Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici ! Le new MAG SOS est par et on a besoin de vous ici huhu ♥

Fiches de liens
Charline, Lila, Louve & Suchin ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ulysse, Il Nam, Samaël & Antoine veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 35
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
MAG SOS & nouvelle formule
SOS a encore frappé, venez découvrir le nouveau MAG et prendre en compte la nouvelle formule, n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
               

 Trying to forget everything [Kathryn]

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 819 messages et j'ai : 505 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Natalia Dyer et pour finir je crédite : Lux Eaterna

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Trying to forget everything [Kathryn]   Mar 30 Jan - 16:22

Avec les événements récents, j'avais grandement besoin de me changer les idées. Depuis quelques jours, j'avais l'impression qu'il ne se passait pas un instant sans qu'un dilemme s'impose à moi. Je passais mon temps à réfléchir à toute ma situation, aux bêtises que j'avais commises et à mes envies. Tout était confus dans ma tête et plus j'y réfléchissais, plus les choses s'emmêlaient. J'avais l'impression de me retrouver face à un casse-tête impossible, alors qu'en réalité, la solution était toute simple. Je m'étais mise dans cette situation et de l'extérieur, je savais parfaitement comment m'en sortir. Je savais quelles actions posées pour corriger mes erreurs. J'étais assez brillante pour savoir que je devrais mettre les choses au clair avec Klaine, plutôt que de continuer de prétendre être une autre. Je savais aussi qu'il valait mieux ne pas sauter de joie tout de suite, laisser le temps couler un peu avant de me lancer dans quoi que ce soit avec Cora. Je savais aussi qu'il serait plus raisonnable et, surtout, plus sensé d'avouer la vérité à tout le monde. Parce qu'au final, tout le monde s'en ficherait. Mes soeurs me taquineraient peut-être à se sujet, mais elles n'en feraient pas de cas. Surtout Anya qui était ouvertement pansexuelle. Tout était bien enligné, mais pourtant, je n'osais pas me lancer. Je continuais de mentir, et de m'enfoncer dans une situation pas possible. Au fond, c'était moi le problème. Moi et mes fichues limites. Je prétendais me foutre de ce que les autres pensaient de moi, mais ce n'était pas complètement le cas. Je laissais mes craintes me bloquer, m'empêcher d'être moi-même en publique. Peut-être qu'au fond, j'avais simplement peur de cette vérité. Peur de reconnaître que je pouvais aussi aimer les filles, même si ce n'était pas conventionnel. Le problème n'était pas mon entourage, car ceux que je connais étaient tous ouverts d'esprit. Mon seul obstacle était moi-même. Moi et mes peurs merdiques, illogiques. Je le savais. J'en étais consciente, mais je continuais de me voiler les yeux et de me creuser la tête pour trouver une seconde solution. Sauf que je commençais à en avoir marre. J'étais épuisée de toujours réfléchir, de toujours me blâmer. Alors, je n'avais pas hésité une seule seconde lorsque j'avais reçu le message texte de Kathryn. Elle s'ennuyait et avait aussi besoin de se changer les idées. Je lui avais donc proposé une petite sorties entre filles, autour d'un café. Un truc bien simple, mais toujours cent fois mieux que de tourner en rond dans ma chambre, à me poser des questions. Je lui avais envoyé l'adresse, puis je m'étais préparée en vitesse. Une fois prête à affronter le froid, j'avais quitté mon appartement pour aller m'engouffrer dans le premier métro que j'avais croisé. Un petit quart d'heure plus tard, j'étais au lieu de rendez-vous. J'étais arrivée avant Kat, alors j'allais m'asseoir à une place au fond. Je me pris un café pour patienter, puis je regardai la carte des desserts en attendant. Il y avait longtemps que je ne m'étais pas gâtée un peu, alors je commandai un mille-feuille, que je poussai au milieu de la table en attendant l'arrivée de mon amie. Boire avant elle était une chose, mais manger ma collation avant même son arrivée était, selon moi, impoli. Je patientai donc sagement, en observant distraitement mon cellulaire pour me changer les idées jusqu'à ce qu'elle franchisse la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 589 messages et j'ai : 934 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Caitlin Stasey et pour finir je crédite : Zuz' (avatar) Magma. (signature)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Trying to forget everything [Kathryn]   Jeu 15 Fév - 17:21

Trying to forger everything
— with Vanessa Marshall.

Une journée qui change de celle de la veille. C’est ce dont j’avais grandement besoin en ce moment. La routine dans laquelle je me trouve me plait, elle apporte un certain réconfort, une sécurité qui n’est pas négligeable, mais elle est aussi étouffante. Je suis encore jeune, même pas vingt cinq ans, et pourtant, depuis l’arrivée de Valentin, c’était comme si j’avais réussi à me prendre une dizaine d’années, sans le demander. Il n’y avait presque plus de place à l’imprévu. Tout était millimétré, le planning était pensé à la lettre, dans les moindres détails. Entre mes cours sur le campus qui étaient nombreux à cause du double cursus, les heures à la caserne pour travailler et avoir de l’argent pour moi, mais surtout mon fils, ainsi que le temps que je passais avec mon petit ami désormais. Autant dire que l’imprévu avait difficilement sa place, surtout avec un enfant en bas âge. Mais l’insouciance de la jeunesse me manque par moment, bien que je n’ai jamais eu réellement le temps d’y goûter. C’est pour cela que j’avais envoyé un message à Vanessa, pour une sortie en dehors du campus, dans l’un des cafés de la ville. D’ordinaire, c’est principalement à la bibliothèque que l’on se croise, et les échanges ne sont pas toujours au rendez-vous. C’est un peu selon l’humeur de la jeune femme. Un comportement qui pourrait en révulser plus d’un, mais qui ne me pose pas de problèmes. Voilà bien des années que ma timidité a été une barrière pour communiquer avec les autres, et même si celle-ci a volé en éclat durant l’été, et encore plus il y a quelques mois, après ce rendez-vous chez le psychologue, je peux encore apprécier le caractère spécial de certaines personnes. La Zeta avait accepté cette sortie, et c’était elle qui avait choisi que l’on se retrouve dans un café. C’est à l’adresse reçue sur mon téléphone que j’étais allée, non pas seule, mais avec mon fils. J’aurais pu le confier à quelqu’un, pour seulement être avec Vanessa, mais pourquoi dépenser de l’argent dans une nourrice. Je n’ai peut-être pas choisi d’avoir Valentin, mais il est dans ma vie depuis bientôt presque deux ans maintenant, quoique je fasse, et ce n’est pas prêt de changer. Après un trajet plus ou moins agréable dans les transports en commun new-yorkais, c’est avec mon fils dans les bras, calé sur ma hanche que je pousse la porte de l’établissement. Il ne me faut que quelques secondes pour repérer l’étudiante dans le fond de la salle, assise sur sa chaise, avec son téléphone dans les mains. Mon regard perçoit également qu’elle a déjà sa consommation devant elle, et c’est pour cela qu’avant de la rejoindre, c’est vers le comptoir que je me dirige, pour que ce soit fait. Pas de boisson caféinée pour aujourd’hui, ce sera un chocolat chaud, afin que Valentin puisse également en boire. Autant dire que c’est impossible de m’arrêter là, que ses petits yeux de gourmands n’ont pas eu de mal à tomber sur les pâtisseries également proposées. Ma conscience de maman aurait aimé lui dire que ce n’était pas raisonnable, mais depuis quelques temps, j’apprends à être plus cool, plus souple avec lui, d’arrêter de chercher la perfection, que c’est impossible à obtenir. Je règle la somme demandée à la personne derrière la caisse, confie le gâteau au chocolat à mon petit homme, et récupère le gobelet de boisson dans les mains. Ca semble délicat, mais je contrôle parfaitement la situation. De plus, le chemin pour rejoindre Vanessa n’est que de quelques mètres à peine. « Salut Nessa ! » Dis-je à la jeune femme, sur un ton enjoué, pour lui signaler notre présence. Je pose en premier le gobelet sur la table, afin de me libérer les mains, avant d’installer mon fils sur l’une des chaises. Je lui adresse un sourire tendre, puis tourne le regard vers la jeune femme, tout en commençant à retirer ma veste. « J’espère que ça ne te dérange pas que Valentin soit avec nous, tu aurais peut-être préféré un tête à tête ? » C’est seulement maintenant que je suis ici, dans le café, mais l’idée me vient en tête. Bien que ce soit moi qui soit à l’origine de cette sortie avec elle, je n’ai pas pensé à préciser la présence de mon fils dans cette sortie. Tant pis, ce n’est pas comme si elle ignorait son existence. Je dépose la veste sur le dossier de la chaise, puis me penche vers Valentin pour l’aider à retirer également ses affaires, pour ne pas avoir froid, quand on devra ressortir à l’extérieur. Qu’il tombe malade serait vraiment la dernière chose que je souhaiterais. Ne pas pouvoir le mettre à la crèche, devoir manquer l’école et le travail, prendre du retard. L’hiver est vraiment ma hantise pour ça.



Enjoy your life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 819 messages et j'ai : 505 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Natalia Dyer et pour finir je crédite : Lux Eaterna

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Trying to forget everything [Kathryn]   Jeu 22 Fév - 18:15

Je me sentais bien assise à cette table. J'étais presque zen malgré le léger mal de tête que je ressentais, du à la fatigue accumulée. Il était pratiquement toujours présent, si bien que j'arrivais à l'ignorer sans trop de difficulté. Et aujourd'hui, il me faisait simplement l'effet d'un petit inconfort. Il était à peine perceptible, alors je pus attendre tranquillement l'arrivée de Kathryn. Je bus quelques gorgées de mon café, mais je patientai avant de m'attaquer à mon désert. Je ne voulais pas être impolie et manger avant elle, alors je sortis mon portable pour me distraire un peu. Je jetai un rapide coup d'oeil à ma page facebook, mais je finis par la fermer. Il n'y avait rien d'intéressant, alors je me retrouvai à fouiner sur instagram. Je stalkais sans grande joie les profils de photographes que j'aimais bien. Et, au bout de quelques minutes, mon attente prit fin. Les clochettes de la boutique retentirent. Je relevai le regard par réflexe, puis je vis mon amie et son petit garçon entrer. Ils se dirigèrent tout de suite vers le comptoir et j'en profitai pour aller chercher un banc d'appoint que je fixai à l'une des chaises. Je ne savais pas qu'elle amènerait Valentin, mais ça ne me dérangeait pas du tout. J'avais toujours adoré les enfants malgré mes humeurs. Je trouvais leur innocence rafraîchissante. Ils étaient adorables et si optimistes que ça suffisait à me rendre un peu plus heureuse. La seule raison pour laquelle je n'en voulais pas moi-même était l'argent. Je craignais de ne pouvoir subvenir aux besoins de ma famille et d'offrir une enfance aussi pourrie que la mienne à mon bébé, si j'avais le malheur d'en avoir un. Alors, je me consolais avec les enfants de mes amis. Comme Valentin que j'accueillis avec un grand sourire lorsque je le vis s'avancer vers moi avec son gâteau. « Mais non, ça me fait toujours plaisir de le voir! » Répondis-je à Kath qui suivait le petit garçon de près. Pendant qu'ils s'installaient à la table, j'enfouis mon portable dans la poche de mon manteau. Je n'en aurais plus besoin maintenant que j'avais de la compagnie. « Alors, pas trop débordée? » Demandai-je pour briser la glace. Même si j'avais un emploi du temps très chargé avec mes études de médecine et mes deux boulots à temps partiel, ça ne m'empêchait pas d'admirer mon amie. Dès le premier jour, j'avais pu remarquer la grande force qui émanait d'elle. Elle semblait ne jamais s'arrêter, peu importe les obstacles que la vie plaçait sur son chemin. Et aujourd'hui, elle arrivait à gérer un enfant, les études et un boulot secondaire. Si mes journées étaient occupées, les siennes devaient être débordées. Attendant sa réponse, je pris une petite gorgée mon breuvage, suivi d'une bouchée de pâtisserie. Je fus surprise par le goût riche de mon petit plat. Pendant un instant, je regrettai même de ne pas m'être contentée d'un verre de lait ou d'une bouteille d'eau.


No matter what or who you've been
No matter when or where you've seen
All the knives seem to lacerate your brain
I've had my share, I'll help you with the pain
You're not alone
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 589 messages et j'ai : 934 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Caitlin Stasey et pour finir je crédite : Zuz' (avatar) Magma. (signature)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Trying to forget everything [Kathryn]   Mar 3 Avr - 23:23

Trying to forger everything
— with Vanessa Marshall.

Les mots de Vanessa parviennent à me rassurer en un éclair. C’est assez idiot de réagir comme ça, sachant que la jeune femme me connaît, elle connaît également mon fils, ma situation, et elle l’accepte. On n’est pas ce que l’on appelle des amies proches, mais de mon côté, j’apprécie passer un peu de temps avec elle, de façon ponctuelle. Elle fait parti de ceux qui n’ont pas de préjugés par rapport à Valentin, et c’est ce que j’apprécie chez elle. La bêtise est humaine, comme la connerie d’ailleurs, et on ne peut pas empêcher les gens de penser, d’avoir un avis fondé, quand ce n’est pas le cas. Mais j’ai appris à passer au dessus de ça, à ne pas m’en formaliser, pour seulement profiter de ce qui se présente à moi. Mon temps est tellement compté que je n’en ai pas pour m’arrêter sur les pensées idiotes de personnes ne pouvant pas grandir un peu. Une fois Valentin installé sur l’une des chaises, séparé de son manteau, je peux faire la même chose, plaçant le vêtement sur le dossier de la chaise, avant de m’y asseoir. Je tourne brièvement mon regard vers mon fils, une vision qui laisse voir un sourire sur mes lèvres, comme toujours, surtout quand je le vois commencer sans plus attendre à manger son gâteau. Où est passée la maman qui faisait attention à tout le concernant, aux horaires pour manger, à veiller à ce qu’il ne grignote pas, pour ne pas lui couper son appétit. Elle est bien loin. Elle est partie, avec des résolutions de nouvelle année. Mon regard quitte cette tête brune pour aller en direction de Vanessa, quand elle me pose une question. Immédiatement, mes mains entourent la boisson chaude, en attendant qu’elle prenne une température supportable pour être bu. « Si je me base sur le fait que je suis perpétuellement débordée, je dirais que non. Que c’est assez routinier en ce moment. » C’est une façon de voir les choses, je le conçois. Mais avoir un enfant, alors que les études sont loin d’être terminées, ça donne des imprévues. Dans ma folie, j’ai voulu continuer le double cursus à Columbia, ce qui me donne une charge de travail assez importante, mais toujours supportable, pour moi. La fatigue est présente, surtout les jours où j’arrive à faire plusieurs heures à la caserne de Williamsburg. Ces jours-là sont les plus difficiles, car il faut enchainer sur Valentin, sur le rythme quotidien, que ce soit pour le bain, le faire manger, jouer avec lui, et le coucher. Et quand le calme se fait enfin sentir, la journée ne s’arrête pas. Il faut s’occuper des cours, des devoirs, des projets. Des journées longues, avec de courtes nuits. C’est mon quotidien, depuis plusieurs mois maintenant, depuis que j’ai repris ma scolarité à l’université, après presque un an et demie d’absence, pour m’occuper de l’arrivée surprise de Valentin dans ma vie. « Quoique, je trouvais que j’avais encore un peu de temps libre dans cette organisation quasi militaire, alors j’ai réussi à caser un petit ami dans le lot. À quel moment quelqu’un va me diagnostiquer maso ? » Un rire discret s’échappe de mes lèvres, car je préfère rire de cette situation, plutôt qu’en pleurer. C’est difficile, je ne vais pas le cacher, ça ne sert à rien, mais même si je voulais alléger les choses, ça serait compliqué. Il faut bien que cet enfant assis à côté de moi mange à sa faim, soit habillé avec des vêtements à sa taille. Et pour ça, il n’y a pas de solution miracle, à part celle de travailler pour avoir de l’argent. Je pourrais aussi arrêter mes études, pour avoir un emploi fixe, des horaires adaptés pour lui, mais là encore, si je souhaite avoir un boulot convenable dans quelques années, il me faut continuer les études, même si ça signifie assumer pendant plusieurs années un rythme compliqué.



Enjoy your life
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: Trying to forget everything [Kathryn]   

Revenir en haut Aller en bas
               

 Trying to forget everything [Kathryn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum