Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici ! Le new MAG SOS est par et on a besoin de vous ici huhu ♥

Fiches de liens
Charline, Lila, Louve & Suchin ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ulysse, Il Nam, Samaël & Antoine veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 35
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
MAG SOS & nouvelle formule
SOS a encore frappé, venez découvrir le nouveau MAG et prendre en compte la nouvelle formule, n'hésitez pas à commenter

Partagez | 
               

 Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 637 messages et j'ai : 971 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : rosewins (avatar) Magma (profil)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Ven 6 Avr - 10:21



Life is not a long quiet river

Vendredi. Fin de semaine. Ou synonyme de repos. Tu n’es pas mécontent d’être enfin arrivé là, de pouvoir enfin voir la perspective de débrancher tes neurones durant quarante huit heures. En ce moment, c’est un peu la folie professionnellement parlant. Entre les affaires qui s'enchaînent au cabinet, et ce projet complètement fou que tu mets en place avec deux de tes collègues, ce sont des journées à rallonges que tu cumules depuis une autre longue période. Tu ne vois pas encore le bout du tunnel, mais tu espères que ça ne serait tarder. Aujourd’hui n’est pas une exception, tu as bien l’intention de faire du temps supplémentaire, mais avec tes collègues seulement, une heure, tout au plus, pour continuer de voir dans les modalités. C’est bien pour ça que tu n’es pas assis sur la chaise de ton bureau actuellement Cameron, mais que tu es en chemin pour aller au Callie’s Café. Ce n’est pas l’envie d’une soudaine dose de caféine qui te pousse à venir ici au milieu de la journée, mais bien l’oubli de clés de cette jeune femme qui partage ta vie désormais. Avec tes projets de fin de journée, tu serais vache si tu ne lui rapportais pas ses clés, la laissant ainsi à la porte avec votre enfant, Liam. Tu pousses la porte du café, à l’aide de l’une de tes mains. Il fait toujours aussi bon à l’intérieur, et rien n’a changé depuis la dernière fois que tu es venu. Autant dire que ça remonte. Les choses ne se sont pas forcément déroulées comme tu les avais prévu. La fréquentation des lieux est assez réduite à cette heure de la journée, ce qui te permet sans mal d’aller embêter la cuisinière. Avant ça, tu ne manques pas de saluer d’un geste de la main la barista, avant de lui faire comprendre que tu viens voir Holly, pour lui redonner ses clés. Pour cela, rien n’est mieux que d’agiter lesdites clés entre tes doigts, tout en allant vers le bout du comptoir. Loin de toi l’idée d’aller la déranger directement en cuisine, c’est pour cela que tu attends qu’elle sorte d’elle même. Tu peux voir la surprise sur son visage, et c’est bien pour faire taire toutes les questions qui pourraient se manifester dans son esprit que tu prends la parole. « Tu as oublié tes clés avant de partir, et comme je vais rentrer un peu plus tard que prévu, j’ai pensé que ça serait utile que tu aies les tiennes, non ? » Tu as hâte que le rythme retrouve la normale, ou que ton projet se mette en place. Tu sais qu’une fois lancé, il te faudra donner encore plus d’énergie, mais c’est pour la bonne cause, et seulement pendant un temps. Celui que tout se mette à sa place. Que chacun trouve son rôle dans l’équation. Tu remets le trousseau à Holly directement dans ses mains, un sourire sur tes lèvres. Elle est prête à retourner occuper son poste, après t’avoir remercié, mais tu ne l’entends pas de cette oreille. Délicatement, tu poses ta main sur sa taille pour l’attirer contre toi. Elle et toi, ce n’est plus un secret, du moins, pour tes amis proches. Ils savent qu’à force de vivre ensemble, vous avez réussi à enterrer la hache de guerre, assez pour vouloir vous redonner une chance, mais en prenant votre temps. Sans précipitation, pour ne pas blesser Liam. Ton autre main trouve refuge sur sa joue, alors que tes lèvres se posent sur les siennes, pour un baiser chaste, sans perdre ton sourire. « À ce soir, mademoiselle O’Meara. » Cette fille te rend dingue, dans tous les sens du terme, mais plus tu passes du temps avec elle, plus tu te souviens du pourquoi tu es tombé sous son charme il y a plusieurs années. Résigné à la laisser partir, tu retires tes mains de son corps, avant de tourner les talons, et faire le chemin que tu as fait en arrivant. Tu devrais retourner à ton travail, continuer d’avancer sur les affaires que tu traites actuellement, mais ton regard se pose enfin sur Calliopé, la propriétaire du café, et également ton amie. Depuis la fin de l’année, votre amitié n’a jamais été aussi compliqué. Des montagnes russes qui ne s’arrêtent jamais. Une voix dans ta tête te souffle que c’est une mauvaise idée, et pourtant, tu décides de ne pas l’écouter. Tu t’approches dans sa direction, jusqu’à venir en face d’elle, bien que vous soyez séparés par le comptoir. « Salut Callie. Même une voiture n’aura pas réussi à te faire lever le pied. Toujours aussi présente ici à ce que je vois. » Tu aurais dû t’en douter, car même si tu connais la jeune femme depuis à peine plus d’un an, tu sais son côté obstiné, où quand elle a une idée en tête, elle n’est pas ailleurs.

© MADE BY SEAWOLF.


I found a love for me
I found a girl, beautiful and sweet. I never knew you were the someone waiting for me. 'Cause we were just kids when we fell in love. Not knowing what it was. I will not give you up this time. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Cameron M. Stevens le Sam 14 Avr - 14:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Ven 6 Avr - 15:23

Calliopé & Cameron
Nous sommes vendredi et même si je ne souhaite pas le crier sur tous les toits, j’ai particulièrement hâte que la semaine se termine. Avec la présence de Brayon dans ma vie, le rythme que je m’impose est encore plus intense qu’avant. Je ne m’en plains pas pour autant. J’aime ce que je fais et il est hors de question que je ne tienne pas parole envers ma défunte cousine. Elle souhaitait que je m’occupe et protège son petit garçon et c’est exactement ce que je compte faire même si la tâche ne me semble pas facile et qu’elle m’angoisse un peu. Il n’est pas rare que je me réveille en pleine nuit, paniquée à l’idée qu’il arrive quelque chose à Brayon. Dans ces cas-là, je me lève et vais vérifier qu’il dort profondément. Depuis le déménagement, je sais qu’il dort moins bien. Ce n’est qu’une question de temps. Le petit a besoin de s’habituer au fait que dorénavant, il a sa propre chambre et qu’il doit dormir seul. Il m’a fait quelques crises de larmes en début de semaine, les premiers jours de notre emménagement, donc. Mais je refuse de m’en inquiéter outre mesure. Si je constate cependant que ces crises reviennent et qu’elles persistent, dans ce cas je tâcherai de me renseigner auprès d’un professionnel pour savoir quoi faire pour rassurer le petit. Je ne veux pas qu’il ait peur en étant chez moi, bien au contraire, je veux qu’il se sente rassuré et protégé.

- Callie, tu peux ajouter un cappuccino pour la table trois, s’il-te-plait ? Ils viennent d’ajouter ça à leur commande, me lance ma barista tandis qu’elle prépare la boisson caféinée en question.
- Un cappuccino, un ! réponds-je gaiement.

Même si la séparation d’avec Alistair m’a fichue plus bas que terre, j’essaie de ne rien laisser paraître devant les gens qui me fréquentent. Ce n’est pas le moment de passer pour une pauvre petite chose fragile qui est persuadée que l’amour n’est pas fait pour elle (même si c’est la vérité). On ne va pas se mentir, j’ai salement dérouillé et même si cela remonte maintenant à un mois, je n’arrive pas franchement à passer au-delà. Alistair me manque mais il est bien-sûr hors de question que je l’avoue, surtout après ce qu’il m’a fait. Même si nous n’étions pas ensemble depuis longtemps, la relation que nous avions construite ensemble me convenait. On riait, on jouait, on jouait à s’aimer.

Rectification, il jouait à m’aimer et moi je l’aimais.

Le voilà le problème d’être un cœur d’artichaut comme moi. On tombe bêtement amoureuse et après, on se ramasse la tronche la première sur le gravier. C’est plus ou moins (plus que moins, d’ailleurs) ce qu’il m’est arrivé et je n’en suis pas fière. Ah, je m’en souviendrai longtemps de la soirée de mes trente-deux ans. Au lieu de fêter cela aussi joyeusement que possible, j’ai passé la nuit à pleurer en réalisant que j’avais tout perdu à cause de petites raclures qui s’amusent à mettre leurs nez dans des histoires qui ne les concernent en rien.


La porte du café s’ouvre pour la énième fois de la journée tandis que je suis au fond du café en train de parler avec un client. Je ne vois pas qui vient d’entrer. Ce n’est que lorsque je retourne derrière mon comptoir quelques instants plus tard qu’une voix s’adressant à moi me fait presque sursauter. Je connais cette voix mais je ne suis pas exactement enchantée à l’idée de l’entendre aujourd’hui. Nous sommes le 6 avril, cela fait un mois et un jour que l’incident SOS est arrivé et il décide de faire son apparition dans mon café ce jour-là ? Sérieusement ?

- Et toi il semblerait que tu ais un sérieux sens du timing, Cameron, réponds-je sans la moindre gentillesse dans la voix.

Sincèrement, j’aimerai être en mesure de faire comme si de rien n’était. Mais ça m’est impossible. Je ne suis pas comme ça. Je n’ai jamais été comme ça. Et le fait de voir débarquer Cameron au café (même si cela n’a malheureusement rien de surprenant considérant le fait qu’Holly bosse ici à temps complet) me retourne l’estomac. Il n’a jamais pris la peine de répondre à mes sms après l’article de SOS. Pas un mot, rien. Mais il s’est cependant chargé de foutre le bordel dans ma vie au point que son meilleur ami me plaque comme une moins que rien.  Si c’est une vengeance qu’il voulait, je crois qu’il l’a eu, et pas qu’un peu.

De nature pourtant patiente, je reconnais qu’à mon sens la limite a été franchie. Et aucun retour en arrière ne sera possible.
"lfe is not a long quiet river(@beerus)
.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 637 messages et j'ai : 971 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : rosewins (avatar) Magma (profil)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Sam 14 Avr - 14:03



Life is not a long quiet river

Être ici aujourd’hui n’est qu’une coïncidence, un coup du hasard. Si celle qui partage ta vie désormais, ainsi que ton appartement, ne travaillait pas ici, tu ne serais pas là. Il faut dire les choses qui sont, ta relation avec Calliopé s’est complètement dégradée avec l’incident de SOS, cette histoire de fausse déclaration d’amour, comme celle que tu avais avec beaucoup de personne d’ailleurs. Sauf que tu es quelqu’un de mature Cameron, de posé, qui ne se laisse pas avoir par des balivernes de ce genre. Grâce à ces vacances improvisées, tu as pu régler certains soucis, notamment avec ta petite soeur, qui a également été victime de cette vipère de SOS, mais, et surtout, avec l’un de tes meilleurs amis. C’est surtout avec Alistair qu’il y a eu des dégâts. Des paroles ont été échangé, sous le coup de l’impulsion, créant une situation pour le moins désagréable. Il faut dire ce qui est, votre relation est passée tout près de l’implosion. Tout ça à cause de quoi ? D’une femme. Au moins, après ce séjour à Punta Cana, vous êtes sûrs d’une chose : cela ne se reproduira plus. Une amitié aussi vieille que la vôtre ne peut pas se terminer à cause d’une personne, d’une relation. C’est étrange de dire ça, mais ton amitié avec le médecin légiste, comme celle avec Matthew d’ailleurs, l’un des rédacteurs en chef du New-York Times, t’est beaucoup plus importante que les autres. Tu feras toujours passer tes deux potes avant les autres. C’est comme ça, et pas autrement. Si ça ne plait pas, les autres peuvent passer leur chemin. Tu es loyal en amitié, et avec eux, tu n’as plus à le prouver. Ta mission en ces lieux terminée, tu devrais passer ton chemin, reprendre le cours de ta journée, mais après les succès des vacances pour retrouver un semblant de normalité, tu ne peux passer à côté de l’occasion de saluer la gérante du café. Jusqu’il y a peu, elle était ta meilleure amie, ta complice, et tu sais qu’avec un peu d’effort, ça pourrait redevenir comme avant. C’est ainsi qu’au lieu d’aller vers la sortie de l’établissement, tu te diriges vers le comptoir, où elle est présente à nouveau. Une phrase simple, que tu lui adresses, pour amorcer une discussion. Tu viens en paix, si tu le pouvais, tu pourrais agiter un drapeau blanc pour le signaler. Il n’aurait pas été de trop, c’est ce que tu te dis en entendant la réponse de la brune. Le ton qu’elle emploi, comme les expressions sur son visage ne trompent pas. Tu es la dernière personne à qui elle souhaiterait parler en cet instant. Bien. « Ce n’est pas le bon jour visiblement. J’espère que tu n’es pas aussi froide avec tous tes clients. Mais bon, te connaissant, c’est sûrement un traitement que tu me réserves spécialement. » Il n’y a aucune animosité dans ta voix, pas d’agression visible, seulement le fond de ta pensée que tu sors en réponse à ses mots. La meilleure chose à faire serait de tourner les talons, et passer ton chemin et de repartir vers le cabinet où tu travailles. Mais si tu fais ça, tu peux être sûr d’une chose, c’est que ton amitié avec la brune sera définitivement terminée. La vie est ainsi faite, de relations qui viennent et qui s’en aillent, on ne peut rien faire pour changer le cours des choses, quand c’est défini à l’avance. Si c’est comme ça que ça devait se passer, tu accepteras, mais tu ne peux te résoudre à y mettre un peu du tien avant de t’avouer vaincu. « Au lieu de lancer des phrases comme ça, si tu m’expliquais. Pourquoi tu me parles de timing ? » Car ton soucis actuellement, c’est bien ça. Ne pas la comprendre. Bien évidemment, tu passes outre le fait qu’elle se soit passée des politesses d’usage avec toi. Ça ne t’atteint pas, tu peux le comprendre. Les choses ne se sont pas spécialement bien déroulées entre vous. Tu le dois des excuses, pour ton silence, mais tu ne te vois pas le faire directement, parler de manière franche sans savoir si elle a du temps à t’accorder. Ce serait parler dans le vent, et c’est bien une chose que tu détestes. De part ta vie de tous les jours, comme par ton métier.

© MADE BY SEAWOLF.


I found a love for me
I found a girl, beautiful and sweet. I never knew you were the someone waiting for me. 'Cause we were just kids when we fell in love. Not knowing what it was. I will not give you up this time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Dim 15 Avr - 13:56

Calliopé & Cameron
- Je te rassure, ça t'est tout particulièrement réservé, Cameron, dis-je en essayant de rester aussi calme que possible. Voilà un mois que je n'ai pas eu de nouvelles de monsieur après cette histoire de lettre à la con. Les seules nouvelles que j'ai eu ont été brèves et me proviennent de l'homme à qui j'ai envie d'arracher les yeux pour les lui faire bouffer. C'est dire mon taux d'énervement en ce moment.

Bien décidée à rester concentrée sur mes tâches à effectuer, je ne peux malheureusement pas m'empêcher de jeter un coup d’œil vers l'avocat qui n'a pas bougé de là où il est. Je prends une profonde inspiration. Il m'énerve. J'ai envie de le frapper. Je n'arrive pas à croire qu'il ait vraiment cru à ces conneries de lettre. Je n'arrive pas à croire qu'il ait eu si peu confiance en moi. Je n'arrive pas à croire qu'il ait dit à Alistair que nous relation ne lui plaisait pas. Se rend-t-il seulement compte que le médecin légiste m'a quitté pour lui ? Sait-il le mal qui me ronge de l'intérieur depuis des semaines maintenant ? A-t-il seulement conscience que... Attendez une seconde.

Je quitte le comptoir en expliquant à Ainsley que je reviens. J'ôte mon tablier et le poste sur une chaise avant de faire signe à Cameron de me suivre à l'extérieur du café. Si je dois avoir une sérieuse conversation avec cet homme, il est hors de question que cela se fasse devant mes clients. Je n'ai strictement aucune envie de passer pour une folle furieuse devant les gens qui me permettent de manger à peu près à ma faim.

Une fois à l'extérieur, je croise les bras contre ma poitrine, ce qui ne laissera aucun doute à l'homme face à moi concernant mon état d'esprit actuel.

- Un mois. C'est tout le temps qui t'aura fallu pour revenir vers moi ? Sérieusement, Cameron ? Comment t'as seulement pu croire que j'avais écrit cette m*rde là ? C'est ça ta confiance en moi ? J'étais avec Alistair à ce moment-là. Pourquoi j'aurai été faire ça ? Je pensais que tu me connaissais un petit peu mieux que cela. Tu m'as déçu, Cameron. Et je ne te parle même pas du fait qu'à cause de toi, je me retrouve de nouveau célibataire.

Voilà ce que je voulais tout particulièrement lui dire en dehors du café. Je veux voir sa réaction. Je veux qu'il lise la tristesse et le malheur dans mes yeux. J'en ai beaucoup trop bavé depuis mon anniversaire et j'en ai juste assez. Cameron, Alistair, Lucinda, Brayon... Tout ça, c'est trop pour moi et je suis fatiguée. Fatiguée de toujours essayer de réparer les pots que je n'ai même pas cassé. Si encore j'étais fautive j'aurai tendance à penser que tout ce qui m'arrive est bien fait pour moi mais il n'en est rien.

"lfe is not a long quiet river(@beerus)
.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 637 messages et j'ai : 971 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : rosewins (avatar) Magma (profil)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Ven 20 Avr - 21:31



Life is not a long quiet river

Ça, c’est fait. Si tu avais un doute, ce n’est plus le cas. Elle est remontée contre toi, ce que tu peux concevoir, les dernières semaines n’ont pas été de tout repos, mais après ce long laps de temps écoulé depuis la dernière fois que tu lui as parlé, même si c’était par messages interposés, tu espérais avoir quelqu’un en face de toi avec une humeur un peu plus agréable. Tu n’es bien foutu le doigt dans l’oeil Cameron. Peu importe, tu feras preuve de patience, et de calme. Car contrairement à elle, tu as eu la chance de pouvoir souffler, d’aller ailleurs pendant une semaine, t’éloigner de New-York, de ces ennuis, afin d’y voir plus clair. C’est bien grâce à cette différence de taille que tu ne lui en tiens pas rigueur, car qu’on soit bien clair là dessus, tu n’es pas le genre de personne qui se laisse faire, marcher sur les pieds, qui accepte les reproches sans rien dire. Elle est peut-être une personne à laquelle tu tiens, mais ce n’est pas suffisant pour que tu restes stoïque face à certaines paroles. Tu devrais partir, quitter l’établissement pour ne pas envenimer la situation, mais tu souhaites des réponses Cameron. Tu veux comprendre le fond de ses paroles, affronter la réalité, et ne pas fuir face à son ton agressif. Car c’est bien mal te connaître penser que tu pourrais te défiler face à ça. Depuis bien longtemps, tu es plongé dans un monde hostile, celui du droit. Un monde où il ne faut pas avoir peur de s’imposer, de repousser ses limites. D’aller au delà de vos principes. Tu attends, tu patientes, dans l’espoir d’avoir une réponse. Sauf qu’au lieu de ça, tu la vois quitter le comptoir, se débarrasser de son tablier, avant de te faire signe de sortir dehors. D’accord, ce n’est pas bon signe, mais tu fais ce qu’elle te demande, de façon indirecte. Tu la suis jusqu’à l’extérieur, te postant près du mur de l’établissement pour ne pas gêner le flux de circulation des piétons sur le trottoir. Tu vois la colère dans son regard, ainsi que dans ses gestes, à croiser les bras de la sorte, mais ça ne te fait pas peur, tu es prêt à l’affronter, à comprendre ce qu’il se passe. Ce ne serait pas la première fois que le ton monte entre elle et toi. La stupéfaction est au rendez-vous. Comme tu aurais pu t’en douter, c’est toute cette histoire qui revient sur le tapis. Elle est la seule restante avec qui tu n’as pas parlé, depuis les lettres envoyées par SOS, il fallait que ça arrive un jour, bien que dans son cas, ce ne soit pas aussi calme que ce que tu as pu avoir avec ton meilleur ami, ou même ta petite soeur. « C’est bon, tu as terminé ? Ou tu as besoin de te défouler sur moi encore. Car je ne suis pas totalement d’accord avec tout ce que tu es en train de me dire Callie. » C’est loin d’être le cas. Elle est contrariée. D’accord. Elle a besoin de passer ses nerfs. D’accord. Mais de là à te faire porter le chapeau pour sa rupture avec ton meilleur ami, il y a des limites. Ça ne te plait pas, mais tu vas te contenir, ne pas laisser exprimer ta contrariété à ton tour. Pour cela, tu laisses ton dos trouver le contact du mur derrière toi, ton regard restant sur la jeune femme. « Un mois. Ouais. Ça peut t’agacer, mais je préfère régler les choses, au lieu de bêtement venir te crier dessus. Tu ne dois pas croire que ça a été facile pour moi, de mon côté. Et oui, pendant un instant, j’ai cru que la lettre était réelle. Tu l’as déjà fait Callie, il y a quelques mois à peine. Et que tu étais dans une relation à ce moment là ne change rien. La lettre n’était pas de toi, mais qu’est-ce qui me prouvait qu’il n’y avait pas du vrai dedans ? Après tout, c’est grâce à l’une de ces lettres que j’ai découvert que ma soeur et mon meilleur ami se connaissaient, et qu’ils avaient presque couché ensemble dans le passé, sans penser un seul instant à me le dire. » Tu sais aujourd’hui la vérité, tu as pu avoir les deux versions. Celle de Alistair. Celle de Faith. Tu as réussi à passer au dessus de ça, à ne pas garder ta rancoeur, même si tu as du mal à tout oublier complètement. Elle est ta petite soeur, l’unique que tu possèdes. C’est normal de vouloir la protéger. « Ensuite, je n’y suis pour rien si tu es célibataire. J’ai jamais été demander à Alistair de te quitter. C’est sa décision. Ne me reproche pas une chose à laquelle je n’y suis pour rien. Ne me met pas dans votre histoire, alors que j’ai simplement répondu à la question de mon meilleur pote. Ouais, ça me faisait bizarre que vous soyez ensemble, mais j’aurais jamais été exiger une rupture. C’est votre vie, pas la mienne. Alors je te prie de ne pas tout mélanger Calliopé. » Tu n’as peut-être pas haussé le ton, mais l’intonation est là quand même. Tu veux bien accepter ta part de responsabilité, le fait d’avoir été long pour retourner vers elle. Tu aurais pu lui envoyer un message, mais tu as laissé passer le temps. Involontairement d’ailleurs. D’autres choses te sont tombées dessus. Mais te porter responsable de l’échec de sa relation avec Alistair, il est hors de question que tu l’acceptes.

© MADE BY SEAWOLF.


I found a love for me
I found a girl, beautiful and sweet. I never knew you were the someone waiting for me. 'Cause we were just kids when we fell in love. Not knowing what it was. I will not give you up this time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Ven 20 Avr - 21:54

Calliopé & Cameron
- Pourquoi ? Parce que j'avais besoin que tu me fasses confiance Cameron. Il n'y a rien qui t'a fait tiquer, sérieusement ? Une lettre venant d'un site de ragots qui tombe pile le jour de mon anniversaire, qui plus est ? Je t'en prie, tu as tout de même un peu plus de jugeotte que ça. Je croyais avoir été clair vis-à-vis de la première et seule lettre que je t'ai écrite. Je préfèrerai qu'on me coupe un bras plutôt que réécrire une connerie pareille, d'accord ? J'étais dans une période délicate de ma vie et visiblement je cherchais du réconfort si bien que j'en ai confondu amour et amitié. Point à la ligne, dis-je plus calmement même si mes mots restent quand même clairs. Je ne veux pas qu'il croit que je suis amoureuse de lui ou je ne sais quelle autre ineptie du genre. Nous sommes déjà passés par cette étape et très sincèrement je ne ressens aucunement l'envie d'y repasser. Une fois, pas deux.

Je prends une profonde inspiration et essaie de garder mon calme en entendant Cameron me dire qu'il n'est pas responsable de ma rupture d'avec Alistair. Pas directement, peut-être, mais indirectement il sait que pourtant, il a sa part de responsabilité. Si Alistair m'a quitté c'est pour respecter Cameron. Pour ne pas perdre son meilleur ami. Et moi, dans l'histoire je reste la pauvre cruche qu'on a laissé tomber le jour de ses trente-deux ans. Anniversaire de merde.

- Il m'a quitté pour toi, Cameron. Ni plus, ni moins. Parce qu'il craignait de te perdre. Mais tu sais quoi, de toute façon je n'ai pas envie de parler de lui. J'ai appris d'autres choses qui me font comprendre que j'ai commis une erreur monumentale en faisant confiance à cet homme, avoué-je avant de fermer les yeux un court instant.

Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Ne pas... Eh merde.

J'essuie rageusement la larme qui vient de couler le long de ma joue droite et regarde l'avocat droit dans les yeux.

- Je n'ai jamais écrit cette lettre à la noix et personne dans ceux concernés par cette arnaque ne m'a fait confiance. Personne. Est-ce que tu peux te mettre à ma place une seconde et comprendre que j'ai passé le pire mois de ma vie, Cam?

Tiens, j'ai pas dit Cameron sur ce coup-là. Ma colère se serait-elle atténuée sans que je m'en rende compte ?

"lfe is not a long quiet river(@beerus)
.


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 637 messages et j'ai : 971 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : rosewins (avatar) Magma (profil)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Ven 27 Avr - 21:50



Life is not a long quiet river
feat. Calliopé Winshop

La confiance. C’est une notion qui te semble être présente dans bien des conversations avec la jeune femme. Elle revient sans cesse, comme une mélodie entêtante que l’on souhaite oublier, car tu dois le dire, ça commence à t’agacer. À force de revenir sur le même sujet, c’est à se demander si vous vous êtes faits confiance un jour, si vous n’êtes pas dans une illusion puérile que ni l’un ni l’autre ne remarque. Tu penses faire confiance en Calliopé, du moins, c’est ce que tu as toujours pensé, jusqu’à aujourd’hui, car à force d’aborder ce sujet, elle parvient à te mettre le doute. De ton point de vue, tu ne vois pas ton comportement comme un manquement envers elle, seulement une réaction humaine. La lettre que tu as reçu au cabinet St-James et Associés, directement sur ton bureau, était on ne peut plus normale. Il n’y avait aucune trace d’une quelconque appartenance à SOS. C’est seulement par la suite que tu as découvert une copie de cette lettre sur le site personnel de cette vipère. Seulement à ce moment-là que le doute est venu, surtout quand le même genre de lettre est sorti, provenant de ta petite soeur, Faith, à ton meilleur ami, Alistair. Tu le reconnais volontièrement il y avait plusieurs signes, comme le fait que ça arrive le jour de son anniversaire, mais tu n’as pas su les voir. Tu n’es pas parfait. Tu ne l’as jamais revendiqué. Pourtant tu ne dis rien, tu préfères ne pas partir dans ce genre de débat, où à part tourner en rond, user vos salives inutilement, tu ne vas rien y gagner. Toi, ou même elle. Le passé est dans le passé. Et il y restera. Quoique tu puisses dire, ça ne changera rien. À la place, tu préfères te défendre, lui faire comprendre qu’elle se trompe en disant que tu es responsable de son célibat. C’est faux. À aucun moment, tu n’as demandé, ordonné même, au médecin légiste, de rompre avec la jolie brune. Certes, c’est ton discours qui l’a poussé à mettre un terme à cette relation, mais tu n’as fait qu’être sincère avec lui. C’était étrange, autant que si tu commençais une relation avec Jessica, sa meilleure amie. Il y a presque une part de possessivité dans cette histoire, d’égoïsme même, mais c’est ainsi. Les mystères des amitiés. Et celles qui sont un peu plus que ça. « Et tu peux prendre conscience que tu n’es pas la seule victime dans cette histoire ? Car tu sembles penser que tu es la seule à avoir dû faire avec toute cette merde. Mon meilleur ami pensait qu’il se passait quelque chose entre toi et moi. J’ai cru avoir manqué quelque chose vis à vis de toi. Holly aussi a cru des choses. Sans parler du fait d’avoir une impression de trahison de la part de ma petite soeur, et d’un mec que je considère comme un frère. » Bien trop de choses à prendre en compte, pour une seule et même personne, sur une période très courte. Il n’y avait pas le temps de comprendre une première information qu’une nouvelle arrivait, embrouillant encore plus ton esprit déjà bien martyrisé. « Alors ouais, je peux parfaitement concevoir que tu n’as pas passé un mois très agréable, mais c’est pareil pour plusieurs personnes. Pourtant, je ne suis pas en train de crier contre tout le monde. J’ai su faire la part des choses, avancer au lieu de faire du sur-place, et laisser SOS gagner. » Car c’est tout ce que souhaite cette bonne femme, si peureuse qu’elle n’a jamais su montrer son visage, préférant se cacher derrière un pseudonyme. Son but dans la vie est de foutre la merde dans la vie des habitants de New-York, et souvent, elle y parvient, car c’est facile de croire en ses mensonges. Ils semblent tellement vrais. « Callie, je suis désolée pour toi et Alistair, mais ça ne me concerne pas. C’est son choix, pas le mien. Et je ne souhaite pas entrer dans vos histoires. Je peux parler de ce qui nous concerne, essayer d’arranger les choses, mais si tu préfères me tenir responsables de tous tes problèmes, dis-le moi maintenant, et je m’en irais. Je ne suis pas venu ici pour servir de souffre douleur. » Ce n’est peut-être pas le comportement d’un ami, encore moins celui d’un meilleur ami, mais depuis quelque temps, tu n’es pas certain que ce soit ce terme qui pourrait qualifier votre relation.

© MADE BY SEAWOLF.


I found a love for me
I found a girl, beautiful and sweet. I never knew you were the someone waiting for me. 'Cause we were just kids when we fell in love. Not knowing what it was. I will not give you up this time. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1512 messages et j'ai : 1182 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Julie Gonzalo et pour finir je crédite : sosov10 | anesidora (sign)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   Mar 8 Mai - 20:05

Calliopé & Cameron
Même si j'ai toujours envie de lui arracher les yeux, j'écoute ce que Cameron a à me dire. L'homme face à moi ne semble pas réaliser que les mots qu'il a pu avoir à l'égard de son meilleur ami ont changé ma vie. Ma vie amoureuse. Quelle idiote n'ai-je pas été en tombant amoureuse d'Alistair Nordstörm... Je m'en veux, c'est vrai. Je n'irai pas jusqu'à dire que je regrette, parce que j'ai pour règle de vie de ne jamais rien regretter. Les regrets ne mènent nulle part. Mais j'avoue que...

Passe à autre chose, Winshop. Il t'a laissé tomber sous prétexte que son meilleur pote n'était pas d'accord avec votre relation.

Je soupire, me passe une main dans les cheveux sans être certaine de quoi répondre à Cameron. J'entends ses mots et dans un sens, je les comprends même si je ne les accepte pas. A vrai dire, je pense tout simplement que c'est encore trop tôt pour moi. Être plaquée le jour de son anniversaire, autant dire que c'est quelque chose qui marque une vie. Du moins, ça marque la mienne. Si seulement c'était la seule chose, d'ailleurs. Maintenant que ma cousine est décédée et que je me retrouve avec le fils de cette dernière à gérer, comment dire... Eh bien, ma vie est devenue un grand spectacle dont je ne connaîtrai jamais la fin avant de la vivre.

- Tu n'es pas mon souffre-douleur, rassure-toi,
dis-je en regardant par-dessus l'épaule de l'avocat. Je tiens à vérifier que ce n'est pas le bazar dans mon établissement. En fait, je crois que ça m'arrangerait presque. Cela mettrait fin à ce moment de gêne intense entre Cameron et moi. Je suis perdue ces temps-ci et j'ai mal. Mal pour tant de raisons dont l'homme n'a même pas conscience. « Écoute, j'entends ce que tu me dis mais j'ai besoin de temps pour passer à autre chose. J'ai donné mon cœur à un homme que j'ai rencontré grâce à toi et cet homme s'est fichu de moi. J'ai du mal à accepter cela mais j'imagine qu'au fond, tu as raison. Tes mots ont eu un impact et ont fait qu'il m'a quitté, mais il n'y était pas forcé. Il a fait ce choix. Pas toi. Excuse-moi. »

Wow. Attendez, je viens vraiment de m'excuser auprès de Cameron, là ? D'un seul coup, comme ça ? Bipolaire. Je suis une foutue bipolaire.

- Ma vie est compliquée en ce moment, avoué-je sans en dire davantage. Je ne sais pas si je suis prête à lui avouer que Brayon fait dorénavant partie intégrante de ma vie. Malheureusement, ma situation ressemble bizarrement à la sienne lors de l'arrivée d'Holly, même si en soi, tout est encore très différent. Mais nous voilà, deux célibataires avec un enfant à charge. Quoiqu'en soi...Cameron est-il encore vraiment célibataire ? Je n'en sais rien. Je crois que cela ne me regarde pas, de toute façon.

"lfe is not a long quiet river(@beerus)
.
[/quote]


› Sur la route, je roule contre le vent. Tant qu'il est encore temps, je retrouve l'océan. Quelques heures sur ma voie en couleurs, quelques heures de cavale en douceur. Tout s'éclaire, tu deviens l'essentiel. Commence une ère nouvelle avec toi, avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6   

Revenir en haut Aller en bas
               

 Life is not a long quiet river ~ Calliiopé #6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum