Flashnews
La nouvelle intrigue vous attend par ici mais aussi les résultats des awards huhu ♥️

Fiches de liens

Millie, Eleanor, Anna et Aileen ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Drey, Caïn, Arisztid et Aiden veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 39
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$
N'hésitez pas à postuler
Articles SOS
SOS a encore frappé, venez découvrir son nouveau mag !
Foire aux cadeaux
GMA fête ses 4 ans, et vous offre des tas de cadeaux ! Découvrez les par ici : Click
Les awards des 4 ans
Le résultat est tombé ! Ne le manquez pas et allez récupérer vos prix ! Psst ! Par ici ! !

Partagez | 
               

 [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana

avatar
Time to have fun


J'ai posté : 947 messages et j'ai : 1050 et pour finir je crédite : Alaska

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Mar 23 Oct - 22:07

Round 1 : Fight !
GOOD MORNING AMERICA
@Adrion Osborn & @Alastair H. Pratt & @Svetlana Maxwell vous venez d'entrer dans votre salle, nous vous rappelons alors le contexte choisi :
Citation :
Ici, c'est dans une reproduction d'une salle de bain sanglante que vous vous retrouvez. Les deux mains menottées l'un à l'autre, vous découvrez un corps inerte au milieu de la pièce, un mannequin évidemment, mais ça, vous ne pouvez pas en être sûr tant que vous ne vous en approchez pas. Vous l'aurez compris, vous venez d’atterrir dans l'univers de Saw, et votre vut sera de comprendre comme réussir à sortir d'ici, seul ou à deux... Votre partenaire sera-t-il votre allier ? Ou bien votre ennemie, la peur nous fait parfois faire de drôle de chose et prendre d'étrange décision...

Afin de pouvoir prétendre à sortir de cette pièce, il va vous falloir réaliser des petites actions, 3 actions par participants plus précisément. Les actions sont à choisir dans la liste qui suit, mais attention il y a tout de même une petite réglementation.
1. Vous ne pouvez réaliser qu'une seule action par réponse
2. Chaque action n'est utilisable qu'une seule fois par rp, ce qui signifie que si votre partenaire en a choisi une, vous ne pouvez prendre la même.
3. Si jamais vous avez déjà participé aux jeux dans un précédent rp, vous n'avez pas le droit de réutiliser les actions que vous avez déjà fait.
Comme vous le voyez, rien de bien compliqué, mais c'est important tout de même !

Une fois que vous avez réussi à réaliser vos 3 actions par participants, alors nous vous pouvez poster dans le sujet prévu à cet effet et ainsi demander la suite des évènements.

Liste des actions réalisables

- Tu trouves une note ; la clé des menottes est bel et bien dans cette pièce. Tu décides d'aller la chercher sans compter sur votre partenaire qui ne désire en aucun cas s'aventurer plus loin, là où des ombres passent et des sons étranges vous font sursauter.

- Tu ne sais pas encore que le corps au centre de la pièce est un mannequin mais tu vois un papier sortir de sa poche et tu penses que cela peut vous servir pour la suite, tu essaies de t'en approche, mais tu ne cesse de laisser entendre toutes les insultes qui te passes par la tête pour évacuer la panique qui t’envahis.

- Reconnaissant l'univers de Saw, et sachant très bien ce qu'il se passe dans le film, tu décides de faire croire à ton partenaire qu'il n'y a aucun clé pour ouvrir vos menotes, que la seule façon de s'en défaire, c'est de vous couper les mains avec la scie (en plastique) que tu aperçois au loin et tu l'entraines vers celle-ci.

- Pris de panique, tu te mets à secouer tes mains dans tous les sens comme pour te calmer, oubliant alors totalement que tu es menotté à quelqu'un, lui arrangeant alors les poignets par la même occasion.

- Tu ne fais pas attention aux gestes de la victime coincé avec toi, tu observes partout autour de toi et sans même le faire exprès, alors que cette personne cherche à aller dans un sens, tu te mets à bouger dans le sens inverse, vous retrouvant tous les deux coincés par vos bras.

- Comprenant qu'il faut bouger le cadavre pour trouver des indices, tu proposes à ton partenaire de t'aider, mais sans que tu saches ni comment ni pourquoi, vous voilà alors coincé avec le mannequin sur les bras, sans plus vraiment pouvoir bouger.

- Une musique d'ambiance tourne en boucle, et cela te fait péter un plomb. Tu te mets à insulter la musique, le jeu et même ton partenaire sans même t'en rendre compte.

- Un téléphone sonne, tu entraines ton partenaire vers celui-ci, et tu l'obliges à se pencher pour te laisser décrocher. Un bruit strident s'échappe alors de l'appareil vous obligeant à porter vos mains sur vos oreilles, étant menotter l'un à l'autre, cela devient alors compliqué de ne pas finir en coup de boule.

- Le mannequin au milieu de la pièce se met à bouger, tu ne comprends ni comment ni pourquoi, mais tout ce que tu sais c'est que tu t'approches de lui pour lui donner de grand coup de pied, y mettant toutes tes forces... Ce que tu ne sais pas, c'est que c'est en réalité ta peur qui te fit halluciner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 210 messages et j'ai : 1286 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cole Sprouse et pour finir je crédite : batphanie

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Ven 26 Oct - 3:32

Il se souvenait encore de la musique de cette radio que la femme de ménage écoutait, dans le corridor de ce sordide hôtel, à Rome. Un truc moche et bien dégoulinant, comme il s’en faisait dans les années 80. Un truc en italien. Ti Amo. Il se souvenait de l’avoir entendue fredonner sur cet air-là, la foutue bonne, derrière la porte de la chambre, alors qu’il tentait de croasser un appel à l’aide que personne n’entendait. Il se souvenait encore de la douleur qui ravageait son corps, de la brûlure et de la souillure qui lui sciait en deux les trippes et des putains de putaises qui festoyaient sur sa chair couverte de bleus.

Même maintenant, il pouvait l’entendre, cette chanson. Il avait la tête dans un étau. Entre les cils de ses yeux, il pouvait encore voir l’ampoule de la chambre clignoter. Il avait mal partout. Il se sentait lourd, si lourd… Mais où avait-il dormi, bon dieu? Il était rentré chez lui, après ce dernier verre, non? La panique s’insinua, surnoisement. Ce dernier verre… Il faisait froid. Les bras. Il n’arrivait plus à bouger les bras. Il n’arrivait plus à bouger, il…

Le hurlement survint avant même qu’il n’ouvre les yeux. Le visage couvert de sueur, il réussi à bouger la tête. Il avait perdu ses verres de contact. La pièce était floue, autour de lui. Floue. Mais où était-il, bordel?

OÙ ÉTAIT-IL?!

Une salle de bains. Une immense salle de bains infecte. Un carrelage jaunâtre qui avait sans doute été blanc, jadis, souillé et de la moississure partout. Et là, au milieu, une baignoire antique d’où s’échappait une eau brune. Il y avait quelqu’un, dans ce foutu bain. Quelqu’un qui ne bougeait plus, quelqu’un…

Et Ti Amo qui reprenait, pour la seconde fois.

Il voulu se redresser mais il restait paralysé. Puis il comprit. Alastair comprit qu’il était attaché. Attaché à deux autres corps inertes qui l’empêchait de s’évader.  

Ti Amo reprenait. Pour une troisième fois. C’était un cauchemar. Ce ne pouvait être qu’un cauchemar.

Son premier réflexe fut de supplier. Supplier pour qu’on arrête cette putain de musique. Puis les insultes jaillirent. En anglais, en italien. Il pouvait presque voir cette foutue femme de ménage passer la serpillère autour de la baignoire. Il pouvait presque l’entendre fredonner, encore et encore. Il l’invectiva, encore et encore.
Mais elle n’entendait rien. Elle ne faisait que fredonner.

On l’avait drogué. On l’avait drogué, comme à Rome. Y avait-il une autre explication?

Ma tremo
davanti al tuo seno,
ti odio e ti amo
è una farfalla che muore sbattendo le ali


« Arrêtez la musique... »

Ti Amo reprenait. Pour la dixième fois. Il voulut crier à l’aide. Mais ses cris ne furent que des croassements. Les corps menottés à ses bras commençaient à s’éveiller, à prendre vie et à se lever, de chaque côté, comme les fantômes qui entouraient son lit, la nuit.

Ti Amo, encore. La quinzième fois.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? Mais qu’est-ce qui se passe bordel Qu’est-ce que vous foutez, bande de connards?! Pute ! Détache-moi ! Détachez-moi. Je suis citoyen britannique, putain ! Vous savez qui je suis ?! Mon père… Mon père va vous faire foutre en taule. Il va… Arrêtez cette putain de musique. Arrêtez cette putain de musique… »


But please don't put your life in the hands
Of a Rock n Roll band who'll throw it all away
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 539 messages et j'ai : 1958 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Lindsey Morgan et pour finir je crédite : delreys.+ bat phanie.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Sam 27 Oct - 2:19


Live or die. Make your choice.

Un bourdonnement fait vibrer mon enveloppe crânienne. Il s'alourdit, devient plus grave, plus assourdissant. Les vibrations s'espacent, comme une ligne qui ondule de plus en plus largement. Le bourdonnement devient plus précis à mesure que le son s'éclaircit. Il forme une voix, un dialecte, des sons, et enfin, des mots que je ne comprend pas. Il me faut quelques secondes pour déterminer la langue dans laquelle les paroles sont prononcées, avant de reconnaître ce bel italien. Mes paupières closes ne me révèlent qu'un fond opaque, d'un noir de moins en moins flagrant, tirant vers l'orangé. Mon incompréhension est sourde, musicale, et bordée d'une odeur de chloroforme qui s'éternise dans mes narines. Une seconde voix, plus grave, se substitue aux paroles. L'homme élève la voix, et le sursaut que cet acte brusque me procure me permet d'ouvrir les yeux malgré le poids qui semble s'appuyer sur mes paupières. Je le dévisage, et à mesure qu'il s'agite, mes bras se meuvent aussi. Surprise, je baisse la tête et remarque que mes deux poignets sont menottés aux bras de deux personnes différentes. Clairement, nous formons un cercle lamentable, de telle sorte que nous sommes dos les uns aux autres. Je me dévisse le cou pour essayer de reconnaître les traits du visage de celui que la musique semble rendre fou. Un inconnu. Ses plaintes sont soudainement coupées par mon rire moqueur.

"Bon, Drago Malfoy, peu importe si "ton père en entendra parler", je ne pense pas qu'ils vont arrêter la musique pour autant. C'est malheureux, on se croirait dans un très mauvais Soap Opera, je te l'accorde, mais les organisateurs de ce jeu n'ont peut être juste pas une très bonne culture musicale...?", proposé-je, un sourire espiègle sur les lèvres.

Je bloque mes bras afin de l'empêcher de s'agiter encore d'avantage, puisque très clairement, j'en ai marre d'être secouée comme un prunier. Alors, je l'accorde, ce jeu était déjà étrange lorsqu'il annonçait ne prendre en compte que des inscriptions individuelles, dans le but de créer des groupes aléatoires avec des inconnus. On m'avait effectivement parlé des Escape Game, mais je ne m'attendais pas à ce que les organisateurs de celui-ci, par souci de réalisme, ne nous proposent de nous endormir afin de nous placer dans la salle de façon à ce que l'on découvre toute la mise en scène sur le moment. Et, inutile de le préciser, mais il n'était pas fait mention de quelconques menottes. Maintenant que mes pensées sont de nouveau claires, je saisis bien mieux l'odeur de chloroforme de tout à l'heure. Mes yeux parcourent la salle de bain, du carrelage jaunâtre à la baignoire d'époque, contenant de l'eau et ...

"Oh bordel de merde", lâché-je en prenant conscience de la présence d'un corps inerte dans cette foutue baignoire.

Est-ce que j'ai signé pour ça ? Est-ce que j'ai vraiment approuvé ce bordel ? La présence d'un cadavre faisait-elle vraiment partie du contrat ? Ça devait figurer dans les petites lignes, écrites en tout petits caractères en bas de la feuille, ceux que l'on ne lit jamais. Putain, Svetlana Maxwell, je te dis tout le temps de lire ces foutus petits caractères en bas de page ! Mon regard est happé par une tâche blanche, sur le corps du cadavre. En me concentrant, je réalise qu'il s'agit d'un bout de papier qui dépasse de l'une de ses poches de veste, l'une des rares qui n'est pas encore immergée dans cette eau brune. Je déglutis difficilement.

"Là bas, il y a un papier.", annoncé-je penaude en levant mon bras, et ainsi celui du britannique frustré, en direction du cadavre. "Ça doit être un indice".

Quelques respirations saccadées passent sans que personne ne bouge. Je n'ai pas cligné des yeux une seule fois depuis que j'ai remarqué ce macchabée. Ici, à New York, je suis toujours persuadée d'avoir tout vu, et j'ai toujours tort. Il faut que je récupère cette note avant qu'elle ne finisse dans l'eau. Je me dirige vers la baignoire, doucement, en pestant sauvagement, souillant par la même occasion mon accent britannique. "Jeu de merde", je soupire. "Organisateurs de mes deux... un macchabée. Un mort, un défunt, un cadavre, un rôti, un bout d'chair.. putain de merde, mais il est mort ce type, non ?!", je m'exclame d'une voix bien trop aiguë, tandis que je me rapproche de l'objet de tous mes cauchemars. Des années se sont écoulées depuis Londres. Pourtant, certaines images restent encore vives dans mon esprit. "Alignez vos morts, bande de chacals. Non, mieux, raclez les, rongez les, faites les revenir, ajoutez-y du bouillon, mais bordel de merde, me foutez pas un macchabée dans un bain !", ma voix tremble, de rage comme de peur. J'ai encore eu une super idée, moi, de m'inscrire dans un truc dans lequel SOS pourrait parfaitement s'immiscer. Méchant Dobby. La panique m'envahis. "Faites qu'il ne soit pas mort, sinon j'le tue, et je vous tue aussi", menacé-je, parfaitement sérieuse, alors que je regarde vers le plafond à la recherche des caméras.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



LISTE DES ACTIONS RESTANTES:
 


smoke and mirrors
Your bottle’s almost empty, you know this can’t go on. The needle’s breaking your skin, the scar is sinking in. And now your trip begins. But it’s all over for you.  ▬ When you’re on the edge and falling off, it’s all over for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 221 messages et j'ai : 462 dollars en banque. Sinon, il paraît que : en attente et pour finir je crédite : loudsilence.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Lun 5 Nov - 13:12

[center]

Live or die. Make your choice.

Je ne me souviens pas de grand-chose, bien au contraire. Je me souviens avoir été boire un verre avec des amis, avoir fini je ne sais où pour m’écrouler comme une merde dans une ruelle. Enfin, je crois que c’était une ruelle, je n’en suis même plus très sur au final. Tout ce que je sais, c’est que je suis le dernier à reprendre connaissance et ce, grâce à mes compagnons d’infortunes. Un mal de crâne vient tambouriner dans ma tête, comme si une fanfare en soit venait de me passer sur le corps. En gros, c’est la merde royale et j’ai l’impression de me réveiller d’une cuite de tonnerre…ce qui en soit ne m’étonnerait qu’à demi, après tout, quand je commence à boire je ne m’arrête pas. Bref, je ne réalise pas de suite où je suis, dans quelle circonstance je suis attaché aux autres. Poussant un soupire, je plisse le front pour tenter de faire fuir la souffrance qui me martelé. « Bordel…j’ai dû en tenir le bout hier…Si vous pouviez arrêter de beugler comme des vaches ça serait sympas. » Dis-je en grondant alors que je veux, instinctivement, passer mes doigts dans mes cheveux…Sauf que, ben, je réalise que c’est littéralement impossible de bouger les bras. Fronçant les sourcils, cette fois-ci, je commence à comprendre que quelque chose ne va absolument pas…J’ai l’impression que je suis menotté et qu’en plus, je ne suis absolument pas dans un lieu adéquat à une partie de jambes en l’air. « Non d’un chien, qui se la joue sado maso là ! » Oui, je pense qu’il me faut le temps d’émerger, histoire de comprendre dans quelle merde je suis, mais pour l’heure, je suis encore en transition totale. Bougeant légèrement les poignets, je laisse mon regard glisser sur l’horizon et remarque un corps étendu sur le sol et me fige. Je dégluti difficilement, je commence à sentir une certaine panique s’emparer de moi avec une rapidité étonnante. En règle générale, je ne suis pas le genre à paniquer, mais pour le coup, cette vision n’a rien d’agréable et de rassurante. « Si c’est une blague ce n’est pas drôle…C’est comme si je me retrouvais dans un mauvais film de SAW ! » Murmurais-je alors que je connais les films par cœur. Je me tortille pour tenter de voir avec qui je suis et reconnais rapidement Svetlana. « Svet, si tu me fais une blague, sur la tête à ma mère, je t’étrangle ! » Grognais-je en tentant de la fusiller du regard, cherchant à défaire mes poignets de leurs entraves. Peine perdue, c’est vraiment comme si nous avions fini par atterrir dans le film et, dans ce genre de circonstances, c’est clair qu’il va falloir y laisser un membre…ou une vie. A choisir, je préfère y laisser un bras, je peux exister sans mon bras gauche, je préfère garder ma main droite. Mon cœur tambourine furieusement dans ma poitrine alors que je commence à essayer de traîner le monde vers une scie que j’ai repérer à l’autre bout de la pièce. « Je vais pas rester attacher comme un con, c’est hors de question, si le film doit devenir réalité alors on y va…putain de musique n’empêche, ils auraient pu nous mettre de la techno. »

LISTE DES ACTIONS RESTANTES:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
Time to have fun


J'ai posté : 210 messages et j'ai : 1286 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Cole Sprouse et pour finir je crédite : batphanie

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Mar 6 Nov - 19:00

Ti amo
In sogno, ti amo
In aria, ti amo
Se viene testa vuol dire che basta lasciamoci
Ti amo
Io sono, ti amo
In fondo un uomo
Che non ha freddo nel cuore e nel letto, comando io


Quelqu’un qui tournoyait autour d’eux. Il pouvait voir son ombre sur la céramique jaunie. Une demarche lente qui parfois s’arrêtait pour mieux observer.

Il avait une ironie sans nom dans tout ça. Umberto Tozzi qui répétait encore toute la beauté de l’amour dans une salle de bains insalubre où un cadavre était bercé dans les remous d’une eau noire. La douceur des paroles aurait presque apaisé n’importe qui. Presque. N’importe qui sauf lui. Quelqu’un savait. Quelqu’un savait et jouait avec lui.

Il allait devenir fou.

Les deux autres corps émergeaient, attachés à lui, dans son dos. Une fille, un mec. Il devait se tordre le cou pour les apercevoir que du coin de l’œil. La fille se mit à parler la première et à l’insulter vertement, elle aussi.

Drago Malfoy. Venait-elle vraiment de l’appeler Drago Malfoy? Alastair éclata presque de rire. Si elle savait, cette petite tous les sobriquets que son prénom officiel et ses putains de lunettes lui avait valu, au lycée… Entendre un accent bien de chez lui, au travers de ce non-sens lui donna presque les larmes aux yeux. Si il n’avait pas eu les mains menottées dans le dos, il l’aurait presque embrassée, au son de cette putain de musique dégoulinante.

L’autre se réveillait aussi, grognon et maussade. Le jeune homme ne le voyait pas mais il pouvait presque sentir dans cette voix la migraine du type et ce raclement rauque d’une gorge desséchée par l’alcool, le lendemain. Alors lui aussi s’était fait prendre de la sorte hein? Lui aussi…

Mais un mouvement brusque derrière lui lui arracha un cri de douleur. Il eut presque l’impression que son bras se disloquait. La fille…. La fille s’était mise en tête de fouiller le cadavre. Le type lui, partait de l’autre côté pour se libérer en se mutilant avec une scie que quelqu’un avait abandonné, dans un coin couvert de moisissures. Et si le type décidait de se libérer en les mutilant eux?

Si Alastair perdait ne serait-ce qu’une main, il ne pourrait plus jouer au piano. Cette pensée lui glaça le sang.

Ils étaient comme une bête sauvage à trois dos. Chaotique, désordonnée et qui allait s’écrouler sur elle-même, dans un amas de chair sanguinolente pire encore que ce qui flottait dans la baignoire…

Les paroles d’amour en italien reprirent de plus belle.

L’horreur. Y avait-il un autre mot pour décrire tout ça?

Il avait l’impression qu’ils allaient lui arracher les bras. Rongé de douleur et pris de panique, il tira de toutes ses forces de son côté, pour les éloigner de cette maudite scie qu’il voyait du coin de l’œil. Il tira si fort que le metal des menottes pénétra dans la chair de ses poignets. Il sentit le sang chaud couler sur ses paumes. Sans doute que les deux autres étaient dans le mêm,e état mais Alastair s’en fichait… il s’en fichait éperduement.

« Il faut… il faut se … se calmer. On peut… on peut pas partir dans tous les sens… on sortira jamais d’ici JAMAIS!!! je… putain calmez-vous! Il faut… il faut réfléchir, il faut…»

Actions:
 


But please don't put your life in the hands
Of a Rock n Roll band who'll throw it all away
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 539 messages et j'ai : 1958 dollars en banque. Sinon, il paraît que : Lindsey Morgan et pour finir je crédite : delreys.+ bat phanie.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Jeu 8 Nov - 13:24


Live or die. Make your choice.

Une voix familière apaise temporairement la crise d'angoisse qui avait jusque là pris possession de mon corps. Je reconnais sa voix qui gronde, et y associe parfaitement les traits de son visage. Il ne me semble plus si étrange qu'il se réveille quelques minutes après nous, dès lors que je sens son haleine alcoolisée, et que je devine le mal de crâne qui doit logiquement s'ensuivre. Mais, évidemment, ça ne l'empêche pas de m'insulter. Ce que je ne peux décemment pas lui reprocher.

« Adrion. Non, j'y suis pour rien, garde tes menaces pour toi ! », lâché-je d'une voix peu assurée, à mesure que mes pas me mènent vers l'objet de notre panique.

Mon regard se dirige de nouveau vers le cadavre immergé dans l'eau de la baignoire. Je continue de me rapprocher, lentement. Allez, Svet, ce n'est pas le premier cadavre que tu vois, tu es médecin, nom d'un chien ! Alors, oui, je suis médecin. Mais mes morts, à moi, ils baignent pas dans une putain de baignoire. Je tend une main bien trop assurée considérant la guerre qui sévit en moi, et attrape une des manches du cadavre afin de le faire pivoter. Son visage apparaît. Incroyablement réaliste, mais heureusement, non-organique. Un mannequin. Je me met à rire nerveusement, seule. Je comprend alors que s'il se trouve ici, ce n'est pas pour une raison esthétique, auquel cas j'aurais quelques mots à adresser au responsable. Je suis certaine qu'il dissimule des indices. Prenant mon courage à deux mains, je les plonge dans l'eau sombre afin de saisir le mannequin dans mes bras, le sortir de la baignoire, et y voir plus clair. Puis, je ne sais pas ce qui se passe. Adrion mentionne l'idée de nous couper les mains, si j'en crois la scie vers laquelle il se dirige brusquement. Dans le même temps, Drago Malefoy – baptisé ainsi à défaut de connaître son nom – semble pris de panique, puisqu'il tire sur les menottes. Je sens le métal mordre mes poignets. Mes mains bousculées, mon corps tiré en arrière par l'impulsion d'Adrion de nous mener de gré ou de force vers la scie, tout cela contribue à me projeter en arrière, mannequin fermement serré contre moi. Je m'entrave, probablement dans mes propres pieds, et tombe en arrière, causant la chute de mes deux acolytes. Dans la panique et la force de la bousculade, le cadavre glisse de mes mains et est projeté dans les airs. Cependant, étant gorgé d’eau, il ne vole pas bien haut, puisqu'il atterrit de façon désarticulée entre nous, chacun de ses membres pesant sur les chaînes qui relient nos menottes respectives. Je hurle, de douleur comme de stupeur. Sans que j'eusse compris comment, ni pourquoi, nous voilà assis sur le carrelage, voire quasiment allongés, le mannequin sur nos bras. Il nous est impossible de bouger. Nous sommes coincés.

« Se calmer ?! Mais COMMENT tu veux qu'on se calme, Malefoy ? Putain, vous m'avez arraché les poignets ! Et ce foutu mannequin qui nous écrase… il faut trouver un moyen de le dégager, tout de suite ! », paniqué-je, au bord du malaise.

Et la musique italienne qui recommence, inlassablement, comme une ritournelle éternelle. Ma poitrine se soulève de façon saccadée. Haletante, je détaille la pièce avec une attention particulière, à la recherche d’un signe, d’un miracle. Mes vêtements se gorgent d’eau de seconde en seconde. L’impatience rend l’attente encore plus douloureuse.

« Bon, ok, Drago a raison, faut se calmer. On doit s’y mettre à trois, si on veut se dépêtrer de ce bordel. Et Adrion, t’as intérêt d’abandonner cette idée de nous scier les mains, sinon je te jure que c’est ta tête que je coupe », menacé-je sur un ton bien trop déterminé.

J’imagine que la panique fait ressortir le pire d’entre nous, du moins, c’est ce que je constate personnellement. Personne ne se douterait qu’en réalité, Adrion est l’un de mes plus proches amis, et dont le critère « et plus si affinité » est largement rempli. Mais, là, je ressens seulement le besoin de sortir d’ici.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



LISTE DES ACTIONS RESTANTES:
 


smoke and mirrors
Your bottle’s almost empty, you know this can’t go on. The needle’s breaking your skin, the scar is sinking in. And now your trip begins. But it’s all over for you.  ▬ When you’re on the edge and falling off, it’s all over for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Time to have fun


J'ai posté : 221 messages et j'ai : 462 dollars en banque. Sinon, il paraît que : en attente et pour finir je crédite : loudsilence.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   Ven 16 Nov - 9:40


Live or die. Make your choice.

La chanson raisonne dans ma tête, me donne davantage la migraine. En règle générale, je pense que j’aurais pu chanter avec la mélodie, parce que bon, au fond, j’apprécie cette chanson de merde…du moins, j’appréciais, jusqu’à ce que je l’entende en boucle dans cette pièce. Puis, dans une telle situation, inutile de dire que c’est carrément pour foutre en l’air une chanson favorite. Bon, ce n’était pas forcément ma préférée, mais je l’affectionnais dans ma tendre jeunesse quand j’étais encore jeune et innocent et rêveur. Mes membres supérieurs me font souffrir, le fait d’être attaché aux autres me donne des palpitations. Je ne suis déjà pas du genre à aimer être attaché tout court, bien que j’ai des tendances sexuelles assez joueuses, mais là, c’est un concept bien moins agréable. Quand j’entend la voix de Svetlanna, je ne peux pas m’empêcher de la menacer, de lui demander si elle est derrière tout ça. Je ne vois pas d’autres explications, du moins, jusqu’à ce que je réalise vraiment qu’elle est dans la même merde que moi et…Drago ? Ok, si c’est vraiment son prénom, je le plains amèrement. « Sorry de m’en assurer ! » Grognais-je froidement, bien que mon timbre de voix commence à trembler. La panique, elle peut se montrer sous diverses facettes, chez moi, c’est l’agressivité, la connerie et autres petites choses qui ne sont pas agréables, davantage pour mes partenaires. D’ailleurs, on commence tous à bouger, je me fais mal autant qu’aux autres, ce qui en soit n’est pas une solution, mais j’ai besoin de faire un pas, de prendre le contrôle pour chercher à m’en sortir. Drago commence à hurler, à dire qu’il faut se calmer, rapidement suivi par les hurlements de la brune. Je me stoppe dans ma manœuvre, comprenant que je fais plus de mal que de bien et qu’en plus, je pars dans des délires qui ne sont pas judicieux. « Déjà, ARRETEZ DE GUEULER ! Putain, on dirait des porcs qu’on égorge là ! Je respire rapidement, douloureusement, comme pour tenter de canaliser ma panique alors que celle-ci est déjà bien trop présente en moi. Face aux paroles de Svetlanna, je serre les dents. « Je voulais pas VOUS scier, mais ME scier, mais bon…je pense que l’idée était pas fameuse…par contre, garde tes menaces pour toi avant que je t’en colle une dès que je serais libéré ! » Dis-je cette fois-ci plus fort, alors que je tente cette fois-ci de ne plus trop bouger, ressentant vivement des douleurs dans mes bras, mes poignets. « Et…Drago ? Sérieux ? Tu t’es cru dans Harry pot-de-fleurs ? » Je finis par me calmer, regardant autour de moi, cherchant des solutions. « Bon, faut bouger ensemble, pas séparément sinon on va vraiment finir par se démembrer mutuellement. Drago tu glisse vers la gauche, beauty, tu bouge avec lui…On va essayer de se lever et de… » Sauf qu’à ce moment-là, je peux remarquer le mannequin bouger, ce mannequin non loin de la brune. Attendez, il bouge vraiment ? Essayant de me rapprocher le plus possible, je remarque qu’il bouge encore et hurle un « PUTAIN IL BOUGE ! » Sauf que, au lieu de me dire qu’il a besoin d’aide, moi, je viens frapper dedans avec ma jambe, comme pour assommer ce mannequin qui, au final, n’a jamais bougé, mais de part ce coup, je l’éloigne davantage, le cœur tambourinant dans ma poitrine. « JE DETESTE CETTE JOURNEE !!! » Criais-je denouveau, commençant clairement à perdre pied, à me perdre dans les propres émotions, mes propres peurs. Je veux sortir d’ici, je veux quitter cette pièce, je veux vivre encore de belles années !

LISTE DES ACTIONS RESTANTES:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Time to have fun


MessageSujet: Re: [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana   

Revenir en haut Aller en bas
               

 [Films d'horreur] Adrion & Alastair & Svetlana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum