Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 697 messages et j'ai : 331 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gal Gadot et je crédite : BONNIE pour l'avatar et bat'phanie pour la signature

MessageSujet: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Ven 16 Juin - 8:44

une âme  vagabonde dans les rues de Manhattan
W/ Anton
 Il était un peu plus de 00h30 lorsque tu allais te coucher, il avait fait un temps épouvantable, enfin pour toi, tu ne supportais pas du tout la chaleur et on pouvait clairement dire qu'aujourd'hui, tu avais été servi. Tu avais fini le boulot tard aujourd'hui ayant pas mal de shooting à faire avec cette journée chaude et ensoleillée, ce qui t'avait amenée à rentrer tard chez toi, dans ton appartement de Manhattan. Tu avais pris le temps de prendre une bonne douche afin de te décrasser et de te rafraîchir un petit peu, te préparer un repas froid, oui parce que de ce temps-là, tu n'étais pas du genre à manger chaud mais plutôt froid telle une bonne salade de riz. Après avoir passé la soirée devant la télévision, tu étais parti te coucher de bonne heure, 00h32 pour être exact, certaines personnes diraient que c'est tard, mais toi, tu sais que c'est tôt étant donné que tu te couches beaucoup plus tard habituellement, mais à ce soir, tu étais crevée et tu n'avais pas le courage de lutter contre le sommeil qui envahissait ton corps. Te glissant sous les draps ayant pris soin d'ouvrir ta fenêtre et de fermer les volets, tu ne tardais pas à sombre dans un sommeil profond. Ce n'est que vers 4h du matin que tu te réveillais, enfin pas totalement puisque tu étais en train de faire une crise de somnambulisme, tu ne t'en rendais même pas compte et cette nuit allait tout de même être plus grave puisque tu avais quitté ton lit, certes, c'est une chose, mais tu avais quitté également ton appartement. Tu avais passé un moment à déambuler dans les rues de Manhattan, te promenant telle une personne normale sauf que tu dormais. C'est également dans les rues que tu finissais par tomber, te rendormant alors sur le trottoir comme si tu étais dans ton lit sauf que tu étais dehors. C'est deux personnes qui te trouvaient, pensant alors que tu étais totalement inconsciente, ils avaient fini par appeler une ambulance te conduisant tout droit à l'hôpital. Ce n'est qu'une heure plus tard que tu te réveillais, ta vision était troublée, mais lorsque tu commençais à y vois plus clair, tu te rendais vite compte que tu n'étais pas chez toi, dans ton lit bien douillé. « Mais qu'est-ce... Qu'est-ce que je fous là ?! » Tu regardais autour de toi et tu ne voyais personne, tu en concluais que quelqu'un devait venir s'occuper de toi, mais toi, tu ne voulais pas et tu ne comptais pas rester ici. Si tu n'avais aucun souvenir et que tu te demandais pourquoi tu étais ici, c'était sûrement à cause d'une de tes crises de somnambulisme. Tu allais bien, tu le sentais et tu soupirais avant de te lever du lit retirant la perfusion que tu avais sur le bras récupérant alors tes affaires avant de te diriger vers la porte pour t'en aller. Malheureusement, tu ne t'attendais pas à te retrouver en face-à-face avec un infirmier, mais pas n'importe lequel, tu le reconnaissais, tu l'avais côtoyé il y a un moment, Anton. Tu ne savais pas quoi dire, ne t'attendant absolument pas à te retrouver en face de lui à plus de 5h du matin, dans un hôpital.




Like a flower made of iron
Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie. ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 816 messages et j'ai : 204 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : morrigan (avatar) matthewdaddariodaily + harry-daddario (gifs)

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Ven 16 Juin - 9:47


une âme vagabonde dans les rues de Manhattan
JILL & ANTON

✻✻✻ C'était la quatrième garde de nuit que tu enchainais et tu avais clairement hâte d'en finir avec celle-ci pour savourer deux jours complets de congés ensuite. Autant tu aimais ton métier et ne râlais jamais sur les horaires invivables, autant les nuits aux urgences pouvaient être longues et, d'un point de vue enseignement, complètement inutiles. Vous passiez parfois par de graves cas, mais la plupart du temps, c'était les petits bobos qui vous étaient décernés à vous, les internes. Tu ne comptais même plus le nombre de patients admis pour une appendice ou ceux que tu avais simplement recousus ou placé dans le plâtre après une mauvaise chute. Tu t'accordais une pause à la cafétéria, avant de revenir à l'administration, un skinny cappucino pour Jackie à la main. Parfois ça aidait un peu, elle pliait et te donnait un cas un peu plus intéressant, mais mais en règle général, ça te valait juste un sourire de sa part. Comme cette nuit. Elle te remerciait pour le café et te tendait un nouveau dossier d'admission. « Lit numéro 7. » Tu la gratifiais d'un sourire et café à la main, dossier - encore vide - dans l'autre te rendais au lit en question. Il ne te restait plus que deux heures à tenir... Soit quatre ou cinq cas selon leur importance. C'était pas impossible, même si ça te semblait insurmontable. Y'avait des jours avec et des jours sans, aujourd'hui faisait clairement partie de la seconde catégorie : ta seule envie était de quitter les lieux. Il faut dire que les examens n'aidaient sans doute pas, quand tu n'étais pas ici, t'avais la tête plongée dans manuels à apprendre sur le bout des doigts. Pratiquement arrivé à ton ou ta futur(e) patient(e), ton regard tombait sur une silhouette, une fugitive visiblement, et tu arrivais à la conclusions qu'il s'agissait de d'une patiente. Il faut dire que les couloirs n'étaient pas forcément occupé à cette heure. Tes paroles étaient prêtes à fuser en t'approchant. « Wow, ou est-ce que vous vous r... » Au lieu de finir la phrase, tu refermais la bouche en découvrant l'identité de la demoiselle. « Jill? » Réaction débile, basique. A moins qu'elle n'aie un clone dont tu ignores l'existence, tu ne la connaissais que trop bien que pour douter de son identité. Tes yeux jusque la encrés dans les siens tombaient sur le bras dont elle venait d'arracher la perfusion et tu fronçais les sourcils. « Qu'est ce qu'il s'est passé? » Tu demandais, sur un ton inquiet mas sans doute un peu trop professionnel. Tu n'avais pas eut le temps de jeter un oeil au dossier qui était à moitié vide de toute façon et à première vue, elle semblait aller bien mais tu n'en restais pas moins inquiet. Il faut dire que sa tentative d'évasion n'aidait pas. Posant ton café sur l'une des étagères juste à côté de vous, tu allais placer une main dans son dos comme pour la guider et lui indiquais la direction opposée de celle qu'elle venait de prendre. Tu ne l'avais pas vue depuis près de deux ans, si ce n'est plus, tu ne comptais pas la laisser t'échapper si facilement. Surtout pas en ignorant son état de santé et ce qui l'amenait ici en pleine nuit.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 697 messages et j'ai : 331 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gal Gadot et je crédite : BONNIE pour l'avatar et bat'phanie pour la signature

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Mar 20 Juin - 8:18

une âme  vagabonde dans les rues de Manhattan
W/ Anton
Tu ne bougeais plus, tu ne t'attendais pas à l'avoir devant toi, toi aussi, tu lui avais fait peur, il ne s'attendait pas, mais il te reconnaissait de suite et intérieurement, tu ne pouvais pas t'empêcher d'esquisser un petit sourire au coin de tes lèvres. Tu sentais alors couler quelques gouttes de sang le long de ton bras, oui, tu avais arraché la perfusion telle une brute, mais la douleur, tu ne la sentais pas vraiment à ce moment-là, plus occupé à dévisager Anton que tu n'avais pas vu depuis un bail. Tu clignais alors des yeux revenant à la réalité avant de regarder ton bras. « Merde... Hum... Je ne m'en souviens pas du tout, mais si je ne m'en souviens pas, c'est que j'ai dû faire une crise de somnambulisme et j'me suis apparemment rendormi dans la rue, des gens ont cru que j'étais inconsciente. » Cela te faisait légèrement sourire, et même rire, car non, tu étais loin d'être inconsciente, tu dormais juste profondément, mais ce genre de crise t'arrivait quand même rarement. Tu posais ta main sur le pli de ton coude attrapant alors une serviette pour que cela arrête un peu de saigner. « En général, je reste assise sur mon lit pendant des heures, à parler ou des fois, je sors dans la rue, mais je finis toujours par me rendormir dans mon lit, mais pas là... » Tu ne savais pas du tout pour quelle raison cette fois-ci, tu t'étais rendormi dans la rue, peut-être que tu étais plus fatiguée que les autres fois. Il te dirigeait alors vers l'intérieur de la pièce, te laissant alors faire, mais tu savais que tu ne passerais pas la nuit ici, tu n'aimais pas ce genre d'endroit et tu préférais rentrer chez toi. « Je vais bien, tu sais, je veux juste rentrer chez moi, je n'aime pas ce genre d'endroit même si je dois avouer que retrouver une vieille connaissance est toujours agréable ! » Tu t'asseyais alors sur le rebord du lit et tu posais ton regard sur le jeune homme, un autre sourire sur le coin des lèvres. « Bon, tu me fais un check-up et je peux m'en aller ? »


Like a flower made of iron
Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie. ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 816 messages et j'ai : 204 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : morrigan (avatar) matthewdaddariodaily + harry-daddario (gifs)

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Mar 27 Juin - 22:23


une âme vagabonde dans les rues de Manhattan
JILL & ANTON

✻✻✻ Ce n'est que lorsque tu lui demandais ce qui s'était passé en fixant son bras qu'elle semblait réaliser la perfusion qui en avait été arrachée. Tu ne pouvais t'empêcher de hausser un sourcil en l'écoutant t'expliquer ce qui l'amenait ici. Tu te souvenais vaguement d'elle mentionnant des crises de somnambulisme à l'époque ou vous étiez voisins, et t'avais eut l'occasion de la voir en action à une ou deux reprises. Sauf que ça se limitait à elle s'asseyant d'un coup en plein milieu du lit, te provoquant au passage un mini arrêt cardiaque, elle marmonnait quelques mots et se recouchait de suite après. Tu n'avais pas réalisé - ou pour être honnête tu ne t'étais pas posé la question de savoir si c'était plus grave que ça. Cette fois-ci, elle semblait s'en sortir sans séquelle, mais ça aurait pu être bien pire. Jill semblait le prendre à la légère, et tu forçais un sourire pour ne pas dramatiser non plus. T'étais pas vraiment du genre à paniquer pour ce qui aurait pu arriver si ce n'était pas le cas, mais t'avais quand même envie qu'elle réalise la gravité, avant que ça n'arrive à nouveau. « T'as déjà pensé à voir un médecin pour ça? On a des spécialistes du sommeil qui pourraient t'aider. Avant qu'on ne retrouve ton corps je ne-sais-où... » Il n'y avait pas de remède miracle mais fort heureusement il existait maintenant des traitements qui permettaient de limiter ces crises. Cette fois-ci, elle avait eut la chance de tomber sur des gens bienveillants mais c'était New-York, ça ne serait pas toujours le cas. Tu ne pouvais t'empêcher de sourire lorsqu'elle précisait que c'était toujours agréable de retrouver quelqu'un, et lui tournait ensuite le dos pour fouiller dans les tiroirs. « Si t'avais attendu quelques secondes plus, je t'aurais retiré ça un peu moins sauvagement. » Du menton, tu désignais son bras avec un sourire, tout en revenant vers elle avec des compresses et du désinfectant. Tu commençais à nettoyer sa mini plaie avec soin et posait rapidement un pansement dessus pour la couvrir. « Et voilà. » T'annonçais simplement, même si tu n'étais pas prêt à la laisser partir aussi vite pour autant. Elle devait être épuisée par sa nuit, tu n'allais pas prendre le risque de la laisser se rendormir une nouvelle fois au milieu de nul part. « Comment tu vas? En dehors de tes escapades nocturnes. » Tu lui adressais un sourire amusé et attrapais un tabouret que tu amenais plus proche du lit ou elle se trouvait et sur lequel tu prenais place. Tu n'avais pas encore pris le temps de l'ausculter mais tu pouvais voir qu'il y avait plus de peur que de mal, et donc que tu pouvais un peu de relaxer à présent.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 697 messages et j'ai : 331 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gal Gadot et je crédite : BONNIE pour l'avatar et bat'phanie pour la signature

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Mer 12 Juil - 2:44

une âme  vagabonde dans les rues de Manhattan
W/ Anton
Il faut avouer que t'as eu du cul Jill, ouais, t'aurais pu te faire renverser par une voiture ou des mecs mal attentionnés qui auraient pu abuser de toi, mais non, tu n'as rien eu, heureusement. C'est vrai que tu prenais ce problème à la légère, pour toi, c'était rien de grave ne t'était même ce soir, cette nuit, c'était rien. Bon, c'était plu grave que les autres fois, mais tu n'irais pas jusqu'à dire que c'est grave. Jusqu'au jour où ça le sera et que t'auras que tes yeux pour pleurer Jill. « Tu sais ce n'est pas si grave que ça. Je n'ai rien eu cette nuit Anton... Oui, je sais ce que tu vas me dire, je prends les choses à la légère, je sais... Je n'ai rien eu cette nuit Anton...» Bon, c'était plu grave que les autres fois, mais tu n'irais pas jusqu'à dire que c'est grave. Tu posais ton regard foncé sur son visage l'observant en laissant tes jambes se balancer dans le vide lorsqu'il te tournait le dos pour aller fouiller dans un tiroir. Tu fronçais les sourcils et penchais ta tête afin d'essayer d'apercevoir ce qu'il allait te faire. Ouais, t'avais accepté un check-up, mais t'étais absolument pas fan du tout, encore moins les piqûres, tout ça là avec des aiguilles, c'est pour ça que tu l'avais retiré sauvagement. Et heureusement pour les médecins, tu "dormais" encore quand il te l'avait mise dans la peau. Tu le voyais revenir vers toi et tu ne pouvais pas t'empêcher d'admettre que tu préférais largement que ce soit lui qui fasse tout ça que quelqu'un d'autre, t'aurais sûrement pas laissé quelqu'un d'autre te toucher. Tu sentais tes lèvres s'étirer lorsque tu le sentais faire doucement et soigneusement, mais une question te trottait dans la tête. « Tu ... Tu ne vas pas me faire un examen sanguin ou... Quoi.. ?! Plus d'aiguilles hein ? » Oui, tu ne lui demandais pas très rassurée par ces choses-là. Il retournait pour vers les tiroirs et il attrapait un tabouret pour se rapprocher de toi, posant tes mains sur le rebord du lit d'hôpital avant d'entendre sa question. « Mise à part mes escapades nocturnes, je vais bien oui, j'ai un nouveau logement dans lequel je me sens bien, un métier qui me plaît pas mal aussi. Et toi alors, qu'est-ce que tu deviens ? »


Like a flower made of iron
Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie. ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 816 messages et j'ai : 204 dollars en banque. Sinon, il paraît que : matthew daddario et je crédite : morrigan (avatar) matthewdaddariodaily + harry-daddario (gifs)

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Sam 29 Juil - 6:37


une âme vagabonde dans les rues de Manhattan
JILL & ANTON

✻✻✻ T'avais vu venir ses paroles qui se voulaient rassurantes, tout comme elle savait que tu pensais qu'elle prenait tout ça à la légère. C'était pas un talent de dingue pour lire dans l'esprit de l'autre, c'était juste logique. « Cette nuit... » Tu répétais simplement, pour insister sur le fait qu'elle ne s'en sortirait peut-être pas aussi bien la prochaine fois. Avec un peu de chance, elle ne faisait pas de crise aussi ' forte ' régulièrement mais t'en avais pas la moindre idée, n'ayant pas vu Jill depuis des années. Vous vous étiez perdus de vue au moment où Sacha était entrée dans ta vie, moment qui coïncidait avec ton déménagement. Y'avait eut vite fait quelque message par-ci par-là au début, mais avec le temps et vos vies qui avaient pris des chemins différents, vous aviez totalement perdu contact. Tu regrettais que ce soit le cas parce qu'au final, vous vous étiez toujours bien entendus et t'avais passé de très bon moment en sa compagnie.
Tu riais en la voyant paniqué à l'idée que tu ne lui fasses une quelconques injections, et agitais la tête négativement pour lui répondre. « Non t'inquiètes. Je ne pense pas qu'une prise de sang puisse nous expliquer pourquoi tu te ballades en pleine nuit. » Ca pourrait à côté d'une dizaine d'autres d'examens ou des spécialistes pourraient monitorer son sommeil, mais aujourd'hui ça ne serait d'aucune utilité. Tu l'écoutais te résumer rapidement ce qu'elle devenait, content que tout aie bien pour elle. « Toujours dans Manhattan? » Tu demandais, avant de répondre à sa question. « Tout se passe bien pour moi aussi. Je commence ma résidence en pédiatrie l'année prochaine... Et à part ça, rien de spécial ou de bien passionnant. » Cette année avait été assez difficile à gérer émotionnellement, que ce soit par rapport à Sacha ou Jules, et tu t'avais décidé d'en revenir aux bases en te concentrant essentiellement sur le boulot. T'avais besoin d'éviter les complications et surtout de remonter un peu ta moyenne qui avait chuté en début d'année, résultat, ta vie était un long fleuve tranquille et ennuyeux. Mais ça te convenait, c'est exactement ce dont t'avais besoin après la tempête. T'observais l'horloge et reportais ensuite ton attention sur Jill à nouveau. « J'en ai encore pour trois heures, tu pourrais rester ici et te reposer un peu et ensuite on pourrait prendre le petit dej' et je te dépose chez toi? » Tu lançais, sur un ton léger et en proposant le petit dej', pour ne pas la braquer à l'idée de rester. « Ca me rassurerais de savoir que tu finis ta nuit dans un vrai lit et pas sur le trottoir... Et je peux juste te re-déposer chez toi, si le petit dej' ne te tente pas. » Juste au cas où, parce que c'était pas dit qu'elle aie envie de passer un moment avec toi. Après tout vous étiez pratiquement des étrangers l'un pour l'autre à présent.


ware you made of lead paint? a bulletproof picasso △ i don't need a reason for anything I feel, just be glad i say what i mean and mean what I say to you. we don't need a reason for anything we feel. picasso's at the wheel so roll that top down, hell with this town. leave our bags behind, we don't need a reason cause i got you, and you got me tonight.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 697 messages et j'ai : 331 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gal Gadot et je crédite : BONNIE pour l'avatar et bat'phanie pour la signature

MessageSujet: Re: une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)   Sam 12 Aoû - 7:46

une âme  vagabonde dans les rues de Manhattan
W/ Anton
 Tu savais que tu prenais les choses à la légère, un vilain défaut chez toi. Tu ne t'inquiétais de rien, sûrement pas de ta santé, ce n'est pas vraiment quelque chose dont tu t'es souciée jusqu'à présent alors ce n'est pas aujourd'hui, avec ce qu'il s'est passé cette nuit que ça va changer. Tu pouvais sentir son inquiétude, dans sa voix, dans les mots qu'il répétait. Ca faisait longtemps que tu n'avais pas vu Anton, vous étiez proches, mais la vie en a décidé autrement. Vous vous êtes vite perdu de vu, ce qui est dommage, tu l'appréciais beaucoup et t'aimais passer du temps avec lui.

Tu le voyais rire lorsque tu lui demandais si tu allais avoir des aiguilles dans les veines ou quoi... Non parce que pour te foutre une aiguille dans le bras, il fallait y aller. Tu en avais vraiment horreur, non parce que t'en avais peur, mais parce que tu ne supportais pas l'idée d'avoir un truc sous la peau. Tu faisais une petite grimace... « Je n'aime pas ça... Puis pour me faire une piqûre, il aurait fallu appeler des renforts. » C'est à ton tour de rire, tu ris, mais c'est la vérité. Il terminait de s'occuper de toi, en attendant, tu l'écoutais, tu répondais à ses questions, balançant tes jambes dans le vide. ... « Oui toujours dans Manhattan ! » Lui répondais-tu tandis que tu repensais à des souvenirs le concernant, un sourire sur les lèvres. C'est sa voix, ses mots qui te ramènent à la réalité, te sortant de ta rêverie. ... « Est-ce que c'est une manière subtile de me dire "Jill, tu ne bouges pas d'ici tant que je n'ai pas fini le boulot ?" » Tu laissais un rire s'échapper d'entre tes lèvres puis tu secouais la tête légèrement. ... « Oui.... Oui, je vais rester et t'attendre, on pourra ensuite aller manger. Je ne sais même pas si je vais réussir à dormir ici. » Tu levais tes yeux et observais la chambre autour de toi, t'aimais pas ça, tout était blanc, morbide, beurk. ... « Je t'attends, va sauver des vies. Si tu me vois me balader, c'est normal hein... J'arrive pas à rester calme et posée. »


Like a flower made of iron
Lorsque je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être lorsque je serai grand. J’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie. ▬
Revenir en haut Aller en bas
 
une âme vagabonde dans les rues de Manhattan (Anton)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side :: Lenox Hill Hospital-