Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 painful apologies - April

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 600 messages et j'ai : 3 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Brittany Robertson et je crédite : DAvy

MessageSujet: painful apologies - April    Lun 12 Juin - 22:15


painful apologies
Feat @April L. Gatling
J’étais en face du bar où je pensais y trouver April. Elle devait être complètement ivre à n’en plus savoir ce qu’elle faisait dans la vie depuis des années. Ou alors elle jouait tout simplement à un jeu dangereux avec moi ? Elle me forçait à réagir sinon, elle ne m’aurait pas contacté au beau milieu de la nuit surtout si c’était pour s’envoyer en l’air avec une autre. Elle n’avait pas tort d’une certaine façon, je n’avais plus rien à dire et elle n’avait plus de compte à me rendre puisque j’avais moi aussi, fauté en couchant à nouveau avec Irina. Je n’avais rien à dire en réalité mais la savoir dans un état aussi médiocre, je devais réagir. Ses mots me blessaient vraiment car j’avais l’impression de vivre en direct ce que mon ex m’avait subir il y a deux ans en couchant avec une autre… profitant que je n’étais pas là. Je n’étais pas arrivée devant ce bar lesbien bondé par la rareté de son thème. J’avais enroulé ma fille dans sa couverture en prenant son doudou pour aller voir la voisine que je savais insomniaque. Je l’avais remercié évidemment, m’excusant du dérangement en prétextant une amie en détresse. Ce n’était pas un mensonge, j’étais vraiment en inquiète pour April alors elle me laissa partir, ma fille dans ses bras.

Dans ma voiture, je répondais régulièrement à ses messages parce que je ne voulais pas lui faire croire que je l’avais abandonné. Irina était partie depuis plusieurs semaines déjà. On avait passé un cap suite à son absence et de l’eau était passé sous les ponts. On avait rompu le soir où j’étais venue dire à April que je l’aimais toujours et que je n’avais pas prévu le retour de la tête colorée. J’étais vraiment dans un moment de ma vie complètement perdue. Je ne savais plus qui j’étais alors que je n’avais qu’un envie, retrouver les bras de la brune qui souffrait de la rupture forcée que je lui avais imposé. Je ne voulais plus être celle qui se laissait vivre en attendant que le drame la surprenne. J’étais prête à prendre les choses en main et de favoriser mon bonheur d’une part et l’habitude de l’autre. J’avais tellement vécu de très bons moment avec Irina mais au stade où on était, je savais qu’il n’en sortirait rien de bon et qu’il était temps d’avancer et de passer à autre chose.

Le changement n’avait pas forcément que du bon. Morrigan qui était vraiment attachée à Irina me l’avait bien fait comprendre durant ses semaines où je n’avais été qu’avec elle. Il était clairement difficile de faire comprendre à une petite de 5 ans que le coeur avait ses raisons que la raison ignore et lorsque je lui avais parlé d’April, elle m’avait rappelé l’idée lumineuse de cette dernière de l’emmener au zoo. « Allez, mauvaise troupe ! » m’encourageais-je en sortant de la voiture, mon sac à main et mes clés dans chaque main. Je n’étais pas certaine de ce que j’allais bien pouvoir faire en entrant dans ce fichu bar, exactement le même où nous nous étions rencontrées en dehors de nos statues de policière et d'interroger avec un énorme lampe blafarde pour m’aveugler. Je poussais la porte après que le gorille me laissa entrer après m’avoir demandé ma carte d’identité. C’était un comble d’être une maman indépendante et majeur depuis trois ans que de devoir justifier de sa majorité. C’était tout simplement une chose des plus humiliante que je devais faire pour pouvoir entrer dans un bar. Je bravais un petit peu mon passage embarrassant pour continuer dans ma lancée. Je me dirigeais directement au bar pour tenter de mieux me repérer. Evidemment, le bar était blindé de monde et trouver une personne devenait un véritable exploit : « Tu bois quoi ?» Je sortis un billet de ma poche et lui demanda son cocktail du jour tandis que je continuais de scruter les alentours. A chaque fois que je pensais la trouver, la nana se retournait et c’était clairement pas April. Alors je repris mon téléphone après que le barman me servit et je lui envoyais un message.
Ce fut au moment où j’envoyais le message que je me retournais pour remarquer qu’elle était à l’autre bout, accompagnée. J’imaginais que j’espérais qu’elle disait ça pour m’embêter mais en réalité, ce n’était pas des paroles en l’air. Une violente douleur reconnaissante entre mille me prit au niveau de ma poitrine. D’un côté, je ne pouvais pas lui en vouloir, elle avait sa revanche. Je me détournais la tête lorsque la sienne se redressa vers moi alors qu’elle terminait de lire le message que je venais surement de lui envoyer.
© FRIMELDA




You're still in my heart ! Love you — Malena.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 235 messages et j'ai : 2 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Lucy Hale et je crédite : Lempika.

MessageSujet: Re: painful apologies - April    Lun 26 Juin - 2:58


Painful apologies
Tu es face à cette fille. Ta proie de la soirée, le chalenge que tu voulais atteindre. Elle t’a séduite mais pourtant maintenant il n’y a rien qui t’attire. Elle est canon, ça oui et en temps normal tu l’aurais bien mise dans ton lit. Mais maintenant que la partie drague est passé, elle ne te donne plus envie. Quand elle était inaccessible elle était intéressante, attirante. Tu avais envie de la capturer, la mettre dans ton lit, la sentir entre tes cuises. Tu avais pris plaisir à parler avec elle, à la draguer et l’atteindre. Mais maintenant que tu avais réussi ça ne marchait plus entre vous. Il n’y avait pas d’étincelle. En fait il n’y avait plus d’étincelle avec personne depuis une certaine personne. Personne à qui tu envoyais en ce moment des messages. La fille face à toi ne semblait pas vraiment s’en soucier. De toute évidence aucune de vous ne s’intéressait beaucoup à l’autre. Cette fille devait avoir la même envie que toi, juste passer sa nuit avec quelqu’un pour ne plus penser à une autre. Mais tu n’y arrivais pas vraiment. Tu avais été un second choix et tu t’étais fait jeté. C’était dur pour toi de l’accepter. Tu aimais vraiment Malena et tu t’étais investie dans votre relation, tu avais aussi noué des liens avec la fille de cette dernière. Mais il avait suffi que l’ex de Malena repointe le bout de son nez pour qu’elle te jette. Tu l’avais un peu à travers de la gorge et tu lui faisais bien comprendre à travers tes messages. Il y avait ta colère qui guidait tes messages et aussi ton taux d’alcoolémie très élevé, beaucoup trop mais tu t’en foutais. Ce soir-là tu fêtais ton retour dans ton unité, enfin tu avais eu le droit de recommencer à faire ton boulot. Et puis tu avais bu d’avantage quand tu avais vu cette fille si canon. Au final ça ne servait plus à grand-chose, tu ne voulais plus d’elle, tu avais beau essayé de penser à cette fille dans ton lit, ça ne te faisait rien. Tu la trouvais canon pourtant mais ça ne suffisait pas, elle te semblait fade, sans personnalité. Alors tu commandais un nouveau verre et puis continuais tes messages. Malena bluffait elle ne viendrait pas, tu le savais. De toute façon elle était avec sa saloperie d’ex alors pourquoi elle soucierait d’avec qui tu pouvais trainer la nuit. Tu regardais de nouveau cette fille face à toi, tu hésitais, tu n’avais pas envie mais tu avais besoin. Oui tu étais en manque, tu voulais quelqu’un dans ton lit cette nuit. Alors que tu te faisais cette réflexion tu reçus le dernier message de Malena. Tu tournais la tête et tu la vis au fond du bar. Alors elle était venue. Tu souris en remettant ton téléphone dans ta poche et glissais quelques mots à la fille face à toi. Tu déposais un baiser sur ses lèvres avant de rejoindre Malena « Salut jolie blonde » Tu posais ton verre face à elle et tu t’assis. Ta jambe vint se frotter à celle de Malena alors que tu gardais un air de ne pas y toucher. Puis tu souris « En fait on se demandais avec ma nouvelle copine si un plan à trois te brancherait » En réalité tu avais simplement dit à ta proie de la soirée que ce ne serait pas possible entre vous. Tu voulais juste voir la réaction de Malena. Car avec ton esprit embrumé par l’alcool. La haine que tu ressentais envers elle se dissipais un peu pour laisser place au désir. Oui tu la voulais de nouveau dans ton lit. Tu voulais qu’elle hurle ton nom une dernière fois. Tu demandais doucement « Alors ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 600 messages et j'ai : 3 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Brittany Robertson et je crédite : DAvy

MessageSujet: Re: painful apologies - April    Mar 25 Juil - 16:17


painful apologies
Feat @April L. Gatling
Je répondais à chaque fois que la jeune femme m’envoyait un message. Il peut être en plein milieu de la nuit comme en plein travail, je ne peux pas me résoudre à ne pas lui répondre. Lorsque j’avais reçu le premier message d’April, je ne savais pas vraiment comment réagir jusqu’à ce qu’elle me mette indirectement au défis de venir la voir. Je ne savais pas comment lui dire qu’Irina était partie après notre longue discussion au sujet de notre couple. On allait droit dans le mur, plongée dans une ancienne routine qui ne nous appartenait pas, ou en tout cas, qui n’était plus la mienne. J’avais parcourus cette route jusqu’à Riverdale, je savais où elle était même si le doute planait. Elle n’avait pas répondu à mes questions, elle jouait tout simplement avec mes nerfs et je m’inquiétais beaucoup trop de son état d'ébriété. D’abord, elle se retrouvait dans une mise à pied forcé après avoir tiré une balle dans le pied dans de ses collègues et puis maintenant, elle se retrouvait ivre morte dans un bar, entrain de s’attarder doucement sur chaque petite minette qui pouvait lui passer sous la main.

Ce n’était pas tant qu’elle couchait à droit à et à gauche qui me gênait, c’était qu’elle se mette volontairement en danger et, autant être honnête, c’était à cause de moi. Alors je n’avais pas hésité pour déposer ma fille chez la voisine, expliquant brièvement la situation et que je ne rentrerai pas trop tard, pas trop tard non plus. Je voulais trouver une solution : la dernière que je l’avais vu, elle était au plus mal mais on avait réussi à trouver un terrain d’entente. Qu’est-ce qui avait changé jusqu’à ce soir ? Je n’en avais aucune idée mais après tout, l’alcool désinhibe les personnes les plus saines d’esprit, surtout à forte dose donc, dois-je vraiment me poser la question maintenant ? Je l’ignorais c’est pourquoi je n’ai pas mis longtemps avant d’avoir pris la voiture et forcé jusqu’au bar de notre première rencontre, au tout début d’année 2017. Maintenant, il allait falloir jouer carte sur table mais je ne savais pas si, dans l’état où elle était ce soir, l’effet allait être concluent. Peut-être allait-elle seulement m’envoyer promener ou tout simplement me demander de partir car elle n’était plus ma petite amie ? J’aurai aimé avoir les réponses maintenant avant de tomber nez-à-nez dessus, histoire de garder un peu d’amour-propre même au fond, je méritais ce sentiment horrible de culpabilité. Je le savais depuis le début qu’Irina ne faisait plus partie de ma vie, je ne pouvais même pas répondre à la question principale que l’on me posait tous les jours ou presque : Pourquoi es-tu retournée avec elle ? J’éludais, je n’avais des comptes à rendre seulement à April mais même avec elle, les mots ne fusaient pas, je restais muette, sans comprendre mon propre comportement.

Cette histoire me rappelait Evie et aujourd’hui je soupçonnait le côté involontaire du baiser soudain qu’elle m’avait donné lors de la fête de la rentrée à Columbia. J’étais restée muette de surprise car c’était la première fois qu’elle m’embrassait depuis nos retrouvailles et puis, Evie avait tout simplement conclu le reste : je l’avais trompé et surtout, je n’avais pas repoussé la grande ingénue. L’histoire se répétait et cela ne m’avait pas rendue heureuse pour autant c’est pourquoi je me retrouvais dans ce bar, à commander un cocktail sans alcool au bar tandis que je regardais April faire les yeux mi hagard par l’alcool mi doux par le désir de cette femme. Je ne pouvais pas ignorer le sentiment de jalousie mais également de colère qui me traversaient l’esprit à chaque fois que mon regard se posait sur elles. Trouvant cette situation particulièrement ridicule, j’envoyais le message fatidique. Je voulais lui prouver qu’elle se trompait lourdement sur mon compte malgré les apparences qui n’étaient pas en ma faveur à cause de cette malheureuse histoire. Je voulais tellement remonter le temps et éviter de faire cette erreur mais le retourneur de temps n’était qu’une piètre invention pour arranger tous les problèmes dans une franchise prénommée Harry Potter.

Lorsqu’April réceptionne le message, elle sauta presque sur son téléphone pour lire, elle attendait probablement que ça : que je lui envoie un message. Or j’avais l’esprit trop naïf pour cela alors je lui annonçais que j’étais arrivée et dans la foulé, là où j’étais. Son visage se redressa et bien qu’elle était un peu loin, je savais qu’elle me cherchait du regard. Je levais la main droite, celle qui ne tenait pas le verre et, j’étais incapable de faire autre chose. Je pris une profonde respiration en la voyant murmurer quelque chose à sa copine du moment et je la suivis un moment du regard lorsqu’elle commença à faire le tour. Je pris mon verre, le souleva du bar et l’approche de mes lèvres pour goûter ce doux mélange de fruit mélangeant banane, pomme et kiwi. Je tombe littéralement fan même si la voix qui finissait par atteindre mes oreilles me cripa : « Salut jolie blonde » Je fermais les yeux le temps de déglutir et surtout pour me faire gagner du temps : « Salut, April !» Je m’attendais un peu à tout avec elle, depuis ces derniers messages, je ne savais plus sur quel pied danser alors j’attendais. Dans le mouvement où elle s’était approchée pour s'asseoir à mes côtés, je ne sursautais pas quand sa jambe frôla la mienne : « En fait on se demandait avec ma nouvelle copine si un plan à trois te brancherait. » Je pris une profonde respiration, j’ouvris la bouche mais la referma, en portant mon vers à la bouche pour tenter de garder mon sang froid : « Ouais pourquoi pas ? Si tu as un plan sympa à m’offrir avec ta nouvelle gazelle, je ne dis pas non... » Je fixais la brune en ne la lâchant pas des yeux : « Hein, pourquoi pas, après tout ?» Je ne savais pas ce qui m’avait empêché de lui envoyer le contenu de mon verre en plein visage, je ne savais vraiment pas. Je n’étais pas violente mais j’avouais que mon coeur était sur le point d’exploser.
© FRIMELDA




You're still in my heart ! Love you — Malena.
Revenir en haut Aller en bas
 
painful apologies - April
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Bronx :: Riverdale-