Flashnews
La nouvelle intrigue île vous attend par ici et pour ceux qui restent à New York, vous êtes priés de vous rendre par ici huhu ♥️

Fiches de liens

Eleonore, Charline, Kaly et Olya ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Joshua, Virgil, Glenn et Anthony veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
AccueilAccueil  Forum  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Newsletter numéro 37
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
Articles SOS
SOS a encore frappé, venez découvrir les petits secrets qu'elle vous offre sur un plateau !
N'oubliez pas aussi de venir faire un tour du côté des challenge qu'elle peut avoir à vous lancer
Yearbook 2017 - 2018
Venez découvrir le Yearbook, promotion 2017-2018 de l'université de Columbia !
L'heure des cadeaux !
Les résultats de la Tombola du printemps sont tombés ! Venez donc voir ce que vous avez gagné

Partagez | 
               

 Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 107 messages et j'ai : 94 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ebba Zingmark et pour finir je crédite : stoule

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Lun 28 Mai - 3:35

Je suis complètement brûlée. Éreintée, épuisée. Je croyais savoir dans quoi je m'embarquais en acceptant la bourse d'étude pour Juilliard, mais j'étais loin de me douter de l'intensité de la réalité. Les professeurs, malgré que certains soient sympathiques, sont de vrais bourreaux. Ils exigent la perfection et rien de moins. Ce qui, en soit, ne me dérange pas du tout. C'est exactement ce que je vise. Nous partageons les mêmes buts. Toutefois, j'ai du mal à m'adapter à leurs méthodes. J'ai l'habitude de m'entraîner sans relâcher, de repousser mes limites, mais jamais je ne m'étais rendue à un tel point. Si au départ j'ai eu de la facilité à m'adapter au rythme effréné de l'école, je suis forcée d'avouer que maintenant, je suis complètement dépassée. Au milieu de tous ces spectacles, récitals et examens techniques, j'ai du mal à m'y retrouver. Pourtant, je tiens bon. Par un quelconque miracle, j'arrive à maintenir la tête hors de l'eau, principalement grâce au café et aux siestes. Sauf qu'il arrive, comme ce matin, que je n'aie pas le temps de me reposer. À huit heure, j'étais en studio. À 9h, je débutais mon premier examen de la journée. À 10h30, énième répète pour le ballet des premières années qui sera présenté au grand publique. Une sorte de rite d'initiation que j'adore, mais qui, ce matin, a eu raison de moi. Après avoir tant dansé, j'ai du mal à tenir sur mes jambes pratiquement tremblantes. À vrai dire, c'est un véritable miracle que j'aie réussi à me traîner jusqu'à ce café pour venir prendre une pose bien méritée. J'arrive, toujours laborieusement, à faire la file. L'instant d'après, je commande un grand mochaccino extra crème fouettée et un cookie aux brisures de chocolat. Une fois mon régal en main, je me faufile parmi les tables, à la recherche d'une place libre. Sauf qu'il est midi. C'est l'heure de pointe et pratiquement toutes les chaises sont occupées. Je soupire, sans décourager pour autant. Je continue d'avancer. Finalement, je repère une place vide. Génial! Heureuse, ma démarche se fait plus légère. Je m'approche de celle qui me fait dos puis, trop impatiente, je m'assois face à elle. « Je suis vraiment désolée de vous déranger, mais est-ce que je peux m'asseoir ici quelques minutes? » Je demande poliment en me penchant pour déposer mon sac. Lorsque c'est fait, je lève enfin les yeux, un immense sourire collé aux lèvres. Mais ce dernier s'efface rapidement lorsque je réalise l'identité de la supposée étrangère que je viens d'aborder. Malgré les années passées, je l'aurais reconnue n'importe où. Nora. Ma soeur. Je sens les larmes me monter aux yeux, mais je les retiens. Je n'ai pas envie d'attirer l'attention sur nous, alors je reste assise comme une idiote, sans savoir quoi dire, ni quoi faire.  

@Nora E. Arellano Bon matin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 3373 messages et j'ai : 1747 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Bella Thorne et pour finir je crédite : Nympheas (ava) ; tyrell (signa)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Mar 29 Mai - 13:34


Thought I’d never see you again
Annabella & Nora
Un sms envoyé, un sourire aux lèvres et déjà, te voilà de retour à ton travail. Tu n’en peux plus ces derniers temps, tu ne fais que ça mais c’est bientôt terminé. Tu ne sais pas vraiment si c’est un soulagement ou non, tu sais juste que Columbia, c’est bientôt derrière toi. Tu as réussi à atteindre la septième année, tu ne te fais pas de doute sur la réussite de tes examens et après cela, tu en auras terminé, tu pourras te concentrer pleinement sur ton travail au New-York Times mais aussi et surtout sur ta vie privée. Tu as trop longtemps négligé ce dernier point, oubliant que vivre est aussi important que tout le reste. Mais il y a aussi le fait que tu ne vives pas seule. Il y a ta fille à prendre en compte et c’est pour ça qu’il te faut apprendre du mieux possible à arranger ton emploi du temps. Nouveau sms et cette fois-ci, tu choisis de mettre ton téléphone dans ton sac car tu sais très bien que tu n’arriveras jamais à te concentrer suffisamment pour finir de travailler. Tu n’as pas non plus choisis le meilleur endroit pour ça. Un café, en pleine heure de pointe, on peut dire que c’était un peu joué d’avance que tu aurais du mal à te concentrer. Pourtant, tu tiens le coup, tu portes le cappuccino encore chaud à tes lèvres et tu replonges ton regard sur cet article que tu es censée terminer pour le lendemain. Mais ça ne dur pas très longtemps, tu entends une voix que tu as l’impression de connaître. Tout se passe rapidement, tu n’as pas le temps de retirer tes lunettes, tu n’as pas le temps de dire quoi que ce soit qu’on s’assoit déjà face à toi. Un regard. Il ne faut qu’un regard pour que tu la reconnaisses. Tu ne peux pas te tromper malgré les septs années qui se sont écoulés. Annabella, ta petite soeur de trois ans ta cadette. Tu te souviens de cette lettre que tu lui as laissé le jour de ton départ, tu en as gravé chaque mots dans ton esprit et aujourd’hui encore, tu es capable de la réciter. Mais à aucun moment tu n’as dit où tu partais. Tu n’as rien dit parce que tu avais peur que vos parents l’apprennent, qu’ils te retrouvent et te fassent rentrer au pays. Tu ne voulais pas de ça. Tu ne sais pas exactement pendant combien de temps tu la regardes, tu ne comptes même pas en fait, tu veux juste profiter. « Annabella... » Un simple murmure qui s’échappe de tes lèvres, tu n’es pas capable de bien plus à vrai dire. Annabella, tu l’as un peu élevé quand vos parents étaient trop occupés avec les conneries de votre frère. Tu ne t’en es jamais plainte parce que ta petite soeur, tu l’as toujours aimé plus que de raison. Elle représente un peu tout pour toi, elle représente beaucoup et la voir devant toi aujourd’hui, la voir si belle et si épanouie, oui, c’est un peu un choc. Mais tu sauras t’y faire, tu le dois parce qu’à cet instant, tout ce à quoi tu penses, c’est rattraper au mieux le temps perdu. « Qu’est-ce que tu fais ici mi querida ? » Malgré les années passées, tu n’as pas tout perdu de ton accent, tu n’as rien perdu de ton espagnol et tu as encore moins oublié ce surnom que tu lui donnais lorsque vous n’étiez que toutes les deux. Tu te fiches un peu que ce soit déplacé, que tu n’ai plus ce droit. Elle reste ta petite soeur et bien que cela soit un choc de la voir face à toi, tu es heureuse de ça, tu es heureuse de la voir, qu’elle aille bien. Mais malgré toutes ces questions que tu aimerais lui poser, malgré le fait que tu aimerais en savoir plus sur elle, il reste une chose qui demeure dans ton esprit. « Tu es seule ici ? » Tu as peur que vos parents soient à New-York, tu as peur de les revoir après toutes ces années.


truly madly deeply
Life is a quiet long river. Only in dreams, only when the sun sets. Life is complete when the stars appear because at this moment we know everything is possible. We can be who we want to be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 107 messages et j'ai : 94 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ebba Zingmark et pour finir je crédite : stoule

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Sam 2 Juin - 17:49

Sept ans. Ça fera bientôt sept ans que je n'ai plus revu ma soeur ou eu de ses nouvelles. Au départ, je comptais les minutes, puis les jours et les semaines. Je lisais et relisais sa lettre, seul indice qu'elle m'avait laissé, sans arrêt, à la recherche d'une explication. Mais je ne trouvais jamais rien et les journées passaient, d'abord lentement, puis de plus en plus rapidement. La vie reprenait doucement son cours. Je devais continuer d'aller à l'école et de préparer le souper pour les rares soirs où Miguel ou nos parents rentraient à l'heure. À ça s'ajoutèrent les leçons de danse, puis le boulot. Je me suis retrouvée débordée, ensevelie par la routine. Mes pensées pour ma soeur sont devenues de plus en plus rares. J'ai fini par m'adapter à la vie sans elle. J'ai perdu tout espoir, parce que je devais continuer d'avancer. Je n'avais pas d'autres choix. Je me suis envolée pour Los Angeles, le coeur toujours plein d'amertume, mais un peu plus léger. Le temps a fini par alléger ma douleur face à sa fugue. Mais, maintenant qu'elle est là, juste devant moi, ce flot d'émotions refait surface. J'ai l'impression d'être submergée par une vague. Qu'un torrent déferle sur moi et j'ai peine à maintenir la tête hors de l'eau. J'ai envie de lui crier après. De me fâcher et de lui reprocher toutes ces années qu'elle a manqué. Mais j'ai aussi envie de pleurer comme une enfant, de la serrer dans mes bras. Encore, de me lever et de partir en courant pour ne plus jamais revenir dans ce fichu café. Les options ne manquent pas. Pourtant, je reste assise devant elle. Je l'observe entre deux souvenirs, essayant d'assimiler l'effet que le temps a eu sur elle. J'ai beau l'avoir reconnu facilement, une partie de moi veut croire qu'il ne s'agit pas réellement de Nora. Elle ne peut pas être aussi épanouie, alors que j'ai passé tant d'années à pleurer son départ. Je réalise que je ne rêve pas qu'au moment où elle prononce mon surnom. Je quitte alors mes pensées nébuleuses pour me concentrer sur son visage. À ce moment, je suis ramenée brutalement à la réalité. Je laisse les larmes couler sur mes joues et j'essaie de l'écouter parler malgré le tumulte ambiant. « Quoi? Comment ça, si je suis seule? » Je demande, incertaine. Je ne comprends pas ce qu'elle veut dire par-là, encore moins la raison de cette question. Est-ce qu'elle parle de Miguel? De maman ou papa? Peut-être qu'elle s'ennuie d'eux. Peut-être qu'elle cherche à les éviter. Ça fait si longtemps... Je ne sais pas. « Je crois. Miguel a disparu depuis un moment. Papa et maman n'peuvent pas partir, tu le sais bien... » Pour moi, nos parents sont parfaits. Ils n'ont peut-être pas été très présents, mais s'ils travaillaient autant, c'était pour nous, pour qu'on ait pas à faire comme eux plus tard. Ils voulaient nous offrir une vie meilleure, ce n'est pas de leur faute s'ils n'y sont pas arrivés et, surtout, ça ne justifie pas le départ de Nora. Elle n'avait pas le droit de nous abandonner ainsi. J'aimerais l'interroger à ce sujet, comprendre enfin ses motivations, mais j'en suis incapable. Si j'ose poser la question, j'ai peur de me montrer trop émotive devant tous ces gens qui ne sont pas concernés. Alors, plutôt que d'entrer dans le vif du sujet, je me souviens qu'elle m'avait posé une autre question au moment où j'étais encore perdue dans mes pensées et mes souvenirs douloureux. « Si moi je suis partie, c'est pour les étude. Je suis allée à Los Angeles pour étudier la photographie. Je t'en avais parlé, tu te souviens? Mais finalement, j'ai préféré la danse, comme toujours. Une amie m'a poussé à m'inscrire à So You Think You Can Dance. Tu m'as peut-être vue? Je n'me suis pas rendue en finale, mais grâce à ça j'ai pu avoir une bourse pour Juilliard. Alors je suis venue à New-York. » Je lui résume rapidement mes dernières années, même si je ne suis pas certaine que ça l'intéresse. Si elle avait voulu savoir, elle aurait cherché à entrer en contact bien avant, non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 3373 messages et j'ai : 1747 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Bella Thorne et pour finir je crédite : Nympheas (ava) ; tyrell (signa)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Mar 19 Juin - 14:15


Thought I’d never see you again
Annabella & Nora
Annabella. Ce prénom que tu répètes dans ton esprit depuis sept longues années maintenant. Le prénom que tu ne veux pas oublier, qui te permet aussi de tenir le coup parce que malgré les années, au fond de toi, tu as toujours su qu’un jour tu reverrais ta petite soeur. Mais pas comme ça, pas à cause d’un heureux hasard. Tu espérais avoir du temps pour te préparer à ça mais non, ça te tombe dessus alors que tu es en train de travailler. Mais il y a une chose de bien réel dans toute cette histoire. Ta soeur est là, devant toi et elle semble aller mieux que bien. C’est tout ce que tu voulais toi, c’est tout ce que tu espérais pour elle et quand tu vois la magnifique jeune femme qu’elle est devenue, tu réalises qu’elle n’avait pas vraiment besoin de toi pendant toutes ces années pour grandir, pour devenir celle qu’elle est aujourd’hui. Non, tu aurais sans doutes était un handicape pour elle, tu ne l’aurais pas aidé à grandir, n’étant même pas capable de t’occuper de ta propre personne. Ce surnom qui sort de tes lèvres, ça faisait bien longtemps que tu ne l’avais pas prononcé, que tu n’y avais plus pensé non plus. Parce qu’Anna, elle va rester ta petite soeur à jamais mais aujourd’hui, elle est surtout une femme et ce surnom, tu n’es plus certaine qu’il soit adapté. Sur tes lèvres, tu gardes un sourire jusqu’à ce que tu vois les larmes dans ses yeux, que tu la vois pleurer face à toi et que plus aucune trace de ce sourire si présent précédemment n’existe. Une question, une seule question de ta part suffit à changer les choses. La peur est lisible dans ton regard. Est-elle seule à New-York ou vos parents l’accompagnent-t-elle ? C’est ta hantise, ta plus grande peur. Les revoir, tu ne le veux pas mais tu ne seras pas capable d’expliquer ça à Anna, tu ne veux pas qu’elle change d’avis sur vos parents parce que tu as eu une mauvaise expérience avec elle. Quand tu l’entends, tu comprends que vos parents ont été parfait avec elle, ils ont été pour Anna ce que toi tu n’as jamais connu, ce qu’elle ignore surtout et c’est peut-être mieux ainsi. Tu n’as pas le droit de gâcher le bonheur de ta soeur alors tu te contentes de sourire. Oui, tu sais que vos parents ne peuvent pas partir de Buenos Aires. Vous non plus en théorie vous ne pouviez pas et pourtant, vous voilà dans la même ville, vous voilà à New-York ensemble. Portant ta tasse à tes lèvres, tu en prends une gorgée alors que tu gardes ton regard sur Anna. Elle n’a pas changé, elle a toujours ce même visage d’ange, ce même regard envoûtant qui te faisait craquer lorsque vous étiez enfant. Ce regard grâce auquel elle pouvait te demander tout ce qu’elle désirait. Tu l’écoutes reprendre la parole, t’annonce que c’est pour les études qu’elle est là. D’abord Los Angeles pour la photographie puis la danse. « Tu as toujours été doué pour la photo. » Tu murmures avant de la laisser continuer. Si elle était douée en photo, elle l’était sans doutes encore plus en danse. Tu as toujours aimé la voir faire. Cette grâce, cette innocence qui émanait d’elle te faisait littéralement rêver et aujourd’hui encore, il n’est pas rare que tu regarde certaine vidéo que vous aviez pu faire quand vous étiez gamine et que tu as emporté avec toi. Tu savais pour So You Think You Can Dance. Tu as suivis l’avancée de ta soeur mais en revanche, tu ne savais pas que ça lui avait permis d’avoir une bourse pour Juilliard. C’est une surprise oui et non car tu n’as en réalité jamais douté de ses talents pour la danse. « Et aujourd’hui tu es à New-York… Tu en as fait du chemin et tu as brillamment réussi. » Tu ne mens pas quand tu lui dit ça, tu penses vraiment tes mots et tu n’es même pas certaine qu’ils soient assez fort pour exprimer ce que tu ressens vraiment vis à vis de tout cela. « Tu sais Anna, quand je suis partie, si j’avais pu t’emmener avec moi je l’aurais fait. » Elle peut te croire ou non. C’est à elle que revient cette décision mais toi, tu sais ce qu’il en est. Oui, tu l’aurais emmené avec toi si tu avais pu, si tu avais déjà été capable de t’occuper de toi-même avant de penser à t’occuper d’elle. A Buenos Aires c’était quelque chose, New-York, c’est complètement différent et ça, tu l’as appris à tes dépens, tu l’as appris après être arrivé, à ne pas savoir parler la langue. Il y a des jours où tu regrettes que les choses se soient passées ainsi mais c’est bien trop tard pour revenir en arrière. « Comment tu vas Anna ? » Tu te doutes qu’elle te déteste, qu’elle t’en veut et d’autres choses dans le même genre et pourtant, ça ne t’empêche pas d’être heureuse de la revoir, d’être soulagée de voir que oui, ta petite soeur va bien.


truly madly deeply
Life is a quiet long river. Only in dreams, only when the sun sets. Life is complete when the stars appear because at this moment we know everything is possible. We can be who we want to be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 107 messages et j'ai : 94 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ebba Zingmark et pour finir je crédite : stoule

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Lun 25 Juin - 3:42

Je ne me sens pas bien. Mes muscles sont lourds, endoloris, et ce n'est pas qu'à cause de la danse. J'ai l'impression d'être clouée à cette chaise, de ne pas pouvoir en sortir malgré l'envie ressentie. Je suis tétanisée par l'émotion. Cette rencontre, je dois l'avoir imaginée un millier de fois si ce n'est pas plus. Au départ, elle se passait bien. Des larmes, puis des sourires et des étreintes. Mais, plus le temps passait, plus les choses se détérioraient. Je passais des larmes aux cris et aux reproches. Un acte désespéré pour extérioriser tout ce que j'avais ressenti au cours des dernières années. Dans ma tête, je hurlais tout ce qu'elle n'avait pas fait à Nora. D'autres fois, je ne faisais que pleurer, pleurer sans arrêt. Mais la réalité se déroule tout autrement. Je ne fais rien de ce que j'avais imaginé. À vrai dire, je ne fais rien du tout, ce qui est encore pire que toutes les possibilités visualisées au cours des dernières années. Il y a tant de choses à faire, à dire ou à s'avouer qu'il me parait idiot de rester simplement assise et faire la conversation comme si de rien était. Pourtant, c'est ce que je continue de faire. Je lui parle de la compétition, de mes études. Je lui raconte tout ça sans trop comprendre ce qui m'arrive. J'ai l'impression d'être en mode automatique, comme si mon esprit a du mal à assimiler la présence de ma soeur. Je flotte dans une confusion sans fin. Ou plutôt, je m'y noie et, plus j'essaie de garder la tête en dehors de l'eau, plus je m'y enfonce. J'ai l'impression que le liquide envahie mes tympans, puis ma tête sur laquelle je ressens une pression immense. J'ai mal au crâne, tout commence à tourner autour de moi. Les gens qui déambulent entre les tables s'embuent et les lampes bien trop lumineuses m'aveuglent. Je me noie dans ma confusion, mon incompréhension. J'ai l'impression d'entrer dans un état second, complètement sous le choc. Je n'en sors qu'au moment où ma soeur me fait cette promesse. Des mots qui parviennent à franchir le brouillard dans lequel je me trouve. Des lames tranchantes qui viennent déchirer le voile. « Non! » Je proteste, un peu trop bruyamment. J'aperçois du coin de l'oeil des clients qui se retournent. Dans un maximum d'effort, j'arrive à me contenir. Je reprends un ton plus normal pour réplique à ses absurdités. « Non. Tu n'aurais pas pu m'amener, tu ne pensais qu'à toi. » Parmi mes pensées confuses, une arrive à se détacher. Le souvenir d'une nuit terrible, son poids sur mon corps et l'obscurité qui m'avale. « Si tu m'avais vraiment aimée, si tu avais vraiment tenu à notre famille, tu ne serais pas partie. J'avais besoin de toi, Nora! T'étais supposée me protéger, mais tu es partie. Après, Miguel est parti et je me suis retrouvée complètement seule. » Enfin, j'arrive à lui dire ce que j'avais gardé à l'intérieur pendant toutes ces années. Toute la rancune sort d'un coup et je me sens soulagée. Mes épaules se détendent, je me laisse retomber le long de ma chaise. D'un coup, je me sens épuisée, bien plus qu'à mon arrivée dans ce café. « Je m'en suis sortie, mais... ce n'était pas pareil sans toi. » Elle m'avait manquée et malgré tout ce que je peux bien lui reprocher, je suis heureuse de la revoir. De la savoir saine et sauve dans la ville de ses rêves, alors que j'étais coincée avec lui. Je lui souhaite tout le bonheur et j'espère sincèrement que les choses ont été plus faciles pour elle. J'ai besoin de le savoir, alors je me risque à lui poser la question malgré mon éclat d'émotion. « Et toi? Tu t'en es sortie? » Un changement de sujet drastique, mais j'ai besoin de le sortir de mes pensées. Et il faut que je sache. Après toutes ces années, elle a du traverser au moins quelques épreuves. Je n'ai peut-être pas pu être présente pour elle, car elle ne m'en a pas laissé la chance, mais j'aimerais au moins savoir ce qui lui est arrivée pendant ces sept dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 3373 messages et j'ai : 1747 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Bella Thorne et pour finir je crédite : Nympheas (ava) ; tyrell (signa)

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Lun 23 Juil - 12:28


Thought I’d never see you again
Annabella & Nora
Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. La voilà la vraie fin des contes de fée. La fin dont chaque petite fille rêve parce que c’est normal, c’est comme ça qu’on apprend, qu’on vit. Tu n’as pas été une exception Nora mais tu as bien rapidement découvert que les contes n’étaient pas la réalité. C’est à ce moment là que tu t’en es un peu voulu d’avoir appris tout ça à ta soeur, de lui avoir lu ces histoires sans grandes significations. Les contes ne sont pas la réalité. Les contes n’apprennent pas comment réagir dans la situation dans laquelle tu te trouves, face à cette soeur que tu n’as pas vu depuis trop longtemps et qui t’a terriblement manqué. Il n’y a pas de mode d’emploi, tu n’as pas la solution la plus parfaite pour lui parler et surtout qu’elle t’écoute. C’est si étrange d’être face à elle aujourd’hui après tant d’année. Tu la regardes, la fixes et finalement, il y a quelques mots qui se font entendre. Evidement que si tu avais pu, tu l’aurais emmené avec toi, tu aurais pris soin d’elle comme tu l’as toujours fait, c’était presque une évidence en réalité et tu t’en es toujours voulu pour ne pas avoir sauté le pas, pour avoir eu trop peur de la rendre malheureuse. Mais la réponse, son cri, ça te fait comprendre qu’elle n’a pas été la plus heureuse sans toi. Elle n’était pas bien comme tu l’as si longtemps imaginé. Oui pour toi, ta soeur ne pourrait qu’aller bien une fois que tu serais partit, elle ne pourrait que continuer cette vie qui l’attendait, qu’elle avait devant elle et en un sens, elle l’a fait. Mais la rancoeur est grande, la rancoeur est présente et ça te fait mal. Tu baisses le regard sur tes mains jointes devant toi et tu soupires longuement. Tu ne peux pas lui en vouloir d’en avoir après toi, c’est tellement légitime après ce que tu lui as fait vivre. Tu espérais juste un peu trop que les choses se passeraient différemment le jour où vous vous reverriez enfin. « Tu ne comprend pas Anna. Si je suis partie, c’est justement parce que je t’aimais. C’est justement parce que je t’aimais, que je t’aime que je ne t’ai pas proposé de venir avec moi. On aurait fait quoi toutes les deux à New-York sans argent, hein ? » Tu as déjà eu assez de mal à t’en sortir seule, tu as fait des choses que tu regrettes assez et très peu louable pour survivre dans cette ville. Mais tu as réussi et aujourd’hui, tu supposes que tu ne changerais rien car tu n’en serais peut-être pas là où tu en es aujourd’hui. Pour toi, tout ce qui compte, c’est que ta soeur aille bien, qu’elle s’en soit sortie avec ou sans toi. Pour toi non plus ça n’était pas pareil sans elle et le maigre sourire que tu viens afficher en la regardant enfin est la preuve que ce sentiment est partagé. Partagé et pourtant qu’il va te falloir préciser à sa nouvelle question. Tu as un peu l’impression d’être sur un fil, qu’il n’y a ni bonne, ni mauvaise réponse à cette question, juste une moyen de ne pas blesser plus que ce n’est le cas ta petite soeur. « Les débuts ont été difficile, je ne parlais pas l’anglais. Ca s’est ressentis dans ma première année à Columbia mais je n’ai pas lâché. Elle a été difficile à valider mais je l’ai fait et la suite s’est mieux passé. » Tu as un faible sourire sur les lèvres en pensant à Abel, ton meilleur ami, celui qui a toujours été présent pour toi, pour te soutenir alors que tu étais des plus perdue dans ce monde qui t’étais inconnu. Tu sais qu’il y a bien d’autres choses que tu devrais dire à ta soeur, il le faut mais parler de Chloé, ce serait aussi lui donner l’impression que tu as trouvé une nouvelle famille pour la remplacer elle, ta princesse, celle que dont tu t’es occupée pendant des dizaines d’années parce que c’était normal. « Maintenant… je ne suis plus seule, c’est plus facile. » C’est un début, tu dois faire mieux. Tu ne parles pas d’un homme qui partage ta vie, tu es bien loin de ça mais bien de ta fille. Sortant ton téléphone, tu ne mets pas longtemps à trouver une photo de la petite rousse qui partage ta vie, qui fait ton bonheur chaque jour et tu le temps vers la jeune femme toujours face à toi. « Elle s’appelle Chloé. Elle va avoir cinq ans. » Tu as de l’amour à lui donné, tu as de l’amour pour deux et tu espères que ça, ta soeur va pouvoir le comprendre.


truly madly deeply
Life is a quiet long river. Only in dreams, only when the sun sets. Life is complete when the stars appear because at this moment we know everything is possible. We can be who we want to be together.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 107 messages et j'ai : 94 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Ebba Zingmark et pour finir je crédite : stoule

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   Ven 27 Juil - 22:16

J'ai l'impression de me retrouver dans une montagne russe, les yeux bandés. Mes émotions prennent le contrôle de mon corps sans que je ne puisse reprendre les commandes et je n'ai aucune idée des tournants que la conversation prendra. Je me sens complètement désemparée, à des lustres de tous les scénarios que j'avais imaginé au cours des dernières années. La réalité est effrayante, terrifiante, même. J'ai l'impression que mon esprit ne communique plus avec mon corps. Je ne sais plus comment réagir, comment agir. Je suis partagée entre l'amour et la haine, le pardon et la rancune. Certes, ce serait plus simple de la serrer dans mes bras, de tout oublier et tourner enfin la page. Mais une partie de moi ne peut s'empêcher de rester bête. Des souvenirs désagréables m'assaillissent, suivis de bribes merveilleuses. Une montagne russe interminable qui m'empêche de penser de manière rationnelle. Alors, je laisse mes émotions reprendre le dessus. Un mélange d'incompréhension, de soulagement et de colère m'envahit tandis qu'elle s'explique et s'excuse. Nora m'aime. Ça, je n'en ai jamais douté. Au fond de moi, je m'accrochais à cette certitude. Peu importe à quel point je lui en voulais, je savais qu'elle m'aimait encore. Et c'est réciproque. Je lui en veux, mais je l'aime toujours. Et c'est probablement ce qui rend les choses si difficiles, si compliquées que ma gorge serrée m'empêche de prononcer la moindre parole. J'aurais voulu lui dire que je la comprends, que je l'aime aussi et qu'elle est pardonnée. Que je ne lui en ai jamais vraiment voulue, même. Mais pour l'instant, j'en suis incapable. Alors, je lui pose une toute autre question. Je lui montre que je me soucie encore d'elle, ce qui est déjà un grand pas. J'apprends qu'elle en a bavé, mais qu'elle a su se relever. Ça ne me surprend pas. Elle a toujours été une battante, probablement encore plus forte que Miguel. Elle reste mon modèle, mon héroïne. Je veux lui dire, mais je n'ai pas le temps de placer un seul mot. Et, lorsqu'elle me montre son portable, mon gorge se serre à nouveau, complètement bloquée. Les larmes qui menaçaient de se montrer depuis la rencontre s'échappent sans que je ne puisse rien y faire. Je pleure malgré l'endroit dans lequel je me trouve. Cinq ans. Cinq longues années que je ne pourrai jamais rattraper. Un ange magnifique dont j'ai été privée de sa présence. « Cinq ans... » Je finis par répéter ces mots, essayant de les assimiler. C'est long, cinq ans. « Est-ce que tu lui as déjà parlé de moi? » Je me demande si elle sera aussi surprise de me rencontrer. Puis je me demande si je pourrai même la voir un jour. Si elle me laissera. « J'aimerais la voir. S'il-te-plait. » Je la supplie presque. Je lui en veux terriblement de m'avoir caché un aussi bel événement et je lui en voudrai encore plus si elle m'empêche de rattraper le temps perdu avec ma nièce. C'est la seule chose que je désire en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]   

Revenir en haut Aller en bas
               

 Thought I'd never see you again [Nora&Annabella]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum