Flashnews
L'intrigue de l'été est en place. Venez découvrir les 7 merveilles du monde ♥ Vous trouverez toutes les informations nécessaires ici

Vous pouvez aussi consulter le yearbook ici et participer à quelques animations par là

      



 
Prochaine maintenance le samedi 26 août à 17h
N'oubliez pas de sauvegarder vos rps / fiches
NEWSLETTER NUMÉRO 27
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 25
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 The fire between us [Robbie & Samuel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 101 messages et j'ai : 574 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alfred Enoch et je crédite : Kidd

MessageSujet: The fire between us [Robbie & Samuel]   Ven 11 Aoû - 22:48


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The fire between us
Robbie & Samuel
Un soupir quitte tes lèvres alors que tes yeux embrassent le désastre qui s’étale devant toi. Si tu pouvais choisir, tu ne serais pas là, même pas dans un millier d’années. Tu regardes le désert noir, les quelques personnes qui essayent d’y mettre un ordre, d’y donner un sens. Toi tu n’oses même pas mettre un pied devant toi, tu as trop peur de briser ce qui est déjà irréparable. Si c’était humainement possible, peut-être même que tu t’empêcherais de respirer, pour ne pas briser le silence trop lourd qui règne sur le lieu. Pourtant c’est justement pour cela que tu es là, pour mettre des mots sur tout cela, sur ce qui s’est passé ici. Il faut que toi aussi tu mettes en ordre, que tu trouves un sens. Il faut que tu puisses expliquer tout cela et, étrangement, le justifier. Tu sais déjà que c’est quelque chose qui sera compliqué à faire, un peu trop même. La foule commence à se faire un peu plus dense et, déjà, le silence de mort n’est plus qu’un lointain souvenir. Les gens s’agitent, les questions fusent et toi, tu n’as pas encore une seule réponse à donner. Parce que tu ne comprends pas Samuel. Pas encore. Une part de toi se demande même si tu comprendras un jour, si tu arriveras à faire sens de tout cela, à accepter. Tes yeux lâchent l’horreur fumante pour se concentrer sur les hommes aux casques jaunes. Il y en a que tu cherches, un qu’il faut que tu vois. Et pourtant tu redoutes une telle rencontre, tu redoutes les mots qui pourront sortir de ta bouche, ou de la sienne, quand vous vous verrez enfin. Tu n’es pas prêt à t’excuser, à admettre l’erreur que tu as commise quelques semaines plus tôt, pourtant au fond de toi tu sais depuis longtemps que le tord est le tien. Tu essaies de te rassurer Samuel. Après tout ta visite aujourd’hui n’a rien à voir avec la dernière conversation que tu as eu avec cet homme. Aujourd’hui ta visite n’a rien de personnelle. Tu n’es là que pour le travail, pour essayer de mettre en lumière les cendres sombres qui volent dans l’air. Alors tu prends sur toi et tu commences à marcher, la tête haute, le dos bien droit. Tu essaies de ne pas penser aux horreurs qui se sont passées quelques heures plus tôt. Tu ne penses pas aux gens qui les ont vu, à leur monde qui s’est complètement retourné après les événements. Tu sais que tu dois garder ça de côté, tes propres sentiments, tes sensations n’ont rien à faire ici. C’est pour cela que tu dois les mettre dans une boîte, loin dans ton esprit. Chose qui ne sera pas facile à faire face à l’homme que tu vois déjà dans ton champ de vision. Tes pas te mènent à lui, presque à reculons. « Robbie ! » Ta voix se mêle aux bruits de la foule, aux courses des hommes qui tentent de sauver le moindre souvenir ce qui se tenait ici. Ta démarche devient plus assuré, ton visage est fermé, sérieux. Tu veux lui montrer qu’ici, vous ne vous connaissez pas. Ici il n’est question de rien d’autre que du malheur qui s’est abattu à cet endroit. Pas de Kathyrn, pas de Valentin, pas de Natalie. Une fois que tu te retrouves à la hauteur de l’homme, tu attends quelques secondes avant de reprendre la parole. Tu détailles une nouvelle fois le paysage fade, avant d’analyser les traits sur le visage de Robbie. « Salut. Je vais travailler sur ce cas, qu’est ce que tu peux me dire ? » Pas de comment vas-tu, pas de poignée de main ou de sourire. Tu rentres dans le vif du sujet Samuel parce que tu n’es pas fier. Tu n’es pas réellement à l’aise avec tout ce qui se passe, avec la situation, le client que tu dois représenter devant la justice, l’homme qui a déclaré un incendie la veille au soir. Tu n’es pas non plus à l’aise avec le pompier face à toi, parce que même si tu dois laisser ta vie personnelle en dehors de ça, tu n’en es pas toujours entièrement capable.

fiche by coula
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 215 messages et j'ai : 1856 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Taylor Kinney et je crédite : Hellody ( avatar ) Little May ( profil )

MessageSujet: Re: The fire between us [Robbie & Samuel]   Dim 13 Aoû - 22:29

Samuel and Robbie
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The fire between us

Une nuit de garde, que l’on avait passé sur le terrain, pas le moindre temps de repos, pas le moindre instant allongeait dans ces lits qui étaient à notre disposition à la caserne. Depuis la veille au soir, peu après vingt-deux heures, un incendie s’est déclaré dans une maison du Bronx, un incendie impressionnant, qui avait réussi à faire prendre les habitations voisines. Une fête avait été organisé dans le logement, un anniversaire, celui de l’enfant des propriétaires, les dix-neuf ans en poche, ils avaient accepté de faire venir ses amis, pour un souvenir mémorable de ce moment. Mémorable, ça allait être le cas, difficile d’oublier ce jour où sa maison est partie en fumée, dévorait par les flammes, cette soirée où ils ont vu sous leurs yeux brûler tout ce qui leur appartenait, tous leurs souvenirs. La présence d’un vent, léger, mais bien présent, il avait été difficile de contenir ce feu, de réussir à le maîtriser afin de pouvoir le noyer, de pouvoir y mettre fin. Ça avait été un long combat, à commencer par celui de faire une reconnaissance dans les maisons touchaient par cette catastrophe, afin d’évacuer, les personnes qui se trouvaient bloqué à l’intérieur. Et puis, il avait fallu se battre contre les flammes, se battre contre le vent qui avait gagné par avance, qui donnait raison à l’incendie de prendre de l’ampleur, de prendre beaucoup trop d’ampleur. Résultat, le jour s’était déjà levé depuis quelques heures et on était encore dans le Bronx, bien loin de Williamsburg où se trouvait la caserne vingt-quatre. Mon casque entre les doigts, je venais le déposer sur le siège que j’occupais dans le camion des secours, me débarrassant de celui-ci, laissant un long soupire s’échapper de mes lèvres. Une bouteille d’eau dans ma main de libre, je venais verser le liquide sur mon visage, apprécier cette fraicheur après la chaleur des flammes.

Une longue gorgée d’eau et je tournais mon regard en direction de la maison qui était à l’origine de cet incendie, alors que le camion échelle et que l’engin pompe étaient en train d’éteindre ce feu, qui devenait une histoire ancienne. J’avais eu l’occasion de faire un premier contrôle, d’entrer dans cette maison complètement ravageait par le feu, recouverte d’un noir déprimant. La police était déjà arrivée sur les lieux, elle s’occupait même de garder à distance ces nombreuses personnes qui souhaitaient rentrer chez eux, récupérer un maximum d’affaires, ne pas vivre ce sentiment d’impuissance, sans rien faire. Les yeux rivaient sur cette maison, mon attention concentrait dessus, je détournais mon regard sur le côté lorsque j’entendais mon prénom, quelqu’un était en train de m’appeler et je ne mettais pas longtemps avant de savoir qui était à l’origine de cet appel. « Samuel… » La bouteille vide posait sur le siège, j’apportais mes doigts à mes cheveux, les passant dessus, en même temps que je me tournais vers l’avocat qui s’approchait de moi. Ce n’était pas la première fois que l’on allait devoir travailler ensemble, mais après notre dernière conversation, ce n’était pas l’idée qui me réjouissait le plus. Une engueulade que l’on avait, au sujet de ma petite sœur, enfin des souvenirs que j’en avais, ils étaient encore bien trouble et je ne semblais pas près de m’en rappeler clairement. « L’incendie est volontaire, ça je n’ai pas le moindre doute dessus. » Ma main sur le casque, je venais le remettre sur ma tête, avant d’attraper une lampe, de la tourner dans ma direction, pour m’assurer que celle-ci marchait correctement. « Le fils avait invité ses copains pour fêter son anniversaire, les agents de police sont en train de les interroger. » Un léger geste de ma main, pour demander à Samuel de me suivre, je commencer à marcher sur cette rue que je n’avais pas quitté de la nuit, je m’avançais en direction de cette maison, alors que j’essayais de ne pas repenser à cet entrevue qui avait tourné à l’engueulade, alors que j’agissais autant que possible, comme si de rien était, tel un pompier et un avocat qui devaient travailler ensemble. « Quand on est arrivé c’était la panique, mais il y a une chose dont je suis presque sûr, c’est que n’importe qui pouvait entrer dans cette maison, n’importe qui aurait pu mettre le feu à cette maison. » L’un des nombreux problèmes de ces soirées entre étudiants, celle de se croire intouchable, d’inviter un maximum de personne, la popularité étant un point important, celle de laisser la porte ouverte à qui voulait venir. Pas de mot de passe, pas même besoin de sonner à la porte, il y avait juste à poser sa main sur la poignée et de venir ouvrir celle-ci afin d’entrer dans ce logement, lieu de fête la veille. En arrivant devant la maison, j’allumais la lampe que je tenais entre mes doigts, passant l’entrée de cette maison, pour me retrouver à l’intérieur, sans le moindre risque, après de nombreux contrôle, l’incendie était éteint sans le moindre doute.  
© ASHLING POUR [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
behind blue eyes
But my dreams they aren't as empty, As my conscience seems to be, I have hours, only lonely, My love is vengeance, That's never free.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 101 messages et j'ai : 574 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Alfred Enoch et je crédite : Kidd

MessageSujet: Re: The fire between us [Robbie & Samuel]   Hier à 11:20


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
The fire between us
Robbie & Samuel
C’est une scène dévastée qui s’étale devant toi. Une scène noire, carbonisée, réduite en fumée. Tu voudrais y prendre ton temps, tu voudrais pouvoir prier pour les victimes, rassembler toute ta foi pour parler à ton Créateur, pour lui demander pourquoi il a autorisé un tel malheur de se réaliser. Mais tu n’en as pas le temps, tu n’en as pas le droit. Parce que tu n’es pas ici pour être témoin d’une atrocité, tu n’es pas ici par hasard, parce que tu marchais dans cette rue précise dans les choses sont arrivées. Tu es ici parce que tu le dois, parce que tu n’as aucun autre choix, et tu ne serais sans doute pas là si on t’en avait laissé un. C’est pour ces mêmes raisons que tu sais parfaitement que ce n’est pas ton dieu que tu dois blâmer pour l’incendie qui a ravagé ces habitations, ce n’était pas un caprice de sa part ou une colère quelconque. Ton dieu est amour, il ne ferait pas ça. Si tu es là aujourd’hui c’est à cause d’un homme, sans doute un seul, qui a laissé sa colère l’emporter, qui s’est laissé allé dans le pêché, parce que c’est souvent plus simple, plus tentant. Un homme, pour le malheur d’une dizaine.

Tu marches lentement dans les débris alors que ta cible est bien localisée. Tu cherches un pompier en particulier, un des héros de la soirée. Tu le connais bien, c’est sans doute ce qui t’aide à marcher vers lui sans te poser trop de questions, en essayant de ne pas penser à toutes ces choses qui vous séparent dernièrement. Tu tentes de ne pas penser à votre dernière conversation, tout simplement, parce qu’elle ne s’était pas bien achevée. Alors tu commences directement, tu mets les pieds dans le plat, gardant un air sérieux et concerné. Tu poses une première question, pour en savoir le plus possible. Une question vague et qui pourtant t’aidera à en savoir le plus possible. Tes yeux restent braqués sur Robbie, sur ses gestes techniques alors qu’il manie ses équipements auquel tu ne connais rien. Tu as beau avoir souvent la sensation que tu changes le monde avec ton métier, que tu le rend un peu meilleur chaque jour, face à Robbie tu as l’impression de ne pas faire le poids. Tu restes toute la journée dans un bureau ou dans une salle de tribunal, lui, il est réellement dans l’action, il change le monde, il sauve des vies, il combat les flammes en mettant réellement sa vie en jeu. Tout cela tu le chasses de ton esprit en essayant de se concentrer de nouveau sur ses mots. Lorsqu’il te fait un signe de la main, tu commences à marcher à ses côtés, hochant silencieusement la tête avec les informations qu’il te donne. Tu cherches des yeux les adolescents dont il te parle mais de là où vous êtes, tu ne vois personne. Après tout ce serait compréhensible qu’ils aient été éloignés de la maison principale, pour chasser les mauvais souvenirs. Alors que Robbie termine sa nouvelle hypothèse, tes sourcils se froncent et tu t’arrêtes dans ta marches, le regardant sérieusement. « Attends, tu veux dire que la personne ayant mis le feu à la maison n’est peut-être plus ici ? Elle aurait pu partir avant que les choses deviennent trop sérieuses. » Tu marques une pause, essayant de rassembler toutes tes idées. Tu n’aimes pas cette situation. Plus Robbie t’en parle, plus tu sens que ce sera un cas compliqué, que bien trop de personnes seront impliquées. Avec des étudiants qui plus est, on ne peut jamais être sûrs de rien. Toujours à mentir, à se protéger pour des stupides histoires de popularité et pourtant toujours prêts à se poignarder dans le dos quand il le faut. Tu reprends ta marche aux côtés du pompier, ne sachant pas exactement ce qu’il veut te montrer. Tu gardes un air pensif, tu réfléchis à tout ce que cela signifie. Ce n’est pas la première fois que tu te retrouves dans une telle situation. Une soirée qui tourne mal, des vies qui changent pour toujours, des morceaux à ramasser à la petite cuillère. Une situation sur laquelle tu n’as peut-être jamais travaillé, mais qui semble bien trop personnelle. C’est ce qui rend les choses encore plus tendues dans ta conversation avec Robbie, c’est ce qui complique encore plus le besoin de rester calme. « Il fallait que ce soit un cas comme ça, hein ? » Ta voix traduit un léger amusement. Ce n’est pas drôle, absolument rien de l’est dans votre cas actuel mais tu essaies du mieux que tu peux de briser la glace qui s’est installée entre vous depuis votre dernière rencontre. « Peut-être que cette fois tu ouvriras les choses sur la réalité de la situation. » Des mots qui sortent seuls, des mots que tu regrettes tout de suite. Tu te sens idiot Samuel, presque cruel. Tu pries pour que l’homme à tes côtés ne les aies pas entendu mais tu sais que c’est impossible. Cette réplique va sûrement rajouter de l’huile sur le feu et alors que vous êtes censés travailler ensemble pour résoudre un mystère, ce n’est vraiment pas ce dont vous avez besoin. Tu ne dis plus rien, tu attends. Tu continues de marcher dans une direction que tu ne connais pas vraiment, faisant attention à tes pas, faisant comme si les mots que tu venais de prononcer n’avaient aucun double sens.

fiche by coula
Revenir en haut Aller en bas
 
The fire between us [Robbie & Samuel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: Bronx-