Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 When a dream comes true ✯ Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 680 messages et j'ai : 1465 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chelsea Kane et je crédite : wulfhezein (avatar) Endlesslove (signature)

MessageSujet: When a dream comes true ✯ Joshua   Jeu 15 Juin - 16:26

When a dream comes true
— with @Joshua Ling.

Cette semaine loin de New-York m’avait fait énormément de bien. Le weekend prolongé à Koh Lanta était une aventure géniale, à faire au moins une fois dans sa vie. Grâce à ces trois jours, j’aurais appris une chose sur moi : je ne suis pas une aventurière. J’aime avoir un minimum de confort autour de moi. J’ai beau être sportive, il n’y avait aucun problème à effectuer les épreuves, et puis je ne suis pas de ces filles où une poussière sur la peau et c’est le drame, mais ramper dans la boue, les égratignures à tout bout de champs à cause des branchages, et également toutes la faunes d’insectes, c’était trop pour moi. Une semaine dans la famille de mon meilleur ami avait fait du bien à mon moral, et à ma forme. Il était impossible que ça en soit autrement. Judith est vraiment une femme admirable. Une vraie maman poule. Avec elle, c’était impensable de ne pas retrouver la forme. Et puis, la présence du frère d’Allen a grandement aidé aussi. Pouvoir sortir avec quelqu’un, que ce soit pour aller voir un concert ou simplement se balader en ville, ça permettait de faire le vide dans mon esprit. Ce séjour aurait pu être parfait. S’il n’y avait pas eu Lui.

Quelques heures à peine que j’avais posé un pied à San Antonio que les ennuies avaient commencé. Un simple échange de textos, un comportement banal que font des milliers, des millions de personnes dans le monde en même temps. Sauf que comme d’habitude, il avait réussi à tout gâcher. J’avais beau vouloir le sortir de ma tête, son emprise sur moi était beaucoup trop forte. Il a réussi à s’ancrer profondément dans mon être, pour maintenant me torturer de l’intérieur. Il n’a probablement pas conscience du mal qu’il provoque, lorsque d’un comportement jaloux, il me balance être avec une fille au moment où il me parle. La gifle que je m’étais prise lors de ses insinuations. Il m’avait blessé. Et je lui en voulais terriblement. Je n’avais aucune envie de revenir vers lui, mais simplement passer à autre chose. Une semaine s’était écoulée depuis cet incident, et il était encore bien présent dans mon esprit. Beaucoup trop.

Je me baladais dans New-York, pour une fois sans personne avec moi, juste pour le plaisir de marcher vers une destination encore inconnue à mon cerveau. J’avais dans l’espoir qu’une fois arrivée à cet endroit, je saurais que c’était là où je voulais aller. Un concept assez particulier, je vous l’accorde. Mon esprit torturé m’empêchait d’avoir les deux pieds dans la réalité. Si bien que je ne faisais pas forcément attention au monde qui m’entourait. L’élément qui me permettait de revenir sur Terre fut une bousculade. Le choc, bien qu’il n’était pas très fort, était suffisant pour me reconnecter à la réalité. « Oh mince, je suis vraiment désolée, je ne regardais pas… » J’étais bien partie dans ma phrase, mais lorsque mon regard s’était posé sur la personne que je venais de bousculer, les mots restèrent bloqués dans le fond de ma gorge. Jayden, pensez-vous ? Mauvaise mioche. Devant moi, j’ai l’impression d’avoir un mirage, que mon esprit est encore un peu chamboulé pour ne pas me montrer la réalité. Pourtant, les secondes passent et le visage ne se modifie pas. Le rêve que j’ai l’impression de vivre n’en ai pas un. « Oh mon dieu… » Trois mots que je prononçais, alors que l’une de mes mains venait se poser sur mes lèvres, sur le coup de la surprise. « Vous êtes Joshua Ling, le célèbre danseur international… et vous êtes devant moi. Je viens de vous bousculer. » Les mots faisaient leurs chemins jusqu’à ma tête, là où ils prenaient tous leurs sens. « Merde, je viens de vous bousculer… je suis désolée, vraiment. J’étais… perdue dans mes pensées. Je suis sincèrement désolée… » Aujourd’hui, je viens de rencontrer l’une des personnes que j’admire le plus au monde. Un modèle dans le domaine de la danse. J’espère un jour atteindre son niveau, et exceller comme il a pu le faire avec sa partenaire. Et qu’ai-je fait ? Je l’ai bousculé dans la rue. Bravo miss St-James.  




In my mind ☾ In my heart
Just wanna feel your kiss against my lips, And now all this time is passing by, But I still can't seem to tell you why ▬ I hate you. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1037 messages et j'ai : 4139 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Aaron Yan et je crédite : Meimei (avatar) Dearaaronyan (gif)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Jeu 15 Juin - 17:34



 When a dream comes true
Casey & Josh'
   

Y'a pas de mal, répondis-je aux excuses de la femme qui venait de malencontreusement me bousculer dans la rue, après avoir tourné mon regard vers elle et affiché une esquisse amicale en même temps. Après tout, j'étais à moitié fautif dans l'histoire. Profitant de ma pause déjeuner pour errer dans les rues de Manhattan, je m'étais arrêté devant l'une des vitrines qui jonchaient à la rue, attiré par la senteur de différents thé qui émanait de la boutique. Celle-ci me rappela à quel point ma cousine me rabâchait sans cesse que ce qui manquait chez moi n'était autre que du bon thé anglais, le thé chinois que nous envoyaient nos parents ayant un goût beaucoup trop amer comparé à celui des Anglo-saxons. C'est à cause de cette pensée que j'étais planté là, à juger les innombrables parfums proposés, trouvant difficile de faire un choix qui pourrait lui convenir sans lui demander son avis. Je n'avais pas fait attention que ma position pourrait gêner les passants. Cette bousculade en était la preuve même. Quand bien d'autres pressés de New York avaient réussi à me contourner à la dernière minute sans que je ne le remarque réellement, il fallait bien que l'un ou l'une des New-yorkais m'agrippe à son passage. Cela dit, sa réaction fût telle qu'elle resta pratiquement interloquée devant ma personne sans que je ne puisse deviner la raison de cet abasourdissement. Levant mes sourcils, les alignant correctement l'un à la même hauteur que l'autre, mon air rempli d'incompréhension prit possession de mon faciès et je penchai légèrement la tête sur le côté, comme pour demander silencieusement, et indirectement, une explication.

Lorsqu'elle invoqua Dieu dans l'histoire, je fus encore bien plus étonné, surtout qu'elle continuait de me regarder avec cet air béa, bourré de surprises. Timidement, les coins de mes lippes se relevèrent pour former un sourire très peu convaincu, à la limite de paraître telle une cruche devant les yeux brillants de la blondinette. J'attendis la suite de son exclamation, voulant impatiemment comprendre ce qui se passait dans sa tête. Était-ce le fait d'entrevoir les différents thés alignés derrière moi, à l'intérieur de l'enseigne, qui la rendait aussi stupéfaite ? Ce n'est que lorsqu'elle prononça mon nom et mon prénom que mon air d'andouille disparut pour laisser place à une mine positivement choquée. Depuis mon retour à New York, c'était bien la première fois qu'une personne me reconnût en tant que danseur professionnel. Je restais un instant muet, tout comme elle le fût quelques instants auparavant avant d'acquiescer de la tête. Oui, je suis bien réel, indiquai-je sur le ton de la plaisanterie en laissant un rire amusé sortir d'entre mes lèvres, arborant cette expression joyeuse qui m'allait si bien. Enfin je crois, plaisantai-je à nouveau sans malveillance, tâtonnant légèrement mon buste tel un clown qui chercherait le lapin blanc disparu du chapeau d'un magicien. Et vous, vous êtes, demandai-je afin que les présentations soient faites dans leur ensemble. Elle me connaissait, apparemment, quant à moi, je n'étais pas sûr de l'avoir croisé jadis... A moins que mon cerveau n'ait pas eu la politesse de graver son visage dans mes souvenirs.

Lorsqu'elle se présenta sous le prénom de Casey, j'hochai la tête agréablement et lui tendis énergiquement la main afin d'engager naturellement la rencontre surprenante et plutôt amusante que venait de créer la jeune femme. Ravi, dis-je simplement en agrippant sa main entre mes doigts pour lui serrer délicatement. Il y a peu de monde qui arrive à me reconnaître parmi autant de gens, vous êtes probablement l'une des premières, d'ailleurs, avouai-je encore un peu sous le choc. C'est bien la première fois que l'on m'accoste en feignant de me faire tomber aussi, continuai-je, toujours d'un air plutôt taquin. Vous êtes peut-être du milieu, demandai-je subitement, je veux dire, vous êtes également danseuse professionnelle, détaillai-je mon interrogation en accordant une oreille tout ouïe à sa réponse. Rencontrer une fan de danse pourrait être pour moi aussi bien un gros chamboulement qu'un plaisir infiniment indescriptible. Je souffrais encore de l'impossibilité de monter sur les marches d'un podium, d'une scène, d'un décor créé par les productions d'artistes. Malgré que je souhaitais plus que tout m'éloigner de cette vie remplie de strass et paillettes, j'étais encore rattaché par mon amour, ma passion et mon coeur à ce passé qui m'avait si longtemps fait briller sous les projecteurs. J'étais conscient que je ne pourrais fuir la personne que j'avais été trop longtemps et la présence de Casey à mes côtés, aujourd'hui, par le plus grand des hasards en était la preuve. Donc... Vous avez raison de croire en vos rêves , affirmai-je à la demoiselle, heureux, malgré tout, que nous ayons pu marquer tout de même l'esprit de passionnés comme cette demoiselle. J'eus d'ailleurs un sourire qui ne pouvait contredire cette pensée et je fus satisfait de voir que le monde artistique était toujours très adulé et apprécié par la jeune population américaine. Vous aimez le thé, questionnai-je l'artiste sportive, regardant la porte du salon qui servait des boissons anglaises dans l'intention de l'inviter à s'y asseoir avec moi, enjoué à l'idée de goûter quelques saveurs, si elle avait du temps devant elle, bien entendu.
 (c) Meimei
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 680 messages et j'ai : 1465 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chelsea Kane et je crédite : wulfhezein (avatar) Endlesslove (signature)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Ven 23 Juin - 10:41

When a dream comes true
— with @Joshua Ling.

Dans le genre “pas douée”, je venais de faire fort en bousculant cet inconnu dans la rue. Mon esprit était obnubilé par les évènements de la semaine passée. J’étais tout bonnement incapable de mettre l’activité de mon cerveau en pause, et seulement profiter de cette liberté qu'apportent les vacances scolaires. Il fallait encore attendre les résultats des examens, mais j’avais bon espoir de passer en année supérieure. Cet inconnu, finalement n’en était pas un. Pas directement. Je n’avais pas eu de mal à mettre un nom sur ce visage, car je l’avais vu un nombre incalculable de fois, par le biais de vidéo trouvées sur internet. Joshua Ling, un célèbre danseur, en premier lieu par son talent indéniable dans la danse, pour cette osmose avec sa partenaire de son époque de gloire, mais également par son triste destin. Le voir devant mes yeux, en chair et en os est presque un rêve éveillé.

Je ne peux me paraître encore plus cruche lorsqu’il s’adresse à moi, et qu’il confirme être bien réel. L’excitation d’avoir une personne célèbre, et qui plus est que j’admire, me fait perdre mes moyens, et ma bonne locution. J’apporte l’une de mes mains à ma nuque, la frottant légèrement pour masquer mon embarra, avant qu’un sourire timide ne vienne prendre place sur mes lèvres. Où est donc passé ton assurance miss St-James. « Casey, Casey St-James. » Pourquoi avais-je eu le besoin d’ajouter mon patronyme ? Comme s’il pouvait me connaître. Et bien, heureusement que je ne croisais pas régulièrement des personnes aussi importantes dans la rue. Ma réputation en prendrait un coup. J’apportais ma main, qui était précédemment sur ma nuque, à mon épaule pour replacer la lanière de mon sac, alors que j’avançais l’autre vers le jeune homme pour agripper la main qu’il me tendait. Je fus ravie, et peut-être un peu étonnée, d’apprendre que j’étais l’une des rares personnes à le reconnaître dans la rue. Ravie d’avoir ce privilège, mais surprise que les habitants de New-York ne reconnaissent pas ce grand artiste. Une formulation qui venait m’apporter une réponse. La danse est loin d’être le domaine préféré de la population lambda. C’est plus facile de reconnaître un chanteur, ou un acteur. Beaucoup moins une figure emblématique de la danse. Je laissais échapper un rire léger de mes lèvres, prête à me trouver une excuse pour assurer que ce geste maladroit n’était pas prémédité pour faire sa connaissance, mais il enchaînait rapidement en supposant que j’étais du métier également. Ses mots provoquèrent en moi un effet de surprise visible jusqu’aux traits de mon visage, de part mes yeux qui s’ouvraient subitement, ou mes lèvres entrouvertes. Cette hypothèse m’avait tellement surprise que mon temps de réaction était peut-être un peu trop long. « Oh non… pas du tout. »  Un nouveau rire, peut-être un peu nerveux s’échappait de mes lèvres, avant que je ne reprenne. « Enfin… je suis étudiante à l’université de Columbia, en section danse. Mais je suis loin d’être une danseuse professionnelle encore. » Il y avait encore un long chemin à parcourir. Plusieurs années avant d’obtenir ce précieux diplôme. Et là encore, si je l’obtenais, il y avait une chance infime d’être remarqué par une compagnie de danse, ou quelqu’un du milieu. Je n’avais pas choisi la voie de la facilité, j’en avais pleinement conscience. J’aurais pu bêtement suivre les pas de mon frère, et faire des études de droit, pour intégrer son cabinet et passer mes journées derrière un bureau. Sauf que j’ai toujours été quelqu’un hors du moule, à aimer les arts depuis ma plus tendre enfance. La danse, ça a été une évidence. Et si ça n’avait pas plu forcément à ma mère à l’époque, ce choix était respecté aujourd’hui. « C’est juste que… j’ai toujours admiré le duo que vous formiez avec votre partenaire, et j’espère un jour pouvoir acquérir le même niveau de danse que vous. » Une confession presque sortie de nul part, mais elle me semblait utile pour justifier mon comportement. Bien que mon domaine d’étude était suffisamment pour expliquer que je le reconnaissais dans la rue. Croire en ses rêves. Une évidence que l’on devrait tous suivre, mais la réalité est toute autre. Parfois, les embûches qui se dressent sur le chemin nous forcent à abandonner nos rêves à des fins beaucoup plus abordables. « Le… thé ? » Je ne pouvais masquer mon incompréhension, face à cette question si soudaine. Je suivais du regard la direction que Joshua prenait, avant de comprendre. Lors de la bousculade, je n’avais pas pris le temps de regarder autour de moi, sinon, j’aurais remarqué que cet accident avait eu lieu juste devant un salon de thé, où il était possible d’entrer pour s’y asseoir, consommer, mais également faire des achats. « Pardon, oui bien sûr, j’apprécie énormément le thé. J’ai une haine complète pour le café. Il faut bien compenser. » Et encore, associer la caféine avec le mot “haine” était un doux euphémisme. J’en avais une sainte horreur. Juste l’odeur me donnait la nausée. Je n’avais jamais compris cette passion que la plupart des américains avaient, de se balader avec un gobelet de café à la main, à toutes heures du jour comme de la nuit.



Spoiler:
 



In my mind ☾ In my heart
Just wanna feel your kiss against my lips, And now all this time is passing by, But I still can't seem to tell you why ▬ I hate you. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1037 messages et j'ai : 4139 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Aaron Yan et je crédite : Meimei (avatar) Dearaaronyan (gif)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Sam 24 Juin - 18:24



 When a dream comes true
Casey & Josh'
   

Vu ce que vous avancez, je présume ne jamais pouvoir vous croiser dans le Starbucks où je travaille maintenant, tentai-je de plaisanter, laissant une esquisse prendre place sur mes lippes colorées de roses plus ou moins foncées et contournées par un marron tendre, portant volontiers mon regard dans son océan de couleurs. Malgré l'aveu que je vins de faire à Mademoiselle St-James, qui me tenait compagnie sur le trottoir, je ne me sentais aucunement obligé d'expliquer ce retournement de situation. A savoir, donc, être passé de danseur professionnel à barista en l'espace de quelques années d'inactivités. Si elle connaissait notre duo lors de grandes exploitations de nos connaissances et de nos talents, il s'avérait normal qu'elle ait pu prendre possession des informations qui furent la raison de cette descente brutale, de ce fait, et pour ne pas devoir m'expliquer et voir les autres s'apitoyer sur mon sort, notre sort, encore une fois, je préférais forcément passer les détails et en venir aux faits de ma question précédente. Je tentai de trouver du thé doux, mais vu le choix qui s'offre à moi, je pense que je vais directement entrer à l'intérieur et entamer une petite dégustation, expliquai-je alors en tournant mon faciès vers la vitrine de l'enseigne, admirant une fois de plus tous les noms et les sachets qui étaient exposés, ça vous dirait de m'accompagner et de m'aider à choisir, questionnai-je enfin la jolie blonde. Je suis assez indécis comme mec, avouai-je en lâchant un petit rire qui ouvrit mes babines et laissa mes dents se manifester. Bien que j'avais perdu le don de pouvoir m'exprimer sur scène, j'avais toujours cette facilité à montrer mes émotions par mes traits, mes mimiques et, forcément, ces petits gestes qui me sont uniques.

A moins que vous ne soyez prise par le temps, continuai-je vivement pour lui donner une chance de pouvoir s'échapper si elle le désirait, 3]]une tasse de thé et je vous rendrai votre liberté[/b], tentai-je de mimer ces paroles en faisant envoler ma main vers le ciel comme si elle représentait un oiseau d'un geste assez contemporain, un sourire frais sur le visage. Bien évidemment, jamais je ne me serais permis de faire un geste aussi cinématographique devant une personne qui n'était aucunement touchée par l'art, mais vu ce qu'elle m'avait indiqué sur sa personne, elle était tout sauf non intéressée, ce que je trouvais tout bonnement génial. Je n'ai pas souvent la chance de rencontrer une future artiste dans la rue, ça me ferait plaisir que vous acceptiez, tentai-je finement pour avoir la chance de la compter à ma table. Approchant d'un pas pressé, comme je le pus, en tout cas, de la porte, je poussai cette dernière à l'aide de la paume de ma main et lui fis signe de me suivre, toujours avec cet air amical et enjoué. Cela pouvait sembler bizarre de rencontrer un homme qui, après un accident assez douloureux et fort en conséquence, pouvait garder cette mine si joyeuse et s'enjouer de ces si petites choses alors qu'il n'y faisait aucunement attention auparavant. Comme quoi, subir un traumatisme et en revenir changer n'était pas négatif en soi. J'avais appris à vivre autrement, et j'appréciais chaque petit détail qui, jadis, ne m'aurait même pas sauté aux yeux. Si Mademoiselle veut bien se donner la peine, tentai-je d'ironiser en plaçant ma main de telle sorte à ce que je m'amuse à l'inviter tel un gentleman que l'on croisait uniquement dans les films romantiques américains.

Une fois à l'intérieur, je fis signe à la vendeuse qui se trouvait derrière le comptoir que nous étions ici pour boire du thé et dirigeai deux doigts en l'air, tel un signe Peace & Love pour l'informer que nous n'étions que deux. Elle sourit, nous saluant au passage, et nous permit de nous asseoir où il nous semblait plus agréable. D'un hochement de tête, je la remerciai volontiers et mes yeux parcoururent automatiquement la petite pièce qui servait de salon de dégustation. A la recherche d'un coin plutôt agréable, je jetai mon dévolu sur un espace bien rangé, entouré de livres et de plantes bien vertes. De plus, la salle était parfumée de bonnes odeurs de thé qui me titillaient les papilles avant même que je n'eus commandé. Me dirigeant vers cette petite tablée, j'attendis que la danseuse en devenir ne prenne place pour m'asseoir sur l'une des autres chaises disponibles. C'est qu'on se sentirait presque comme chez soi, affirmai-je en me plaçant de manière très décontractée contre le dossier après avoir retiré mon blouson au préalable. Alors dîtes-moi un peu ce qui vous a poussé à choisir de devenir une artiste, demandai-je à Casey afin d'en connaître un peu plus sur le personnage que j'avais la chance de compter en cette journée rayonnante de soleil. Et vous avez déjà passé les examens de fin d'année, interrogeai-je à nouveau la jeune femme en agrippant le feuillet de présentations des divers thés proposés à la dégustation. Vous sentez bien les résultats, continuai-je après qu'elle m'eût répondu. Il vous reste combien d'années encore avant la libération, m'intéressai-je en portant, parfois, mon regard sur la liste interminable des choix qui nous étaient possibles de commander. Vous avez déjà entamé les recherches d'une agence qui serait susceptible de vous prendre sous leurs ailes, tentai-je alors de savoir en reportant toute mon attention sur le visage de la demoiselle.
 (c) Meimei
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 680 messages et j'ai : 1465 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chelsea Kane et je crédite : wulfhezein (avatar) Endlesslove (signature)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Mar 27 Juin - 14:29

When a dream comes true
— with @Joshua Ling.

« Ça serait mentir si je disais venir souvent au Starbucks. » En effet, c’était le dernier endroit où il fallait me chercher. Depuis toujours, j’avais une hantise du café. Ce n’était pas faute d’avoir essayé de goûter, à plusieurs reprises, mais rien n’y faisait. Cette boisson ne serait jamais pour moi. Je préfère me délecter d’un bon chocolat chaud préparé comme le ferait un chef cuisinier, en faisant fondre du chocolat dans du lait, ou bien savourer d’une tasse de thé, que ce soit chaud ou glacé. Toutefois, dans ces quelques mots prononcés par Joshua, je pouvais noter qu’il travaillait à présent dans l’une des plus célèbres enseignes de la ville. Ça pourrait en surprendre plus d’un, mais ce n’était pas le cas pour moi. Bien que je ne sois pas adepte des gossips, je ne prenais jamais la peine de lire le magazine SOS, ou les autres papiers qui relatent la vie des stars, je n’avais pas pu passer à côté de la tragédie qui s’était abattue sur le danseur et sa partenaire. Un accident qui l’avait poussé à prendre sa retraite dans la danse un peu plus tôt que prévu, et revoir ses plans de carrière. Je tourne la tête vers la vitrine, et constate que les paroles du danseur sont faible. À ce niveau, ce n’était plus du choix que proposait la boutique, mais toute la panoplie complète pour devenir indécis, et peut-être pousser à la consommation. Doucement, je repose mon regard vers Joshua, prête à répondre à sa proposition, mais son ajout de parole m’incite à repousser ce moment, un rire léger s’échappant de mes lèvres. « Ça doit être handicapant dans la vie de tous les jours. » Ne pas savoir prendre une décision. Un défaut bien gênant. « Du tout, je n’avais rien de prévu dans l’immédiat. » Après tout, j’étais revenue de la veille de San Antonio. J’avais passé une semaine dans la famille de mon meilleur ami, pour me remettre de ce long weekend sous le signe de Koh Lanta, une idée brillante des préfets de l’université. L’expérience en elle-même avait été sympathique à faire. Mais pour m’en remettre, il ne m’avait pas fallu beaucoup d’hésitation pour accepter la proposition de la mère d’Allen, et de venir chez elle. Note à moi-même, ne plus jamais refaire une telle aventure. Et encore moins déguster des insectes. « Me rendre ma liberté ? Carrément. Je n’ai plus le choix alors. » Un sourire se dessinait sur mes lips, pendant que je remettais la lanière de mon sac sur mon épaule. Je n’avais pas l’habitude d’accepter une invitation d’un inconnu, comme ça, au milieu de la rue. C’était même complètement dingue. Mais l’insistance de Joshua pour que j’accepte avait été convaincante pour que j’accepte finalement. « Vos arguments sont irréfutables. Une tasse de thé alors. » Des mots que j’accompagnais d’un hochement de tête pour accepter définitivement cette proposition. Je jetais un coup d’oeil autour de moi, sans réellement savoir ce que je cherchais. Le monde était le même, il n’avait pas changé. Les habitants étaient toujours en train de marcher sur le trottoir, toujours trop pressés pour admirer la beauté des lieux. Le concert des klaxons émis par les voitures et les taxis. New-York à son état d’origine. Je tournais la tête en direction de l’entrée, et faisais les quelques pas pour me rendre dans l’établissement, non sans un sourire sur mes lèvres en voyant le geste du danseur. Très gentleman. Un comportement qui se faisait rare de nos jours.

C’était la première fois que je venais dans ce lieu. Il était charmant, avec un côté chaleureux. La décoration n’était pas criarde, mais au contraire, douce et chaude à la fois. On trouvait des plantes ici et là, ainsi que de nombreux ouvrages qui donnait cette impression d’être dans un salon de thé combiné à une bibliothèque pour passer le temps, le nez plongé dans un livre. Je m’avançais vers un coin de la pièce, plus précisément vers une petite table qui serait suffisante pour l’ancien danseur et moi même. Je dépose mon sac à même le sol, car je ne suis pas l’une de ces filles à craindre la moindre poussière dessus, puis je m’installe sur la chaise, imitée de près par Joshua. J’acquiesce d’un hochement de tête à ses paroles, tout en retirant la veste que j’avais sur le dos pour la placer sur le dossier de la chaise. « Je n’en sais rien, j’ai toujours admiré la danse, depuis toute petite. J’ai réussi à convaincre ma mère de me faire prendre des cours et… depuis je n’ai jamais pu quitter cet univers. » C’était un peu décevant comme réponse, mais c’était pourtant la vérité. Derrière ce choix, il n’y avait pas une grande histoire. Ce n’était pas un héritage familial. Il suffisait de voir mon frère, avocat et professeur à l’université. Tout comme ma soeur. C’était moi l’exception, celle qui avait préféré une vie un peu bohème dans les arts, au lieu de se tourner vers le droit ou la médecine. « Les examens sont toujours passés et… malgré une période un peu difficile cette année, je pense les avoir réussi. » Si pendant un temps j’étais persuadée de redoubler mon année, à cause de cet accident à San Francisco, et cette blessure idiote, ce n’était plus le cas. Pour mes études, j’étais remontée à bloc, prête à affronter l’année suivante, et toutes celles qui me restait. « Si mes examens sont bons, il me restera encore trois années. » Sauf que ça, c’était dans le cas où je voudrais aller le plus loin possible dans mes études. Je n’avais pas encore décidé si j’allais au bout des neuf années, ou bien si je m’arrêtais après sept ans. Un choix que je devrais faire l’an prochain. De quoi me laisser le temps de voir venir les choses. J’approchais l’une de mes mains du présentoir où l’on trouvait des feuillets, avec les différents choix de thés. La liste était interminable, avec des noms plus exotiques les uns que les autres. La décision finale serait compliquée à prendre. Mon regard parcourait les lignes et les lignes de thé, avant de se relever en direction de Joshua pour répondre à sa question, un peu surprenante. « Pas encore, mais j’ai déjà été remarqué lors des compétitions que je peux faire dans le cadre des études. Sauf que je veux d’abord terminer mon cycle d’étude, avant de m’engager auprès d’une agence, pour avoir une sécurité. Je n’ai pas envie de sauter sur une proposition alléchante, tout abandonner et me retrouver avec rien au final. » C’était tellement facile de faire miroiter les artistes en devenir, d’aller les chercher directement sur les bancs de l’école pour leur proposer un contrat alléchant, et à la moindre erreur les remettre à la rue. Je n’étais pas assez naïve pour tomber dans ce panneau. Tout comme je savais que plusieurs personnes m’en empêcheraient. Que ce soit Allen, mon meilleur ami, ou bien Connor mon grand frère.




In my mind ☾ In my heart
Just wanna feel your kiss against my lips, And now all this time is passing by, But I still can't seem to tell you why ▬ I hate you. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1037 messages et j'ai : 4139 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Aaron Yan et je crédite : Meimei (avatar) Dearaaronyan (gif)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Mer 28 Juin - 15:06



 When a dream comes true
Casey & Josh'
   

Vous êtes très réfléchie, indiquai-je après avoir entendu ses réponses qui me semblaient avoir été recherchées, bien plus que si j'avais été cet étudiant, nullement je n'aurais pu penser aux possibles fins malheureuses que d'accepter un contrat prématurément dans une agence de danse. Je veux dire, vous avez pensé à tout. Jamais je ne me serais dit que l'on pourrait me gruger lorsque j'ai accepté de signer, expliquai-je à la demoiselle qui se tenait en face de moi. Effectivement, dès lors que mon ancienne partenaire m'avait contacté pour que je passe l'audition improvisée, j'avais déjà rêvé la nuit précédente de la signature définitive quand bien même je n'étais pas encore passé devant le manager qui souhaitant me rencontrer et, possiblement, me prendre sous son aile. J'étais encore étudiant à l'époque, je venais de finir ma deuxième année et lorsqu'il fallut allier études et profession de danseur je n'eus pas à hésiter plus longtemps, car je me sentais capable de réussir ma carrière et obtenir mes diplômes. Cela dit, j'avais au moins gagné quelques années intenses et de pures folies, parce que si j'avais attendu la fin de mon master, niveau que je comptais bien rafler avant de quitter l'université, pour profiter de ces différents pas à effectuer sur scène, et que l'accident avait tout de même eu lieu, j'aurais été encore plus malheureux, parce que tous ces bons moments, ces bons souvenirs, que j'avais en tête depuis l'incident c'était grâce à cette impatience qui m'avait habité plus jeune.

Tout peut arriver, tant que la passion reste la même, il n'y a pas de quoi se précipiter, indiquai-je ensuite avant de retourner à la lecture des différents thés proposés par le salon où nous venions de s'installer. Portant ma mâchoire d'un côté puis de l'autre, toujours autant indécis, la vendeuse, qui eût fini avec le client dont elle s'occupait lorsque nous étions entrés, vint à notre rencontre avec un calepin qui, lui aussi, sentait de nombreuses saveurs, comme s'il avait été trempé dans une boisson chaude juste avant qu'elle ne presse ses pas jusqu'à nous. Mes yeux se fermèrent alors furtivement et mes narines prirent pleine possession de ces odeurs qui émanaient des feuilles avec lesquelles elle jouait. Mes paupières se rouvrirent et une esquisse calme, posée et enivrée prit place sur mes lèvres avant qu'un faible souffle ne s'extirpe d'entre ces dernières, comme déjà relaxé. Vous avez choisi, demandai-je à l'étudiante en levant mes sourcils dans sa direction, insistant pour qu'elle fasse son choix en premier. Bien que ça ne se faisait probablement plus, les bonnes vieilles habitudes étaient pour moi les meilleures. La femme devait indiquer sa commande avant que l'homme ne le fasse, de même pour le paiement, jamais je n'avais accepté me faire inviter financièrement par une demoiselle, encore moins lorsqu'elle était jeune. Sauf exception lorsqu'il s'agissait de membres de la famille, pour le coup, ça ne fonctionnait pas de la même façon et on avait surtout pour habitude de partager la note.

C'est quoi le thé des moines, demandai-je surpris de voir une telle nomination pour une boisson chaude. La serveuse se mit à sourire, certainement parce que j'étais asiatique et que la plupart des "Chinois" étaient intéressés par tout ce qui touchaient à leur pays et leurs coutumes. Je portais mes yeux sur la blonde qui me faisait face, puis sur la vendeuse, une fois de plus sur l'étudiante et de nouveau sur la plus jeune. Je suis sérieux, indiquai-je à la demoiselle qui se tenait encore debout, avec une large esquisse sur le visage. Elle me répondit alors, indiquant à l'exactitude les plantes et les fleurs qui étaient présentes. Sublimé par tout ce mélange qui m'enchantait, je ne pus que commander ce thé et ajouter, forcément, une autre saveur pour faire le choix qui était indispensable à l'achat que je devais faire pour ma cousine. Et concubines également, finis-je par terminer en repliant le feuillet du listing des thés et souris à la serveuse avant qu'elle ne s'en aille en nous saluant. Je ne sais pas ce qu'elle a eût tout d'un coup, me moquai-je sans pour autant être grossier, à croire que les blancs peuvent arriver à tout le monde, déclarai-je avant de pivoter mon corps vers la gauche pour toucher les différents bouquins qui étaient installés sur l'étagère à côté de notre table. Vous aimez la lecture, questionnai-je en lisant quelques titres de bouquins à voix basse, mouvant uniquement mes lèvres au grès des syllabes utilisées.

 (c) Meimei


Let me tell you something
No one will be able to say my name without saying yours ✻  I know that we are so different, that we are not probably meant for each other, that a lot of people don't accept the way we feel being together, that our relationship is going to drive us crazy... But I love the way we are. I love us. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 680 messages et j'ai : 1465 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chelsea Kane et je crédite : wulfhezein (avatar) Endlesslove (signature)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Lun 24 Juil - 10:29

When a dream comes true
— with @Joshua Ling.

Je suis touchée par les paroles de cet homme que j’ai en face de moi. C’est un réel compliment d’entendre quelqu’un, et pas n’importe qui, une personne que j’admire par son talent et son parcours artistique, me dire que je suis une personne très réfléchie. J’ai tendance à foncer tête baissée pour certains aspects de la vie, un gros défaut, j’en ai conscience, mais pour mon avenir professionnel, c’est tout le contraire. J’avance à petit pas, et je fais attention à mes choix. Plusieurs sont les élèves qui se sont fait brûlé les ailes à miroiter sur un contrat prématuré, et de ne jamais pouvoir retomber sur leurs pieds. Aujourd’hui, au lieu de vivre de leur rêve, on peut les retrouver à la caisse d’un Starbuck ou d’un Mac Donald, à servir des clients. Ce n’est pas l’avenir que je souhaite pour moi. Je ne veux pas passer plusieurs années à espérer briller un jour sur scène, pour me retrouver dans un établissement sans personnalité à servir des cafés pour des inconnus, toute la journée. Il y a des personnes assez idiotes pour foncer sans réfléchir, accepter la première opportunité un peu miroitante. Je ne suis pas de ces personnes.

Il est temps pour moi de prendre possession de l’une des brochures présentes sur notre table pour parcourir les dizaines de lignes. Il y a énormément de choix, beaucoup trop même pour réellement faire un choix sensé en quelques minutes à peine. Je prends mon temps, je fais attention à lire entièrement les descriptions, et la composition pour être sûre de mon choix. Ou du moins, ce qui s’en rapproche. Cette lecture silencieuse prend fin lorsque l’une des serveuses de l’établissement se matérialise à côté de notre table. Je me retrouve dans la position de celle qui doit faire le premier choix, et bien que mon regard se pose avec insistance sur le danseur, j’abdique et me tourne vers la jeune femme, en lui adressant l’un de mes plus beaux sourires, comme j’en ai l’habitude. Je lui communique le résultat de ma recherche, en essayant tant bien que mal à ne pas faire une erreur dans la prononciation. Le nom est poétique, et les saveurs ont l’air à la fois délicates et gourmandes. Une mélange de fleurs, de fruits et d’épices. Je ne sais pas encore si c’est une bonne idée d’aller dans cette direction. Je ne le saurais qu’une fois la tasse devant moi, lorsque j’aurais pu tremper mes lèvres dans le liquide.

La commande inscrite sur son calepin, la serveuse se retourne vers le célèbre danseur, et je fais de même, mes yeux se posant sur lui. J’affiche un sourire amusé, je me retrouve spectatrice d’un moment assez délicat pour la serveuse, celui où on pense assister à une plaisanterie d’un client, alors qu’il s’avère être sérieux, ce que communique Joshua. Je jete un coup d’oeil à la serveuse, avant de regarder de nouveau Joshua, préférant garder le silence. Le malentendu passé, la jeune femme reprit le chemin de l’entrée pour s’occuper de nos consommations, ou les communiquer à la personne en charge de ce domaine. Je hausse légèrement des épaules en guise de réponses pour le jeune homme. Ce n’est vraiment pas un sujet auquel je veux participer, et je préfère passer au dessus par ce geste désintéressé. « J’aime la lecture à petite dose. » Je lance en l’air. C’est la vérité. Je ne vais pas le cacher. Il y a des personnes amoureuses des mots, je le conçois, mais je ne fais pas partie d’elles. C’est rare que je prenne le temps de m’installer dans le fond d’un fauteuil pour dévorer un ouvrage. Je suis amoureuse de la danse, et de tout ce qu’il y a à côté. Même si l’homme en face de moi est quelqu’un que j’admire, je ne vais pas me montrer sous un jour que je ne suis pas, juste pour l’impressionner, ou lui faire voir ce qu’il désire voir. « Le temps me manque pour réellement m’adonner à cette occupation. » Il y a les cours en général, qui sont prenants. Tout ce travail que je dois fournir personnellement, pour rester au niveau, sans jamais redescendre. Les entrainements quotidien. À ça, je peux rajouter les préparations à certaines compétitions, pour commencer à me faire connaître dans le milieu. Et comme pour occuper le reste du temps, il y a les entraînements de cheerleaders, et les matchs que l’on doit soutenir. Un emploi du temps digne d’un ministre.




In my mind ☾ In my heart
Just wanna feel your kiss against my lips, And now all this time is passing by, But I still can't seem to tell you why ▬ I hate you. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1037 messages et j'ai : 4139 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Aaron Yan et je crédite : Meimei (avatar) Dearaaronyan (gif)

MessageSujet: Re: When a dream comes true ✯ Joshua   Mar 25 Juil - 9:51



 When a dream comes true
Casey & Josh'
   

Elles sont ardues les fins d'années, hein, demandai-je confirmation à mon interlocutrice en hochant la tête de compassion. Bien que cela remontait à sept ans, je ne pouvais que me remémorer toute la pression que je ressentais porter sur mes épaules, tout l'affolement de mon professeur, ce stress qu'il me transmettait sans oublier les performances que la chorégraphe demandait toujours plus efficaces, toujours plus gracieuses, toujours plus recherchées. Toujours plus. Il y avait également les appels de ma famille qui m'avaient troublé longuement en cette période de l'année, abusant parfois du bouton vert lorsque mon nom apparaissait dans leur historique afin de me rappeler à quel point ma mère avait eu du mal à accepter ce rêve qui, pour elle, paraissait irréaliste. Seuls mon père et So-Lynn, ma cousine, m'avaient réellement soutenu tout du long, jusqu'à ce que je sois couronné de ma dernière fin d'année. Je lâchai enfin le bouquin que j'avais sorti pour en admirer la quatrième de couverture et remis mon corps face à celui de ma partenaire de table. Le temps manque cruellement lorsque nous sommes passionnés, encore plus lorsqu'il s'agit d'arts, ajoutai-je avant de hausser les épaules, la plupart des personnes de mon entourage croyaient que c'était une matière pour les flemmards, pour ceux qui ne voulaient pas s'entêter à travailler longuement pour réussir, commençai-je avant de lever les mains légèrement au-dessus de la table, paume vers le mur de l'espace où nous étions installés, ils pensaient que c'était inné, me mis-je à rire soudainement ne pouvant retenir cette expression qui s'échappa d'entre mes lèvres. Inné, vous vous rendez compte, m'exclamai-je en secouant la tête vivement, ça aurait été bien pour nous de naître sans devoir répéter inlassablement jusqu'à ce que nos genoux ou nos chevilles lâchent d'épuisement, pas vrai ?

Au loin, je pus remarquer que la serveuse se dirigeait vers nous, portant sur l'une de ses mains un plateau où étaient disposées trois tasses de thés bien fumantes. De ce fait, je me préparai à accueillir les breuvages en reculant mon buste de la tablée, permettant ainsi la jeune femme qui travaillait ici à installer correctement ce qu'elle nous apportait. Ça sent bon, ne pus-je retenir en fermant les yeux, dégustant avec les narines les senteurs qui se dégageaient des différents récipients. Et voici les petits gâteaux anglais, ajouta la vendeuse avec un sourire agréable, doux et soigné, je vous souhaite bonne dégustation, reprit-elle avant de nous laisser en paix, retournant à son comptoir pour accueillir les clients qui arrivaient au compte gouttes, l'un après l'autre sans réellement montrer un empressement quelconque, comme si l'endroit les reposait dès qu'ils mettaient un pied à l'intérieur de l'établissement. Je pris alors l'une des tasses, indifférent de savoir par lequel des liquides aux odeurs parfumées j'allais commencer et levai ma tasse vers le milieu de la table, comme pour trinquer. Ce n'est pas du champagne mais j'imagine que ça fonctionne également, blaguai-je en insistant pour qu'elle fasse de même en avançant un peu plus le breuvage en sa direction. A notre rencontre, à votre rêve et notre avenir, dis-je avant de laisser la porcelaine venir émettre un son contre celle de la danseuse avant de l'apporter immédiatement à mes lèvres.
Comme dans tous salons de thé, ces derniers étaient bons à boire immédiatement, quand bien même ils paraissaient fumants, bouillants, ils ne l'étaient pas tant que ça. A moins que nous préférions les boire tiède, bien évidemment.

Vous êtes spécialisée dans un type de danse, interrogeai-je la jeune femme avant de revenir porter mes lèvres contre le contour pour m'en humecter les lèvres. Si je me rappelais bien, à mon époque, plus de dix ans plus tôt, nous devions toucher à tous les styles car il n'était pas rare d'avoir des surprises quant aux spécialités qui nous étaient naturellement dédiées par nos allures, positions et la gestuelle corporelle que nos enveloppes acceptaient de porter. Si bien que, très tôt, j'avais été repéré pour les danses de couple tout simplement parce que je n'avais aucun mal à guider une partenaire. Kizomba, salsa, valse, danse acrobatique ou contemporaine... Pop également et beaucoup moins de rock'n'roll, pas assez gracile pour le charme que je pouvais dégager accompagné de mes partenaires. Vous vous entraînez où, questionnai-je l'artiste en reposant ma tasse sur la table, attendant sa réponse. J'étais conscient qu'elle devait avoir une salle qu'elle privilégiait dans une école, mais lorsqu'elle ne pouvait pas y avoir accès, par exemple le week-end, notamment le dimanche, lorsque l'endroit était fermé sous clé, où avait-elle trouvé un coin de refuge pour laisser place à ses mouvements, ses pas qui la guidaient à travers un monde rythmé ? A l'époque, il m'arrivait de trouver un endroit en plein air que j'avais longtemps cherché pour le faire devenir mien. Un casque sur les oreilles, je répétais sans cesse en laissant le vent taper sur mes joues et ajouter un tempo de plus à la mélodie, me sentait énormément libéré à l'extérieur. Ça vous choquerait si je vous demandais si mon aide vous serait utile, questionnai-je la concernée alors que mes yeux cherchaient les siens avant d'esquisser un large sourire, je ne suis peut-être plus danseur professionnel, mais je n'en ai absolument rien oublié, affirmai-je en agrippant à nouveau la tasse de thé pour venir en déguster son contenu. Il est tout de même beaucoup plus facile de réviser à deux.
 (c) Meimei


Let me tell you something
No one will be able to say my name without saying yours ✻  I know that we are so different, that we are not probably meant for each other, that a lot of people don't accept the way we feel being together, that our relationship is going to drive us crazy... But I love the way we are. I love us. I love you.
Revenir en haut Aller en bas
 
When a dream comes true ✯ Joshua
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan-