Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 keep fallin' for you | roweven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 14 Mai - 20:18




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 21 Mai - 21:50

Finalement, cet anniversaire n’était pas si horrible que ça. J’avais Rowen pour moi, et c’était tout ce que j’aurais pu souhaiter. Même si, d’un regard extérieur maintenant, je me disais que j’avais peut-être gâché son plan de soirée. J’avais sauté le repas et ignoré son tas de desserts. D’accord, ils étaient toujours là, mais peut-être qu’elle aurait préféré faire ça dans les règles de l’art. Quoi qu’il en soit, j’étais un peu désolé. Du coup, après quelques secondes de répis, je lui proposais d’aller le manger, ce dessert. Ou plutôt d’essayer de gouter un peu de tout. Je l’embrassais rapidement avant de me lever et d’enfiler un sous-vêtement, et je l’entendais déjà soupirer, ce qui m’arracha un léger rire. La nuit était loin d’être finie, il ne fallait pas qu’elle s’inquiète pour ça. « J’espère bien. En réalité, j’espérais que tu ne dormes pas de la nuit. » « Je ne te promets pas que je n’aurais pas besoin de pauses, mais à part ça… Avec grand plaisir. » Je lui adressais un regard significateur, le sourire aux lèvres. « Du coup… Faudrait pas que tu manges trop. Tu seras plus capable de rien après… » Je riais quelque peu. « Au contraire. Il me faut de l’énergie si tu espères me garder debout jusqu’au petit matin. » Elle enfilait à son tour ses sous-vêtements puis un t-shirt à moi par dessus, avant de me sauter sur le dos, ses bras accrochés à mon cou et ses jambes autour de ma taille. « Désolée. J’arrive pas à rester loin. » « Je parie que toi non plus, t’es pas vraiment désolée. » Référence à la phrase qu’elle m’avait adressé un peu plus tôt pendant nos ébats, à juste titre. « Where to, Miss? » demandais-je d’un air devenu bien trop célèbre. « Hop, dans la cuisine. » Je feins une petite grimace, sans vraiment être sûr qu’elle le verrait puisqu’elle était perchée sur mon dos. « Beaucoup moins romantique que ‘to the stars’, mais ça me va entièrement. » Je me dirigeais donc vers la cuisine. Elle n’avait même pas posé les pieds par terre qu’elle avait déjà attrapé une boite remplie de cookies. La patience n’était vraiment pas son fort. Elle sortit un gâteau de la boite pour me le placer devant la bouche. « Goute ça. Pas le droit de dire que c’est foiré. Je l’ai fait avec amour. Enfin ça se trouve… C’est l’un de ceux fait par Dylan. » Je riais quelque peu. « J’ai confiance. J’espère que j’ai raison… » Je feins une petite moue apreuré, avant d’ouvrir la bouche pour attraper le cookie qu’elle me tendait. « Tu me le dirais si je t’étouffais ? » J’avalais mon morceau de gâteau. « Je pense que tu t’en rendrais compte par toi-même si je m’étouffais. Enfin, j’espère. D’ailleurs, ils sont très bons ces cookies. Est-ce qu’on peut rater des cookies? » Dans ma tête, non. Mais je n’avais jamais essayé d’en faire non plus. Je la posais par terre avant de me tourner vers elle. Vu sa tête, j’avais dit — ou pas dit — quelque chose qui ne fallait pas. De ce fait, comme à mon habitude dans une telle situation, je repassais la scène qui venait de se produire plusieurs fois dans ma tête, pour essayer de comprendre ce qui manquait. « Quand tu parlais d’étouffement, tu disais pas ça de façon littérale, en fait… » Hm, je me sentais un peu idiot tout à coup. Je me raclais légèrement la gorge. « Ben non, tu m’étouffes pas. Je te le dirais si c’était le cas, tu me connais, je mâche pas mes mots. C’est vrai que je suis encore en train de m’habituer à tous ces contacts, à tout ça en général, mais c’est pas pour autant que c’est déplaisant. » Est-ce que ça lui allait comme réponse? Je n’avais pas répondu en fonction d’elle, j’avais été honnête, mais j’avais quand même choisi mes mots avec soin, pour ne pas la blesser inintentionnellement ou quoi que ce soit d’autre, à cause de ma maladresse langagière.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Mer 24 Mai - 19:09

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je ne te promets pas que je n’aurais pas besoin de pauses, mais à part ça… Avec grand plaisir. » Ce regard qu’il te lance, tu l’apprécies grandement, comme une promesse de ce qu’il vous attend pour le reste de la nuit.  « Au contraire. Il me faut de l’énergie si tu espères me garder debout jusqu’au petit matin. » Ton sourire s’agrandit un peu plus, alors que tu te retiens de ne pas revenir entre ses bras. « T’auras le droit de dormir un peu… Juste un peu. Comme ça, j’aurais le plaisir de te réveiller en douceur. »
A peine habillée –quoique, vaguement habillée- que tu reviens à la charge, sautant sur le dos de ton petit-ami. Plus qu’une envie, c’est un besoin. De toujours le toucher, de l’avoir contre toi, peu importe pour quoi. « Je parie que toi non plus, t’es pas vraiment désolée. » « Pas le moins du monde. » réponds tu en déposant un baiser sur son épaule. « Where to, Miss? » Sur le moment, tu fais même pas gaffe. C’est l’appel des gourmandises que t’as cuisiné cet après-midi qui te guide, ton cerveau oublie de se mettre en marche, quitte à oublier les répliques de films les plus célèbres. A la place des étoiles, direction la cuisine. Par contre, le jour où on trouve de la bouffe au milieu du ciel, il pourra être sûr que tu lui sortiras la réplique de film la plus romantique qui soit. « Beaucoup moins romantique que ‘to the stars’, mais ça me va entièrement. » « Tu me caches des choses Even ? Fan de Titanic ? Quand j’te dis que tu caches bien ton jeu… » laches-tu avec un sourire amusé qu’il devine sans doute, même s’il ne le voit pas. Tu déposes alors un baiser dans son cou, pendant qu’il t’amène jusque dans la cuisine où t’attrapes –toujours de ton perchoir- l’un des cookies, pur venir lui mettre devant la bouche. Tu dois le reconnaitre, t’as une légère appréhension quant à la réussite des cookies. Bon, tu peux toujours mettre ça sur le dos de Dylan, mais c’est l’intention qui compte, non ? Du moins, c’est ce qu’on dit. « J’ai confiance. J’espère que j’ai raison… » Ton sourire s’élargit, amusée par sa réflexion et son pseudo doute. Alors qu’il met le cookie dans sa bouche, toi, t’as un doute sur autre chose. La peur d’être trop envahissante, de l’étouffer, et sans doute qu’il ait peur de te le dire, même si Even passe rarement par quatre chemins pour dire les choses. Seulement voilà… T’es chez lui la plupart du temps, en tout cas dès que t’as du temps libre, t’es incapable de ne pas le toucher –ce qui est un comble chez toi- alors que tu sais que ce n’est pas son truc, et puis… T’as encore peur que ces quelques mots que tu lui as dit au Spring Break, ça soit le truc de trop. Il t’a rassuré, mais tu restes effrayé que ça soit le genre de chose qui finisse par l’étouffer. Comme une promesse silencieuse que tu ui avais faite, une promesse qu’il ne pouvait pas faire en retour. Tu restes effrayée de le voir s’éloigner parce que tout ça, tout ce que toi-même tu ne contrôles pas, le fasse fuir. Parce que tu contrôles rien. Malgré tes précédentes relations, tout ça, c’est nouveau. Les sentiments, mais surtout leur intensité. Tu te laisses juste submergée. T’as arrêté d’essayer de contrôler quoique ce soit, ou de tenter de comprendre. De toute façon, l’amour, ça rime à pas grand-chose. C’est juste là, ça se pointe, et ça s’intensifie. En tout cas, pour toi, c’est comme ça. Et t’as peur que cette déferlante, c’est lui que ça finisse par noyer. Mais Even, il pense que tu lui parles de tes gâteaux, et tu peux pas t’empêcher de sourire. Il est unique, y’a pas à dire. De nouveau à terre, ton sourire s’efface petit à petit en voyant qu’il ne comprend vraiment pas où tu veux en venir. Remarque, t’aurais peut-être dû être plus clair… C’est vrai que lui parler d’étouffement au moment où il est englouti un gâteau, ça peut prêter à confusion. « Quand tu parlais d’étouffement, tu disais pas ça de façon littérale, en fait… » Tu fais non de la tête, sans dire un mot de plus alors qu’il se racle la gorge. « Ben non, tu m’étouffes pas. Je te le dirais si c’était le cas, tu me connais, je mâche pas mes mots. C’est vrai que je suis encore en train de m’habituer à tous ces contacts, à tout ça en général, mais c’est pas pour autant que c’est déplaisant. » Tu sais que c’est pas dans ses habitudes de macher, mais peut-être qu’il pourrait avoir peur de te blesser. « Je sais mais… ‘fin j’sais pas. Ca pourrait peut-être être… trop. Trop vite. » entre ta déclaration et ton besoin incessant de vouloir être avec lui, d’avoir besoin de le toucher, ou de sentir ses caresses. « J’voulais savoir… J’ai pas envie de t’étouffer. J'réfléchis pas trop... j'me laisse juste aller » dis-tu, en référence à toutes ces espèces de pulsion, ce besoin d'être avec lui, te touchant la nuque avant de remettre une de tes mèches de cheveux derrière l’oreille, pas forcément très à l’aise avec cette discussion que t’as amené. Au final, ton manque de confiance ne te quitte jamais vraiment.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 29 Mai - 22:31

« Tu me caches des choses Even ? Fan de Titanic ? Quand j’te dis que tu caches bien ton jeu… » Je ne pouvais m’empêcher de lâcher un petit rire. J’aurais du m’en douter, qu’elle me fasse ce genre de remarque suite à la phrase plus que culte que je lui avais sorti trente secondes auparavant. « Je suis un grand mystère, même encore pour toi. » répliquais-je dans un fin sourire. Même si Rowen était celle qui me connaissait le mieux, il y avait — et aurait toujours, je pense — certaines choses qu’elle ignorait à propos de ma personne, de ma vie, de mon passé. Il y aurait toujours une part d’ombre à propos de moi, un côté sombre que je cachais face à tout le monde, et la plupart du temps face à moi-même également. J’avalais un de ses cookies qu’elle me tendait gentiment du haut de son perchoir humain. Elle s’inquiétait de mon étouffement, alors je lui répondais naturellement que si j’étais en train de m’étouffer, elle s’en rendrait compte par elle-même, je n’aurais pas besoin de lui dire. Je ne pourrais même sûrement pas lui dire, si je m’étouffais. Mais à la vue de son regard et de son sourire qui dégageait de l’empathie, j’en déduisais que ce n’était pas la réponse qu’elle attendait. Alors je réfléchissais, je me creusais la tête pour savoir ce que j’avais encore fait de travers. Les relations humaines n’étaient franchement pas évidentes. Une vraie prise de tête. Je supposais finalement qu’elle n’avait pas parlé d’étouffement dans le sens littéral de la chose. En même temps, le contexte portait à confusion… Ce n’était pas entièrement de ma faute. Mais du coup, une question plus grave se posait : elle s’inquiétait du fait qu’elle pouvait m’étouffer, symboliquement parlant, en étant trop présente, trop tactile, trop… trop. Je me raclais la gorge, cherchant mes mots pour ne rien dire de façon trop abrupte, ou que les mots ne sortent pas comme je les concevais dans mon esprit. Alors non, elle ne m’étouffait pas. Mais je n’allais pas nier que tout ça restait très nouveau pour moi, très inhabituel. Tous ces contacts, le fait de partager ma vie avec quelqu’un, de ne plus avoir qu’à moi à penser. Mais ce n’était pas pour autant que c’était désagréable. C’était juste de nouvelles habitudes à prendre, une nouvelle façon de vivre. « Je sais mais… ‘fin j’sais pas. Ca pourrait peut-être être… trop. Trop vite. » Trop vite? « Oui, enfin, on va pas se marier non plus. » J’arquais un sourcil après une courte pause. « Tu veux te marier? » C’était peut-être ça qu’elle entendait par là. « Enfin, je suis pas en train de te demander de m’épouser, loin de là — pas loin de là, c’est pas ce que je voulais dire, c’est juste que… C’est ça que tu veux? » Je préférais me taire, au final. Qu’est-ce que j’en savais? Les femmes étaient réputées pour être des êtres compliqués. Peut-être que sa question était une indirecte, peut-être qu’elle cachait quelque chose d’implicite. Ou peut-être pas. D'un certain point de vue, j'espérais que ce ne soit pas le cas. Je tenais énormément à elle, mais... Pas maintenant. C'était bien trop tôt. Bien trop rapide. « J’voulais savoir… J’ai pas envie de t’étouffer. J'réfléchis pas trop... j'me laisse juste aller. » « C’est bien. Tant mieux. C’est comme ça que ça devrait être, non? Et puis, il faut qu’on soit honnête envers l’autre, c’est tout ce qui importe, c’est ce qui fera en sorte que ça marche. » Je suppose. Encore une fois, tout ceci n’était pas ma spécialité, loin de là. En parlant d’honnêteté… « Dis… Pourquoi tu m’as caché le fait que ta soeur soit… plus là? » Difficile à aborder subtilement comme sujet. Mais j’avais besoin de demander. Pourquoi m’aurait-elle tenu à l’écart d’une chose aussi importante?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Mer 31 Mai - 22:37

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je suis un grand mystère, même encore pour toi. » « Plus pour longtemps. » répliques-tu avec un sourire sur le coin des lèvres. Tu sais que plus le temps va passer, mieux tu le connaitras, mais tu doutes qu’un jour tu puisses parfaitement connaitre Even, ou le moindre de ses secrets. C’est sans aucun doute la personne la plus mystérieuse qu’il t’ait été donnée de rencontrer. Et même si tout le monde a besoin d’un jardin secret, t’espères encore en apprendre un peu plus.
Un seul mot mal compris en matière d’étouffement, et voilà que la conversation prenait une tournure complètement étrange.  « Oui, enfin, on va pas se marier non plus. » Tu hausses un sourcil, et lui, il fait une pause, prit d’un léger doute. « Tu veux te marier?  Enfin, je suis pas en train de te demander de m’épouser, loin de là — pas loin de là, c’est pas ce que je voulais dire, c’est juste que… C’est ça que tu veux? » Tu te pinces les lèvres, pour ne pas éclater de rire face à ses mots qui s’emmêlent. Si t’aurais pu te vexer face à certaines paroles, tu t’en amusais surtout. Even et sa légendaire maladresse. Oui, à tes yeux, elle est devenue légendaire. Les mots sortent de travers, d’une manière un peu douteuse, il s’en rend compte, et en essayant de se rattraper, ça ne fait qu’empirer les choses, mais d’une manière horriblement craquante. Du moins, pour cette fois.  Tu te rapproches légèrement, te hissant sur la pointe des pieds, en prenant son visage entre tes mains. « Oui, j’ai peur que ça aille trop vite pour toi ou que mes sentiments soient trop… intenses, mais t’en fais pas, j’ai pas envie de me marier. Pas maintenant. » laches-tu en rigolant mais tout de même sérieuse sur le sujet, histoire de le rassurer et qu’il ne se fasse pas des nœuds au cerveau. Qui sait, peut-être que ça finira par arriver. Mais pour le moment, même avec tout l’amour que tu lui portes, tu ne te vois pas te marier. Tu préfères continuer de voir comment ça évolue entre vous, et puis… T’es bien la seule pour le moment à lui avoir dit que tu l’aimais. Alors te marier avec quelqu’un qui n’est pas encore prêt à te l’avouer ça te semblerait légèrement étrange. Tu déposes plusieurs baisers rapides sur ses lèvres, toujours avec tes mains sur ses joues. « Mais j’vais essayer de pas me vexer que tu te veuilles pas te marier. » rajoutes-tu par le taquiner une dernière fois avant de le lacher, comme pour illustrer tes propos, lorsque tu lui dis que tu ne veux pas l’étouffer. Tu sais jamais si ça va être le geste de trop, celui qui lui fera penser que c’est trop pour lui. « C’est bien. Tant mieux. C’est comme ça que ça devrait être, non? Et puis, il faut qu’on soit honnête envers l’autre, c’est tout ce qui importe, c’est ce qui fera en sorte que ça marche. » Ca te rassure ce qu’il dit. Ca te prouve qu’il se sent bien quand même, malgré ta peur que ça ne soit trop pour lui. S’il veut que tu continues, c’est bon signe, non ? « Je crois oui. » Même si t’es pas censée réfléchir, tu veux pas que lui, ça lui fasse trop d’un coup. « Dis… Pourquoi tu m’as caché le fait que ta soeur soit… plus là? » Ca tu l’as pas vu venir, alors comme une réaction naturelle, sous le coup d’une surprise peu agréable, tu te figes, et ton sourire s’estompe. Tu continues de fixer Even, comme si t’essayais de comprendre le sens de ses mots, comme si t’étais pas sûre d’en avoir compris le sens. Tu sens ton cœur battre plus fort, trop fort, trop rapidement. C’est que t’aurais presque la nausée, et t’as un mouvement de recul. « tu voulais que j’te le dise comment ? A nos premières sorties ? » demandes-tu, la gorge nouée. Tu détournes le regard en soupirant, pas contre lui, mais contre cette situation et ce deuil que tu ne sais pas franchement comment gérer parce que t’as préféré l’enfouir que l’affronter. Le décès d’une sœur jumelle que t’as à peine connue. « C’est peut-être pas très sympa mais au bout d’un moment… je sais pas... J’me suis juste prise dans notre relation… j’me voyais pas balancer ça quand je l’ai appris. Et après… J’en sais rien. On était juste trop bien pour que je plombe tout avec ça. » Tu croises les bras sur ta poitrine, signe apparent que tu ne te sens pas à très à l’aise sur le sujet, comme un besoin de te protéger, pourtant tu sais que c’est complètement ridicule face à Even, parce que tes barrières, il les fait tomber une à une. « J’sais même pas quoi dire. J’suis même pas sure d’avoir le droit d’être triste. C’est pas comme si on se connaissait vraiment… J’sais même pas si elle voulait vraiment d’une jumelle. C’est complètement ridicule. » Tu te sens bête de ressentir autant de choses contradictoires vis-à-vis de ta sœur jumelle. Mais ce qui te rend le plus triste, c’était qu’elle était le seul moyen d’en savoir un peu plus, peut-être même de mieux te connaitre toi-même… Et qu’elle était perdue, à jamais. T’avais l’impression d’avoir perdue une partie de ton identité. Une identité qui te serait méconnue pour le reste de ta vie. « J’voulais pas te tenir à l’écart, Even. » avoues-tu la voix un peu triste. Tu sais seulement pas comment gérer ça.






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 4 Juin - 14:22

Ça faisait un petit moment maintenant que Rowen et moi étions ensemble. On pensait tous deux en connaître long sur l’autre, mais était-ce réellement le cas? Pour ma part, je savais que je gardais beaucoup de choses pour moi, qu’il y avait des tas d’informations sur moi, sur ma vie, qu’elle ne savait pas — et peut-être était-ce mieux ainsi. Mais ça ne m’empêchait pas pour autant de me poser des questions sur ce qu’elle me cachait elle, de son côté. Peut-être pas volontairement. Sûrement sans mauvaises intentions. Mais j’étais sûr et certain d’être encore loin de la connaître. Elle, et ses sentiments. Les miens aussi d’ailleurs, m’étaient assez étrangers. C’est pour ça que plus je parlais, plus je m’emmêlais les pinceaux. Je n’avais pas l’habitude de ne pas avoir l’avantage face à l’autre. Mais face à Rowen, niveau relations, sentiments et tout le tralala, je perdais grandement. Alors j’étais facilement destabilisé. Et ça se voyait, ça s’entendait dans mes mots, mes phrases, et comment j’essayais de les rattraper en faisant pire que mieux quand elles dégringolaient. Rowen, elle, se moque gentiment, s’approche de moi pour prendre mon visage entre ses petites mains d’enfant, avant de me rassurer. « Oui, j’ai peur que ça aille trop vite pour toi ou que mes sentiments soient trop… intenses, mais t’en fais pas, j’ai pas envie de me marier. Pas maintenant. » Pas maintenant, ça voulait dire quand même un jour, pensais-je alors que ses lèvres se posaient plusieurs fois sur les miennes de façon furtive. « Mais j’vais essayer de pas me vexer que tu te veuilles pas te marier. » Et elle me lâchait en reculant de quelques pas. « C’est pas que je veux pas, en fait. C’est juste que… j’me suis jamais imaginé marié. Ni même en couple, pour être honnête. » Mais cette dernière partie, elle le savait déjà. Je m’étais imaginé seul dans mon atelier jusqu’à la fin de mes jours. Peut-être que le chaton qui ronronnait non loin de là, sur le sofa, j’aurais pu l’imaginer. Mais pas de Rowen. Pas de mariage, pas de Saint-Valentin, pas d’anniversaires à célébrer. Rien de tout ça avait été prévu dans ma tête. Ça m’était juste tombé dessus, du jour au lendemain. Mais au moins, on était honnête envers l’autre sur nos sentiments. Et j’assumais que c’était de cette façon qu’une relation devait se gérer. Après tout, je n’en savais rien. Mais cette idée d’honnêteté amenait une question nouvelle. J’avais appris par Alix que sa soeur jumelle était décédée depuis quelques mois maintenant. En revanche, Rowen ne m’en avait pas touché un seul mot. Le pourquoi était la vraie question ici. Son sourire s’effaçait rapidement, et elle fit même un pas en arrière, comme si c’était elle qui avait besoin d’espace pour mieux respirer. « Tu voulais que j’te le dise comment ? A nos premières sorties ? » Elle était un peu trop sèche. Peut-être que je n’avais pas non plus été délicat dans ma question. Trop imprévu. Elle finit par soupirer et baisser les yeux, jusqu’alors plantés dans les miens. « C’est peut-être pas très sympa mais au bout d’un moment… je sais pas... J’me suis juste prise dans notre relation… j’me voyais pas balancer ça quand je l’ai appris. Et après… J’en sais rien. On était juste trop bien pour que je plombe tout avec ça. » Je secouais la tête à ses dires, alors qu’elle croisait les bras sur sa poitrine. « Tu croyais vraiment qu’un deuil allait ruiner notre relation? Rowen, je pense que toi et moi, on côtoie sans cesse le deuil. C’est triste à dire mais c’est la vérité. Ça fait parti de ta vie, de la mienne également, et si on est ensemble, c’est pas pour fuir à la première complication. Corrige-moi si je me trompe mais, une relation n’est jamais toute rose. Encore heureux, sinon, comment on saurait si elle était vraiment résistante aux épreuves, aux obstacles? » Wow, ça faisait beaucoup de mots d’un coup là. Je passais ma langue sur mes lèvres. « J’sais même pas quoi dire. J’suis même pas sure d’avoir le droit d’être triste. C’est pas comme si on se connaissait vraiment… J’sais même pas si elle voulait vraiment d’une jumelle. C’est complètement ridicule. » Je fis un pas vers elle pour réduire la distance qu’elle avait installé précédemment, sans pour autant trop m’approcher pour lui laisser de l’espace. « T’as le droit d’être triste. C’était ta soeur, après tout. Connue ou pas, proche ou pas, ça reste la famille. » Même si j’étais mal placé pour dire ça, puisque la mort de mon père ne m’avait pas rendu triste du tout. Au contraire. « T’as perdu quelqu’un, et même si ce n’était pas quelqu’un de proche, t’as le droit d’être en deuil. Tu devrais pas refouler tout ça. » Parce que, ça, j’étais bien placé pour lui dire : tout garder à l’intérieur n’était jamais bon. « J’voulais pas te tenir à l’écart, Even. » Je secouais une nouvelle fois la tête, m’approchant cette fois franchement d’elle pour venir la câler dans mes bras, une main s’emmêlant dans ses cheveux. « C’est pas l’impression que j’ai eu. C’est pas ce que je voulais te faire ressentir. T’as le droit d’avoir tes secrets, c’est pas ça le problème. C’est juste que je voulais m’assurer que tu ailles bien. Et que si ce n’était pas le cas, te prouver que j’étais là. J’serai toujours là. » concluais-je finalement. C’était comme ça que ça marchait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 5 Juin - 18:54

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« C’est pas que je veux pas, en fait. C’est juste que… j’me suis jamais imaginé marié. Ni même en couple, pour être honnête. » Tu ne pouvais t’empêcher de te demander s’il était contre le mariage, même si tu ne tenais pas spécialement à te répondre la tête à propos de ça. T’avais jamais franchement envisagé la question. Avant Even, t’avais déjà tellement de mal à réellement faire confiance à quelqu’un que t’imaginer marier relevait plus d’un fantasme que d’un réel plan d’avenir. « Et bin… Désolée de défier tes plans, mais t’es en couple amour. Qui sait, peut-être que le reste viendra. » laches-tu avec un léger rire avant de secouer la tête. Manquerait plus qu’il flippe à cause de ce que tu dis. « Mais stresse pas… J’ai pas l’intention de me marier. Maintenant, certainement pas. Plus tard, j’y suis pas fermée, j’y ai juste pas pensé. Mais panique pas à cause de ça, d’accord ? » Au final, il s’était juste un peu embrouillé dans ses explications, et peut-être qu’il avait mal interprété tes mots, tu ne voulais pas qu’il s’imagine que tu faisais des plans aussi loin. Ou même que tu prévoyais tout de A à Z. Tout ce que tu savais pour sûre, c’est que tu voulais construire quelque chose de sérieux avec Even, sans aller trop vite, mariage ou non dans l’avenir.
Ce que tu n’avais pas non plus vu venir en plus de cette discussion improvisée sur le mariage, c’était sa question sur Alexa. Ou plutôt sur son décès. Non pas que tu l’avais oublié –loin de là- mais tu l’avais mis dans un coin de ta tête. Assez loin pour ne pas y penser tous les jours et être triste dès qu’un truc te ferait penser à elle. Avant même que t’aies réfléchi, les mots fusent. Trop vite. Trop sèchement. Cette manière de les sortir qui ressemble à la Rowen d’avant Even. Celle qui ne supportait pas les questions sur sa vie privée. Comme un vieux réflexe. Alors que tu sais que c'est Even, et que tu lui fais confiance. « Tu croyais vraiment qu’un deuil allait ruiner notre relation? Rowen, je pense que toi et moi, on côtoie sans cesse le deuil. C’est triste à dire mais c’est la vérité. Ça fait parti de ta vie, de la mienne également, et si on est ensemble, c’est pas pour fuir à la première complication. Corrige-moi si je me trompe mais, une relation n’est jamais toute rose. Encore heureux, sinon, comment on saurait si elle était vraiment résistante aux épreuves, aux obstacles? » Tu le regardais avec te yeux grands ouverts, assez impressionnée –et surtout surprise- du nombre de mots qu’il venait de sortir sans faire la moindre pause. Comme quoi, il ne cessera jamais de t’étonner. « C’est pas que ça allait plomber notre relation… Mais plomber un peu l’ambiance… Et j’avais pas envie. J’avais juste envie qu’on soit bien. Justement sans ramener un deuil de plus dans nos vies. » Pour une fois, t’aurais juste voulu que ça soit un peu différent. T’aurais voulu qu’il y ait un peu de joie et de bonheur, et pas entaché par un décès qui te touche d’un peu trop près. Even réduit alors un peu l’espace que t’avais instauré, sans pour autant te toucher. Ca te fait sentir coupable d’avoir réagi comme ça, de t’être éloignée aussi brusquement. « T’as le droit d’être triste. C’était ta sœur, après tout. Connue ou pas, proche ou pas, ça reste la famille.  T’as perdu quelqu’un, et même si ce n’était pas quelqu’un de proche, t’as le droit d’être en deuil. Tu devrais pas refouler tout ça. » Tu hausses les épaules ne sachant pas quoi lui dire ou comment lui expliquer tout ce que tu ressens vis-à-vis de la situation ou vis-à-vis de ta défunte sœur jumelle. « … je voulais la connaitre. Je voulais savoir ce que ça faisait d’avoir réellement une jumelle. » dis-tu d’une petite voix avant de lui préciser que tu n’avais pas tenu à le tenir à l’écart de tout ça. Au contraire, c’est à Even que tu te confies le plus –sans compter Sharon, ou Cass à qui tu te confies à propos d’Even. Il se rapproche franchement, et cette fois, il vient te caler entre ses bras, en glissant une main dans tes cheveux. Si t’es encore un peu raide les premières secondes, t’enroules rapidement tes bras autour de son corps, en déposant tes lèvres sur son torse. Son odeur… Celle qui te fait désormais te sentir bien, celle d’être à la maison. A partir de quel moment es-tu devenue aussi dépendante d’Even ? A quel moment as-tu attends le point de non-retour ? « C’est pas l’impression que j’ai eu. C’est pas ce que je voulais te faire ressentir. T’as le droit d’avoir tes secrets, c’est pas ça le problème. C’est juste que je voulais m’assurer que tu ailles bien. Et que si ce n’était pas le cas, te prouver que j’étais là. J’serai toujours là. » « J’sais pas ce que je ferais sans toi. » laches-tu contre son torse. Tu resserres un peu plus ton étreinte, sans franchement te soucier cette fois si tu l’étouffes ou non. C’est pas avec ton petit gabarit que ça risque d’arriver. « Ca va pas, Even. Je sais pas… J’ai l’impression d’avoir perdu, tu sais, une partie de moi… Celle que je connaissais pas, et que je voulais connaitre. Elle était le seul lien avec … mes véritables origines. J’crois que j’voulais en savoir plus, apprendre à la connaitre… Et maintenant, je peux plus. » Tu recules légèrement la tête, pour pouvoir planter ton regard dans le sien. « Je sais pas comment gérer ça. »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Lun 5 Juin - 22:16

« Et bin… Désolée de défier tes plans, mais t’es en couple amour. Qui sait, peut-être que le reste viendra. » Qui sait, en effet… Certainement pas moi. Si ma mère avait été encore là, elle m’aurait sûrement dit que Freya, la déesse de l’amour, avait déjà tout planifié pour moi et que rien de tout ça n’était dû au hasard. Chose à laquelle je répondrais par un sourire amusé agrémenté d’un roulement d’yeux. Je n’avais jamais été croyant, contrairement à mes parents. Eux ne s’empêchaient de penser à Thor quand l’orage rugissait dans les rues de Bergen, ou à Odin quand quelque chose de bien ou de mal nous arrivait. C’est le destin, m’aurait-dit ma mère. Je me contentais de rire légèrement. J’avais pour croyance générale que personne ne décidait pour moi. Ni de mon destin, ni de la notion de bien ou de mal. Les dieux n’existaient pas, sinon ils seraient justes, et ils ne l’étaient pas. Ma mère avait perdu la vie dans un stupide accident de voiture. Ils n’étaient pas justes. « Mais stresse pas… J’ai pas l’intention de me marier. Maintenant, certainement pas. Plus tard, j’y suis pas fermée, j’y ai juste pas pensé. Mais panique pas à cause de ça, d’accord ? » Je reportais mon attention sur elle, secouant la tête. « Je panique pas. J’avais juste l’esprit… ailleurs. T’en fais pas. » Je le pensais. Elle n’avait pas à s’inquiéter. De toute façon, on en était loin pour l’instant.
Penser à la perte de ma mère me rappelait ce qu’elle avait elle aussi perdu, et de façon plus récente en plus. Sa soeur jumelle. Perte qu’elle ne m’avait jamais évoquée. Alors, je décidais de faire le premier pas et de la confronter. Ce à quoi elle répondait qu’elle n’aurait pas su comment me le dire, ni quand. Mais le deuil faisait parti de notre vie, à tous les deux, malheureusement. Justement, j’étais là pour elle. Elle n’avait pas besoin de me tenir à l’écart. « C’est pas que ça allait plomber notre relation… Mais plomber un peu l’ambiance… Et j’avais pas envie. J’avais juste envie qu’on soit bien. Justement sans ramener un deuil de plus dans nos vies. » Je m’approche un peu d’elle suite à ses mots. J’étais attristé. Pour elle. De tous ces deuils. Pas pour moi. Mais elle était une vraie lumière dans ma vie, et je n’arrivais pas à me faire à l’idée que le malheur puisse la toucher. Encore une preuve que les dieux n’existaient pas. Mais même si ce n’était pas juste, elle avait le droit d’être triste. Elle avait le droit — et c’était d’ailleurs fortement conseillé — de faire son deuil comme il se doit. « … je voulais la connaitre. Je voulais savoir ce que ça faisait d’avoir réellement une jumelle. » J’hochais la tête en silence. Ce n’était pas une phrase qui attendait une réelle réponse. Je m’approchais d’elle, encore un peu plus, avant de la prendre contre moi pour l’étreindre doucement. Un geste qui se voulait confortant, même si ce n’était pas vraiment mon fort. Je n’essayais pas de lui reprocher sa confidence — elle avait le droit d’avoir ses secrets, moi aussi j’en avais. Je voulais juste savoir si elle allait bien. Ce qui n’était apparemment pas le cas. Mais ce n’était pas grave. J’étais là, moi. J’étais là pour elle, et je le serai pendant encore longtemps. « J’sais pas ce que je ferais sans toi. » Ses petits bras se resserrent quelque peu autour de moi, alors que mes doigts caressent ses cheveux. « Ca va pas, Even. Je sais pas… J’ai l’impression d’avoir perdu, tu sais, une partie de moi… Celle que je connaissais pas, et que je voulais connaitre. Elle était le seul lien avec … mes véritables origines. J’crois que j’voulais en savoir plus, apprendre à la connaitre… Et maintenant, je peux plus. Je sais pas comment gérer ça. » dit-elle, un pas de recul, les yeux plantés dans les miens. « Je sais. » fut la première réponse que je pus lui donner. Je suppose que je réfléchissais à ce que je pouvais lui dire. À ne pas sortir les mauvais mots dans une telle situation. Je soupirais finalement, me résignant à cette idée. « Écoute… Je vais pas te dire que je comprends ce que tu ressens parce que ça serait mentir. Tout ce que je peux te dire, c’est que… Elle est pas totalement partie. » Je fis une petite pause. Peut-être pour que je me prépare à parler. À évoquer des souvenirs douloureux. « Quand ma mère a eu son accident… J’étais dévasté. T’imagines même pas à quel point. Mais je me suis vite rendu compte que, même si elle n’était pas là pour m’ouvrir la porte d’entrée quand je rentrais de l’école, pour me préparer mon repas du midi, pour me faire un câlin le soir et me raconter ses histoires sur nos dieux nordiques, même si elle n’était pas là physiquement parlant, j’avais toujours ces souvenirs, aussi vifs que s’ils se passaient encore. Inoubliable. Ta soeur… Elle n’est pas complètement partie. Elle continue à vivre. À travers toi. À travers tes souvenirs. Même si tu n’en as pas beaucoup car tu ne la connaissais pas tant que ça, tu peux toujours imaginer ce que ta vie aurait été si tu l’avais connue. Les souvenirs heureux que vous auriez partagé. Et ça se trouve, ça n’aurait pas du tout été comme ça. Mais peut-être que si. Tu n’en sauras rien. Mais ça ne t’empêche pas d’imaginer. » En tant qu’artiste, l’imagination était primordiale. Peu importe la réalité, la vérité. L’imagination, c’était le jardin secret, le paradis de chacun. Là où tout et rien pouvait arriver. « Ça t’aide sûrement pas, et j’en suis sincèrement désolé, mais tu sais bien que rendre les gens heureux, c’est pas vraiment mon fort. » Je lui adressais un mince sourire d’excuse, qui se voulait quand même réconfortant. Un sourire qui disait ‘au moins, j'ai essayé’.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 11 Juin - 1:23

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
T’aurais dû te douter que le décès allait finir par surgir, que tu ne pourrais pas simplement, le mettre dans un coin de ta tête pour l’évoquer au moment qui te semblerait le plus propice. Et maintenant que c’était Even qui en parlait, tu t’en voulais de ne pas l’avoir fait toi-même. Tu ne voulais pas qu’il pense que tu lui avais volontairement caché cette information. Mais aux moments des faits, vous deux, c’était tellement récent, et tu te sentais tellement bien avec ui, malgré cette tragédie, que tu n’avais pas voulu changer quoique ce soit. Alors qu’il s’approche, tu te détends légèrement, soulagée de voir qu’il ne l’a pas mal pris. D’une certaine manière, peut-être un peu égoïste, t’avais voulu vous préserver tous les deux. En en apprenant plus sur Even, t’avais pas voulu que lui aussi soit replongé dans des souvenirs peu plaisants. T’avais voulu rester dans votre bulle. Juste vous, isolés du reste du monde. Alors t’essaies de lui expliquer, ce que ça représente. L’espoir que t’avais avec elle, ce que ça signifiait, mais aussi ce que veut dire son décès. Une absence de réponse, d’explications. Plus rien. Désormais, tu dois rester avec tes interrogations. Tu le laisses venir à toi, et tu l’entoures de tes bras frêles, en te calant contre son torse alors que sa main se glisse dans tes cheveux. C’est là, où tu te sens le mieux, entre ses bras. C’est là, dans cet endroit où tu te sens le mieux, que tu lui avoues que t’as pas la moindre idée de comment gérer ça. La perte en elle-même, tes espoirs envolés, la frustration qui va avec. Et peut-être même la colère. « Je sais. » tu te laisses doucement bercer par sa cage thoracique, qui mnte et descends doucement, à l’image de sa respiration. « Écoute… Je vais pas te dire que je comprends ce que tu ressens parce que ça serait mentir. Tout ce que je peux te dire, c’est que… Elle est pas totalement partie. » Tu le connais déjà le refrain sur le fait qu’elle est dans ton cœur. On te l’a sorti bien trop de fois. On te l’a sorti pour ta mère. Ca n’a jamais rien atténué. Parfois, peut-être un peu, mais pas pour la majorité du temps. Avoir des souvenirs, c’est mieux que rien. Mais toi, tu l’aurais voulu vivante, et avoir le recul nécessaire d’accepter de ne te contenter que de souvenirs, t’es pas certaine de l’avoir un jour. Mais peut-être que pour Alexa, ce sera différent. Après tout, t’avais pas une relation au beau fixe avec elle, clairement pas la même qu’avec ta mère. Peut-être qu’avec le temps, t’arriveras à prendre les choses différemment. Ce qui est différent aussi, c’est la quantité de mot que ton petit ami sort. Il prend sur lui, pour t’aider, pour te réconforter, pour tenter de te montrer une nouvelle façon de voir les choses.  Even, tu l’écoutes parler. Et au fur et à mesure, y’a ta gorge qui se serre. Quand il parle de sa mère, tu peux en ressentir l’émotion, tu sais ce que ça lui coute et ce que ça lui faire. T’as aucun mal à imaginer un petit Even, un petit blondinet adorable, dingue de sa maman, ouvert aux autres et sur le monde. T’as aucun mal à imaginer un petit garçon entier, et pas brisé par la vie. T’aurais voulu le connaitre ce petit bonhomme là, même si ton Even, tu l’aimes à en crever. « Ça t’aide sûrement pas, et j’en suis sincèrement désolé, mais tu sais bien que rendre les gens heureux, c’est pas vraiment mon fort. » Tu relèves la tête, pour le regarder avec tes yeux embués à cause des larmes qui te sont montées avec tout ce qu’il vient de te dire. « T’es bête. Tu me rends heureuse. » laches-tu avec un léger sourire en essuyant tes yeux d’un revers de main. « Mais… J’aurais préféré l’avoir en vrai… Pas juste dans ma tête. J’aurais voulu que ça soit réel. » Tu peux pas inventer ce qu’elle t’aurait dit, ce qu’elle t’aurait appris de sa famille, de la famille que t’aurais pu avoir. T’aurais voulu apprendre à la connaitre, à connaitre vos différences et vos ressemblances, même si elles étaient bien cachées. Peut-être que t’aurais eu une douche froide en te rendant compte qu’elle avait tout du stéréotype d’une princesse imbue d’elle-même. Ou peut-être que t’aurais été agréablement surprise en découvrant la véritable Alexa, cachée derrière la carapace qu’elle présentait au monde. Mais désormais, tu ne pourras que te contenter d’imaginer, sans savoir si t’es proche ou non de la réalité. Et puis, à ce jeu là, à celui de l’imagination, t’es pas certaine d’être aussi qu’Even. Une nouvelle fois, tu poses tes lèvres contre son torse, et t’y déposes un baiser. « Tu sais… J’aime bien quand tu me parles… Comme ça. Même si c’est dur. » Même si ça te met les larmes aux yeux. T’as l’impression d’en apprendre un peu plus, de découvrir de nouvelles facettes, celles qu’il cache. « J'ai plombé ton anniversaire ? »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 331 messages et j'ai : 133 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Jeu 15 Juin - 14:57

D’un côté, je comprenais sa réserve à me dire la vérité, ou du moins à vouloir la dissimuler. À vouloir garder l’image d’une vie parfaite, sans problème, sans malheurs, pour une fois. Je comprenais que trop bien ce sentiment de vouloir vivre dans une sorte d’illusion heureuse, au moins une fois, pendant une certaine période. Sauf que ce n’était pas la solution. Il fallait qu’elle affronte le deuil. Cela faisait déjà quatre mois qu’elle refoulait le décès de sa soeur jumelle, et plus elle continuerait d’enfouir ce qu’elle ressentait, plus ses sentiments exploseraient de façon violente quand ils décideraient de sortir et de s’exprimer. Elle était comme un volcan inactif, tapi dans l’ombre, dans un état de somnolence, pouvant cracher ses flammes d’un jour à l’autre — même si elle ne s’en rendait pas compte. Alors j’étais là pour la guider, la remettre sur le droit chemin et lui prouver que quoi qu’il arrivait, moi, j’étais là. Qu’elle pouvait exploser, que sa douleur pouvait m’égratigner, mais que ça ne me tuerait pas. Et que donc, il fallait qu’elle s’ouvre. Qu’elle s’ouvre à moi, comme moi j’essayais de le faire, lentement mais sûrement, avec elle. Alors oui, effectivement, peut-être que mon discours sur le fait qu’elle continuait à vivre à travers elle, à travers sa mémoire et ses souvenirs, mais aussi son imagination — peut-être que c’était du vent. C’était sûrement des mots qu’elle avait déjà entendu des tas de fois, tellement de fois qu’ils ne voulaient plus rien dire. Mais je lui répèterais encore trente, soixante, cent fois s’il le fallait. Jusqu’à temps qu’elle le comprenne. Jusqu’à temps qu’elle y croit. Et pour illustrer mes propos, comme si j’essayais de lui prouver que ce que j’étais en train de lui dire n’était pas des mots tout droit sortis de la page ‘comment gérer un décès’ sur Google, je lui parlais de ma mère. Je lui donnais bien plus de détails que ce que je ne lui avais jamais dit. Je lui parlais de ma douleur. Cette douleur lancinante qui était toujours là encore seize ans après, comme au premier jour, dès que j’avais le malheur de penser à elle. Cette impression de vide constant, ce noeud à l’estomac, ce coeur serré qui me rongeait constamment, mais qui justement me poussait à me remémorer les souvenirs heureux que j’avais vécu avec elle, et à en imaginer d’autres, qui auraient pu arriver si ce foutu conducteur n’avait pas percuté ma mère. Alors, mes mots ne l’aideraient pas forcément, du moins pas dans l’immédiat, et j’en étais désolé, mais rassurer et rendre les gens heureux, ça n’était pas mon domaine. Clairement pas, puisque lorsqu’elle relevait les yeux vers moi, ils étaient emplis de larmes. « T’es bête. Tu me rends heureuse. » « Oui, je vois ça. » répondis-je, seulement à moitié ironique. Elle sourit légèrement, ce qui me rassurrait un peu. « Mais… J’aurais préféré l’avoir en vrai… Pas juste dans ma tête. J’aurais voulu que ça soit réel. » Je sais. Je savais ça, mais je ne pouvais rien y faire, et elle ne pouvait rien y faire non plus. C’était inchangeable, et elle allait devoir faire avec. Alors je restais silencieux, pendant que ses lèvres se posaient sur mon torse. « Tu sais… » Hm? Je relevais la tête vers elle. « J’aime bien quand tu me parles… Comme ça. Même si c’est dur. » Je n’ouvrais pas la bouche. Pas tout de suite. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire, pour être franc. « C’est dur, oui. » avouais-je après de longues secondes de pseudo-réflexion. « Mais ça va. » Mais je ne voulais pas avouer mes faiblesses, surtout. Elle me voyait comme quelqu’un de dur, froid et incassable, et j’aurais aimé pouvoir préserver cette image. J’aurais aimé pouvoir rester ce viking qu’elle avait rencontré la première fois. « J'ai plombé ton anniversaire ? » Je lâchais un léger rire. « Dois-je te rappeler que je ne voulais pas d’anniversaire à la base? » Et comme pour confirmer mes dires, la boule de poil blanche miaulait à mes pieds. « T’as vu, même lui il est d’accord avec moi. » Je n’avais pas Rowen de mon côté, du moins pour cette fois, alors autant m’en prendre à la pauvre petite bête innocente que j’avais récemment accueillie.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 856 messages et j'ai : 199 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz et je crédite : balaclava bb (ava)

MessageSujet: Re: keep fallin' for you | roweven   Dim 18 Juin - 22:27

KEEP FALLIN' FOR YOU
— with Even Jørgåsen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu sais pas s’il s’en rend vraiment compte. S’il se rend compte que toi, il te rend heureuse. « Oui, je vois ça. » Tes larmes, elles sont même pas à cause de lui. Pas vraiment. T’es seulement triste de ta situation, et de ce qu’il a vécu. Mais au-delà de ça, tous les jours, Even te fait sentir un peu mieux. Si on t’avait dit, il y a quelques mois encore, que c’est grâce à un mec que tu te sentirais de nouveau toi, tu n’y aurais pas cru. T’en aurais peut-être même ri. Mais si en plus de ça, on t’avait dit que ce serait avec Even, après vos premiers échanges, t’aurais cru à une mauvaise blague. Jamais u n’aurais pu imaginer que ça change à ce point, ou même pourquoi. Et maintenant tu te fous bien du pourquoi du comment. La vérité c’est que tu ne te vois plus du tout sans lui. T’as déjà dû mal à quitter l’atelier pour aller en cours, alors passer une journée sans lui, ça devient de plus en plus délicat. Mais t’ose pas non plus lui dire tout ça, t’a bien trop peur de passer pour une fille bien trop accro, trop amoureuse. Peut-être trop collante. « Je t’assure que oui. Je pensais que tu t’en étais déjà rendu compte. » Avec lui, t’es différente, plus ouverte, plus souriante. Ou tout du moins avec un sourire nettement plus sincère que celui que t’offre aux autres.
Même avec tout ce qu’il a pu te dire, t’as du mal à te dire que tout ira mieux, juste en imaginant Alexa. En imaginant tout ce que vous auriez pu faire ou comment ça aurait pu être. T’aurais voulu qu’elle soit là, en chair et en os, quitte à ce que ça se passe et que tout ne soit pas idéal. Pourtant, vu ton histoire, on aurait pu imaginer que tu préférerais te compter d’un peu de rêve et d’imaginaire plutôt que d’une possible autre catastrophe. Parce que l’une des hypothèses, c’est bien qu’Alexa aurait pu ne pas vouloir de toi. Elle aurait pu te voir comme un parasite ne pas vouloir te connaitre plus que ça. Peu importe. T’as besoin de mettre ça de côté. Trop d’émotions d’un coup. Surtout avec son récit et les paroles sur sa mère. « C’est dur, oui.  Mais ça va. » « Hm… Si tu le dis. » réponds-tu qu’à moitié convaincue. « Tu sais que tu n’as pas à toujours jouer au viking dur et fort avec moi ? » ajoutes-tu avec un léger sourire les lèvres. En fait, t’apprécies plutôt d’avoir réussir à le toucher, peut-être même à l’attendrir et un peu le faire fondre. Il te serait impossible de dire comment t’as réussi cet exploit, mais ça te plait bien. Même si tu sais que le mec que t’as vu lors de tes premières séances n’est jamais bien loin.
« Dois-je te rappeler que je ne voulais pas d’anniversaire à la base? » Et comme pour confirmer mes dires, la boule de poil blanche miaulait à mes pieds. « T’as vu, même lui il est d’accord avec moi. » tu secoues légèrement la tête en riant, et te penches pour attraper votre petit boule de poils. « J’crois pas que ça soit ça qu’il ait voulu dire. » Tu le caresses quelques instants avant de le reposer et tu reportes ton attention sur Even. « Je crois plutôt qu’il disait que cette soirée était une super initiative et qu’il fallait que tu t’y fasses. » Parce qu’il est complètement inconcevable que ça soit la seule année où vous faites quelque chose. Alors qu’il se tienne près, parce que l’an prochain, il y aura aussi une célébration. Tu sais pas encore où, ou comment, mais il y en aura bien une. Tes deux mains sur son torse, tu le pousses légèrement, jusqu’au canapé, et comme à ton habitude, tu viens t’asseoir à califourchon sur lui. Tu t’empares doucement de ses lèvres, pour l’embrasser longuement. Pas un de ces baisers pressés. Non, là, tu veux prendre ton temps. Tu veux savourer. « Si ça te dérange pas, j’aimerais qu’on reprenne la partie célébration. On a toujours un anniversaire à fêter. » Vu son sourire, tu sais qu’il est d’accord, même si tu sais très bien que la conversation sur Alexa n’est pas vraiment close, et que maintenant, peu importe ce que tu ressens, il faudra que tu lui en fasses part.

to be continued...





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Trying to find a way out of here
i've got a war in my mind ✻  Life will break you. Nobody can protect you from that, and living alone won't either, for solitude will also break you with its yearning. You have to love. You have to feel. You have to be strong.
Revenir en haut Aller en bas
 
keep fallin' for you | roweven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn-