Flashnews
L'intrigue de la rentrée est en place, on vous réserve pleins de surprise ♥ Tout se passe ici

Besoin de vous pour le questionnaire de l'anniversaire et n'oubliez pas de lire la newsletter par là

      



 
NEWSLETTER NUMÉRO 28
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 12$
N'hésitez pas à postuler
MAGAZINE SOS NUMÉRO 26
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouvelles rumeurs dans ce sujet et n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
 

 True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 360 messages et j'ai : 301 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et je crédite : Avatar par Lilou ; Signature par Magma.

MessageSujet: True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn   Mer 30 Aoû - 23:48

True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart.
Avec @Kathryn L. Price
Le seul bruit qui vient troubler le silence dans la pièce, c’est celui d’une page qu’on tourne. Avec délicatesse, avec lenteur, la page change et la jeune femme peut continuer sa lecture. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle fait ça. Le russe, elle le connaît, elle le maîtrise à la perfection. Elle en connaît chaque chaque subtilité qui font de cette langue ce qu’elle est. Une langue slave qu’elle aime entendre, qu’elle se plaît à parler et pourtant, elle a l’impression de ne pas en savoir assez. Elle a l’impression de ne pas savoir assez de chose alors même si les cours viennent seulement de reprendre, elle étudie, elle travaille pour ne jamais se laisser dépasser. Carter, elle voudrait changer. Rester l'élève modèle, la cheerleader parfaite à qui on a rien à reprocher elle en a marre. Les années passent et elle, elle a simplement l’impression de ne pas changer comme d’autres pourraient le faire. Elle désire changer oui, mais entre ce qu’elle veut et ses actes, il y a un fossé. Elle sait pas trop pourquoi elle n’y arrive pas. Elle a l’idée, aucune certitude. La peur est un des facteurs c’est un fait mais c’est ce qu’elle voudrait réussir à mettre de côté. Pour le bien de tous. Alors là, si elle travaille, elle se dit que c’est simplement pour amorcer ces changements en douceur. C’est seulement pour qu’ils n’arrivent pas trop brusquement. Une nouvelle page se tourne. Elle ne prononce pas un mot quand bien même on peut voir ses lèvres bouger. Deux mois qu’elle n’a pas pratiquer. Deux mois qu’elle a passé loin des Etats-Unis et de ses bouquins. Ca lui a manqué, oui et pourtant, il y a des souvenirs de ses vacances qu’elle n'échangerai pour rien au monde. Elle soupire doucement avant de finalement fermer ce livre et se lever de son lit. Elle a retrouvé sa résidence, elle a retrouvé sa solitude. Elle sait même pas si elle va avoir quelqu’un avec qui vivre cette année. Elle est partagé par cette idée. Il y a une part d’elle qui voudrait avoir quelqu’un. Juste pour ne pas rester seule à chaque instant. Et puis il y a l’autre. Celle qui lui dit qu’elle est bien seule, elle peut ainsi faire ce qu’elle désire. Les deux points de vue se battent, ils se confrontent dans son esprit et elle, ça la fait soupirer. Alors quand elle entend des coups portés à sa porte, elle voit ça comme un signe. Celui que ça n’est pas le moment de se prendre la tête avec ça. Réajustant au mieux sa tenue de cheerleader, elle reprend son masque de froideur en se rendant à la porte pour l’ouvrir. Un masque qui ne reste pas en place longtemps car déjà, il y a un sourire qui s’affiche sur ses lèvres fines quand elle voit sa meilleure devant elle. “Si tu savais combien tu m’as manqué.” Il ne lui faut pas plus longtemps pour la prendre dans ses bras et l’attirer à l’intérieur. Carter, elle est pas forcément très démonstrative mais après deux mois passés loin de sa meilleure amie, elle ne sait pas faire autrement que de lui faire savoir que ça a été vraiment long sans elle. “Tu veux boire quelque chose ?” Elle prononce ça d’un ton naturel en se détachant des bras de Kathryn, comme si rien ne s’était passé. “Comment vas-tu ? Et comment va mon petit prince ?” Son petit prince, le fils de sa meilleure amie. Elle a toujours aimé les enfants la rousse et lui ne fait pas exception.


Life is short
Oh I am young but I have aged. Waited long to seize the day. All things said and plenty done, life's too short.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 197 messages et j'ai : 265 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Caitlin Stasey et je crédite : Granger (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn   Mar 5 Sep - 23:27

True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart.
— with @Carter L. Vaughn.

Des pas silencieux dans un couloir de la résidence des Delta. Ce lieu n’est pas le mien, comme aucune autre des résidences d’ailleurs. Le choix d’une confrérie n’a jamais été à faire. Ma place est nul part, comme partout à la fois. Unique, je le suis. Solitaire, ça ne fait aucun doute. Avec les années, les expériences que la vie a placé sur mon chemin, j’ai réussi à sortir de ma coquille pour m’ouvrir aux autres. Aux yeux du monde extérieur, c’est quasiment imperceptible, un pas de souris. Mais pour ceux qui me connaissent, c’est un pas de géant. C’est d’ailleurs pour voir l’une de ces personnes que je foule le sol de la résidence des Delta, alors que je suis une étudiante de Columbia, et rien d’autre, sans étiquette. Carter. Ma meilleure amie. Deux mois sans la voir, en ayant presque aucune nouvelle. Je suis impatiente de la retrouver, de poser mes yeux sur sa chevelure rousse que j’aime tant. Je réajuste le sac que j’ai sur mon épaule, celui qui me sert pour mes cours. Si pendant presque un an et demi, j’ai endossé le rôle de femme active et mère célibataire, depuis la rentrée, je reprends celui de l’étudiante en Biologie et Chimie. Le campus m’avait manqué, plus que je ne l’imaginais. J’aime mon rôle de mère, et encore plus ma petite merveille, mais j’ai besoin de retrouver un peu de liberté, de toucher du doigt cette jeunesse qui m’a été enlevé. Les études sont la première étape. Je trouve facilement le chemin jusqu'à la chambre de Carter, et c’est devant sa porte que je m’arrête pour porter ma main dessus et venir y toquer. Je jete des regards autour de moi. J’observe les personnes qui circulent dans les couloirs. Il me faudra une période d’adaptation pour ne plus avoir le sentiment d'être une intruse dans ces lieux. Heureusement, l'ouverture de la porte me permet de mettre un terme à cette impression négative. Un sourire s’affiche sur mes lèvres lorsque je la vois apparaître devant mes yeux. Elle me prends dans ses bras, un geste inhabituel auquel j’y réponds en l’entourant des miens. Inédit, ça l’est également. Le fait d’avoir passé le plus clair de mon temps avec Sam pendant les vacances doit y être pour beaucoup. Après cette étreinte de retrouvailles, elle m’attire à l'intérieur de sa chambre. « Non, je te remercie. » Une réponse à sa proposition de boire quelque chose. Un sourire s’installe sur mes lèvres, tandis que j’en fais autant, mais sur le bord du lit de ma meilleure amie, en même temps que le sac que je portais trouve place à même le sol. « Je tente de survivre au campus, de retrouver mes marques. » Pas facile après une si longue absence, pour cause d’accouchement, et en ayant un caractère aussi renfermé que le mien. Mais je ne perds pas espoir, je sais que je vais y arriver. Je mettrais le temps qu’il faudra, mais j’y parviendrais. Pour moi-même, mais aussi mon fils, qui compte sur moi du haut de ses 18 mois, presque 19. C’est lui qui arrive dans la discussion, dès l’instant où Carter demande de ses nouvelles. « Il est égal à lui même. Je pense qu’il a hâte de te revoir. » J’en suis presque sûre. Il apprécie énormément Carter. Il la connaît depuis sa naissance. Elle fait partie de son quotidien. C’est tata Carter, sans les liens du sang, seulement avec ceux du coeur. J’aime ma petite merveille, mais là, j’ai envie de mettre de côté mon côté maman, et de mettre en avant celui de l’étudiante, et plus particulièrement celui de meilleure amie de la rousse. « Mais on aura tout le temps de parler de Valentin, ou même que tu viennes le voir plus tard. Là… j’ai envie de connaître tes vacances. Où est-ce que tu as été, ce que tu as fait, des anecdotes… je veux tout savoir. » Un large sourire se glisse sur mes lèvres. Je suis curieuse, et ça ne me ressemble pas de le montrer autant, mais elle m’a énormément manqué. Les messages ont été limité, presque inexistants, et je ne lui en veux pas pour ça. Mais maintenant qu’elle est en face de moi, je souhaite rattraper le temps perdu.  



Enjoy your life
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 360 messages et j'ai : 301 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et je crédite : Avatar par Lilou ; Signature par Magma.

MessageSujet: Re: True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn   Mar 12 Sep - 14:03

True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart.
Avec @Kathryn L. Price
Un immense sourire s’affiche sur les lèvres de la delta quand elle voit apparaître devant elle sa meilleure amie. Deux longs mois qu’elles ne se sont pas vu et elle a l’impression que ça fait une éternité. Il y a eu quelques sms d'échangés, rien de plus et pour ça, elle espère que Kathryn saura lui pardonner. Pour l’heure, elle la serre dans ses bras avant de finalement la relâcher et lui proposer quelque chose à boire. « Non, je te remercie. » Une politesse qui la fait sourire avant qu’elle n’enchaîne presque aussi vite. Avec Kathryn, elle peut être elle-même. Elle n’a pas besoin de reprendre ce masque de froideur et de redevenir une véritable peste, elle sait très bien que sa meilleure amie ne la laisserait pas faire non plus. « Je tente de survivre au campus, de retrouver mes marques. » Elle ne sait pas vraiment quoi dire à ça. Elle sait surtout pas s’il y a quelque chose à en dire. Elle connaît pas vraiment ça, elle saurait pas trouver les mots justes, tout ce qu’elle peut faire c’est essayer et lui faire savoir qu’elle est là si elle en a besoin. “Je suis certaine que tout va bien se passer pour toi. Ça ne s’oublie pas, un peu comme le vélo, non ?” Elle est maladroite dans ses propos, elle en a conscience mais Katy sait comment elle fonctionne, elle sait que ça devrait passer. Et si elle fait tout ça, Carter sait que c’est aussi pour son fils, c’est pour ça qu’elle en parle d’ailleurs. Ça fait longtemps qu’elle ne l’a pas vu lui aussi et mine de rien, la petite boule de bonne humeur et d’énergie lui a manqué. « Il est égal à lui même. Je pense qu’il a hâte de te revoir. » C’est réciproque. Son petit prince comme elle se plait à l'appeler, elle voudrait le revoir pour l’embrasser et le serrer contre, lui faire savoir qu’elle n’a pas cessé de penser à lui et qu’il lui a manqué. « Mais on aura tout le temps de parler de Valentin, ou même que tu viennes le voir plus tard. Là… j’ai envie de connaître tes vacances. Où est-ce que tu as été, ce que tu as fait, des anecdotes… je veux tout savoir. » Elle a un sourire qui naît sur ses lèvres Carter. La curiosité de sa meilleure amie aura sa peau un jour mais ça lui fait plaisir qu’elle s’intéresse à ses vacances. Carter, elle sait juste pas par quoi commencer. Elle sait pas vraiment ce qui est important ou non. Des choses elle en a vu, elle en a aimé certaine, d’autre pas du tout mais ça ne l’empêchera pas de tout lui raconte. Pour l’heure, elle se laisse tomber assise sur son lit. Assise pour finir par s’allonger en fixant le plafond. “J’ai couché avec Nikola.” Ca c’est dit. Elle sait pas pourquoi elle commence par ça, elle sait juste qu’elle a besoin de parler de ce moment qu’elle a passé avec son ex. Elle se met à rire doucement en repensant à tout ceci. “Tu veux connaître le pire ? On était même plus ensemble quand ça s’est passé et j’arrive même pas à regretter.” Oui, c’est sans doute le pire mais depuis que c’est arrivé, elle se sent presque mieux. Elle culpabilise moins de l’avoir quitté. La boucle est simplement bouclée comme on dit. “Oh il reste un con, ne t’en fais pas, mon avis a pas changé là dessus mais… c’était bien. C’était même très bien comme première fois.” Elle sourit Carter en repensant à ce moment qu’elle a partagé avec Nikola. Elle sait qu’elle s’en souviendra, elle se souviendra de ce dernier contact, de ces derniers baisers entre eux même si ça s’est pas fait de la plus conventionnelle des manières.



Life is short
Oh I am young but I have aged. Waited long to seize the day. All things said and plenty done, life's too short.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

It's time to say hello to
J'ai posté : 197 messages et j'ai : 265 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Caitlin Stasey et je crédite : Granger (avatar) Magma. (signature) Little May (profil)

MessageSujet: Re: True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn   Mar 19 Sep - 11:13

True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart.
— with @Carter L. Vaughn.

Un peu comme le vélo me dit-elle. Je lui adresse un petit sourire poli, comme je sais si bien le faire en toutes circonstances, mais je ne réponds rien, à part un petit haussement d’épaules. Je ne suis pas sûre d’avoir la même vision que la rousse. J’ai eu le temps de m’habituer à Columbia, c’est vrai, mais j’ai l’impression que cette époque remonte à des années. Une éternité. Alors que ça ne fait qu’un an et demi. Autant de temps d’existence pour ma petite merveille. Elle est à l’origine de mon année sabbatique, loin des couloirs de l’université. Il m’est tombé dessus, sans avoir été préparé, du jour au lendemain. Je mentirais si je disais avoir voulu cet enfant, mais maintenant qu’il est là, je ne verrais pas ma vie sans lui. Il me faut apprendre à vivre avec sa présence. Ca a commencé au quotidien, dans un lieu sécurisant comme l’appartement de mon frère aîné. Il y avait également sa compagne, qui m’avait grandement aidé. Cette étape passée, la vie professionnelle est entrée dans l’équation. J’ai dû apprendre à gérer ma vie de mère célibataire et de jeune femme active. Là encore, j’ai reçu l’aide nécessaire pour y arriver. Depuis quelques jours, l’équation se complique, car en plus du quotidien, et du travail que j’occupe dans l’une des casernes de Manhattan, je dois reprendre ma vie d’étudiante. Le challenge est important, car je reprends mon double cursus en biologie et en chimie. C’est un pari fou, penseront certaines personnes, mais avec un peu de soutien, je suis persuadée d’y arriver. Je n’ai pas besoin de le demander, mais je sais que Carter fera partie de ces personnes. Elle est si merveilleuse avec moi, mais également avec Valentin. C’est lui qui arrive dans la conversation, et je m’empresse de répondre à ma meilleure amie, de la rassurer quant à la santé générale de mon fils, qui a toujours autant de joie de vivre. Mais voilà, si j’aime parler de mon fils, et plus encore avec la rousse, ce que je souhaite savoir aujourd’hui est le déroulement de ses vacances, loin de New-York. Je la regarde, avec un sourire sur mes lèvres, prête à entendre ce qu’elle aura à me dire. Elle s’installe à côté de moi, sur son lit, en position assise pendant quelques secondes avant de se laisser tomber allongée. Ses mots sont cashs, tellement que je manque de m'étouffer. Elle, elle en rigole, ce que je peux comprendre. Je n’ai pas le temps de lui dire quoique ce soit qu’elle enchaîne. Elle a couché avec avec Nikola, son ex petit ami, alors qu’ils n’étaient plus ensemble. Bien. Cette première information digérée, je garde mon regard dirigé sur elle, tandis qu’aucun mot ne sort de mes lèvres. Ce n’est pas un problème, vu qu’elle reprend la parole, comme pour ajouter une précision, répondre à une question que je n’ai pas encore posé. Ça ne me surprend pas, elle me connaît presque par coeur. Depuis les années qu’on se connaît, elle est capable d’anticiper mes réactions. « Okay… » Un simple mot pour mettre de l’ordre dans mon esprit. Finalement, c’est un rire qui s’échappe de mes lèvres, sans vraiment comprendre pourquoi. L’une de mes mains se place devant mes lèvres, comme si ce simple geste allait effacer mon comportement. « Désolée mais… tu ne fais vraiment pas les choses comme les autres Carter. » C’est le cas de le dire. Je ne suis pas la mieux placée pour parler de relations amoureuses, ou même physiques. Je suis novice dans la matière, complètement ignorante, malgré l’existence de mon fils. Il est un grand mystère, mais j’y travaille activement, grâce à des séances chez un psychologue, presque toutes les semaines, depuis le mois de juillet. « Si tu ne regrettes pas, c’est une bonne chose… non ? » Cette question peut faire froncer les sourcils, mais même si je vois le sourire qu’elle affiche, je préfère être certaine d’être sur la même longueur d’onde qu’elle. Être sûre que je dois également me réjouir pour ce qu’il s’est passé pendant les grandes vacances.  



Enjoy your life
Revenir en haut Aller en bas
 
True friends are never apart. Maybe in distance, but never in heart. - Kathryn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA ::  :: North Campus :: Residential Colleges :: Delta Sigma Phi-