Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 keep fallin' for you | roweven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: keep fallin' for you | roweven   Lun 17 Avr - 14:42

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Attelée aux fourneaux, t’essaies de ne pas louper ton plat. C’est pas la première fois que tu le fais, t’as bien dû le cuisiner trois ou quatre fois pour Dylan, mais ce soir, c’est un peu plus spécial, et t’aimerais que tout soit parfait. Après tout, c’est son anniversaire, et t’avais décidé de tout prendre en main. Tu t’es d’ailleurs peut-être un peu enflammée pour le dessert. T’as eu la bonne idée de mettre ta sœur aux fourneaux aussi pour t’aider à tout réaliser. Résultat : un gâteau au chocolat, et une multitude de muffins, cupcakes et cookies. A croire que vous aviez fait à manger pour tout un régiment. Alors que non. Ce soir, ce serait juste vous deux. Tu tenais à faire quelque chose pour son anniversaire, ce qu’il avait eu du mal à accepter. Mais tu tenais aussi à ce qu’il passe une bonne soirée. Alors pas d’immersion au milieu des milliers de personnes sur Time Square ou Central Park. Seulement vous deux, et son atelier. Et la petite boule de poil que vous aviez acheté il y a quelques jours.
Tu mélanges la crème, aux blancs de poulet et aux petits morceaux de bacon et chorizo que t’as coupé. Puis tu baisses le feu en attrapant ta coupe de champagne pour revenir vers Even. Un champagne gentiment offert par ta patronne il y a quelques temps. Et l’anniversaire de ton petit-ami était la parfaite occasion d’ouvrir la bouteille. Tes talons claquent sur le sol alors que tu t’approches vers lui. Une paire de chaussures que tu mets rarement de par la hauteur des talons. Mais avec ta robe noire, c’est juste parfait. Et puis, c’est pas comme si tu comptais faire des kilomètres ce soir. Alors ta robe, tu la remontes légèrement le long de tes cuisses, pour venir t’asseoir, comme à ton habitude, sur Even. « J’espère que t’as faim. Je crois que je me suis un peu emballée. » Tu glisses ta main sur sa joue pour venir l’embrasser, doucement, mais surtout longuement, pour ne pas lui faire le coup habituel de tes baisers volés et bien trop courts. Non, ce baiser, il dure, et t’en profites. Tu te délectes de ses lèvres et de cet effet qu’il provoque en toi. Tu détaches finalement vos lèvres, mais sans réellement te reculer. « T’en penses quoi pour le moment de ta petite soirée d’anniversaire ? Rien de trop effrayant ? » demandes-tu en rigolant. Enfin, ça, il pourra surement y répondre qu’après avoir gouté ton plat.  Cette fois tu lui voles un baiser. « Allez, ça doit être prêt. » Tu te lèves, pour retourner à la cuisine et servir deux assiettes, accompagnées de riz. Tu poses le tout sur la table, un peu nerveuse, en te tournant vers Even. « Soit indulgent, hein. » On sait jamais, que t’es foirée le seul où il ne le faut pas.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Sam 22 Avr - 12:23

Bien sûr, j’aurais dû me douter que Rowen allait découvrir d’une façon ou d’une autre que c’était mon anniversaire, et qu’elle allait insister pour le fêter. Chose que je ne faisais jamais. Le dernier anniversaire que j’avais célébré, ma mère était encore à mes côtés pour me le souhaiter. Je ne comprenais pas vraiment l’intérêt de célébrer une naissance que l’on n’avait même pas choisi nous-mêmes. Concept que je trouvais ridicule, mais que pouvais-je bien refuser à Rowen? Pas grand chose apparement, puisque que j’étais assis sur le canapé alors qu’elle s’acharnait dans la cuisine. Je regardais la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] confortablement installée sur mes cuisses. Ou devrais-je dire ma cuisse, vu sa petitesse. « Il faudrait lui trouver un nom, quand même. » On avait un chat à la maison quand j’étais petit, mais ce n’était pas vraiment à nous. Ces petites bêtes avaient toujours eu le don de m’attendrir. Mon regard s’adoucissait instantanément dès que mes yeux se posaient sur eux. « Tu vas être jalouse si je te dis qu’il dort tout le temps avec moi? » C’était la première nuit que Rowen allait passer à l’atelier depuis son adoption, autant qu’elle soit préparée à l’éventualité d’un ronronnement dans le creux de son oreille à son réveil demain matin… Je lâchais un lécher rire. « C’était une très mauvaise idée de l’adopter. Maintenant, tu vas voir que je suis capable d’être compatissant, doux et tendre. Je suis sûr que ça finira par se retourner contre moi. » Blague à part, un sourire bordait mes lèvres lorsque je relevais les yeux pour la voir revenir vers moi d’une allure languissante, ses hauts talons claquant sur le parquet. Je pris délicatement notre nouveau chaton pour le déposer sur la grosse couverture qui se trouvait à côté de moi, avant que Rowen ne vienne s’installer sur mes cuisses. « J’espère que t’as faim. Je crois que je me suis un peu emballée. » Je roulais des yeux. « Surprenant. » répliquais-je d’un ton ironique. Quand est-ce qu’elle ne voyait pas les choses en grand? Ses lèvres venaient s’emparer des miennes pour un long baiser langoureux, que je prolongeais et intensifiais légèrement en prenant mon temps, mes mains posées sur ses cuisses. « T’en penses quoi pour le moment de ta petite soirée d’anniversaire ? Rien de trop effrayant ? » Je riais quelque peu. « Ça va. Même si c’est déjà bien plus que ce que j’avais imaginé. » Oui, j’avais imaginé une soirée sur le canapé devant un film, à se câliner sans trop rien faire, sans vraiment quelque chose de prévu. Même si on restait à l’atelier, elle avait sorti le grand jeu. La robe noire, les hauts talons, la cuisine sophistiquée… « T’aurais pu me prévenir, j’aurais fait un effort au niveau de mon apparence. » Pas que ça m’importait vraiment, mais face à elle, j’étais juste normal. Un jean brut et un t-shirt souple blanc qui laissait voir mes bras tatoués. Rien de très attirant, au final. Un baiser dérobé et elle se levait déjà. « Allez, ça doit être prêt. » Je la suivais jusqu’à la table, avant de m’y asseoir. Elle posait les assiettes à chacune de nos places, avant de planter son regard émeraude dans le mien. « Soit indulgent, hein. » Je levais les yeux au ciel, un léger sourire attendri aux lèvres. « T’as déjà fait bien mieux que ce dont je suis capable, donc t’en fais pas. » Je ne voyais pas comment je pourrais énoncer un jugement négatif, sachant que mes capacités se limitaient à décrocher le téléphone pour commander, à faire cuire des pâtes ou me faire un sandwich. Pour moi, l’assiette qui siégeait devant moi avait tout l’air d’un plat que j’aurais pu commander en restaurant. « Assieds-toi maintenant. Arrête de courir partout et profite un peu. La meilleure chose que tu puisses m’offrir, c’est ta compagnie. » Pas besoin de se démener à en faire des tonnes, tant qu’elle était là, près de moi.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 24 Avr - 19:43

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Il faudrait lui trouver un nom, quand même. » Tu remues ta préparation, mais souris aux mots d’Even. Cette petite boule de poil, le meilleur achat du mois. De l’année même. T’en es dingue. Complètement gaga. Et tu sais que t’es pas la seul dans ce cas là. Dès que tu te pointes, il a votre petite boule de poil sur les cuisses, entre les mains, bref, toujours sur lui.  « Tu vas être jalouse si je te dis qu’il dort tout le temps avec moi? » Un sourire amusé se dessine sur tes lèvres. C’est vrai que lorsqu’il s’agit d’Even, rien n’est moins sûr en ce qui concerne ta jalousie. « Tant qu’il n’a pas plus de calins que moi, j’crois que j’vais pouvoir gérer. » Ou presque. Qu’il reste tout petit et qu’il ne prenne pas trop de place. Parce que chaque partie du corps d’Even, elles sont à toi. C’est toi qui mets ta tête sur son torse, pas le chaton qui vient y élire domicile. C’est toi qui viens prendre place sur ses cuisses, à califourchon, et pas le chaton qui vient t’en empêcher parce qu’il a déjà squatté sur tes cuisses. Non, quand il s’agit d’Even, quitte à passer pour une égoïste face à un chaton horriblement adorable, tu ne partages pas.  « C’était une très mauvaise idée de l’adopter. Maintenant, tu vas voir que je suis capable d’être compatissant, doux et tendre. Je suis sûr que ça finira par se retourner contre moi. » Cette fois, tu ne peux retenir un rire. « T’es déjà foutu. Je sais que tu peux être doux et tendre. » dis-tu en lachant tes ustensiles pour te tourner dans la direction d’Even et avancer vers lui. « Tu sais… A certains moments, tu fais preuve d’une tendresse qui me rend vraiment dingue… » ajoutes-tu avec un sous-entendu peu voilé. En réalité, il n’y a pas qu’au lit qu’il fait preuve de tendresse. A chacun de vos moments devant la télé, à seulement regarder un film, là, il est doux, juste à caresser doucement ton bras ou passer sa main dans tes cheveux. En réalité, au lit, il est un véritable paradoxe. Aussi bestial que tendre, et au final, c’est peut-être bien ce mélange qui a tendance à te rendre dingue. Le voir complètement se lacher, et pourtant, avec cette passion, ces mouvements presque primitifs, il fait toujours preuve d’une douceur qui te fait défaillir. Le chaton déplacé des genoux de ton Even, tu prends place comme à ton habitude, à califourchon sur lui. « Surprenant. » « Vas y, moque toi. J’voulais juste que t’aies… de quoi te faire plaisir. » Parce que là, c’est sûr qu’il n’allait pas mourir de faim. Engloutir tout ça relèverait de la gourmandise. Tu t’empares de ses lèvres, desquelles t’as été trop longtemps séparée à ton goût. Tu les goûtes et les savoures. T’en prends possession comme si c’était la première et la dernière fois. Il intensifie doucement ce baiser et toi, tu glisses tes mains derrière sa nuque en priant pour que tout ça soit sans fin. Mais tu finis par manquer d’air, et puis, t’es un peu curieuse de savoir ce qu’il pense de ce début de soirée. « Ça va. Même si c’est déjà bien plus que ce que j’avais imaginé. T’aurais pu me prévenir, j’aurais fait un effort au niveau de mon apparence. » « Dis pas n’importe quoi. T’es parfait. » Il pourrait avoir un sac à patates sur le dos que tu le trouverais toujours aussi bien. Un simple t-shirt blanc le mettait en valeur. « Mais bon… Si veux vraiment avoir une apparence parfaite… Moi, c’est sans rien que j’te préfère. » avoues-tu avec un sourire amusé sur le coin des lèvres. « C’est toi qui vois. » ajoutes-tu avant de lui voler un baiser en lui annonçant que le repas était sans doute près. Tu te lèves pour aller mettre les assiettes à chacune de vos places, et tu t’assois face à Even, un peu nerveuse quant à la qualité de ce que t’as préparé. A sa réaction, tu te doutes que t’as pas à t’en faire, mais tu peux pas t’en empêcher, tu veux que tout soit parfait pour son anniversaire. « T’as déjà fait bien mieux que ce dont je suis capable, donc t’en fais pas. » « Ca pourrait être loupé. » tu hausses les épaules, avec une légère mine angoissée à l’idée que ça soit le cas. Tu vas récupérer le riz, la sauce à base crème, légèrement revenue, avec du bacon et du chorizo. Tu bouges, jamais assise, pour l’eau, le sel, le poivre, peu importe. « Assieds-toi maintenant. Arrête de courir partout et profite un peu. La meilleure chose que tu puisses m’offrir, c’est ta compagnie. » Un léger rire s’échappe de ta bouche. « Désolée. » tu poses tout sur la table, déposes un bisou par derrière, sur sa joue, et prends place, cette fois, définitivement. « Bon ap.’ » Une première bouchée, et t’es rassurée. Du moins, tes papilles à toi, elles sont satisfaites. « Du coup… Pour ce qui est du nom, pour mon remplaçant boule de poil … T’as une idée ? » demandes-tu avec un sourire amusé sur les lèvres. « J’te préviens tout de suite, ma sœur a déjà un chien, à la maison, qui s’appelle Odin. » Tu penches légèrement la tête pour regarder votre chaton, en essayant de trouver une idée, quoique ce soit qui lui irait bien. « Shadow ? Snow ? Il est tout blanc… » Ok, c’’est peut-être pas l’idée la plus originale qui soit pour un chat blanc, mais là tout de suite, c’est la seule chose qui te vient à l’esprit.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Mar 25 Avr - 14:42

« Tant qu’il n’a pas plus de calins que moi, j’crois que j’vais pouvoir gérer. » « Ben… » répliquais-je avec une mine faussement sérieuse, avant d’esquisser un sourire amusé. Ce n’était pas vraiment le même type de câlins. Au final, à cause de cet acte de bonté, elle prendrait conscience que je pouvais être tendre quand je le voulais, et je n’aurais plus d’excuse pour être dur — même involontairement — envers elle. À cette remarque, elle riait légèrement. « T’es déjà foutu. Je sais que tu peux être doux et tendre. » Je roulais des yeux. « Zut. » Elle lâchait sa cuisinière pour enfin venir vers moi d’une allure plutôt sensuelle. « Tu sais… A certains moments, tu fais preuve d’une tendresse qui me rend vraiment dingue… » Mon sourire s’élargissait quelque peu à ses mots implicites. « C’est drôle que tu dises ça. Je suis peut-être tendre dans l’esprit, mais dans les gestes… » Elle était la mieux placée pour savoir que c’était plutôt le contraire. Du moins, c’était l’impression que j’avais, moi, de la chose. Je n’avais jamais été le genre de gars à contenir sa passion. Rowen non plus d’ailleurs, puisqu’apparemment elle avait cuisiné pour une centaine de personnes. « Vas y, moque toi. J’voulais juste que t’aies… de quoi te faire plaisir. » « Je t’ai toi, ça compte pas? » Mes mains posées sur ses cuisses alors qu’elle est assise à califourchon sur moi, elle m’offre un baiser qui pourrait me suffire comme simple réponse. Long, intense, exquis. Mais qui me parait toujours trop court. Pas assez. Si je pouvais, je ne ferais que ça de mes journées. Goûter ses lèvres, encore et encore. Même si mon côté rationnel me rappelait à la réalité en me criant qu’il fallait travailler pour vivre, ce qui signifiait la laisser elle-aussi s’occuper de sa vie et donc accepter d’en être séparé pendant quelques heures. Cette soirée de retrouvailles d’ailleurs été beaucoup plus élaborée que ce que j’avais imaginé. Elle s’était mise sur son trente-et-un, alors que je n’avais fait aucun effort. Je me sentais un peu idiot, du coup. « Dis pas n’importe quoi. T’es parfait. » Je levais les yeux au ciel. J’étais persuadé que peu importe le contexte, elle soutiendrait cette opinion. « Mais bon… Si veux vraiment avoir une apparence parfaite… Moi, c’est sans rien que j’te préfère. » Elle se levait pour retourner à son occupation originelle, alors que je lâchais un rire. « Tu tiendrais pas très longtemps si j’avais rien sur le dos. » D’ailleurs, avant qu’elle ne réplique quoi que ce soit pour essayer de nier cette affirmation, j’attrapais les coutures de mon t-shirt pour le remonter et le retirer entièrement. « On parie combien que tu vas être perturbée toute la soirée, être maladroite, voire même trébucher? » Je riais quelque peu à nouveau. J’avais l’habitude maintenant avec elle. Je trouvais même ça mignon, ce genre d’innocence qu’elle ne perdait même pas avec le temps et l’habitude. Je prenais donc place à la table qu’elle avait gentiment préparé. « Ca pourrait être loupé. » J’haussais les épaules. Comme si. Je ne l’avais jamais vu rater quoi que ce soit. Ça n’allait certainement pas commencer ce soir. Mais il fallait qu’elle se calme, qu’elle respire un peu. Parce que j’espérais bien fêter mon anniversaire avec elle, et pas seul avec simplement quelqu’un à mon service. Le plus beau cadeau, c’était sa compagnie. Elle s’excusait en déposant furtivement ses lèvres sur ma joue, avant d’enfin s’asseoir. « Bon ap.’ » « A toi aussi. » souriais-je en retour. Premières fourchettes avalées et ça confirmait mes pensées. « Tu rates jamais rien. » la rassurais-je donc. Oui, c’était un compliment, même s’il était dissimulé. J’avais encore du mal avec toutes ces marques de tendresse. « Du coup… Pour ce qui est du nom, pour mon remplaçant boule de poil … T’as une idée ? » Mhm… Pas vraiment, en fait. « J’te préviens tout de suite, ma sœur a déjà un chien, à la maison, qui s’appelle Odin. » Mes yeux s’écarquillaient. « Odin? Odin, genre, mon Dieu? Enfin, pas mon Dieu, puisque je suis athée, mais j’veux dire… comme le Dieu scandinave? » Oui, réminiscences de mes origines auxquelles je ne m’attendais pas. « Shadow ? Snow ? Il est tout blanc… » « Hm… Je sais pas. Je réfléchirai demain, je pense. On va pas se prendre la tête avec ça ce soir. On n’a pas d’autres choses à penser? » Je lui adressais un sourire assez évocateur. En même temps, son allure ne m’aidait pas vraiment à garder la tête froide…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Mar 25 Avr - 16:27

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Ben… » t’ouvres la bouche, affichant une mine faussement offusquée. « S’il en a plus, on le rend direct. » En réalité, tu serais incapable de rendre cette petite boule de poil tant elle t’attendrit. Et tu doutes qu’Even te laisse faire. Il est tout aussi attendri que toi, et c’est plutôt amusant à voir. Le grand viking en train de câliner une minuscule boule de poils. « Zut. » T’affiches un sourire fier. Ouais, il est foutu. Tu l’as grillé, lui et ses petites attentions, malgré sa maladresse. Even, tu l’aimes comme il est. Mais il aura beau dire ce qu’il veut sur son pseudo cœur de pierre ou ses habitudes de viking, il est tendre et plus attentionné que n’importe qui. « C’est drôle que tu dises ça. Je suis peut-être tendre dans l’esprit, mais dans les gestes… » Tu te mords l’intérieur de la joue, alors que ton visage se colore légèrement en repensant à tout ça, comme si ta libido était prête à exploser juste à l’évocation de quelques souvenirs. Parce que oui tu te souviens parfaitement de cette fermeté avec laquelle il te plaque contre le matelas, parfois même un peu brutal, mais qui contraste complètement avec la douceur de ses baisers. Ses mains, sa poigne, sa force, ça laisse parfois des traces, mais t’as rien contre. T’aimes plus que tout la manière dont elles apparaissent, et les conditions qui les amènent. C’est sa passion, c’est ce qu’il ressent pour toi qu’il fait agir de la sorte, alors non, tu ne changerais ça pour rien au monde. « Les gestes sont parfaits. Change rien. » commentes-tu en riant doucement, en caressant doucement sa nuque, alors que ses mains se calaient sur tes cuisses. « Je t’ai toi, ça compte pas ? » « c’est avec moi que tu veux te faire plaisir ? c’est pas très nourrissant… mais ça me plait bien. » Ca te plait plus que bien. Tu pourrais rester là, à l’embrasser à tout moment. A passer ta vie à ça. Pas sur que ça soit très productif, mais toi, ça te rend bien. Juste lui et toi. Juste vos lèvres qui se décollent plus. Vos lèvres qui continuent de se chercher et de danser ensemble. Le paradis.
« Tu tiendrais pas très longtemps si j’avais rien sur le dos. » tu vas pour ouvrir la bouche, répliquer quoique ce soit, nier et affirmer que t’es complètement capable de gérer cette situation, mais il te devance en retirant son t-shirt. Effet immédiat. Aucun son ne sort de ta bouche, et tu restes interdite quelques instants, avant de passer ta langue sur ta lèvre, et de les pincer. T’aurais pas été crédible. Plusieurs semaines, plusieurs mois maintenant, que t’aurais dû t’habituer à cette vue –et plus encore- mais il n’en était rien. Tu restais toujours aussi perturbée lorsqu’il apparaissait sans vêtement. Tu sais pas trop à quoi c’est dû… Son corps de dieu grec, ses tatouages… Ou juste cette espèce de nonchalance qu’il dégage et qui te rend dingue. Mais le fait est que ça marche toujours autant.  « On parie combien que tu vas être perturbée toute la soirée, être maladroite, voire même trébucher ? » T’éclates de rire à sa réponse en sentant tes joues se colorer légèrement. « Y’a de quoi être perturbée ! Mais si je trébuche, je tombe dans tes bras, c’est tout bénèf’… » réponds-tu en t’affairant à ramener tout ce dont vous avez besoin pour ce repas, même si la seule chose dont t'as envie, c'est de te coller contre lui. Il te fait comprendre qu’il faut que tu ralentisses le rythme. C’est pas d’une serveuse dont il a besoin, mais de sa petite amie, alors, même si tu ne l’avoues pas à voix haute, ça te fait plaisir, que même avec tout ça, c’est ta présence qu’il veut et qu’il préfère. « A toi aussi. » Les premières bouchées te rassurent, elles sont délicieuses. Pas foirées en tout cas, et c’est ce qui t’importe. « Tu rates jamais rien. » « Si ce n’est quand je marche et que j’me casse la gueule par ta faute. » laches-tu avec un sourire amusé sur le coin des lèvres, en désignant son torse nu d’un signe de tête. Evidemment que c’est de sa faute. Ca sera toujours de sa faute. Lui et cet effet qu’il a sur toi, depuis le début. Mais normalement, sur ta chaise, tu ne risques rien. Pour le moment du moins. Allez, pense à autre chose. Au chat par exemple. Oui, le chat c’est bien. Aucun risque. « Odin ? Odin, genre, mon Dieu ? Enfin, pas mon Dieu, puisque je suis athée, mais j’veux dire… Comme le Dieu scandinave ? » T’acquiesce d’un signe de tête, fière de toi et de cette mini révélation. « C’est un signe j’crois. T’étais fait pour débarquer dans ma vie. » tu sais pas vraiment si tu crois au destin ou aux coïncidences, mais celle-ci te plait bien. « Il est tout blanc, tout beau, tout adorable. » continues-tu avec un grand sourire avant de reprendre ton repas pendant qu’il parle, mais tu manques d’avaler de travers. Tu sens tes joues légèrement rosir, et pourtant, tu sais très bien comment va se passer la suite de la soirée. Mieux que lui, à vrai dire. Puisque t’as une idée derrière la tête, et ce soir, c’est toi qui gère tout. Tout. « Tu parles de monopoly ? » Tu poses ta fourchette, le sourire aux lèvres, et les joues rosies. « Tu veux déjà penser au dessert ? » en même temps, t’as du mal à penser à autre chose. Il avait raison. L’avoir torse-nu sous les yeux, ça t’aide pas à vouloir continuer ce repas, et à gouter aux nombreuses pâtisseries que t’as réalisé. Non, t’as plutôt envie que ton dessert, ça soit lui. Peut-être même ton plat principal. « Mais ce soir… Ca sera différent. » laisses-tu échapper avant de te mordre la lèvre inférieure, pour ne pas trop sourire, et ne pas trop en dire. Pas encore. Enfin, reste à savoir combien de temps tu vas tenir sans rien révéler, face à Even.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Sam 29 Avr - 19:19

« S’il en a plus, on le rend direct. » « Tu serais pas aussi cruelle. » Je le savais, et puis, je le voyais dans ses yeux quand ils se posaient sur notre nouveau compagnon. Trop d’atendrissement de sa part pour qu’elle soit capable de rendre ce chaton au refuge. Et puis, pas sûr que je l’aurais laissée faire. Après tout, moi aussi je m’étais surpris à tomber sous le charme du petit poilu. Amour qui faisait ressortir un côté doux et tendre chez moi, qu’on n’avait pas souvent l’occasion de voir. Le plus souvent, au lit, à en croire les mots de Blondie. Même si je n’en étais pas si sûr. « Les gestes sont parfaits. Change rien. » Si elle trouvait ça parfait alors, en effet, je n’allais pas essayer de changer quoi que ce soit. « C’est avec moi que tu veux te faire plaisir ? c’est pas très nourrissant… mais ça me plait bien. » « Ça nourrit un appétit disons… différent. » me contentais-je de répliquer, un air assez nonchalant accroché au visage. C’était tout moi, ça. À ce niveau-là, Rowen et moi étions des parfaits opposés. À ce genre de pensées elle, elle rougissait, ne savait plus vraiment où se mettre, et ce n’était pas des mots qu’elle arrivait à facilement verbaliser. Ça avait l’air un peu sacré en fait, pour elle. Intime. Pas que ce ne l’était pas pour moi, mais au niveau du langage, j’étais bien plus détaché qu’elle. C’était quelque chose dont je pouvais parler sans souci, et les allusions ne m’ébranlaient pas. Elles ne me faisaient pas perdre mes moyens. Du moins, pas de façon visible physiquement parlant. Sauf que Rowen n’avait même pas besoin de mots pour chavirer. Il me suffisait d’être torse nu pour qu’elle se mette à tituber, à chercher ses mots, à essayer de se reconcentrer sur peu importe ce qu’elle était en train de faire juste avant. Et c’était craquant. Complètement à tomber. Mais assez drôle aussi. Je n’attendais pas qu’elle essaie de réfuter ma théorie — je savais que j’avais raison. Du coup, je retirais le-dit t-shirt. Effet immédiat, comme prévu. Les yeux qui s’écarquillent, la bouche entrouverte, sans compter sa langue qui carresse sa lèvre inférieure avant qu’elles ne se pressent entre elles. C’était parti pour toute la soirée comme ça, et ça ne me déplaisait pas. J’adorais voir ce combat intérieur entre sa raison et ses envies. La voir perdre la tête, pour ensuite la voir perdre pied. « Y’a de quoi être perturbée ! Mais si je trébuche, je tombe dans tes bras, c’est tout bénèf’… » Je lâchais un léger rire à sa réponse. « Dans tous les cas, t’y seras ce soir. Le plus tôt, le mieux, c’est ça? » Certes, sauf qu’elle n’avait pas préparé tout ça, elle ne s’était pas donné autant de mal pour qu’on passe au-dessus du dîner. Dîner qui était d’ailleurs complètement réussi, mais je n’étais pas surpris par ce fait. Je ne l’avais pas connue rater quoi que ce soit. « Si ce n’est quand je marche et que j’me casse la gueule par ta faute. » répliqua-t-elle en me désignant d’un signe de tête. Je levais les yeux au ciel comme simple réponse. Ma faute, bien sûr. Mais elle continuait sur le sujet du chat, essayant de se concentrer sur autre chose, mais m’interpelait. Le chien de sa soeur s’appelait Odin, référence directe à ma culture scandinave. On nous rabâchait Odin par-ci, Odin par-là, en Norvège, surtout quand on était gamins. La foi, c’était quelque chose d’important à avoir, ils disaient. Mouais. « C’est un signe j’crois. T’étais fait pour débarquer dans ma vie. » Pour simple réponse, un sourire attendri vint border mes fines lèvres. Je n’étais pas un très grand fan des croyances en tout genre, incluant celle du destin. Mais c’était mignon de sa part de penser comme ça. Au final, le nom du chaton, on pourrait s’en soucier demain. On n’allait pas passer toute cette soirée à réfléchir à ça, on avait probablement autre chose à faire. « Tu parles de monopoly ? » En réalité, je ne savais pas ce qu’elle me réservait pour cette soirée. Elle m’avait juste dit que je n’avais pas à m’en faire, qu’on n’irait pas dans des lieux bondés, et qu’elle gérait absolument tout. Alors, je ne m’en étais pas préoccupé. Jusqu’à ce soir. Et maintenant, ça me titillait de savoir ce qu’elle manigançait. « Tu veux déjà penser au dessert ? » « J’ai toujours été plus sucré que salé. » rétorquais-je, un léger sourire sur le coin des lèvres. Et puis, les pâtisseries seraient encore là en fin de soirée, et demain matin — et puis probablement pour le reste de la semaine en fait, vu la quantité qu’elle avait cuisiné. « Mais ce soir… Ca sera différent. » Différent? Différent comment? Dans quel sens? « Là, tu m’intrigues. » Elle avait piqué ma curiosité. Je m’avançais un peu plus vers elle, penché par dessus la table, mes yeux plantés dans les siens. Il fallait qu’elle me donne plus que ce simple adjectif. « Dis-moi, qu’est-ce que t’as prévu pour ce soir, Blondie? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Sam 29 Avr - 22:38

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Ça nourrit un appétit disons… différent. » Un sourire qui s’agrandit sur tes lèvres, et des joues qui rosissent légèrement. Plus autant qu’avant, mais tout de même un peu. C’est comme si tu ne te rendais pas compte de l’effet que tu lui fais. D’à quel point tu lui fais de l’effet. Comme si à chaque fois, tu surprends ce désir dans son regard. Désir qui t’es destiné et auquel tu ne crois parfois toujours pas. Comme si tu ne comprenais pas en quoi t’es aussi désirable, en quoi tu peux l’attirer. Et puis, le sexe, pour toi, ça a toujours été un bonus. Pas nécessaire, pas obligatoire, mais un moment privilégié. T’as jamais eu ta libido prête à exploser ou qui te submergeait. Jamais, jusqu’à ce que tu ne rencontres Even. Et plus tes sentiments grandissent, pire c’est. Alors c’est comme si tu ne savais pas gérer ces nouvelles émotions, ces nouvelles envies. Pas l’habitude de les partager et d’en parler. Pas l’habitude de les exprimer. Alors quand il se met torse nu, tu restes bouche bée. C’est pas seulement son physique parfait. C’est tout ce qu’il dégage qui te rend dingue. Tu sais jamais si tu dois te retenir, avoir l’air un peu civilisé, être comme t’as toujours été. Ou si tu dois céder à chacune de tes pulsions lorsqu’il s’agit d’Even, parce que ça, t’as pas l’habitude. Mais la lutte devient plus en plus délicate. Dans le pire des cas, tu trébuches, et il te rattrape, non ? En tout cas, cette possibilité semble l’amuser. « Dans tous les cas, t’y seras ce soir. Le plus tôt, le mieux, c’est ça? » « T’as tout compris. Sauf si t’es pas emballé. » Mais c’est vrai que tout ce repas, il va finir par tomber à l’eau. Et pourtant, plus les minutes passent, plus tout ça, ça te semble superflu, lorsque la seule chose dont vous avez vraiment envie, c’est d’être dans les bras l’un de l’autre.
Pendant de longues secondes, t’essaies de détacher ton regard de son torse, de ses tatouages, et de cette peau qui semble toujours t’appeler. C’est comme si à chaque fois, tu perdais le fil de tes pensées. Toujours obligée de te reconcentrer pour reprendre un semblant de conversation. Heureusement qu’il te connait, sinon, il aurait fini par te prendre pour une débile. Alors tu continues avec le premier sujet qui te revient en tête. Votre boule de poils. Il va lui falloir un nom. C’est la base. Mais ça dure pas assez longtemps. Sujet trop court, trop éphémère qu’il balaie presque d’un geste de main, comme s’il souhaitait te voir continuer à perdre tes moyens. Te chercher un peu plus pour que ça soit qui décide de zapper ce repas. Et c’est qu’il pourrait bien réussir. « J’ai toujours été plus sucré que salé. » tu te mords la lèvre, tu sais pas si tu seras capable d’attendre le fin du repas, de déguster tout ce que t’as préparé. T’as qu’à le regarder, quelques secondes à peine, de voir son sourire en coin, ses yeux pétillants, pour sentir toute volonté s’évanouir. Celle de vouloir bien faire, de faire un diner dans les règles de l’art, celle de ne pas lui sauter dessus, de ne pas te laisser déstabiliser au moindre sourire trop craquer, au moindre regard trop intense. Mais faut voir les choses en face. Even, t’en es tellement dingue, tellement amoureuse, que t’es foutue. Tu fonds face à lui. Aucune volonté. Seulement des envies qu’il faut assouvir, des pêchers que tu meurs d’envie de commettre. Even, il fait ce qu’il veut de toi. En un regard. Alors le jour où il se lassera, toi, t’auras le cœur brisé, en miettes, impossible à réparer. Parce que désormais, il n’y a que là. « Là, tu m’intrigues. » Un sourire encore plus large se dessine sur tes lèvres alors qu’il se rapproche un peu plus, penché par-dessus la table. Son regard ancré dans le tien, t’as l’impression de défaillir. Tu soupires face à son comportement, face à l’intensité de son regard, et ta volonté de garder ton petit manège secret s’envoler. « Non Even… T’as pas le droit. Avec ton regard là… Pour que j’te dise. » laches-tu dans une plainte un peu désespérée avant de rire. « Dis-moi, qu’est-ce que t’as prévu pour ce soir, Blondie? » Tu secoues la tête, de manière négative, comme une enfant. « Non. Surprise. » Tu mets ton main sur ton visage, sur tes yeux, pour ne plus avoir à faire face à ce regard perçant, qui peut te faire craquer à tout moment. Le silence. Et tes doigts qui s’écartent légèrement au bout de quelques secondes pour voir s’il est toujours fixé sur toi. Il n’a pas bougé d’un poil. Alors tes mains retombent sur tes cuisses sans la moindre délicatesse, résignée. Tu finis par te lever, pour venir derrière Even, en glissant tes mains le long de ses épaules. Tu te penches, tes lèvres dans son cou, tu le frôles, les laisses trainer avec une lenteur volontaire avant de venir capturer son lobe entre tes lèvres. « Ce soir, tu te laisses faire. Ce soir, je t’ai dit que c’était moi qui m’occupais de tout. Toi, tu profites, et tu me laisses faire. » tes lèvres glissent une nouvelle fois dans son cou, l’embrassant tendrement. « Ce soir, je prends les choses en main. Enfin, jusqu’à ce que tu craques et que tu ne puisses plus résister à l’envie de repasser au-dessus. » dis-tu en souriant contre sa peau en riant. Parce que tu le sais, Even, il aime faire les choses à sa manière. Ca veut pas dire qu’il est égoïste, bien au contraire, mais il est du genre à prendre les choses en main, à te plaquer contre le lit, te dévorer et laisser sa passion le guider. Ce soir, tu comptes bien inverser la tendance, tu veux que ça soit lui le roi. Tu veux le surprendre, et plus encore, lui faire plaisir. Qu’il voit cette autre facette de ta personnalité qu’il a réveillée. Celle que tu ne te connaissais même pas.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 1 Mai - 11:40

D’accord, garder la tête froide, l’esprit vide de pensées évocatrices — ce n’était pas mon point fort quand Rowen était dans les parages. « T’as tout compris. Sauf si t’es pas emballé. » Emballé, je l’étais complètement. Je me demandais même comment j’avais fait au tout début, pour la laisser poser presque nue pour moi et n’avoir jamais eu ne serait-ce qu’un seul regard autre que professionnel. Certes, c’était dans ma nature, c’était mon travail, et je ne mélangeais pas travail et vie privée. Pourtant, d’un point de vue actuel, le pourquoi du comment m’échappait complètement. « Tu sais, je suis bien content d’avoir perdu mon professionnalisme pendant nos premières sessions, à tel point que tu sois furieuse contre moi. Sans ça, je ne t’aurais sûrement jamais embrassée. » Pas que l’envie n’aurait pas été là, c’est juste que je n’y aurais même pas pensé. Tellement focalisé sur l’Art que j’en aurais même pas vu la personne qui me permettait de l’atteindre. C’est son tempérament de feu qui m’a interpelé, le fait qu’elle ne se démonte pas devant moi et qu’elle ose me dire clairement ce qui lui passait par la tête, aussi négatif que c’était — c’était son sale caractère, ce côté inattendu, qui m’avait fait relever les yeux de ma feuille canson, qui m’avait fait m’autoriser à la regarder pour ce qu’elle était en elle-même. Et maintenant, je ne pouvais même plus me passer d’elle. Je m’étais clairement adouci. Et les premières semaines, je voyais ça comme quelque chose de négatif. Ça ne me plaisait pas. Mais au final, était-ce si mal que ça? C’était mon rapport à elle qui avait changé, pas mes rapports aux autres. Quand elle n’était pas dans les parages, j’étais le même qu’avant : froid, dur, parfois menaçant. Mais je ne pouvais pas rester comme ça face à ses grands yeux verts qui scintillaient quand elle me regardait, comme à cet instant même. Ce regard avide qui me donnait envie de tout faire valser, d’abandonner ce repas qui durait bien trop longtemps à mon goût — non sans une once de culpabilité quand même, face à tous ses efforts pour le préparer. C’était juste plus fort que moi. Une certaine passion qui n’appréciait pas se voir constamment refoulée au fin fond de mon être. Mais apparement, ce n’était pas moi qui menait la danse ce soir. Elle avait tout prévu. Mais prévu quoi, au juste? Je n’étais pas un fan de suspense. J’étais un peu un maniaque du contrôle, à toujours vouloir tout prévoir, tout organiser et tout contrôler selon mes attentes. Alors quand c’était quelqu’un d’autre qui tirait les ficelles, même si je lui faisais totalement confiance, c’était me sortir complètement de ma zone de confort. J’essayais de la sonder de mon regard perçant, penché par-dessus la table pour me rapprocher d’elle, le silence gardant mes lèvres scellées. « Non Even… T’as pas le droit. Avec ton regard là… Pour que j’te dise. » J’haussais un sourcil en me redressant légèrement. « Quel regard? J’ai rien fait. » Du moins, pas volontairement. Ou pas tout à fait. Pas avec le regard, très bien. Du coup, je réitérais ma question oralement. Qu’est-ce qu’elle avait prévu? « Non. Surprise. » répondit-elle en secouant la tête. Je grognais légèrement, mais ne bougeais pas pour autant. Elle avait couvert son visage de ses mains, ce qui me décrochait un petit sourire. Une vraie enfant. Qui allait bientôt craquer. Elle soupire, laisse ses mains retomber sur ses cuisses et se lève pour me contourner, venant poser ses mains sur mes épaules nues, me décrochant un frisson par la même occasion. « T’as les mains froides. » Est-ce qu’elle avait froid? Je ne me rendais pas forcément compte de la température. Et puis, elle n’était pas très couverte non plus… Mais tout ça me sortit rapidement de la tête quand je sentis ses lèvres frôler la peau de mon cou. « Ce soir, tu te laisses faire. Ce soir, je t’ai dit que c’était moi qui m’occupais de tout. Toi, tu profites, et tu me laisses faire. » Je penchais instinctivement la tête sur le côté, légèrement, pour laisser ses lèvres se promener confortablement. « Ce soir, je prends les choses en main. Enfin, jusqu’à ce que tu craques et que tu ne puisses plus résister à l’envie de repasser au-dessus. » Je pinçais les lèvres, réfléchissant quelques courtes secondes. « Hm, qu’est-ce que tu entends par ‘craquer’ au juste? Je suis déjà en train de combattre le petit démon assis sur mon épaule qui me crie de me retourner et de t’asseoir sur la table… » confessais-je en penchant la tête en arrière pour pouvoir la regarder. « Je ne compte pas contredire ton plan mais… tu te rends compte que ce que tu me demandes de faire relève du challenge? » Même si justement, elle me demandait de ne rien faire. Et c’était bien là le problème. Au final, peut-être que c’était ça, son plan. Me mettre au défi. Ou voir combien de temps je tiendrais sans que mon naturel revienne au galop. « Très bien. Tu gères. Tu… contrôles. » Ouh, rien que de le dire ça faisait bizarre. Mais je lui faisais confiance, alors pourquoi pas? Je suppose que je n’avais plus qu’à attendre pour voir ce que cette nouvelle personnalité qu’elle avait développé donnerait… Et il fallait bien l’avouer, j’étais quand même assez impatient.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 1 Mai - 16:15

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Tu sais, je suis bien content d’avoir perdu mon professionnalisme pendant nos premières sessions, à tel point que tu sois furieuse contre moi. Sans ça, je ne t’aurais sûrement jamais embrassée. » Tu ris à sa réflexion, en te rappelant parfaitement ce premier baiser. « Donc il a fallu que tu me sortes de mes gonds –chose que personne n’avait réussi à faire-, et que tu sois désagréable pour que t’ouvres juste un peu les yeux ? » demandes-tu avec un sourire amusé sur les lèvres. Tu pouvais en rire maintenant, mais il y a quelque mois, au moment des faits, ça t’avait tout, sauf fait rire. « T’es vraiment pas comme tout le monde. » conclus-tu en riant. « C’est un compliment. » ajoutes-tu rapidement. Bon, ça non plus, pas sure que tu lui aurais dit comme un compliment la première fois que vous vous êtes rencontrés. Et pourtant, c’est bien cette différence –celle que tu n’arrivais à réellement définir- qui t’a attiré. Vous en aviez parcouru du chemin. Assez rapidement en réalité. Mais il était complètement dingue de faire la constatation de vos rapports entre avant et maintenant. Désormais, impossible de te voir sans Even. Impossible d’imaginer les prochaines années sans le norvégien à tes côtés. C’était ça, alors, le véritable amour ? Le grand amour ? T’y a jamais franchement cru, si ce n’est dans les livres, mais il fallait croire que tu commençais à changer d’avis. Il te faisait changer d’avis. Si au début ça aurait pu avoir l’air d’une amourette un peu trop rapide, trop intense, qui se serait dissipée tout aussi rapidement, ce n’était clairement pas le cas maintenant. Ca n’allait pas juste s’estomper avec le temps. Au contraire, plus les jours passaient, moins tu voulais sortir de cet atelier, juste pour rester un peu plus avec lui. Et ce soir, avec son anniversaire, t’avais voulu lui prouver à quel point il comptait pour toi. Sa venue au monde, tu veux la célébrer. Plus que n’importe quoi d’autre. Et il allait devoir faire avec. « Quel regard? J’ai rien fait. » Tu secoues légèrement la tête avec une moue boudeuse. « Fais l’innocent ! Tu sais très bien que j’peux pas résister. C’est injuste. » Les mains sur les yeux, comme pour l’empêcher de te déconcentrer et de faire céder, tu sais déjà que t’es foutue, et tu pourrais presque deviner son sourire amusé. Tant pis. T’abandonnes. Au revoir le diner, tes petites merveilles sucrées, ça sera pour après. C’est pas comme si elles allaient s’envoler. Alors tu te lèves, et tu viens te positionner derrière lui, en faisant glisser tes paumes sur ses épaules, sur ce corps qui te fait baver depuis tout à l’heure. « T’as les mains froides. » « Tant pis, vengeance pour m’avoir fait craquer. » Et puis, tes mains allaient se réchauffer rapidement, et lui avec, mais si t’étais pas franchement que le froid le dérangeait vraiment. Tu glisses tes lèvres dans ton cou, et tu souris contre sa peau lorsque tu le vois légèrement pencher la tête, pour que l’accès y soit plus simple. Tu continues de l’embrasser, de le frôler, mais surtout de le chercher en lui expliquant ton programme.  « Hm, qu’est-ce que tu entends par ‘craquer’ au juste? Je suis déjà en train de combattre le petit démon assis sur mon épaule qui me crie de me retourner et de t’asseoir sur la table… » tu peux pas t’empêcher de rire à sa remarque, et tu lui voles un baiser. Pendant quelques instants, t’aurais bien eu envie de lui dire de tout oublier, et qu’il fasse ce qu’il avait en tete, ce dont il avait envie. C’est pas comme si ça pouvait te déplaire de toute façon. « Je ne compte pas contredire ton plan mais… tu te rends compte que ce que tu me demandes de faire relève du challenge? » « Tu sais que céder à ton petit démon et m’asseoir sur la table, tu peux le faire tous les jours de la semaine ? » laches-tu avec un sourire sur les lèvres, en lui volant un autre baiser. « Je sais que c’est un challenge. Mais un challenge pour ton plaisir. » Tu sais qu’il finira par craquer, à un moment donné, mais tu veux juste qu’il se laisse faire au moins un peu… « Très bien. Tu gères. Tu… contrôles. » Tu peux pas t’empêcher de rire en voyant la difficulté avec laquelle le dernier mot est sorti. « T’étouffes pas, amour. » T’attrapes alors sa main, pour le forcer à se lever, tu viens glisser tes mains derrière sa nuque alors que tu recules, en direction de son lit, ton regard ancré dans ses iris azurs. « Mais… Tant que tu me laisses faire, pendant au moins un moment… J’dirais que t’as relevé le challenge. Et ensuite… tu pourras faire ce que tu veux. » expliques tu avec un sourire en coin avant de le lâcher, et te tourner pour lui offrir ton dos. « tu peux me la détacher s’il te plait ? » tu dégages machinalement tes cheveux, mais la douceur avec laquelle il bouge tes mèches te fait toujours autant de bien. Ses doigts te frôlent, tu frissonnes. Quelle idée de lui dire que tu voulais tout prendre en main. T’aimes tellement le laisser tout contrôler. Chacun de ses gestes te rend dingue. Une fois la robe dézippée, tu fais de nouveau face à Even, pour faire glisser la robe à tes pieds, laissant apparaitre une toute nouvelle lingerie ; De la dentelle noire, en modèle réduit, qui joue sur la transparence. Tu pouvais difficilement trouver plus sexy, mais qu’est ce que tu ne ferais pas pour Even ? Toujours dans tes talons, tu te sors les pieds de ta robe, et viens glisser tes doigts sur le bouton de son jean. Tes lèvres contre son torse, tu l’embrasses délicatement, doucement, alors que tu déboutonnes son pantalon, pour le laisser en boxer. Tu le pousses doucement contre le lit, retire tes talons, et viens te mettre à califourchon sur lui. « Je t’ai pas dit que c’était moi ton véritable cadeau d’anniversaire ? » Une nouvelle fois, tu viens sceller tes lèvres aux siennes, dans un baiser passionné, sans la moindre retenue, avec ton corps qui se colle au sien, lui annonçant clairement la suite de la soirée.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Jeu 4 Mai - 22:37

« Donc il a fallu que tu me sortes de mes gonds –chose que personne n’avait réussi à faire-, et que tu sois désagréable pour que t’ouvres juste un peu les yeux ? » J’haussais quelque peu les épaules. Dit comme ça, ce n’avait plus l’air aussi positif. « T’es vraiment pas comme tout le monde. » Je fronçais les sourcils à ses mots, incertain de leur signification. « C’est un compliment. » « Oh. Merci, alors. Je suppose. » Je n’avais jamais été doué pour recevoir et répondre aux compliments. Peut-être pas assez habitué à en recevoir. Practice makes perfect, comme on dit. Et j’avais visiblement encore pas mal de chemin à parcourir pour en arriver là. Mais à deux, la route paraissait moins longue, plus simple, et plus plaisante. « Fais l’innocent ! Tu sais très bien que j’peux pas résister. C’est injuste. » « Je sais. Mais qui a dit que quoi que ce soit dans la vie était juste? » répliquais-je dans un petit sourire malicieux. Je savais que mon regard avait un effet particulier sur les autres. Pupilles intenses, perçantes, intimidantes. Atout qui me menait, la plupart du temps, à ce que je voulais. Et bien évidemment, ça marchait encore mieux avec Rowen. Alors oui, ça n’était peut-être pas très juste de ma part, mais ce n’était pas non plus comme si j’essayais de la manipuler dans quelque chose de vraiment important, voire illégal. J’avais mes limites, quand même. Surtout quand il s’agissait d’elle. Elle vint se placer derrière moi, ses mains froides voguant sur ma peau nue. « Tant pis, vengeance pour m’avoir fait craquer. » Un doux sourire s’empara de mes fines lèvres. « Tu sais très bien que le froid ne me dérange pas… » Au contraire, il me faisait plutôt frissoner de plaisir, en ce moment-même. Mais il fallait que je reste passif. Elle comptait garder le contrôle de la situation, du moins jusqu’à ce que je craque et que mon côté maniaque du contrôle reprenne le dessus. Mais qu’est-ce qu’elle entendait par craquer? Déjà là, alors qu’elle avait juste passé ses mains sur mes épaules et posé ses lèvres dans mon cou, j’avais envie de reprendre les rênes. « Tu sais que céder à ton petit démon et m’asseoir sur la table, tu peux le faire tous les jours de la semaine ? » Je manifestais un petit hochement de tête, lui accordant cette vérité. « Je sais que c’est un challenge. Mais un challenge pour ton plaisir. » Je laissais ma tête retomber en arrière. « Argh, la torture, ça fait aussi parti de ton plan pour ce soir? » Mais très bien, si c’était ce qui lui faisait plaisir, je la laisserais prendre le contrôle. Même si le mot avait eu du mal à sortir de ma bouche. « T’étouffes pas, amour. » Je roulais les yeux en riant quelque peu à son sarcasme. Elle prit ma main et je me levais, me laissant guider par ses pas. Ses mains sur ma nuque, elle m’entrainait jusqu’à la chambre, qui avait pris l’habitude de nous voir l’un contre l’autre. « Mais… Tant que tu me laisses faire, pendant au moins un moment… J’dirais que t’as relevé le challenge. Et ensuite… tu pourras faire ce que tu veux. » Un sourire en coin étirait mes lèvres. « Très bien. Je dois aussi t’appeler Madame? » ajoutais-je, plutôt ironique qu’autre chose. Elle fit demi-tour, perchée sur ses hauts talons. « tu peux me la détacher s’il te plait ? » « Avec plaisir. » Elle dégage ses cheveux, et mes doigts s’occupent des quelques mèches restantes, avant de dézipper sa robe pour qu’elle la retire, dévoilant une lingerie noire et fine — très fine. « Wow. » C’était tout ce que j’avais trouvé à dire. Et tout ce que j’avais eu le temps de dire, puisque ses doigts à elle s’attaquaient déjà à la fermeture de mon jean. Ses lèvres se posent sur mon torse, alors que l’une de mes mains se loge dans le creux de son dos pour la rapprocher un peu plus de moi. Sauf qu’elle entame un mouvement inverse, prouvant qu’elle comptait bien garder le contrôle comme elle l’avait prévu. Elle me poussait jusqu’au lit avant de venir se placer à califourchon sur moi. « Je t’ai pas dit que c’était moi ton véritable cadeau d’anniversaire ? » « Tout ce que j’aurais pu espérer. » répliquais-je avant qu’elle ne me fasse taire d’un baiser passionné, langoureux à souhait. Mes mains glissaient le long de son dos pour rapidement se retrouver sur ses fesses, puis sur ses cuisses — des caresses douces mais pourtant impatientes. Il fallait vraiment qu’elle trouve un moyen pour me contenir, car c’était déjà une torture de ne pas pouvoir lui retirer le peu de tissu qui lui restait sur le dos.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 7 Mai - 13:38




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Sam 13 Mai - 15:04



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
 
keep fallin' for you | roweven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn-