Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1881 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)   Dim 11 Juin - 15:38

La parole apaise la colère.
— with Cooper P. Lane

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je me souviens encore de ma mère, qui n’arrêtait pas de me répéter “Lara Alexandra Kelley, veux-tu vien tourner ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler”. Un conseil qui se rapprochait fortement d’un ordre à cette époque, même si j’avais beaucoup de mal à le mettre en pratique. Avec les années, et la disparition de ma mère, ce conseil était tombé dans l’oubli, et je me retrouvais très souvent dans des situations délicates, car je ne parvenais pas à me taire. Je n’étais pas forcément quelqu’un d'impulsif, mais sous le coup de la colère, il pouvait m’arriver de succomber à cette émotion. Aujourd’hui, entre la colère que mon supérieur, enfin ex supérieur maintenant qu’il venait de me virer, avait réussi à faire naître en moi, et les hormones de la grossesse, c’était d’autant plus difficile de garder la tête froide. Ça n’avait pas loupé. Au lieu d’écouter les conseils de ma mère, je venais une nouvelle fois de plonger la tête la première dans une scène critique. Comme si mon cas n’était pas déjà désespéré. Il y avait eu la réponse envers un supérieur. Ensuite l'insubordination. Et maintenant, j’ajoutais à mon casier des menaces. À ce rythme, je ne savais pas où j’allais terminer, mais une chose était sûre, j’en prenais le bon chemin.

Je m’attendais à un bon nombre de réactions de la part de Cooper. La première, celle qui arrivait en tête, était bien évidemment une énième prise de tête. Une petite joute verbale pour bien terminer cet entretien. Dans le genre maso, on ne peut pas faire mieux. Alors oui, j’étais prête à continuer sur cette voie, et poursuivre cet échange qui sortait de l’ordinaire, surtout dans les locaux du FBI. Mais Cooper ne semblait pas être du même avis que moi. Au lieu de réagir à mon attaque personnelle, c’était sur un détail que son attention se portait. « Quoi ? » Oui, car sur le coup de la surprise, au lieu de répondre à sa question, j’en posais une nouvelle, alors que j’avais parfaitement entendu les mots qui étaient sortis de sa bouche. Je le voyais poser son regard sur moi, et se débarrasser du dossier qu’il avait entre les mains, avec autant de délicatesse que j’avais pu le faire pour mon téléphone ou le badge. Le plus surprenant ? Voir un sourire s’afficher sur ses lèvres. « Ben euh oui… je n’ai pas l’habitude de dire ce genre de choses juste car je suis à court de menaces… » Il me prenait au dépourvu. Tellement que je ne comprenais pas sa réaction. Et je ne voyais pas ce qu’il était en train de se passer. Le rôle de la meilleure amie était encore bien loin de mon esprit, esprit qui ne semblait pas vouloir me faire comprendre que je venais d’avouer un détail qui n’était pas des moindres, à l’un des hommes les plus importants dans ma vie. Si c’était possible, j’aurais pu dire que les bras m’en tombent. Il y a quelques minutes à peine, j’avais en face de moi quelqu’un qui me criait dessus, et qui n’avait qu’une envie, celle que je quitte son bureau. Sauf que d’un claquement de doigts, cette personne avait disparu pour laisser la place à quelqu’un de souriant. « Okay… » Pas du tout schizophrène le mec. J’approchais l’une de mes mains de mon visage, pour venir frotter doucement à l’aide d’un seul doigt l’une de mes tempes. Un geste qui aurait pu traduire un mal de tête, mais ce n’était pas le cas. Le regard plein d’incompréhension, j’observais l’agent fédéral se lever de sa chaise pour contourner son bureau, et s’approcher de moi. Et puis, je me retrouvais dans ses bras. Il me manquait définitivement une pièce du puzzle. J’écoutais son flot de question, tout en me demandant ce qu’il venait de se passer. Un comportement qui était payant, car le simple fait de me poser des questions apportait des réponses. L’information manquante venait d’arriver jusqu’à mon cerveau, et d’allumer tous les neurones nécessaires pour comprendre ce que je venais de faire. « Oh merde… la pas douée. » J’apportais une nouvelle fois ma main à mon visage pour frotter délicatement mes paupières, pendant que tout se mettait en place dans mon esprit. Dans un simple murmure, comme si je m’adressais plus à moi qu’à Cooper, je prononçais quelques mots. « Ne me dis pas que je viens de t’annoncer LE truc le plus important dans une menace… j’en peux plus. » Quelques semaines que je savais être enceinte, et ça commençait déjà à m’épuiser, surtout dans des moments comme celui-ci où je faisais n’importe quoi. Après une profonde inspiration pour retrouver un semblant de contenance, je retirais ma main de mon visage pour affronter le regard de mon meilleur ami. Je jugeais qu’il était bon de répondre à ses questions maintenant. « Je le sais depuis à peu près trois semaines, c’est assez récent. » C’était le cas de le dire. J’avais encore un peu de mal à m’y faire moi-même. « Je voulais te le dire mais comme en ce moment ce n’est pas la joie au boulot… je n’ai pas trouvé le moment adéquate. Et puis… je n’ai pas encore passé le premier trimestre. C’est encore incertain. » Bébé de sûr il y a, mais tant que les trois premiers mois ne sont pas passés, tous les risques ne sont pas à écarter. C’est loin d’être la partie la plus agréable à dire, mais maintenant qu’il était au courant, autant ne pas le cacher. En tout cas, j’étais vraiment déçue de moi sur ce coup là. Allen avait appris la nouvelle de la mauvaise des façons. Nora l’avait tout bonnement deviné, comme si elle était au courant avant moi. Et Cooper l’apprenait à cause d’un excès de colère de ma part. Est-ce que j’allais arriver à le dire à quelqu’un de manière normale, comme j’aurais dû le faire. Un simple “Je suis enceinte”. J’allais finir par croire le contraire. « Je suis vraiment désolée Cooper pour tout ce que je viens de dire… Je ne comprends pas la moitié des choses qui m’arrivent en ce moment… et je crois que toute l’accumulation vient de te tomber dessus. » Comme on dit souvent, il était là au mauvais endroit, et au moment moment.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 511 messages et j'ai : 263 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jensen Ackles et je crédite : arya's

En ligne
MessageSujet: Re: La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)   Lun 12 Juin - 2:12


❝ La parole apaise la colère ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Lara and Cooper Je n’en revenais pas de ce qui était en train de se passer dans mon bureau, alors qu’il y a quelques minutes en arrière, j’étais en train de m’engueuler avec Lara, celle qui était mon assistante, que j’étais venue la licencier et remontait comme une pendule, prêt à affronter une journée fracassante. Les paroles de la jeune femme, en un claquement de doigt avaient réussi à me permettre d’être en face de ma meilleure amie, il n’y avait plus aucun lien entre patron et assistante, ses menaces, je ne les entendais pas, parce que la seule chose que je retenais, c’était qu’elle était enceinte. A l’entente de cette nouvelle, elle avait réussi à effacer toutes traces de colère, que ce soit dans mes gestes, dans mon regard ou dans mes paroles, comme un remède immédiat, qui avait laissé un instant de surprise, d’être sûr d’avoir bien entendu, puis de joie. Parce que si je ne voyais pas père de famille un jour, le genre de chose totalement impensable, j’aimais les enfants, je savais que ma meilleure amie avait dans ces projets à long terme de fonder une famille, bien que je n’imaginais pas que projet à long terme ne verrait pas le jour aussi rapidement.

Un sourire avait réussi à voir le jour sur mon visage, dans une journée où pourtant cela semblait mission totalement impossible, celui-ci restait bien en place lorsque Lara était venue me confirmer ses dires, lorsqu’elle affirmait être belle et bien enceinte, que ce n’était pas une des paroles en l’airs sous le coup de la colère, de cette dispute que l’on avait. Il était difficile de ne pas remarquer, que ma meilleure amie ne comprenait rien de ce qui était en train de se passer, de ce revirement de situation et pour être honnête, s’en était surprenant pour moi aussi. J’avais beau me trouver dans les locaux du FBI, maintenant, la femme qui était en face de moi n’était pas mon assistante, c’était ma meilleure amie, quoi que je puisse en dire.  « C’est d’accords, je ne te le dis pas. » Une pointe d’humour ne faisait pas de mal, alors que Lara semblait réaliser ce qui venait de se passer, comme une révélation, elle réalisait qu’elle était venue m’annoncer être enceinte, durant cette dispute que l’on venait d’avoir. Cette étreinte, j’y mettais fin en m’éloignant un peu de ma meilleure amie, me permettant de retrouver son regard alors que je venais croiser mes bras contre mon torse. J’avais commencé par une première série de question et j’en avais encore tout un tas en tête, qui verrait sûrement le jour en fonction de ce qu’elle allait me répondre. « Je sais que ce n’est pas la meilleure période ici pour ce genre de nouvel, mais avant d’être ton patron, je suis ton meilleur ami et si tu as besoin de moi comme tel, tu sais que je répondrais toujours présent pour toi… Enfin, en dehors de ces lieux. » Aujourd’hui était une petite entrave au règlement ou alors pour le faire ici, il fallait que ce soit après une journée de boulot, où l’on décidait de ce prendre du temps supplémentaire pour nous deux, pour se retrouver autour d’une pizza commandait.

Si cette nouvelle avait réussi de faire disparaitre toute colère que je ressentais, il était difficilement impossible de voir cette déception qu’il y avait sur le visage de Lara, comme si elle s’en voulait d’être venue m’apprendre cette nouvelle ainsi. Il suffisait de voir l’incompréhension dans son regard, comme dans ses gestes, une part de colère, mais cette fois-ci plus à mon égard, mais au sien. Ses paroles m’arrivaient aux oreilles, alors que j’apportais ma main à son épaule, le tout accompagnait d’un hochement de tête. « Je nierais avoir dit ça si tu le répètes à qui que ce soit, mais je suis désolé aussi de ce que j’ai pu te dire, tu n’avais pas si tort dans ce que tu as dit… Viens, on va s’assoir, on sera mieux que planté debout au milieu de ce bureau. » Une réaction qui était immédiate à mes paroles, m’approchant de mon bureau, pour venir prendre place sur l’une des deux chaises qui se trouvaient devant, je savais que je me trouvais sur mon lieu de travail, qu’une enquête était en cours et qu’elle n’avançait pas. Mais là, je voulais prendre ces quelques minutes en présence de Lara, ces quelques instants pour ce lien qui m’unissait à Lara, retrouver celle qui était ma meilleure amie, celle qui semblait perdre pied depuis qu’elle savait qu’elle était enceinte. « Pourquoi tu ne m’as rien dit ? … Je sais qu’il y a cette histoire de premier trimestre, mais justement je ne suis pas sûr que toute cette tension et cette pression soit vraiment bonne durant cette période. » Une main à mon visage, venait frotter ma joue du bout de mes doigts. « Tu as l’air un peu dépassé par tout ça, mais rassures moi, cette grossesse est bien une bonne nouvelle ? » Ma réaction avait été irréfléchis lorsque j’avais entendu de la bouche de ma meilleure amie, qu’elle était enceinte, mais maintenant que je me retrouvais assis, qu’elle était à côté de moi, que quelques minutes étaient passés, l’éventualité que ça ne soit pas une bonne chose me venait en tête.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1881 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)   Jeu 15 Juin - 23:08

La parole apaise la colère.
— with Cooper P. Lane

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il n’y avait vraiment que lui qui était capable de me suivre dans ma connerie, lorsque je disais à voix haute ne pas vouloir entendre ma propre bêtise, et qu’il y répondait. Un comportement qui faisait naître un petit sourire amusé sur mes lèvres. J’appréciais le fait qu’il réagisse ainsi, avec un peu d’humour pour détendre l’atmosphère, car franchement, je n’étais pas fière de moi sur ce coup là. Il était l’une des personnes les plus importantes dans ma vie, et j’avais vraiment envie de lui annoncer la nouvelle de façon joyeuse, en dehors du boulot, sauf que j’avais complètement raté. Au lieu de ça, j’avais utilisé ma grossesse comme moyen de menace, presque de chantage. Mon cerveau ne tournait plus rond depuis quelques semaines. Et ce n’était pas prêt de s’arranger. « Je sais… mais on n’a pas beaucoup eu l’occasion de se voir en dehors du boulot depuis quelques temps. » À l’exception de notre soirée d’anniversaire, mais je me voyais mal lui dire à cet instant, après l’incident Nora de la veille. Par ailleurs, lors de cette sortie, j’avais essayé de focaliser mon attention sur le fait de rendre mes consommations crédibles, comme si je buvais de l’alcool, alors que pas du tout. Contrairement à l’annonce de ma grossesse, cette mission avait été un succès. La preuve, mon meilleur ami n’y avait vu que du feu.

Toute la colère venait de disparaître en l’espace de quelques secondes. Je devais avouer que ça faisait du bien, et c’était également étrange comme sensation. Une seconde à peine, j’avais juste envie de lui dire les pires atrocités qui pouvaient passer dans mon esprit, et là, je me retrouvais à m’excuser pour ce qui étaient déjà sortis de mes lèvres un peu plus tôt. Un sourire amusé se dessinait sur mes lèvres, à l’entente de ses mots. Évidemment qu’il allait nier s’être excusé d’avoir engueulé son assistante. Si cette information arrivait aux oreilles des agents, je n’osais imaginer leurs réactions. Un mythe s’effondrerait. « Promis, je ne dirais rien. » Des paroles que je venais sceller par ma main sur le haut de ma poitrine, comme si je venais de faire une promesse, ce qui était le cas en fait. Je ne disais pas non à m’asseoir un peu, c’était bête de rester debout, à vouloir prendre racine dans le sol, alors qu’il y avait assez de mobiliers dans les locaux pour s’installer confortablement. Pourquoi se priver. Je retrouvais la place que j’avais quitté il y a peu, sur cette chaise, avec Cooper qui faisait de même, mais à côté de moi. Il y avait bien dans un petit coin de ma tête cette voix qui me rappelait où nous étions, que d’ordinaire, ce n’est pas le bon endroit pour avoir une discussion sur un sujet qui concerne le privé, mais clairement, j’envoyais valser cette voix. Je ne pouvais simplement pas annoncer une telle nouvelle à mon meilleur ami, et faire comme si de rien n’était et reprendre le cours de cette journée. Une future naissance ne pouvait pas être traité comme si j’annonçais la météo pour le lendemain. « Je te l’ai dit, ça ne fait pas longtemps que je suis au courant et… je ne vais pas te mentir, ce n’était pas prévu. Sortez couverts. » Je basculais la tête en arrière quelques secondes à la suite de mes paroles, avant de reprendre ma position initiale. Ce slogan n’avait jamais été aussi d’actualité. Comme quoi, il suffit d’un oubli pour en payer les conséquences. « Avant de dire quoique ce soit, j’avais besoin d’assimiler moi-même la nouvelle. Et de comprendre où j’en étais dans ma relation amoureuse. » S’il y a bien un avantage à avoir mon meilleur ami en face de moi, c’est que les mots peuvent sortir sans filtre. Je n’ai pas besoin de cacher la vérité. Il a toujours été au courant de tout. Cette histoire n’allait pas être l’exception. Il suivait, même de loin, mes déboires en matière de relation amoureuse, ça n’allait pas changer avec celle-ci. C’est bien maintenant que j’avais besoin de lui. Sa question, j’aurais dû m’y attendre. Nora avait eu la même réaction. Car qui dit bébé accident amène le questionnement de l’importance de cette nouvelle, si elle est prise de façon positive ou au contraire. Dans notre cas, on avait dû passer par toutes les étapes. « Et bien… la réaction n’a pas été celle que j’escomptais mais… après un petit break, je peux te dire que c’est une bonne nouvelle. Et que l’on veut garder ce bébé, et l’avoir à deux. Pas moi toute seule. » Oui, car si malgré ce séjour à Cancun la décision d’Allen avait été inchangé, ça aurait été le cas pour la mienne également. Ce bébé était là, il n’avait rien demandé donc pourquoi lui en faire payer le prix. Si j’avais dû le faire toute seule, je l’aurais fait, mais j’étais tout de même heureuse que ce ne soit pas le cas. Que d’ici quelques mois, on allait former une famille, même si ça n’aurait pas dû se passer aussi rapidement. « Et puis, même si ça avait été le cas, je n’aurais pas été toute seule entre toi et… Nora. Car elle est déjà au courant. Elle… le savait avant même que je ne sois au courant. Et je me suis retrouvée bien con quand elle m’a demandé quand j’allais lui dire que j’étais enceinte, alors que je n’avais pas prévu de le faire. » Une scène mémorable, qui avait eu lien la semaine dernière, à mon appartement. Je me souviens encore de sa question, sortie de nul part, alors que je me préparais pour aller travailler. Elle m’avait scotché, littéralement. Mais j’étais contente qu’elle soit au courant. Et maintenant Cooper. Car accepter ce bébé, c’est une chose. Vivre une grossesse, ça en est une autre. Et c’est bien plus compliqué que ça n’y paraît.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 511 messages et j'ai : 263 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jensen Ackles et je crédite : arya's

En ligne
MessageSujet: Re: La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)   Ven 23 Juin - 17:30


❝ La parole apaise la colère ❞[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Lara and Cooper A l’instant présent, tous ce qui pouvaient me travailler, depuis le début de cette journée, n’existaient plus, Lara avait réussi en une annonce masquait derrière une menace à retourner totalement la situation. D’un homme complètement énervait, chef de cette équipe d’agent du FBI, j’étais redevenu le meilleur ami de la femme qui était présente avec moi dans ce bureau. J’avais beau dire que les problèmes personnels devaient rester à la maison pour toute personne travaillant ici, tout de suite, je ne pouvais pas suivre cette règle que j’avais moi-même mise en place. Ce n’était pas le genre de nouvelle que l’on avait l’occasion d’entendre tous les jours, je n’aurais même pas imaginé un seul instant, que Lara viendrait m’annoncer être enceinte. Elle qui l’été dernier ne croyait plus en toute histoire d’amour, elle qui laissait loin de ces pensées tout projet à court ou moyen terme d’être à nouveau en couple, de se lancer dans cette aventure de fonder une famille. En moins d’un an, elle en avait fait du chemin et pas des moindre, pourtant, elle avait beau me répéter que ce n’était pas prévu, que l’enfant qu’elle attendait été un accident de parcours, j’étais content pour elle, content de voir où elle en était arrivé, même si dans le fond, son petit ami, je ne le connaissais pas beaucoup, que je continuerais de me méfier, parce qu’elle était une des personnes les plus importantes dans ma vie, je ne voulais que son bonheur, je n’avais pas la moindre envie qu’elle revive le même fiasco qu’avec son ex fiancé. « Où tu en étais dans ta relation amoureuse ? » Je ne savais si c’était une déformation professionnelle ou si c’était uniquement parce qu’il s’agissait de Lara, mais cette petite précision dans ses paroles, je n’étais pas sûr de l’apprécier. En l’espace de quelques petits mots, cette nouvelle qui me semblait être bonne, prenait une tournure que je n’appréciais pas trop, avec cette possibilité que la nouvelle de cette grossesse ne soit pas la meilleure chose qui pouvait arriver, pour elle, pour son couple. J’apportais l’une de mes mains à ma jambe, toujours assis sur cette chaise, alors que je remettais mon regard en direction de ma meilleure amie. Un doute, aussi petit soit-il, qui avait besoin de réponse, qui faisait que j’avais besoin d’en savoir plus, c’était pour cette raison que je n’avais pas pu m’empêcher de demander si cette nouvelle était quelque chose de positif ou de négatif. Le début de cette réponse, n’était pas spécialement celle que j’aurais aimé entendre, cela se traduisait par ma main de libre, qui se déposait sur mon visage, sentant la barbe que j’avais, sous mes doigts. « Comment ça un petit break ? » Lara réussissait à m’apporter des réponses, mais cela ne faisait qu’augmenter le nombre de question qui pouvait y avoir dans ma tête au fur à et mesure. Le contact entre mes doigts et ma joue était rompu, alors que je tournais à nouveau mon regard en direction de ma meilleure amie, le plus simple était de poser directement des questions, ça serait sûrement la meilleure option qui s’offrait à moi. « Attends… Attends deux secondes… Je ne comprends rien de ce que tu es en train de me dire.   » Beaucoup trop d’information en si peu de temps, j’avais peut-être changé d’humeur, mettant de côté cette enquête qui avançait au ralentit, mais ce n’était pas pour autant que j’arrivais à tout assimiler d’un seul coup. « Avant tout chose, je te le confirme, quoi qu’il se passe tu ne seras jamais seule, tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement ! Quand à Nora, je la retiens d’avoir gardé le silence et de ne m’avoir rien dit. » Quoi que, la dernière précision était plus là, pour la petite pointe de plaisanterie, qui se traduisait par ce sourire en coin qui se montrait sur mon visage, à la place de la jeune étudiante, ça aurait été une information que je ne lui aurais jamais donné. « Mais c’est quoi cette histoire de petit break et de comprendre où tu en étais dans ta relation amoureuse ? » Le résultat final était que cet enfant, ils le voulaient à deux, une bonne nouvelle, mais pourtant, je ne pouvais pas mettre de côté ces questions, je devais savoir, je devais lui demander, en savoir plus, découvrir ces incompréhensions que j’avais. Parce que l’annonce de cette grossesse n’avait pas été une bonne chose dès les débuts et c’était le meilleur ami qui était en train de parler, celui qui ne voulait pas qu’on fasse du mal à Lara, celui qui ne souhaitait que son bonheur. Il y avait aussi, un part de cet agent du FBI que j’étais, celui qui se méfiait de tout en permanence, dans l’immédiat de cet homme qui faisait partit de la vie de ma meilleure amie et que je ne connaissais que très peu, trop peu. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1881 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : mourning dove (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)   Lun 26 Juin - 13:49

La parole apaise la colère.
— with Cooper P. Lane

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le contrecoup de cette dispute commençait à se faire sentir, et mon flot de parole était certainement un peu trop important pour que mon meilleur ami puisse comprendre le fil de la conversation. Je m’en rendais compte lorsqu’à plusieurs reprises il devait répéter mes propres mots, comme pour mieux en saisir le sens. Note à moi-même, ne pas oublier que l’homme que j’ai en face de moi vient d’apprendre la nouvelle, et qu’il y a un bon nombre d’information qu’il ignore. Si toute cette histoire est à présent claire avec Allen, ainsi qu’avec Nora qui a passé une longue semaine à mes côtés, ce n’était pas le cas pour Cooper. Même si, j’ignorais encore ce que j’avais réellement envie de lui dire. Il y a des choses que l’on partage avec sa meilleure amie, pour avoir un soutien et des conseils féminins, mais que l’on hésite à partager avec son meilleur ami qui pourrait un peu trop rapidement interpréter certaines choses. « Il ne faut pas en vouloir à Nora, c’est moi qui lui ai demandé de garder le secret, car c’était à moi de le dire. Pour une nouvelle de cette importance, j’aurais vraiment été déçu que tu l’apprennes à la façon téléphone arabe. » Pour certaines personnes, je comptais sur le bouche à oreille pour apprendre la nouvelle, celle de la venue prochaine d’un enfant dans ma vie, principalement tout le côté mondain que je n’aimais pas côtoyer. Mais pour des gens comme Cooper, c’était à moi et moi seule de l’annoncer. Je pourrais d’ailleurs remercier Nora d’avoir su tenir sa langue, et d’avoir gardé le secret, jusqu’à aujourd’hui. Sans elle, la semaine en tête à tête avec Jamie aurait été compliqué. J’avais déjà pu par le passé m’occuper d’elle, mais pas plus qu’une journée. Du jour au lendemain, les quelques heures étaient devenues une longue semaine. Autant dire que c’était une source d’angoisse pas nécessaire en ce début de grossesse. « Cooper… je ne suis pas l’une de tes enquêtes. » Une façon détournée de lui faire remarquer qu’il posait beaucoup de questions. Des questions où je ne savais pas encore si j’avais envie de lui apporter une réponse. Si ma meilleure amie n’avait aucun problème avec Allen, bien qu’elle avait eu son moment de menace au cas où il décide de ne pas assumer cet enfant, c’était un peu plus délicat avec les hommes de mon entourage. Lorsque tout sera un peu tassé, que chacun aura digéré cette grossesse surprise, et que le rythme sera plus calme au FBI, il faudra que j’envisage d’arranger l’ambiance entre mon meilleur ami, et mon petit ami, qui ne s’étaient vus qu’une seule fois, au bal de Noël. Dans quoi j’étais en train de me fourrer. Mais avant de planifier une soirée avec les deux hommes les plus importants de ma vie, je devais encore en rassurer un, et pour cela, il fallait que je lui apporte quelques réponses. Je prenais une longue et lente inspiration pour me donner un peu de courage, avant de me lancer. « Break car… le soir où il a appris la nouvelle, il y a eu un quiproquo, et pas un petit. À la suite de ça, il a décidé d’aller passer la fin du SpringBreak avec sa meilleure amie, au Mexique. Et me laisser sa fille. » Un tableau loin d’être réjouissant, et pour contrer toutes remarques de la part de Cooper, je n’hésitais pas à lui couper la parole pour ajouter. « Et tu ne peux rien dire à ce sujet, car je te rappelle que pas plus tard que l’année dernière, j’ai décidé sur un coup de tête de partir à Vegas avec mon meilleur ami, car j’avais vu mon ex. Je pense ne pas être mieux que lui en matière de réaction un peu exagérée. » Presque dix ans que je connaissais Cooper, je pouvais mettre ma main à couper qu’il n’allait pas apprécier que je lui coupe l’herbe sous le pied comme ça, mais la dernière chose que je voulais, c’était qu’il utilise la carte du meilleur ami pour se mêler d’une histoire que je pouvais régler toute seule. Qui était déjà d’ailleurs réglée. « Le plus important ce n’est pas comment ça s’est passé, mais maintenant. On est d’accord d’avoir ce bébé à deux, et… ma relation amoureuse va très bien.» Mieux que bien. Même si j’étais heureuse que le mois de mars se termine, pour passer à autre chose.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
La parole apaise la colère. (Cooper&Lara)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan-