Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 The best moment in time - Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 370 messages et j'ai : 280 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Charlie Hunnam et je crédite : (av) ΛLDEBΛRΛN, endlesslove, (signa), moi pour le profil.

MessageSujet: The best moment in time - Blake   Sam 10 Juin - 17:44

The best moment in time
— with Blake Jansen

« Non. Pas aujourd’hui. » Tu n’es certainement pas délicat dans ta façon de t’adresser à ton assistance. Et vu le regard interrogateur, tu comprends qu’elle attend des explications. « Je vois ma soeur. » La jeune femme s’exclame dans un petit “ah” avant de hocher la tête positivement. Tout ton entourage connait la place incommensurable que Blake tient dans ta vie. Tu es capable de tout remballer pour courir la voir. Tout, absolument tout passe après elle. Quand bien même tu adores ton travail et spécialement les petites bêtes que tu dresses, la petite blonde est bien plus importante qu’elles. Cette alchimie qui vous lie n’a jamais été étrange. Enfants, vous étiez inséparables et cette coutume n’a définitivement pas changé. Gamin, tu l’avais protégé et adolescent vos rapports étaient restés les mêmes au point de susciter une certaine suspicion aux yeux de vos parents qui restaient tout de même heureux de voir à quel point vous êtes proches tous les deux. Vous avez décidé de partir de Dallas ensemble et après ton escapade au Japon, t’étais retrouvé à New York non seulement pour le contrat que t’as eu chez DC Comics mais surtout pour être à coté de Blake. Ce n’est pas surprenant de savoir qu’elle était la marraine de ton fils tout comme elle était la première personne que tu as contacté lorsque ton enfant avait déserté ta vie. Blake était forte. Elle t’avait épaulé et elle a même persisté à rester à tes côtés quand t’avais touché le fond. A cette période t’étais montré odieux avec elle. Tu l’avais repoussé, tu lui avais fait mal et maintenant que tu as repris tes esprits, tu voudrais rattraper ce temps perdu et surtout être à nouveau ce frère digne d’elle. Après que ton assistante ait deserté ton bureau, tu en sors afin de siffler Beast qui sautille directement non sans remuer sa queue. « Tu prends soin d’Alison d’accord ? » Ton chien aboie sous ton rire strident. Tu voudrais l’emmener avec toi mais cette fois, tu voudrais avoir ta soeur rien que pour toi. Quittant la maison, tu marches jusqu’au point de rendez-vous, l’appartement de ta soeur. Tu fais un petit détour pour apporter quelques friandises et tu arrives ensuite à son appartement. Tu frappes contre la porte et tu attends qu’elle vienne t’ouvrir. Un grand sourire s’affiche sur tes lèvres lorsque tu vois sa petite bouille que tu gratifies d’un long baiser. Son corps se retrouve plaqué contre ton large buste et tes bras emprisonnent sa taille. « Comment tu vas princesse ? » Vous vous êtes vus il y a à peine une semaine et pourtant, sa présence t’avait manqué. Et puis, lors de votre dernière rencontre tu as été tellement pressé de la sentir contre toi que tu as esquiver le fait de lui raconter tout ce qui se passe actuellement dans ta vie. Car oui, Blake n’est pas seulement ta petite soeur, elle est aussi ta meilleure amie et l’essence même de ton énergie. « Je te le dis dès maintenant. Je ne risque pas de rester une heure ou deux, je compte te harceler toute la soirée. D’accord ou pas, je m’en fous. » Il y a aussi ce côté enfantin qui ressort en sa compagnie. L’homme viril et solitaire que tu es, déserte laissant sa place à un gamin que tu ne laisses jamais apparaître avec les autres. Blake n’est pas les autres, elle est la prunelle de tes yeux.




    We used to play pretend
    Now life is laughing at our face △ Wish we could turn back time, to the good ol' days,
    When our momma sang us to sleep but now we're stressed out ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 137 messages et j'ai : 378 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gabriella Wilde et je crédite : ultraviolences (avatar). bat'phanie (signature).

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Sam 17 Juin - 19:43

The best moment in time
— with Clyde Jansen

À peine détaché de ton amant que tu le repoussais pour reprendre ton souffle, et tu te relevais du lit en remettant ton top en place et en enfilant ta petite culotte. Sergio s’approchait et entourait ses mains autour de ta taille mais tu le repoussais. « Tu dois y aller, mon frère va passer ce soir. » Et en plus de ça, tu n’étais ni du genre à rester au lit pendant des heures, et encore moins maintenant alors que tu étais d’une humeur massacrante. Tu revenais tout juste de l’hôpital ou tu avais eu la surprise de croiser Alison, et on ne pouvait pas dire que les choses s’étaient bien passées entre vous. Tu entendais le jeune homme soupirer dans ton dos mais tu n’en faisais pas de cas, te contentant de fouiller dans ta penderie à la recherche de ton jean préféré. Sergio, c’était un membre du gang dont tu faisais aussi partie, celui là même qui t’avait montré l’envers du décor, qui avait voulu t’empêcher de l’intégrer. Sergio que tu n’avais pas écouté. Tu le soupçonnais d’avoir développé des sentiments à ton égard mais tu préférais ne pas y penser, pour ne pas le mettre dans une position délicate. Il s’approchait pour déposer un baiser sur ton épaule et tu tressaillais, tu l’avais appelé pour qu’il te fasse du bien, simplement parce que tu avais eu une journée de merde et que tu voulais penser à autre chose le temps de quelques instants. Mais tu étais toujours d’une humeur terrible et tu comptais seulement sur la présence de ton frère pour te faire aller mieux, même si bien évidemment tu ne lui parlerais pas de tes problèmes de santé. Tu entendais le jeune homme partir et la porte de ton appartement se fermer et tu soupirais en passant tes mains dans tes cheveux, avant de venir t’asseoir dans le canapé pour allumer la télé, que tu n’allais pas regarder. C’était juste pour meubler, pour ne pas que tu sois dans le silence le plus complet, ce que tu détestais. Tu avais à peine le temps de zapper sur quelques chaines que quelqu’un frappait à la porte, et tu savais déjà que c’était Clyde. Il frappait toujours de la même manière. Tu ouvrais la porte et ton frère t’embrassait aussitôt sur la joue en te serrant dans ses bras, tu passais tes bras autour de son cou pour le serrer aussi fort que tu pouvais avant de le laisser entrer. « Ca va bien et toi ? » Il déposait un sachet de nourriture sur la table de la salle à manger en te prévenant qu’il n’allait pas rester une heure ou deux mais toute la soirée et tu éclatais de rire en fouillant dans le sachet de nourriture. « Aucun problème, tu as pas mal de choses à me raconter de toute façon je crois. » Clyde, il était la seule personne en qui tu avais totalement confiance, et la seule personne avec qui tu te permettais d’être un peu plus toi-même. Tu fouillais dans tes placards à la recherche de couverts, d’assiettes et de verres et tu installais la table sur la table basse, face à la télé. « Tu veux boire quoi ? Eau, soda ? » Ton frère ne buvait pas d’alcool, et tu étais intransigible là-dessus. Tu l’avais vu se détruire à la mort d’Elias, tu avais vu les conséquences de l’alcool sur son comportement et sa santé et tu refusais que ça recommence. Il s’installait dans le canapé et tu étalais la nourriture sur la table basse, avant de te caler dans ses bras doucement. « Comment tu vas ? » Et c’était une réponse bien plus profonde qu’un “ça va” ordinaire que tu attendais là. Tu savais que ton frère ne se remettrait jamais vraiment de la mort de son fils, comme toi tu ne pourrais jamais oublier non plus. Tu avais perdu ton neveu, ton filleul, et il te manquait jour et nuit. Tu étais loin d’être une personne très sociable, tu n’étais pas ce genre de personne qui aimait apposer des photos chez elle pour se souvenir, et pourtant, les seules photos qui ornaient ton frigo étaient celles d’Elias.


I warn you not to doubt the silence before the storm. If I have learned anything, it’s that quiet is so much more terrifying than sound. AND I HAVE ALWAYS HELD SILENT RAGE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 370 messages et j'ai : 280 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Charlie Hunnam et je crédite : (av) ΛLDEBΛRΛN, endlesslove, (signa), moi pour le profil.

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Sam 8 Juil - 15:14

The best moment in time
— with Blake Jansen

Dès qu’elle entre dans ton champ de vision, tous tes problèmes s’évaporent. Blake est là et c’est tout ce qui compte. A ses côtés, tu ne ressens pas seulement une accalmie sans borne, tu es surtout enveloppé par une sorte de paix intérieure difficile à atteindre. Avec elle, c’est possible. Vous pouvez rester l’un à côté de l’autre pendant des heures entières sans que vous n’ouvrez la bouche, la sensation de paix persistera. Des fois, tu n’as pas besoin de lui dire ce qui te tracasse, elle le comprend. Quand tu as commencé ton combat contre l’alcool, elle t’avait épaulé et même lorsque t’avais sombré pendant le processus, elle s’était raccrochée sans jamais te faire la morale. C’est ce que tu aimes chez ta soeur, sa capacité à encaisser sans faillir. Et tu te demandes à présent si ce n’est qu’une carapace. Si derrière ce visage angélique et ce sourire constant, se cacherait peut-être des blessures qu’elle n’ose pas pointer. Après une longue étreinte, tu entres dans l’appartement et tu retrouves ton canapé préféré. Tu déposes un coussin sur tes cuisses et croises tes bras dessus alors que tu la suis du regard. L’odeur de la nourriture te donne subitement faim même si la réelle raison de ton appétit est ta soeur. « Oui ça va. » Tu sais qu’un banal “ça va” ne la satisfait pas et tu t’attends déjà à mieux expliquer ton état d’esprit plus au moins troublé. Tu n’as pas l’habitude d’être affronter à deux femmes et tu as perdu la main. Toi, tu es plutôt du genre à prendre sans donner surtout après l’échec monumental de ton mariage. Pour une fois, tu te sens comme un puceau, un vierge de toutes émotions étrangères et au lieu de les banaliser et passer outre, tu voudrais prendre ton courage à deux mains et les affronter. Ta soeur avait vu juste d’ailleurs et tu ne peux lui mentir. Alors tu esquisses un sourire faussement innocent et tu te cales confortablement sur ton emplacement. Quand elle revient vers le salon, tu déballes tes achats et garnis les assiettes avec les friandises que tu as apporté. « De l’eau c’est parfait. » Tu n’as pas bu une seule goutte d’alcool depuis plus de trois ans et jamais tu ne chercheras à changer ce rythme là. En plus, même si t’aurai envie, jamais tu ne compteras sur Blake pour t’aider dans cette tâche. Elle t’a suffisamment vu toucher le fond pour te permettre de recommencer, ça au moins, t’en es certain. Quand elle revient vers toi, tu la tires à toi en empoignant son poignet et la colle directement à toi. Sa tête trouve sa place sur ton épaule alors que ta tête se pose doucement sur son crâne. Voilà, tu te sens bien là au point de fermer les yeux et d’ignorer les appels de ton ventre. Blake repose la même question et tu comprends ainsi que ta soeur ne lâchera pas le morceau. Borné est un trait de la famille visiblement. « Crois moi ça va. Le 30 janvier est passé alors ça va. » Le 30 janvier, la date du décès de ton fils. Une date qui te rend morose et de très mauvaise humeur, un peu comme ta soeur aujourd’hui. « La question est, si toi tu vas bien ? Tu me caches quoi ? » Blake n’es pas la fille la plus démonstrative ou expressive qui soit mais tu es son frère et tu sens quand quelque chose la tracasse. Là, c’est définitivement le cas. « Prête pour une soirée lamentation ? » Ta question te fait rire car même si quand la vie n’était pas si clémente avec vous, vous avez su garder la tête haute et tu es certain que cela ne changera probablement jamais. « Tes études ? Autre chose ? » Tu tends ton bras pour attraper le verre d’eau et en boire une gorgée sans pour autant lâcher ta soeur.      



    We used to play pretend
    Now life is laughing at our face △ Wish we could turn back time, to the good ol' days,
    When our momma sang us to sleep but now we're stressed out ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 137 messages et j'ai : 378 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gabriella Wilde et je crédite : ultraviolences (avatar). bat'phanie (signature).

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Mar 18 Juil - 15:53

The best moment in time
— with Clyde Jansen

Ton frère t’attirait vers toi et tu te blottissais immédiatement dans ses bras, ton crâne trouvant son épaule, cette épaule réconfortante qui avait toujours été là, dans les moments les plus difficiles. Vous n’aviez pas eu la vie facile. Tu avais vu ta vie terrassée par un cancer à l’âge de quinze ans, et ton frère avait été terrassé par le décès de son fils. Malgré tout, vous vous étiez relevés. Tu ne savais pas comment, tu ne savais pas où vous aviez trouvé le courage d’affronter la vie comme vous l’aviez fait. Clyde t’expliquait qu’il allait réellement bien car le 30 janvier était passé et tu acquiesçais doucement, c’était six mois en arrière mais tu te rappelais encore le jour où tu avais amené des fleurs sur sa tombe. Sa toute petite tombe. Tu n’étais pas expressive, ni même émotive, du moins pas quand tu étais triste. Mais ce jour-là, tu laissais toujours couler une larmes. Parce qu’Elias te manquait, parce que tu aurais tellement aimé le voir grandir, l’accompagner à l’école et lui apprendre à peindre. Mais on t’avait privé de tout ça. Tu soupirais en levant les yeux au ciel lorsque le blond te demandait de lui dévoiler ce que tu cachais et tu laissais retomber ta tête sur son épaule, tu ne pouvais pas lui dire. Pas maintenant. Tu secouais la tête à droite et à gauche lorsqu’il te demandait si c’était tes études qui te tracassait et tu finissais par lui répondre. « Des histoires avec un mec un peu trop collant. Rien de bien intéressant. » Tu haussais les épaules doucement et tu te relevais pour ouvrir les sachets qui commençaient sérieusement à te donner faim, ce qui s’y trouvait à l’intérieur ne faisait qu’aggraver encore plus les choses. Nouilles, sushis, des plats japonais, tout ce qui pouvait te faire le plus plaisir se trouvait dans ces petites boites de carton. Tu sortais les sushis de la boite et lorsque remarquais le nom du restaurant dans lequel était allé ton frère, tu te tournais vers lui avec un sourire en coin. Le Sakura, votre restaurant japonais préféré. Tu te souvenais y avoir passé tellement de temps, avec Clyde, avec tes amis. C’était un peu ton quartier général là-bas, tu l’adorais et tu avais fini par sympathiser avec les gérants. « La meilleure nourriture du monde. T’es parfait. » Tu déposais un baiser sur la joue de ton frère en étalant les cartons un peu partout sur la table, vous permettant de vous servir comme vous le désiriez et tu attrapais des baguettes en enfournant un sushi directement dans ta bouche. Tu étais très fine, parfois trop, c’était ce que t’avait souvent répété ton frère, et pourtant ce n’était pas histoire de ne pas manger. Si tu étais un paradoxe à toi toute seule, ton corps et ta relation avec la nourriture le prouvait une nouvelle fois, tu mangeais tout et n’importe quoi, à n’importe quelle heure de la journée et en plutôt grosse quantité et pourtant, tu ne prenais pas un seul gramme. Ce qui faisait littéralement rager tes amies. Tu plantais tes yeux dans ceux de Clyde à nouveau et tu décidais d’essayer d’en savoir plus sur sa vie amoureuse, c’était toujours un sujet complexe à aborder avec toi car tu étais une petite soeur très très possessive, et tu avais du mal à supporter toutes les femmes qui s’approchaient de ton frère. « Alors ? T’as rien de croustillant à me raconter ? » Tu avais entendu parler d’une jeune femme qui obnubilait les pensées de ton frère et tu voulais désormais en savoir plus.


I warn you not to doubt the silence before the storm. If I have learned anything, it’s that quiet is so much more terrifying than sound. AND I HAVE ALWAYS HELD SILENT RAGE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 370 messages et j'ai : 280 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Charlie Hunnam et je crédite : (av) ΛLDEBΛRΛN, endlesslove, (signa), moi pour le profil.

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Lun 24 Juil - 21:33

The best moment in time
— with Blake Jansen

Voilà des années que ton unique fils a quitté la vie. Certains diront que le temps guérit toutes les blessures. Ce n’est pas faux. Chronos t’a aidé à ne plus culpabiliser mais il n’a pu effacer toutes tes peines. Tu ne peux oublier ta chair, ton propre sang et tu sais que même si la vie t’offre un autre enfant, jamais il ne prendra la place d’Elias. Tu n’as pas besoin de dire toutes tes pensées à voix haute, le simple hochement de tête de ta soeur, suffit à te montrer à quel point elle lit en toi. Combien elle te connait. Pourtant, plusieurs années vous séparent. On aurait dit qu’une relation banale et concentrée seulement sur les liens de fraternité vous lie, ce n’est pas vrai. Blake n’est pas seulement ta petite soeur, elle est aussi la prunelle de tes yeux, ton amie, ta confidente et la seule femme au monde que tu ne cesseras jamais d’aimer. C’est pour cette raison que ses états d’âme, sa vie en entier t’intéresse. Ce n’est pas une simple question de curiosité. Non, tu es réellement et incommensurablement intéressé et concerné par tout ce qui se passe dans son quotidien. Sa réponse ne te surprend pas et elle n’alimente pas non plus ton inquiétude. Mais tu n’es pas oppressant, tu ne la brusques pas en insistant quand bien le regard que tu poses sur elle, montre à quel point tu ne crois pas ce qu’elle te raconte. Tu lui fais confiance, tu ne la crois pas certes mais tu as confiance en sa capacité de s’en sortir comme elle l’a toujours fait. Ta soeur a tout de même passé une grande épreuve qu’est le cancer et elle est arrivée à le vaincre. Elle est forte Blake et c’est quelque chose que tu as toujours su. Tu la laisses se décrocher de ton étreinte pour vous servir. L’odeur est puissante et te donne doublement faim. N’empêche que le regard qu’elle pose sur toi, vaut toute cette attente. Oui, tu connais ses gouts, tu sais que même si ta soeur n’est pas démonstrative, elle aime les petites attentions que tu lui offres dès que tu peux. Tu sais aussi qu’il suffit d’un rien pour la faire sourire. « As-tu un jour douté de ma perfection ?» Un sourire taquin se dessine sur tes lèvres alors que tu lui ébouriffes les cheveux. Tu attrapes des baguettes et après avoir trempé un sushi dans la sauce soja, tu l'engloutis non sans pousser un petit son de complaisance. Ce restaurant a une place particulière pour vous quand bien même la nourriture est fortement délicieuse. Tu prends un des deux paquets de nouilles pour en manger un peu avant de t’arrêter directement, levant les yeux sur ta soeur. Elle insiste et tu la connais pour savoir qu’elle ne laissera pas tomber. Elle est comme ça Blake, fortement déterminée à te dénicher toutes les informations qu’elle désire. « D’accord, t’as gagné.» Non sans sourire, tu prends le verre d’eau pour en boire quelques gorgées et tout en essuyant les lèvres, tu reprends la parole. « Je pense que j’ai perdu la main avec les femmes. » Tu pousses un long soupir. « Tu sais que je n’ai pas eu de relation depuis … trop longtemps. » Ta soeur sait que pour toi, les femmes, n’étaient qu’un substitut pour combler tes envies de mâle et rien d’autres. « Seulement là, y en a deux. Une que j’apprécie de plus en plus et , je te mens pas, ce n’est pas agréable.» Tu n’es plus habitué de laisser une femme habité tes pensées et cette perspective t’effraie et te rassure à la fois. Un sentiment très étrange. Tu maintiens le silence un instant, le temps de regarder ta soeur dans les yeux. « Je ne sais pas si je suis prêt.» Tel est le vrai problème.



    We used to play pretend
    Now life is laughing at our face △ Wish we could turn back time, to the good ol' days,
    When our momma sang us to sleep but now we're stressed out ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 137 messages et j'ai : 378 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gabriella Wilde et je crédite : ultraviolences (avatar). bat'phanie (signature).

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Mer 2 Aoû - 14:08

The best moment in time
— with Clyde Jansen

« As-tu un jour douté de ma perfection ? » Tu éclatais de rire alors qu’il t’ébouriffait les cheveux et tu lui donnais un coup de coude dans les côtes, avant de le suivre dans la dégustation des sushis. Il n’y avait absolument rien de meilleur au monde. Tu te tournais vers lui, avec l’air le plus sérieux du monde sur le visage et, comme à ton habitude, tu commençais à faire ta fouine concernant sa vie sentimentale. Tu étais comme ça, tu étais possessive et tu voulais connaitre absolument toutes les femmes qui s’approchaient de ton grand frère. Lorsqu’il t’annonçait que tu avais gagné et qu’il allait tout te raconter, un petit sourire victorieux apparaissait à la commissure de tes lèvres, et tu te positionnais de façon à pouvoir l’écouter pleinement. Tu reprenais un sushi entre tes baguettes et tu le fourrais dans ta bouche pour l’apprécier, alors que Clyde commençait par t’expliquer qu’il pensait avoir perdu la main avec les femmes. Tu acquiesçais doucement lorsqu’il précisait qu’il n’avait pas eu de relation depuis longtemps et tu l’encourageais à continuer en le regardant dans les yeux. Tu savais que depuis qu’il s’était séparé de sa femme, les femmes n’avaient été qu’un moyen de se satisfaire, d’assouvir ses besoins primaires. Clyde, il avait peur de retomber amoureux, tu le savais et tu ne pouvais que le comprendre. Toi, t’avais vécu une histoire, une seule et tu t’étais retrouvée au fond du trou lorsqu’elle avait pris fin, et depuis, tu faisais comme ton frère, tu consommais pour ton désir personnel, et rien d’autres. Tu passais ta main dans tes cheveux lorsqu’il t’expliquait qu’en ce moment, il y avait deux femmes qui l’intéressait et tu fronçais les sourcils. « Deux ? » Une qui lui plaisait de plus en plus, et à ce moment là, tu te pinçais les lèvres. Tu n’étais pas de celles qui donnent des conseils, car tu étais tout simplement nulle en relations humaines, que ce soit en amour ou même en amitié, tu ne prenais jamais de pincettes et ça avait tendance à énerver tes interlocuteurs. Tu ne savais pas faire dans la finesse, tu n’étais pas comme ça. Tu prenais la main de ton frère dans la tienne et tu la caressais doucement. « Tu es prêt Clyde, tu as simplement peur. Comment elle s’appelle ? Tu la vois depuis longtemps ? Et l’autre alors, elle te plait aussi ? » Tu étais curieuse, tu voulais aussi mener ta petite enquête de ton côté pour savoir si cette jeune femme était fiable, tu ne voulais pas que ton frère souffre à nouveau, tu savais que cette fois-ci, il ne s’en relèverait pas. Alors oui, tu allais fouiller, fouiner comme tu savais si bien le faire, et si cette jeune femme, ou l’autre, ou peu importe laquelle, faisais souffrir ton frère, tu promettais de lui faire payer. Clyde était tout ce que tu avais de plus cher au monde, et le faire souffrir c’était te faire souffrir aussi, et clairement ce n’était pas ce que tu désirais, tu avais assez souffert dans le passé pour qu’on en rajoute une couche aujourd’hui. « Je crois qu’on est dans la même galère. J’ai ce mec qui s’accroche à moi et je… Je sais pas. Je ne veux pas plus mais en même temps j’aime quand il est là. C’est assez bizarre. » Tu reprenais un sushi puis tu plantais tes baguettes dans le paquet de nouilles chinoises avant d’en porter une bouchée à tes lèvres pour les déguster, Sergio, tu étais attachée à lui, mais pas de manière affective. Tu aimais quand il était avec toi, tu aimais vos nuits mais tu détestais lorsqu’il commençait à devenir trop sérieux, ce n’était pas ce que tu souhaitais avoir avec lui.


I warn you not to doubt the silence before the storm. If I have learned anything, it’s that quiet is so much more terrifying than sound. AND I HAVE ALWAYS HELD SILENT RAGE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 370 messages et j'ai : 280 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Charlie Hunnam et je crédite : (av) ΛLDEBΛRΛN, endlesslove, (signa), moi pour le profil.

MessageSujet: Re: The best moment in time - Blake   Lun 7 Aoû - 11:42

The best moment in time
— with Blake Jansen

Tu n’es plus habitué à t’ouvrir de la sorte. Tu as même oublié comment faire, quoi dire, par où commencer. Après ton divorce, tu as considéré les femmes comme un objet dans lequel tu te vides avant de le balancer sans aucun état d’âme. Bien évidemment, avant d’aller plus loin, tu as toujours annoncé les couleurs ; aucun attachement est de rigueur. Ce qui t’a poussé d’ailleurs à ne jamais coucher deux fois avec la même femme. Moins de maux de tête et ce rythme t’allait jusqu’à ce qu’elles entrent dans ta vie. D’un côté, il y a la force et de l’autre, il y a la faiblesse et ton coeur balance entre les deux. Ta soeur se positionne pour mieux t’écouter et toi, tu éprouves un léger malaise. Avant d’ouvrir les lèvres, tu manges un nouveau sushi comme si ce geste pouvait te donner le courage nécessaire de mettre tes ressentis sur le tapis. Ceci fait, tu fais sortir ton paquet de clopes et tu en allumes une alors que tu plantes ton regard clair dans celui de ta soeur. Tu lui expliques rapidement la situation et comme attendu, elle t’interroge sur l’identité de ces deux jeunes femmes. A dire vrai, sa question ne te surprend pas des masses. Blake est possessive par nature et elle l’est doublement avec toi. Depuis que tu as eu l’âge de parler et de comprendre, tu t’es pris d’affection pour elle et Blake se retrouve dans la même situation que toi. Au Texas, tu surveillais ses fréquentations sans pour autant interférer et tu sais qu’elle l’a fait elle aussi. C’est pour cette raison que tu ne te montres pas radin en matière d’informations. Alors que tu lui souris doucement et après avoir tiré sur sa cigarette non sans plisser les yeux, tu t’exprimes. « Elle s’appelle Hasna. La première fois que je l’ai vu, Beast avait massacré ses pots de fleurs … cette petite bête.» Je n’ai pas cherché à la baiser dès le premier soir. Ca me ressemble pas.[/b]» Et Alison. La jeune femme qui habite chez moi et que j’aide pour l’alcool.[/b]» Tu as déjà parlé de la brune à ta soeur sans jamais entrer dans les détails. D’ailleurs, ta soeur t’explique qu’en réalité tu es prêt, tu as seulement peur. « Et tu as sans doute raison. Je suis pétrifié à l’idée d’être à nouveau avec une femme.» Parce que selon toi, ton ex-épouse t’a tout pris alors que tu lui as tout donné. Naïvement t’avais pensé avoir trouvé la bonne. Les années t’avaient montré ton échec et c’est ce fiasco qui te tord les tripes. En lui indiquant ton état actuel, tu ne cherches pas à récolter des conseils. Tu es presque sûr que peu importe ce qui arrivera, tu feras du mal à l’une ou à l’autre. C’est quelque chose d’inévitable et c’est aussi ça qui te fait peur. Tu as souffert et tu ne voudrais pas refaire la même chose à d’autres. Blake s’ouvre à son tour et tu la regardes avant de serrer sa main dans la sienne comme elle l’avait fait précédemment. « On aurait dit que les Jansen sont des handicapés des sentiments. » Tu te mets à rire, détendant un peu l’atmosphère mais ta soeur te connait si bien pour savoir que tu ne lâcheras pas le morceau. « C’est qui ? Un étudiant comme toi ? Tu ressens quoi quand tu es avec lui ?» Tu hausses un sourcil en attrapant à nouveau ton paquet de nouilles.« Ne me dis pas qu’il s’agit de ton meilleur ami ? Il n’est pas fait pour toi.» Au moins ça, tu en es certain



    We used to play pretend
    Now life is laughing at our face △ Wish we could turn back time, to the good ol' days,
    When our momma sang us to sleep but now we're stressed out ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
 
The best moment in time - Blake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Bronx :: Riverdale-