Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 You can't help me - Sade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 92 messages et j'ai : 253 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Lily hot&sexy Collins et je crédite : myself

MessageSujet: You can't help me - Sade   Mar 1 Aoû - 23:53


You can't help me
Indira attendait dans la salle d'attente comme toujours. Trois fois par semaine, elle se rendait à l'hôpital pour voir son psychiatre. La condition de ses parents pour revenir vivre à New-York et intégrer Broadway. Ses patrons avaient eu vent de sa situation et eux aussi ils avaient exigé qu'elle soit suivi professionnellement. Le psychiatre l'aidait assez. Indira parlait, parlant de ses plus noirs secrets entre ses murs. Elle savait que rien ne sortirait de cette pièce, qu'il était protégé par le secret médical. La brune soupira doucement avant de mettre sa musique dans ses oreilles, remuant un peu sur son siège. Elle avait besoin de bouger mais elle n'avait rien mangé depuis deux jours. S'il le savait, elle allait se faire gronder. La jeune danseuse le savait mais elle évitait de lui dire, mentant. Elle passait son temps à mentir. À son entourage. La brune finit par se lever, se mettant à danser dans le couloir pour répéter une scène d'une comédie musicale. Indira travaillait dur. Trop parfois. Et sa santé en prenait un coup. Elle savait parfaitement que le bébé qu'elle avait perdu avait préféré la quitter. Heureusement. Elle ferait une bien piètre mère, égoïste qu'elle était. La sale petite égoïste. Indira continuait de danser, essayant de se vider l'esprit, essayant d'oublier la raison de son départ de New-York. Il fallait oublier, enterrer tout ça. Et surtout, se concentrer sur elle. La brune vacilla légèrement avant de se reprendre. Sa tête commençait à tourner et la brune sentait son corps faiblir. Elle reprit sa danse, occultant complètement les autres patients présents autour d'elle. Mais une fois de plus, elle fut prise d'un malaise. Tout se mit à tourner autour d'elle. Sa vision se brouilla alors qu'elle basculait vers l'arrière, essayant maladroitement d'attraper quoi que ce soit pour se rattraper. Et puis, ce fut le trou noir. Indira tomba lourdement sur le sol, inerte.
AVENGEDINCHAINS @Sade Blossom



Dance for your life
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 66 messages et j'ai : 352 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Dove Cameron ♥ et je crédite : (av) Morrigan, (signa) Anaëlle, (profil) moi

MessageSujet: Re: You can't help me - Sade   Lun 7 Aoû - 11:51

Nightmare is not over yet
— with Indira A. Tuohy

Tu détestes cette date. Tu détestes encore et toujours jouer la même comédie. Tu as cette impression dégueulasse de devoir faire ce qu’on demande si tu voudrais avoir la paix et aujourd’hui c’est le cas. Tu as un rendez-vous chez ton psychiatre. C’est un personnage très antipathique. Le genre impassible qui ne change jamais d’expressions peu importe la révélation qu’on lui confesse. Tu te demandes parfois s’il est comme ça dans sa vie de tous les jours. Si face à sa femme, il garde son air parfaitement insensible. C’est vrai, parfois, pour tuer le temps à attendre dans la réception, d’étranges pensées te traversent l’esprit, celle-ci en fait sûrement partie. Quand ton téléphone se met à vibrer entre tes doigts, tu pousses un soupir ennuyé. Ton père. Tu aimes ton père adoptif. Tu l’aimes de toutes tes forces et tu es à jamais reconnaissante pour tout ce qu’il a fait pour toi. Seulement, il ignore à quel point il peut devenir oppressant. Tu détestes qu’on suive à la trace tout ce que tu entretiens. Tu n’aimes pas lorsqu’il s’inquiète plus que de raison, cela te donne la sensation d’être une gamine incapable de se débrouiller toute seule. C’est vrai, tu as souffert. Une plaie reste béante dans ton myocarde suite aux agissements de ton ex. Mais tu es forte. Tu as su te relever et te venger, créant ainsi un nouveau précipice. Elle s’est suicidée et c’est toi qui consultes un psy … le monde ne tourne pas en rond, tu en es consciente. D’ailleurs, quand bien même l’homme était des plus flegmatique et réputé dans son domaine, il n’a pas relevé le réel problème qui menace ta vie. Tu manges très peu et tu caches la pathologie de ton enveloppe de chair derrière ta passion pour la cuisine. Qui souffre d’anorexie et trouve un plaisir monstrueux à préparer des petits plats ? Personne. C’est difficile à croire et pourtant, il s’agit de ton cas. Lorsque tes préparations gastronomiques sont prêtes et qu’on te demande de venir manger avec eux, ta réponse varie entre le fait d’avoir humer l’odeur au point de ne plus pouvoir ingurgiter quoi que ce soit ou bien avoir mangé quand tu cuisinais. Tous les moyens sont bons pour esquiver ta maladie qui, tu sais, prend de plus en plus une place incommensurable dans ton existence. Après avoir répondu à ton père, tu lèves les yeux sur l’autre fille occupant la pièce avec toi. Elle se redresse et … se met à danser dans le couloir. Le sourcil haussé, tu la toises plutôt moqueuse. Une expression qui s’estompe quand tu vois ses mouvements bien dosés et la grâce dont elle fait preuve. Subitement, tu te sens comme obnubilée par son ballet minutieusement préparé et doucement tu commences à voir que quelque chose ne tourne pas en rond. Lorsque tu fronces les sourcils, le mal est déjà fait. Elle tombe par terre totalement inerte et tu te retrouves obligée d’aller voir ce qui se passe vu que vous n’étiez que deux dans la salle d’attente. Tu te penches vers son corps inanimé et tentes tant bien que mal de la réveiller. « Hey ! » Tu la secoues et tapotes contre sa joue mais rien n’y faire, elle garde les yeux fermés. Tu te redresses alors pour aller appeler de l’aide et au moment où tu t’apprêtes à interrompre le rendez-vous de ton psychiatre, une plante arrive à percer tes tympans. Tu la regardes, elle bouge doucement. Tu reviens à ses côtés, mettant méthodiquement sa tête contre le mur. « Ca va ? J’appelle de l’aide ? Une infirmière ou autre ? J'appelle quelqu'un pour toi ?» Tu n’es pas habituée d’être affrontée à une telle position. D’habitude, tu te contentes de hausser les épaules et de passer ton chemin. Cette fois, une force inexpliquée te pousse à rester à côté d’elle et de lui tendre une bouteille d’eau. « Tu n’as pas mangé depuis quand ? » Elle n’a pas besoin de le dire, elle souffre de la même maladie que toi et tu l’as su depuis le moment où tu as posé les yeux sur elle.



It looked like you were under fire
Sade ⊹Look in to the mirror, what am I? A frightened creature, locked inside. My mother's hair, my father's eyes ?(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 92 messages et j'ai : 253 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Lily hot&sexy Collins et je crédite : myself

MessageSujet: Re: You can't help me - Sade   Mar 8 Aoû - 21:47


You can't help me
Il y a des moments de la vie où les gens ne réalisent pas combien ils sont en danger. Indira était constamment comme ça. Malgré les recommandations de son médecin, Indira continuait à ne pas manger régulièrement et à se tuer au travail. Elle le savait qu'un jour son corps finirait par s'arrêter définitivement. Et là, il ne sera plus possible de faire marche arrière. Peut être que c'était ce qu'elle voulait, comme cette tentative de suicide qu'elle avait fait un an après avoir quitté New-York. Elle se demandait sincèrement pourquoi la vie continuait à s'animer en elle. Mais visiblement, même si les vivants pensaient avoir le monopole sur leur propre vie, il n'en était rien. La brune l'avait bien compris à ses dépends. Même si elle tentait de mettre fin à ses jours, la mort ne voulait pas d'elle. Pas encore. La jeune femme était perdue dans un trou noir avant que des sons lui reviennent doucement. Elle entendit la voix d'une demoiselle mais ne comprit pas ce qu'elle lui voulait. Était ce à elle qu'elle s'adressait ou à une tierce personne ? Indira finit par remuer mollement, sentant une vive douleur parcourir son crâne alors qu'elle ouvrit doucement son regard. La brune remarqua alors le visage d'une blonde penché vers elle. Sa vision était encore flou et les traits de ce visage n'était pas net du tout. Doucement, Indira se redressa avec l'aide de la demoiselle qui posa sa tête contre le mur. Clignant des yeux pour essayer de remettre ses esprits en place, Indira observa la blonde. « Ça va merci... » Prévenir quelqu'un ? Qui ? Ses parents ? Oh surtout pas, ils seraient mort d'inquiétude. Indira secoua doucement son visage alors qu'elle chercha à se relever, se tenant au mur. « Y a personne à appeler, merci... » La brunette grimaça légèrement en sentant son crâne lancer. Elle a du taper fort. Ses yeux se posèrent sur la bouteille d'eau tendue vers elle avant que son sang ne se glace à la question. Des yeux remplis d'incompréhension et de frayeur se posèrent sur la blonde. « Quoi... ? » Bon aller Indira, cesse de faire l'imbécile. Elle soupira doucement en prenant la bouteille. « Merci... » Doucement, elle glissa le goulot à ses lèvres pour boire un peu, puis beaucoup. Enfin, Indira alla s'asseoir, n'ayant plus besoin de rester debout si elle risquait de tomber à nouveau. La brunette glissa sa main sur sa nuque avant de poser ses yeux sur la blonde. « Depuis hier matin... » Puis elle leva la main pour la saluer. « Je m'appelle Indira... » Au moins, les présentations étaient faites.
AVENGEDINCHAINS @Sade Blossom



Dance for your life
Revenir en haut Aller en bas
 
You can't help me - Sade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: South Campus :: Columbia University Medical Center :: St Luke's Hospital-