Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Soirée carton, soirée discussion ♦ Lara & Coop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 524 messages et j'ai : 553 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jensen Ackles et je crédite : arya's

MessageSujet: Soirée carton, soirée discussion ♦ Lara & Coop   Ven 16 Juin - 15:50


❝ Soirée carton, soirée discussion ❞Lara and Cooper Cette fin de semaine était marquée par cette soirée que j'avais de prévue en compagnie de ma meilleure amie, de celle qui était dans ma vie depuis bientôt dix ans, Lara. Il y a un an son retour à New-York n'était pas synonyme de bonne nouvelle, avec sa séparation chaotique avec l'homme qu'elle devait épouser. J'avais retrouvé en Février 2016 devant la porte de mon appartement, une meilleure amie anéantie, la tromperie de son ex financé l'avait touché, l'avait détruite. Quand je voyais le chemin qu'elle avait accompli depuis, son évolution je ne pouvais pas nier être fier d'elle. De cette femme au cœur brisé, qui ne voulait plus du moindre amour, qui ne voulait plus croire en ce genre de connerie que l'on pouvait entendre, celle qui ne voulait plus se prendre la tête, profiter de la vie. Elle était devenue une femme amoureuse, je ne connaissais pas réellement son petit ami, ce n’était pas les quelques fois où j’avais pu croiser son chemin que je pouvais le connaitre, mais il fallait reconnaître que depuis qu'il était dans sa vie, depuis qu'ils étaient ensemble, c'était une toute autre Lara. Difficile de le reconnaître, pour moi cet agent du FBI qui aime diriger, qui aime avoir la main sur les situations, mais je mentirais si je venais dire le contraire, cet homme réussissait à sa façon à rendre heureuse ma meilleure amie, c'était tout ce qui comptait à mes yeux. Du chemin, elle en avait parcourue en plus d'un an et pas qu'un peu, de femme trompait, elle était aujourd'hui une femme amoureuse, il me suffisait de me rappeler de cette conversation que l’on avait eue, lors de notre petit séjour à Las-Vegas où j’avais appris ce nouveau statut qui était le sien. Cette femme à la carrière toute traçait dans le monde du journalisme, elle avait réussi à créer son propre chemin, à suivre sa propre voie, ses petites envies en prenant la direction de la photographie, pour aujourd’hui être mon assistante au caractère bien trempé.

Mais ce n’était pas ce qui avait le plus changeait dans la vie de Lara, oui professionnellement, il y avait eu du mouvement, oui amoureusement elle était heureuse, mais son était ensemble ce soir, c’était pour lui apporter de l’aide dans les premiers cartons à faire pour son déménagement à venir. Seulement quelques mois qu’ils étaient ensembles avec Allen et cette décision venait d’être prise, ce couple allait emménager ensemble dans l’appartement de son petit ami, en temps normal, j’aurais un fervent admirateur de l’attente, de prendre son temps, voir comment les choses allaient évoluer. Mais ce petit bébé qui était en train de grandir à l’intérieur de son ventre était une raison, une évolution qui justifiait cet emménagement. Je n’avais pas appris cette nouvelle dans la meilleure des conditions, mais qu’importe comment cela c’était passé, le plus important était de savoir qu’elle était heureuse, que cet évènement, bien qu’inattendu, était une bonne nouvelle, un enfant qui était attendu du côté de ma meilleure amie et de son petit ami. « Tu te rends comptes que tu as demandé de l’aide à ton meilleur ami qui n’a pas déménager depuis 2005 ? » Je m’étais éloigné de New-York, j’avais poursuivi mon chemin tout droit pour Quantico, pour entrer dans l’académie du FBI, mais depuis mon retour, depuis que j’étais revenu dans cette ville, je vivais dans le même appartement. Les cartons vident et encore pliés que j’avais dans les mains, je passais la porte de l’appartement que Lara venait d’ouvrir, pour pouvoir les déposer sur le côté bien rapidement pour m’en débarrasser, en même temps qu’un calcul se faisait dans ma tête. « Je vis dans le même appartement depuis douze ans… C’est officiel, je deviens vieux ! » Une constatation qui n’était pas la plus joyeuse à se faire, ma rencontre avec Lara datait d’il y a presque dix ans, autant dire que le temps passait beaucoup trop vite. Les cartons sur le sol, je me tournais en direction de ma meilleure amie, me permettant de croiser son regard alors que je ne pouvais masquer ce sourire qui se présentait sur mes lèvres. Je devenais peut-être vieux, mais il était préférable d’en rire plutôt que d’en pleurer, puis c’était une remarque qui était sortie sur le ton de l’humour, donc pourquoi ne pas sourire ? « Par contre tu ne m’en veux pas, mais après une journée de boulot à devoir te supporter, avant de commencer, je ne serais pas contre, de boire quelque chose. » Une journée de boulot à la supporter ? Qu’est-ce que j’aimais modifier la réalité des choses, surtout en ayant conscience du patron qu’elle devait supporter une fois que l’on se trouvait dans les locaux du FBI. Peut-être assistante, mais elle était dirigée par la même personne que les agents et le traitement de faveur de changeait guère, pas même parce qu’en dehors elle était ma meilleure amie. Des paroles que je mettais en exécution, pour me diriger du côté de la cuisine, du comptoir pour déposer mes mains dessus, je n’avais pas la moindre idée de ce qu’elle pouvait avoir à boire chez elle, est-ce que je devais faire une croix sur toute forme d’alcool, comme une bière ? C’était fort possible, mais avant toute chose, c’était à la recherche de deux verres que je partais.
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1888 messages et j'ai : 651 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : RG (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: Soirée carton, soirée discussion ♦ Lara & Coop   Jeu 22 Juin - 4:25

Soirée carton, soirée discussion
— with @Cooper P. Lane

Le vendredi soir, normalement synonyme d’un weekend bien mérité, et la perspective d’une soirée tranquille à pouvoir faire on ne sait quoi, sans devoir se préoccuper du lendemain. Un moment où, normalement, la seule envie est de se poser dans le canapé, devant un film ou une quelconque série, et… de ne simplement rien faire. C’est un programme universel, principalement adapté aux personnes qui travaillent toute la semaine. Je pense pouvoir me caser dans cette catégorie de personne, surtout maintenant qu’un petit habitant avait décidé de s’installer dans mon ventre, sans y être invité, il fallait le reconnaître. Et pourtant, comme deux personnes complètement maso, à la limite de l'acharnement du travail, nous avions décidé avec Cooper de faire autre chose, bien à l'opposé de la soirée tranquille. Cela faisait déjà une bonne semaine que j’avais accepté de vivre avec Allen, d’emménager avec lui pour arrêter ces allers retours incessants entre nos deux appartements. Même s’il y avait encore un peu de temps devant nous, c’était une décision préférable avec l’arrivée prochaine de notre enfant. Pourquoi, je ne pouvais faire taire cette petite voix dans ma tête qui me soufflait que c’était un peu tôt dans notre relation pour passer un cap si important. Mais ça, j’étais presque persuadée que c’était à cause de la mauvaise expérience avec mon ex fiancé, une expérience qui avait laissé des séquelles et un brin de paranoïa en matière de relation amoureuse. Je me sens parfaitement bien avec Allen, je suis complètement sous le charme de sa fille, et je me réjouis que d’ici cinq mois nous allons accueillir ce bébé. Alors, pourquoi habiter ensemble, maintenant ou dans un an ou plus, allait changer quelque chose.

Manhattan était à présent derrière nous, ainsi que le rôle de supérieur avec son assistante. C’est à Brooklyn maintenant, aux côtés de mon meilleur ami, que je marchais dans les couloirs de cet immeuble pour aller vers mon appartement. Le trousseau de clés dans les mains, je pouvais ouvrir la porte pour retrouver le confort de ce lieu. « Cette précision était importante à mettre en évidence, je viens de me prendre une claque… » 2005. Autant dire que c’était l’époque des dinosaures. J’avais 15 ans, une jeune adolescente encore au lycée qui n’avait pas encore réellement décidé de la section pour Columbia. Oui, Cooper venait définitivement me mettre une claque en quelques mots. Je passais la porte de l’appartement et allais directement déposer les clés sur la grande table, avec mon sac. Une main dans les cheveux, je me retournais vers lui, au moment où il reprenait la parole. « Aïe, c’est peut-être pas tonton Cooper qu’il ou elle va t’appeler, mais papi… » Je laissais échapper un rire de mes lèvres. Évidemment, c’était affectif, toujours. Ca faisait du bien de se charrier un peu de temps en temps. « Et puis, tu es tellement souvent à ton travail que tu ne vois pas énormément ton appartement… c’est pour ça. Je suis sûre que si l’on faisait le ratio de ta présence réelle, ça ferait moitié moins. À peine six ans on va dire ! » Bon, c’était le moment idéal pour se taire, car mes explications n’étaient vraiment pas bonnes. Au contraire, j’avais plus l’impression de m’enfoncer que d’arranger les choses. Les deux mains bien à plats sur la table, légèrement adossée, mon regard était passé en quelques secondes de quelque chose de chaleureux à un regard presque noir. Cooper avait le chic pour arranger la situation à son avantage. Entre lui et moi, il n’y avait pas photo, c’était moi qui devait le supporter. Depuis cet épisode en mars où il avait malencontreusement appris ma grossesse au cours d’une dispute, j’avais réussi à me contrôler et garder la maîtrise de mes émotions au travail. Une parfaite assistante, bien docile. Bon, pour combien de temps encore, c’était à voir. « Tu mériterais de l’eau. Et du robinet. Mais je suis quelqu’un de tellement… généreuse que je devrais pouvoir accéder à ta demande. » Je rassemblais la motivation que j’avais en moi pour me redresser, et rejoindre mon meilleur ami dans la cuisine pour mettre à exécution mes paroles. Il avait de la chance, car même si j’étais enceinte, il y avait encore de l’alcool dans cet appartement. Heureusement d’ailleurs, car si je n’avais pas le droit d’y toucher, ce n’était pas le cas pour les personnes que je pouvais recevoir. Aussi bien Allen que Nora. Je me dirigeais vers le frigo, et j’ouvris la porte pour aller y chercher à l’intérieur une bière et une petite bouteille. Une vision qui aurait pu me déprimer, mais pas aujourd’hui. « Tu peux ranger les verres Coop, ça fera de la vaisselle en moins. Tout comme pour ce soir, il faudra commander pizza, ou chinois et n’importe quoi d’autre… mais je ne fais rien à manger. » Au moins, c’était dit. La porte refermée derrière moi, j’approchais de mon meilleur ami pour lui donner sa bière, avant d’ouvrir la bouteille d’eau pour la porter à mes lèvres et en boire une gorgée. « Je suis ravie d’aller vivre avec Allen, il n’y a pas de doutes là dessus mais… devoir vider cet appartement me fatigue à l’avance. La prochaine fois que l’un de nous a une idée aussi con que de vouloir faire ça un vendredi soir… mais que l’autre intervienne. Ça ne devrait pas être autorisé ! » Un nouveau rire s’échappait de mes lèvres suite à mes paroles. Toutes les personnes confrontées à un déménagement devaient être dans le même cas. L’euphorie de la situation, mais la démotivation de tout mettre en ordre. Pourtant, je n’avais pas le choix sur ce coup là. D’accord, ce n’était pas pressé au point que tout devait être fait aujourd’hui, mais il fallait bien passer par là.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 524 messages et j'ai : 553 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jensen Ackles et je crédite : arya's

MessageSujet: Re: Soirée carton, soirée discussion ♦ Lara & Coop   Dim 6 Aoû - 10:37


❝ Soirée carton, soirée discussion ❞Lara and Cooper J’avais fait mon grand retour à New-York en deux milles cinq pour ne plus jamais quitter les rues de cette ville, pour ne plus jamais quitter cet appartement que j’avais pris en ayant à peine la vingtaine entamait, un détail que je venais tout simplement de réaliser, que je venais de mettre au clair par des mots qui avaient franchis mes lèvres. Des paroles, qui avaient un effet loin d’être agréable, celui de venir mettre cette claque virtuelle, celui de réaliser que quinze ans était passé depuis que j’avais quitté Quantico, qu’autant d’années s’étaient écoulés depuis mon retour en pleine mois de décembre pour l’anniversaire de Dylan et de Mike, ceux que je pensais à l’époque être ma cousine et mon cousin. Une réflexion qui n’avait pas eu seulement l’effet de me montrer en un claquement de doigt le temps qui était passé, puisque j’avais réalisé d’une pierre deux coups, la remarque de Lara ne faisait que le confirmer, laissant un rire s’échapper de mes lèvres, se faire entendre dans l’appartement dans lequel je me trouvais. « Vraiment ? Papi Cooper, tu crois vraiment que ça m’irait bien ? » Le scepticisme dans ma voix n’avait pas cherché à se masquer, au contraire, il se faisait entendre de la meilleure des façons, alors que je tournais mon regard en direction de ma meilleure amie, la voyant déposer ses affaires sur la table, alors qu’elle se lançait dans une toute nouvelle prise de parole. Dans le fond, son raisonnement, n’était pas totalement faux, après tout, j’étais de retour à New-York depuis quinze ans, mais durant ce temps, je devais compter les voyages que j’avais fait pour mon boulot, que ce soit en France, en Italie, en Espagne ou encore dans d’autres Etats du pays, mais il y avait aussi toutes ces nuits de gardes, ces nuits d’astreintes qui étaient bien souvent suivis derrière, d’une journée totalement assumait au sein du FBI, que ce soit lorsque j’étais un simple agent ou depuis que j’étais devenu le chef de cette équipe. Mais même avec les comptes qui venaient d’être fait, rapidement de manière globale, je n’étais pas sûr que le raisonnement de Lara soit aussi juste. « On est vendredi soir, je n’ai plus vraiment envie de me lancer dans le moindre calcul, donc vu que ce que tu viens de dire me plais bien, je vais te dire que tu as totalement raison ! » Un sourire était venu se former sur mes lèvres, prenant le soin de déposer les cartons au sol, de venir me débarrasser de tout encombrement, me libérer les bras, tout comme les mains, avant une soirée qui s’annonçait remplis de rangement et de tri.

Une main sur mon visage, mes doigts trouvant le contact avec la barbe que je portais, je m’avançais en direction des placards, d’un en particulier, pour partir à la recherche de deux verres, dont je connaissais l’emplacement depuis le temps que je venais dans cet appartement. Ce n’était pas le moment de repartir dans les comptes, le nombres d’années qui s’étaient écoulés depuis que ma meilleure amie était entrée dans ma vie, mais cette rencontre ne datait pas d’hier et je la connaissais autant qu’elle pouvait me connaitre, autant que je savais qu’elle n’allait pas être surprise de me voir retourner la situation professionnelle que l’on vivait, en ce moment même. L’art de détourner les choses, de réussir à me retirer les torts que je pouvais avoir, je ne savais pas si c’était en étant petit que je l’avais développé ou si c’était grâce à ma formation à Quantico, plus mes années d’expérience au sein du FBI, mais je l’avais bien qu’en présence de Lara, les seules fois où j’arriver à garder mon sérieux lors de ces moments, c’était quand elle était mon assistante et non pas ma meilleure amie. Sinon, comme maintenant, je laissais un sourire se montrer sur mon visage, étirant doucement mes lèvres, avant de laisser un rire s’échapper en entendant ce qu’elle était venue me répondre, peut-être que le temps passait, mais elle ne changeait pas, gardait le même répondant, la même répartie. « Fais attention Kelley tu régresses, une période tu n’aurais pas hésité à me jeter l’eau à la figure au lieu de me proposer l’eau du robinet. » Un point que l’on avait en commun, un point que l’on pouvait mettre en pratique lorsque l’on se voyait en tant que meilleurs amis, lorsque l’on se trouvait en dehors de ce boulot que l’on partageait. Une main sur le deuxième verre, alors que le premier était déjà sorti, je pouvais l’entendre, me conseiller de les ranger, de ne pas les utiliser, pas maintenant, pas ce soir et en tournant mon regard dans sa direction, je pouvais voir une bouteille d’eau dans une main et une bouteille de bière dans la seconde. Un simple hochement de tête avait été donner comme réponse de ma part, retraçant le chemin inverse à ces deux objets pour venir les remettre à leurs places dans le placard, que je refermais derrière moi. « Je serais plus partant pour le chinois, j’ai eu le droit à une pizza il n’y a pas longtemps, tu préférerais manger quoi ? Ou plutôt le bébé a envie de manger quoi ? » C’était la raison qui faisait que je me trouvais dans cet appartement ce soir, sans la présence de ce futur bébé à venir, Allen et Lara n’aurait jamais pris cette décision de vivre ensemble, d’arrêter de passer d’un appartement à un autre pour se voir, de vivre au quotidien ensemble, comme le ferait un couple sur le point de devenir des parents.

La bière à la main, je retirais la capsule qui se trouvait dessus, m’empêchant toute progression dans cette envie de venir masquer toute soif que je pouvais ressentir. La dernière barrière qui m’en empêchait retirer, je la jeter dans la poubelle, dans un essai qui avait été concluant du premier coup. En même temps, je pouvais entendre la voix de ma meilleure amie, m’arriver aux oreilles, me faire part de ses pensées, de sa joie d’aller vivre en présence de son petit ami, mais de la motivation absente de devoir faire les cartons, alors que notre présence ici même était pour répondre à cette tâche. « Je préfère un vendredi soir plutôt qu’un autre soir de la semaine, donc si tu comptes sur moi pour intervenir et t’en empêcher, je te préviens, tu pourras toujours attendre. Aller au boulot Kelley. » Une affirmation que je concluais par mes pas qui me dirigeaient vers les cartons que j’avais déposé il y a quelques minutes, le tout en prenant le temps de savourer une première et longue gorgée de bière, pour déposer peu après la bouteille sur la table près de moi. Un premier carton entre les mains, il était temps de commencer par le commencement, de venir plier celui-ci, de le remettre en état de pouvoir contenir le moindre objet à l’intérieur, ce qui n’était pas le cas pour le moment. « Comment tu te sens ? » Une question qui manquait de précision, qui était complètement vague sans l’approfondir, alors que mon regard faisait un petit détour en direction de ma meilleure amie, retrouvant quelques secondes après ce que mes mains étaient en train de faire, apportant le scotch qu’il fallait pour que le tout premier carton soit en état pour y entreposer les affaires de Lara dedans. « Je veux dire avec Allen et cette histoire d’emménagement, comment est-ce que tu te sens ? » Il était difficilement possible de pouvoir oublier l’histoire qu’elle avait vécu avec son ex-fiancé, de cette souffrance qu’elle avait ressentie, de cette part d’elle-même qui aimait tout romantisme, qui avait disparu en apprenant que l’homme, qu’elle s’apprêtait à épouser, l’avait trompé. Cette question n’était pas là pour la pousser à une crise de panique, à venir lui mettre des doutes en tête, mais plutôt de savoir justement ce qu’elle pensait de toute cette situation, elle ma meilleure amie.
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée carton, soirée discussion ♦ Lara & Coop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn :: Williamsburg-