Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 JULIAN ♦ Let my wounds close.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 130 messages et j'ai : 795 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Dominic Sherwood et je crédite : lux aeterna

MessageSujet: JULIAN ♦ Let my wounds close.   Ven 11 Aoû - 11:33



Let my wounds close.

Julian & Kayden

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Etrange situation que voilà…En te levant, tu avais l’impression dans l’estomac noué, tordu. Lou t’observait calmement et pourtant, tu ne disais pas un mot. Elle semblait curieuse de ce comportement étrange, pourtant, tu n’as pas la force de lui expliquer tes pensées, tes doutes. Cette fois-ci, elle n’est pas en cause. Le fait que vous aviez couché ensemble n’est pas l’objet de ta nervosité, non, mais bien le fait que ton ex t’ait recontacté. Que voulait-il ? Que te voulait-il ? Tu ne cesses de te poser la question, encore et encore et ce, depuis hier. Son message avait eu le don de te clouer sur place, cessant tes activités alors que la surprise s’était emparée de toi. Tu ne t’y attendais pas, loin de là. Malheureusement pour lui, son retour ne t’enchantait pas plus que ça. En te larguant tu avais souffert. C’est con, mais une fois de plus, tu t’étais juste senti…seul. Tu l’avais bien cherché, lui cachant ta dépendance à l’alcool, à la drogue, cherchant peut-être à éviter les reproches, la pitié. Tu n’avais trouvé là qu’une rupture, qu’un rejet alors que Julian était parti, alors que tu n’avais pas cherché à le retenir. A quoi bon, les départs font parties de ton quotidien. Après quelques messages échangés, loin d’être chaleureux pour ta part, tu lui avais donné ton lieu de travail. Si il voulait parler et bien soit, mais tu ne voulais pas entendre quoi que ce soit sur votre potentielle liaison, relation. Tu veux juste oublier, arrêter de penser à tous ce que tu perds, à tous ce que tu as perdus. Kenton, ta mère, Julian, Ugo…Les relations ne sont absolument pas ton point fort, puis bien sûr, il y a Cosimo. Poussant un long soupire, tu regardes ton téléphone. Pas de message…au fond, tu espères qu’il va te faire faux bond.

Saluant rapidement ta colocataire, déposant un baiser sur son front avant de glisser tes doigts dans ses cheveux, tu t’éloignes en silence pour aller bosser. Aujourd’hui, comme souvent, tu fais la fermeture et il est donc quatorze heures lorsque tu pénètres dans le bar où tu dois prendre le relais. Ton collègue est bien heureux de te voir dans les parages, ayant apparemment passé une journée mouvementée et, apparemment, semblait également avoir la gueule de bois. Il te salue, tu fais de même, sachant parfaitement ce qui t’attend. Tu vas avoir droit aux poivrots, aux ivrognes mais cela ne te dérange pas plus que ça. Entre hommes brisés tu avais finis par les comprendre, par savoir les écouter, même si au final ils ont également tendance à te taper sur les nerfs. Enlevant ta veste, tu prends place derrière le comptoir. Cheveux plaqués en arrière, un t-shirt assez proche du corps pour que les gens puissent voir que tu es loin d’être maigrichon, tu as opté pour un manche courte vu la chaleur environnante. Heureusement, la climatisation existe et te rend un grand service. Tu commences donc à bosser, servant ici et là les clients parfois de passages, souvent des habitués qui restent tard le soir et que tu dois foutre dehors à coups de pieds au cul. Plus le temps passe, plus tu te dis que Julian ne viendra pas…Tu l’espère, la pression redescend et rapidement, tu oublies ton ex. Il avait dû changer d’avis, se défiler et préférer ne pas venir, ne pas t’offrir d’explications – explications que tu ne réclamais de toute façon pas -. Malheureusement pour toi, tes espoirs se sont vites envolés lorsque le tintement de la cloche d’entrée résonne pour laisser apparaître l’homme que tu redoutais de voir arriver.

Tes muscles se crispent, tes mouvements se figent l’espace de quelques secondes avant que tu ne reprennes le contrôle, servant l’homme en face de toi qui attendait sagement sa bière. Sans un mot, tu le sers, prenant l’argent qu’il te tendait avec un pourboire en plus. Un plus pour tes économies, pour un potentiel voyage l’année prochaine. Tu rêves de vacances, d’autres horizons, malheureusement tes moyens ne sont pas assez grands pour ça. La preuve en est, tu bosses encore et encore durant tes vacances. A la rentrée, tu jongleras entre ton boulot et tes études. Poussant un léger soupire, tu vois Julian se poser et tu sais qu’il t’attend, que tu vas devoir l’affronter, lui faire face. Te dirigeant vers lui en traînant les pieds, tu te stoppes juste en face de cet homme avec qui tu as partagé bien des moments intimes. « Tu bois quoi ? » Ta voix est calme mais froide, presque sans vie alors que ton regard bicolore se pose dans le sien. Il n’a pas changé. Toujours aussi beau, aussi désirable et ce regard…tu en fondrais sur place. Non, tu dois te reprendre, tu ne dois absolument rien laisser paraître, parce que ça serait trop facile et qu’en plus, ça lui ferait bien trop plaisir. « Dis ce que tu as à dire puis vas t’en Julian, je ne comprends même pas la raison de ta présence… » Oui, tu n’es pas chaleureux, mais peut-il seulement te le reprocher ? T’en vouloir ? Tu n’as jamais été un homme très facile à vivre, ayant un caractère bien à toi, mais tu as également tes qualités et il avait pu les voir en certaines occasions. Posant tes mains sur le comptoir, tu es bien heureux que le bar soit relativement libre et donc, que tu n’ai pas une charge de travail épouvantable.

©LittleJuice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We don't need AnythingOr anyone
Kayden Caldwell ▬ I don't quite know How to say How I feel If I lay here If I just lay here Would you lie with me and just forget the world ? We'll do it all Everything On our own
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 484 messages et j'ai : 1983 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Chace Crawford et je crédite : tenshi (vava) you_complete_mess (signa)

MessageSujet: Re: JULIAN ♦ Let my wounds close.   Sam 12 Aoû - 0:40

Let my wounds close
ft. Kayden
Julian n'était même plus sûr pourquoi il se dirigeait actuellement vers le bar où travaillait Kayden. Le jeune homme et lui s'étaient séparés plusieurs années plus tôt et depuis, ni l'un ni l'autre n'avait eu de nouvelles. Ils auraient pu en rester là, surtout vu la façon dont cette séparation s'était déroulée, mais la vérité était que ça travaillait toujours Julian, ça le rongeait intérieurement. Il n'avait jamais été très doué en matière de relations et pour cause. Sa relation la plus longue avait dû durer 4 ou 5 mois à tout casser. A chaque fois, quelque chose n'allait pas et la plupart du temps, ce quelque chose venait de lui. Il trouvait toujours le moyen de tout faire capoter. Pourtant, il était loin d'être un mauvais bougre. Mais peut-être n'était-il tout simplement pas fait pour la vie en couple. Il avait tout de même envie d'avoir une famille plus tard, du coup, c'était assez ironique. Mais soit. Ce n'était pas vraiment la question. A l'époque, Kayden avait vraiment été important pour lui et Julian avait aimé passer du temps avec lui. Jusqu'à ce qu'il découvre certaines choses au sujet de son ex - des choses qui ne lui plurent pas du tout. Pourtant, au début, il avait tenté de le soutenir, de lui venir en aide, mais Kayden n'avait fait que le repousser. Des années plus tard, le brun se disait qu'il aurait peut-être dû insister un peu plus, qu'il aurait dû s'imposer, quoiqu'en dise l'autre. Mais il était trop tard pour ça. Au moins, Kayden était toujours en vie et il semblait s'être rangé. Bien sûr, il ne pouvait en être sûr avant de l'avoir vu et de lui avoir parlé. S'il ne se faisait pas foutre à la porte directement.

D'ailleurs, il avait été plutôt surpris que son ex lui révèle le lieu où il travaillait et qu'il accepte de le voir. Il avait été plus que froid dans ses messages, mais Julian ne lui en tenait pas rigueur. Il était dans son droit et il le comprenait parfaitement. Toute la journée, il avait essayé de trouver quoi lui dire, mais il avait fini par conclure qu'il improviserait. Il se prenait trop la tête et il ne pouvait pas vraiment se laisser distraire au boulot. Il travaillait sur un dossier important, une affaire qu'il voulait et qu'il devait à tout prix gagner. Alors, pendant ses heures de travail, il rangea le chapitre Kayden dans un petit tiroir au fond de son esprit pour le rouvrir une fois en-dehors du bureau. Il avait la boule au ventre, il se sentait ridicule. C'était lui qui avait initié ce "rendez-vous" et c'était lui qui commençait à flipper. Mais cette fois, il n'allait pas fuir. Il ne serait plus le lâche qu'il avait jadis été. C'en était fini de ça. Il n'espérait pas obtenir le pardon de Kayden ou rétablir un quelconque lien avec lui, il ne se faisait pas d'illusions. Il voulait juste fermer ce chapitre une bonne fois pour toutes pour pouvoir enfin aller de l'avant.

Étonnamment, le bar n'était pas trop loin de son lieu de travail, il décida donc de s'y rendre à pied. L'air frais lui ferait du bien. Quoique. A cette période de l'année, il était plutôt étouffant par moments. Pendant tout le trajet, il ne cessa de tourner et retourner tout ça dans sa tête, mais il avait juste l'impression de devenir dingue et de tourner en rond. Bon sang. D'habitude, il ne se prenait pas la tête comme ça. Mais ce n'était pas une situation habituelle et le fait qu'il craignait tant le moment de ces retrouvailles montrait bien que quelque part, il avait encore une certaine affection pour Kayden. Le fait qu'il ait régulièrement repensé à leur relation en était la preuve aussi. Quoiqu'il en soit, il finit par arriver à destination et poussa la porte du bar avant de pénétrer à l'intérieur. Il y avait pas mal de monde. Il aurait préféré pouvoir s'entretenir avec son ex entre quatre yeux, mais c'était probablement ce que ce dernier voulait éviter en lui ayant proposé de venir pendant ses heures de boulot. Peu importe. Son regard se posa sur le jeune homme derrière le bar. Il n'avait pas trop changé, il était toujours aussi séduisant et dégageait toujours ce même charme qui l'avait séduit à l'époque. Le retour en arrière fut violent, mais Julian tenta de balayer ces émotions soudaines et inutiles.

Il s'avança vers le bar et s'installa sur l'un des sièges libres, attendant que Kayden vienne vers lui. "Tu bois quoi" ? C'était vraiment leurs premiers mots après tout ce temps ? En même temps, il fallait bien qu'il commande un truc. "Une bière, s'il te plaît." Il réprima un soupir. Il sentait déjà la tension dans l'air. Les choses ne seraient pas faciles. Encore une fois, il se demanda pourquoi il était là. Pourquoi il avait voulu déterrer le passé. Et pourquoi maintenant ? Le ton de Kayden était froid, mais il ne s'était pas vraiment attendu à une chaleureuse accolade de toute façon. "Je suis là pour te parler. Je te l'ai dit, non ?" Il soupira, ne sachant même pas par quoi commencer. Il se passa une main sur le visage, puis chercha le regard de son interlocuteur. "Ce n'est sûrement pas ce que tu veux entendre, surtout après tout ce temps, mais...je voulais m'excuser." N'était-il pas déjà trop tard pour des excuses ? Pourtant, il avait besoin de le dire étant donné qu'il ne l'avait jamais fait jusqu'à présent. "J'ai agi comme un parfait crétin et comme un lâche. Ces dernières années, j'y ai souvent repensé et plus j'y pensais, plus je me disais que...j'aurais dû insister." Il était presque sûr que Kayden allait l'envoyer paître. Mais au moins, il aurait dit ce qu'il avait à dire. Du moins, le plus important.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 130 messages et j'ai : 795 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Dominic Sherwood et je crédite : lux aeterna

MessageSujet: Re: JULIAN ♦ Let my wounds close.   Sam 12 Aoû - 17:21



Let my wounds close.

Julian & Kayden

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La rancœur est une chose que tu as de facile, de tenace. Un trait de caractère que tu ne parviens pas forcément à effacer. Peut-être était-ce à cause de l’abandon de ton père ? Ou encore, du fait que tu avais dû abandonner pleins de choses dans ta courte existence. Ta mère était morte, tu as ce lourd secret sur les épaules et tes relations sont considérablement désastreuses. Et pourtant, tu es encore là, cherchant à avancer sans pour autant y arriver. Tu fais du sur place. Ta vie reste au point mort, comme si le feu était rouge, éternellement rouge et qu’il refusait de passer au vert pour te faire continuer ton propre chemin, tracer ta propre voie. Alors bon, lorsque Julian avait décidé de te reparler, tu avais été complètement paumé. Pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi maintenant ? Tu n’en veux pas de ses explications, tu ne veux surtout pas qu’il revienne dans ta vie. Sous ta carapace de gros dur tu n’en reste pas moins un jeune homme assez sensible, mais ça, bien sûr, tu ne l’admettras jamais. Tu n’es pas con, montrer tes faiblesses est une chose dangereuse, les autres peuvent alors exploiter celles-ci. Alors que tu te persuadais que Julian n’allait pas venir, qu’il avait changé d’avis, monsieur décide de pointer le bout de son nez. Tu hésites à déjà le foutre dehors, juste parce que tes hormones te travaillent et que tu n’as qu’une envie, lui renverser une bière dans la tronche. Ouai, ça fait pas très virile, mais sérieusement, tu n’en as absolument rien à foutre. Après un léger grognement, tu te décides à aller vers lui pour au moins prendre sa commande. Après tout, tu ne vas pas le laisser planter là, sans même de quoi boire, ton patron ne serait absolument pas ravi.

Ta voix est froide, tu gardes une certaine distance, lui demandant ce qu’il souhaite boire. Une bière. Rien de bien originale, mais c’est son droit et toi, tu as déjà avalé deux-trois whisky depuis le début de ton service. Ton patron t’avait déjà dit que tu buvais trop, heureusement pour toi, même bourré tu fais remarquablement bien ton job…donc, tant que tu payes tes consommations et bien, c’est ton souci, pas le siens. Tu te mords l’intérieure de la joue. Oui, il t’avait dit la raison de sa présence et tu n’es pas sûr de vouloir entendre ce qu’il a à te dire. Pourquoi ressasser le passer ? Pourquoi mouvementer ce qui c’est déjà produit, ça ne servait à rien, une perte de temps. Ce qui est fait est fait, personne n’a la capacité de revenir en arrière, malheureusement, ce n’est pas un marvel. Lorsqu’il chercha ton regard, tu plantas tes billes bicolores dans les siennes. Ton visage est fermé, tes muscles sont tendus. Tu sais qu’au final, ça va mal se passer, mal se dérouler. Tu te connais, tu n’es pas du genre à accepter quoi que ce soit, encore moins quand tu as été directement touché par une quelconque situation. Alors oui, tu l’écoutes sans l’interrompre. Il voulait s’excuser ? Se foutait-il de ta gueule ? Les années ont passées, se sont écoulées et il venait juste s’excuser ? Il aurait dû insister ? Inconsciemment tes doigts serrent davantage l’addition d’un autre consommateur, n’en faisant qu’une petite boulle de papier. Oui, décidément, tu aurais préféré ne pas entendre ses excuses. « Tu ne penses pas que c’est un peu trop tard Julian, pour présenter tes excuses ? » Mais dans un sens, peux-tu vraiment lui en vouloir ? Il avait fui l’épave que tu étais, tu n’avais eu de cesse que de le repousser…Tu étais aussi fautif que lui.

« Effectivement, t’aurais peut-être pu insister davantage. Mais après tout, pourquoi perdre ton précieux temps avec le mec que j’étais ? Après tout, tu avais eu ce que tu voulais non ? Quelques parties de jambes en l’air sans grandes importances, alors sérieusement, t’encombrer davantage avec moi n’aurait servi à rien hein. » D’accord, tu vas commencer à devenir méchant, tu dois te calmer, respirer un bon coup avant que la situation ne dégénère. Tu n’as jamais été du genre à mâcher tes mots, à tourner ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler…Toi, tu es impulsif et les mots sortent sans même que tu ne puisses y faire quelque chose. Peut-être trop de rancœur, peut-être trop d’amertume. Tu n’en sais rien, mais ça continue à bouillonner. « En vérité, je crois que ça t’a plutôt arrangé que j’ai ces emmerdes, ça t’a aidé à couper les ponts, point finale. Alors ne viens pas me présenter tes excuses, rapplique pas dans ma vie après tout ça, tu seras mignon. J’ai juste été trop con pour m’attacher à toi, pour avoir peur de te dire ce qui se passait vraiment dans ma vie…d’ailleurs, merde, je vois même pas pourquoi on discutes de ça ! Je savais que c’était une mauvaise idée. » Tu grognes légèrement, secouant la tête de droite à gauche en passant ta main dans tes cheveux. Tu détestes ça. Ressentir cette brûlure à l’estomac, cette culpabilité mélangée à une certaine rage et colère. « Je t’apporte ta bière. » Pardonner serait trop facile…bien trop facile. Alors oui, tu finis par décamper, déposant l’addition froissée sur la table d’un habitué avant de filer vers le bar pour remplir un verre de bière, ne posant plus tes yeux sur Julian. Une fois fait, tu retournes vers la table, déposant la bière devant lui. « Cadeau de la maison, juste histoire que tu te tires rapidement. »


©LittleJuice


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
We don't need AnythingOr anyone
Kayden Caldwell ▬ I don't quite know How to say How I feel If I lay here If I just lay here Would you lie with me and just forget the world ? We'll do it all Everything On our own
Revenir en haut Aller en bas
 
JULIAN ♦ Let my wounds close.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Brooklyn-