Flashnews
La nouvelle intrigue île vous attend par ici et pour ceux qui restent à New York, vous êtes priés de vous rendre par ici huhu ♥️

Fiches de liens

Eleonore, Charline, Kaly et Olya ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Joshua, Virgil, Glenn et Anthony veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 37
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
Articles SOS
SOS a encore frappé, venez découvrir les petits secrets qu'elle vous offre sur un plateau !
N'oubliez pas aussi de venir faire un tour du côté des challenge qu'elle peut avoir à vous lancer
Yearbook 2017 - 2018
Venez découvrir le Yearbook, promotion 2017-2018 de l'université de Columbia !
L'heure des cadeaux !
Les résultats de la Tombola du printemps sont tombés ! Venez donc voir ce que vous avez gagné

Partagez | 
               

 What if we're just kids? (Ava)

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 69 messages et j'ai : 33 dollars en banque. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Lo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: What if we're just kids? (Ava)   Dim 13 Mai - 0:07

Ton retour à New York fait vraiment du bien, tu as passé la veille avec ton meilleur ami, avec Ivar et ça, ça t’avait vraiment manqué. Aujourd’hui, tu descend de ton loft uniquement dans le but d’aller faire un tour dans le salon de tatouage qui se trouve juste en dessous, histoire de voir un peu s’il y a beaucoup de monde mais aussi pour t’assurer que tout tourne correctement, même sans toi. Ce salon, c’est toute ta vie, c’est ce qui t’a permit de redresser la tête et c’est vraiment ce que tu as de plus cher si on oublie ton fils, ton petit frère, alors oui c’est important d’aller y faire un tour histoire de voir les choses par toi même, même si tu as pris des nouvelles jour après jour. Mais alors que tu t’apprêtes à passer la porte qui t’amène à ton lieu de travail, un mouvement attire ton attention. Une jeune femme est présente, et cette présence te fait sourire de bien être puisqu’il s’agit de la belle Ava. Cette jeune femme, on ne peut pas dire que tu la connaisses énormément, tu connaissais surtout son ex petit-ami qui a malheureusement quitté ce monde, mais tu lui as toujours fait savoir qu’elle était la bien venu dans ces lieux où se réunit votre famille. Si Ahmed avait estimé qu’elle méritait sa place parmis vous, alors tu n’avais aucunement l’intention d’aller contre, et puis tu dois bien avouer que le côté trop gentille trop naïve de cette jeune femme te fait sourire et en un certain sens t’apaise. Avant de devoir partir, tu t’étais mis en tête de l’endurcir un peu, de l’aider à s’assumer réellement mais cela ne s’est jamais fait, qui sait, peut-être qu’elle te laissera faire désormais, ou peut-être que ces derniers mois ont été bénéfique pour elle aussi, tu n’en sais trop rien, mais tu vas bientôt t’en rendre compte. Elle est installé sur l’un des nombreux fauteuils installé dans cette pièce immense qui vous sert à tous de point de repère, certainement en train d’écrire, comme elle le fait bien souvent lorsqu’elle vient ici et tu t’approches doucement d’elle. Tu ne fais pas de bruit, tu ne veux pas qu’elle te surprenne avant que tu n’arrive près d’elle, alors tu marches à pas de loup, venant derrière elle pour rester le plus discret possible. Tout près d’elle, tu passes tes mains sur ses yeux, et porte tes lèvres à son oreille. Salut beauté… Tu fais exprès de rendre ta voix suave, peut-être pour la mettre mal à l’aise, tu ne sais pas trop, mais tu dois avouer que tu es très heureux de la retrouver elle aussi. Tu ris doucement en retirant tes mains afin qu’elle puisse voir qui l’embête ainsi, mais tu ne t’arrêtes pas là, tu es d’une humeur taquine, certainement le reflet de ton bonheur d’être de retour chez toi, et c’est donc rapidement que tu attrapes ce qu’elle a dans les mains, comme si tu comptais réellement lire ce qu’elle était en train d’écrire, tu ne le feras pas vraiment, tu détestes qu’on s’immisce dans ta vie, ce n’est pas pour le faire chez les autres, mais tu as envie de l’embêter un peu voilà tout. “ Aloooors, voyons voir tout ce que tu peux bien écrire à longueur de journée… Hum hum… Houuuu… ” Tu fais comme si tu réagissais réellement à ce que tu es en train de lire alors que tu n’en fais rien, et tu attends de voir la réaction qu’Ava aurait vis à vis de toi. La pauvre ne doit pas être habitué à te voir aussi intrusif et encore moins aussi chiant, tu en as conscience, et tu ne sais même pas pourquoi tu te comporte ainsi, mais vu le sourire que tu as sur les lèvres elle doit bien se douter que tu n’as rien de sérieux en cet instant. Ceci dit, tu te demandais si la jeune femme s’était affirmé ou pas pendant ton absence, c’est aussi un bon moyen de le savoir finalement. Tu aurais pu te contenter de la prendre dans tes bras, juste pour lui montrer ton bonheur d’être là, mais non, c’était sans doute trop simple...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 13633 messages et j'ai : 673 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ana de Armas ♥ et pour finir je crédite : Avatar by kane., profil & signature par moi-mêm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What if we're just kids? (Ava)   Sam 19 Mai - 3:21


What if, we were just kids ?
Asa & Ava

On dit que les habitudes sont tenaces et dans ton cas, c’est loin d’être un mensonge. Bien avant le décès d’Ahmed, tu as pris l’habitude de te rendre dans ce coin de New York. Il s’agit là, d’un salon de tatouage. Oui, mais ce n’est pas tout, du moins, pas pour toi. C’était un repère de la “famille” un groupe d’individus qui se rejoignent vers la fin de l’après-midi pour papoter ensemble, discuter, boire, s’amuser. Au début, tu as été sur tes gardes, méfiante comme tu es. Ta timidité ne te permettait pas d’aller vers les autres ce qui fait que tu passais le plus clair de ton temps à observer, à essayer de connaitre chaque membre à partir de son comportement dans ce groupe. Après le décès d’Ahmed, tu as été surprise de les voir à tes côtés. Toi, qui pensais être invisible, tu t’es rendue compte de l’importance que t’avais à leurs yeux. Ils avaient pris soin de toi, ils t’avaient épaulé dans cette épreuve surtout Asa, celui à qui appartenait le salon. Asa, tu ne peux te vanter de le connaître réellement. Tu sais juste que c’est un homme de parole. Il t’a vu dans tes moments les plus accablants, il t’avait offert son épaule pour pleurer dessus, il a essuyé tes larmes en te promettant d’être là. Et il n’a jamais failli à cette promesse. Certes, après son départ tu n’as pas eu le loisir de le retrouver, comme étant une personne physique mais il n’a pas cessé de te donner de ses nouvelles. Il fallait qu’il porte pour que tu comprennes son importance dans ta vie et le vide qu’il a laissé en toi. Il t’arrive de pleurer après avoir reçu un message de lui. Le manque, le fait qu’il te rappelle ton défunt ami aussi. Comme si tu ne veux pas mettre un terme à cette période de transition dans ta vie, tu reviens à chaque fois dans ce salon. T’y passes des heures entières à écrire, écrire et écrire sans te fatiguer. C’est devenue une coutume et tu n’arrives pas à t’en défaire. Installée sur un fauteuil, les pieds posés sur une table et un cahier calé sur ta cuisse, tu reprends ton activité préférée, à coucher des mots sur une page blanche avant de ressentir des mains sur tes yeux, t’empêchant d’aller plus loin. Tu sursautes au début et tu te sens même un peu trop mal à l’aise à cette voix suave contre ton oreille. Tu tentes de retirer ces mains étrangères mais leur propriétaire te devance. Alors que tu te retournes pour le voir, il te vole ton cahier. Asa. Tu es partagée entre l’envie de te plonger dans ses bras, l’envie de le frapper de t’avoir volé ton bien ou autre chose de bien plus inédit ; la taquinerie. Il ne connait pas ce côté de ta personne et pourtant, ça a toujours existé, tu n’as juste pas eu le temps de l’afficher. Un sourire espiègle sur les lèvres et debout face à lui, tu hausses un sourcil. Quel passage ? Quand le mec commence à se déshabiller devant la fille en étant à la fois lent et lascif ? Demandes-tu en posant un index devant tes lèvres, mimant une profonde réflexion. Hum ça doit être ça. Tu n’arrives pas à garder cette expression longtemps sur ton visage, tu fais la première chose que tu as voulu faire dès que tu as posé ton regard sur lui ; sauter dans ses bras en oubliant même ton cahier entre ses doigts. Tu t’en fous, ce qui t’importe là, ce sont ses bras autour de toi, de sa chaleur, de son coeur frappant contre ta poitrine. Tactile, tu l’es, tu l’as toujours été. C’est juste que tu n’en as jamais usé avec Asa. Seulement, tu as l’impression que son départ, t’a rapproché de lui. Tu m’as manqué Murmures-tu en nichant ton visage dans sa clavicule. On aurait dit une gamine qui retrouve une présence réconfortante et c’est sûrement ça, définitivement. Tu t’éloignes quand même un peu et tout en te mettant sur les pointes des pieds, tu récupères ton cahier. T’as fait tout ce chemin de LA jusqu’à New York pour voler mon cahier ou tu as compris que tes amis ne peuvent pas vivre sans toi ? Oui, il ne connait vraiment pas ce côté taquin et tu peux même voir sa surprise. Tu n’as pas changé Ava, tu as juste évolué en préférant t’affirmer que vivre dans l’ombre.




Taste of salt is in my hair. A scare of light is in the air. Leaves of silver pave the way, lights of nightmares finally fade. Clouds of nightmares finally fade. I’m obliterated away. Finally ash is washed away
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 69 messages et j'ai : 33 dollars en banque. Sinon, il paraît que : M. Pokora et pour finir je crédite : Lo

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What if we're just kids? (Ava)   Dim 3 Juin - 21:01

Tu es chieur Asa, ce n’est pas souvent que tu te montre ainsi mais cela fait pourtant partie de ton caractère lorsque tu le décide, lorsque tu es de bonne humeur, et sans doute aussi lorsque tu es un peu trop fatigué. Tu sais très bien qu’Ava ne connaît que ton côté sérieux et protecteur, sans doute parce que tu ne voyais en elle qu’un petit bébé dont tu devais prendre soin. Bien sûr la demoiselle est majeur et fait bien ce qu’elle veut de sa vie, mais Ahmed était quelqu’un qui comptait énormément pour toi et en son souvenir, tu trouves ça normal de t’occuper d’elle du mieux que tu le peux. Et puis il y a eut ces longs mois passés à Los Angeles, loin de ces personnes que tu considères comme étant ta famille, et cela a bien plus que suffit à te faire comprendre encore plus à quel point ils sont important pour toi, et oui, même Ava, même cette petite pièce rapporté, discrète que que tu apprécies voir poser dans un coin de ce bâtiment géant pour écrire encore et toujours. Tu sais ce que ce genre d’endroit à amener à ta vie, tu sais que sans ce genre de personne tu ne serais pas devenu celui que tu es à l’heure d’aujourd’hui alors tu aimes voir des jeunes venir trouver refuge ici, tu préfères les voir ici à s’adonner à leur passion que de les savoirs dans la rue à risquer leur vie. Mais là, en cet instant précis, alors que tu voles le cahier de la jeune femme pour faire connaître ta présence, tu as clairement décidé de montrer une part de toi qu’elle ne connaît pas, sans doute pour voir l’évolution qu’elle aurait pu subir en ton absence. Tu as toujours cherché à la protéger, et peut-être un peu trop en fin de compte, parce que lorsqu’elle répond à ton semblant de réaction à ta fausse lecture de ses écrits, tu laisses tomber tes bras le long de ton corps, la fixant avec un regard des plus surpris. C’est qu’elle aurait de la réparti en fin de compte ! Tu es sûr le cul de la voir agir avec autant d’audace, mais tu dois bien avouer que ça te plait, et c’est sans doute pour ça qu’un petit sourire en coin apparaît sur tes lèvres avant qu’elle ne vienne te sauter dessus pour te serrer tout contre elle. Hey doucement beauté ! Tu vas m'étouffer ! Un rire franc s’échappe alors de tes lèvres en même temps que tu la sers à ton tour pour profiter au maximum de cette étreinte qui fait du bien. Tu entends sa remarque qui te fait sourire de bien être et tu déposes tes lèvres sur son front comme pour faire savoir que tu es bien là désormais et tu regrettes presque le fait de la sentir s’éloigner de toi. Elle récupère son cahier et tu ris de nouveau alors que lorsque tu entends sa question, tu ne peux manquer le fait qu’elle continue clairement sur le ton de la taquinerie et tu souris d’autant plus. En fait c’est Ivar qui m’a dit que tu était devenu une vraie tigresse, je l’ai pas cru tu te doutes bien, mais du coup j’ai voulu venir voir ça par moi même… Rien ne laisse présager que ce que tu dis est faut, le mensonge, dire tout ce que tu veux avec le plus grand des sérieux, c’est facile pour toi, et tu le prouves encore en cet instant. Mais je ne vois rien d’une tigresse moi, juste une petit fille qui joue les grandes… Je suis déçu… Tu hausses les épaules comme pour appuyer ce que tu es en train de dire et tu commences même à faire demi tour pour t’éloigner d’elle. En réalité tu te rend seulement vers le frigo pour en sortir une bière que tu ouvres rapidement pour l’amener à tes lèvres souriantes qui s’affiche désormais face à cette jeune femme. Ya vraiment un mec qui se met à poil dans ce tu écris ? Mine de rien, ça te rend curieux, et tu sais que ce changement de sujet peut agacer lorsqu’on ne sait pas si ce que tu as dis précedement est vrai ou pas. Tu laisses planer le doute, ça t’amuse, et surtout tu le fais parce que tu sais très bien que tu finiras par lui avouer que ceci est faux, tu lui donneras les vrai raisons de ton retour, parce qu’Ava fait partie du peu de personne à qui tu refuses de mentir, avec qui tu refuses de jouer de tes talents de manipulateur expérimenté. Non elle mérite bien que ça, alors même si tu adores te comporter ainsi, même si tu sais très bien que tout le monde peut se laisser prendre à ce genre de jeu avec toi, mis à part Ivar qui sans doute aussi doué que toi en fin de compte, tu refuses qu’elle face parti de ceux qui tombent dans tes filets. C’est peut-être pour ça aussi que tu joues avec elle, pour voir à quel point elle se laisse encore faire, pour chercher à l’endurcir encore un peu pour qu’aucun connard tel que toi ne puisse lui faire du mal. Ava elle est sous ta protection, et tu feras tout ce que tu peux pour que jamais rien de grave ne lui arrive désormais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 13633 messages et j'ai : 673 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ana de Armas ♥ et pour finir je crédite : Avatar by kane., profil & signature par moi-mêm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What if we're just kids? (Ava)   Lun 18 Juin - 1:41


What if, we were just kids ?
Asa & Ava

Tu ne vas pas par quatre chemins Ava ; Asa t’a manqué et tu ne te fais pas prier pour le montrer en sautant carrément dans ses bras. Tu te sens bien ainsi. Tu as ce sentiment que tu n’as plus ressenti après le décès d’Ahmed et que tu as retrouvé dans la présence de ce grand blond ; de la sécurité. Ce qui est amusant, c’est que lorsqu’il était encore à New York, tu t’es montrée extrêmement renfermée avec lui. Certes, tu souriais à ses blagues, tu aimais sa compagnie mais il y avait toujours ce sentiment de gêne. Quand il était parti et que vous êtes restés en contact, tu t’es ouverte à lui. Tu lui parlais de tes journées, de tes petits couacs avec tes frères, de ta vie en général et après chaque conversation, tu te sentais plus légère. C’est pour cette raison que tu réagisses aussi naturellement avec lui. Même quand il te dit que tu l’écrases, tu secoues la tête comme une gamine incapable de lâcher son nounours, trouvant le réconfort nécessaire dans ses bras. Tu finis par le faire non sans récupérer ton cahier en balançant quelque chose qui le laisse assez perplexe. C’est ce que tu voulais voir, de la surprise dans son regard. Ava est la timidité. Ava rougit dès qu’on fasse quelque chose d’inhabituel. Oui, c’est l’image que tu as projeté en sa présence et pourtant, au delà de ta timidité, tu sais jouer. Mais pas autant que lui, définitivement. Il rapplique et directement tes joues prennent une teinte plus rosée alors que tes grands yeux s'écarquillent menaçant de sortir de leurs orbites. Oui, tu ne t’es pas attendue à cela mais tu essaies de reprendre du poil de la bête alors que tu te mets à secouer la tête. T’as fait tous ces kilomètres pour venir me voir ? Je suis touchée. Tu sais qu’il blague puisqu’il ne s’arrête pas. Et il n’a pas tort. Tu n’es pas une tigresse, tu n’en as jamais été une. Tu ne sais même pas ce qu’il veut dire par là alors, spontanée, tu dis la première chose qui te traverse l’esprit. On dit que Napoléon était une tigresse dans le lit, je ne suis pas comme ça. Le plus hilarant c’est que tu es extrêmement sérieuse en disant cette observation. Tu sais qu’Asa ne fait aucune allusion sexuelle mais les mots qu’il a choisi porte à confusion et ça te rend très pensive d’ailleurs. Tu le vois s’éloigner et tu ressens de la panique. Tu ne veux pas qu’il s’en aille ou que tu te rendes compte d’être proie à une hallucination. Le suivant du regard, tu as un soupir rassuré en le voyant se pencher vers le frigo pour récupérer une bière. Tu prends la tasse de café que tu as préalablement préparé et lèves les yeux sur lui, écoutant sa question. Sans aucune cérémonie tu te mets à rire. C’est vrai que c’est difficile d’imaginer une jeune femme comme toi écrire des romans érotiques. Mais tu joues au même jeu que lui ; rester énigmatique et ne pas lui donner une vraie réponse parce que tu sais pas si Ivar lui a vraiment confié cette observation sur toi. Asa ne laisse rien paraître. Oui, ou peut-être non, qui sait. Tes lèvres s’étirent doucement dans un grand sourire. Allez donne une bière et viens t'asseoir Maintenant qu’il est là, tu veux en profiter pour en savoir plus sur son séjour à Los Angeles et surtout comprendre la raison de son retour si retour y est. Tu récupères la bière tendue non sans le remercier et après avoir fermé ton cahier le plaçant à tes côtés, tu poses tes yeux sur le jeune homme. Comment c’était Los Angeles ? Demandes-tu en appuyant ton dos contre le canapé sur lequel tu es assise. Tu réfléchis un instant à ce que tu pourrais lui dire. Tu sais, après ton départ, Hannah et Jason ne sont plus venus ici Évoquer quelques membres de la “famille” qui n’en font plus partie te fait mal au coeur. J’imagine que plusieurs personnes étaient tristes de ton départ. Toi, la première. Mine de rien c’est Asa qui a réuni la famille. C’est lui le parrain de ce petit cercle d’amis en quête de sentiments et de chaleur humaine. Son départ a signé la fin de tout ça quand bien même tu n’as pas voulu le croire et la preuve est là, avec ta présence dans ces locaux.




Taste of salt is in my hair. A scare of light is in the air. Leaves of silver pave the way, lights of nightmares finally fade. Clouds of nightmares finally fade. I’m obliterated away. Finally ash is washed away
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: What if we're just kids? (Ava)   

Revenir en haut Aller en bas
               

 What if we're just kids? (Ava)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum