Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici ! Le new MAG SOS est par et on a besoin de vous ici huhu ♥

Fiches de liens
Charline, Lila, Louve & Suchin ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ulysse, Il Nam, Samaël & Antoine veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 35
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
MAG SOS & nouvelle formule
SOS a encore frappé, venez découvrir le nouveau MAG et prendre en compte la nouvelle formule, n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
               

 Girls talk | pv. Holly C. O'Meara

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   Lun 29 Jan - 22:57



Girls talk


This is what a woman wants... Any man of mine better be proud of me, even when I'm ugly he still better love me. And I can be late for a date that's fine but he better be on time. Any man of mine'll say it fits just right when last year's dress is just a little too tight. And anything I do or say better be okay.

Mardi 30 janvier 2018. Voilà un peu plus d’une semaine que je travaille avec Holly O’Meara, la mère de Liam. Mais elle n’est pas que ça. Je sais qu’elle est bien plus, déjà. Ancienne histoire de fesses de Cameron Stevens, ce dernier s’est vu dans l’obligation de faire face à un passé un peu gênant, le tout accompagné d’un petit bout de chou tellement craquant que tout le monde en est tombé amoureux en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Cet enfant est adorable et très bien élevé. Au début, je crois que toutes ces nouvelles personnes autour de lui ont dû lui faire un peu peur, ce que je peux tout à fait comprendre. On peut tous le comprendre, à vrai dire. Personne n’aime particulièrement être approché par des dizaines de personnes inconnues au bataillon. Mais pour revenir à sa maman, Holly, notre rencontre a eu lieu lundi 22, la semaine dernière donc, lorsque j’ai embauché la belle Irlandaise pour devenir la cuisinière officielle du Callie’s Café. Très vite, les pièces du puzzle se sont emboitées les unes aux autres et nous avons compris qui nous étions l’une vis-à-vis de l’autre. Cette situation aurait pu être terriblement gênante mais c’est tout l’inverse qui s’est produit. J’ai décidé de prendre la vie du bon côté et d’accueillir Holly à bras ouverts. Cette magnifique jeune femme ne m’a rien fait de mal et je n’imagine pas le choc que cela doit être pour d’avoir dû quitter son pays, sa nation pour venir dans la plus grande ville des Etats-Unis. Je sais combien New-York peut être effrayante. Mais il faut simplement apprendre à connaître les « bons lieux » de la Grosse Pomme et tout va de suite mieux après. C’est d’ailleurs ce que j’ai eu vite fait d’expliquer à Holly pour la rassurer en lui donnant quelques adresses qui, entre filles, peuvent être plutôt chouettes.

Dimanche, c’était la fête d’anniversaire du petit Liam. Nous avons tous passés une excellente journée et évidemment, la petite fille curieuse qui vit en moi n’a pas pu s’empêcher de remarquer quelques petites choses entre Cameron et Holly. Des frôlements de doigts, des sourires en coin… Il y avait clairement anguille sous roche. Bien-sûr, par respect, je n’ai rien dit à personne (même pas à Alistair) parce que j’estime que je me dois de respecter leur intimité. Maintenant, je dois également admettre que j’ai quand même très envie d’en savoir un petit peu plus. Voilà pourquoi aujourd’hui, en ce mardi, je vais oser poser une question à Holly. Si elle ne souhaite pas me répondre, je le comprendrais et je ne forcerais pas. Je ne suis pas ce genre de personne.

Il est dix-heures et demi et le rush de matinée est fini. Le prochain aura lieu sur les coups de midi et c’est là qu’Holly aura le plus de travail. On va enchaîner les commandes et la pauvre n’aura certainement pas le temps de discuter. Et comme je ne veux pas la déranger pendant son travail… Et encore, je dis ça mais au fond, je sais que je n’aurai pas non plus le temps de parler dans le créneau horaire du midi. Je serai à la caisse à faire en sorte de ne pas faire de bêtise de comptabilité, autant dire qu’on a pas besoin de ça au Callie’s. Les chiffres sont bons, mais on ne fait pas encore suffisamment bien pour gagner de l’argent. Nous n’en perdons pas mais nous n’en gagnons pas. Ces choses-là demandent du temps mais je sais qu’on finira par y arriver.

- Holly ? lancé-je en me rendant vers la cuisine du café. Elle n’est pas ultra grande mais elle est suffisamment maniable et bien équipée. Ça te dit un café ? Il n’y a pas de nouvelles commandes hormis les boissons chaudes donc on peut prendre une petite pause.

Codage par Magma.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.




Dernière édition par Calliopé Winshop le Sam 7 Avr - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 141 messages et j'ai : 1076 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Phoebe Tonkin et pour finir je crédite : fayrell + ANESIDORA

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   Mer 14 Fév - 13:20


Girls talk


Dix-heures trente. Ca va bientôt faire quatre heures que tu travailles dans cette petite cuisine, et tu profites d’une certaine tranquillité pour faire un peu de rangement, nettoyer les quelques ustensiles qui traînent. Dans une heure, le rush de midi commencera et tu devras de nouveau t’activer, être partout à la fois et c’est un sentiment que tu adores. Être chef n’a rien de calme, mais c’est un travail que tu aimes, qui t’as toujours plu, et que tu n’échangerais pas, pour rien au monde. Ton visage se tourne vers l’entrée de la cuisine quand tu entends ton nom et tu es agréablement surprise en voyant Calliopé à l’entrée, te proposant une pause que tu ne peux pas refuser. « Va pour un petit café alors, je ne dis pas non à m’asseoir quelques minutes. » Tu lui souries, reposant le chiffon que tu tenais à la main de façon à ce qu’il sèche pendant ton absence, et tu te passes juste les mains sous l’eau avant de sortir de la cuisine, et rejoindre la salle du café dans laquelle tu peux apercevoir quelques clients profitant de leur boisson chaude ou pâtisseries. « C’est bien, il y a encore un peu de monde. » C’est mardi, la plupart des gens travaillent, et si beaucoup de clients passent juste en coup de vent pour prendre leur café à emporter, tu trouves ça agréable que certains profitent quelques minutes du lieu que Calliopé a réussi à créer ici. Tu restes près du comptoir, attendant que ta supérieure finisse de remplir les tasses pour aller vous installer à une des tables inoccupées. Tu aimes cet endroit, travailler ici, malgré la distance qui te sépare de Brooklyn, de l’appartement de Cameron et de l’école de Liam, tu t’y plais. Ce n’est pas dans le restaurant où tu travaillais en arrivant que l’on t’aurait proposé de faire une pause café pour souffler deux minutes, et discuter un petit peu. Tu ne connais pas encore beaucoup Calliopé, et pourtant tu sais que si vous ne connaissiez pas toutes les deux le père de ton fils, vous vous connaîtriez encore moins bien. Mais grâce à ce lien, vous avez pu passer la journée de dimanche ensemble, pour fêter l’anniversaire de Liam. Ton fils a eu trois ans vendredi, et tu as encore un peu de mal à croire qu’il est déjà si grand. Aidant Calliopé, tu te saisis de l’une des tasses de café pour prendre place sur une chaise, autour d’une table. « Il y a eu pas mal de monde ce matin, non ? J’ai l’impression que les commandes n’ont pas arrêté. » Tu es heureuse de cela Holly. Même si tu n’as pas pu souffler entre deux préparations, tu es contente de voir que le café fonctionne bien, et que même si ça ne fait pas encore un mois qu’il est ouvert, il ne rend pas l’âme tout de suite. Tu serais déçue pour Calliopé si son entreprise faisait faillite, et il faut bien avouer également que l’idée de trouver un nouvel emploi ne t'enchante pas vraiment. Tu te sens bien ici, Calliopé est une patronne sympathique et honnête, qui reste humaine dans tous ces échanges. Elle veut rentabiliser sa boutique, évidemment, mais n’en perd pas ses sourires et sa bonne humeur pour autant, et c’est exactement ce dont tu as besoin. Tu te détends peu à peu ici, tu t’habitue à New-York, mais il faut bien avouer que tu ne dors pas encore sur tes deux oreilles. Trop de choses tournent dans ta tête Holly, mais au moins lorsque tu es ici, tu arrives à te concentrer essentiellement sur ton travail. Sur ton travail, et les petits plaisir de la vie, les choses simples qui se sont passées ces derniers jours, que tu n’avais absolument pas prévues mais qui te font étonnement plaisir. « Ton gâteau avait vraiment fait une forte impression sur Liam, il a pu manger la dernière part au dessert hier soir, il était ravi et à la fois triste qu’il n’y en ait plus. Merci encore de l’avoir amené. » Tu as un sourire amusé, en repensant à ton fils la veille, à la fois heureux de pouvoir engloutir une nouvelle fois du gâteau, alors que son anniversaire était bien passé, mais déçu de se rendre compte qu’une fois qu’il aurait mangé cette part là, il n’y en aurait plus du tout. Il faut bien avouer que tu étais toi-même très impressionnée par la forme et la taille impressionnante du gâteau de Calliopé, et pour cela tu étais bien contente qu’il y ait autant de monde à la petite fête de dimanche. A trois, tu ne sais pas comment vous auriez pu faire pour le manger en entier avant qu’il ne se perde. Tu avais peut-être été un peu réticente à l’idée d’avoir autant de monde, d’un seul coup, autour de ton fils, mais les adultes ce sont finalement aussi bien occupés entre eux qu’ils se sont intéressés à Liam. Tu sais que tu es une maman poule Holly, ou peut-être plutôt une maman ourse, mais tu essaies de faire des efforts pour desserrer un peu tes griffes, et laisser ton fils explorer le monde comme il en a envie.

EXORDIUM.


† Some things just make sense and one of those is you and I. Some things just make sense and even after all this time I'm into you, baby not a day goes by that I'm not into you. I'm still into you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   Jeu 15 Fév - 12:45



Girls talk


This is what a woman wants... Any man of mine better be proud of me, even when I'm ugly he still better love me. And I can be late for a date that's fine but he better be on time. Any man of mine'll say it fits just right when last year's dress is just a little too tight. And anything I do or say better be okay.

Loin d’être du genre tyrannique, j’aime l’idée que prendre soin de ses employés est important. Le travail d’équipe ne se fait que dans le respect mutuel des uns et des autres et je pense que cela commence par le respect des droits individuels. La législation américaine est relativement maigre face aux droits des travailleurs américains mais ici, dans mon café, je refuse que quiconque soit pris au piège. Je veux que le Callie’s Café soit un lieu chaleureux pour tout le monde et pas non uniquement pour les clients. Peut-être que certaines personnes (pour ne pas dire « beaucoup ») aiment se servir des autres pour leurs intérêts personnels mais ce n’est pas mon cas, je ne suis pas comme ça et jusqu’à preuve du contraire, je ne l’ai jamais été. En espérant aussi que je ne le devienne jamais. Qu’on me retourne une paire de gifles si c’est le cas un jour, pitié.

Holly accepte sans aucune difficulté de prendre une petite pause. Après, ce sera au tour de notre barista, je la laisserai aller se requinquer tranquillement.

J’acquiesce quand elle le signale que la présence de clients en cette heure est une bonne chose. Je suis bien d’accord avec elle, cela me rassure de constater que nous n’avons pas encore de périodes entièrement creuses au café. Je me doute que cela arrivera parfois mais tant que ce n’est pas répétitif, alors ce n’est pas particulièrement grave. Il faut que l’argent rentre dans les caisses et très sincèrement, jusqu’à présent nous n’avons pas eu à nous plaindre. Les gens semblent véritablement attirés par notre établissement et ce que nous proposons à la carte. Je dis « nous » parce qu’à mon sens, ce n’est pas que mon business. Bien-sûr, je suis celle qui règle les factures et qui paie les employés mais j’ai envie que tout le monde ici se sente investi et je crois que ça ne marche pas trop mal jusqu’à présent.

- Ce n’est pas une impression, on a eu un monde dingue, dis-je en prenant ma tasse pour ensuite suivre Holly vers une table libre. « Je crois que tes dernières créations en ont ravi plus d’un, » ajouté-je en souriant. Holly est vraiment une très bonne cuisinière et tout le monde ne cesse de faire des louages de ses assiettes. Elle a un vrai talent et je réalise que je risque de la perdre à tout moment. Qui serait intéressé de faire des petits-déjeuners alors qu’elle pourrait cuisiner pour les meilleurs restaurants de la ville de New-York, sérieusement ? C’est purement égoïste de ma part de dire cela mais je n’ai pas envie de la voir partir, j’espère donc que cela n’arrivera pas avant un moment.

Holly me parle tout à coup du gâteau que j’ai amené dimanche pour l’anniversaire de Liam. C’était une super journée et je ne regrette pas un seul instant d’avoir fermé boutique le temps d’un après-midi pour profiter d’un doux moment entre amis. J’ai rencontré Matt, l’ancien colocataire d’Alistair Cameron, ainsi que sa femme. J’ai également fait la connaissance de Faith, la sœur de mon meilleur ami. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de la rencontrer. Elle a un caractère bien trempé, ça me plait. Cameron et elle se ressemblent beaucoup. Bref. Revenons à Liam. Quand je suis arrivée avec le gâteau, ses yeux sont devenus ronds comme des billes. Il faut dire que sur ce coup-là, j’ai fait fort. Quand j’ai vu ce gâteau avec le prénom du petit écrit dessus, je n’ai pas cherché midi à quatorze heures et j’ai filé l’acheter (après accord de la part des parents, évidemment).

- Je suis contente que ça lui ai tant plu, dis-je, un petit sourire en coin. Je crois que je peux me lancer. « Ça a l’air d’aller mieux entre Cameron et toi, dis-donc… » Holly et moi ne nous connaissons pas encore énormément mais j’ai envie qu’elle comprenne qu’elle peut me faire confiance et qu’elle également se confier à moi si elle en ressent le besoin. Je sais ce que c’est qu’arriver dans une ville où l’on ne connait strictement personne. Ça fait peur et on se sent parfois laissée au dépourvu. Du moins, c’est ainsi que j’ai pu me sentir quelques fois, au cours des premiers mois après mon emménagement à New-York.


Codage par Magma.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 141 messages et j'ai : 1076 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Phoebe Tonkin et pour finir je crédite : fayrell + ANESIDORA

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   Sam 21 Avr - 8:56


Girls talk

Ca te fait du bien de faire une pause Holly, de pouvoir te poser quelques minutes après le rush du milieu de matinée et tu apprécies grandement cette proposition de Calliopé. Plus le temps passe, plus tu te sens à l’aise dans ce café, et tu en viens presque à trouver complètement ridicule tes premières réactions lorsque tu as appris que ta nouvelle patronne connaissait le père de ton enfant. Tu sais pourquoi tu as réagis comme ça, et tu aurais exactement les mêmes instincts si la situation se reproduisait, mais ça te fait du bien de ne plus être tout le temps sur tes gardes. Tu l’es la plupart du temps, évidemment, tu te prépares toujours au pire et tu sais que jamais tu ne seras complètement sereine, mais au moins tu prends le temps de respirer. Tu commentes sur la clientèle du café, heureuse de voir qu’il y a toujours du monde à venir boire ou manger quelque chose, à toute heure de la journée. Les affaires semblent bien marcher et Calliopé en est heureuse, ce qui te rassure sur le fait que tu ne perdras pas ton poste demain. « Si ça plaît alors j’en suis heureuse. Je pense toujours à des nouvelles choses qu’on pourrait faire tu sais. Les petits déjeuner et goûter c’est bien, mais on pourrait développer des repas rapides pour le midi, attirer plus de monde encore. » Ce n’est qu’une supposition que tu lances, surtout parce que ça te manque un peu de ne pas faire des plats plus élaborés, mais tu n’as aucune idée de si c’est quelque chose de possible ou non. Vous prenez place à une table et tu prends soin de la remercier une nouvelle fois pour le gâteau qu’elle avait amené à l’anniversaire de Liam quelques jours plus tôt. Il lui avait réellement plu, et il faut dire que ça t’avait aidé de ne pas avoir ça à préparer. Mais Calliopé change rapidement de sujet, et sa question t’étonne, bien que ce n’en soit pas réellement une. Ce n’est pas dans tes habitudes de réagir ainsi Holly, mais cette fois tu ne peux rien faire contre le sourire qui se pose sur tes lèvres. Oui, ça va mieux entre Cameron et toi, bien mieux que lorsque tu es arrivé à New-York et que tu as fait irruption comme une bombe dans sa vie. Avec le recul, tu te dis que tu aurais peut-être pu faire mieux, t’y prendre plus en douceur avec lui, pour lui annoncer l’existence de Liam d’une manière un peu plus civilisée. Tu as dû regarder les choses en face pourtant Holly, parce que même si Cameron est un homme droit et ouvert, tu avais peur qu’il y ait un risque qu’il te dise non. Peut-être qu’il ne voulait pas d’enfant, qu’il ne voulait pas d’une femme dans son appartement et tu l’aurais tout à fait compris. A vrai dire tu ne sais pas comment tu aurais réagis s’il avait eu une femme, une fiancée ou une petite amie chez lui, et tu préfères largement ne pas y penser. Plus maintenant que les choses se tassent entre vous. « Oui, c’est… mieux, on s’entend mieux. » Tu ne sais pas exactement ce que tu peux dire ou non à Calliopé. Elle est ta patronne après tout mais, encore de manière encore plus importante, elle est la meilleure amie de Cameron. Tu ne sais pas ce qu’elle irait lui dire, ou même ce qu’il lui en a dit. Tu sais qu’un de ses meilleurs amis, Alistair, est au courant qu’il se passe quelque chose entre vous. Il vous a vu vous embrasser, juste après la fête d’anniversaire de Liam, et tu sais que Cameron et lui ont eu une petite discussion, pour ne pas que ça s’ébruite. Tu ne veux pas que ça se sache, parce que c’est encore récent. Vous vous êtes embrassés Cameron et toi, mais ce n’est pas allé plus loin, et vous n’en avez pas encore réellement parlé. Tu sais qu’il a des amis proches, qu’il a sa soeur, mais tu veux attendre que vous sachiez de quoi il s’agit, avant de rendre ça public. « On se dispute moins que quand je suis arrivée, les choses se calment et ça fait du bien, de ne plus se prendre autant la tête. Et puis Liam et Cameron sont en train de tisser un lien je crois, je suis contente qu’ils se connaissent. » Tu as légèrement honte de le dire Holly, mais tu n’es pas spécifiquement venue à New-York pour que Liam connaisse son père. C’était un bonus qu’ils puissent se rencontrer, mais certainement pas la volonté de départ. Aujourd’hui tu es contente du résultat, tu as hâte de voir ce que l’avenir vous réserve et s’il y a une chose dont tu es certaine aujourd’hui, c’est que Cameron aime être père, et qu’il veut réellement créer un lien avec votre fils. « Pourquoi ? Il… il t’a dit des choses ? » Tu es curieuse Holly, bien trop curieuse. Tu n’arrives pas à faire autrement, tu sais que ça ne te regarde pas, que tu ne devrais pas poser la question, mais tu ne peux simplement pas faire autrement.

EXORDIUM.


† Some things just make sense and one of those is you and I. Some things just make sense and even after all this time I'm into you, baby not a day goes by that I'm not into you. I'm still into you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   Sam 5 Mai - 12:42



Girls talk


This is what a woman wants... Any man of mine better be proud of me, even when I'm ugly he still better love me. And I can be late for a date that's fine but he better be on time. Any man of mine'll say it fits just right when last year's dress is just a little too tight. And anything I do or say better be okay.

L'enthousiasme d'Holly ne peut que me faire plaisir. Lorsque j'ai eu le projet d'ouvrir le Callie's Café, c'est exactement ainsi que j'imaginais les choses. Je ne voulais pas être un patron et avoir des employés. Je déteste cette idée de super hiérarchisation des rôles dans une petite entreprise comme la mienne. Quand j'ai engagé Ainsley et Holly, c'était pour construire un truc sérieux, un truc dans lequel les filles auraient aussi leur mot à dire et jusqu'à présent (sans vouloir me vanter) j'ai l'impression que ça fonctionne plutôt bien. Holly est une excellente cuisinière et je sais que les papilles de nos clients sont entre de bonnes mains. L'établissement aussi, d'ailleurs. La preuve en est que lors de mon hospitalisation, les filles ont géré à la perfection et mine de rien, cela m'a énormément rassuré.

- Tu sais que toute idée est bonne à prendre à mes yeux, donc on peut en parler quand tu veux, Holly, dis-je le plus sérieusement du monde.

Mais aujourd'hui, ce n'est pas ce dont j'ai envie de discuter avec la belle Irlandaise. A vrai dire, le sujet que je souhaite aborder n'a rien à voir avec le travail mais plutôt avec mon meilleur ami, Cameron. Lors de la journée anniversaire de leur petit garçon, Liam, j'ai bien vu que quelque chose avait changé entre les deux parents et ma curiosité me jouant des tours, j'ai décidé de tenter ma chance en posant quelques questions à Holly. Bien-sûr, si la jeune femme ne souhaite pas me parler de ce qu'il se passe entre elle et l'avocat, je ne m'imposerais pas, ce n'est pas mon rôle. Leurs vies ne me regardent pas, au fond.

Je la laisse parler, je la laisse prendre son temps. Je ne veux pas la brusquer et je vois bien qu'Holly a envie de se confier. J'acquiesce, j'écoute, jusqu'à ce qu'elle me demande si Cameron lui a dit quoique ce soit à son sujet. Je souris, amusée mais secoue négativement la tête.

- Tu sais comment il est, il ne me parlera jamais de ces choses-là. Pas si je ne vais pas le titiller, du moins. Ce type reste ultra secret sur sa vie privée. Même avec moi. Mais au vu de ta réaction, j'imagine que j'ai tapé juste et qu'il se passe effectivement quelque chose de plus « concret » entre vous...

Je ne dis pas cela pour mettre Holly mal à l'aise. Au contraire, je veux qu'elle se sente suffisamment en confiance à mes côtés et qu'elle sache qu'elle peut voir une amie en moi. Je sais qu'il y a des trucs un peu bizarres entre Cameron et moi l'an passé mais je veux mettre tout cela derrière nous et il me semble que l'avocat veut faire de même. Maintenant, si Holly décide qu'il ne serait peut-être pas judicieux de me faire confiance, je ne m'en offusquerai pas. Je serai déçue, bien-sûr, mais je comprendrais la décision de la jeune maman.

- Il a cette façon de te regarder qui en dit long, tu sais. Et parfois, avec les gens, il n'y a pas besoin de mots. Les gestes, les regards...tout ça, ça parle aussi, dis-je en souriant tendrement. J'espère que ces quelques mots la rassureront. Je connais Cameron, et même s'il ne veut pas l'avouer, il y a des sentiments dans l'air. Qu'ils le veuillent ou non. Je le lui avais dit lors de l'arrivée d'Holly à New-York. Un enfant, ça lie énormément.


Codage par Magma.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: Girls talk | pv. Holly C. O'Meara   

Revenir en haut Aller en bas
               

 Girls talk | pv. Holly C. O'Meara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum