Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 576 messages et j'ai : 213 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jean-Luc Bilodeau et je crédite : Hellody

MessageSujet: Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen   Dim 6 Aoû - 15:42


Baby Winkler, are you a boy or a girl?Lara and Allen Ce rendez-vous cela faisait quelques jours que je l’attendais avec une grande impatience, ce rendez-vous chez le gynécologue, soyons bien d’accords, ce n’était pas pour moi que je me rendais chez le gynécologue, mais plutôt pour Lara. Enceinte depuis le mois de Février et cette Saint-Valentin, les cinq mois qui venaient de s’écouler, annonçait clairement le moment où l’on pouvait apprendre, si l’enfant qui grandissait dans le ventre de ma petite amie était un petit garçon ou une petite fille. J’avais beau avoir déjà Jamie dans ma vie et l’aimer bien plus que je n’aurais pu l’imaginer, tout, ce que l’on vivait depuis ces cinq mois, était quelque chose de complètement nouveau, autant pour Lara que pour moi. Une once de sentiments qui étaient mélangés les uns les autres, j’étais enthousiaste à l’arrivée de se bébé, impatient que ces neuf mois soient écoulés, heureux de pouvoir vivre tout cela avec ma petite amie, comblé de pouvoir partager le même appartement qu’elle en permanence, mais j’étais aussi stressé de découvrir tout ce qui nous attendait, tout ce qu’il se passait entre la naissance et les neuf mois de cet enfant, angoissé que tout ne soit pas prêt dans les temps pour l’arrivée de bébé Winkler et j’avais également peur, peur de ne pas réussir à gérer, de me prendre littéralement les pieds dans le tapis.

Le portable dans ma main, je laissais mon doigt glisser sur l’écran, afin de venir mettre fin à cette notification, qui me rappelait l’heure du rendez-vous approchant, mettre fin à cette alarme qui venait tout juste de commencer. Dylan avait accepté que je quitte le boulot plus tôt pour cette journée, pour que j’arrive à l’heure, pour que je retrouve Lara en étant dans les temps, que l’on soit à deux au moment de découvrir le sexe de cet enfant à venir. Désormais l’écran noir, qui m’annonçait être verrouillé, je pouvais reporter mon regard en face de moi, reposer mon attention sur ce que je faisais, l’endroit où je me dirigeais. Les pieds dans les couloirs du Lenox Hill Hospital, je les parcourais, en suivant ces souvenirs que j’avais des précédents rendez-vous, avec mon cœur qui battait la chamade et mon impatience qui prenait également le dessus. Tellement, que j’en avais oublié que comme dans tout cabinet médical, il y avait une salle d’attente dans laquelle on allait se trouver et que l’on allait devoir attendre que le médecin ait terminé avec le patient précédent. « Tu n’es pas encore passé ! » Le tout accompagné d’un ouf de soulagement, avec mes habitudes de réussir à toujours être en retard, même si je savais avoir encore un peu de temps devant moi, cette sensation de ne pas réussir à arriver à l’heure avait été présente dans mon esprit. Au niveau de Lara, je venais me pencher, me retrouver à sa hauteur, étant assises sur la chaise, pour venir déposer mes lèvres contre les siennes, pour venir voler ce baiser, à l’arrière-goût un peu trop rapide. Avant de venir prendre place à ses côtés, de m’assoir sur la chaise à côté de la sienne, reprenant ma respiration, avant de venir expirer ce même air, un moyen de reprendre mes esprits, de calmer un peu toute cette impatience, cette angoisse et ce stress. Quoi que, je n’en étais pas sûr. « Tu n’es pas encore passé, pas vrai ? » Un peu stupide comme question, mais qui ne restait pas improbable pour moi, même si je doutais fortement qu’elle soit simplement assise à m’attendre, si j’avais réellement loupé le moment le plus important de cette journée.
© 2981 12289 0



Family Baby Girl ★ Le futur c’est effrayant Jamie, mais on ne peut pas se réfugier dans le passé uniquement parce qu’il est familier, oui c’est vrai c’est tentant, mais ce serait une erreur. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1888 messages et j'ai : 651 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : RG (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen   Lun 7 Aoû - 22:04

Baby winkler, are you a boy or a girl ?
— with @Allen J. Winkler.

Les vacances est un concept qui n’existe pas au sein du FBI. Ce n’est pas parce qu’il y a une vague de départ vers d’autres pays, pour profiter d’un climat plus avantageux, que la charge de travail diminue. On pourrait même dire que c’est le contraire, ou bien est-ce seulement l’impression que j’avais en ce moment. En tout cas, à cause d’un emploi du temps surchargé, je m’étais retrouvée dans l’obligation d’annuler et reporter plusieurs fois ce rendez-vous chez le gynécologue. Plus de deux semaines que l’on aurait pu découvrir le sexe de notre enfant à naître. Une réalité dont je n’étais pas fière, mais cela permettait de donner le ton pour ce qu’il allait se passer d’ici plusieurs mois. Je suis peut-être une future maman, mais à l’arrivée de cet enfant, je ne comptais pas mettre ma vie entre parenthèse pour n’avoir que ce bébé en tête. C’est un concept que je n’envisage pas, j’aime beaucoup trop mon travail pour m’en éloigner sous prétexte que j’avais gagné un statut en plus. Ce bébé allait devenir, certes, ma priorité, mais pas non plus mon unique raison de vivre. Aujourd’hui, les choses devaient se rétablir. Le rendez-vous était pris, et je ne comptais pas le reporter une nouvelle fois, ayant peur des représailles de certaines personnes de mon entourage.

Cela fait déjà plusieurs minutes que je suis installée dans la salle d’attente. Malgré que je puisse me montrer détacher de ce rendez-vous, c’est loin d’être la vérité. Mine de rien, je suis impatiente d’être dans la salle d’examen. Ce moment, c’est celui où l’on peut voir notre enfant, par le biais d’une échographie, certes, mais c’est bien suffisant pour l’instant. C’est aussi l’occasion de savoir s’il se développe parfaitement, à un bon rythme, de chasser les inquiétudes qui peuvent se glisser dans mon esprit. Mais, et surtout, c’est le jour où l’on peut potentiellement découvrir ce qui se cache à l’intérieur de mon ventre. Potentiellement, car cette décision revient au bébé, s’il décide d’être coopérant ou pudique. Fille ou garçon, à quelques minutes du rendez-vous, je n’arrive toujours pas à décider d’où se place ma préférence. C’est un 50/50. Il y a l’envie de nouveauté qui me fait pencher vers un petit garçon, mais le rêve de toutes les futures mamans (ou presque) d’avoir une petite princesse, bien que dans notre situation, il y a déjà Jamie pour combler ce rêve, fait équilibrer la balance à nouveau. Autant dire que, quelque soit le résultat, je serais contente.

Je relève la tête vers la porte qui vient de s’ouvrir, et qui laisse apparaître mon petit ami. Ses mots me laissent perplexe. Si je me trouve dans la salle d’attente, c’est qu’effectivement, je ne suis pas encore passée. Quand bien même, il était au courant de l’heure du rendez-vous, et si je ne me trompe pas, il n’y a pas eu un changement d’heure cette nuit qui aurait pu tout modifier. Je reste silencieuse, gardant pour moi ces réflexions complètement inutiles à la conversation, et le laisse simplement déposer ce baiser sur mes lèvres. Je suis ses mouvements, et le regarde s’installer sur la chaise à côté de la mienne, un sourire sur mes lèvres. Je ne peux cacher cet amusement de le voir aussi agité. Finalement, entre moi ou lui, la question ne se pose pas de savoir qui est le plus impatient du résultat. Je n’ai pas le temps de dire quoique ce soit, qu’il me répète les même mots qu’à son arrivée, mais sous forme de question. Une question qui me fait lever les yeux au ciel, avant de venir le regarder à nouveau. « Mon chéri, si j’étais déjà passée, je ne serais pas ici, mais dans la pièce qui se trouve juste à côté du bureau de Cooper, pour terminer le dossier que j’ai laissé sur mon bureau. » C’est indéniable, la journée est loin d’être terminée, donc si je n’avais pas cette obligation de présence à l’hôpital, j’aurais pu terminer mes heures de boulot, comme je le fais chaque jour de la semaine. « Mais pour réponse à ta question, je ne suis pas encore passée. L’infirmière doit arriver d’une seconde à l’autre pour me dire d’entrer, tu peux te détendre, tu n’es pas en retard. » Délicatement, je viens poser l’une de mes mains sur l’une des siennes, dans l’espoir de l’apaiser un peu. Pour ce genre de rendez-vous, il y a très peu, voir pas du tout, de risque que je le loupe. Ce n’est pas le cas pour Allen, qui comme moi, travaille et doit gérer les rendez-vous comme il le peut, en réussissant à les caler dans des journées déjà remplies. J’avais bien conscience qu’attendre ici n’allait pas aider à évacuer le stress ou l’impatience, alors le mieux à faire est encore d’occuper l’esprit. Quoi de mieux qu’une question pour ça. « Tu as toujours une petite préférence pour un garçon afin d’équilibrer notre famille, et espérer remplacer les princesses par des voitures, ou ça a changé depuis le temps ? » Ce n’était peut-être pas le meilleur sujet pour se changer les idées, mais ça devait faire l’affaire pour se mettre en condition avant ce rendez-vous qui devait répondre à une question primordiale que l’on se posait, depuis près de cinq mois maintenant.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 576 messages et j'ai : 213 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Jean-Luc Bilodeau et je crédite : Hellody

MessageSujet: Re: Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen   Mer 9 Aoû - 1:27


Baby Winkler, are you a boy or a girl?Lara and Allen J’avais beau faire partit de la famille Winkler depuis plusieurs années, cela ne m’avait pas permis de prendre ce gène qu’ils avaient, d’aimer arriver à l’heure, d’y arriver et de le faire à chaque occasion. J’étais plutôt le contraire, le genre de personne rapidement dépassé par les évènements, à croire autant que possible que je suis dans les temps, avant de me rendre compte, que la réalité est toute autre, pour finalement, me retrouver à courir dans tous les sens. L’arrivée de Jamie dans ma vie, n’y avait rien changé, hormis m’apporter une difficulté supplémentaire, celle de devoir comprendre dans le lot toute préparation qui me concerne, mais également celle qui concerne ma fille, une organisation pour l’organisation. Une habitude que je me connaissais et que je n’arrivais pas à changer, tout du moins difficilement, bien que l’arrivée de Lara dans mon appartement, aidait sur bien des points, comme ne pas me laisser submerger par mon organisation désorganisait. Mais ce rendez-vous chez le gynécologue, je ne voulais pas le louper, je ne voulais pas arriver en retard, il était hors de question que j’arrive dans cette salle d’attente et que ma petite amie soit déjà passé, qu’elle connaisse le sexe de notre enfant à venir, qu’elle est vécue ce moment toute seule, de ne pas avoir été à ses côtés, pour le vivre avec elle. Ma première réaction, avait été un soulagement, de la voir assise, de réaliser qu’elle était toujours dans cet hôpital, un premier signe que malgré le fait que j’avais dû courir pour arriver au point de rendez-vous, j’étais dans les temps, probablement aidé par le médecin ayant lui-même aussi du retard dans les patients qu’il doit voir, ce qui n’était pas improbable. Un soulagement d’une trop courte durée, d’un trop court moment, puisqu’à peine j’avais posé mes fesses sur la chaise à côté de celle de Lara, que je n’avais pas pu m’empêcher, laisser ce stress, cette angoisse revenir à grand pas, pour poser cette question dont je redoutais la réponse : Est-ce qu’elle était déjà passé ?

Mes yeux étaient déposés sur elle, attentif à la moindre de ses réactions, comme par exemple de voir les siens se lever au ciel, un geste qu’elle ne réalisait pas pour la première fois en ma présence. Et puis vient le moment d’une réponse, une vraie, avec des mots qui permettaient de construire une phrase et de me laissait expirer cet air, que j’avais gardé pour moi, en même temps que la peur d’être en retard avait repris le dessus. Un véritable enfant le jour de Noël, s’était ce que j’étais en ce moment même, remplis de cette grande impatience, que ce rendez-vous ait lieu, de pouvoir enfin savoir si l’enfant qui allait pointer le bout de son nez au mois de novembre, allait être une petite fille ou un petit garçon. Une impatience, que je n’étais pas capable de masquer, qui était traduite, comme il y a une poignée de seconde, par ma nervosité, cette angoisse de ne pas avoir réussi à arriver dans les temps. « Je suis ridicule. » Un constatation qui était bien plus pour moi, que je n’avais pas réussi à prononcer dans un murmure comme je le souhaitais, ne permettant pas à ces mots de rester uniquement pour moi. La tête penchait en arrière en même temps que les mots avaient quitté ma bouche, pour que celle-ci se retrouve contre le mur, je prenais une grande inspiration, un espoir de dégager tout impatience. Pourtant, c’était la main de Lara sur la mienne, qui réussissait ce petit miracle, qui attirait mon attention dans sa direction, le son de sa voix qui arrivait à mes oreilles, voilà ce qui réussissait à me calmer. Elle avait même l’exploit de réussir à faire naitre sur mon visage un sourire qui n’avait pas eu de mal à trouver son chemin. Jusqu’à présent, ce n’était que des spéculations que l’on pouvait faire, mettre en avant la préférence que l’on pouvait avoir, si l’on préférait que bébé Winkler soit le petit frère de Jamie ou au contraire, allait devenir la petite sœur de celle-ci. Sauf qu’aujourd’hui, si cet enfant n’était pas contre cette idée, une fois sortie de ce rendez-vous, on allait enfin avoir la réponse, on allait enfin savoir et c’était ce sujet qui était dans mes pensées, comme celles de Lara, la question qu’elle venait de me poser, ne pouvait pas contrer cela. « Notre famille ? » Non, c’était définitif, je ne pouvais pas masquer ce sourire qui étirait mes lèvres autant que c’était possible, à l’entente des mots que Lara venait de prononcer, toute une phrase pour me poser une question et pourtant, c’était cette information que j’avais retenu tout particulièrement. « J’aime beaucoup t’entendre dire que cette famille va être la nôtre. » Une réalité qui me semblait pourtant totalement impossible il n’y a pas si longtemps en arrière, moi l’homme de vingt-cinq ans qui était allergique à toute relation de couple, le papa plus que célibataire qui n’envisageait même pas d’avoir un deuxième enfant un jour. Du chemin parcouru depuis le mois d’aout de l’année dernière, depuis le retour de Lara de cette croisière et de ce premier oubli de protection, qui n’allait pas nous servir de leçon, alors que l’on n’était même pas en couple. « Fille, garçon… Garçon, fille, ça n’a pas d’importance, bébé Winkler est notre enfant, c’est tout ce qui compte pour moi. » Des paroles accompagnait de ma main de libre, qui venait quitter ma jambe pour venir se poser sur le ventre bien arrondi de Lara, laissant mes doigts caresser celui par-dessus les vêtements qu’elle portait. « Je dois quand même reconnaitre, que je ne serais pas contre l’idée de ne pas me retrouver tout seul face à trois filles, ça serait un combat perdu d’avance pour moi. » Je pourrais même oublier l’idée de lutter, à la limite pour la forme, mais Jamie savait comment y faire avec moi désormais et nul doute que l’enfant que j’allais avoir avec Lara n’allait pas avoir de mal à comprendre la même combine, que ce soit une fille ou un garçon d’ailleurs. Et puis il y avait ma petite amie, mère de ce futur enfant à naitre, celle qui est capable de bien des choses avec moi, comme me faire tomber amoureux d’elle, moi l’homme allergique à toute forme de sentiment. « Et toi dis-moi, pas de préférence entre un appartement remplis de princesse ou un équilibre entre les princesse et les voitures ?   » C’était probablement la toute dernière fois que l’on pouvait avoir ce genre de conversation, après le rendez-vous, si l’enfant était aussi pudique que je pouvais l’être, c’est-à-dire, pas le moins du monde. Probablement, parce que tout était entre les petites mains de bébé Winkler et de son envie ou non de nous permettre d’en savoir un peu plus sur lui ou elle dès aujourd’hui.
© 2981 12289 0



Family Baby Girl ★ Le futur c’est effrayant Jamie, mais on ne peut pas se réfugier dans le passé uniquement parce qu’il est familier, oui c’est vrai c’est tentant, mais ce serait une erreur. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 1888 messages et j'ai : 651 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Melissa Benoist et je crédite : RG (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen   Sam 19 Aoû - 21:44

Baby winkler, are you a boy or a girl ?
— with @Allen J. Winkler.

Ridicule. Peut-être pas l’expression que j’aurais choisi pour qualifier mon petit ami. Angoissé ? Sans aucun doute, mais il y avait de quoi succomber à ce sentiment. Aujourd'hui n'était pas un jour comme un autre. Il marquait le moment où il y avait une chance que l’on connaisse le sexe de notre enfant à venir, pour le mois de novembre précisément. Si j'arrivais à contenir mon excitation, c'était plus difficile pour l'homme assit à côté de moi. Je voyais bien à son comportement qu’il avait besoin d'un petit coup de pouce, et quoi de mieux qu’un sujet neutre pour occuper son esprit jusqu'à l'échographie. Délicatement, je venais poser ma main sur la sienne, pour attirer son attention. Je pensais poser une question simple, avec un seul sujet, mais c’est une partie bien précise de ma phrase qui retenait l’attention de Allen. Un froncement de sourcils à peine perceptible sur mon visage, qui marquait la légère incompréhension que je ressentais à cet instant. Heureusement qu’il avait ce sourire sur ses lèvres pour effacer toutes traces d'inquiétudes. Et la suite et fin de ses pensées venait confirmer que ce n'était pas une mauvaise chose, que je n’avais pas par mégarde prononcé une bêtise. Aucun mot, juste un sourire qui s’etirait sur mes lèvres en guise de réponse, en même temps que j'exerçais une légère pression sur la main qui tenait la sienne. Notre famille. Une perspective réjouissante aujourd'hui, alors que cette grossesse n’avait pas forcément débuté dans la bonne humeur et l’acceptation. De l’histoire ancienne, remplacé par cette scène que l’on avait rejoué à son retour de Cancún, une façon de réécrire l'histoire, de garder un meilleur souvenir. Le sourire que j’avais sur les lèvres ne me quittait pas, surtout en sentant la main de l’assistant sur mon ventre. Doucement je venais ma tête sur son épaule, laissant ma première main dans la sienne. L’amusement prenait place sur mon visage lorsque je l’entendais ajouter une petite préférence quant au sexe de notre futur enfant, juste après avoir affirmé ne pas en avoir. « Nul doute que Jamie est une experte dans le domaine. Je suis avec attention ses leçons pour arriver à son niveau. » Je relevais légèrement la tête pour croiser son regard, percevoir toutes ses réactions. Il est vrai qu’avec une troisième fille, il y aurait un avantage considérable pour la gente féminine. Contrairement à un petit garçon qui pourrait équilibrer la balance de notre famille. « Je souhaite seulement un enfant en bonne santé. Qui n’arrive pas trop tôt, mais qui ne se fait pas désirer non plus. » C’est le plus important. Et pourtant, je cédais également à la tentation d’apporter une petite préférence, avant l’heure du rendez-vous. « Mais je ne serais pas contre une autre petite fille pour avoir une raison supplémentaire d’aller dans un magasin de vêtement acheter des robes. » J’eus bien du mal à garder ce rire discret pour moi. Le shopping et moi, une grande histoire d’amour. Si pour ma part je préférais dépenser mon argent en chaussures, j’avais vu naître une passion pour les vêtements d’enfant grâce à Jamie. Elle est une véritable princesse qu’il est agréable d’habiller. La seule difficulté est de parvenir à faire c'est son père. Mais avec le temps, et maintenant que je vivais avec lui, c'était beaucoup plus facile de faire entrer en douce de nouvelles trouvailles.

Un moment léger, agréable, à mille lieu de l’angoisse qui planait dans cette salle d’attente à l'arrivée de l’assistant. Le moment idéal pour qu’une employée sous les traits d’une jeune femme entre dans la pièce, un sourire aux lèvres. “ Mademoiselle Kelley, vous pouvez entrer. Le docteur va vous recevoir. ” Une annonce qui m’obligeait à me redresser, quittant cette position confortable contre mon petit ami. Je tournais la tête sur le côté, pour récupérer mon sac à main, tandis que mon autre main se glissait dans celle d'Allen. Je lui adressais un sourire, qui se voulait rassurant, car j’avais l’espoir que son stress ne revienne pas. Passée de la position assise à debout, je parcourais le court chemin que je connaissais bien désormais, bien que cette fois, au lieu d’aller en salle d’examen, c'était en salle d'échographie. Il n'y avait personne à l'intérieur, ce qui n’avait rien d'étonnant. Nous étions dans un hôpital, pas un cabinet indépendant. Les gestes, je les connaissais. Je déposais mes affaires sur la chaise près de la porte, que ce soit mon sac que le fin gilet que je portais. C'était peut-être l'été, mais le températures n'étaient pas caniculaires pour autant. Après ça, j’allais m’asseoir sur le bord de la table d’examens, mes deux mains trouvant une place sur mon ventre pour le caresser délicatement. Un petit sourire naissait sur mes lèvres, à la pensée de ce bébé qui grandissait juste en dessous, tandis que je relevais la tête pour poser mon regard sur celui qui allait être le père de cet enfant. « Je ne sais pas ce que tu regardes sur ton téléphone, mais ça n’a pas l’air de te plaire. » Lui disais-je doucement. Ces mots, je pouvais pleinement les prononcer, si j’en jugeais par les expressions qui passaient sur les traits de son visage.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Baby Winkler, are you a boy or a girl ? ♦ Lara & Allen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper East Side :: Lenox Hill Hospital-