Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Homecoming and upheavals. (ft. Bedelia) 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Homecoming and upheavals. (ft. Bedelia)

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
Voir le profil de l'utilisateur
Harry P. Darcy
général
J'ai posté : 82 messages et j'ai : 0 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : hugh dancy. et pour finir je crédite : avengedinchains. weheartit.

Jeu 28 Fév - 5:55


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.................................................

Les soirées mondaines n'étaient pas ma tasse de thé. D'ailleurs, sortir la nuit en règle générale n'avait jamais fait partie de mes plans depuis la majorité. Cependant, lorsqu'une somité dans le domaine de la psychologie ou de la psychiatrie vous lançait une telle invitation, et devant mon intérêt grandissant de retrouver mes marques dans un métier que j'avais abandonné depuis des années, je n'avais pas pu refuser. Jeanne Siaud-Facchin était psychologue depuis de nombreuses années, et avait également acquis le titre de psychothérapeute clinicienne, ce qui rendait son parcours d'autant plus enrichissant à parcourir. L'inconvénient fut de deux ordres : trouver une tenue adaptée, et me rendre à cette soirée qui hélas, n'avait pas lieu très exactement à New-York. En effet, je dus faire près de quatre heures de route depuis Staten Island avant de prendre l'avion à l'aéroport d'Adirondack pour pouvoir me rendre ensuite au Lac Mirror, là où avait lieu la fameuse soirée mondaine. Dieu merci, même 6 heures de trajet n'avait pas entamé mon enthousiasme. J'avais cependant prévu le retour trois jours plus tard, et avait réservé sur place une chambre à l'hôtel « Mirror Lake Inn » qui se situait à quelques rues de là. Une immense résidence aux murs blancs marbrés qui se répartissait en plusieurs villas autour du lac ; entourés par d'inombrables sapins et pins de toutes espèces et de toutes couleurs. En hiver, ce lieu relevait presque de la féérie tant le manteau de neige qu'on devinait le recouvrir devait laisser l'impression d'être isolé du monde.

Ce soir-là, après m'être brièvement reposé dans ma chambre, repensant à mes animaux que j'avais dû laisser à une voisine qui avait tendance à bien trop les gaver de nourriture à mon goût – mais je n'avais hélas trouvé personne de plus « fiable » dans mon entourage new-yorkais ou qui apprécia suffisamment les bêtes pour ne pas les étouffer dans leur sommeil – je commençais à me préparer. J'avais choisi pour l'occasion un ensemble smoking gris et noir, pour ne pas déroger aux traditions sans montrer non plus mon allégeance à celles-ci. Le carton d'invitation dépassait de ma poche de veste, et seul le nœud papillon traduisait mon incompétence à apprécier les règles : rouge bordeaux.

Ma tignasse impossible à discipliner depuis une bonne vingtaine de minutes fut abandonnée à son sort, tandis que je me parfumais du dernier Azzaro, un cadeau d'un étudiant que j'avais vainement tenté de repousser. La barbe parfaitement rasée, frais comme un gardon, je sortais enfin de ma chambre pour me diriger vers le centre des festivités, ne doutant pas d'y retrouver d'anciens confrères, sans jamais penser en revoir une en particulier.

made by pandora.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n’a pas été qu’un rêve. © signature by anaëlle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le profil de l'utilisateur
Bedelia L. Bellevue
général
J'ai posté : 196 messages et j'ai : 119 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gillian Anderson et pour finir je crédite : carole71 (ava) / FRIMELDA (sign) / akiplo (sign/profil)

Jeu 28 Fév - 21:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't know how I should say it.

- Docteur Bellevue, vous êtes toute en beauté ! Comme toujours, devrai-je dire.
- Puis-je vous retourner le compliment, Docteur Lemar ? Ce costume Hugo Boss vous va à la perfection.
- Connaisseuse.
- Bien entendu.

Un clin d’oeil bien placé de la part de Lemar et le voilà qui fut de nouveau parti vers d’autres convives. Elle détestait ce genre de soirée mais avait promis de s’y rendre par pur professionnalisme. Depuis le décès de Vladimir, Bedelia avait grand mal à se changer les idées, ainsi, lorsqu’était arrivée l’invitation pour ce séminaire entre professionnels de la psychologie, la blonde avait sauté sur l’occasion. Bien-sûr, Ewain Grump se devait d’être de la partie bien qu’elle lui ai demandé (pour ne pas dire ordonné) de ne pas se montrer ce soir lors du gala. Hors de question de commencer à faire parler d’elle alors qu’une des Unes de journal new-yorkais l’avait déjà fait lors de la découverte du corps de Vladimir. Dieu merci, le visage avait été flouté et les gros titres soulignaient l’effroie d’une psychologue face à un corps froid. Nul besoin de souligner ici la poésie dont les journalistes avaient fait preuve, bien entendu.

- Bedelia ! s’étonna une voix derrière la blonde qui se retourna alors.
- André, quel plaisir ! répondit-elle dans un français impeccable. Son accent disparaissait presque lorsqu’elle osait user de la langue de Molière.
- Nous ne vous voyons plus beaucoup au Bastille.
- Je sais, j’ai encore des affaires à régler sur New-York. Mais croyez bien que je n’oublie pas nos petits amuse-gueules français d’Alexandria.
- Vous plaisez vous à New York ?
- M'y plaire serait un bien grand-

Bedelia ne put terminer sa phrase que son regard capta celui d’un invité auquel elle ne s’était guère attendue. Harry Darcy. Que pouvait-il bien venir faire ici ? N’était-il donc pas à la « retraite » lui qui aimait tant dire qu’il ne faisait plus bon de l’appeler Docteur aujourd’hui qu’il avait cessé d’exercer ? L’avait-on ainsi invité, lui aussi ?

- André, vous voulez bien m’excuser un court instant ? Je reviens vers vous aussi vite que possible.
- Bien-sûr très chère, répondit-il l’homme en français.

Bedelia acquiesça puis quitta le Français avant de rejoindre Harry Darcy qui observait le monde autour de lui. Se sentait-il à l’aise? Il n’en avait guère l’air.

- Je dois avouer que c’est une surprise, s’annonça Bedelia en arrivant à la hauteur de l’homme. « Très beau costume. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And she never wanted to leave...
- spun away all her sorrow and pain.
Voir le profil de l'utilisateur
Harry P. Darcy
général
J'ai posté : 82 messages et j'ai : 0 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : hugh dancy. et pour finir je crédite : avengedinchains. weheartit.

Ven 22 Mar - 13:06


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.................................................

Mal à l'aise était sans doute l'état dans lequel je me trouvais actuellement. Sans doute, parce que je ne laissais rien paraître. Habitué aux mondanités sans les apprécier pour autant, j'avais vite repéré le buffet et ne le quittait plus des yeux comme si je craignais que cette ensemble d'assiettes fournies allaient s'enfuir, m'enlevant par la même mon excuse de ne pas me rapprocher de ces convives guindés à la démarche altière. Le professionnel dissimulé derrière un piton de richesses matérielles. Une deuxième coupe de champagne rejoignit la première alors qu'en règle générale, je ne buvais pas. L'alcool ce soir aiderait à me rendre plus docile, je suppose. Déjà mes mains ne tremblaient plus et je sentais le rouge de mes pommettes s'estomper pour un rosé plus révélateur. Fuyant avec un tact exemplaire chaque regard qui se posait sur mes épaules, je hochais la tête en signe de salut à certains confrères qui, de leur endroit, eurent la gentillesse – ou l'impolitesse peut-être ? Tout dépend du point de vue. - de respecter la distance que j'avais créé entre leur monde et le mien, jusqu'à ce qu'une intonation de voix ne me sorte de la torpeur qui avait fini par s'installer autour de moi. Elle ici ce soir. J'aurai dû m'en douter. Baissant légèrement les yeux sur le sol carrelé, je relève la tête après quelques secondes afin de ne point me laisser troubler. Dans un coin de ma tête, j'entends une voix qui me murmure des mots d'encouragements. « Une bonne surprise j'espère ? » osais-je lui renvoyer en me détournant pour la contempler. Sans voix aurait été l'expression la plus appropriée pour qualifier la mine gênée et admirative à la fois que j'affichais dès lors que j'eus posé les yeux sur Bedelia. Ce n'est qu'à son compliment formulé à mon égard que je me dépêchais de répliquer à mon tour. « Merci, vous aussi. » Avant de rectifier, conscient de mon erreur. « Enfin...je veux dire...vous êtes...c'est une très belle robe. » bégayai-je en buvant les dernières gouttes de ma coupe d'une traite pour me donner une contenance alors que j'observais à ma gauche d'anciens collègues rire dans leurs barbes. M'avaient-ils entendu ? Qu'importe, les habitudes ont la vie dure. « Est-ce que vous êtes accompagnée ? » Quelle question ! Pourquoi l'interroger à ce propos ? De plus, la connaissant un peu aujourd'hui, je doute qu'elle me réponde. Sans doute, me dis-je, allait-elle me renvoyer dans mes champs d'oignons.

made by pandora.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n’a pas été qu’un rêve. © signature by anaëlle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le profil de l'utilisateur
Bedelia L. Bellevue
général
J'ai posté : 196 messages et j'ai : 119 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gillian Anderson et pour finir je crédite : carole71 (ava) / FRIMELDA (sign) / akiplo (sign/profil)

Ven 22 Mar - 20:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't know how I should say it.

Il a bu. Ce fut comme une évidence pour la blonde qui vit le regard de Harry bien différent de d’habitude. Évidemment qu’il avait bu, comment tenir face à cette foule de gens sans un peu de champagne dans le sang ? Bedelia s’était elle-même laissée aller en appréciant une première coupe mais en se refusant cependant à en prendre une deuxième. Il était encore trop tôt et il il était absolument hors de question pour le Docteur Bellevue de risquer de jouer aux langues déliées. Ce qui ne fut clairement pas le cas de ce cher Harry qui osa une petite audace qui ne lui ressemblait guère. Etait-ce le véritable homme qu’elle croisait là ce soir ? Celui qui acceptait de se montrer tel quel sans craindre la réaction d’autrui ?

- Une bonne surprise, oui, répondit la blonde, un sourire en coin.

Elle observa sa tenue en se surprenant à apprécier le compliment de Harry. Comme quoi, tout arrivait. D’ailleurs, à cette seule idée, Bedelia réalisa qu’au fond, peut-être que les gens avaient raison ; peut-être que tout arrivait pour une raison. Comme le fait qu’ils se croisent ici ce soir, pourtant si loin de New York.

- Non. Non, je ne suis pas accompagnée, Harry.

Bedelia savait qu’elle jouait à un jeu un brin dangereux mais elle ne put s’en empêcher. Au vu de l’air calme de l’homme présent à ses côtés, Bedelia eut envie de tenter quelque chose, juste pour voir la façon dont Harry aurait de réagir si elle parvenait à le prendre de court.

Non pas que cela ne soit jamais arrivé depuis leur rencontre mais...

- J’imagine au vu de votre question que vous ne l’êtes pas non plus ?


S’il l’avait été, primo ; il ne lui aurait pas posé la question sans détour et secundo ; il serait perché au bras de la demoiselle et ne serait certainement pas aussi mal à l'aise.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And she never wanted to leave...
- spun away all her sorrow and pain.
Voir le profil de l'utilisateur
Harry P. Darcy
général
J'ai posté : 82 messages et j'ai : 0 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : hugh dancy. et pour finir je crédite : avengedinchains. weheartit.

Dim 19 Mai - 16:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.................................................

Sa remarque me fit monter le rouge aux joues, bien que l'alcool montant à mon cerveay m'empêcha de débattre à ce sujet, j'avisais plutôt ma coupe avec ce mélange de réserve et de pudeur qu'elle me connaissait, comme si le fond du verre recélait de secrets à dévoiler. « Je m'en doutais. » Oups, mauvais timing. Mauvais compliment. Parce que oui, c'était censé être un compliment mais comme d'ordinaire, je n'étais pas doué pour en faire, et aussitôt avais-je ouvert la bouche et croisé son regard que je me rendis compte de mon erreur commise. Bien sûr que je n'avais pas voulu dire que si elle n'était pas accompagnée, c'était parce qu'aucun homme ne désirait l'avoir à son bras. Quel fou oserait prétendre une telle ineptie ? Non, ce que j'avais voulu dire, très maladroitement, c'était mon bonheur de la savoir « libre », pour des raisons que je n'admettais pas encore et sûrement pas au cours de cette soirée trop alcoolisée à mon goût, et surtout, qu'une femme aussi brillante et superbe avait tant de choix de partenaires possibles qu'il devait lui être difficile de choisir le bon. Dommage que mon temps de réaction avait dépassé mon temps de réflexion. « Moi ? » Un regard lançé dans sa direction la convainc de ma réponse. Moi, accompagné ? Allons bon ! « Non. Thank God. » Deuxième erreur de la soirée. Décidément je commençais à les accumuler. Que pouvait-elle bien s'imaginer suite à cela ? Que je me trouvais trop bien pour quiconque ? Ou que je n'étais pas assez courageux pour affronter la gent féminine ? Dans les deux cas, j'aurais mieux fait de me taire. En attendant, ma coupe avait été vidée d'une traite et j'observais désormais Bedelia avec un air mi abruti mi gêné en songeant que le reste de la soirée n'allait pas se passer exactement comme je l'avais espéré. « Vous euh...vous voulez un verre ? » Enfin, un autre...God, mais tais-toi Harry ! Ne te rends pas encore plus ridicule ! Et voilà, comment être pris pour un alcoolique quand on n'y connait rien à la séduction ? Ou plutôt, parce qu'on a si fortement oubliés ses codes que l'on se vautre lamentablement.


made by pandora.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n’a pas été qu’un rêve. © signature by anaëlle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le profil de l'utilisateur
Bedelia L. Bellevue
général
J'ai posté : 196 messages et j'ai : 119 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gillian Anderson et pour finir je crédite : carole71 (ava) / FRIMELDA (sign) / akiplo (sign/profil)

Dim 19 Mai - 17:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't know how I should say it.

Comment avait-elle pu déjà oublier la timidité dont cet homme faisait toujours preuve ? Comment Bedelia avait-elle, ne serait-ce que, pu croire un instant qu’il serait un homme changé ? On ne change pas les gens. N’était-ce pas là l’un de ses meilleurs dictons pendant certaines thérapies ? Regardant sur sa droite puis sur sa gauche, la blonde ne sut quoi faire. Ils n’étaient pas seuls ici et des oreilles un peu trop curieuses sauraient capter le moindre mot de travers, Bedelia le sut mieux que quiconque. Elle fréquentait la « haute société » depuis trop longtemps pour oser ignorer ce genre de chose.

- J’ai...déjà un verre, répondit-elle, un petit sourire en coin.

Pourraient-ils ne serait-ce qu’essayer d’oublier tout ce qu’il s’était passé entre eux auparavant ? La mort de Vladimir planant au-dessus de la tête de Bedelia comme un couperet prêt à tomber à tout moment, la blonde savait pertinemment qu’elle n’était pas de celles à essayer de séduire. Elle représentait un danger, un réel danger. Et pour la première fois, elle sut qu’il était hors de question pour elle d’oser approcher quelqu’un. Impossible pour la psychologue de jouer les naïves au point d’ignorer la possibilité que quelqu’un termine sa route aux Urgences parce que ce quelqu’un aura eu le malheur de traîner un peu trop près d’elle.

- Je ne m’attendez pas à vous voir ici.

Et pourquoi pas ? Après tout, il restait du métier même s’il ne pratiquait plus.

- Vous ne semblez jamais très à l’aise en...société, ajouta-t-elle bien qu’elle eut envie de dire « en ma compagnie ».  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And she never wanted to leave...
- spun away all her sorrow and pain.
Voir le profil de l'utilisateur
Harry P. Darcy
général
J'ai posté : 82 messages et j'ai : 0 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : hugh dancy. et pour finir je crédite : avengedinchains. weheartit.

Lun 24 Juin - 17:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.................................................

Oui, elle avait déjà un verre. Pas encore tout à fait vide, peut-être à moitié plein, tout dépend de quel côté on se place je suppose. En parlant de place, je ne savais plus quoi faire, où me mettre, quoi dire. Plus je passais de temps en sa compagnie et plus je me sentais léger. A la fois troublé et gêné, comme si une frontière invisible nous séparait. Comme s'il avait fallu de peu pour qu'un rien ne naisse. Je ne savais pas exactement quoi, ni comment m'y prendre. Je le ressentais tout simplement. A moins que ce ne soit le champagne, ou cette soirée mondaine. Bon sang mais quelle idée j'avais eu ! A croire que ce monde pouvait m'apporter plus de réconfort que mon cocon bien hermétique. Ma grotte confortablement meublée.

Je souris, à la fois conscient de ce qu'elle entendait par là, et blasé par l'habitude de ce type de propos. « J'imagine. Tout le monde doit se demander ce que je fais ici. » répliquais-je un brin cynique en levant ma coupe désormais vide. Pour peu qu'un être aussi insignifiant soit digne d'intérêt, mon cas était assez hors du commun, oui. La suite put me piquer au vif, si elle n'était pas totalement dans le vrai. Pourtant, la manière dont elle s'était exprimée me fit égaleent froncer les sourcils alors que je percevais, ou peut-être n'était-ce qu'une interprêtation de ma part, une forme d'ironie silencieuse. « Oui, je suis un être assez sauvage dans mon genre, merci de me le faire remarquer. » ronflais-je alors en me sentant touché dans mon ego. Pas faux mais peut-être la forme me laissait elle un goût amer en raison d'une diatribe trop souvent entendue. Et puis, venant de Bedelia, chaque parole prenait des proportions gargentuesques. Qu'il s'agissa d'un compliment ou d'un reproche, mes émotions venaient aussitôt tout gâcher, par delà la raison. « Ce...type de société n'est pas intéressant, de toutes façons. » repris-je sans me rendre compte nécessairement que par mes mots, Bedelia aurait pu se sentir visée et jugée. Au fond, je faisais surtout référence aux riches, à ce monde superficiel, à la luxure en règle générale.


made by pandora.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n’a pas été qu’un rêve. © signature by anaëlle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le profil de l'utilisateur
Bedelia L. Bellevue
général
J'ai posté : 196 messages et j'ai : 119 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Gillian Anderson et pour finir je crédite : carole71 (ava) / FRIMELDA (sign) / akiplo (sign/profil)

Jeu 27 Juin - 20:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I don't know how I should say it.

Bedelia ne put s’empêcher de froncer les sourcils en entendant le ton sur lequel Harry lui répondit. Pourquoi lui parler d’une telle manière ? Elle ne faisait qu’établir un fait. Pourquoi semblait-il tout à coup offusqué ? Il ne s’agissait-il pas là d’une nouveauté, surtout entre eux, si ? L’homme étant clairement en colère pour une raison qui échappa à la Britannique, cette dernière leva les yeux au ciel en l’entendant cracher sa haine comme « cette société » dont il faisait pourtant partie.

- Dois-je vous rappeler, cher confrère, que rien ni personne ne vous force à être en ces lieux aujourd’hui ? répondit-elle, incapable de se contenir. « D’autre part, nul besoin de vous montrer si mal aimable. »

N’acceptant pas d’être la cible d’une colère mal dirigée, Bedelia leva de nouveau les yeux au ciel et décida de tourner les talons. Après tout, pourquoi rester en sa compagnie s’il était là question de prendre pour tout le monde ? Bedelia ne se sentit guère d’humeur à devoir supporter cela. Pas aujourd’hui, pas maintenant. Les mondanités n’avaient jamais son fort non plus mais elle savait s’adapter et faire en sorte de se lier aux personnes qui lui seraient utiles plus tard. Si Harry ne savait pas en faire de même, la blonde ne pouvait rien pour lui de ce côté-là.


Leurs chemins ne se recroisèrent pas avant un moment, au cours de ce même gala. Fatiguée par toutes ces rencontres, nouvelles ou renouvelées, la blonde décida d’aller prendre un peu l’air. Le cadre s’y prêtant parfaitement, elle sut que cela lui ferait le plus grand bien. Un verre de vin à la main, Bedelia sortit discrètement par une petite porte et se retrouva quelques secondes plus tard face à un spectacle de la nature dont elle saurait se souvenir longtemps. Rien de tel qu’un peu de nature pour se ressourcer, disaient-ils.

Ce ne fut qu’une fois appuyée contre la rambarde qu’elle vit, à quelques mètres de là, seul. Pourquoi était-il encore là ? Etait-il finalement parvenu à se calmer et se résonner ? Ou allait-il encore lui faire subir les foudres d’une colère dont Bedelia ne connaissait nullement l’origine ?

- Vous êtes toujours là, murmura-t-elle lorsqu’elle arriva à son niveau.

Étonnamment ou non, Bedelia ne s’attendit pas à obtenir une quelconque réponse. Son regard se focalisa sur le reflet des lumières de cette fin de journée sur le lac. Voilà quelque chose de reposant.

 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
And she never wanted to leave...
- spun away all her sorrow and pain.
Contenu sponsorisé
Homecoming and upheavals. (ft. Bedelia)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: