Flashnews
La nouvelle intrigue est en place, il s'agit d'un Koh Lanta spécial étudiants VS citizens ! Vous pouvez retrouver toutes les informations ici

Vous pouvez aller voir les gagnants des awards ici et poster dans le yearbook




 
NEWSLETTER NUMÉRO 26
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 24
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 We are connected - Arizona

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1024 messages et j'ai : 143 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Christopher Mason Brown ♥ et je crédite : avatar, signature, profil par moi

MessageSujet: We are connected - Arizona    Lun 5 Juin - 3:21

- We are connected -
Arizona & Mael
Tu es d’une humeur tout bonnement calamiteuse. Tu as l’impression de pouvoir remballer le premier venu si jamais on te pose une question même si elle est innocente. A l’heure actuelle, tu ne désires que rester dans ton lit, en boule dans tes draps, laissant tes cheveux cacher la moitié de ton visage. Heureusement que ta fille n’est pas à la maison car tu n’es pas en état de lui préparer son petit déjeuner ou t’occuper d’elle. Et c’est cette nouvelle situation qui t’échappe. D’habitude, même si tu es de mauvaise humeur, tu prends sur toi-même pour ne pas la négliger là, ce n’est pas le cas. Tu as la sensation dégueulasse de n’avoir envie de rien et surtout d’avoir mal dans le bas ventre. C’est ça, le bas ventre, une douleur nouvelle et franchement désagréable. Tu commences même à sentir des sueurs froides perler le long de ton échine dorsale alors que l’envie de pleurer te saute à la gorge. Tu ne sais pas ce qui t’arrive mais cet état dure depuis quelques heures et tu commences sérieusement à en avoir marre. Emotif à souhait, tu te relèves d’une lenteur affolante. Tu grognes lorsque ton chien arrive jusqu’à ton lit. Ta main se pose doucement sur sa tête alors que tu sens ton visage se mouiller petit à petit. De tes doigts, tu essuies les larmes ce qui ne fait qu’accentuer ton malaise et surtout ton énervement. On vient frapper à ta porte. Trainant des pieds, tu ouvres sans aucune volonté. Un homme te sourit alors que ton visage reste fermé dans une expression loin d’être avenante. Un vendeur. Tu grognes une nouvelle fois et après avoir lancé un Pas intéressé Tu fermes la porte et pousses une complainte vu que les douleurs s’intensifient. Tu ne te reconnais plus. Tu es Mael, l’ange accueillant qui est toujours muni d’un sourire rassurant. Là, tu n’es qu’une entité énervée et irritée. Et par dessus tout, émotive. Tu ne peux rester ainsi non. Tu ne peux sauter une nouvelle fois dans ton lit et refuser de manger ou bouger. Il faut que tu reprennes du poil de la bête et fais quelque chose de ta journée. D’un pas lent et affreusement paresseux, tu vas dans ta salle de bain. Tu te penches vers le lavabo afin de laver ton visage. Lorsque tu relèves la tête, tu aperçois les traits d’une femme. Le choc est tellement immédiat que tu recules instantanément non sans manquer de tomber à la renverse. C’est quoi ce délire sérieusement ? D’abord des douleurs fantômes, une humeur massacrante et maintenant des hallucinations ? Tu te frappes les joues avec les paumes de tes mains et tu te regardes dans la glace. Il faudrait peut-être que tu appelles un médecin, il saurait te dire ce qui cloche chez toi. Voilà, tu te décides, c’est ce que tu ferai. Tu entres alors dans ta chambre et ouvre ton placard afin de t’habiller vu que tu ne portes qu’un simple boxer. Quand tu fermes la porte de ta garde-robe, la silhouette de la blonde resurgit une nouvelle fois dans la glace de ton armoire. Putain c’est quoi ce délire ?! Tu l’ignores et pourtant tu restes devant le miroir, à regarder cette fille qui te scrute à son tour. Tu fermes et ouvres les yeux à plusieurs fois sauf que cette fois, la vision ne disparaît pas. On dirait qu’elle Réelle, tu es réelle ? Cette question est sotte, tu ne peux dire le contraire seulement dans cette situation, elle a parfaitement sa place. Tu es qui ? Demandes-tu en la pointant du doigt, maintenant que tu as compris qu'elle existe vraiment.


The hammers goes up and down hits the nail.
In one single flash I see both shows ; Computer, cigarettes, photograph, pens and pencils.

awaaaaard !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 864 messages et j'ai : 407 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Emily Bett Rickards et je crédite : Avatar par Lux Aeterna ; signature par Magma. ♥

MessageSujet: Re: We are connected - Arizona    Mer 14 Juin - 18:16


We are connected
Mael & Arizona
« Je te préviens, c‘est pas le moment pour m’emmerder. » Sans un regard de plus pour ma colocataire, je claque la porte de la salle de bain pour finalement me laisser glisser contre celle-ci. J’ai besoin de calme, de pouvoir me reposer sans prendre le risque d’envoyer quiconque balader. Dans cette pièce, je me retrouve un peu comme dans mon sanctuaire, là où rien ne peut m’arriver et surtout où je peux laisser libre cours à mes larmes, sans réfléchir qu’on me voit où non. Subir toute cette pression ces dernier temps, ce n’est pas bon pour moi et pour mon calme légendaire. Douce ironie. Soufflant un bon coup, je me redresse péniblement, j’essuie d’un geste les larmes qui perlent aux coins de mes yeux et je m’avance jusqu’au miroir. Mes deux mains se posent sur le rebord du lavabo. Je me retrouve penchée quelque peu en avant et je peux facilement observer mon reflet. Un reflet qui ne reste pas longtemps car à peine j’ai fermé les yeux et les ai rouvert que c’est un homme, un parfait inconnu qui se trouve face à moi. D’instinct, je me retourne, je cherche quelqu’un qui pourrait se trouver moi mais le constat se fait de lui même. Je suis bel et bien seule dans cette pièce et quand je me retourne une nouvelle fois devant le miroir, la preuve est là, il n’y a que moi. Je passe mes mains sur mon visage, un geste qui se fait naturellement pour remettre mes idées en place. Tout le monde fait ça après tout. Les yeux rivés sur le miroir, je secoue portant légèrement la tête avant de me détourner, d’éteindre la lumière pour gagner la chambre et constater, avec un sourire à peine dissimulé que je suis seule. Je vais pouvoir me calmer, me poser dans mon lit et simplement fermer les yeux pour me concentrer sur des pensées bien plus joyeuses. Parce que là, tout ce que je sais faire c’est me masser le bas du ventre pour tenter de faire taire la douleur lancinante que j’ai depuis ce matin. Je m’avance de quelques pas et me baisse pour ramasser quelques vêtements qui traînent. Et quand je me relève, je sursaute. Il y a cet homme avec moi. Le même qu’il y avait dans mon miroir. Je me fige, je le regarde simplement et j’essaye de calmer le rythme de mon coeur. Ses mots me parviennent et j’essaie de garder mon calme bien que je sursaute au son de sa voix. Je ne m’attendais pas à ça, pas à ce genre de mots ou simplement à ce qu’il parle. Il y a en tout cas une chose de sûre, je ne suis plus chez moi. Je ne suis plus dans mon petit appartement avec mes colocataires. C’est bien différent. « Rée… Oui. » Il s’adresse à moi, je répond au tac au tac, ne sachant pas vraiment s’il va m’entendre. Je l’observe, le regarde et finit par approcher ma main de lui comme si je voulais le toucher. Est-ce que c’est ce que je désire vraiment ? Oui. J’ai besoin de savoir que je ne rêve pas, que tout ceci n’est pas un des nombreux effets secondaires des médicaments que je peux prendre. « Arizona. » Mon prénom  qui fuse de mes lèvres sans que je ne le regarde. Je préfère observer les lieux, essayer de comprendre où je suis et pourquoi. Je me retourne rapidement et lui faire face. Il est devant son armoire, il m’observe au travers de la glace se trouvant sur la porte.. Est-ce qu’il a conscience que je me trouve derrière lui ? « Où sommes-nous ? Qu’est-ce que je fais ici ? » C’est ça qui m’intéresse vraiment. C’est ce que je veux vraiment savoir pour essayer de trouver une solution. Une à cette situation, une à ce regard qu’il te lance, une, à ces larmes qui commencent une nouvelle fois à couler le long de mes joues ainsi que des siennes.


You're my fairytale...
→ Missing you is my hobby, caring for you is my job, making you happy is my duty and loving you is my life.
Revenir en haut Aller en bas
 
We are connected - Arizona
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: The other side :: Sense8-