yeux au ciel et secoue la tête en souriant. C'est vraiment ce genre d'échanges dignes de gamins de cinq ans qui fait ce qu'on est elle et moi, depuis qu'on se connaît. « Dans tes rêves seulement. Je crois que tu fais ... comment on appelle ça déjà ? Un transfert. Tu sais que t'es relou et pour te sentir moins seule tu projettes ça sur moi. Mais si ça peut t'aider je t'en veux pas. » ai-je fait sur un ton grand seigneur un peu exagéré. Elle avouera jamais que c'était elle la plus reloue de toute façon ... quoique si je suis honnête, je sais que je peux l'être aussi quand je veux. Mais on a aussi tendance à être borné tous les deux donc pour que je l'avoue ...

« Tu devais le penser au moins un peu, non ? » demande Mila alors qu'elle commence à faire les cent pas. J'aurais dû me douter qu'elle ne lâcherait pas le morceau comme ça. En même temps on est là pour s'expliquer alors autant y aller jusqu'au bout. J'ouvre la bouche mais rien ne sort dans un premier temps alors je la referme automatiquement.Je veux pas dire de conneries, je veux pas lui faire croire que tout va bien si ce n'est pas le cas mais en même temps ... je veux pas dire quelque chose que je regretterai. « Disons qu'une petite part de moi a fait un raccourci un peu rapide. Vu que je suis un peu dans le noir à propos de tout ça ... c'est plus facile de t'en vouloir à toi directement et puis y a des vieux souvenirs qui me sont revenus en tête du coup ç'a rien arrangé. » Puis, j'esquisse un léger sourire, presque timide pour le coup. « C'est la part de moi un peu relou ... » ai-je quand même avoué part rapport à ce qu'on disait il y a deux secondes. « Mais au fond, je sais que t'y aies pour rien, je t'assure. Je sais que t'aurais fait ce que tu pouvais pour arrêter ça. Parfois quand y a des tarés qui nous entourent ... on y peut rien. » ai-je lâché pensif alors que des flashs de ce fameux soir viennent à nouveau envahir ma tête. Putain, c'est tellement compliqué de mettre des mots sur tout ça. Là j'ai qu'une envie c'est de la prendre dans mes bras et ne plus parler.

« T’es vraiment trop borné. » Là, le rictus qui sort de ma bouche est bien plus fort que le précédent. « Venant de toi, je crois que je vais prendre ça pour un compliment. La dernière fois que tu t'es regardée dans un miroir c'était quand ? » ai-je rétorqué en haussant un sourcil. Je sais qu'elle veut me protéger mais putain, il faut qu'elle se mette à ma place aussi. Je me doute que ce dans quoi elle "bosse" est pas tout rose mais ... j'ai juste l'impression de me heurter à un mur à chaque fois qu'on aborde ce sujet très sensible. « C’est moi que tu voulais oublier par la même occasion ? J'sais vraiment plus c'que tu veux, Zeke. » lâche-t-elle. Ma mâchoire se crispe en entendant cette question pas évidente à gérer, puis un énième soupir sort de ma bouche, un soupir par rapport à toute la situation, pas pas rapport à sa question. Je pense un instant à ne pas répondre avant de décider le contraire en sentant sa colère irradier jusqu'à moi. « Non, c'est juste tout le reste que j'ai voulu oublier, tout le monde autour. Pas toi. » Mais je ne rebondis pas sur ce qu'elle dit à propos de ne pas savoir ce que je veux, d'ailleurs elle me pose tout de suite après la question à propos de savoir ce qu'on est. Je me retrouve comme un con, à pas savoir quoi répondre sur le coup avant de réussir à le faire en évoquant le passé.

Au bout d'un moment je finis par lui dire de s'asseoir parce qu'elle me stresse et je lui propose quelque chose de plus fort à boire si elle a envie d'un autre verre. Mila s'avance et se place devant moi alors que je suis toujours assis sur le canapé. « J’te stresse tout le temps. » dit-elle en posant sa main sur ma joue. Je soupire à nouveau, pas comme ceux de tout à l'heure néanmoins. Celui-là c'est plutôt un soupir d'aise, comme si toute la tension était redescendue d'un seul coup. « J'ai pas dit ça non plus. » ai-je fait simplement. Sûr que j'en ai vécu des moments stressants avec elle mais pas à ce point non plus. « Mais seulement si tu m’accompagnes pour un deuxième verre. Ou la bouteille. Va falloir qu’on parle de toute façon. » poursuit-elle. Mon nez se fronce en écoutant la dernière partie et ensuite, mes lèvres s'étirent à nouveau. « C'est un défi que je ne peux pas refuser ... Je peux pas te laisser boire toute seule de toute façon, tu le sais bien. » L'avoir comme ça, près de moi est en effet bien moins stressant que de la voir faire les cent pas. Son index se glisse sous mon menton pour que mes yeux plongent dans les siens. « Et si je disparaissais encore au milieu de la nuit, tu me prendrais la tête ? Si t’en connaissais les raisons ? » Je reste trois quatre secondes à l'observer, à réfléchir, à imaginer, à me dire qu'elle va enfin me parler. « Je peux rien te promettre. » ai-je répondu dans un premier temps. Je prends sa main et pendant deux trois secondes, mon pouce caresse doucement sa main en faisant des petits cercles et ensuite, je la tire doucement pour lui faire comprendre ... enfin pour lui suggérer de se rasseoir à côté de moi sur le canapé. Ma main lâche la sienne uniquement pour aller nous servir deux verres de whiskey. « J'ai bien compris que tu voulais me protéger mais parfois, ne pas savoir c'est juste le pire. J'ai l'impression que je me heurte à un mur dès qu'on doit parler de ça. Ca me rendait fou à l'époque. Mais si j'en connaissais les raisons ... J'imagine que je ferais des efforts. Donnant-donnant. Enfin j'essaierai. » ai-je fait en versant l'alcool dans deux verres. J'espère juste que j'ai juste pas tort en souhaitant savoir. Une fois son verre prêt, je le lui tends, prends le mien et revient m'asseoir sur le canapé. Je sirote une ou deux gorgées. « Quand t'as parlé tout à l'heure de pas savoir ce que je voulais ... Si on repense à notre week-end de la dernière fois, je pense que ce que je veux est évident. J'imagine que je suis juste ... un peu plus prudent. Pas envie qu'on répète les mêmes erreurs du passé. »



autour de moi les fous
i start to believe in anything you're saying, i'm reminded that I should be getting over it. i don't want your body but i hate to think about you with somebody else. our love has gone cold, you're intertwining your soul with somebody else. i'm looking through you while you're looking through your phone and then leaving with somebody else. no, i don't want your body but i'm picturing your body with somebody else
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 870 messages et j'ai : 172 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cailin Russo et je crédite : AILAHOZ (ava)

MessageSujet: Re: your heart is all i own ω mila & zeke   Jeu 8 Juin - 22:46

YOUR HEART IS ALL I OWN
— with Zeke Chambers

« Tu verras, ça change la vie. » il a son sourire en coin, et toi, tu lèves les yeux au ciel, mais tout de même amusée par sa réflexion, comme si vous étiez revenus quelques années en arrière. Tu peux pas t’empêcher de la jouer à la fille un peu idiote qui sait pas de quoi il parle. Ca te fait du bien. Ca te permettrait presque d’oublier que tu sais ce que c’est la violence. Un peu trop même. La violence, c’est ce qu’on t’a enseigné, montré, dès ton plus jeune âge. Certains jouent sur la compassion, la gentillesse, toi, on t’a fortement conseillé d’utiliser les faiblesses des autres et la violence pour obtenir ce que tu veux. Evidemment, avec Zeke, ça a jamais été bien sérieux. Seulement quelques tapes à l’arrière du crâne… Ou à le pousser un peu plus brutalement lorsqu’il te met hors de toi. Peut-être même que tu l’as déjà giflé. Ouais, sans doute. Mais rien qu’aucun de vous ne peut encaisser ou oublier.  
Mais c’est vrai que t’as toujours eu caractère de merde. Tu  t’emportes un trop vite, pour pas grand-chose. Et Zeke te le rend bien. Zeke, ça lui arrivait de trouver ça amusant de te faire sortir de tes gonds. Mais il a jamais autant réussi qu’avec son silence radio. T’as besoin de lui, et il le sait. Non pas que tu lui aies dit dernièrement, mais tu penses que votre dernier week-end était plutôt clair. Tu sais pas ce que ça signifiait réellement, si vous étiez prêt à retenter de vous mettre ensemble, mais ça voulait au moins dire que t’as besoin de lui dans ta vie. Et pas de loin, pas tous les six mois. « Dans tes rêves seulement. Je crois que tu fais ... comment on appelle ça déjà ? Un transfert. Tu sais que t'es relou et pour te sentir moins seule tu projettes ça sur moi. Mais si ça peut t'aider je t'en veux pas. » Ton sourire s’agrandit et tu finis par rire à ses conneries. « Tu m’avais jamais dit que t’étais un fan de psychologie. Nouvelle lubie ? » dis –tu en te tournant un peu plus vers lui, comme s’il s’agissait d’une conversation réellement sérieuse. « Tu t’y es mis dernièrement, c’est ça ? Du coup t’essaies de m’épater ? Te donne pas tout ce mal va… » ajoutes-tu en lui tapotant légèrement l’épaule, un sourire sur le coin de lèvres. Tu sais que ce petit jeu là, entre vous, il peut durer longtemps. Aussi borné l’un que l’autre.

Malgré ce qu’il dit, toi, tu te dis qu’il devait au moins le penser un peu que c’est de ta faute. Pour que ça sort comme ça, aussi vite.  Forcément que ça t’énerve un peu. Alors tu te mets à faire les cent pas, comme pour tenter de faire disparaitre le léger agacement que tu sens venir. Pas forcément contre Zeke, mais contre toute cette situation. Peut-être même contre toi-même. En attendant, tu vois du coin de l’œil qu’il hésite, et t’es pas certaine que ça soit bon signe. « Disons qu'une petite part de moi a fait un raccourci un peu rapide. Vu que je suis un peu dans le noir à propos de tout ça ... c'est plus facile de t'en vouloir à toi directement et puis y a des vieux souvenirs qui me sont revenus en tête du coup ç'a rien arrangé. » Les vieux souvenirs. Toujours les vieux souvenirs. Et tu comprends pas trop pourquoi il sourit. « C'est la part de moi un peu relou ... » Maintenant tu comprends et t’acquiesces d’un signe de tête, comme une gamine un peu vexée, mais avec un léger sourire sur les lèvres quand même. « Complètement relou. » marmonnes-tu avant qu’il ne reprenne. « Mais au fond, je sais que t'y aies pour rien, je t'assure. Je sais que t'aurais fait ce que tu pouvais pour arrêter ça. Parfois quand y a des tarés qui nous entourent ... on y peut rien. » Il imagine pas à quel point il a raison. A quel point t’es entourée de tarés. Et encore le mot est faible. C’est pas très sympa pour les vrais tarés. Ceux qui t’entourent, tu les qualifierais plus de psychopathes, de sociopathes. Et il imagine pas non plus à quel point t’as rien demandé à ça. On t’y a foutu dès ton enfance, comme si c’était l’ambition d’une vie. Comme si tout le monde aurait espéré pour une chance pareille. Peut-être certains, mais clairement pas la majorité.

T’aimes pas l’entendre parler comme ça. Il a l’air perdu dans vos souvenirs, ou dans les siens, et ça t’attriste. Tu pensais avoir réussi ton coup autrefois… Qu’en lui cachant les choses, il serait plus en sécurité. Mais ça ne prenait pas. Ca n’avait jamais vraiment pris. « Venant de toi, je crois que je vais prendre ça pour un compliment. La dernière fois que tu t'es regardée dans un miroir c'était quand ? » « Haha très drôle Chambers. » Tu sais que c’était pas évident pour lui. C’est peut-être même pire maintenant. T’as jamais été généreuse en détail. Pas du tout, même. Tu pensais réellement le protéger. Mais peut-être que c’est l’avoir autorisé à revenir dans ta vie qui l’a mis en danger. Mais t’as mal au crâne rien qu’à tenter de réfléchir à tout ça. Puis, que veut-il au final ? que vous soyez amis ? Ou plus que ça ? Ou juste t’oublier, peut-être. « Non, c'est juste tout le reste que j'ai voulu oublier, tout le monde autour. Pas toi. » T’espères qu’il est sincère. Il l’a toujours été, alors pourquoi ça changerait maintenant ? Alors tu lui souris légèrement même si t’oublies pas tout le reste. Et tu finis par lui obéir, ou en tout cas, t’avais l’intention de le faire et t’asseoir à ses côtés. Au lieu de ça, tu glisses ta main sur sa joue. Et cette fois encore, tu ne peux t’empêcher de sourire légèrement lorsqu’il semble soulager de ce contact. « J'ai pas dit ça non plus. » « Tu le sous-entendais presque. » tu te pinces les lèvres pour e pas sourire davantage avant de lui préciser que c’est sans doute de la bouteille dont tu vas avoir besoin, et non d’un seul verre. « C'est un défi que je ne peux pas refuser ... Je peux pas te laisser boire toute seule de toute façon, tu le sais bien. » « J’voudrais pas que tu sois malade parce que t’arrives pas à suivre. » Cette fois, ton sourire est plus large, amusé, et réellement sincère. Le genre de sourire que tu lui offrais il y a quelques années. Mais désormais, le sujet sérieux qui arrive, et tu te sens bien moins à l’aise.  « Je peux rien te promettre. » C’est pas tellement ce que t’aurais voulu, mais c’est sans doute mieux que rien. T’es tout de même soulagée lorsque son pouce vient caresser le dos de ta main. Il te tire vers lui, et tu fais le reste en prenant place sur le canapé alors qu’il se lève pour aller récupérer deux verres de whisky. « J'ai bien compris que tu voulais me protéger mais parfois, ne pas savoir c'est juste le pire. J'ai l'impression que je me heurte à un mur dès qu'on doit parler de ça. Ca me rendait fou à l'époque. Mais si j'en connaissais les raisons ... J'imagine que je ferais des efforts. Donnant-donnant. Enfin j'essaierai. » T’attrapes le verre qu’il te tend, et t’en bois déjà la moitié cul sec. Pas le temps de déguster, va falloir que tu te lances. « Quand t'as parlé tout à l'heure de pas savoir ce que je voulais ... Si on repense à notre week-end de la dernière fois, je pense que ce que je veux est évident. J'imagine que je suis juste ... un peu plus prudent. Pas envie qu'on répète les mêmes erreurs du passé. » « Tu sais que ça sera jamais… parfait entre nous ? enfin… Ca sera jamais tout rose, et plein de paillettes et d’arc-en-ciel ? Avec nos caractères, c’est pas faisable. Mais… J’aimais ce qu’on avait tu sais. » tu bois le reste de ton whisky mais garde le verre vide entre tes mains. Tu te rapproches légèrement de lui, comme pour être sur qu’il ne s’échappe pas. Tu sais que c’est complètement ridicule, puisque vous êtes chez lui. « Si c’est trop… J’veux que tu me le dises. » tu déposes alors un baiser sur sa joue avant de prendre une grande inspiration. Tu sais même pas comment annoncer ça. « Mon père… Et à peu près toute ma famille paternelle, enfin ce qu’il en reste, bon bah tu te doutes qu’ils font pas dans le légal… Ils font… Ils sont la mafia russe. La Bratva. Mon père en est l’un des membres les plus importants. » tu soupires, mais tentes de capter le regard de Zeke alors que tu tripotes nerveusement tes doigts. « Les armes, les filles, la drogue… J’ai vu de tout. Et c’est pas très joli. Mais je bosse pour lui. J’ai pas trop eu le choix. Au début je lui servais d’interprète, vu que je parle russe et italien… Et petit à petit, il m’a mis en première ligne pour gérer certains de ses deals… pour prendre la température. Sauf que ça aurait été trop beau que tout se passe sans accroche. Alors des fois, ça tourne mal. » Et tu rentres amochée. Sacrément amochée. Mais cette partie, Zeke la connait que trop bien. Et oui, ton père met sa propre fille en situation délicate, susceptible de se faire tuer au moindre saut d’humeur. Tu le regardes une nouvelle fois, espérant une réaction, quelque chose… Quoique ce soit.





she was born in a thunderstorm
She was too quiet or she was too loud. She took things too seriously or not seriously at all. She was too sensitive or too cold-hearted. She hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart. There was no in-between for her. It was either all or nothing. She wanted everything but settled for nothing.
Revenir en haut Aller en bas
 
your heart is all i own ω mila & zeke
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn :: Williamsburg-