Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Indiana, Keira et Eva ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Callum, Max, Kostas et Romeo veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ [Alexeï & Carter] A l'italienne 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2
C'est l'heure des vacances !
Du 11/08 au 15/08, votre staff prend des vacances et ne sera pas joignable pendant ce laps de temps ! N'oubliez pas qu'on vous aime ♥️

Partagez

[Alexeï & Carter] A l'italienne

GOOD MORNING AMERICA :: Backstage
 :: Archives :: NYC Restaurant Week
Voir le profil de l'utilisateur
Good Morning America
gmarang
J'ai posté : 14317 messages et j'ai : -3994 et pour finir je crédite : (av) Magma.

Lun 4 Fév - 21:21
NYC Restaurant Week
GOOD MORNING AMERICA


A l'italienne

@Alexeï I. Pavlenko et @Carter L. Vaughn vous voilà tous deux devant ce restaurant italien que peut-être vous connaissez déjà, peut-être êtes vous même un habitué des lieux, mais si tel est le cas, alors il y a tout de même une chose qui change de d'habitude. En effet, aujourd'hui, c'est journée spéciale ! Lorsque vous arrivez sur place, le serveur qui se présente à vous vous demande si oui ou non vous acceptez d'être en compagnie d'un ou une inconnu. Vous avez pris la décision d'accepter, et vous vous retrouvez à la même table. La suite, c'est à vous de la créer. Vous avez les menus en main, mais aussi et surtout les cartes pour passer ou pas un bon repas.

Anonymous
Invité
Mar 12 Fév - 21:47
Quelques jours plus tôt, l’agacement le prenait, tandis qu’il se trouvait une fois de plus enfermé. Ayant déjà usé de tous ses passe-temps autorisés, il n’avait plus d’autre choix que de se restreindre à sa ligne de conduite principale : fournir un travail sérieux et régulier en vue d’embellir quelque peu son dossier. Une affaire somme toute barbante, pour un type n’ayant encore pas décidé de ce qu’il pourra bien faire de sa vie en septembre prochain. Oh, des bribes d’idées commencent bien à germer dans son esprit, mais aucune d’elle n’est encore parvenue à le conquérir. Ce n’est pas faute, pourtant, de saisir l’urgence de la situation. Du temps, encore et toujours, c’est bel et bien ce qu’il s’entête inlassablement à se donner, bien qu’il sache pertinemment qu’il a déjà suffisamment traîné jusqu’à présent. Il est simplement plus plaisant de se rassurer auprès de ses mauvaises habitudes, à l’instar de celle de flâner dans son canapé, lisant quelques brochures ramassés sur les bancs de Colombia, au lieu de forcer ses méninges à inventer une solution miracle qui ne lui semble pas pouvoir exister. Il y en a bien une, minime, qui a commencé à naître. Mûrement réfléchie, elle est parvenue à le convaincre de l’intérêt qu’elle peut représenter pour son avenir, du moins pour ce prétendu avenir qu’il est supposé commencer enfin à bâtir, bien en retard sur un trop grand nombre de ses semblables. Mais cette promesse encore secrète d’une prise d’un bol d’air frais, d’un renouveau pour relancer sa propre envie de se bouger, pourra-t-elle suffire ? Seul le temps, ainsi qu’un peu de patience, pourront le lui dire.

Perpétuellement en quête d’une raison pour se motiver à continuer sur sa lancée, le blond n’a pas hésité le moindre instant lorsqu’il a eu vent de cette fameuse NYC Restaurant Week. L’idée, bien loin du principe d’une Fashion Week contrairement à ce qu’il a failli croire de prime abord, l’a finalement plutôt séduit. Qui serait donc assez fou pour se refuser un succulent repas à coût réduit dans l’une des nombreuses adresses renommées de la grosse pomme ? Certainement pas lui, il n’y a aucun doute possible sur la question. En bon gourmand qui se respecte, Alexeï ne pouvait tout bonnement pas se sortir cette nouvelle de sa tête : il conclura cette semaine à la table d’un grand chef. Et le grand jour, ou plutôt le grand soir, est enfin arrivé. Parmi les différents profils de restaurants disponibles, le biélorusse a hésité un temps avant de se décider, laissant son ventre tout juste sorti d’une séance de boxe s’exprimer à sa place. Au diable les tendances de bouffe healthy et anti-gluten, lactose, ou encore viande, et tout ce qui peut bien passer dans ces esprits qu’il ne peut définitivement pas comprendre : son dévolu est jeté sur une enseigne italienne. Il s’agit là d’une gastronomie qu’il sait de valeur sûre et qu’il apprécie particulièrement, d’une part, tout en étant d’autre part finalement de palettes aux variétés bien trop vastes pour qu’il ne les ait déjà toutes explorées dans sa courte vie.

Bien décidé à profiter pleinement de son repas sans se polluer la tête de quelque compagnie qui finirait, volontairement ou non, par l’agacer, le voici qui se pointe seul, pousse la porte de l’enseigne italienne. Immédiatement, le fin fumet qui lui parvient aux narines éveille son appétit, le conforte dans l’idée qu’il ne s’est pas trompé en faisant son choix. Seulement, à peine demande-t-il une table, que son allure solitaire est déjà soulignée. « Ne souhaiteriez-vous pas profiter de ce repas avec un ou une inconnue ? » le questionne-t-on alors. D’abord perplexe, il fronce les sourcils, feint se plonger dans un profond dilemme. Mais sa nature sociale le rappelle vite à l’ordre, répond sans laisser place à la moindre réflexion. « Pourquoi pas, ça ne pourra pas me faire de mal. » répond-il alors, convaincu qu’une rencontre ne pourra en rien être dangereuse pour son humeur trop aléatoire ces temps-cis. D’une confiance naïve, il suit le serveur, se laisse conduire à la table où se trouve déjà une rousse, dont il ne tarde pas à reconnaître les traits. « Carter. » Simple déclaration, amorce du dialogue par la confirmation de son impression, à présent qu’il est temps pour lui de prendre place. « Ils sont forts, ces ânes. » commente-t-il ensuite, ne retenant pas un soupir. Sur toute la population de New York, il faut donc que le hasard décide de le voir partager la table de la Delta à la réputation qui n’est plus à faire. « L’italien c’est aussi ton truc alors ? » lance-t-il banalement, cherchant à tâter le terrain plus qu’à s’intéresser réellement à ses goûts tandis que les quelques rumeurs et on dit divers et variés circulant à Colombia ne tardent pas à peindre déjà le portrait de la jeune femme, lui faisant remémorer cette image que ces années passées l’ont amené à construire sans qu’il n’ait encore eu telle occasion de la fréquenter.
Voir le profil de l'utilisateur
Carter L. Vaughn
général
J'ai posté : 1814 messages et j'ai : 731 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et pour finir je crédite : Avatar par BLINDNESS & Signature par Magma.

Jeu 28 Fév - 12:13
A l’italienne
Avec @Alexeï I. Pavlenko
“Si ça peut vous faire plaisir.” Sa voix qui résonne au travers des conversations des quelques clients du restaurant déjà présents. Elle avait un rendez-vous, un cours plus précisément mais comme ils en ont l’habitude maintenant ses élèves, l’annulation n’a pas été une surprise pour la rousse. Elle a fait le déplacement pour rien alors si ce serveur décide de s’amuser, de faire venir un inconnu à sa table, qu’il fasse. Elle trouvera toujours suffisamment la force d’être désagréable pour le faire fuir. Ca faisait longtemps qu’elle n’avait pas jouer la peste, longtemps pour elle en tout cas car n’importe qui la connaissant dirait que c’était la veille. C’est sans doutes vrai de toute manière alors à quoi bon lutter contre sa véritable nature. Ses doigts tapotent en rythme sur la table alors que son regard se rive sur l’extérieur du restaurant. « Carter. » Une voix qui la fait relever le tête, parce que c’est son prénom qui se fait entendre. Il ne faut pas longtemps à la jeune femme pour que son regard en croise un autre qui ne lui est pas si méconnu que ça. Elle fait mine de réfléchir, de se demander ce que ça veut dire tout ça alors qu’il a les deux mains posées sur le dossier de la chaise face à elle. “Alexeï.” La voix qui se fait peut-être un peu trop douce quand elle prend le temps de le regarder. Elle n’aime pas vraiment se retrouver avec quelqu’un qui ne lui est pas si méconnu que ça mais ce n’est pas à elle de bouger. “Ne reste pas debout, je t’en pris.” Elle fait comme s’il avait besoin de sa permission pour prendre place face à elle. Elle fait un peu trop sérieuse la gamine avec cette position qu’elle arbore mais c’est aussi plaisant d’avoir cette sensation d’importance qui n’est rien en réalité. « Ils sont forts, ces ânes. » Rire et haussement d’épaules, c’est tout elle. Il pourrait dire n’importe quoi que la réaction aurait été la même, elle préfère plutôt ne rien dire que de montrer ce qu’elle ressent réellement. Un mélange complexe entre plusieurs émotions, une habitude chez elle. Ils ne se connaissent pas vraiment tous les deux, juste de vue et de réputation. Elle est longue celle de la Delta il faut dire alors ça la surprend qu’il s’aventure à ses côtés, qu’il n’aille pas à l’encontre de ce repas organisé alors qu’elle n’est pas certaine de ce qu’elle aurait préféré. « L’italien c’est aussi ton truc alors ? » Alors c’est comme ça que ça doit se passer. Une conversation banale qui commence par une question des plus barbante. Elle s’attendait à mieux venant de lui. “Et qui te dit que je suis ici par choix et non pas par défaut ?” Le sourire qui la rend si particulière, le sourire qui en terrorise plus d’un quand il est question de l’Université où ils vont tous les deux. Et pourtant, sa voix reste calme, presque trop enjouée en réalité. Il ne la connait pas, elle ne le connaît pas. Ils ne savent rien l’un de l’autre et pourtant, l’ hasard, ou plutôt l’imbécilité prononcé de ce serveur ne sachant pas aligner deux mots à la suite, a décidé que vous passeriez votre repas l’un en face de l’autre. “Deux options s’offrent à nous. Soit on se contente de se regarder pendant tout le repas dans le blanc des yeux, soit l’un de nous se décide à partir de ce restaurant à défaut de trouver une autre place puisque toutes les tables sont occupées. Tu choisis ?” Elle fait femme sérieuse avec ses mains posées sur la table devant elle, jointe comme si elle attendait qu’une grande décision visant à révolutionner le monde soit prise. En réalité, elle est fidèle à elle-même, gamine avec une éducation trop poussé qui dit merde à ce qui ne lui plait pas. Et finalement, elle se rappelle que ça n’est pas tout, qu’il y a autre chose alors qu’il est sur le point de lui répondre. “Oh il y a une troisième option pardonne moi, on agit en personnes civilisées qui font la conversation et blablabla… si tu veux mon avis, c’est bien l’option la plus chiante qui soit.” Quand on la voit ainsi, si sûre d’elle, si prétentieuse et hautaine, on comprend pourquoi à l’Université, certain préfère la fuir que l’approcher. Il reste à savoir à quelle catégorie choisira d’appartenir le beta.


We can't get enough
→ We all have to see what we've become. Waiting on chances so far gone. Hoping our answers light the dark. Praying someday soon we'll understand. As we search for the promised land.
Contenu sponsorisé
[Alexeï & Carter] A l'italienne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Backstage
 :: Archives :: NYC Restaurant Week
-
Sauter vers: