Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn :: Williamsburg
Voir le profil de l'utilisateur
Lyudmila I. Jerdeva
Lyu
J'ai posté : 3551 messages et j'ai : 699 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par Hedgekey ; signature par Lilousilver

Ven 25 Jan - 22:18

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_o7fmrzsJby1tae3h3_250
Cheveux au vent, manteau fermé jusqu’en haut, elle cherche à passer inaperçu, elle essaye d’être une citoyenne américaine normale. Américaine, ça reste à voir, elle ne l’est pas théoriquement, elle essaye juste de faire comme si. Là, dans les rues de la ville, elle évite les regards, elle presse un peu le pas pour rejoindre Williamsburg. C’est loin des quartiers dont elle avait l’habitude, avant de quitter la ville. Mais elle a ses raisons, elle n’a plus le choix car au bout d’un moment, il ne sert plus à rien de retarder l’échéance, il faut se rendre simplement à l’évidence. Il n’est pas possible d’effacer le passé pour revenir en arrière, ça serait bien trop facile. Pendant longtemps elle s’est demandé si c’était vraiment une bonne idée que de venir chez Eden sans la prévenir, de lui faire cette pseudo surprise qui n’en sera probablement pas une. Mais elle savait aussi que la prévenir aurait été compliqué, elle n’aurait probablement jamais obtenu de réponse, le résultat aurait été le même. Ca ne fait pas très longtemps qu’elle est rentrée mais elle sait aussi qu’elle aurait pu venir bien plus tôt. Mais le courage l’a abandonné, il est resté en Russie il faut croire car si partir au départ était pour elle la meilleure des solution, revenir n’était pas vraiment un soulagement. Elle a toujours cette peur au ventre qu’un jour, comme ça, l’air de rien, il lui arrive une connerie, à elle ou à son entourage et c’est ça qu’elle va devoir expliquer à Eden, cette raison pour laquelle elle est partie à l’origine. Devant le grand bâtiment, elle prend quelques secondes pour elle, pour fixer l’immeuble de toute sa hauteur sans pour autant se décider à faire un pas de plus. Il le faut, elle le doit, c’est maintenant ou jamais et alors qu’elle était sur le point de sonner, sachant au fond d’elle que c’était une aussi mauvaise idée que celle de prévenir de son arrivée, la porte s’ouvre sur une femme d’un certain âge, assez souriante et aimable pour tenir la porte à la blonde. « Merci. » Un murmure à la vieille femme alors qu’elle pénètre dans l’immeuble qu’elle connait bien. Le chemin est marqué dans son esprit, elle n’a pas oublié non, jamais. Ses pas la guident, ils la mènent à destination alors qu’il y a l'appréhension qui grandit en son for intérieur. Ca n’a été facile avec personne mais elle sait pertinemment qu’avec Eden, ça sera encore pire. Elle l’a abandonné, elle n’a jamais donné signe de vie et elle a toutes les raisons de lui en vouloir. Mais aujourd’hui qu’elle est de retour, elle compte bien se racheter, tout faire pour en tout cas et réussir à regagner cette confiance qu’elle a probablement plus que perdu. Elle prend une grande inspiration en se postant devant la porte, une main sur le coeur pour sentir combien le rythme est bien plus rapide. Pas parce qu’elle a marché, juste parce qu’elle a peur de tout ce qui peut, de ce qui va suivre. C’est une longue histoire qu’elles ont à écrire les deux femmes, un long chemin qu’elles ont à faire et c’est le moment de faire le premier pas. Des coups brefs à la porte, elle attend, elle entend du bruit sans que la porte ne s’ouvre pourtant. La preuve qu’elle sait, qu’elle a vu la géorgienne de qui il était questionne. Soupir de la russe et une nouvelle fois, elle frappe à la porte, un peu plus légèrement, bien moins sûre d’elle. « Eden ? Ouvre, c’est moi, Lyudmila… je sais que tu es là. » Elle sait, elle a entendu. Elle voudrait qu’elle ouvre pour ne pas avoir à se donner en spectacle face aux voisins mais si elle n’a pas le choix, elle parlera d’ici, elle lui dira ce qu’elle a sur le coeur et ce qu’elle pense, lui fera comprendre qu’elle regrette et qu’elle lui a manqué.



You only leave once
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Howard
général
J'ai posté : 1128 messages et j'ai : 51 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bryden Jenkins et pour finir je crédite : LEMPICKA. ; Astra

Mer 30 Jan - 21:03

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_nnfihejVQW1rs14b8_250
Du travail par ci, par-là elle sait plus où donner de la tête la Géorgienne. Elle s’embrouille, cherche quelque chose tout particulièrement et fini par oublier la base et s’atteler à une autre tâche. L’appartement qui est dans un bordel monstre depuis quelques jours, y’a trop de paperasse de partout, des photos étalés sur chaque table présente pour imaginer des collections, assembler des éléments qui iraient bien ensemble alors qu’en soi, rien ne les destinaient à ce qu’ils fassent partie de la même entité. Et si on met de coté tout ce boulot pour son futur projet de galerie d’art, y’a aussi tout le boulot qu’elle doit faire pour le New York Times. Le boulot qui commence à être de plus en plus lourd à faire, chaque jour elle a de moins en moins de courage, de moins en moins envie de s’y mettre. Ça l’intéresse tout bonnement plus ce qu’elle y fait là-bas, mais elle se force car faut de l’argent, qu’elle ne peut pas se permettre de quitter à l’avance. Sans quoi, elle devrait retarder son projet professionnel pour se mettre à jour sur ses frais personnel.

C’est ainsi, qu’une matinée entière file sans même qu’elle ne s’en rende compte, la jolie blonde bien trop obnubilé par son travail et juste après, par mettre un peu d’ordre dans son appartement pour recevoir un peu plus tard dans la soirée son petit-ami maniaque. Ça commence à prendre forme, vraiment. Le salon qui maintenant tout rangé parait bien épuré ; la cuisine qui brille tant elle l’a astiqué. Tout est propre, bien mieux rangé que d’habitude et elle est même fière d’elle. Elle dégaine alors son smartphone, prête à prendre en photo cet exploit et l’envoyer à son petit-ami pour lui montrer le miracle lorsqu’elle entend une sonnette résonner dans l’appartement tout entier, provocant sur son passage un sursaut au chat qui était allongé près de la porte d’entrée. Comme beaucoup au premier abord, elle ne bouge pas d’un pouce Eden, reste statique sur place et essaie de deviner qui pourrait bien venir à cette heure-ci… Un livreur de colis ? Non elle n’attend rien, une copine ? Elles sont toutes au travail et d’autres ont disparu de New York sans laisser de trace derrière elle… Landon ? Il l’avait prévenu qu’il viendrait un peu plus tard que d’habitude car il a plusieurs choses à faire avant de passer… La sonnette qui retenti une deuxième fois, l’oblige à aller vers la porte puisqu’on insiste. La jolie blonde qui se traîne jusqu’à celle-ci, se met sur la pointe des pieds pour positionner son trou en face du judas et tombe sur un visage qu’elle n’aurait pas cru revoir de sitôt dans les parages et encore moins devant sa porte après s’être enfuie comme une voleuse il y a plus de six mois. Elle recule de quelques pas Eden, l’air renfrogné, le cœur battant à toute allure de reconnaître Lyudmila derrière la porte.

Et pourtant, elle ne l’ouvre pas cette porte, la colère qui vient prendre la place de l’étonnement. Alors quoi ? Elle part et revient comme elle le souhaite dans la vie des gens ? C’est ainsi que ça fonctionne l’amitié maintenant ? Pas chez Eden du moins et c’est pour cette même raison qu’elle ne bouge plus, retient son souffle en espérant que la blonde derrière la porte ne l’a pas entendu mais surement que la russe connait trop bien l’américaine car l’instant d’après elle l’entend lui parler au travers de la porte, lui avoue savoir qu’elle est là. Elle soupire Eden, roule des yeux d’un air agacé comme si son ex-amie pouvait la voir et lâche d’une voix cassante :

« Si tu sais que je suis là et que je ne t’ouvre pas tu peux d’office repartir Lyudmila. »


Car non, tout simplement non. On réapparait pas dans la vie des gens comme une fleur, surtout pas après tout ce temps, pas après qu’on soit partie comme une voleuse du continent ne laissant derrière nous qu’une simple lettre adressé à une seule et unique personne et tout le reste on s’en fout. Si c’est ainsi, Eden aussi s’en fout d’elle, tant pis pour l’amitié, celle en laquelle elle a pu croire. Elle est partie Lyudmila et maintenant, elle n’a qu’à faire comme elle était toujours partie.

« J’ai vraiment pas envie de te parler, va-t’en s’il te plait. »




I wanna feel the way that we did that summer night,drunk on a feeling, alone with the stars in the sky.
Voir le profil de l'utilisateur
Lyudmila I. Jerdeva
Lyu
J'ai posté : 3551 messages et j'ai : 699 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par Hedgekey ; signature par Lilousilver

Mer 13 Fév - 20:55

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_o7fmrzsJby1tae3h3_250
S’il y a bien une chose dont elle a conscience Lyudmila, c’est d’avoir merdé. Elle en a eu du temps pour réfléchir à tout ça mais jamais ça ne lui avait sauté aux yeux. Il a fallu une visite, pas n’importe laquelle, dans son pays natal pour qu’elle comprenne qu’elle avait peut-être pris la mauvaise décision. En partant, elle pensait protéger tout le monde. Elle pensait sauver la vie de ses grands-parents, seule famille lui restant à ce jour mais surtout, aussi, elle pensait qu’en fuyant comme elle l’a fait avec le moins d’explications possible, elle empêchait une catastrophe de se produire pour ses proches new-yorkais. La main sur la porte, le regard qui se baisse et le soupir qui se fait profond. Elle sait qu’Eden est là mais dans le fond, elle ne peut pas lui en vouloir de la laisser dehors, de ne pas avoir envie de la voir ou même de lui adresser la parole. Elle l’a mérité après tout. Là, dans cet immeuble, elle n’est pas dans son élément, pas dans son domaine alors fait profil bas et veille à ne pas hausser de trop la voix. Eden, sa petite poupée fragile qui lui vient de Savannah. Eden, plus forte qu’il n’y paraît et qu’elle le montre. Elle sait bien la barmaid que son amie a tenu le coup pendant son absence, comment pourrait-il en être autrement de toute façon. Mais ce qu’elle sait aussi c’est que maintenant qu’elle est de retour, elle a des choses à se faire pardonner. Elle n’a pas besoin de voir la photographe pour deviner qu’à ses mots, elle lève les yeux au ciel. C’est tellement normal et typique d’elle mais elle ne se démonte pas, elle encaisse ce qu’elle entend non sans grimacer et vient finalement s’appuyer contre le mur, juste à côté de la porte, comme si elle attendait un miracle. Elle voit face à elle, accrochée au mur, cette interdiction de fumer et se résigne. C’est pas de cette manière qu’elle va faire passer le temps, qu’elle va faire passer ses nerfs aussi en attendant qu’Eden accepte de lui ouvrir. « Je ne repartirais pas après avoir fait tout ce chemin. » Elle ne pourra plus la voir si elle essaye de regarder par le judas mais elle est demeure bien là, statique, fragile, comme si on avait enlever les pile d’une poupée qui désormais se retrouve dans l’incapacité de parler. Les doigts de la poupée russe qui tape en rythme contre le mur et pourtant discrètement. Un miaulement, et elle sourit en se souvenant de ce petit chat qu’il lui est arrivée de garder pour son amie. Amie, c’est peut-être s’avancer de trop que de dire ça mais elle reste confiance, elle n’a pas grand chose de toute manière pour tenir le coup. Un regard à droite et à gauche lui annonce qu’elle est seule, qu’elle peut parler sans qu’on ne vienne l’importuner, c’est déjà ça. « Je ne te demande pas de me parler mais de m’écouter, il y a une grande nuance là-dedans tu apprendras. » Et parler, elle peut très bien le faire au travers de la porte même si ce n’est pas des plus confortable. D’abord tentée de s’asseoir, un coup d’oeil sur le sol la fait rapidement renoncer et plutôt se replacer convenable contre le mur. Elle ne sait pas trop de quoi elle a l’air ainsi et c’est bien le dernier de soucis, le premier étant cette jeune femme qui ne veut pas lui parler de l’autre côté de cette porte. « Je ne suis pas venue pour m’excuser d’être partie car je continue de penser que ce n’était pas la pire de mes idées. je n’aurais juste pas dû le faire de cette manière, j’aurais dû venir te voir plutôt que de t’écrire mais c’était plus facile que de t’entendre me demander de ne pas partir. » Elle ne voulait pas non plus prendre le risque de la blesser, de la voir pleurer. C’est quelque chose qu’elle n’aurait pas supporté et dans le fond, bien que tu t’excuses, tu restes d’avis que ce n’était pas une mauvaise manière de faire, juste extrêmement maladroite quand on sait comment est Eden. « J’ai pas tout dit dans la lettre parce que je ne le pouvais pas mais c’est pas non plus de gaîté de coeur que je me suis barrée. Mais quand on est sur un territoire sans papier, parfois, on a pas cinquante options. » Parfois même aucune. Elle n’aurait probablement pas dû lui parler de cette histoire de papiers, elle est loin de vouloir être prise en pitié pour être comprise ou au moins entendu mais c’est toujours un début d’explication, c’est toujours mieux que rien. « T’es toujours pas décidée à me laisser entrer ? » Non pas que tu sois mal là où tu te trouves, mais ça serait sans le moindre doute bien plus confortable.



You only leave once
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Howard
général
J'ai posté : 1128 messages et j'ai : 51 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bryden Jenkins et pour finir je crédite : LEMPICKA. ; Astra

Dim 24 Fév - 9:25

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_nnfihejVQW1rs14b8_250
Tout ce chemin… ça la fait rire à Eden d’entendre ça, un rire nerveux, amer qu’elle retient car ça ferait surement trop plaisir à celle qui se tient derrière la porte que de savoir qu’elle a réussi à lui arracher une émotion, n’importe laquelle mais quelque chose quand même. Elle préfère jouer les insensibles la géorgienne, ne réagit pas face à cette phrase et tente plutôt de la faire partir, car franchement elle a pas envie, vraiment pas envie d’avoir cette discussion. Elle n’a clairement pas envie de revivre la sensation d’être trahie par celle qui était censé être sa meilleure amie. Elle n’a pas envie de repenser à cette putain de lettre, ce bout de papier à la con plié sur lui-même avec à l’intérieur quelques bribes d’explication qui n’était clairement pas suffisante pour qu’elle puisse y comprendre quelque chose, qu’elle puisse y faire quelque chose. Alors elle lui propose derrière cette porte close de s’en aller, de ne pas leur infliger ceci sauf qu’elle est pas du même avis la russe de l’autre côté, elle ne lui demande pas à ce qu’elle lui parle, elle demande à être écouté. Lyudmila qui ne manque pas de répondant, jamais. Lyudmila qui de toute manière ne l’écoutera pas tant qu’elle n’aura pas fait ce qu’elle veut et cela, qu’importe la réponse qu’Eden pourrait lui donner. Alors, si elle veut parler Lyudmila qu’elle fasse donc, après tout elle ne peut pas l’en empêcher ce n’est pas le genre d’Eden de faire des bordels dans les cages d’escalier.

Un silence en guise d’approbation qu’elle lui donne pour entendre ses explications et voilà qu’elle se lance la traitresse, déjà elle annonce qu’elle n’est pas là pour s’excuser. Elle hausse les sourcils Eden derrière la porte, ah oui. Alors elle vient pourquoi la barmaid si ce n’est pas pour s’excuser ? Pour lui dire que c’est elle qui abuse de ne plus vouloir lui parler ? Qu’elle devrait la comprendre plutôt que d’être énervé contre elle ? Si c’est ça, alors peut-être qu’elle va déroger à la règle de ne pas faire un scandale et vraiment ouvrir cette porte pour la pousser dans les escaliers à son ancienne amie pour qu’elle dégage loin d’elle, tout de suite. Mais en attendant, elle se mord le bout de la langue, fixe cette porte avec dédain comme si elle était face à Lyudmila et attend la suite. Les palabres qui arrivent justement, laisse entendre qu’elle a déconné dans sa manière de faire. Oh oui elle a déconné, elle s’imaginait pas un départ si furtif la poupée de Savannah.

« Tu vois Lyudmila c’est exactement pour ça que j’ai pas envie de parler, car finalement on a beau avoir passé du temps ensemble durant ces dernières années finalement je me rend compte que tu me connais pas si bien que ça, que t’as rien compris. »

Eden elle ne l’aurait jamais empêché de partir si c’était ce qui restait de mieux à faire pour son amie. Au contraire, elle l’aurait aidé, l’aurait emmené à l’aéroport et lui aurait porté ses valises. Elles auraient pu s’éteindre une dernière fois devant le terminal, elles auraient même versée des larmes en disant que c’est du n’importe quoi, que ce n’est pas leur genre d’être si sentimental. Mais tout ça elles n’ont pas eu l’occasion de le faire car Lyudmila a décidé qu’Eden l’aurait empêché de faire ce qu’elle voulait, qu’il était plus simple pour elles de juste se quitter avec quelques mots, quelques ratures sur une lettre jeté dans une boite aux lettres comme si c’était une facture, une publicité ou qu’importe le prospectus sans importance qu’on peut retrouver dans ces boites en fer.

Et les explications qui reprennent déjà, sans le savoir, elle opte pour la même position que celle derrière la porte Eden. S’avachit contre le mur, les bras croisé en l’écoutant lui avouer que ce n’était pas dans la joie et la bonne humeur qu’elle a dû s’en fuir, que c’était juste la seule chose qui lui restait à faire, car elle n’avait pas les papiers … ? Comment ça elle n’avait pas les papiers ? Eden elle comprend plus rien soudainement, fixe la porte d’un œil vide. Les secondes qui filent, la blonde qui essaie de mettre de l’ordre dans sa tête, replacer cette phrase dans le contexte, repenser à la lettre qu’elle a jeté à la poubelle le jour-même tant elle était énervée de lire ça ce jour-là et de se rappeler si ce petit détail y était stipulé ou non ? Elle sait pas, elle sait plus. Puis y’a Lyudmila qui demande si elle a changé d’avis, si elle comte lui ouvrir la porte, ou non. Elle souffle Eden, pose sa main sur la poignée et hésite un instant avant de finalement ouvrir la porte, fixer celle qu’elle n’a plus vue depuis quelques mois d’un air renfrogné.

« Bah aller, vasy entre hein. Quitte à parler entre une cloison autant que tu prennes tes aises à l’intérieur. »

La blonde qui laisse la porte ouverte derrière elle, se dirige sans un regard et laissant à Lyudmila le champ libre dans l’appartement et la responsabilité de refermer la porte derrière elle. Déjà, elle va poser sur une chaise Eden, attrape son paquet de clope et s’en allume une.

« C’est quoi cette histoire de papier ? T’en a pas parlé de ça sur ton bout de papier. »



I wanna feel the way that we did that summer night,drunk on a feeling, alone with the stars in the sky.
Voir le profil de l'utilisateur
Lyudmila I. Jerdeva
Lyu
J'ai posté : 3551 messages et j'ai : 699 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par Hedgekey ; signature par Lilousilver

Lun 25 Mar - 15:38

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_o7fmrzsJby1tae3h3_250
Les choix de sa vie n’ont pas toujours été les bons, pour ne pas dire jamais en réalité. Lyudmila, elle est comme le vent qui s’engouffre dans les arbres. Elle va, elle vient à sa guise. Elle détruit quand elle est trop ancrée dans ses convictions mais parfois, elle fait aussi du bien autour d’elle. Eden était sans doutes la dernière personne à qui elle voulait faire subir ça mais sur l’instant présent, elle avait l’impression de ne plus avoir le choix. Elle n’aurait pas dû partir de la sorte mais elle devait le faire parce que les adieux, elle les aurait pas supporter. « Si je t’avais tout dit Eden, dès le départ, jamais je n’aurais été capable de prendre cet avion. Le problème ne venait pas de toi mais de moi. J’aurais pas pu te faire ça, je n’aurais pas été capable de partir en sachant que tu resterais ici, que tu… je sais pas moi. » Non en effet, elle ne sait plus et n’est même pas certaine de vouloir de nouveau savoir. C’est trop difficile de se souvenir quand il est plus simple d’oublier, de tout oublier pour recommencer à 0. Elle avait pas de papiers la voilà la vérité, celle qui fait mal, autant au coeur qu’à prononcer mais il le faut. Elle doit des explications à Eden et c’est maintenant ou jamais. Elle sait bien que là, elle n’aura peut-être pas le dernier mot mais cette relation avec Eden, elle en vaut la peine et elle se battra pour la préserver, autant que possible en tout cas. C’est une petite victoire que d’entendre la le cliquetis de l’ouverture et d’enfin voir la porte sourire, de pouvoir apercevoir le visage de son amie qui lui a réellement manqué. A elle de jouer maintenant, de placer les bonnes cartes pour enfin réussir à faire quelque chose de bien avec Eden. Elle referme la porte quand la blondinette habitant ici est déjà parti loin d’elle. Ça la blesse mais elle n’en montre rien, elle ne veut pas avoir le droit à un regard noir et à des paroles qui l’inciteraient très clairement à quitter les lieux. Elle a juste appris quand elle devait la fermer et juste laisser les choses se faire d’elles-même, avancer. Eden qui fume, ça la fait toujours grimacer mais qui est-elle pour dire quoique ce soit après tout ce qu’elle a pu faire. Là, elle se contente de l’observer, d’entendre sa question aussi avant de pousser un long soupir, las, qui en dit long sur sa situation qu’elle n’a jamais voulu évoquer avec Eden. « Je n’ai pas de papier. » Ou plutôt si, enfin, c’est compliqué. Avec Lyudmila, la question est toujours de savoir ce qui n’est pas compliqué en réalité. Elle cherche pas à être confortablement installée, se contente du sol auquel elle jette un coup d’oeil avant de s’y asseoir, de même si allongée avec ses jambes pliées. Les réponses ne sont pas au plafond mais c’est relaxant de le regarder. « Je ne suis pas que barmaid. Avant tout, je suis hackeuse, je trempe pas que dans des trucs très reluisants pour tout te dire. » De là où elle se trouve, elle ne peut pas voir le visage de son amie mais peut en revanche très bien sentir la fumée qu’elle dégage de sa cigarette. Un motif valable pour elle pour se rasseoir et sortir à son tour son paquet pour en allumer une. « Je suis venue à new-York sur ordre de mon gouvernement. J’ai quitté tout ce que j’avais en Russie parce qu’ils avaient tout découvert à mon propos et c’était soit j’allais en prison, soit je travaillais pour eux. » Elle coince la cigarette entre ses lèvres pour venir l’allumer, pour tirer longuement dessus dans un espoir vain que peut-être ce geste mette définitivement fin à sa vie, ne la forçant pas à continuer. « Le problème, c’est que je ne suis pas si docile. Tu me connais suffisamment pour savoir que je n’ai pas agis que pour eux et que je me faisais un peu, beaucoup, d’argent sur leur dos. je trouvais toujours un moyen de garder des informations pour moi afin de les revendre ensuite au plus offrant, c’était ça ma manière de faire mais comme toujours, ils ont finis par le découvrir. » Et c’est là que tout à déraper. Presque dix ans de vie ainsi, dix ans à se contenter de ce qu’elle avait, à vivre à leur dépens sans que jamais ils n’en soient inquiétés. Elle ne saurait pas vraiment dire là où ça a merdé mais ça s’est passé et désormais, c’est un peu trop tard pour revenir en arrière, trop tard pour se dire que les choses auraient pu se passer différemment. « Là-bas, il y a toujours mes grands parents sous leur étroite surveillance et si je ne repartais pas, si je ne faisais pas ce qu’ils voulaient, c’était eux qui prendraient et ils sont les derniers parents que j’ai, les seuls qui m’ont élevés alors je ne pouvais pas laisser les choses se faire. C’était plus simple d’abdiquer et de retrouver une vie un tant soit peu normal si on peut appeler ça ainsi. » Oui, dans ce pays, elle est une clandestine parce que le gouvernement russe n’a jamais accepté de lui délivrer des papiers conformes. Chaque fois ils lui en demandaient plus que ce qu’elle faisait déjà et chaque fois, on lui disait qu’ils allaient y réfléchir, qu’ils verraient plus tard. De tout ça, elle est loin d’être fière, bien au contraire même mais il est tant pour elle d’affronter cette vie, de faire avec aussi même si elle en a pas forcément envie. « Là bas, j’étais cloitrée chez moi. Quand on m'appelait, je devais immédiatement être disponible avec interdiction de posséder un ordinateur chez moi parce qu’ils ne voulaient pas que je recommence à les mener en bateau. » Quand elle parle la barmaid, elle est incapable de regarder Eden, elle a trop honte de ce qu’elle a toujours fait, tout au long de sa vie. Comment ça a commencé, ça n’a pas d’importance pour elle, elle l’a juste fait, elle n’a pas fait les bons choix dès le départ et voilà où elle en est désormais.



You only leave once
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Howard
général
J'ai posté : 1128 messages et j'ai : 51 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bryden Jenkins et pour finir je crédite : LEMPICKA. ; Astra

Sam 30 Mar - 23:12

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_nnfihejVQW1rs14b8_250
Ça l’énerve, ça l’agace d’entendre ça. C’est trop facile de lui dire que si elle lui avait dit la vérité, elle n’aurait jamais pu partir. Elle n’y croit pas Eden, ne veut pas le croire. Car si Lyudmila la connaissait réellement elle aurait su qu’Eden n’aurait jamais été un frein pour son départ. Elle l’aurait poussé à prendre cet avion si c’était l’unique façon d’échapper à un maximum de problème. Mais pourtant elle la laisse entrer, ouvre cette putain de porte pour en savoir plus car des conneries, des erreurs elle est la première à en avoir faite et en fait encore maintenant. Les deux blondes qui se dirigent alors vers le salon dès que Lyudmila s’est occupé de fermer la porte derrière elle. Eden qui s’installe sur le petit canapé alors que la russe prend place en face d’elle à même le sol, comme si il lui était interdit d’être confortablement assise dans l’appartement. Elles se regardent pas les deux diablesses, l’une trop fier pour le faire, l’autre trop gênée par la situation pour se le permettre. C’est tendu chez la géorgienne, alors elle s’allume une clope car elle a cette fâcheuse manie de trop fumer dès que ses nerfs sont pris d’assaut.

La jambe qui se met à tressauter de manière nerveuse, une première bouffée qui lui donne la force de demander à Lyudmila quelques informations supplémentaires sur son départ, cette histoire de papier dont elle ne disposerait pas en réalité sur le territoire américain, cette phrase qu’elle lâche de nouveau pour entamer son monologue. Eden qui la regarde d’un air de dire mais encore ? Car C’est trop vague ce qu’elle a dit derrière cette porte close et si elle l’a ouverte, c’est bien pour comprendre toute cette histoire, ce départ à la con qui n’a fait que briser son cœur durant l’été dernier, durant tout l’hiver jusqu’à qu’elle ne revienne aujourd’hui. La peine qui n’a jamais tarie, juste cessé d’être constamment dans sa tête lui rappelant qu’ô grand jamais elle ne fera plus confiance comme ça à quelqu’un qui prétend être sa meilleure amie. Donc c’est pas en répétant de nouveau la même chose qu’elles vont aller loin.

« Oui ça j’ai cru comprendre mais après ? »

Eden un peu bourrin, elle rentre dans le tas sans prendre de gants ni de pincette. Et à croire qu’elle la stresse avec sa simple question car d’un coup d’œil rapide elle voit la tatouée sortir elle aussi son paquet de clope, allumer le cylindre qu’elle vient de coincer entre ses lèvres avant de continuer, lui expliquer petit à petit son histoire, celle qu’elle est en réalité. Une Lyudmila différente de celle qu’elle a toujours connu qui vient se présenter à elle. Une femme qui est en réalité une sorte de génie de l’internet, une hackeuse si elle utilise les termes employé par celle qui lui raconte quelques bribes de sa vie. Une fille qui joue avec les limites, celle d’un gouvernement avec lequel il ne faut pas blaguer pourtant. C’est gros, c’est énorme toute cette histoire on se croirait dans une série américaine et pourtant… Elle la croit, le lit dans son regard que ce n’est pas des bobards. La géorgienne qui soupire légèrement exaspérée en entendant Lyudmila dire qu’elle n’a jamais été docile, que bien évidemment plutôt que d’écouter le gouvernement qui l’avait envoyé ici elle avait fait tout le contraire, se mettant à dos ceux qui tenaient légèrement les ficelles de sa vie. S’en suit le moment tragique, les vilains qui détiennent la famille de Lyudmila de quelque sorte en otage, ça la touche à Eden, vraiment mais en même temps la blonde elle l’a cherché cette situation et comme elle lui en veut elle a du mal à voir le côté tragique. Elle se force à être méchante, ne scille pas face à la révélation.

Elle entend, elle comprend, place tranquillement les pièces du puzzle dans le bon ordre pour voir la situation tout entière. Les mots qui filent et la cigarette qui rétrécit. Quand enfin Lyudmila en a terminé avec ce qu’elle avait à dire, y’a un petit blanc qui s’ensuit, Eden qui regarde son amie alors qu’elle, fait de son mieux pour ne pas la regarder. Bien, va falloir qu’elle dise quelque chose, qu’elle lui dise ce qu’elle a sur le cœur après tout ça. Elle respire un grand coup la poupée, vient caresser du bout de ses doigts le tissu de l’accoudoir avant de finalement se lancer dans le grand bain :

« C’est horrible que t’ai eu à vivre tout ça Lyud’ vraiment mais en même temps tu t’attendais à quoi en jouant avec le feu comme ça ? Tu t’attendais à quoi en vendant des informations importantes aux plus offrant alors que t’étais avec le gouvernement ? Tu te rends compte de ce que tu fais ? »

Elle la regarde droit dans les yeux, soupire un instant en bougeant nonchalamment la tête de gauche à droite car bordel, elle réfléchit vraiment pas Lyud’.

« T’as failli mettre ta famille dans la merde, t’as failli te foutre aussi en prison tu te rends compte quand même ? Tu peux pas juste avoir une vie normale ? Ça t’amuse de te foutre en l’air ? »

Elle est dure Eden, surement même méchante, acide avec ses palabres lâchés sans réfléchir mais elle cherche toujours à comprendre, déverse la frustration des derniers mois, lui dit ce qu’elle a eu sur le cœur durant des jours et des jours et qu’elle n’a jamais pu lui dire car elle n’avait nulle part où lui adresser ces questions, sa colère.

« Et du coup avec tout ça c’est par quel miracle que t’es de retour ? T’as conclu quel pacte avec le diable ? »

Car si elle est là la russe, après tout ce qu’elle vient de lui dire c’est qu’il y a quelque chose de plus sombre surement derrière. Et puisqu’elles ont décidés de jouer la carte de l’honnêteté elle préfère savoir si son amie est là pour de bon ou si dans quelques mois elle devra de nouveau lui dire au revoir.



I wanna feel the way that we did that summer night,drunk on a feeling, alone with the stars in the sky.
Voir le profil de l'utilisateur
Lyudmila I. Jerdeva
Lyu
J'ai posté : 3551 messages et j'ai : 699 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par Hedgekey ; signature par Lilousilver

Dim 5 Mai - 18:30

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_o7fmrzsJby1tae3h3_250
Y’a des choses qu’elle n’a jamais pu dire, prisonnière de son passé, prisonnière de ce qu’elle a vécu et fait surtout. Mais aujourd’hui, elle a besoin de se libérer, elle a besoin d’un pardon pour avancer et elle ne pourra l’obtenir que si elle sait enfin s’ouvrir. C’est pas facile, loin de là et elle se répète en disant pour la seconde fois qu’elle est sur le territoire américain sans pour autant avoir les papiers nécessaire. Bien sur qu’elle avait déjà compris ça mais le dire, le redire, c’est sécurisant pour la russe, ça l’aide à mettre en place les mots qu’elle s’apprête à prononcer dans son esprit. Le premier pas avant qu’elle n’aille plus loin, qu’elle n’ose enfin. C’est pas facile ce qu’elle vit mais elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même sans doutes et assumer, juste ça. Parler, c’est comme une délivrance. Parler, ça lui montre qu’elle n’est pas toute seule, qu’elle a des gens sur qui compter, quoiqu’elle puisse dire et penser. Elle a fait le premier pas avec beaucoup mais Eden, elle savait déjà que ça serait plus compliqué, évidemment, la faute, c’est celle de la russe. Ca la fait rire, c’est plus fort qu’elle. C’est vrai que là, alors qu’elle cherche un pardon, elle devrait plutôt se la jouer discrète mais ça, c’est comme de mettre un éléphant dans un magasin de porcelaine, avec Lyudmila, la discrétion n’existe simplement pas. « Evidemment que tout est de ma faute, évidemment. C’est vrai que eux, ils avaient le droit de me forcer à bosser pour eux aux Etats-Unis pour que je leur dégote je ne sais trop quoi sur les américain, dans le simple but de faire s’écrouler la plus grande puissance mondiale. Alors entre ma vie et la vie de plusieurs millions de personnes… pardonne-moi Eden mais le choix est vite fait. » Quand on la voit comme ça, elle semble se foutre de tout, elle est la blonde qui se fiche de savoir si ce qu’elle fait est bien ou mal mais ça, c’est juste une idée, c’est juste une apparence qu’elle se donne pour qu’on la laisse tranquille, tout le temps. Un jour, elle n’aura plus besoin de faire semblant, un jour elle sera libre, elle y croit, elle y pense de plus en plus en tout cas. « Apparement, selon eux en tout cas, j’étais trop douée pour qu’ils me laissent. Ce jour là, où j’ai balancé ce virus dans les serveurs d’une entreprise pharmaceutique et que j’ai fais capoter toutes les transactions en cours, c’est là que tout à réellement commencé mais je n’en savais rien encore. Ils ne m’ont pas trouvé, je le croyais en tout cas mais en réalité, ils ont toujours su. Celui qui… qui m’avait demandé de faire ça pour lui contre un bon paquet d’argent était un agent du gouvernement. Tué pour être certain qu’il ne me dise jamais rien. » Elle fait une pause et se contente de regarder Eden, la fixe mais n’arrive pas à sourire, parce que c’est trop compliqué de retrouver un semblant de bonne humeur quand elle doit se rappeler de ce passé qu’elle déteste. « Y’a pas eu de pacte avec le diable. Ou peut-être que si, j’en sais rien en fait et je ne veux pas savoir… y’a juste… Ivar qui a débarqué un beau matin chez moi, qui m’a servit son discours de preux chevalier qui se fiche d’être marié, qui se fiche du danger et qui restera toujours là pour moi parce que c’est sa décision et que je n’ai pas le droit de décider pour lui et… tu te doutes de la suite. » Y’a pas à dire, elle sait pas pourquoi elle a fait ça, elle sait pas non plus si c’était une bonne idée mais aujourd’hui, elle ne peut plus faire marche arrière, elle est de retour, elle ne repartira pas parce que même si elle essayait, ils seraient bien tous autant qu’ils sont capable de la dénoncer aux flics pour qu’elle se fasse arrêter et ne puisse plus partir. « J’ai pas été l’amie idéale, je sais bien ça et je ne peux pas te demander de me pardonner comme ça, si facilement juste… je sais pas ce que j’espérais en venant ici, j’avais juste besoin que tu connaisses la vérité, aussi difficile soit-elle à entendre, prononcer ou accepter. » C’est vrai quoi, à quoi bon continuer de mentir ou faire semblant. Elle est revenue, pour le meilleur et pour le pire, revenu pour attendre le jugement dernier probablement, pour savoir ce qu’elle va faire et doit faire surtout. Prisonnière d’une vie qu’elle ne voulait vie, qu’elle a pourtant engendré avec une seule et simple première erreur.



You only leave once
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Howard
général
J'ai posté : 1128 messages et j'ai : 51 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bryden Jenkins et pour finir je crédite : LEMPICKA. ; Astra

Ven 17 Mai - 14:12

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_nnfihejVQW1rs14b8_250
Surement qu’elle est trop sèche Eden, surement qu’il y a une pointe d’amertume dans sa façon de dire les choses qui ne peuvent qu’exaspérer celle qui est venue se faire pardonner. Mais elle est ainsi la Géorgienne, un caractère de feu, une tempête de colère qui a du mal avec le pardon, avec l’abandon. A croire qu’ils aiment tous filer loin d’elle avant de revenir pour de bon… Une pensée qui lui fait grincer des dents, lui rappelle un jeune Landon James prêt à partir faire la guerre en Iraq à l’autre bout du monde et elle se déchaine la poupée, parle sans trop savoir en réalité, piaille sur un sujet qu’elle ne maitrise absolument pas et apparemment, ça agace un peu Lyudmila qui se permet de lui répondre du tac au tac que toute cette histoire ne dépendait pas uniquement de sa vie à elle, mais de celle de millions de personne en danger. Elle aime pas ce ton Eden, elle n’aime vraiment pas cette consonance ironique qu’utilise Lyudmila pour lui raconter le récit de sa vie. Une histoire qui semble tout droit sorti d’un film ceci-dit, des hack et des virus lancé sur des grandes firmes mondialistes, une jeune fille qu’on prend comme bouc émissaire pour user de son talent dans l’informatique. C’est du n’importe quoi ça sonne comme du gros mensonge et pourtant, comme c’est Lyudmila qui le dit, elle y croit. Naïvement. Elle croit à toute cette histoire qui pourrait être le prochain speech de la nouvelle saga des Avengers.

« Bah tu veux je te dise quoi Lyudmila ? Bravo d’avoir sauvé le monde ? Non franchement m’en demande pas autant j’y arriverais pas et tu sais très bien que c’est pas ça le problème. »


Non le problème c’est le simple abandon, le seul fait d’être parti sans rien dire, sans ne serait-ce qu’un seul sms pour dire simplement qu’elle a des gros soucis et qu’elle doit partir pour quelques temps en Russie. Quelque chose qu’elle aurait très bien compris Eden, mais là sa meilleure amie est partie sans se soucier d’elle, sans se soucier de rien du tout en réalité et ça, ça a du mal à passer. Eden Howard qui reste une éternelle égoïste, s’en fou du monde car dans tout ça, c’est elle qui a souffert.

Des explications sur la situation, toujours plus compliqué à comprendre, toujours plus sordide à entendre. Des palabres qu’encaisse la photographe, des mots qui s’imprime dans son crâne et l’histoire d’un meurtre. Un homme, celui qui l’a embauché pour faire ce bordel qui est mort alors que c’était un fédéral. Ça la sidère, elle ne peut même plus tenir en place et se lève Eden, commence à faire les cents pas dans l’appartement, lui demande si elle a pactisé avec le diable pour revenir ici du coup puisqu’apparemment toute sa vie a l’air d’être un sacré bordel, d’être compliqué au point ou la blonde se met limite à regretter d’en entendre parler de tout ça. Mais apparemment c’est pas le diable qu’est venu à elle mais Ivar, le beau et grand Ivar, l’homme aux milles tatouages et l’allure badass qui est venu jusqu’à elle, l’a convaincue de revenir car peu importe ce qu’elle traverse il sera là pour elle. Et c’est beau, une belle preuve d’amour ou d’amitié, peu importe la relation qu’ils entretiennent et dont Eden ne comprend rien depuis qu’elle en entend parler. Au moins l’amour – du côté de la russe – semble être plus fort que tout, lui donne l’envie de revenir et de résister à tout ce qui va surement lui arriver ici, maintenant qu’elle est revenue, pour de vrai.

« Bon au moins lui savait où t’étais … C’est cool si ça se passe bien entre vous, je sais même plus où vous en êtes dans votre histoire mais bon … Si tu l’as suivi c’est que t’avais tes raisons. »

Elle hausse les épaules, vient tirer sur sa clope un peu plus longtemps en écoutant la blonde assise sur son canapé avouer ses torts, ah ça c’est clair qu’elle n’a pas été l’amie parfaite et il est évident qu’elle ne peut pas quémander le pardon en un seul jour. Mais au moins elle est venue Lyudmila, elle a affronté la colère et s’est montré honnête aujourd’hui. Avec un peu de retard mais elle l’a fait et ça, Eden en prend compte, bien qu’elle soit une mauvaise graine et n’en fasse qu’à sa tête.

« Oui au moins maintenant je sais la vérité … J’suis désolé que t’es une vie compliqué comme ça et j’suis désolé d’avoir de la rancœur comme ça aussi c’est con mais comme pour tout j’aurais besoin de temps pour passer à autre chose … Ca veut pas dire que je veux plus te voir ou quoi … Juste il me faut du temps pour avaler la pilule et je te remercie d’être venue me dire tout ça en face à face, t’as pris du temps mais bon… J’dois être trop impressionnante t’avais peur j’peux comprendre … »


Les opalescences qui se mettent à rouler, un sourire en coin pour détendre légèrement l’atmosphère car vue son petit gabarit et sa toute petite tête on risque pas de la craindre à Eden à moins d’avoir cinq ans et demi mais en l’occurrence elle est tout aussi grande qu’elle Lyudmila, parait plus forte aussi y’a pas à dire.

« Du coup avec Ivar … ? »



I wanna feel the way that we did that summer night,drunk on a feeling, alone with the stars in the sky.
Voir le profil de l'utilisateur
Lyudmila I. Jerdeva
Lyu
J'ai posté : 3551 messages et j'ai : 699 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Alysha Nett et pour finir je crédite : Avatar par Hedgekey ; signature par Lilousilver

Sam 22 Juin - 1:07

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_o7fmrzsJby1tae3h3_250
Elle voudrait tellement que ça soit sans importance, que ça soit facile au moins mais c’est bien loin d’être le cas. Déjà, parce que Lyudmila, elle est pas une personne facile à vivre en général, elle est bien le contraire de tout ça. Mais là, c’est encore pire, elle a laissé parler ses émotions, elle ses faites avoir par ce qu’elle peut ressentir. On dit souvent que c’est pour le meilleur et pour le pire bah elle, elle ne vit que pour le pire parce que c’est tout ce qu’elle sait faire. Drame et catastrophes rythmes sa vie, comme si elle n’était pas capable, pour une fois, d’avoir une vie calme et posée, comme si elle avait pas le droit à un peu de répit pour une fois dans sa vie. C’est trop demandé il faut croire, elle a finit par le comprendre et elle sait aujourd’hui, qu’elle ne doit pas attendre de miracle. Alors non, elle en veut pas à Eden de lui en vouloir, comment pourrait-elle alors qu’elle a sans nuls doutes bien cherché tout ce qui lui arrive. Elle accepte les reproches, les encaisse et dans le fond, tout ce qu’elle voulait la russe c’est que son amie l’écoute, accepte au moins de la voir une fois. Ca sera à elle de décider si oui ou non c’est la dernière et ça, Lyudmila, elle l’acceptera même si ça fera mal. Elle n’est pas du genre à forcer la main au gens, c’est pas aujourd’hui que ça va commencer. Elle ne dit rien, elle prend sur elle en baissant le regard sur cette cigarette qu’elle tient toujours entre ses doigts, éteinte désormais mais c’est pas grave, elle la rallume, la porte à ses lèvres avant de lâcher un léger rire. Bien sûr que non Ivar ne savait pas où tu étais, il a juste était un peu trop malin pour elle. « Il savait pas où j’étais, il a juste retourné mes propres moyens contre moi-même. Il a trop de contact, j’aurais dû y penser. » Elle avait pas à y penser dans le fond car jamais elle n’aurait imaginé qu’il pourrait aller la chercher à l’autre bout du monde. Elle veut juste pas qu’Eden pense qu’elle était la seule qui n’était pas au courant alors que tout le monde était dans le même cas. Elle pensait ne pas revenir, elle pensait qu’elle aurait le temps avant de balancer où elle est et que la situation se serait tassée. Mais là, elle sait que les problèmes ne font que commencer, elle qui est reparti sans demander leurs avis à ceux qui l’emploient, l’employaient. Elle esquisse malgré tout un sourire, elle sourit parce que dans le fond, elle regrette d’avoir tenue Eden à l’écart. Elle comprend aujourd’hui en ayant cette conversation avec la jeune femme qu’elle ne l’aurait pas empêché de partir et quelque part au fond d’elle, elle l’a toujours su, c’était juste plus simple de penser le contraire que d’admettre que c’était elle qui avait peur de ne pas être capable de partir. « T’as pas à faire ça aujourd'hui, tu sais que tu as le temps mais je voulais au moins que tout soit clair, j’voulais que tu saches tout. » Maintenant qu’elle est de retour, à quoi bon lui cacher la vérité, ça sert plus à rien alors qu’elle aimerait se racheter. Elle ne changera jamais du tout au tout, ne sera jamais une personne différente mais elle peut au moins essayer d’être un peu moins elle-même sans doutes. Et finalement, elle se remet à rire à la nouvelle question, à l’insinuation à peine masquée de la jeune femme. C’est vrai qu’elles en ont pas reparlé depuis longtemps, y’a pas grand chose à dire dans le fond. « Il est marié. Alors on peut pas dire qu’il y ait grand chose. » Si ce n’est qu’il a tout mis en péril pour venir la chercher, que sa propre femme ne sait rien d’elle, de leur lien. C’est encore un peu compliqué pour Lyudmila d’encaisser tout ça mais elle fait de son mieux pour aller de l’avant maintenant, pour tenir ces promesses qu’ils se sont fait tous les deux, en Russie. « Et toi avec Landon ? » Elle veut plus vraiment parler d’elle, surtout alors qu’elle ne sait pas exactement ce qu’elle a avec Ivar, si c’est juste comme ça, passager parce qu’ils ont besoin de se retrouver ou si ça va durer. Elle ne veut pas s’avancer et en parler, mettre des mots dessus, c’est un peu trop pour elle encore. Non, elle préfère s’intéresse à Eden et Landon, cet évidence depuis toujours, depuis qu’elle connaît Eden en réalité et ça n’a pas changé et ce même avec le temps.



You only leave once
 
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Howard
général
J'ai posté : 1128 messages et j'ai : 51 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bryden Jenkins et pour finir je crédite : LEMPICKA. ; Astra

Jeu 11 Juil - 8:01

Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur
Eden & Lyudmila
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden Tumblr_inline_nnfihejVQW1rs14b8_250
« T’es tombé sur un mec malin, faut dire qu’il faut ce qu’il faut quand on est une meuf qui bosse avec le gouvernement hein…. »

Et même si elle ne le lui dira pas aujourd’hui, elle est contente, soulagée que le grand tatoué ait trouvé le moyen de la ramener. Tant pis si c’est d’une manière assez peu clean, si il a dû frauder et user de ses contacts louche pour aller jusqu’en Russie, la trouver dans son petit bled perché dans les profondeurs glacé du pays. Il a fait ce que elle, n’aurait jamais pu faire. Faute de moyen, faute de contact, faute d’envie aussi car la haine s’en est mêlée et qu’à ses yeux, on ne va pas chercher quelqu’un qui nous a trahi. Eden surement trop virulente, trop catégorique pour enlever les œillères qu’elle se met elle-même devant les yeux et se rendre compte que ce n’est pas comme ça qu’on arrange les choses dans la vie, surtout avec une amie aussi importante comme l’est Lyudmila dans sa vie.

Surement qu’elle devrait trouver comment contacter cet Ivar et le remercier d’avoir ramené la russe, d’avoir fait ce qu’elle n’aurait jamais pu faire - car grâce à lui en partie, la blonde est de retour en ville ; qu’elle est certaine que son passage en Russie à peser dans la balance et que grâce à ça, elles vont surmonter ce petit froid entre elles, même si ça prendra du temps –  Donc oui, elle devrait le remercier, mais surement que cette idée restera dans sa tête car elle n’est pas du genre intrusive dans la vie des gens Eden. Que ça ne lui ressemble pas d’aller parler à quelqu’un qu’elle ne connait pas et d’en plus le remercier.

« Tu le remerciera quand même de ma part d’avoir fait le nécessaire pour ramener ton petit cul ici… »

Un regard en coin qu’elle jette à celle qui est en train de rallumer sa clope, lui rappelant que la sienne aussi est surement éteinte depuis le temps. Faut dire que la conversation a été tellement riche en émotion et happant ces dernières minutes qu’elle n’a plus pensée une seule seconde au cylindre qu’elle tenait entre ses mains. Y’a qu’à voir les dégâts, la cendre qui est à un rien de finir au sol, se décrocher du bout de sa cigarette si elle bouge trop vivement. Alors elle prend les devants, écrase le tout sur le plus proche cendrier et demande plutôt ce qu’il se passe avec l’Hongrois. Apparemment pas grand-chose puisqu’il est marié… Bon, est-ce que le mariage a déjà empêché la tromperie ? L’amour pour une autre ? Non. Eden, elle est certaine qu’aucun homme marié et amoureux de sa femme traverserait  le globe pour aller chercher une « amie » et aucune femme aimant son mari le laisserait faire aussi ? Y’a anguille sous roche là, et la façon dont Lyudmila en parle ne fait que confirmer ses doutes. Il est peut-être pris mais … Y’a autre chose, quelque chose dont elle ne veut pas encore lui parler. Après tout, elle n’a pas à le faire, peut-être qu’après tout ce qu’elles viennent de se dire elle n’a pas forcément envie de raconter ce genre de chose à la géorgienne.

« Moi avec Landon ? Bah ça va … Y’a eu quelques coups durs mais depuis quelques temps c’est stable entre nous … On va surement pas tarder à emménager ensemble, c’est ce qui est prévue pour le courant de l’été du moins mais bon comme d’habitude on a du mal à se mettre d’accord … Lui voudrait qu’on emménage chez lui, moi j’ai pas forcément envie de quitter mon petit appartement … Du coup on cherche un appartement … Mais à notre âge c’est clair que ça devient lassant de devoir trainer un sac pour passer la nuit chez l’un puis chez l’autre … J’pense qu’on a assez perdu de temps comme ça pour continuer ainsi en approchant petit à petit de la trentaine tu vois ? »

Elle commence à en avoir marre Eden, commence à s’impatienter d’avoir une vie « normale » , des rêves qu’ils avaient à dix-sept ans qu’ils n’ont toujours pas réalisé pour la plupart. Et pourtant, ils ont du mal à s’accorder elle et Landon, ont du mal à aller de l’avant et voir dans la même direction par moment. Une histoire compliquée, difficile à reprendre là où ils l’ont arrêté tant ils ont changés. Mais ils essaient de s’aligner, elle est sûr qu’avec quelques petits ajustement ça finira par coller.

« Je peux te servir quelque chose à boire ? D’ailleurs t’as toujours ton bar où tu reviens mais t’es de retour à la case départ ? »




I wanna feel the way that we did that summer night,drunk on a feeling, alone with the stars in the sky.
Contenu sponsorisé
Forgiveness doesn’t change the past but it does enlarge the futur ◊ Eden
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn :: Williamsburg
-
Sauter vers: