Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 For old time's sake ~ Kalani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 135 messages et j'ai : 650 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Suki Waterhouse et je crédite : Morrigan (avatar) & bat'phanie (signature)

MessageSujet: For old time's sake ~ Kalani   Mer 28 Juin - 14:29



For old time's sake

Kalani & Poppy

Tu redoutes les pas que tu fais. Tu connais les rues qui t’entourent un peu trop bien et tu détestes ça. Être là, à cet endroit précis de New-York, tu te demandes presque pourquoi. Mais la réponse est la même que d’habitude, à cette question, c’est toujours la même. L’argent, c’est pour ça que tu es là. Parce que tu veux gagner ta vie, parce qu’il faut bien que tu vives, que tu manges, que tu t’habilles. Aujourd’hui tu as un travail, un vrai, qui te permet de vivre comme tu le veux, mieux qu’avant du moins. Mais ça n’a pas toujours été le cas, et ces rues ne te le rappelle que trop bien. Les heures que tu as passé ici te reviennent en mémoire et te donnent froid dans le dos. Tu te répètes que tu n’es plus cette personne, que c’est la dernière fois que tu mets les pieds ici, que plus jamais tu ne reviendras après aujourd’hui. Mais tu ne peux pas en être certaine. Que t’arrivera-t-il quand ton contrat se terminera ? Peut-être seras-tu forcée de recommencer, de redemander de l’aide aux personnes que tu ne veux plus voir. Peut-être que de nouveau, ton corps ne t’appartiendra plus entièrement. Tu essaies de ne pas penser à tout cela alors que tes pas te mènent vers cette petite boutique, celle que tu ne connais que trop bien. Tu te stoppes devant l’entrée, hésitante. Ton regard voyage sur la rue faiblement fréquentée et tu te demandes si les gens sont au courant. Est ce qu’ils savent ce qu’il se passe derrière cette porte, à l’arrière de cette boutique ? Non, personne ne passerait jamais devant si c’était le cas. Personne n’y entrerait jamais. Pourtant toi, tu y es volontairement entrée, pendant des années. C’était ton lieu de travail, mais aussi ton refuge, ton chez-toi. Les personnes qui y travaillent encore, que tu le veuilles ou non ont été ta famille. Mais ils ne le sont plus aujourd’hui, tu es claire sur ce point là. Tu pousses un dernier soupir et remet bien en place ton sac à main sur ton épaule. Tu es prête, tu pousses la porte. L’odeur de la bijouterie te frappe immédiatement et tu détestes les sentiments qui t’assaillissent à cet instant. L’odeur est familière, presque bonne. Tu réalises qu’elle t’avait manquée, qu’une part de toi ne s’est pas encore habituée à ne plus la sentir. Mais tu fais comme si de rien n’était. Tu gardes ce masque fermé sur ton visage, tu gardes la tête haute. Tu n’es plus la Poppy qui travaillait ici, aujourd’hui tu es la Poppy qui a un rôle à Broadway. Tu es une star, ou du moins tu le seras dans quelques mois. Tu ne regarderas plus en arrière, sur cette boutique, tu feras de ton mieux pour l’oublier complètement. Tu observes discrètement le lieu, essayant de voir si des changements ont été fait ou non. Puis tu t’avances vers le comptoir, comme si tu étais une cliente comme les autres, comme si tu ne savais pas ce qu’il se passait vraiment ici. « Bonjour, je viens récupérer mon dernier chèque. » Oui, c’est pour ça que tu es là, pour prendre la dernière chose qui te lie à tout cela. Le dernier indice qui prouve que tu as fait partie de cette organisation. La vendeuse te répond en quelques mots et part dans l’arrière boutique, tu ne lui adresses qu’un léger signe de tête. Tu te sens un peu coupable d’agir ainsi, de jouer sur la distance, de nier le fait que seulement quelques mois plus tôt, tu n’étais pas mieux que la femme se tenant devant toi. Mais tu en as besoin, tu dois te voiler la face. Pour avancer, tu dois oublier ton passé, peut-être que cette devise a toujours été en toi. Tu te retournes brusquement en entendant la porte du magasin s’ouvrir de nouveau. Après tout on pourrait simplement croire que tu travaillais dans la boutique, que tu étais une simple vendeuse de bijoux toi aussi. Personne ne pourrait deviner ce que tu faisais réellement ici, sauf la personne qui venait d’enter. « Kalani ! » Malgré toi, tu lui souries. Parce que même si c’est ici, tu es heureuse de la voir et, même si vous avez un certain passé en commun, elle reste une amie proche. Tu t’avances vers elle pour la prendre doucement dans tes bras, juste l’espace de quelques secondes. En te séparant d’elle tu fronces les sourcils, mécaniquement. « Qu’est ce que tu fais là ? » Oui, tu es surprise de la revoir ici après votre dernière conversation. Tu l’observes alors de haut en bas, essayant de trouver une solution plausible. Tu ne te rends même pas compte qu’elle pourrait te poser la même question, que ta présence dans la boutique est sûrement encore plus étrange que la sienne. Pour le moment, tout ce qui t’importe est ton amie, son bien être. Et c’est pourtant assez rare que tu t’intéresse à ce genre de choses.
©LittleJuice


Broadway here I come
Her smile and your fantasies play a duet, that will make you forget where you are. The music starts playing, it's the beat of her heart saying... ▬ Let me be your star.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 125 messages et j'ai : 243 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ellie Martin et je crédite : myself (ava)

MessageSujet: Re: For old time's sake ~ Kalani   Sam 15 Juil - 17:34



for old time's sake

Kalani & Poppy

Encore une journée à bosser. Les cours finis pour cette année, tu sais que tu peux passer plus de temps à librairie, parce que le rythme de la bibliothèque a tendance à stagner aussi. T’espèrais par la même occasion que bosser plus à ton premier job signifierait que tu pouvais ralentir sur ton taf d’escort. Belle désillusion. Ton amour des bouquins ne te permet pas de gagner assez. Pas assez pour continuer à payer la moitié de ton loyer, rembourser ton prêt, et continuer à vivre à peu près normalement. Alors c’est d’un pas résigné que t’as pris ce chemin que tu connais un peu trop bien. Ce chemin qui te mène à tes prochains clients –d’une certaine façon- et à de plus grosses sommes d’argent. Tu soupires alors une dernière fois en poussant la porte d’entrée de la bijouterie, servant d’interface avec le monde extérieur. « Kalani ! » Tu relèves brusquement la tête, pour poser tes opales sur Poppy. Ta Poppy. Pour être une surprise, cela en est une. Si vous vouez moins souvent qu’avant, vous continuez tout de même à le faire, mais dans des endroits que tu qualifierais complètement neutre. Des lieux qui ne lui rappellerais pas ce passé qu’elle tient tant à oublier. Alors forcément, la trouver ici, ça a de quoi te surprendre. « Qu’est ce que tu fais là ? » La surprise passée, tu ne peux pas t’empêcher de lui sourire. Ca te fait plaisir de la voir. Même ici. « Tu crois pas que c’est moi qui devrais te poser la question ? » un sourire amusé se dessine sur le coin de tes lèvres. « Laisse moi deviner… Broadway ne te tente plus le moins du monde et t’as préféré revenir ici parce qu’on te manquait trop ? » Evidemment, tu la taquines un peu. Sur le fait qu’elle ait voulu une coupure nette. Plus de liens avec son ancien métier. C’est ce qu’elle voulait. Et toi, tu voyais les choses autrement. Poppy n’est pas n’importe quelle fille, alors pour toi, il était hors de question qu’elle s’évapore juste comme ça. Evidemment, tu sais très bien qu’elle ne reviendra pas. Elle a plutôt été claire sur le sujet. C’est du passé, et elle compte faire en sorte que ça reste ainsi. Finalement, tu t’avances un peu plus dans la boutique, en n’oubliant pas pour autant sa question. La vendeuse dépose un dossier sur le comptoir, qui comprend sans doute les infos de ton client de la soirée. T’as beau être revenue, Dahlia sait que tu veux y aller doucement alors t’espères qu’elle a pris ça en compte. Sans rien ouvrir, tu l’attrapes avant de te retourner vers Poppy. « J’ai dû reprendre. Bosser dans une librairie du Queens et dans une bibliothèque, ça suffisait pas. » finis-tu par lâcher avec un léger haussement d’épaules, comme si c’était pas grand-chose. La vérité, c’est que t’aurais préféré t’en sortir sans ça. C’est pas que t’as franchement honte, parce que tes limites, tu les connais, mais si tu pouvais t’en passer, tu le ferais. Ca t’éviterait déjà de mentir à ton frère jumeau. Ca t’éviterait de trouver quinze mille excuses auprès de tout le monde quand il faut que t’ailles bosser, ou quand tu te retrouves à porter une robe hors de prix alors que tout le monde sait que tu joins à peine les deux bouts.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 135 messages et j'ai : 650 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Suki Waterhouse et je crédite : Morrigan (avatar) & bat'phanie (signature)

MessageSujet: Re: For old time's sake ~ Kalani   Ven 11 Aoû - 21:48



For old time's sake

Kalani & Poppy

S’il y a bien une chose certaine dans la situation actuelle, c’est que tu n’as aucune envie d’être là. Dans ce lieu que tu connais trop bien, cette boutique dont tu connais tous les recoins, tous les angles. Tu n’aimes pas cet endroit, ça aussi c’est une certitude. Pourtant te voilà, par besoin plutôt que par envie, parce que même si tu veux tirer un trait sur ce passé, tu ne vas pas refuser l’argent que tu as durement gagné. Argent dont tu as besoin, même si tu vas bientôt rayonner à Broadway, dans quelques semaines seulement. Tu sais qu’une fois que ton dernier chèque sera dans ton sac, bien au chaud, tu ne remettras plus les pieds ici. Peut-être même que tu ne penseras plus jamais à cet endroit, à ce que tu as pu y faire pendant tant d’années. Trop longtemps, bien trop longtemps. Mais tu sais pour quoi tu l’as fait et tu ne le regrettes pas. Ce boulot, il t’a aidé à survivre, il t’a aidé à être là où tu te tiens aujourd’hui. Aux bords des planches de théâtre. Mais il y a quelque chose dans ce lieu, quelque chose dans ce business qui te retient, qui t’empêche d’archiver totalement cette partie de ta vie. Et étrangement, sans même que tout cela soit planifié, c’est cette raison même entre dans la boutique, seulement quelques instants après toi. Il te suffit de poser les yeux sur Kalani pour te rendre compte qu’une partie de toi sera toujours attachée à cette échoppe, même lorsque des années auront passées, même lorsque tu auras briller dans une dizaine de pièces différentes. Même lorsque la jeune femme face à toi aura réussi à tourner le dos à la bijouterie. Tu as essayé de l’effacer de ta vie, mais elle avait pris une place bien trop importante pour ne pas laisser un vide que tu ne pouvais pas combler. Alors tu l’as revu, parce qu’elle a insisté. Et même si tu avais détesté qu’elle s’accroche ainsi, qu’elle ne te laisse pas l’oublier, tu n’avais pas pu nier que la retrouver faisait réellement du bien. Tu poses une question, en fronçant légèrement les sourcils. Tu connais la situation de Kalani, tu sais ce qu’elle a vécu dernièrement. Tu t’inquiètes, parce que tu sais à quel point le monde qui vous a réuni peut être brutal, mais étonnement tes doutes sont apaisés dès que ton amie prend la parole. Tu ris à ses mots, tu sens l’humour dans sa voix et tu sais que dans ses taquineries il y a aussi la joie qu’elle éprouve pour toi. Tu réalises ton rêve, et tu espères qu’elle est heureuse pour toi. Pourtant tu ne peux pas rire avec elle, tu ne peux pas amplifier ses propos, approfondir sa blague en disant que oui, tu as réaliser que rien n’était aussi bien que cette bijouterie. Parce que c’est faux. Parce que ton rêve, c’est ce que tu as de plus cher, et tu t’y es accrochée bien trop longtemps pour ne pas le prendre au sérieux. Alors tu souries. Tu lui lances un sourire amusée, un sourire montrant que tu comprends sa blague et que peut-être, si tu avais un autre caractère, tu y participerais. « La seule personne qui pourrait me manquer dans ce trou à rats, c’est toi. » Tu lui lances un clin d’œil joueur, et tu essaies d’ignorer la femme au comptoir qui, même si elle ne prend pas activement part à la conversation, fais bel et bien partie des rongeurs de ta réplique. Tu suis des yeux ton amie alors qu’elle s’avance dans la pièce, prenant un dossier sous le bras, sans même le regarder. Ton regard se perd sur celui-ci. Un dossier comme tu en as tant vu avant, tant tenu entre tes doigts. Tu sais ce que cela signifie et si une part de toi voudrait mettre feu aux feuilles de papier, une petite partie voudrait l’ouvrir, le lire, voir ce qu’il contient. Pas que tout cela te manque, mais il faut bien avouer que les vieilles habitudes ne partent pas aussi facilement. « Tu ne l’ouvres pas ? » La curiosité, un défaut que tu as toujours eu. Tu lui lances un regard étonné, pleins de mystères. Tu agis comme si le dossier qu’elle tient était un cadeau de Noël, une surprise qui pourrait contenir un objet décevant, comme le plus beau présent qu’on est jamais reçu. Et tu t’en veux un peu pour cela, mais tu ne peux rien y faire. Ton regard se repose sur Kalani lorsque tu entends son explication et malgré toi, une grimace déforme les traits de ton visage. Évidemment qu’elle n’est pas là par choix, ce serait complètement idiot de penser le contraire. Tu voudrais lui dire que tu es désolée, qu’elle trouvera forcément une solution, que les choses s’arrangeront. L’air détaché de la jeune femme ne te trompe pas, mais ça ne servirait à rien. Tu restes quelques secondes à la regarder, avant de trouver finalement une réponse adéquate. « Peut-être que ton client de ce soir sera un grand éditeur, et il pourra t’offrir un boulot digne de ce nom. » Un ton amusé, une légère blague, encore une fois. Ici, il n’y a presque que cela qui marche, tellement la situation est déprimante. Oui, tu es bien contente d’être sortie de là et tout ce que tu espères maintenant, c’est que Kalani réussisse à en sortir rapidement. Le plus rapidement possible.
©LittleJuice


Broadway here I come
Her smile and your fantasies play a duet, that will make you forget where you are. The music starts playing, it's the beat of her heart saying... ▬ Let me be your star.
Revenir en haut Aller en bas
 
For old time's sake ~ Kalani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side-