Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici ! Le new MAG SOS est par et on a besoin de vous ici huhu ♥

Fiches de liens
Charline, Lila, Louve & Suchin ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ulysse, Il Nam, Samaël & Antoine veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 35
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
MAG SOS & nouvelle formule
SOS a encore frappé, venez découvrir le nouveau MAG et prendre en compte la nouvelle formule, n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
               

 You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw

avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 1156 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Felisja piana et pour finir je crédite : Mon doudou ♥ kusumitagraph (Avatar)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   Mar 20 Mar 2018 - 19:07





Dreamer
Stan ღ Billie



Tu es de service ce soir et l’ambiance au pussycat bat son plein . Tu te donnes en spectacle devant tous ces hommes avides de chair humaine. Tu les charmes, les enjôles, c’est ton travail, mais aussi ta passion. Tu es comme ça Billie, prisonnière d’un besoin malsain, celui de vouloir l’approbation des hommes, faire naître un désir au creux de leur ventre pour mieux les remballer. Tu joues avec eux sans honte sans pour autant dissimuler tes réels intentions. Tu quittes la scène pour gagner ta loge le temps de souffler un peu. Tu entends au loin la foule te réclamer, mais c’est terminé pour ce soir, tu tires ta révérence pour laisser la place à une autre. Tu trempes tes lèvres dans le verre d’eau laissé à ta disposition avant de souffler un bon coup. Tu ne comptes pas rentrer chez toi, non il est trop tôt pour ça, qui plus est, tu as encore envie de t’amuser un peu. Tu couvres ton corps avec des vêtements de marque. Tu es une playmate après tout, tu te dois d’entretenir ta réputation de femme fatale, d’intouchable. Tu refais ton maquillage en optant pour quelque chose de moins voyant. Tu aimes qu’on te remarque, mais pas pour cette raison là. Fin prête, tu quittes ton repaire pour te mêler à la foule. Tu t’arrêtes pour parler aux gens avec ce petit sourire charmeur au coin des lèvres. Tu t’attardes, tu joues le jeu, tu vas même jusqu’à danser avec certains, ceux qui te plaisent le plus et tu traces finalement ton chemin vers le bar, un terrain connu et sécuritaire. Tu sais qu’avec Gino dans la place, tu ne crains absolument rien. Il te sert à boire, ta boisson favorite sans que tu aies à le demander. Il est prévenant et gentil avec toi et ce depuis toujours. Pour la peine, tu passes un long moment appuyée contre le bar à lui parler, le draguer, l’enjôler. Ce qui le différencie des autres, c’est qu’avec lui tu es sincère, tu t’intéresses réellement à lui pour avoir partagé des moments inoubliables avec lui sept ans passées. Tu as du mal à l’entendre avec toute la cacophonie autour de vous. Il essaie de te dire quelque chose, mais tu ne comprends pas. Tu te penche davantage sur le bar pour tendre l’oreille et trois mots entre tous ceux prononcés parviennent à ton cerveau. Homme derrière toi. Tu déposes tes pieds nus au sol avant de te retourner vers l’inconnu qui n’en est pas un en arborant un sourire radieux. Tu le reconnais, c’est Stan. Tu as fais sa connaissance il y a peu, un ami d’Amara… du moins tu aimerais qu’il soit plus que cela pour elle. Tu avais oublié que tu lui avais donné rendez-vous au club à cette même heure. Tu mets peu de temps avant de fondre dans ses bras pour le serrer très fort. Entre vous il n’est pas question d’amour, d’attirance, de désir, non. Il est un ami tout simplement, une personne spéciale que tu ne cherches pas à amadouer. Enfin si, mais pas pour satisfaire tes propres besoins. Tu veux que cet homme fantastique se lie à ta meilleure amie. Tu le vois lorsqu’ils sont ensemble, cette petite étincelle naissante dans leurs billes lunaires. Ils formeraient un magnifique couple et c’est pour cette raison que tu as décidé de mettre ton grain de sel dans cette histoire, de venir en aide à ta meilleure amie qui t’a généreusement guidé vers ce travail et qui fait absolument tout pour te rendre heureuse.  ‘’ Comment vas-tu bel homme ? ‘’ Murmures-tu tout près de son oreille pour qu’il puisse distinguer tes paroles. ‘’ Je t’offre à boire ! ‘’ Tu te retourne vers le barman, un simple regard complice sert à lui faire comprendre tes intentions et il opère rapidement en déposant une bière très froide sur le comptoir. Tu la prends entre tes petits doigts avant de la tendre vers ton ami.  ‘’ Satisfait de la vue ? ‘’ Demandes-tu en riant tout en indiquant la scène d’un geste de la tête.  Tu aimes plaisanter, c’est dans ta nature. Tu n’as pas froid aux yeux et tu sais de montrer très honnête avec les gens que tu apprécies.

codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha


OH MAIS LAISSE ALLUME BB!
Y'a personne au contrôle. ▬ C'est juste une fille un peu fritée. Qui s'amuse avec ma santé. Et qui me dégoupille les gonades. Juste au moment où je prends mon fade.




Dernière édition par Billie B. Zocco le Ven 13 Avr 2018 - 3:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 121 messages et j'ai : 482 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Michael Fassbender et pour finir je crédite : Anarya.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   Mer 21 Mar 2018 - 18:39



You may say I’m a dreamer but I’m not the only one

Billie & Stanislaw


Il est tard. Pourtant, je ne suis pas posé chez moi au calme, comme beaucoup de personnes le feraient. Non, je déambule dans les rues, face à une température fraîche qui transforme ma fumée de cigarette en de larges volutes blanchâtres. Il est tard et je me dirige vers le Pussycat Lounge, où Billie m’a donné rendez-vous. Le Pussycat Lounge est un club de striptease de Manhattan. Le genre d’endroit que je ne fréquente absolument pas en temps normal. Mais ce soir, c’est différent. Billie y travaille et elle a souhaité que l’y rejoigne. Je sais par avance que cet endroit va quelque peu me gêner puisque ce n’est pas mon genre d’aller observer des femmes en lingerie se pavaner devant moi. Et ça, malgré mes nombreux déboires. Quoi qu’il en soit, je compte bien honorer ma promesse et rejoindre cette jeune femme, meilleure amie d’Amara.

Amara est une femme que j’ai rencontrée quelques semaines plus tôt. Une charmante rousse avec qui j’entretiens une relation charnelle. Entre nous, seul le sexe doit compter. C’est notre contrat. Pourtant, nous ne pouvons nier le fait que passer du temps ensemble nous rapproche. Elle me plaît, pas seulement son corps. Mais je ne suis pas prêt pour me stabiliser à ce niveau-là. Et de ce que j’ai pu comprendre, Amara non plus. C’est par son intermédiaire que j’ai rencontré Billie. Elle est à peine plus âgée qu’elle et sa personnalité renversante m’a, en quelque sorte, tapée dans l’œil. Nous nous entendons très bien. Vous connaissez, ce genre de personnes qui, quelques temps auparavant, vous étaient inconnues et avec qui très vite, vous vous sentez proches, comme si vous vous connaissiez depuis des années ? C’est un peu cette sensation que j’ai ressenti envers Billie. Et visiblement, cela est réciproque.

Je pousse les portes du Pussycat Lounge et déjà, un brouhaha parvient à mes oreilles, comme la chaleur des lieux, grand contraste avec la température extérieure. Mes yeux bleus balaient l’endroit du regard, à la recherche de Billie. Un instant, je me perds à observer les stripteaseuses sur scène. Elles dansent, aguichent un public majoritairement masculin, jouent avec ces hommes. Elles font leur travail dans des tenues suggestives. J’ai beau être très ouvert sur le sujet, je sens néanmoins une certaine gêne prendre possession de moi, car ce n’est pas dans mes habitudes de me trouver dans ce genre d’endroit. Le fait est que j’ai un naturel séducteur et j’en suis conscient. Je ne suis pas l’homme le plus beau, loin de là, mais on me dit souvent posséder du charme. De plus, je dispose d’assez d’assurance et ce physique de badboy pour séduire les femmes. Ainsi, je n’ai pas besoin de ce genre d’endroit pour attirer l’attention de la gente féminine.

Finalement, j’aperçois Billie au bar, en train de discuter avec l’homme qui se trouve derrière. Je m’approche donc d’elle, arrivant par derrière. Celui avec qui elle parle de tarde pas à signaler ma présence, ce qui pousse la jeune femme à faire volte face. En me voyant, elle esquisse un large sourire et vient me serrer dans ses bras. Ca, c’est Billie tout craché. Tactile et naturelle. Pour ma part, bien que je sois heureux de la voir, je ne possède pas cette facilité à être aussi expressif. Je me contente de lui adresser un sourire sincère alors qu’elle vient chuchoter à mon oreille.

- Je vais bien, merci. Et toi ?

En véritable pile électrique, elle m’annonce qu’elle compte bien m’offrir à boire et se tourne aussitôt vers le barman. Quelques secondes plus tard, elle me tend une bière fraîche, décapsulée, que je récupère en la remerciant. Je la porte à mes lèvres pour en boire une gorgée quand j’entends sa question. J’esquisse un nouveau sourire, cette fois-ci amusé, tout en observant la scène un peu plus loin. Oui, bien sûr, je reste un homme et les femmes sur scène sont, bien évidemment, très séduisantes. Ce serait donc mentir que d’avouer que ça me rend indifférent. Pourtant, ce n’est que physique. Honnêtement, le striptease comme tel ne m’a jamais intéressé, même si certaines se débrouillent assez bien pour rendre cela en un véritable art, un véritable spectacle.

- C’est… particulier.

Je repose mon regard clair sur la jeune femme, le sourire aux lèvres. Je reprends une gorgée de ma bière, tout en m’appuyant sur le bar. J’ai gardé ma veste en cuir pour le moment, tandis que j’observe Billie de haut en bas et m’aperçois qu’elle est pieds nus.

- Tu viens de terminer, non ?

Je sais qu’elle ne va pas tarder à me parler d’Amara, et c’est probablement l’une des raisons pour lesquelles elle m’a fait venir jusqu’ici. J’ai bien compris qu’elle nous trouvait mignons tous les deux et qu’elle comptait mettre son grain de sel dans cette histoire pour que nous devenions plus que des sexfriends.


Fiche codée par < NyxBanana >
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 1156 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Felisja piana et pour finir je crédite : Mon doudou ♥ kusumitagraph (Avatar)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   Dim 1 Avr 2018 - 3:47





Dreamer
Stan ღ Billie



Il y a des gens avec qui le courant passe très bien, sans effort. C’est le cas avec Stan. Dès l’instant où tes yeux se sont posés sur lui, tu as su quel genre d’homme il était. Les traits de son visage, ses yeux, son allure. Il est séduisant, sympathique sans oublier le fait qu’il prend soin de ta meilleure amie et qu’il la rend heureuse. Tu les as vu ensemble à quelques reprises et ils pourront dire ce qu’ils veulent, ces deux là sont fait pour former un couple. Ils sont têtus, bornés sur le bord, mais toi tu es résolu à leur venir en aide. Ils sont tellement beaux, ils ont l’air amoureux, il suffit de les regarder pour comprendre. Tu n’es pas aveugle, ni stupide, tu es réaliste Billie. Tu sais qu’Amara n’avouera jamais rien, pareil pour Stan puisque d’un côté comme de l’autre ils te sortent cette phrase pourrie ‘’ J’suis pas prêt/e à être en couple, on passe du bon temps ensemble, c’est tout. ‘’ Et puis quoi encore ? C’est pour ça que tu as invité le jeune homme à te rejoindre. Tu ne veux ni le brusquer, ni lui imposer quoi que ce soit, tu aimerais juste lui faire réaliser certaines choses. Le déni est tellement facile, surtout lorsqu’on se répète la même rengaine depuis des années. ‘’ Ça va aussi, merci de t’en inquiéter. ‘’ Dis-tu simplement en te détachant de lui pour te saisir du verre d’eau offert par Gino qui connaît bien tes habitudes. Tu ne bois jamais d’alcool lors de ton service, tu te contentes de cette boisson livide et claire. ‘’ Particulier ? ‘’ Tu trempes les lèvres dans ton verre avant de pouffer de rire. C’est vrai que pour un homme qui n’est pas habitué de fréquenter ce genre d’endroit ça peut paraître un peu spécial. ‘’ T’imagine si Amara bossait ici avec moi? “ Tu l’observes discrètement du coin de l’oeil, tu attends sa réaction aussi minime soit-elle. Un froncement de sourcil, juste ça te conviendrait et confirmerait ce que tu sais déjà à propos de l’attachement de Stan pour ta rouquine d’amour. ‘’ Oui je viens de descendre de scène en fait! ‘’ Tu lui souris tendrement en faisant remuer tes doigts de pied. Tu aimes te balader sans chaussures, sentir le bois vieilli frôler le derme fin sous tes pieds. ‘’ On peut aller dans ma loge, c’est beaucoup plus calme et tu n’auras pas à te sentir mal de regarder ces femmes à moitié à poil ! ‘’ Tu lui envoie un petit de coude dans les côtes avant de reposer ton verre vide sur le comptoir. ‘’ Par contre… ‘’ Tu ne termines pas ta phrase, tu viens simplement te poser derrière lui, mains sur ses épaules et puis hop, un petit bond pour te retrouver sur son dos en mode Koala. ‘’ Tu permets, je n’ai pas envie qu’on m’écrase les orteils. ‘’ Tu étouffe un rire contre sa nuque, sans oublier un bref regard furtif en direction du beau barman barbu. Tu ne voudrais pas qu’il se fasse des idées à propos de toi et Stan, des rêves qui n’ont pas lieux d’être. Tu sais comment il peut être lorsqu’il est question de toi. ‘’ Tout droit, tu vois le couloir à peine éclairé là-bas? C’est là que tu dois te rendre. ‘’ Tu envoies un petit baiser soufflé à ton mari pour la peine avant de te pencher vers l’oreille de ton porteur. ‘’ Uhhh cheval ‘’ Tu es spontanée Billie. Tu te fiches de l’opinion qu’on a de toi. Tu suis tes propres règles. Tu n’es pas le genre de femme qu’on fait entrer dans un moule, non. Tu es libre. ‘’ Je tiens ta bière allez, je me sens généreuse. ‘’ Tu lui voles littéralement la bouteille des mains, tu ne voudrais surtout pas qu’il t’échappe ou qu’il te laisse glisser d’ailleurs. ‘’ DÉGAGEZ LE PASSAGE ! ‘’ Tu lèves le ton pour inciter les gens à faire de la place. Certains rient, d’autre tirent la langue, dégoûté. Certains sont envieux, d’autre complètement bourrés. C’est la joie de devoir travailler dans un endroit comme celui-ci, sans parler de ta réputation de playmate qui te précède. Tu es en proies à beaucoup de problèmes avec les hommes, tu attires les emmerdes comme la merde attire les mouches. Ces hommes fait de chaire aux besoins primitif qui prennent des femmes pour des objets. Heureusement pour toi, tu n’as pas la langue dans ta poche et tu sais te servir de tes poings en cas de besoin. Qui plus est, tu sais comment t’entourer de gens aimables et précieux qui veillent sur toi comme Gino et Stan. Il ne l’avouera peut-être pas, mais tu sais qu’il t’apprécie sans quoi il ne serait pas venu ici ce soir.

codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha


OH MAIS LAISSE ALLUME BB!
Y'a personne au contrôle. ▬ C'est juste une fille un peu fritée. Qui s'amuse avec ma santé. Et qui me dégoupille les gonades. Juste au moment où je prends mon fade.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 121 messages et j'ai : 482 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Michael Fassbender et pour finir je crédite : Anarya.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   Mer 4 Avr 2018 - 17:10



You may say I’m a dreamer but I’m not the only one

Billie & Stanislaw


J'écoute attentivement Billie. Et quand elle me dit d'imaginer si Amara bossait également dans ce club de strip-tease, je continuais de regarder la scène. Si c'était le cas, je ne pourrais rien dire car Cunningham n'a aucun compte à me rendre. Cependant, je ne suis pas sûr que j'apprécierais voir des hommes l'observer sans aucun respect. Sans m'en rendre compte, je fronçais légèrement les sourcils, faisant apparaître ma ride du lion entre mes yeux bleus. Une légère forme de jalousie peut être, ou bien juste dûe à l'idée qu'on vienne la contempler comme si elle n'était qu'un morceau de viande. Peut être me trompais-je, mais j'avais peur qu'il n'y ait pas beaucoup de respect dans ce milieu. Ainsi, je ne répondais pas à Billie, perdu quelques instants dans mes pensées.

Je préfère changer de sujet, reportant mon attention sur Billie et sur ses pieds nus. Alors qu'elle me propose d'aller avec elle dans sa loge, elle m'envoie un petit coup dans les côtes. J'esquisse un sourire, et la jeune femme finit par passer derrière moi et grimper sur mon dos, prétextant qu'elle n'a pas envie qu'on lui marche sur les doigts de pieds. Amusé par son comportement enfantin, je reprends ma bière que j'ai posé un peu plus tôt de nouveau sur le bar. Là, je croise le regard et les sourcils froncés du barman, un type aussi imposant de part sa musculature, sa grandeur et sa barbe. Il semble posséder des origines latines. Je soutiens son regard pour ne pas perdre la face même si clairement, je n'aimerai pas me frotter à lui. Je suis d'un naturel bagarreur et ne me débrouille pas mal dans le domaine mais j'ai l'air d'un gringalet à côté de lui. Sans aucun doute ferait-il une seule bouchée de ma personne. Je sens une certaine jalousie inscrite sur son visage et déjà je me demande s'il se passe quelque chose entre Billie et lui.

La jeune femme sur le dos, elle m'indique la direction pour se rendre dans sa loge. Heureusement qu'elle s’agrippe bien à moi car il m'est difficile de la tenir et de transporter ma bière en même temps. A chacun ses priorités ! Finalement, Billie me l'arrache des mains pour la porter, prétextant une générosité de sa part. J’arque un sourcil, peu convaincu et amusé à la fois, persuadé qu'elle veut surtout que je la transporte sans avoir à la lâcher à cause de ma bière.

- Oh oui, très généreuse…

Fidèle à elle même, Billie n'hésite pas à hausser le ton pour dégager les personnes sur notre passage. Je lève les yeux au ciel, me pliant tout de même à son caprice puisqu'elle ne m'a pas laissé d'autre choix que de la porter. Dans le fond, je m'en fiche. Mais j'aime bien râler par principe. Nous ne tardons pas à arriver dans sa loge où effectivement, l'ambiance y est d'un calme exemplaire contrairement à l'endroit par lequel nous avions dû passer avant avec toutes ses personnes, dont une bonne partie était sous l'emprise de l'alcool. Je referme la porte et profite un instant du silence, avant de finalement reposer Billie. J'aurais pu le faire plus brusquement, juste pour la taquiner mais voyez vous, elle avait encore mon Saint Graal dans la main, à savoir ma bière… je me tournais vers elle et la reprenais entre mes doigts pour en prendre une gorgée. Puis je reposais mes yeux bleus dans ceux de Billie, la dévisageant quelques instants. Un fin sourire sur les lèvres, je finissais par lui demander :

- Dis moi, c'est qui pour toi le grand barbu du bar ?

Oui, j'imaginais que pour lancer un tel regard sur nous, elle n'était pas n'importe qui a ses yeux. L'air suspicieux, je comptais bien avoir une réponse.


Fiche codée par < NyxBanana >
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 1156 messages et j'ai : 471 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Felisja piana et pour finir je crédite : Mon doudou ♥ kusumitagraph (Avatar)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   Mar 17 Avr 2018 - 19:11





Dreamer
Stan ღ Billie



Tu n’es pas dupe Billie. Tu l’as bien vu cette petite ride discrète, mais oh combien révélatrice entre les yeux bleus de ton ami et interlocuteur du moment. Tu emmagasines sa réaction quelque part dans un coin de ton esprit, pas très loin de sorte à pouvoir la ramener sur le tapis au moment opportun. Il n’est pas indifférent au charme de ton amie, après, tu le comprends très bien, Amara est très jolie et sa personnalité est tout aussi merveilleuse que tout le reste. C’est un petit rayon de soleil tant par sa gentillesse que son petit côté maladroit et tu t’imagines très bien que c’est cette petite part d’elle, ça et sa force de caractère qui ont dû avoir raison de l’homme et ses faux airs de bad boy. Stanislaw n’est pas le genre d’homme qui se laisse facilement impressionner. Il a sa réputation bien à lui, mais au-delà de tout ça, il reste une personne formidable et à ton sens, il n’oserait jamais faire de mal à ta meilleure amie, ni à toi d’ailleurs, même s’il t’arrive souvent de le faire râler. Tu es une impulsive, tu agis sans forcément réfléchir. Tu as par contre cette facilité à accepter les conséquences de tes actes. Peu de gens le peuvent, mais pour toi, c’est naturel. Tu as toujours été ainsi, c’est ton grand frère qui t’a inculqué ce principe. Stan aurait très bien pu te laisser marcher, mais il ne l’a pas fait, préférant t’accomoder en te portant jusqu’à ton hâvre de paix. Une fois que vous y êtes, il referme la porte derrière lui. Il te dépose enfin et toi tu t’étires de tout ton long, souriant aux non dits du trentenaire que tu as fait venir sur ton lieu de travail. Le silence règne dans la pièce, seul une petite musique d’ambiance résonne par le biais des hauts parleurs fixés au plafond. L’ambiance est chaleureuse, malgré les fringues qui traînent partout, une pièce de fille quoi. Aucun homme hormis ceux du personnel, mettent les pieds dans cette pièce. Tu laisses à Stan le temps qu’il faut pour s’acclimater, prendre ses aises. Pour ta part, tu enfiles une petite veste, car tu commences à avoir froid. Le moment venu de remonter ta fermeture éclair, tu t’interromps brutalement lorsqu’il te pose une question déroutante. Tu fixes le sol, figé dans le temps. Tu ne comptes pas perdre la face aussi facilement, après, le déni c’est quelque chose que tu connais très bien, c’est ta meilleure amie qui t’a tout appris. Tu es la femme de Gino c’est certain, mais c’est un secret. Personne n’est au courant de ça, sauf Amara. Et puis le barbu ne t’aime pas de cette façon, toi-même tu ne sais pas exactement ce que tu ressens pour lui, car tout est si confus lorsqu’il est question de lui. Des sentiments encore jamais ressentis on vu le jour depuis que tu l’as retrouvé, mais une fois encore, tu es incapable de mettre le mot exacte sur ton ressenti, surtout qu’il est plutôt avare de ses propres sentiments. C’est sans doute pour ça que tu refoules tes propres sentiments et envies à l’égard du bolivien. Tes opales se posent finalement dans le regard azuré du brun et tu souris tel un ange. ‘’ Il bosse dans le club Stan. Il est payé pour s’assurer la protection des danseuses. ‘’ Un petit rire caresse ta gorge. ‘’ Je lui donne du fil à retordre que veux-tu, tu me connais ! C’est une excellente façon de faire en sorte qu’il conserve son boulot qu’en penses-tu ? ‘’ Tu lui adresses un clin d’oeil, joueuse. ‘’ Tu aurais posé un geste indiscret à mon égard, il t’aurait foutu à la porte. Voilà à quoi consiste notre relation et en tant que partenaire de travail, nous sommes devenus amis. ‘’ Tu tires la langue. ‘’ Un peu comme toi et Amara, sauf que nous, on ne couche pas ensemble. ‘’ Tu bats des cils, comme une enfant qui cherche la bonté de son père pour ne pas se faire punir. Tu n’y as pas été de main morte en comparant ta relation avec Gino à celle de Stanara. Après, s’il est moindrement intelligent et qu’il fait les liens dans sa tête, il comprendra forcément la nature et la force de votre liaison. Autant un que l’autre patauge dans le déni. Aucun des deux ne semble vouloir admettre les faits. Pourtant, la vérité saute aux yeux, même un aveugle pourrait constater la force de ce lien qui relie ton amie et le Sparks. Sans plus attendre, tu prends appuis sur la coiffeuse illuminée d’une multitude d’ampoules et tu sautes de sortes à t’asseoir sur le meuble, regard toujours rivé dans celui de ton invité. ‘’ Je te laisse la banquette, fait comme chez toi. ‘’ Ce que tu souhaites par-dessus tout, c’est l'amener à faire une petite introspection de lui-même. Tu aimerais être une sorte de guide spirituel amoureux. Car vu comment c’est parti, aucun des deux n’arrivera à faire un pas de l’avant. Tu veux simplement être la petite tape dans le dos, la petite voix de la conscience. Le petit ange de lumière ou de ténèbres qui se tient sur l’épaule de l’ambulancier. ‘’ Tu as vu la rousse récemment? Parce que je sais qu’elle passe pas mal de temps avec son Gynéco. Ils vont courir ensemble tous les matins et puis elle m’en parle souvent, elle me l’a déjà présenté d’ailleurs. Tu devrais voir leur complicité… Il est très séduisant en prime. Même genre d’humour douteux qu’elle… ‘’ Un rictus mesquin prend naissance au coin de tes lèvres. Tu veux qu’il soit jaloux. La jalousie est un sentiment pénible, mais il porte à réfléchir. Si Stan n’apprécie pas de la savoir et de bien s’entendre avec un autre que lui, ça devrait le pousser à se poser les véritables questions, celles qui comptent vraiment à savoir ses réelles intentions face à Amara. Tu ne veux pas qu’il admette son amour, loin de là, mais qu’au moin il affirme son intérêt et qu’il l’apprivoise jusqu’à ce qu’il fleurisse et qu’il le mène à destination ultime, soit une vraie relation avec elle. Quelque chose de durable et précieux.


codage kusumitagraph | lorelei sebasto cha


OH MAIS LAISSE ALLUME BB!
Y'a personne au contrôle. ▬ C'est juste une fille un peu fritée. Qui s'amuse avec ma santé. Et qui me dégoupille les gonades. Juste au moment où je prends mon fade.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw   

Revenir en haut Aller en bas
               

 You may say i'm a dreamer but i'm not the only one ღ Stanislaw

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum