Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 51 messages et j'ai : 339 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Sam Claflin et je crédite : Myself

MessageSujet: Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor   Jeu 3 Aoû - 13:54

Son crayon à bille roulait entre ses doigts, alors qu'il était assis au bureau qu'ils avaient chiné cette semaine dans un vide-grenier. Balthazar se retrouvait devant la liste. Celle qu'il écrivait depuis maintenant plusieurs jours, tout comme devait le faire Dakota. C'était son idée à la base, une idée qui lui avait soumis et qu'elle avait trouvé géniale. Ils s'étaient donc laissé une bonne semaine pour en rédiger une. De quelle liste il s'agit ? La liste des choses qu'ils veulent faire, absolument, avant de mourir, avant d'être trop vieux, avant de ne plus pouvoir les réaliser. La plupart des gens font ce genre de liste et le simple fait de l'écrire, apaise déjà les regrets qu'ils peuvent avoir, mais dans la tête de Balth, cette liste est importante, parce qu'il ne veut pas que sa relation avec Dakota lui empêche de faire ce qu'elle a envie de faire, de vivre comme expérience, alors il lui a demandé de faire ça très sérieusement. Cela faisait maintenant environ trois semaines qu'ils étaient arrivés à New-York et malgré quelques petites disputes de coordination, tout se passait bien. Ce n'était d'ailleurs pas des disputes, plus des désaccords concernant l'appartement, ou alors la recherche de travail de Balthi, qui ne donnait toujours rien. Il avait postulé pourtant, il avait essayé de trouver un travail, et même pas forcément que dans son domaine ; mais le fait qu'il n'ait pas les papiers US freinaient tous les employés. Il n'y pouvait rien et Dakota comprenait, bien évidemment, néanmoins la frustration de ne pas avoir de travail, de ne pas être utile à ce tout nouveau foyer, ça lui mettait un peu les nerfs à Balthi, il détestait se sentir inutile comme ça, et surtout, inactif. Alors cette idée de liste, ça lui changeait aussi les idées, parce qu'il avait réussi à faire pas mal de choses durant toutes ces années passées à voyager... Il avait eu beaucoup de mal à trouver des choses, forcément mais il avait tout de même réussi à collecter quelques idées intéressantes. Pour réaliser ces souhaits, listés ; Dakota allait devoir faire appel à son imagination, à sa créativité. Elle allait devoir être pleine de ressources, elle allait devoir se renseigner sur la ville, sur ses trésors cachés, sur ses petites merveilles. Balthazar n'avait pas perdu de temps et s'était déjà renseigner auprès d'Ugo, le libraire de Staten Island avec lequel il avait bien sympathisé à ce propos. Balthazar était prêt, sa liste était terminée. Ils avaient joués à pierre-papier-ciseau pour choisir lequel aurait le grand honneur de commencer ce petit jeu entre eux. Balthazar avait gagné. Il devait donc envoyer son premier souhait à Dakota, par message et attendre qu'elle lui donne une adresse où la rejoindre, afin qu'ils vivent ensemble l'interprétation personnelle de Dakota, sur le souhait énnoncé par son petit ami. Vous suivez toujours ? D'ailleurs, Balthi était seul à l'appartement, Dakota était sortie à l'Université régler un petit souci administratif sans trop d'importance, mais qui demandait des papiers supplémentaires. Le jeune trentenaire prit son téléphone et envoya alors à sa petite amie « J'ai fini ma liste, t'es prête pour le premier souhait ? » demanda t-il, amusé par ce petit jeu. Le jeune homme se rendit à la cuisine pour se faire couler un café dans une tasse, s'appuyant contre le coin de la cuisine, il sourit en voyant la réponse de sa petite amie et très vite, il lui envoya le sms contenant son premier souhait. Elle avait le temps qu'elle voulait pour trouver quelque chose afin qu'il réalise ce souhait. Il irait ensuite la rejoindre peu importe où dans New-York et finalement, si le vœux était validé par le trentenaire, ils passeraient au sien à elle. Le jeune homme pianota alors son souhait sur le clavier de son portable « voyager dans le temps ». Il savait très bien que c'était compliqué, mais il fallait faire preuve d'imagination et pour ça, il savait que Dakota était douée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Les hommes sages disent que seul les fous s'y précipitent mais je n'y peux rien si je t'aime. Devrais-je rester ? Serait-ce un péché si je ne peux m'empêcher de t'aimer ? Comme une rivière coule inéluctablement vers la mer, chérie c'est ainsi, certaines choses sont inévitables. Prends ma main, prends toute ma vie aussi car je n'y peux rien si je t'aime » Can't help falling in love, E. Presley

           (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 51 messages et j'ai : 338 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mathilde Goehler et je crédite : à personne ♥

MessageSujet: Re: Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor   Jeu 3 Aoû - 15:16

Dakota, elle avait adorer l'idée, bien sûr. C'était une idée de géni pour passer le temps et amoindrir l'anxiété causée par l'incertitude du futur. Mais... Bon, elle n'avais pas tout de suite capté qu'elle aussi devrait faire et partager une Bucket List.

Elle attendait dans le couloir de l'administration à l'Université en pianotant sur son téléphone portable, quelque part dans ses notes. À chaque nouvelle idée, elle l'effaçait presqu'aussitôt. Elle se mordillait la lèvre. Elle avait un terrible syndrome de la page blanche. Sa jambe trépignait, representant physiquement son impatience. Elle était certaine qu'il avait déjà plein d'idées géniale. Et, elle, tout ce qu'elle avait c'était moyen. Ou bien alors c'était des trucs bien trop osés par un simple jeu. Dakota, elle n'était pas du genre à se poser pour écrire une liste de chose a faire. Dakota, c'était une impulsive. Toute sa vie avait été tracée par des coups de tête. Elle avait bien des idées, des grandes lignes. Genre... Elle regardait sa maigre liste. Bon, d'accord, elle était gêné de l'avouer, mais elle faisait parti de ce clan d'hystériques qui aimerait vraiment bien se marier. A regarder les caractères sur son téléphone, elle en avait presque honte. Pourquoi ? Sans doutes parce que chez elle, le mariage n'était pas une valeur très... Véhéculée. Mais Dakota, elle avait envie de croire en autre chose. Dakota, c'était une éternelle amoureuse. Une pasionelle passionnée. Elle vroyait dur comme fer en l'Amour. Alors bon, le mariage, ça venait un peu avec. Non ?

Et puis il y avait le point juste dessous. Lui aussi, il la mettait mal à l'aise. Mais le pire : c'était le troisième.

« Retrouver mon père. »

Elle en avait envie depuis longtemps, mais de le voir écrit comme ça, sous ses yeux, ça éveillait quelque chose de lourd, douloureux. Son père n'avait pas envie d'être retrouvé. Elle avait avouer à Balthazar, quelques années plus tôt, qu'elle lui avait menti sur son sort a leur rencontre. Qu'il n'était pas vraiment mort - contrairement à sa mère. Qu'il l'avait simplement... Abandonnée. Laissée derrière. Comme ça, sans rien dire.

Elle fermit les yeux, puis les rouvrit. Elle ne savait pas ce qu'elle ferait si elle le revoyait. Et, franchement, elle préféra ne pas se poser la question. Elle appuya sur une touche pour faire disparaître ces trois mots. Tant pis, qu'elle se disait. Il n'avait pas voulu d'elle une fois, elle ne se pourrirait pas la vie à voir si ce serait toujours le cas maintenant, onze ans plus tard. Si ça se trouve, maintenant, il était vraiment mort.

Elle soupirait de frustration.
Cet exercice n'était-il pas supposé être plaisant ? Elle ronchonnait. Elle savait bien que, d'un moment à l'autre, il lui enverrait ses idées. Et elle ? Qu'est-ce qu'elle aurait ? Rien.

Elle sursauta quand on appela son nom. C'était la femme qui devait la recevoir. Elle prit place au bureau pour régler la paperasse. C'était des soucis mineurs, quoique des soucis quand même. Elle fournit les documents qu'elle avait apporter et signa a deux reprises, écoutant bien sagement les mots de son interlocutrice. Après une vingtaine de minutes, elle ressortis du bureau.

Jetant un coup d'œil à son portable, elle remarqua une notification. Balthazar. Elle sourit. Puis, en voyant ce qu'il lui avait envoyer, son sourire s'élargit encore. Voyager dans le temps ? Quel gamin. Elle gloussa, le coeur trépignant alors qu'elle lui repondait.

« Un voyage dans le temps pour monsieur, un ! »

Fermant la conversation, elle ouvrit une page Internet. Elle ferfouilla un peu, puis lui envoya une adresse. Elle y serait dans quinze minutes. Sans attendre plus longtemps, elle rangea son téléphone pour reprendre sa route. Elle espérait bien que son idée ne serait pas trop platonique. Parce que bon, elle ne connaissait pas encore le Dr. Brown. Et que donc, elle ne pourrait pas lui emprunter sa DeLoreane.

Elle mit bien vite les pieds dans les rues de New York et descendit a la première station de métro. Pour une nouvelle arrivée en ville, elle savait déjà se débrouiller pas trop mal. Quand elle arriva enfin à destination, elle regagna la surface de la terre pour être de nouveau frappée par le raffût de la ville. Elle en était presqu'au cœur, maintenant. Maintenant, c'était déjà comme si tout ces bruits faisaient parti d'une trame sonore qu'elle n'entendait déjà plus. Encore heureux. Au début, entre les systèmes d'alarme et la jouissance de sa voisine, elle avait cru devenir folle.

Le bâtiment était large, impressionnant. Peu bondé aussi. C'était un lundi et, petit a petit, les gens revenaient de vacance pour retrouver leur petite routine, laissant les lieux touristique un peu loin achalandés. Elle sourit en envoyant une SMS à son copain :

« Je serai près de la statue. »

Puis, elle releva les yeux. C'était peut-être banal d'avoir penser à ça. Mais il fallait avouer que le American Museum of Natural History avait vachement de la gueule. En plus. Il était pareil comme dans ce film avec Ben Stiller. Déjà, elle sentait l'excitation monté. Elle avait bien hâte d'aller voir ce qui se cachait réellement là-dedans ! 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 51 messages et j'ai : 339 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Sam Claflin et je crédite : Myself

MessageSujet: Re: Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor   Jeu 3 Aoû - 15:47

Balthazar eu le temps de finir son café, avant de recevoir une réponse de Dakota, et il ne pu s'empêcher de sourire. Elle semblait inspirée, puisque très vite, elle lui envoya une adresse. Balthazar sourit. Le Musée d'Histoires Naturelles ? Il souriait de toutes ses dents, cette idée lui plaisait bien. Le jeune trentenaire enfila une chemise qu'il laissa ouverte, par dessus son tee-shirt blanc et très vite, il enfila ses chaussures, capturant sa veste en cuir et les casques. Il prit ses petites affaires qu'il fourra dans les poches de sa veste et très vite, quitta l'appartement. Il descendit les marches en trombe, avant de se rendre au garage pour y trouver sa moto. Le voilà finalement dans les rues de Brooklyn à bord de sa moto. Il roulait tranquillement, profitant de cette belle journée. Les New-Yorkais étaient pour la plupart partit en vacances, ce qui donnait une impression de ville presque normale. Ca allait leur faire tout drôle lorsque tous les habitants de la ville allaient revenir de leurs vacances, Balthazar allait-il supporter de vivre dans une ville pareil ? Bon, il avait bien supporté l'Inde pendant quatre ans... il était prêt à tout supporter après ça. Le jeune homme roulait tranquillement, avant de garer sa moto à quelques rues du gigantesque Musée mondialement connu. Il retira son casque et l'attacha -avec celui de Dakota- à la roue de sa moto, qu'il verrouilla avant de la laisser. Il ouvrit en grand sa veste en cuir en s'approchant de l'entrée du bâtiment. Il sortit son téléphone et il vit un message de Dakota, juste après l'avoir lu, il releva les yeux vers la statue qui prônait là et il la vit. Il souria de toutes ses dents, grimpant les marches à grandes enjambées avant d'arriver à sa hauteur « salut toi » sourit-il en passant sa main dans son dos pour venir embrasser chastement ses lèvres. « Alors ? Je vous suis mademoiselle » rigola t-il en faisant une courbette princière devant sa petite amie, l'invitant alors à marcher devant, afin qu'il la suive. Qu'est-ce qu'elle avait pu lui préparer ? Il l'ignorait totalement, il voulait en avoir la surprise. Les deux jeunes amoureux entrèrent alors dans le musée et Balthi du courber l'échine pour pouvoir admirer l'intérieur de ce bâtiment presque mystique. Il y avait pas mal de touristes, mais il y avait de quoi. Un gigantesque squelette de dinosaure était là, les surplombant de toute sa gigantesque carrure, la gueule grande ouverte, prêt à les dévorer sur place. Balthazar était impressionné, bien évidemment que oui. Il se laissa guider par sa petite amie, qui alla directement vers un guichet spécial. Il la laissa y aller seul, afin de ne rien entendre de sa discussion avec le guichetier. Et puis quand elle lui fit signe de venir, il la suivi en souriant toujours. Ils avancèrent vers la droite, où un escalier les attendait pour descendre dans les sous-sols du bâtiment. Mon dieu mais que préparait-elle ? Là, ils entrèrent dans un premier hall, où on leur installa des nouveaux casques 3D à placer sur leurs crânes, comme des lunettes futuristes. Ils entrèrent alors dans une autre pièce, où il y avait d'autres touristes et Balthazar ne pu s'empêcher de rigoler en imaginant sa gueule avec ce truc sur la tête. Il parvenait à voir à travers, étant donné que ça ne fonctionnait pas encore. Ils se trouvaient dans une pièce gigantesque, semblable à un dôme, où des ecrans de cinéma entouraient l'ensemble de cette pièce arrondie. Balthazar et Dakota durent attendre quelques minutes avant que finalement, tout ne commence. Le jeune trentenaire se sentait excité par cette attraction, qu'il ne connaissait pas, et dont il ignorait tout. Mais bien vite, il comprit. Le masque recouvrant la moitié de son visage l'immergeait en 3D dans l'univers... des dinosaures. Ils étaient là, bien en chair, entouré d'un monde fictif et représenté grâce à la technologie moderne qui avait existé il y a des milliards d'années. La jungle, la nature, les bruits, le vent, tout était là et bien évidemment, les dinosaures aussi. Ils pouvaient passer près d'eux, avoir la sensation de les toucher, sans pour autant le faire réellement. Les plus grands animaux passaient au dessus d'eux, et peu importe les gestes, positions que Balthi pouvait prendre, il avait la sensation entière de les vivre pleinement et intensément. Ouais, il l'avait son voyage dans le temps.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Les hommes sages disent que seul les fous s'y précipitent mais je n'y peux rien si je t'aime. Devrais-je rester ? Serait-ce un péché si je ne peux m'empêcher de t'aimer ? Comme une rivière coule inéluctablement vers la mer, chérie c'est ainsi, certaines choses sont inévitables. Prends ma main, prends toute ma vie aussi car je n'y peux rien si je t'aime » Can't help falling in love, E. Presley

           (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 51 messages et j'ai : 338 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Mathilde Goehler et je crédite : à personne ♥

MessageSujet: Re: Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor   Mar 8 Aoû - 19:47


Elle avait à peine eut le temps d’envoyer son texto que, déjà, elle entendait une voix la héler. Elle releva son regard bleu pour se happer au sourire brillant de Balthazar. Il n’avait pas perdu de temps dis donc. Elle s’approcha à grandes enjambées et Dakota sentit son cœur s’emballer alors qu’elle le sentait passer sa paume dans son dos pour venir l’embrasser. Aussitôt, le rose lui monta aux joues. Elle et Balthazar n’avaient jamais tellement été… « ensemble » en publique. La relation était assez neuve et l’idée d’avoir eu ce genre de rapprochement en Nouvelle-Zélande semblait plutôt bizarre. Island bay était une toute petite ville où tout le monde se connaissait donc, forcément, la gêne avait tenue Dakota à l’écart de Balth pendant plus de quatorze jours. Alors que de le voir agir comme ça, le plus naturellement du monde avec elle alors qu’ils étaient entourés de gens, ça lui faisait tout drôle. Elle lui rendit son sourire. Ça lui plaisait bien, malgré tout, elle devait l’admettre. Et puis bon… elle n’avait pas à craindre les regards noirs. Personne ici ne savaient de quel âge ils étaient tous deux affublés, si ?

Bien vite, Dakota prit les devants, osant même agripper la main de l’homme au passage. Ce n’était pas une poigne très féroce, mais l’effort était là. Même si elle n’avait pas du tout envie de le lâcher, il y avait cette impression de braver l’interdit qui faisait vibrer sa peau au contact de celle de son amant. Une fois la sécurité passée, elle le laissa en retrait pour passer au guichet d’une activité payante installée aux sous-sols du musé. Elle essaya de ne pas regarder sa très mince liasse de billets alors qu’elle s’acquittait des frais. Malgré tout, ce fût une chance que cette activité ne soit pas trop dispendieuse. Une fois les tickets en main, elle fit volte-face vers l’homme pour l’inviter à la suivre d’un sourire. « C’est parti ! » chantonna-t-elle en empruntant les escaliers ascendants.

Elle pouvait sentir l’excitation grimper. Elle avait vu la pub sur internet. Elle savait donc un peu à quoi s’attendre quand on lui refila les lunettes de réalité virtuelle. Quand l’activité démarra, Dakota sentit son souffle se couper. Waouh. Les couleurs jaillirent dans sa rétine pour lui partager une multitude d’informations qui, à tour de rôle, l’émerveillent toujours un peu plus. Déjà, elle entendait tout, comme si elle se trouvait au plus profond d’une forêt de l’époque préhistorique. Alors quand elle sentit le vent dans ses cheveux, elle ne put retenir un sourire de satisfaction. Trop fort. Ils étaient trop forts.

Au total, l’attraction dû durer environ 35 minutes. 35 minutes de pur bonheur, ouais. Elle était ressortis de là avec Balth, sans cesser de s’extasier sur ce qu’ils venaient de vivre. Pour elle, ça valait franchement tous ces billets verts. Mais elle se garda de le dire. Elle ne savait pas si Balthazar avait remarqué qu’elle avait payé. Et, pour être franche, si ce n’était pas le cas elle ne tenait pas à ce que ça le devienne. Elle savait bien qu’ils n’avaient pas d’argent. Et elle ne voulait en aucun cas que cette simple activité se transforme en montagne. De retour dans le hall, elle regarda le squelette de tyrannosaure a.k.a. Rex, les yeux pleins d’émerveillement. Elle l’imaginait prendre vie comme ces bêtes dans la réalité virtuelle de laquelle elle venait à peine de s’échapper. Elle plissa les yeux, songeuse. Prenait-il vie la nuit ? Comme dans le film ? Elle battit des paupières. Sûrement pas. Mais comme elle se plaisait à y croire…

Elle renvoya son attention sur Balthazar qui prenait la parole. Bien vite, elle l’imaginait lui parler de ce que elle voudrait faire maintenant. Aussitôt, le stress lui pinça le cœur. Elle n’avait toujours pas trouvé d’idées potables et elle s’en souvenait très bien. Elle le devança donc, proposant :

- Tu sais ce que je dis ? Que pendant qu’on est là on devrait en profiter pour visiter un peu. Tu trouves pas ?

Gagner du temps ? Bien sûr que oui.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 51 messages et j'ai : 339 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Sam Claflin et je crédite : Myself

MessageSujet: Re: Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor   Mer 9 Aoû - 11:40

L'attraction était surprenante, incroyable. Ils avaient réussi à les immerger totalement dans le Jurassik. Le jeune homme en avait le souffle coupé, c'était un sentiment incroyable et inqualifiable que d'être là, au milieu de ces dinosaures, de cette jungle et de ressentir à la fois les effets du vent, comme l'excitation, la peur et de se retrouver dans cet univers, totalement, sans avoir un échappatoire possible. C'était totalement effrayant que de voir le monstre du Jurassik s'approcher de soi, nous surplomber de toute sa hauteur, de toute sa monstruosité et de le voir continuer son chemin, en hurlant. Ouais, Balthazar était sous le charme de cette attraction qu'il trouvait tout bonnement magique. Dakota avait réussi à le faire voyager dans le temps, c'était une évidence. Lorsqu'ils retirèrent leurs masques, Balthazar passa sa main dans ses cheveux, un immense sourire aux lèvres, trop heureux de cette expérience. Quelqu'un vint chercher les masques 3D et très vite, il s'approcha de sa petite amie pour la prendre par la taille et la soulever un peu, afin de la faire tourner. Il lui murmura alors « merci princesse » tout bas, au creux de son oreille. Elle avait décidément bien réussi son pari. Il était franchement sur le cul, impressionné. Ils rigolèrent comme deux enfants, alors que la salle de vidait des spectateurs/acteurs et très vite, ils en firent de même. Main dans la main, ils retrouvèrent le hall du Musée d'Histoires Naturelles de New-York et se retrouvèrent face au squelette fossilisé de l'immense dinosaure qu'ils avaient vu en 3D un peu plus tôt. « Il fait moins le malin comme ça l'moustique » lança Balthi à l'oreille de sa petite amie. Ils rigolèrent, mais très vite, Dakota lui propose de visiter le Musée, quitte à être là, autant en profiter non ? Sauf que non, ça n'était pas ça les règles du jeu. Les règles étaient simples : à tour de rôle, ils avouent un rêve et c'est à l'autre de trouver à le réaliser au sein de la ville de New-York. Alors non, pas le temps de visiter chaque endroit, pas non plus le temps d'nïaiser, ni même le temps de faire quoi que ce soit d'autre. « Hum.... j'crois pas non » lâcha Balthazar. Ils étaient encore sous le dino quand il s'arrêta pour passer sa main derrière la nuque de Dakota, sous le regard de tout le monde. Il avait bien remarqué qu'elle faisait sa coincée quand il y avait du monde. Lui, il trouvait ça mignon, craquant et ça le faisait franchement rire. Il souriait doucement, ne lâchant pas son regard de celui de sa petite amie et très vite, il murmura tout bas en approchant ses lèvres « les règles sont les règles ma chère... » avant de venir effleurer ses lèvres des siennes, sans pour autant les toucher réellement ni même l'embrasser. Il devait lutter, pour se retenir, parce que clairement, il avait envie de l'embrasser, mais non, il se retenu. Finalement, il se recula un peu, lâchant sa petite amie et la contourna. En souriant, il lui claqua les fesses doucement en rigolant et en prenant le chemin de la sortie « aller en route, envoie moi l'adresse » lança t-il en lui tournant le dos pour sortir du bâtiment gigantesque.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Les hommes sages disent que seul les fous s'y précipitent mais je n'y peux rien si je t'aime. Devrais-je rester ? Serait-ce un péché si je ne peux m'empêcher de t'aimer ? Comme une rivière coule inéluctablement vers la mer, chérie c'est ainsi, certaines choses sont inévitables. Prends ma main, prends toute ma vie aussi car je n'y peux rien si je t'aime » Can't help falling in love, E. Presley

           (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
 
Montre-moi que tu m'aimes New-York ft. Dalthozor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: The USA-