Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici ! On a besoin de vous ici, ici et huhu ♥

Fiches de liens
Ambre, Amalia, Roxanna et Isolde ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Nathaniel, Dandelion, Nick et Beau veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥

     



 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 36
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
Articles SOS
SOS a encore frappé, venez découvrir ses nouveaux articles ici et , n'hésitez pas à commenter
Yearbook 2017 - 2018
Tous les étudiants sont priés de passer ici, c'est important

Partagez | 
               

 t'iras jamais nulle part si tu traînes avec ce type-là | alexis & solal

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 224 messages et j'ai : 293 dollars en banque. Sinon, il paraît que : daniel bederov et pour finir je crédite : dandelion, suskind

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: t'iras jamais nulle part si tu traînes avec ce type-là | alexis & solal   Sam 26 Mai - 18:49

t'iras jamais nulle part si tu traînes avec ce type-là
ft. alexis
Le soleil filtre par les persiennes, s’égare sur les draps blancs, découpé en fines lamelles. Le soleil est haut dans le ciel, il n’est pas très tôt, dix heures passées, peut-être onze déjà, le jeune homme qui étire vaguement son corps ankylosé par le sommeil en râlant. Il n’a pas la nausée, un goût âcre sur la langue, pas plus que le sentiment que son crâne va exploser au moindre son ; sensation étrange pour lui que de se réveiller un samedi matin sans gueule de bois, il était juste trop fatigué hier soir pour sortir, sa semaine de boulot qui l’aura une fois de plus cassé en deux, seulement un peu plus que d’habitude, de toute évidence. Il se redresse, les yeux mi-clos, attrape le paquet de clopes et le briquet posés sur la table de chevet, le bâton de nicotine qu’il glisse entre ses lèvres, l’embrase déjà, plus par habitude que par réel manque ; à côté, sur le lit, git toujours le bouquin sur lequel il s’est endormi la veille.

La fin de matinée qui suit doucement son cours, le jeune homme qui va même faire un peu de sport, luxe qu’il ne s’octroie ordinairement que le dimanche, son état le lui permettant généralement peu le samedi. Mais aujourd’hui, pour une fois il se sent en forme, il commande un bon repas une fois rentré chez lui, occupe son début d’après-midi en écrivant, effaçant, réécrivant, réeffaçant quelques mots sur son ordinateur, l’écriture qui a toujours été difficile pour lui, peut-être car c’est trop important pour lui, pourtant il s’accroche encore aujourd’hui, justement car c’est important.

Il fait attention à garder Alexis dans un coin de sa tête, juste pour être sûr de ne pas laisser passer l’heure de leur rencontre, le jeune homme trop insouciant qui oublie trop souvent les rendez-vous, ne s’en rappelle que deux heures après, ou lorsqu’il reçoit un appel pour lui dire que merde, il est où, ça fait une heure qu’on l’attend ! Et quinze heures qui approchent, exilé à Staten Island il sait qu’il en a pour un moment en transports avant de pouvoir gagner Manhattan, aussi il enfile une paire de sneakers, se lave les dents rapidement et quitte l’appartement, ses clés au fond de sa poche.

Dehors, la chaleur est étouffante. Tout d’un coup on avoisine les trente degrés alors même que deux jours plus tôt il pleuvait à verse, la météo en dents de scie à New York, dans le monde tout entier sans doute. Il regrette de ne pas avoir pris de casquette, au moins a-t-il ses lunettes de soleil fidèlement posées sur le nez, et la cigarette qu’il allume comme pour se donner plus chaud encore, la logique Pettersen qui ne fait sens pour personne, lui le premier. Embarcation dans le ferry, les corps pressés dans le métro, changement de ligne, c’est toujours un joyeux bordel pour gagner les hauteurs de la ville et le brun qui se retrouve en apnée dans la mauvaise odeur du subway, les effluves corporels qui se décuplent toujours, exponentiels avec la chaleur au-dehors. Et enfin il retrouve l’air frais, l’atmosphère saturée de pots d’échappements toujours préférable à celle du métro ; le jeune homme qui ne s’est sans doute pas suffisamment pressé car son portable indique seize heures cinq, il est en retard, et deux minutes plus tard il pousse la porte du Callie’s Café, immédiatement plongé dans l’ambiance chaleureuse de l’enseigne, son regard sombre qui parcourt la salle avec attention, tente de reconnaître un visage aperçu le temps de quelques enchères seulement. Et c’est bon, il la repère rapidement, Alexis assise à une table, il s’avance, se laisse couler sur l’autre chaise.

- T’as pas eu trop de mal à trouver, alors ? Enfin, comme t’es là, je dois en déduire que tu te débrouilles au moins aussi bien que mes grand-parents avec un GPS.

Léger sourire qui s’esquisse, il pose son portable sur la table, ajoute, pour la forme :

- Désolé pour le retard.

code by FRIMELDA


to be continued
we don't read and write poetry because it's cute. we read and write poetry because we are members of the human race. and the human race is filled with passion. and medicine, law, business, engineering, these are noble pursuits and necessary to sustain life. but poetry, beauty, romance, love, these are what we stay alive for.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 1230 messages et j'ai : 1767 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Scarlett Leithold et pour finir je crédite : noralchemist. (ava) magma (profil)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: t'iras jamais nulle part si tu traînes avec ce type-là | alexis & solal   Mar 29 Mai - 10:44


Solal & Alexis

T'iras jamais nul part si tu traînes avec ce type là


La vie est comparable à des montagnes russes. Elle ne peut être constamment monotone, non, elle doit être rythmée par des périodes joyeuses, bien trop régulièrement suivies par des crasses que vous tombent sur la tête, sans prévenir. C’est ce qui t’arrive la plupart du temps Alexis. Une bonne journée, sans la moindre ombre dans le tableau, ne peut se solder autrement que par un soucis ou une altercation dans la soirée. Tu as eu la preuve, deux jours de suite. Jeudi, après une journée parfaite aux côtés de Maximilian, pour honorer la journée qu’il a gagné aux enchères, tu as subi une dispute avec ton frère jumeau. Fort heureusement, tu n’étais pas seule pour terminer la journée, tu as pu compter sur la présence du même garçon pour penser à autre chose, devant une série choisie un peu au hasard. Le lendemain, rebelote. Une matinée agréable, commençant le plus légèrement possible, un avant goût des vacances qui approchent, mais se soldant par une dispute avec ton meilleur ami dans l’après-midi. Pour équilibrer la balance, il faut du plus et du moins dans une journée visiblement, et tu n’es pas certaine d’apprécier cette tendance. Jamais deux sans trois, c’est ce qu’on dit. Est-ce que tu auras également le même schéma pour ce premier jour de week-end ? Tu ne l’espères pas, au contraire, tu voudrais te tromper. La matinée fut studieuse pour toi Alexis, tu as trouvé un peu de courage pour mettre un réveil, même en ce samedi, pour travailler tes cours. Tu n’as pas été très ponctuelle en cours durant la fin de la semaine, ce qui ne te ressemble pas, mais tu as su rattraper ton retard avec ces quelques heures seule, sur ton bureau, face à tes cours. Des heures passées rapidement, sans les voir réellement. Une sensation identique pour le début de l’après-midi, que tu as passé en ville, afin de sortir de cette chambre étudiante. Cette promenade en solitaire à flâner dans les rues de la ville, observant par moment des devantures de magasins un peu trop près, assez pour te donner envie d’y rentrer, t’a permis d’être en avance au Callie’s Café, lieu pour ton rendez-vous avec Solal. C’est presque une première pour toi, qui est plus connue pour tes nombreux retards que ta ponctualité. Ta main posée sur la porte que tu pousses vers l’intérieur te permet d’entrer dans l’établissement, et d’accueillir la fraîcheur qui contraste avec l’extérieur. Le temps est changeant depuis quelques temps. Le soleil ne semble pas décidé à poser ses valises pendant plusieurs mois, hésitant à repartir pour laisser la place aux nuages et à la pluie. Tu ne connais pas les lieux, c’est la première fois que tu y mets les pieds, mais ça ne t’empêche pas d’aller t’installer à l’une table, proche des baies vitrées. Tu tires légèrement sur le bas de ta robe pour la remettre en place, une manie que seules les filles connaissent. Alors que ton regard se tourne vers l’extérieur, vers la circulation abondante new-yorkaise, tu repenses à hier, à l’échange que tu as eu avec Ulysse. Ses mots tournent en boucle dans ton esprit, et tu détestes ça. Tu détestes qu’il puisse te faire douter, te faire mal aussi facilement. Tu es vexée, et blessée aussi, car il est l’une des personnes te connaissant le mieux. C’est pour cela que tu es aussi affectée par votre échange de la veille. Tu as vu son sms, mais tu as préféré l’ignorer. Ton humeur est changeante en ce moment, et tu ne voudrais pas écrire des mots que tu pourrais regretter plus tard. Parfois, le silence est préférable, bien qu’il soit blessant, presque autant que des mots. Tes pensées sont loin d’être agréables pour instaurer une bonne ambiance, mais par chance, la voix qui s’adresse à toi te permet d’en sortir, de les effacer d’un revers de la main pour revenir à la réalité. Et celle-ci, elle se passe dans le Callie’s Café, avec le jeune homme qui s’est matérialisé devant toi. Petit sourire amusé qui glisse sur tes lèvres, en même temps que tu tournes la tête vers lui. « Il faut croire qu’une blonde est capable de se servir d’un gps, ou de lire les panneaux de signalisation. » Toujours avoir un brin de dérision pour soi-même, afin d’accepter les clichés sur ta personne. « Il n’y a pas d’mal. Je suis une spécialiste en ce qui concerne le retard. Quand j’ai commencé le mannequinat, j’arrivais avec au minimum une heure de retard sur les lieux, si bien qu’avec le temps, on a commencé à me donner des heures fictives, pour que j’arrive à l’heure. Du coup maintenant, je ne sais jamais si c’est une bonne heure ou non, alors j’essaie vraiment de m’y tenir, pour ne pas me faire taper sur les doigts. » Car malheureusement, être la fille de l’une des patronnes n’aide en rien pour avoir des privilèges. C’est plutôt le contraire, on est beaucoup plus sévère avec toi, on te demande la perfection, sans arrêt. Un milieu assez oppressant, mais tu n’y es pas tout le temps. Tu compenses avec tes cours, qui sont en quelque sorte un échappatoire. D’un geste de la main, tu lui indiques la place libre devant toi, pour l’inviter à s’asseoir, car il faut le reconnaître, c’est un peu plus agréable de discuter avec quelqu’un si elle est assise, avec toi, que debout à tes côtés. Tu prends le temps, même si ce n’est quelques secondes, de l’observer, le détailler, avec un peu de discrétion quand même. C’est un peu la première fois que tu l’as devant toi, que tu peux mettre un visage derrière un nom car, à la soirée des enchères, tu n’as pas eu le temps de vraiment le voir, c’est allé bien trop vite pour toi. Tu n’es pas déçue, tu ne saurais dire pourquoi, mais c’est une bonne chose, non ? « Ainsi, je dois me sentir honorée, voir privilégiée d’avoir une petite place dans ton emploi du temps si… surbooké ? » Tu reviens sur ce point, car il a été abordé dans vos sms, mais c’est avec un sourire malicieux que tu prononces cette question, pour montrer que ce n’est pas un reproche ou autre.

AVENGEDINCHAINS



family
▂ It's you and me against the world. You are my blood. You are my double. For you, I would give my life. You are my twin, and nothing will come between us.
Revenir en haut Aller en bas
               

 t'iras jamais nulle part si tu traînes avec ce type-là | alexis & solal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum