Flashnews
La nouvelle intrigue est en place, il s'agit d'un Koh Lanta spécial étudiants VS citizens ! Vous pouvez retrouver toutes les informations ici

Vous pouvez aller voir les gagnants des awards ici et poster dans le yearbook




 
NEWSLETTER NUMÉRO 26
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 24
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 [fb] Art is a wonderful story [ft Even]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 46 messages et j'ai : 240 dollars en banque. Sinon, il paraît que : James Mcavoy et je crédite : Lux Aeterna(c)

MessageSujet: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Dim 4 Juin - 14:03


Art is a wonderful story.

- Ezio — Even -


L’art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme.
La nuit a été plutôt difficile. Entre le sommeil agité, un animal qui ne cesse de venir m'embêter sur mon lit et une soirée assez mouvementé. Quelle idée avais-je eu de sortir pendant la semaine, moi ? J'ai trente six ans, plus vingt et j'ai tendance à l'oublier, par moment.
Une simple sorti dans un bar, des amis retrouvés et me voilà à quatre pattes à passer la porte de chez moi. De quoi être plutôt mal en point le lendemain matin.
Et c'est exactement... exactement ce que je ressens à ce moment là. Debout devant le miroir de ma salle de bain, je regarde mon visage. Les dégâts que la soirée a fait sur mon visage est inconcevable. Des cernes, mes traits creusés par la fatigue. C'est souvent dans ce genre de moment que je suis heureux d'être pratiquement toujours seul dans la boutique. Personne pour juger de mon état.
Enfin, sauf le stagiaire. Even. Quelqu'un de très gentil mais d'un silence sans nom. Il faut dire que ça ne fait que quelques jours qu'il travaille avec moi. Silencieux, méticuleux. C'est quelqu'un de très intéressant sans même avoir à ouvrir la bouche. Cela fait quelques jours que je l'observe, que j'essaye d'apprendre à le connaitre sans poser la moindre question au départ. Pourquoi ? Parce qu'on peut en apprendre plus sur quelqu'un sans ouvrir la bouche. Et de ce coté là, je suis plutôt aisément avantager. Simplement parce que j'y suis habitué..
Mais aujourd'hui, j'avais décidé de passer à l'étape supérieure, à lui parler un peu plus.   

A sept heures trente, je pars déjà de chez moi. J'ai encore beaucoup à faire et venir le plus tôt possible ne m'aidera qu'un peu plus. Je suis tout seul avec lui aujourd'hui et mon travail, bien qu'adoré au plus haut point requiert une concentration sans nom. Chose dont je ne manque pas quand je suis seul. En général.
La boutique maintenant ouverte, je me rendais à l'arrière, là où la plupart des toiles dont je m'occupe sont entreposé. Certaines ont tellement de valeurs que l'endroit où je les range est surveillés, caméra, coffre. Tant de chose que le propriétaire à dût acheter pour mener à bien tout ça.
D'autres le sont moins mais leurs valeurs sentimentales est inouïe. C'est pourquoi je restaure autant que l'on me demande, peu importe leurs valeurs premières.

Le tableau sur lequel je travaille en ce moment est d'un auteur anonyme représentant un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Du 17ème siècle. La toile en elle-même possède plusieurs défauts, de même que l'encadrement dans lequel elle se trouve. Mais pas quelque chose d'impossible à réaliser. Le tableau m'a été déposé la veille et avant de partir, j'avais déjà passé la première étape pour que le tout repose durant la nuit. J'avais posé le facing de protection après avoir ôté le cadre et ne pas endommagé la toile un peu plus.

Autant dire que c'est une étape en moins pour ce matin. Assis sur la chaise, je retourne la toile pour pouvoir nettoyer le revers avant de m'y mettre. Des étapes cruciales que je ne peux pas sauter. La toile serait dans un sale état. Les deux coins du haut ayant perdus leurs peintures, je ne dois rien négliger.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 314 messages et j'ai : 487 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Dim 4 Juin - 18:05

J’ai l’impression que ma soif de connaissance ne s’arrêtera jamais. Cette curiosité, cette envie de toujours en apprendre plus que ce que je ne sais déjà. C’est presque maladif, mais je considère ça positif — de l’intelligence, de la culture, de la technique acquise en plus, pour étoffer mon parcours personnel et professionnel, et satisfaire mon besoin de savoir. Je n’avais pas fondamentalement besoin de ce stage en restauration d’oeuvres d’art. J’étais artiste et faussaire — même si cette partie de ma vie restait assez cachée — et mes oeuvres étant les miennes, je n’avais pas lieu à les restaurer. Mais j’étais intéressé par tout ce qui touchait de près ou de loin à l’art. Sans compter que ce stage était rémunéré, et je pourrais bien user de quelques dollars de plus.

Cela faisait plusieurs jours déjà que je travaillais dans cette petite entreprise de restauration d’oeuvres et de biens culturels. Mon chef de stage était un gars plus vieux que moi et assez discret qui s’appellait Ezio. Pour sa défense, je n’avais pas non plus essayé d’engager la conversation. J’étais là pour bosser, pas pour faire du social. Quelques formalités par-ci par-là et c’était tout. Il n’avait pas l’air bien méchant, et tout ce que je retenais c’est qu’il était très doué et très professionnel, sans compter le souci du détail, quand il s’agissait de son travail. Ce qui m’allait complètement. J’étais pareil, quand j’étais à l’atelier. Il fallait que tout soit parfait, sinon, je ne passais pas à autre chose.

J’avais de la chance d’habiter New York. Certaines des toiles entreposées dans leur local étaient assez réputées, et je me savais chanceux de pouvoir y jeter un oeil dans un contexte si intime.

Je passais la porte de la boutique et me diriger directement dans le fond, où se trouvait le lieu de travail d’Ezio. Je le voyais déjà penché sur une toile sur laquelle nous n’avions pas encore travaillé, et qui était franchement âbimée. « Sale état. » lâchais-je en guise de bonjour, relevant les yeux vers lui. « Que ce soit pour la peinture, ou pour toi. » ajoutais-je en voyant sa mine cernée. Longue nuit peu raisonnable, à ce qui me semblait. Je n’étais jamais très bavard. J’appréciais le silence, que j’avais d’ailleurs tendance à un peu trop sacraliser. Et je pense qu’Ezio l’avait rapidement compris puisqu’il ne cherchait pas à me faire parler. Je reposais donc mes yeux froids sur le sujet principal de la journée, la raison de ma présence ici. Une scène religieuse. Je soupirais intérieurement. Moi qui n’était pas croyant, je n’étais pas fan des scènes religieuses, bien que omniprésentes dans l’histoire de l’art. C’est pas grave, on s’adapte. « Dis-moi, je t'écoute. » demandais-je implictement mes instructions pour la matinée. Je n’avais pas de soucis d’autorité, je savais reconnaitre et respecter les personnes qui étaient plus expertes que moi dans leur domaine. Alors j’étais prêt, comme d’habitude, à écouter les directives qui me seraient données et à m’exécuter, pour apprendre du mieux que je pouvais et rentabiliser ce stage. Qui sait, peut-être qu’un jour, ça me servirait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 46 messages et j'ai : 240 dollars en banque. Sinon, il paraît que : James Mcavoy et je crédite : Lux Aeterna(c)

MessageSujet: Re: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Mar 6 Juin - 12:19


Art is a wonderful story.

- Ezio — Even -


L’art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme.
Je ne reste pas seul bien longtemps puisqu'Even passe la porte de l'arrière boutique bien rapidement. Penché en avant sur la toile, je lève les yeux vers lui, spatule chauffante à la main. Sale état. La toile ou moi ? Je souris doucement, amusé par l'ambiguïté de son commentaire. « Que ce soit pour la peinture, ou pour toi. » J'avais ôté les lunettes de soleil couvrant mon regard fatigué alors il était simple pour lui de voir l'état désastreux dans lequel je me trouve.
Je retournais finalement la peinture et je m'occupais d'incrusté une seconde toile sous la première et ça, dans le but de pouvoir restaurer le dessin qui a fini par simplement disparaître.
J'entendais le soupire d'Even et je me doutais que la toile en même était le problème. Il y a mieux qu'une scène religieuse, c'est vrai. « Dis-moi, je t'écoute. » Je hoche la tête mais ne lui donne pas tout de suite les instructions. Simplement parce que je me concentre suffisamment et qu'il sait bien que je ne parle que lorsque ce que je fais est fini. En partie. Une fois le morceau de toile encré, je lève les yeux vers lui puis me redresse pour enfin lui répondre. « J'ai déjà commencé pour que tu puisses essayer à ton tour. » Je retourne la toile pour lui montrer la scène. Je pointe les défauts un à un. « Donc, avant de restaurer la peinture, il faut incrusté une toile sous la première à l'aide de cet instrument. Une spatule chauffante. Le but est de ne pas détériorer la première toile, tu comprends ? On doit la positionner sous chaque partie ou la toile n'est plus. Tu comprends ? » Je suis persuadé qu'il comprend. Il est quelqu'un de très intelligent, je bouge un peu et lui pointe la spatule. « Tu as la possibilité de régler la température mais tu n'auras pas à le faire. Tu veux essayer ce coin là ? » Je me décale pour lui laisser suffisamment d'espace et je me met finalement de l'autre coté de la table, juste en face de lui. « Qu'est ce qui t'attires dans l'art. A part..le silence des musées. » Je l'avais vu plusieurs fois dans les musées de la ville sans pour autant être allé le voir. Simplement parce qu'à ce moment là, je ne le connaissais pas. En revanche, je respectais le musée, le silence pour ne pas lui parler.. Et ça, même après le fait qu'il travaille avec moi. Je m'installe sur la chaise et lui indique la toile, qu'il s'y met sans pour autant répondre tout de suite ou parler.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 314 messages et j'ai : 487 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Mar 6 Juin - 19:26

Heureusement, Ezio sourit à ma remarque. Ça aurait pu être considéré déplacé, de dire quelque chose de ce genre, à son patron. Mais je n’allais pas changer ma nature, mon côté cruellement franc, juste pour un job. Je n’aimais pas forcément l’autorité, c’était d’ailleurs pour ça qu’après avoir reçu mon diplôme de la NYSS, je m’étais installé à mon compte. « Ni Dieu, ni maître », disait Louis Auguste Blanqui. Certes, le contexte était différent, mais c’était un peu ma pensée profonde. Pensée qui était d’autant plus renforcée face à ce tableau qui représentait une scène religieuse. Je n’allais pas me plaindre, ce n’était pas mon genre. Cela n’empêchait pas le fait que je ne sois pas totalement emballé. Trop de peintures religieuses sur le marché artistique. Dieu par-ci, Dieu par-là, ça allait bien deux secondes. Alors, je disais à Ezio qu’il pouvait me donner ses instructions. Plus vite commencé, plus vite fini. Mais il gardait la silence quelques instants, bien trop concentré sur ses gestes minutieux pour me parler. Ce qui était plutôt sympa, pour une fois. J’avais l’impression de me voir penché sur ma feuille Canson alors que mes modèles essayaient d’attirer mon attention en m’adressant quelques mots. La seule différence était que moi, je savais quand parler et quand me taire. Elles, ne le savaient pas. J’observais avec attention les gestes d’Ezio. Tout cela ne m’était pas du tout familier. Tant mieux, ça prouvait que je ne perdais pas mon temps en me rendant à ce stage tous les jours. « J'ai déjà commencé pour que tu puisses essayer à ton tour. » J’hochais vaguement la tête. Il retournait la toile, face peinte vers nous. « Donc, avant de restaurer la peinture, il faut incruster une toile sous la première à l'aide de cet instrument. Une spatule chauffante. Le but est de ne pas détériorer la première toile, tu comprends ? On doit la positionner sous chaque partie où la toile n'est plus. Tu comprends ? » Je roulais des yeux. « Pas besoin de me demander quinze fois si je comprends. » Il savait que j’étais intelligent pourtant. Je suppose que c’était son côté chef de stage/pédagogue. « Tu as la possibilité de régler la température mais tu n'auras pas à le faire. Tu veux essayer ce coin là ? » Je lâchais un léger rire dans mes dents. Il me parlait comme à un enfant. Du moins, c’était l’impression que j’avais. « Oui m’sieur. », répliquais-je, légèrement moqueur. Il se décalait pour me laisser le poste de travail, et je m’affairais à la tâche en m’appliquant. Je ne voulais pas ruiner le tout, mais j’étais encore qu’un simple débutant dans ce domaine. Je prenais donc mon temps, et tout ça en silence. Silence qu’Ezio décidait de briser. « Qu'est ce qui t'attires dans l’art? A part… le silence des musées. » J’arquais un sourcil, même si je gardais le regard baissé sur mes mains occupées. Alors, il me connaissait. Et il s’était décidé à parler. À poser des questions. Personnelles. Chose que je n’appréciais pas forcément. Je ne lui répondais pas. Du moins, pas tout de suite. Comme si j’avais besoin de quelques secondes pour décider si j’allais lui répondre ou pas. « Je suis censé me faire du souci? Est-ce que tu fais parti de la CIA, en fait? » Un agent sous couverture, peut-être? Un stalker? Tout ça était plutôt sarcastique. Mon arme principale contre les intrusions dans ma vie privée. Je continuais ce que j’étais censé faire, pendant quelques minutes, puis décidais finalement d’ouvrir la bouche. « C’est la catharsis. Les milliers de possibilités. L’imagination. L’autre monde. Le silence, aussi. » Définition assez vague du pourquoi j’aimais l’Art. Mais c’était une question qu’on ne m’avait jamais posé. Que je ne m’étais jamais posé non plus. Ça m’était juste apparu comme une évidence à un certain moment de ma vie. « J’allais beaucoup au musée avec ma mère quand j’étais petit. J’suppose que c’est comme ça que je me suis habitué et plu dans le silence. » J’haussais vaguement les épaules. Je savais que je n’étais pas très précis dans mes réponses, mais c’était tout ce que j’avais à lui offrir pour l’instant.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 46 messages et j'ai : 240 dollars en banque. Sinon, il paraît que : James Mcavoy et je crédite : Lux Aeterna(c)

MessageSujet: Re: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Mar 13 Juin - 11:59


Art is a wonderful story.

- Ezio — Even -


L’art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme.

J'aurai pu me sentir vexé ou en colère. Mais en venant d'Even, je savais que ce n'était pas sujet à querelle. Je ne suis pas stupide et vu l'état de mon visage, la remarque était plus que mérité, tiens. Ce n'était pas la première fois que j'avais un stagiaire mais ils n'étaient pas tous pareil. Even était quelqu'un de très intelligent et j'avais tendance à l'oublier. « Pas besoin de me demander quinze fois si je comprends. » Et ça, il avait tendance à me le redire. Histoire que je n'oublie pas mais aussi que je le traite comme tel, ce qui était logique. Je rigole à mon tour puis agite la tête de droite à gauche avec un léger sourire. « Tu sais que j'ai l'habitude que certains ne comprennent pas aussi vite que toi. Autant te dire que je préfère m'en assurer. Excuse moi. » Il fallait être honnête avec lui, c'était ce que je considérais comme tout à fait normal. Je lui souris et le laisse déjà s'occuper de la partie que je lui avais demandé. Ce n'était pas bien compliqué mais il fallait être concentré et s'appliquer. C'était minutieux, comme chaque chose dans mon métier quand on y pense. Mais pour une fois, après quelques jours d'observation, je m'étais décidé à lui parler, à apprendre à le connaître plus en profondeur mais tout en douceur étant donné sa personnalité. Il ne fallait pas pousser, c'était le moins que l'on puisse dire. « Je suis censé me faire du souci? Est-ce que tu fais parti de la CIA, en fait? » Je ne fais que rire un peu plus. Bien sûr que non. La curiosité mais aussi le fait de le voir souvent dans cet endroit. J'y allais quasiment aussi souvent que lui, il faut l'admettre. « Si j'étais de la CIA, j'aurai probablement mieux à faire que restaurer des tableaux, même en étant sous couverture. Non ? » Dire que la plupart trouve ce travail d'un ennuie mortel. De mon coté, je n'arrive simplement pas à m'en laser. C'est une passion, un bonheur pour moi. « C’est la catharsis. Les milliers de possibilités. L’imagination. L’autre monde. Le silence, aussi. » Je comprends ce qu'il veut dire. Tout à fait. C'est une manière de voir tout et rien en même temps, de laisser sa propre interprétation de tout. Aucune interprétation ne sera la même. Tout est perspective. Prenez La famille du général du peintre Octavio Ocampo. Au premier plan, un vieille homme vêtu d'un sombrero, une femme avec un enfant. Mais au second, le profil d'un vieil homme. En bref, il est possible de voir tellement de chose. Quand au silence, ça ne m'étonne même pas. Pas du tout. Il est quelqu'un de silencieux et de concentré, c'est le moins que l'on puisse dire. « J’allais beaucoup au musée avec ma mère quand j’étais petit. J’suppose que c’est comme ça que je me suis habitué et plu dans le silence. » Et dire que ça vient aussi de ma mère, tout ça. Je souris doucement et hoche alors la tête une seconde fois. J'ai passé tellement de temps au musée, développé ma prendre passion, ma prendre envie là-bas. Alors autant dire que je comprenais mieux que n'importe qui à quoi il faisait allusion.  
« Mais pour en revenir à cette histoire de stalker. Ce n'est pas le cas. Juste que je t'ai vu au musée. J'y vais encore souvent même si ma mère n'y travaille plus maintenant. Un musée, c'est sacré alors je ne suis pas allé te voir pour te parler. Pas nécessaire. » 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 314 messages et j'ai : 487 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mikkel Jensen et je crédite : eriam (ava), tumblr (gifs)

MessageSujet: Re: [fb] Art is a wonderful story [ft Even]   Mer 14 Juin - 18:33

« Tu sais que j'ai l'habitude que certains ne comprennent pas aussi vite que toi. Autant te dire que je préfère m'en assurer. Excuse moi. » J’haussais vaguement les épaules. Peu importe. Au moins, il était appliqué et minutieux dans son travail, et pédagogue. La pédagogie et moi, en revanche, ça faisait deux. J’avais du mal à enseigner. Ma seule explication à la question ‘comment tu fais ça?’ était ‘c’est comme ça et puis c’est tout’. Parce que tout me venait naturellement. Je n’avais pas besoin de réfléchir. C’était la main qui bougeait toute seule. Comme l’instinct de survie. Je m’affairais à la tâche qu’il m’avait attribué et il commençait à me parler. À me poser des question personnelles. Hm. Étrange. Ça faisait déjà quelques temps que j’étais là et aujourd’hui était la première fois qu’il essayait d’en savoir plus sur moi, en tant que personne. Je blaguais légèrement sur ses inquisitions semblables à la CIA. « Si j'étais de la CIA, j'aurai probablement mieux à faire que restaurer des tableaux, même en étant sous couverture. Non ? » Pas faux. Quoique. « Y’a bien des flics sous couverture dans des universités ou comme barista. Je trouve que l’art, à côté, c’était plutôt cool. » Mais c’était sûrement mon côté moi-même artiste qui parlait. D’ailleurs, il me questionnait sur mon attrait à l’art, mais que je ne savais vraiment définir. C’était juste un besoin vital. Je ne pouvais m’en passer, c’était ce qui me tenait sur mes pieds, ce qui me permettait d’avancer dans la vie. J’avais commencé à aimer ça problablement grâce à ma mère, qui m’ammenait tout le temps dans les musées. Elle adorait ça, et sa passion m’avait sûrement atteint à force. Ainsi que ma dévotion au silence, que je considérais sacré. « Mais pour en revenir à cette histoire de stalker. Ce n'est pas le cas. Juste que je t'ai vu au musée. J'y vais encore souvent même si ma mère n'y travaille plus maintenant. Un musée, c'est sacré alors je ne suis pas allé te voir pour te parler. Pas nécessaire. » Hm. « Pour être franc, je pense que je t’aurais remballé. » Pas de méchanceté, juste que je n’étais pas très sociable et je détestais être dérangé. Mais je savais qu’il le comprenait. Du moins, j’espérais. « Mais tu me vois rassuré du fait que tu ne fasses pas parti des forces de l’ordre. » Pas plus de détails là-dessus. Mais en y réfléchissant quelque peu, c’est vrai que je l’avais aperçu plusieurs fois lui aussi à trainer dans les musées. « A croire qu’on a plus de choses en commun que ce qu’il n’y parait. Pourquoi tu passes ton temps dans des sanctuaires artistiques? T’as pas une femme, ou des gosses vers qui retourner le soir après ta journée de travail? » Ça m’importait peu, à vrai dire. Disons juste que je m’étais pris au jeu de la conversation. Je savais qu’il n’avait pas de mauvaises intentions, et on partageait la même passion, donc je le regardais déjà d’un oeil bien moins méprisant que les autres.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am an angel, I am a devil, I am sometimes in between. I'm as bad as it can get and as good as it can be. Sometimes I'm a million colors, sometimes I'm black and white. I am all extremes. Trying to figure me out - you never can. sign by sian
Revenir en haut Aller en bas
 
[fb] Art is a wonderful story [ft Even]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Flashback & Flashforward-