Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Benedict || I see your true colors.  - Page 8 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Benedict || I see your true colors.

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Cutler
général
J'ai posté : 1061 messages et j'ai : 4 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Harry Styles et pour finir je crédite : Dinosaure

Ven 18 Jan - 0:53
Parfois, t'avais du mal à croire que tu étais tombé amoureux deux fois de lui. Parce que, franchement, il te désespérait.

T'arrives même pas à t'en sentir véritablement irrité ou blasé ; en fait, en cet instant, tu te sentais plutôt... Amusé. Parce que tu le voyais déjà se dire intérieurement qu'il était con de pas avoir juste ouvert le sac sans ouvrir sa grande bouche. Puis il faut avouer que son petit clin d'œil te faisait sourire. Tu étais son chauffage, sa bouillotte, et vu comme il se blottissait contre toi la nuit, tu ne pouvais même pas en douter une seconde. Tu supposes que c'est déjà pas mal de sa part d'avouer une telle chose en public.

Il s'approche alors et te demande un baiser, le baiser de bonjour, celui que tu réclames tout le temps. Cette fois, ton sourire se fait plus doux, et tu te surprends à vouloir lui dire que tu l'aimes, là, devant tout le monde. T'avais envie de le lui dire toute la journée, en fait. Parce que putain, t'avais maintenant deux souvenirs en toi, les deux fois où t'es tombé amoureux de lui et ça faisait vraiment beaucoup d'amour à porter pour un seul corps - t'avais envie de t'exprimer. Mais tu te retiens, parce que tu sais que si tu fais ça devant tout le monde, il allait juste te rouler sur le pied. Alors, au lieu de ça, tu lui tends à nouveau le sac. « Si je le veux. Mais après que tu ai ouvert ça. Promis, ça va te plaire. »

Enfin, tu espères que ça va lui plaire ; il a passé tellement de temps à te harceler pour que tu les retrouves, tes putain de souvenirs, qu'il avait intérêt à avoir une réaction digne de ce nom en guise de récompense. Sans déconner, tu voulais au moins des larmichettes. Des yeux qui brillent. Tu lui demandais pas les gros sanglots - tout de même, c'était Ben - mais un minimum malgré tout. C'était le moins qu'il puisse faire, non mais.


The weight of your love
I don’t know when I started loving you, now it’s all that I can I do.  ▬ Heaven is a place I know when I’m with you.
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Rosenbach
général
J'ai posté : 1039 messages et j'ai : 17 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Louis Tomlinson et pour finir je crédite : hedgekey

Ven 18 Jan - 1:08
BENEDICT
&
LUKAS
I see your true colors.


Tu tiques un peu. Il le veut mais après son sac rempli de gras et de friture. Génial. C'était son idée à la base en plus. Tu sens la colère qui monte en toi alors tu prends une grande inspiration. A cet instant, t'as envie de lui arracher son foutu sac des mains et de le balancer contre un mur, que sa merde infâme à l'intérieur s'y écrase. Vraiment le pire des cons ton mec.

Tu ne cherches même pas à savoir pourquoi il insiste parce que comme toujours, t'es persuadé de tout connaître. Tu grommelles entre tes dents quelques insultes en lui prenant le sac sèchement parce que t'as l'impression de savoir ce qu'il y a dedans. « J'te préviens, viens pas me gueuler dessus que je t'en demande plus parce que j'vais te... » tu commences à râler alors que tu l'ouvres pour en sortir une petite boite qui n'a rien d'une boite de fast food, super bien présentée et au design soigné. Tu te tais donc et tu lis intérieurement le nom de la boutique, gardant l'objet dans tes mains quelques secondes en le fixant. Forcément, ça te ramène quelques moins en arrières, avec des souvenirs pleins la tête. Mais t'es normalement le seul à les avoir ces souvenirs. T'as comme un frisson dans le dos et t'ouvres même pas la petite boite. C'est un hasard. Il est tombé au hasard sur la bonne putain de boutique et t'as pas envie d'être heureux pour rien. « C'est Gladys qui t'en as parlé ? » Tu vois que ça, c'était la seule au courant après tout, ou possiblement au courant. Pour le moment, tu veux pas y croire parce que t'as pas envie d'être déçu une fois de plus sur un sujet qui te touche droit dans le cœur.

CODAGE PAR AMIANTE


J'explose mes phalanges
sur ta gueule d'ange.
•••
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Cutler
général
J'ai posté : 1061 messages et j'ai : 4 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Harry Styles et pour finir je crédite : Dinosaure

Ven 18 Jan - 1:16
Tu sais qu'il va s'énerver et se vexer. En même temps tu refuses le baiser de bonjour pour lequel tu avais tant insisté - quelque part, tu pouvais vraiment comprendre qu'il le prenne mal, tu le ferais aussi, on va pas se mentir. Mais t'es pressé Lukas, t'es pressé qu'il découvre, qu'il comprenne, que tu puisses enfin lui dire : c'est finit, Ben, c'est finit, je me souviens, je suis là et je t'aime encore plus fort qu'avant.

Et puis bon, intérieurement t'espères un baiser plus long et plus intense qu'un bisou de bonjour, après cette découverte.

Au moins même si il t'arrache le sac des mains, il ne le balance pas et l'ouvres pour en sortir la boîte au logo raffiné mais reconnaissable. Il se stoppe même en pleine phrase et tu le laisses intégrer l'information - ça prend un peu de temps, visiblement. Et puis... Viens une question à laquelle tu ne t'attendais pas du tout. Ok, qu'il prévoit que tu l'ai entendu de quelqu'un d'autre était une chose; mais pourquoi Gladys? « Non. Personne m'en a parlé. Mais depuis quand Gladys est au courant? » Si elle l'est, t'en serais presque vexé. Même Lila savait que vous aviez un truc avec les donuts, mais pas spécialement quoi, et encore moins avec quelles marques. C'était votre truc à vous. Comme le pygargue.


The weight of your love
I don’t know when I started loving you, now it’s all that I can I do.  ▬ Heaven is a place I know when I’m with you.
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Rosenbach
général
J'ai posté : 1039 messages et j'ai : 17 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Louis Tomlinson et pour finir je crédite : hedgekey

Ven 18 Jan - 1:24
BENEDICT
&
LUKAS
I see your true colors.


T'as des tas de questions qui se bousculent dans ta tête. Déjà, t'essaies de savoir si Gladys pouvait être au courant. C'est la personne qui pourrait savoir, après tout, alors tu penses à elle directement et tu préfères aller sur la piste de quelqu'un qui l'a renseignée avant d'y croire vraiment.

Tu relèves la tête quand il te dit que personne ne lui a vendu la mèche. Personne. Un mot tellement normal et utilisé comme de rien, mais avec une tonne de signification pour toi là, à cet instant. T'as le cœur qui commence à tambouriner dans ta poitrine, qui te hurle d'y croire parce que putain, y'a tellement de pâtisseries dans cette ville qu'il a pas pu tomber dessus, juste comme ça. T'as un sourire un peu niais qui se dessine sur ton visage plus du tout tendu, un sourire qui n'apparait pas souvent avec toi. « J'en sais rien mais putain elle était à la clinique aussi alors. Et j'me. Mais. C'est elle qui aurait pu savoir. Attends. LUKAS ATTENDS. » T'as pas envie qu'il le dise alors tu gueules sur la fin pour qu'il ferme son clapet du mec le plus chiant du monde. Toi, tu trembles, tes doigts tremblent sur la boite que t'as pas ouvert encore. T'as pas besoin de le faire, tu sais ce qui se trouve dedans. « T'es en train de me faire comprendre que t'as retrouvé ta putain de mémoire et toi au lieu de le faire normalement et de me le dire pour qu'on s'en réjouisse t'es allé dans cette putain de pâtisserie pour aller chercher les donuts que tu m'avais ramené à la clinique ? Tu dis non j'te tue, j'te promets que j'te tue ! » T'as envie de le frapper, ce petit con de merde qui te rend tout fébrile avec les yeux qui pétillent de joie et de peurs en même temps. Ça s'entend même dans ta voix que t'es sous le coup de l'émotion. Vraiment, quelle chochotte Benedict.

CODAGE PAR AMIANTE


J'explose mes phalanges
sur ta gueule d'ange.
•••
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Cutler
général
J'ai posté : 1061 messages et j'ai : 4 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Harry Styles et pour finir je crédite : Dinosaure

Ven 18 Jan - 1:43
Woooow, c'était violent là !

Pourtant, en le voyant dans cet état, un état que tu ne connaissais pas, que tu n'avais jamais vu chez lui auparavant - et pourtant là, tu avais tous tes souvenirs - tu te dis que c'est finalement la réaction parfaite de sa part. De l'affolement, mais surtout un regard rempli de joie naissante et d'espoir qui explose de partout. Et, putain, oui. Y'a le cuisinier qui vous regarde sans rien comprendre mais vous vous en fichez, parce que cétait comme des retrouvailles - et c'était parfait. Enfin, presque. Il pourrait pas diminuer son débit de paroles là, que tu captes quelque chose à ce qu'il te dit? Non parce que là à part te dire qu'il était beau et que tu l'aimais, y'avait pas grand chose d'autre dans ton crâne.

« Euh... Oui? » Pour une fois que c'est pas toi qui fait de long discours... Là, il t'a fauché tous les mots que tu pourrais dire. Mais putain, ce côté-là de lui te plaisait. Rien que pour ça, tu pourrais presque retourner te jeter sous les roues d'un camion, juste pour pouvoir le voir comme ça à nouveau. « J'aimerais un peu plus de reconnaissance à ce propos d'ailleurs, si tu savais à quel point ma hanche m'en veut pour l'immense trajet en bus... » Que tu marmonnes du bout des lèvres, un sourire en coin pour bien signifier que tu plaisantais, bien évidemment. Tu te penches ensuite de façon à ce qu'il puisse avoir accès à tes lèvres et cette fois, tu souris de toutes tes dents.

T'étais un peu fier de ton coup, t'avoues.

« Du coup. Je peux l'avoir maintenant, mon bisou de bonjour ? »


The weight of your love
I don’t know when I started loving you, now it’s all that I can I do.  ▬ Heaven is a place I know when I’m with you.
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Rosenbach
général
J'ai posté : 1039 messages et j'ai : 17 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Louis Tomlinson et pour finir je crédite : hedgekey

Ven 18 Jan - 1:57
BENEDICT
&
LUKAS
I see your true colors.


Il te répond. Et pour une fois il ne fait pas de long discours chiant pour finalement ne rien dire. Un simple oui qui créé comme une explosion dans ton toi intérieur. T'as ton sourire qui devient plus grand encore et si tu pouvais te voir, surement que tu aurais eu du mal à te reconnaître tant tu semble radieux. Putain, il a dit oui. Il se souvient et t'as tellement envie d'aplatir sa tête contre le mur de te l'avoir fait comprendre comme ça au lieu de le faire d'une manière plus simple. C'était quoi son jeu ? Putain, le pire des connards du monde. Mais tu t'en fous, t'es bien trop content que tout soit fini et t'es soulagé parce que t'auras plus cette amertume au fond, de te dire que tu dois faire avec une autre personne et juste l'accepter. Quand il s'approche, t'hésites entre le frapper ou l'embrasser. Vraiment. T'as même quelques secondes de flottement avant de le saisir par son col et de le tirer à toi pour lui dire bonjour du mieux que tu le peux, en faisant traverser ton amour via tes lippes qui semblent toutes aussi ravies d'avoir retrouvées leurs vraies complices. C'est différent, c'est juste un sentiment parce que c'est le même gars devant toi mais ça semble tellement différent comme baiser. Tu lui donnes à en perdre le souffle -littéralement- si bien que tu t'étouffes contre sa bouche quand tu n'as plus d'air, toussant un peu avant de récupérer de quoi respirer. Tu fronces les sourcils aussi, il t'a engueulé non ? Ouais, tu te souviens qu'il t'as engueulé alors que c'est sa putain d'idée de faire trois cent kilomètres alors qu'il aurait pu te le dire à ton réveil. Tu le repousses, mais ça se voit que c'est pas méchant, tu veux juste marquer le coup. « Va chier maintenant ! Putain tu m'engueules pour ta hanche ! Déjà t'aurais pu te faire livrer par la boite privée dont je t'ai parlé en appli sur mon tel et on sait tous les deux que tu sais le débloquer et on a un putain de chauffeur Lukas merde ! Ta hanche, j'espère que tu vas bien souffrir pendant au moins toute une semaine, ptit con de merde ! » T'es tellement heureux, gros imbécile.

CODAGE PAR AMIANTE


J'explose mes phalanges
sur ta gueule d'ange.
•••
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Cutler
général
J'ai posté : 1061 messages et j'ai : 4 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Harry Styles et pour finir je crédite : Dinosaure

Lun 4 Fév - 23:35
Tu l'as, ton bisou de bonjour, et c'était pas peu dire. Y'a tout en toi qui semble s'affoler et pas seulement ton cœur, ou peut-être qu'il pulsait tellement rapidement que le sang qui traverse tes artères se met à jouer une course contre la montre ; tu sais pas vraiment, tu ressens juste ce baiser comme si c'était le premier. Tu chavires, Lukas. Tu fonds totalement sous ses lèvres, d'amour, d'affection, de manque, de soulagement – surtout de soulagement, en fait. De te souvenir. D'enfin les avoir, là, ces souvenirs, sur le bout de tes doigts, il te suffit de penser à un mot et ils apparaissent, et tu n'avais jamais trouvé ce procédé aussi merveilleux que maintenant. On se rendait toujours compte de l'importance des choses uniquement lorsqu'on les avait perdues – ça sonnait comme une vieille morale rabâchée encore et encore mais elle ne s'était jamais aussi bien appliquées qu'à toi. Tu étais heureux, tout simplement ; heureux d'avoir tes souvenirs. De Ben, surtout, mais aussi de tout ce que tu as vécu cette année, avec lui avec ta sœur, tout ce que tu as découvert en cours aussi. Tu te retrouves à bout de souffle sous l'assaut de ses lippes mais il le rompt avant toi, pour s'étouffer et tousser en plus de ça.

Tu en profites pour reprendre ton souffle toi aussi, une main sur ta poitrine dans laquelle ton cœur semblait vraiment vouloir se faire la malle. T'as le sourire jusqu'aux oreilles, t'es niais et t'adorais ça parce que ton copain l'était aussi et que ça, en revanche, c'était bien plus rare. Et puis, une fois que Ben a finit de s'étouffer et qu'il a reprit un peu ses esprits, il redevient lui, c'est-à-dire qu'il t'envoie chier. Et ça t'amuse. Tu hausses les sourcils, pas très impressionné par son discours moralisateur, haussant simplement les épaules à la fin de sa petite engueulade. « Ca aurait beaucoup moins romantique si j'étais pas allé le chercher moi-même. Et je sais à quel point tu adooooores les démonstrations romantiques. » Tu bouges ensuite pour récupérer la boîte. « Bon en vrai ça me paraît un peu trop gras pour un petit dej. J'en ai pris un pour Benedicte aussi, en plus. On va les garder pour le goûter, si t'es d'accord. » Tu vas les mettres au frigo, regardant ensuite le cuisinier qui semblait réapparaître dans ton esprit. « Ca serait possible d'avoir un bol de céréales, Otto ? Je suis parti sans manger... » Il acquiesce, toujours perplexe du spectacle que vous lui avez offert. « Si j'ai bien compris... Vous avez retrouvé votre mémoire ? Félicitations, je suppose ? » Qu'il tente, incertain, regardant surtout son patron par peur qu'il lui saute à la gorge. Toi, tu t'illumines. « Merci beaucoup ! »


The weight of your love
I don’t know when I started loving you, now it’s all that I can I do.  ▬ Heaven is a place I know when I’m with you.
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Rosenbach
général
J'ai posté : 1039 messages et j'ai : 17 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Louis Tomlinson et pour finir je crédite : hedgekey

Sam 9 Fév - 21:17
BENEDICT
&
LUKAS
I see your true colors.


Non, tu n'aimes pas tout ce qui touche au romantisme, surtout avec la tête de ton abruti de petit ami collée en fond. Mais là, t'es encore sur le coup de l'émotion et tellement fébrile que t'as pas la force de reprendre la parole pour l'envoyer chier. Tu souris, tu te sens gonfler dans l'âme aussi. Putain Benedict, t'as l'impression d'être heureux, tout simplement. Et c'est la première fois chez toi, que ce sentiment semble si pur et si puissant. Il se souvient, de vos galères, de vos moments de joies et sa mémoire doit saturer de tous les moments où le ton est monté, tant ça a pu être votre quotidien, surtout au début et encore maintenant.

De son côté, alors que Lukas demande à Otto de ranger les donuts pour le moment, il y a Bénédicte qui chuchote dans l'oreille de sa nounou pour lui demander quelque chose. Elle veut être certaine d'avoir bien compris ce qu'il se passe et quand c'est le cas, la petite se lève de la chaise et court devant ton copain, levant la main bien haut au dessus de sa tête comme si elle voulait être interrogée en classe. « Et moi ! Tu te souviens de moi aussi hein ! Si tu te souviens de moi dis moi ce qu'on a fait à mon anniversaire ! » Elle est pragmatique que tout le monde apparemment et demande une preuve. Toi, t'en ris aux éclats parce qu'avec le donut, t'as déjà eu la certitude qu'il ne mentait pas. De toute façon, ce n'était pas le genre de Lukas, de ton Lukas.

CODAGE PAR AMIANTE


J'explose mes phalanges
sur ta gueule d'ange.
•••
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Cutler
général
J'ai posté : 1061 messages et j'ai : 4 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Harry Styles et pour finir je crédite : Dinosaure

Jeu 21 Fév - 23:04
La petite que tu avais un peu oublié durant ce moment un peu à part de la découverte se rappelle à toi, et bien. Elle se poste bien sur ton chemin et lève grand le bras, sûrement bien plus haut encore que lorsqu'elle veut être interrogée à l'école ; ça te fait rire, un peu. Encore plus lorsqu'elle te demande pour son anniversaire, bien évidemment. Ca te rappelle lorsqu'à l'hôpital, elle a déclarée que tu ne pouvais pas l'avoir oublié, que c'était impossible, avant de te le raconter avec plein de détails. C'est pour ça que cette vérification ne rime un peu à rien, mais c'était une enfant, elle voulait juste être rassurée, alors tu t'accroupis pour être à sa hauteur et commence à raconter ce fameux anniversaire. Rien que de poser des mots sur la balade à cheval, les costumes, le restaurant avec tous les jeux auxquels tu l'avais vue jouer, suffisent pour rallumer la petite flamme dans ses pupilles. Elle te saute au cou à la fin de ton récit et tu la serres dans tes bras, ravi toi aussi. Le câlin est long mais elle finit par redescendre et rejoindre sa nounou pour lui annoncer la grande nouvelle, comme si elle ne le savait pas déjà.

Tu te relèves et la regardes faire en souriant, rejoignant ensuite Ben. « Hé ? » Que tu lui souffles. « On peut aller dans la chambre ? J'ai envie d'être un peu avec toi. » Tu n'attends pas vraiment de réponse, en fait. Tu annonces que tu as besoin de repos après ta grande péripétie et retournes à la chambre, attendant que ton copain te rejoigne et referme la porte derrière lui pour venir t'asseoir sur ses cuisses et l'entourer de tes bras. « Faut que j'te dise un truc. Ca va être niais, très niais, mais j'aimerais que tu m'écoute jusqu'au bout. » Tu poses un doigt sur sa bouche pour bien lui signifier qu'il devrait garder le silence, vraiment. Tu les caresses ensuite un instant, plongeant tes pupilles dans les siennes, remplies d'amour. « Celui que j'étais il y a un an... Est tombé amoureux de toi, fort, bien plus fort qu'il ne l'a jamais fait, sans aucun souvenir de ce qu'on a vécu. Celui que je suis maintenant se retrouve donc avec deux amours, qui ne font que s'amplifier. Et je sais, je sais vraiment que celui que je serais dans quelques années t'aimeras encore plus que maintenant. » Tu sens ton cœur qui veut s'évader de ta poitrine tant il bat rapidement.

Même toi, t'as pas vraiment l'habitude de faire de telles déclarations, on va pas se mentir – et t'as plus que tout peur qu'il te jette de là en criant que t'étais le gars le plus niais du monde. Mais pas tout de suite. Pas tout de suite. Faut que tu continues. « On vient de traverser une passe horrible, à laquelle tous les couples ne survivraient pas, et on l'a fait avec des difficultés mais haut la main. Et si quelque chose de ce genre se passe à nouveau – pas tout de suite j'espère hein -, j'aimerais que tu te rappelles de ce qu'on a vécu là et que mon amour pour toi est tellement fort qu'il est allé bien au-delà de mes souvenirs. » Tu pousses un long, long soupir, tout l'air contenu dans tes poumons semblant s'évader par tes narines et ta bouche sous le soulagement d'avoir dit tout ça. « Voilà. Maintenant tu peux te moquer. »


The weight of your love
I don’t know when I started loving you, now it’s all that I can I do.  ▬ Heaven is a place I know when I’m with you.
Voir le profil de l'utilisateur
Benedict Rosenbach
général
J'ai posté : 1039 messages et j'ai : 17 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Louis Tomlinson et pour finir je crédite : hedgekey

Jeu 21 Fév - 23:31
BENEDICT
&
LUKAS
I see your true colors.


La petite te fait sourire. Parce que ce n'est pas du tout logique sa demande, elle lui a déjà fait un rapport détaillé. Mais Lukas prend le temps de lui répondre, calmement, juste pour lui donner ce besoin d'importance qu'elle lui réclame. Elle est bien satisfaite et peut donc aller raconter ce qui vient de se passer à sa nounou, même si cette dernière a tout entendu et vu. Elle fait également semblant de s'étonner du récit. Toi, t'es sonné de te rendre dans ta chambre avec lui. Sourcils levés de surprise et d'interrogation, tu actionnes les roues de ton fauteuil pour le rejoindre, sans un mot de plus pour les autres. Tu t'arrêtes quand tu es dans la bonne pièce, le laissant venir sur tes genoux, geste qu'il a tant l'habitude de faire de toute façon. Et puis, tu aimes cette proximité entre vous, le sentir contre toi, pouvoir l'embrasser quand tu le désires alors que c'est moins possible quand il est debout et bien trop haut pour toi. Il te prévient de te taire, tu le fais, même si tu sais que tu vas devoir prendre sur toi pour ne pas réagir à toute la guimauve qu'il va te sortir. Au moins, t'es prévenu Benedict et de toute façon, t'as encore le passage de la grande roue dans un coin de la tête.

Il est émouvant. Ça s'entend dans ses mots, dans le timbre un peu trop dur de sa voix qui ne va pas du tout avec l'être qu'il est. Une boule de douceur. Ça se lit dans ses yeux qui pétillent le bonheur, ça se voit sur sa peau qui en frisonne toute seule. Et ça te prend aux tripes. Tout au fond de ton cœur, ça te l'arrache de la plus belle des façons, comme si tu pouvais redemander encore et encore de cette délicieuse torture. Tes doigts se serrent un peu sur son vêtement, parce que tu gères pas les émotions qui viennent. T'empêches ton cerveau de dérailler et de dire de la merde, de gâcher ce moment alors tu te forces à rester mutin, juste à l'écouter comme il l'a demandé. Sans un bruit, sans même un souffle trop fort pour éviter de manquer une syllabe. T'as l'impression qu'il sent ton cœur qui s'affole dans ta poitrine tant il bat fort de ton côté. Il tambourine en sourdine, frappant plus fort que tes poings dans tes pires colères. Tu déglutis à la fin. Si tu l'ouvres tu vas dire n'importe quoi. Tu sens même pas la fine larme qui se forme au coin de ton œil droit, parce qu'il t'a ému comme jamais auparavant. Putain Benedict, c'est peut être toi le plus niais des deux là maintenant. Parce que tu le laisses faire, parce que tu ne réponds pas et c'est surement la plus belle déclaration en retour que tu peux lui faire. Tu restes juste à le fixer, le grand bleu qui se cogne aux verdures infinies. T'as besoin de rien de plus à cet instant.


CODAGE PAR AMIANTE


J'explose mes phalanges
sur ta gueule d'ange.
•••
Contenu sponsorisé
Benedict || I see your true colors.
Page 8 sur 11
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
-
Sauter vers: