Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 can't live without you - ft. Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1116 messages et j'ai : 158 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: can't live without you - ft. Jay   Dim 4 Juin - 20:02

Can't live without you
— with Jay Blackburn

Un seul coup de fil de Jay, de l’hôpital, et ton cœur bat à tout rompre. Tu paniques. Non pas de ce qu’il lui est arrivé, puisqu’il a tout de même réussi à t’appeler de lui-même, mais de ce qui aurait pu lui arriver. Tu paniques à l’idée de te retrouver seule. De te retrouver un enfant que tu n’arriverais pas à regarder tant il te ferait penser à son père. Tu paniques à l’idée de perdre l’amour de ta vie. Alors tu réfléchis pas plus, t’attrapes seulement ton sac et tu fonces dans la rue héler un taxi.
Le trajet pour aller à l’hôpital n’est habituellement pas très long, mais aujourd’hui, les minutes te semblent horriblement longues. Tu sais pas si c’est les hormones, mais t’as juste envie de virer le chauffeur pour prendre sa place et rouler plus vite. Mais tu sais ce que te dirait Jay : ce n’est pas sûr. A peine arrivée devant l’hôpital que tu balances quelques billets au conducteur et que tu te rues vers le service des urgences, non sans poser l’une de tes mains dans le creux de ton dos. Un ventre bien rond qui reflète tes huit mois de grossesse. T’as l’impression d’être sur le point d’exploser, et pourtant tu sais qu’il te reste encore un mois à faire. Un mois où tu peux voir ton ventre encore évoluer. Si t’as réussi à limiter le nombre de kilos que t’as pris, tu ne peux limiter la proéminence de ton ventre.
Telle une furie –autant que tu peux l’être avec ton ventre- tu te diriges jusqu’à l’accueil. « Jay Blackburn ? » L’infirmière en chef, tu la connais depuis quelques temps maintenant. Tu la connais par habitude. Parce qu’elle s’occupe des victimes, et parce que vous, les flics, vous finissez parfois ici aussi. « Skye, il va bien. C’est juste par précaution. » Elle sait que tu dois pas te stresser dans ton état, qu’il faut te ménager. Seulement elle te connait assez pour savoir que t’es complètement bornée, et d’un signe de tête, elle te désigne la chambre où il se trouve. Tu fonces, et ralentis lorsque tu le vois, pas trop amoché. « Jay ! » tu soupires, et viens plaquer tes lèvres sur son front. T’attrapes la chaise pour t’asseoir à côté de lui, non sans quelques difficultés. « Tu vas bien ? T’as besoin de quelque chose ? » L’inquiétude dans ton regard –et dans ta voix- était immanquable. Mais il fallait que tu parles, que tu fasses quelque chose, sinon t’allais juste éclatée en sanglots. « Tu vois, ça, c’est ce que je redoutais ! » C’est surtout le pire que tu redoutais. Mais ça vous prouvait que les accidents pouvaient arriver.





   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 504 messages et j'ai : 226 dollars en banque. Sinon, il paraît que : chris wood et je crédite : lempika. # morrigan # kaiparker tumblr # ellie goulding.

MessageSujet: Re: can't live without you - ft. Jay   Mar 6 Juin - 20:51

Can't live without you
— with Jay Blackburn

Tu bouges à peine le bras, t'apprêtant à retirer ton masque, que déjà Sienna te saute dessus pour te le replacer sur ton visage. « Garde ça, on t'embarque avec nous. Désolée, c'est un ordre. » Elle t'adresse une moue désolée et tu soupires longuement, tout en t'installant au fond de l'ambulance. Est-ce que l'espace d'une seconde tu as eut peur de ne pas sortir de ce building en vie? De ne pas tenir la promesse faite à Skye? Oui. Robbie vous y a envoyé et tu as juste obéis, sans réfléchir à la gravité de la situation. Il est ton lieutenant depuis quelques mois maintenant, ton ami, et tu lui fais une confiance aveugle, ce qui était sans doute une erreur aujourd'hui. Ce n'est pas comme si tu ignorais le décès de la femme de sa vie hier... Mais il a assuré à tout le monde qu'il allait bien, qu'il avait besoin d'être là et tu n'as pas remis ses capacités à diriger en cause. Toujours est-il qu'en fin de compte, il y a eut plus de peur que de mal et que tu ignores pourquoi ils tiennent absolument à te faire passer un examen à l'hôpital pour avoir simplement inhaler trop de fumée. T'en cracherais tes poumons, certes, mais c'est juste le temps que tu reprennes ton souffle, t'es presque sur de n'avoir besoin de rien de plus que de temps. Prenant une bonne inspiration de l'oxygène qu'on t'a fourni, tu soulèves le masque pour t'adresser à ta collègue. « Er... Lieutenant Shadi? » Tu demandes et son sourire te rassure instantanément. « Quelques brûlures, mais rien de grave. » D'un signe de tête, tu l'a remercie pour cette information avant de replacer ton masque et de prendre ton téléphone. Tu pourrais tout aussi bien ne rien dire... Cela ne va prendre que quelques heures, un peu moins si tu as de la chance. Skye ne le remarquerait même pas, car ça empiète sur les heures pendant lesquelles t'es censé bosser. Mais tu sais aussi que si elle apprend par x ou y que tu es passé par ici sans l'avoir prévenue, tu risques une crise. Ce n'est pas que tu ne la veux pas à tes côtés, mais t'as peur de la faire paniquer pour rien, ce qui est loin d'être bon à ce stade de sa grossesse. T'attends d'arriver à l’hôpital avant de l'appeler, en précisant une vingtaine de fois que tu vas bien même si à sa voix, tu sais parfaitement qu'elle ne te croira que lorsqu'elle t'aura sous les yeux. T'aurais du la fermer.
Le temps qui te sépare de son arrivée, tu le passes à culpabiliser. Tu l'imagines se dépêcher, s'énerver et paniquer pour rien. Quel con. La porte de la chambre fini par s'ouvrir et tu lèves les yeux vers elle, un mince sourire prenant place sur tes lèvres. T'as beau être heureux de la voir, tu t'en veux un peu trop pour savourer ce moment. « Jay ! » Tu déglutis en sentant ses lèvres venir se poser sur ton front, et attrapes sa main dans la tienne. « Tu vas bien ? T’as besoin de quelque chose ? » Tu agites la tête négativement et te redresses sur le lit, parce que tu n'as aucune raison d'être allongé. « Tu vois, ça, c’est ce que je redoutais ! » T'inspires profondément et te retiens de soupirer, pour ne pas l'énerver un peu plus. Il n'y a franchement pas de quoi en faire tout un plat, tu vas bien? « Je vais bien. » Tu dis,  tout en retirant le masque d'oxygène que tu as toujours coller au visage, d'un ton calme pour ne pas trahir ta frustration. Celle d'être ici, mais aussi de l’inquiéter. « J'ai juste besoin que tu te calmes. » Tu poses ta main sur sa joue et espère qu'elle ne va pas s'énerver un peu plus. « C'est par sécurité... et complètement inutile. Je vais bien Skye. » Tu répètes tout en montrant tes bras qui ne possèdent pas la moindre égratignures. Ces derniers comme ton visage sont encore recouvert de suies mais tu n'es ni brûlé ni blessé. « Viens-là. » Tu demandes, tout en tirant légèrement sur son bras. Tu vois bien qu'elle est à bout de nerfs et, bien que ce ne soit pas très pratique de se retrouver à deux -et demi- dans ce lit d’hôpital, t'as qu'une envie, c'est la prendre dans tes bras.


we're helping each other escape ♒︎ you were looking at me like you wanted to stay when I saw you yesterday. i'm not wasting your time, i'm not playing no games, i see you. who knows the secret tomorrow will hold? we don't really need to know cause you're here with me now, i don't want you to go.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1116 messages et j'ai : 158 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: Re: can't live without you - ft. Jay   Sam 10 Juin - 19:50

Can't live without you
— with Jay Blackburn

Tu sais que t’aurais dû être plus prudente, aller moins vite, et peut-être pas t’embarquer dans un taxi en stressant autant le conducteur. Mais lorsqu’il s’agit de Jay t’es difficilement capable de réfléchir posément. Encore moins dans ce genre de situation, même malgré ses nombreuses tentatives pour te rassurer en te disant qu’il allait bien. Ca, c’est toi qui en jugerais. Mais t’es tout de même un peu rassurée lorsque tu l’as sous les yeux. Il est entier, et conscient. Seulement ton rythme cardiaque ne semble pas vouloir se calmer, ni même la panique qui avait pris place dans ton esprit.  « Je vais bien. » Pourtant, le masque qu’il est en train de retirer est flippant, et semble indiquer le contraire. Tu te demandes s’il ne devrait pas le garder, mais vu son expression t’as peur de passer pour la folle de service. « J'ai juste besoin que tu te calmes. » Il pose sa main sur ta joue, et c’est le geste, sa douceur, qui te fait avoir les larmes aux yeux. T’es pas certaine de pouvoir te calmer. Il t’a fait flipper. C’est pas seulement ce qu’il a eu là, tu vois bien qu’il a l’air pas trop mal. Mais c’est plutôt ce qu’il n’a pas eu, ce qui aurait pu arriver.  « C'est par sécurité... et complètement inutile. Je vais bien Skye. » « Jay… » ta voix a du mal à sortir, elle reste coincée dans ta gorge nouée. « Je sais que ça aurait pu être pire. Et c’est bien ça le problème. » D’un revers de main –ta main libre- t’essuies les larmes qui commencent à perler sur ta joue. Des larmes dues au stress,  la peur, et à tout l’amour que tu lui portes. « Viens-là. » Il tire sur ton bras, et tu comprends qu’il veut que tu viennes le rejoindre dans ce mini-lit où tu risques de prendre toute la place. « Jay... regarde-moi… » dis-tu en baissant la tête vers ton ventre sérieusement énorme. « J’aurais fait quoi moi, sans toi ? » mais tu poses tes fesses sur le lit avant de complètement t’allonger à ses côtés, ou du moins d’essayer, sans trop l’écraser ou le pousser avec ton énorme bidon. « tu sais que je t’aime hein ? » Outch. Un léger coup de pied dans le bide, et un soupir s’échappe de tes lèvres. Tu viens prendre la main de Jay pour qu’il la glisse sous ton t-shirt et qu’il puisse sentir la même chose que toi. « Lui aussi il t’aime. » Lui aussi, il a eu peur. Parce que tout ce que tu ressens, il le ressent tout autant. Tu resserres un peu plus ton étreinte, sans réellement penser au fait que ça le gêne peut-être pour respirer, mais t’as besoin de l’avoir contre toi. Autant que tu peux. Comme si, d’une quelconque manière, ça allait contre balancer toute la peur et le stress. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » T’es pas certaine qu’il y ait une réelle explication à tout ça. Après tout, ça peut juste être un feu un peu trop important, rapidement devenu incontrôlable.





   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 504 messages et j'ai : 226 dollars en banque. Sinon, il paraît que : chris wood et je crédite : lempika. # morrigan # kaiparker tumblr # ellie goulding.

MessageSujet: Re: can't live without you - ft. Jay   Mar 13 Juin - 22:52

Can't live without you
— with Jay Blackburn

A l'instant ou tes doigts effleurent sa joue, ses yeux perlent et tu serres la mâchoire. T'aimerais franchement qu'elle n'aie jamais à se faire de soucis pour toi, parce que tu n'apprécies de la voir dans cet état par ta faute. Malheureusement, ce sont les risques du métier, celui pour lequel tu t'es engagé et auquel tu ne comptes pas renoncer. Ni aujourd'hui, ni après la naissance du petit. Tu espères juste qu'au bout d'un moment, on s'y fait. A ce foutu sentiment d'insécurité, cette peur au ventre quand l'autre ce rend au boulot - car autant dire que sa carrière est tout aussi dangereuse, si ce n'est plus. Elle est certes en pause pour l'instant, mais tu la connais, à la seconde ou ses congés maternités se termineront, c'est sur le terrain qu'elle reprendra du service. « Jay… Je sais que ça aurait pu être pire. Et c’est bien ça le problème. » Elle ne retient plus ses larmes et tu soupires en posant ta main par dessus la sienne pour accompagner son mouvement et chasser tout ça. « Mais c'est pas le cas. Inutile d'imaginer ce qui aurait pu arrivé... » T'essayes vraiment d'être rassurant, mais tu sais que tes mots ne l'apaiseront pas si facilement. Toujours est-il qu'on referait le monde avec des ' si '. Tu pourrais avoir perdu la vie des dizaines de fois, et fort heureusement, ce n'est pas le cas. « Jay... regarde-moi… » Tu souris à sa réflexion lorsque t'essayes de l'attirer un peu plus à toi, la détaillant de haut en bas avec un sourire en coin. Elle est belle. Un peu plus chaque jour. « J’aurais fait quoi moi, sans toi ? » Tu lui adresses une moue désolée à nouveau et te recules pour te caler le plus au bord possible du lit et leur faire de la place. « Tu sais que je t’aime hein ? » Tu hoches la tête positivement et t'approche pour l'embrasser, mais mini-vous capte son attention avant toi. « Lui aussi il t’aime. »  Sa main vient attraper la tient pour la poser sur son ventre et comme d'habitude, c'est à peine si tu t'autorises à respirer. T'essayes de faire le moins de bruit possible et te concentre sur le moindre petit mouvement. Tu le sens bouger et tes yeux s'ouvrent un peu plus grand, émerveillé. Ce n'est pas la première fois que tu le sens bouger mais ça te fait toujours le même effet. Après huit mois, tu as encore du mal à te dire qu'un petit être grandi là dedans... Tu relèves un peu plus son t-shirt pour le voir en plus de le sentir et peux pratiquement deviner son petit pied à travers la peau de Skye, ce qui est aussi beau que paniquant. « Je suis désolé pour les gênes de boxeurs. » Je souris, avant de replacer son t-shirt et placer mon bras autour d'elle, autant que je le peux du moins, car l'encerclé devient de plus en plus compliqué. « Tu sais à quel point je t'aime et suis fier de toi ? » Tu demandes, tout en caressant son bras du bout des doigts.
« Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » T'avais eut un petit espoir que cette question ne pointe pas le bout de son nez, d'autant plus en voyant la conversation dérivant sur le bébé et votre futur. Autant tu n'as pas envie de lui mentir, autant tu n'as aucune envie de lui dire que ton lieutenant avait commis une erreur. Une de celle qui aurait pu vous couter la vie, même s'il n'en est rien. « On pensait avoir le temps, que le building était sécurisé, et c'était pas le cas. Mais plus de peur que de mal, personne n'est gravement blessé. » T'énonçes vaguement. Personne n'as été blessé, cette fois. T'a beau soutenir Robbie à 200%, tu ne peux t'empêcher de te demander s'il est réellement en état de travailler en ce moment. S'il ne se plonge pas juste dans le boulot pour survivre à cette épreuve, sans que sa tête ne soit totalement là. Avec vos vies entre ses mains. Tu chasses cette pensée et te concentres à nouveau sur Skye. « T'es coincée avec moi pour longtemps Vanderbilt, je t'ai fait une promesse et je vais m'y tenir. » Tu pivotes vers elle et plaçes ta main sur sa joue que tu caresses du pouce. Tu va déposer un baiser sur ses lèvres, et poses ensuite ton front contre le sien, même si tu ne parviens pas à garder cette position plus de quelques secondes. Tu t'éloignes pour tousser légèrement et te redresses dans le lit histoire de calmer ta toux. Autant dire que la position allongée n'était pas celle qui était conseillé quand vos poumons étaient rempli de dioxyde de carbone. Son regard se fait d'office plus inquiet, et tu continues ta phrase l'air de rien, car ce n'est qu'une petite toux, rien de plus. « Même si je pensais être tombé amoureux d'une guerrière et pas d'une petite nature... » Tu précises, moqueur, une fois ton souffle repris. Même sur un lit d'hôpital, tu t'attends à te prendre un coup en retour mais ça t'amuse plus qu'autre chose. Reste juste à espérer qu'elle ne le prenne pas mal - tu ne sais jamais à quoi t'attendre avec les hormones.


we're helping each other escape ♒︎ you were looking at me like you wanted to stay when I saw you yesterday. i'm not wasting your time, i'm not playing no games, i see you. who knows the secret tomorrow will hold? we don't really need to know cause you're here with me now, i don't want you to go.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1116 messages et j'ai : 158 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alexandra Daddario et je crédite : golden blood (ava)

MessageSujet: Re: can't live without you - ft. Jay   Jeu 22 Juin - 22:35

Can't live without you
— with Jay Blackburn

« Mais c'est pas le cas. Inutile d'imaginer ce qui aurait pu arrivé... » T’affiches une moue boudeuse, mais un peu désolée quand même. Tu sais que tu paniques un peu trop. Mais c’est plus fort que toi. Imaginer ne serait-ce qu’une seconde qu’il aurait pu se retrouver prisonnier des flemmes, et ne pas le revoir, ou le revoir dans un état pire que ça, ça te serre le cœur. Pire encore, ça te donne envie d’hurler. Si tout le monde a peur de perdre ses proches, la peur de perdre Jay est encore plus exacerbée. S’il a toujours été important pout toi, il est littéralement devenu de ta vie. Tu n’oses même pas imaginer c que ce serait que de le perdre. Aujourd’hui, malgré le fait de le savoir vivant, t’as eu la peur de ta vie, et t’espères vraiment de pas revivre ça de si tôt. Avec lui dans son lit d’hopital, tu caresses légèrement ton ventre. A ta réflexion, il sourit, et t’attires un peu plus à lui, du moins autant qu’il le peut avec ton ventre un peu trop encombrant. Pour la première fois depuis longtemps, en sentant son regard se balader sur ton corps, tu rougis légèrement. Tu l’attends son baiser, mais c’était sans compter sur la manifestation de mini-jay dans ton bidon. Alors t’attrapes sa main pour qu’il vienne sentir un minimum ce que toi tu ressens régulièrement. T’adores le regarder, et encore plus dans ces moments là, lorsqu’il semble complètement fasciner par ton ventre et le miracle de la vie. Et puis, c’est que mini-vous y met du sien, à cogner autant. Jay soulève légèrement ton t-shirt, laissant apparaitre ta peau de porcelaine, mais aussi les coups qu’il met. « Je suis désolé pour les gênes de boxeurs. » Tu souris à ton tour. « T’en fais pas… J’crois que pour ça, on est tous les deux fautifs. » réponds-tu alors qu’il remet ton t-shirt en place, et viens te caler contre lui. « Tu sais à quel point je t'aime et suis fier de toi ? » Tu te mords la lèvre, comme lorsque t’es un peu trop heureuse, quand t’essaies de retenir un trop plein d’émotion. Tu sais que tes yeux brillent, et que ce qu’il vient de dire, ça représente tout à tes yeux. Pare que ça te prouve encore une fois qu’en plus d’être avec toi, de t’aimer, cette famille, accident ou pas, il la veut autant que toi. Tu ne peux pas être plus heureuse que savoir qu’être enceinte le rende aussi fier, alors d’un signe de tête, tu acquiesces avant de capturer ses lèvres.
Mais malgré toutes ses déclarations, malgré son habilité à te faire fondre de la même façon qu’au premier jour, tu n’en oublies pas la raison qui fait que vous êtes là, dans un lit d’hôpital, et un peu à l’étroit. Au final, ça ne changera sans doute pas grand-chose, puisque le mal est fait. « On pensait avoir le temps, que le building était sécurisé, et c'était pas le cas. Mais plus de peur que de mal, personne n'est gravement blessé. » « Je croyais que tu devais redoubler de vigilance ? » Pourtant, tu sais qu’il n’était pas seule. Alors quoi ? Toute son équipe a décidé de s’endormir le même jour et de foncer ? « Fais attention. S’il te plait. » laches-tu dans un murmure en te calant un peu plus contre lui. Si t’aimes être enceinte, t’as aussi hâte de retrouver ton corps d’avant, pour être complètement collé contre ton homme, et ne plus avoir ton bidon comme obstacle. « T'es coincée avec moi pour longtemps Vanderbilt, je t'ai fait une promesse et je vais m'y tenir. »  « T’as plutôt intérêt. » dis-tu en souriant alors qu’il vient glisser sa main sur ta joue. Tu veux rester coincée toute ta vie avec lui. Ses lèvres sur les tiennes, t’aurais voulu prolonger ce baiser, mais aucun doute que tes hormones s’en seraient mêlées, et ce lit d’hopital, c’est juste hors de question. Mais alors que vous êtes front contre front, tu le sens s’éloigner et tousser. Immédiatement tu te redresses, le regard inquiet, presque prête à appeler une infirmière. « Même si je pensais être tombé amoureux d'une guerrière et pas d'une petite nature... » « Mais… » la bouche ouverte de surprise, tu la refermes aussitôt, affichant une moue boudeuse. « C’est pas d’ma faute. C’est les hormones. » tu relèves légèrement la tête vers lui comme si t’avais eu une illumination et tu poses ton index sur son torse. « Puis c’est ta faute à toi aussi. C’est toi qui m’as fait t’aimer comme ça… » tu lui voles un baiser avant de croiser les bras sur ta poitrine, boudeuse. Ou du moins c’est ce que tu voulais lui faire croire. « Et tu verras la guerrière, quand y’aura plus d’hormones… Tu voudras la revoir ta petite nature. » Tu délies tes bras, adoptant cette fois une moue angélique, comme l’une de celle qui annonce que tu prépares quelque chose. Ou presque. « Et sinon… Tu peux le redire que t’es amoureux ? » Parce que ça, tu ne t’en lasseras jamais, oubliant presque sa toux passagère. Il n’y a pas à dire, Jay sait comment te faire lacher prise.






   Δ. Women like you shouldn't be brutalised by love. You are generations of blood and fire, you are all war. Take your knees from the floor. Don’t look at him. Something violent and brutal and ugly is howling inside of you. Act like it.
Revenir en haut Aller en bas
 
can't live without you - ft. Jay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side :: Lenox Hill Hospital-