Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Blackmail has blue eyes - Darko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 99 messages et j'ai : 144 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gabriella Wilde et je crédite : ultraviolences (avatar). bat'phanie (signature).

MessageSujet: Blackmail has blue eyes - Darko   Sam 17 Juin - 19:50

Blackmail has blue eyes
— with Darko Reed

Tu glissais un énième billet dans ton soutien-gorge, les soirées étudiantes il n’y avait rien de mieux pour toi et ton business. Cachée dans un coin sombre d’un entrepôt désaffecté où avait lieu l’une des plus grosses soirées de l’année, tu essayais de te faire discrète pour vendre ta drogue, avant d’aller profiter toi aussi de la fête. Tu ne voulais pas qu’on te reconnaisse, alors tu portais un loup, et tes clients trouvaient ça “carrément cool”. Tu prenais soin de photographier discrètement tous les clients que tu avais servi pour la soirée, juste pour t’assurer en cas de problème. Tu ne savais pas exactement combien tu avais empoché ce soir mais c’était une très bonne soirée, on pouvait clairement dire que tu depuis que tu dealais dans certaines soirées et que tu trouvais les mules pour faire passer les drogues à la frontière, ton niveau de vie s’était amélioré. Même si tu prenais soin de ne rien laisser paraître pour ne pas éveiller les soupçons de ton frère ou de tes amis. Tu t’extirpais de ta cachette discrètement au bout d’un moment et tu retirais ton loup, le rangeant dans ton sac à main, avant de faire ton entrée comme si de rien n’était. Tu balayais la salle du regard à la recherche de personnes connues et bientôt, un Beta venait à ta rencontre pour t’offrir un verre. Tu éclatais de rire en le prenant avant de lui redonner en bousculant le verre contre son torse. « Désolée chéri j’ai pas franchement confiance quand je sais pas d’où vient le verre. » Il n’avait peut-être rien fait de mal, certainement même, il avait l’air un peu trop simplet pour tenter quoi que ce soit de dangereux ou illégal mais c’était dans tes principes. Tu n’acceptais jamais les verres quand ils n’étaient pas remplis sous tes yeux, c’était juste une question de sécurité. Combien de mecs avaient déjà tenté de violer des nanas en mettant des drogues dans leurs verres ? Beaucoup trop pour que tu te fasses avoir. Tu continuais d’avancer dans la salle, les tympans bourdonnant à cause de la musique trop forte et tu t’avançais vers le bar pour commander une boisson. Le serveur te reluquait de bas en haut sans aucune gêne et tu claquais tes doigts devant son nez. « Mes yeux sont plus haut. » Il semblait paniqué de s’être fait prendre en flagrant délit et tu levais les yeux au ciel en soupirant, alors que tu commandais un verre de vodka. C’était toujours comme ça, tous les mecs que tu croisais tentaient quelque chose, tu n’avais jamais vu d’exception à cette règle. Sauf peut-être ce soir. Tu passais tes mains dans tes cheveux et posais ton regard sur un jeune homme, un peu plus loin. Vos regards se croisaient et tu levais ton verre vers lui avec un sourire charmeur, mais il détournait le regard. Simplement désintéressé ou gay ? La première option te semblait totalement inenvisageable et c’est pourquoi tu te levais pour aller à sa rencontre, d’un pas à la fois lent et affirmé. Comme une féline. « Je te paye un verre, prends ce que tu veux. » Tu plongeais ton regard dans le sien en sortant un billet de ton soutien-gorge, un sourire sur les lèvres et tu t’asseyais à côté de lui en croisant les jambes, ta tenue dévoilant le haut de tes cuisses de façon presque exagérée. « Blake. » Tu avais l’impression de l’avoir vu un peu plus tôt, il t’avait peut-être acheté quelques cachets, tu ne savais plus vraiment. Tu buvais une gorgée de vodka en ne le quittant pas des yeux, alors que tu glissais le billet dans sa main en te rapprochant de son oreille. « Enchantée. »


I warn you not to doubt the silence before the storm. If I have learned anything, it’s that quiet is so much more terrifying than sound. AND I HAVE ALWAYS HELD SILENT RAGE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 124 messages et j'ai : 21 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Will Higginson et je crédite : coco câline (avatar) + crack in time (signature)

MessageSujet: Re: Blackmail has blue eyes - Darko   Mar 27 Juin - 2:06

Blackmail has blue eyes
Feat Blake & Darko

Soirée étudiante, les substances illicites sont des denrées précieuses que tout le monde s’arrache. Les sachets passent d’une main à l’autre alors que les reniflements intempestifs de certains finissent de trahir les quelques preuves de ces excès. Si tu en consumes ça reste franchement occasionnel, peu enclin à devenir dépendant de quoi que ce soit. C’est pas une question de légalité ni même d’éthique, c’est tout simplement cette envie féroce d’être mué dans une bulle d’affranchissement totale. C’est pour cette raison que le tabac ou l’alcool sont des plaisirs éphémères et tout autant irréguliers pour toi. D’une part parce qu’il y a cette notion d’indépendance et d’autre part parce que ça baisse considérablement l’hygiène d’une personne. Son rythme de vie et plus encore son état physique. Et si t’es pas non plus du genre à te prendre la tête sur les apparences et l’image que tu renvoies t’es tout de même apte à garder un corps sain. Accoudé au bar, c’est la marche prédatrice d’une blonde filiforme vers ta personne qui te fait redresser la tête. Tu la jauges non sans sourire d’une manière outrecuidante avant de passer ton pouce sur ta lèvre à son invitation. Un rentre dedans direct, pour le moins appréciateur et pourtant tu ne lui réponds pas. Tes opales d’un bleu presque transparent la scrutent attentivement, avec une lourdeur certaine avant que tes doigts caressent nonchalamment ta nuque. Rappelle moi ton nom déjà Sous entendu que sa présentation tu n’en as pas fait cas. Tu lui montres que sur ce terrain là elle n’aura pas le dernier mot avec toi. T’es sans aucun doute celui qui fait les règles et tire les ficelles. Tu savoures le fait que les femmes sont encore capables de cran, arrachant les voiles de certitudes qui les proclament spectatrices de ce jeu des tentations. Néanmoins à la fin d’une nuit ou d’un instant quelconque, tu seras celui auquel les dés répondront. Ceux que tu as lancé, ceux que tu as manipulé. Il me semble que tu as une pilule qui dépasse là Ton index survole dans un contact, un toucher à peine perceptible le haut de son décolleté, à la naissane de ses seins. Ton sourire charmeur se fait ravageur alors que tu l’observes baisser sa caboche par réflexe. Naïve. Pourtant tu sais que ce n’est pas le cas, c’est seulement un instinct qui ne se contrôle pas. Alors comme ça derrière l’agneau se cache un loup ? Si tu la taquines tu sais que les apparences qu’elle laisse transparaître ne sont pas les bonnes. Ça se devine rien qu’à la lueur presque animale qui habite ses prunelles. Ça te plaît mais pour autant elle n’en restera pas moins une proie face à tes crocs acérés. T’es pas un homme foncièrement bon ou bienveillant. T’es comme tu es et parfois tu sais que t’es capable d’être le pire des fléaux. Si elle s’estime être une adversaire de taille tu sais qu’elle déchantera rapidement. Grogne un peu pour voir Tu la provoques mais lorsqu’elle te relance pour un verre cette fois tu te contentes de sourire de la manière la plus provocatrice qui soit. La queue est comprise dedans aussi ? Tu te railles de son approche et quand la vodka arrive devant toi tu le repousses du revers de la main dans un geste que trop désinvolte. Je te laisse l’offrir aux brebis galeuses. Sur ce. Et sans l’ombre d’un regard tu lui tournes le dos comme si sa présence n’est qu’une chimère, quelque chose que l’on fait et que l’on défait en quelques secondes. Un petit rien. Peu importe. Ce soir peut être que ton nom sera un blâme sur ces lèvres, une malédiction mais tu sais surtout que son orgueil aura ton visage marqué au fer rouge sur sa peau de porcelaine et dans ses yeux azuréens.




ENJOY YOUR LIFE ANYWAY, YOU DO NOT GET OUT ALIVE
i meant it when i said i didn’t believe in love at first sight it takes time to really truly fall for someone yet i believe in a moment a moment when you glimpse the truth within someone and they glimpse the truth within you in that moment you don’t belong to yourself any longer not completely part of you belongs to him part of him belongs to you after that you can’t take it back no matter how much you want to no matter how hard you try.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 99 messages et j'ai : 144 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Gabriella Wilde et je crédite : ultraviolences (avatar). bat'phanie (signature).

MessageSujet: Re: Blackmail has blue eyes - Darko   Lun 17 Juil - 18:54

Blackmail has blue eyes
— with Darko Reed

« Il me semble que tu as une pilule qui dépasse là. » Le jeune homme effleurait ton décolleté et par réflexe, tu baissais la tête avant d’ancrer tes yeux aux siens. Tu faisais bien exprès de mettre en avant ce fameux décolleté alors que tu le provoquais à ton tour. « Je vois pas bien, tu peux me montrer ? » Tu affichais un petit sourire en coin en commandant deux boissons et tu t’installais sur le tabouret en croisant les jambes. Darko. Il te plaisait, tu ne pouvais clairement pas dire le contraire, et en regardant autour de toi, tu te demandais s’il y avait quelqu’un à qui il ne plaisait pas. Hommes, femmes, tout le monde semblait intéressé. Mais non, non ce soir il était à toi. Tu haussais les épaules lorsqu’il constatait que derrière l’agneau se cachait le loup et tu buvais une longue gorgée de vodka, tu n’étais pas un agneau, loin de là. Tu n’en avais que le physique, sinon tu étais une véritable teigne. Pas foncièrement bonne, tu faisais plutôt dans l’illégalité, dans ton genre. Tu avais eu une vie rangée pendant des années, le cancer s’en était mêlé, tu avais passé des mois à l’hôpital, à osciller entre les chimios et les injections. On t’avait annoncé ta mort, quasiment. Et aujourd’hui, tu dealais. Pire que ça, tu étais impliquée dans un trafic, tu risquais gros mais tu t’en foutais. D’ici quelques mois, tu serais peut-être morte de toute façon. Retour à l’état de poussière. Tu buvais une nouvelle gorgée de boisson alors que le barman tendait un verre à Darko, qu’il repoussait du revers de la main en te tournant littéralement le dos. Tu te pinçais les lèvres, contrariée qu’il te jette comme il venait de le faire et tu te levais de ton tabouret pour venir lui faire face, contournant son corps que tu te permettais d’effleurer. « Si derrière l’agneau se cache le loup, tu ne sais pas à quel point ce loup peut être déterminé. » Tu étais prête à tout pour qu’il cède à tes désirs, il ne te connaissait pas encore bien et si il pouvait aller loin, tu n’étais pas prête à céder face à son sourire charmeur et ses piques acerbes. Tu lui donnais le verre qu’il avait auparavant refusé, lui offrant ton plus beau sourire et tu glissais ta main sur sa cuisse d’une façon suggestive, en ancrant tes yeux céruléens dans les siens. Tu savais que ça finirait mal, peu importe comment, mais ça n’allait pas bien se passer, tu avais face à toi un jeune homme avec un caractère de feu, et tu n’étais pas mieux. Tu entrechoquais ton verre au sien et tu t’amusais à nouveau à venir contre son oreille, à souffler sur son épiderme alors que tu prononçais quelques mots. « Juste un verre. » Tu te pinçais les lèvres avant de rire, il te rendait nerveuse. Tu allais te battre contre bien plus fort que toi, tu le savais et tu en avais conscience et pourtant, c’était bien toi qui attisait le brasier. « Et toi alors ? Qui se cache derrière ce visage démoniaque ? » Satan. Tu étais prête à parier. Tu laissais tes lèvres se balader sur le verre transparent, aspirant quelques gorgées de liquide alors que tu gardais tes yeux dans les siens.


I warn you not to doubt the silence before the storm. If I have learned anything, it’s that quiet is so much more terrifying than sound. AND I HAVE ALWAYS HELD SILENT RAGE.
Revenir en haut Aller en bas
 
Blackmail has blue eyes - Darko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Lower Manhattan-