Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Demain est un autre jour [Jeiran] 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Demain est un autre jour [Jeiran]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Lun 4 Mar - 9:16


Demain est un autre jour

Jeiran et Esteban




Depuis peu, je vivais chez Sarah, avec Saeed. Entre la belle afghane et moi, plusieurs événements s'étaient déroulés pour chambouler notre relation. La jalousie de Sarah, sa grossesse, puis la fausse couche. J'avais ressenti beaucoup de peine en voyant la jeune femme face à cette terrible nouvelle. Et si cette fausse couche m'avait clairement affecté, je refusais de me plaindre, car ce n'était rien à côté de ce qu'avait pu ressentir Sarah. Je m'étais senti impuissant face à sa détresse, incapable de la réconforter. La seule chose qui avait été à ma portée, c'était de rester ici, dans cette maison que je connais si bien, à ses côtés pour la rassurer par ma présence. Ainsi, nous apprenions à vivre avec l'idée que finalement, nous n'aurons pas d'enfant ensemble, là où cette idée avait éveillé en nous un fort désir de fonder notre propre famille.

Alors j'avais posé mes valises ici. Enfin, si l'on peut dire cela comme ça, puisque je n'avais pas récupéré l'entièreté de mes affaire depuis notre rupture, en fin d'année. Et c'était si bon de me retrouver ici, de façon quotidienne, de pouvoir partager chaque nuit le même lit que Sarah, là où les draps étaient froissés de nos retrouvailles les plus intimes. Le quotidien, je le partageais aussi de nouveau avec Saeed. Retrouver ce petit ange chaque matin, et participer à son coucher, emplissait mon cœur de joie. Sans pouvoir l'expliquer, car ce gamin ne possède rien de moi, ni mon sang, ni mon caractère, je me sens très proche de lui. Entre nous, le courant passe parfaitement, même si le petit garçon a compris qu'il pouvait presque faire ce qu'il voulait de moi, juste en m'adressant son plus beau sourire. Et, comme je garde moi-même une âme d'enfant, si bien que j'aime passer du temps à jouer avec lui, je suis devenu un véritable camarade de jeu. Sans aucun doute, je peux crier sur tous les toits que ce gamin, je l'aime. Oui, je l'aime, même s'il n'est pas le mien, et que je ne prendrais jamais le rôle de son père, qui revient à William. Mais ça n'empêche en rien le fait que je l'aime, et que je serais capable de partir en guerre pour que lui soit en paix. Avec lui, mon côté protecteur reprend le dessus, et je pourrais montrer crocs et griffes au premier qui osera seulement imaginer toucher un seul de ses cheveux.

Quand je suis revenu chez Sarah, Mani, lui, avait trouvé son propre logement et s'y était installé, même s'il avait encore des affaires à venir récupérer. Et je voyais ça plutôt d'un bon œil, car je ne sais pas comment aurait pu se passer la cohabitation entre lui et moi. En effet, je ne l'ai rencontré qu'une seule fois, et j'ai clairement le sentiment que je ne lui ai pas fait une bonne impression. Probablement aurait-il préféré que sa petite sœur s'entiche d'un autre homme, plus âgé et qui ne l'aurait jamais fait souffrir. J'aurais aimé apprendre davantage à le connaître, car je sais à quel point Sarah aime et considère son grand frère. Mais, allez savoir pourquoi, la première fois que je l'ai vu, cet homme m'a intimidé, au point où je me suis senti très minable à côté de lui.

Ce matin là, Sarah a déjà quitté la maison avec Saeed, pour emmener ce dernier à la crèche, avant de partir au travail. Pour ma part, j'étais en période d'apprentissage au New York Times, et je commençais ma journée en fin de matinée. Alors j'ai flâné dans le lit, avant de me lever afin de descendre les escaliers pour me préparer un petit déjeuner, à base de pancakes sur lesquels j'étalais probablement trop de confiture de lait, accompagnés d'un mug de café dans lequel, une fois n'est pas coutume, j’ajoutais du lait. Oui, j'ai un véritable problème avec les produits laitiers et j'espère bien un jour aller en France pour m'empiffrer de tous leurs fromages. Une fois l'estomac plein, je remontais les escaliers pour filer sous la douche. Une fois sorti de cette dernière, j'enfilais seulement un boxer et un jeans, restant torse nu, et m'attelais à descendre pour faire un brin de ménage, afin d'éviter à Sarah de le faire, quand elle reviendra de sa journée de travail. Cependant, sous la douche, je n'avais pas entendu la porte d'entrée s'ouvrir, si bien que je fus particulièrement surpris en tombant nez à nez avec Mani, dans le salon.

Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Jeiran M. Davis
général
J'ai posté : 378 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jared Leto et pour finir je crédite : Morphine.

Dim 24 Mar - 21:56

Demain est un autre jour
Esteban & Jeiran

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]À la fin du mois de janvier, ma vie avait complètement basculé et avait été littéralement bouleversée. Le vingt-deux janvier, précisément, j'avais appris que j'avais un fils, qui allait d'ailleurs bientôt fêter ses onze ans. Cette nouvelle fut un véritable choc pour moi, surtout que la mère de Thomas ne me l'a pas annoncé directement, non. Elle a attendu que je fasse moi-même les liens, que j'établisse les connections nécessaires, alors que j'étais chez elle, et que j'y ai fait la connaissance de Thomas, pour finir par cracher le morceau. L'attitude de Paige m'a profondément blessé, mais depuis ce fameux jour, de l'eau a coulé sous les ponts, et si je tiens à garder de bons contacts sans qu'il y ait la moindre tension avec sa mère, j'ai plutôt intérêt à faire des efforts et à faire table rase du passé. De toute façon, le mal était fait, on ne pouvait plus revenir en arrière, alors il vaut mieux essayer d'avancer. Peut-être aussi que les sentiments que j'ai pu ressentir à l'égard de Paige, et qui ont soudainement refait surface lorsque je l'ai revue, me rendent bien plus conciliant.

Quelques jours après cette découverte, j'avais également appris l'existence de SOS, l'auteur anonyme d'un magazine qui s'amuse à répandre les pires rumeurs sur les habitants de New York. Néanmoins, certaines de ces rumeurs sont parfois parfaitement fondées, et s'apparentent davantage à des révélations qu'à de stupides ragots. C'est ce que j'ai pu constater en lisant, dans ce torchon, que cette fameuse SOS avait été mise au courant, avant moi, de l'existence de mon fils. Un premier coup dur à encaisser, qui a été suivi d'un second, lorsqu'Omeed, ma petite sœur, m'a annoncé qu'elle était tombée enceinte d'Esteban et qu'elle avait fait une fausse couche.

À présent, ma vie a retrouvé un cours à peu près normal. Je vis désormais avec Earl, dans le Bronx, et même si la colocation avec Sarah me manque parfois, je pense que ce n'est pas plus mal qu'elle et moi ayons retrouvé un semblant d'intimité, en ayant chacun notre logis. Néanmoins, j'ai tout de même gardé la clef de la maison d'Omeed. Ou, plutôt, elle a préféré me la laisser, sachant pertinemment que je finirai bien par me rendre compte que j'ai oublié quelque chose chez elle. Et elle avait raison, puisque j'ai réalisé, hier soir, que j'avais oublié l'une de mes vestes sur son portemanteau. Sachant que Sarah ne sera pas chez elle ce matin, je ne prends pas la peine de la prévenir de mon passage. De toute façon, je ne compte pas m'attarder : j'entre, je reprends ma veste puis je m'en vais. Une fois descendu à l'arrêt de bus situé à quelques mètres de la maison d'Omeed, je m'avance vers celle-ci et y pénètre sans me douter qu'Esteban se trouve à l'intérieur. En le découvrant torse nu, occupé à faire du ménage dans le salon, je ne peux retenir un juron de surprise. Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'il soit là. « Bordel de... » commencé-je avant d'étouffer la fin de ma phrase. « Désolé, j'savais pas que t'étais ici. J'venais juste rechercher ma veste... » Je fais d'ailleurs volte face, me tournant pudiquement vers le portemanteau, sur lequel est toujours accrochée ma veste, pour ne pas avoir à regarder plus longtemps Esteban. « Omeed n'est pas là, non ? » demandé-je, en espérant que le jeune homme me confirmerait ce que je savais déjà, pour m'assurer que je ne tombe pas en plein milieu d'un moment gênant. Nerveusement, j'attrape ma veste, prêt à rouvrir la porte et m'en aller.
(c) DΛNDELION


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis toujours surpris par les coïncidences qui nous font un clin d'oeil en posant des bonheurs sur les journées d'absence et nous laissent à penser que rien n'est un hasard. - Paul Verlaine ▵ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Mar 23 Avr - 10:28


Demain est un autre jour

Jeiran et Esteban




Si je suis surpris de tomber nez à nez avec Mani qui entre sans prévenir dans la maison, lui, semble complètement effrayé. Et je suis déjà en train de remercier le ciel d’avoir au moins enfilé un boxer et à un jeans. Je suis le genre de personne à aimer se balader nu chez lui, alors d’habitude, quand Saeed n’est pas là, j’en profite. Car là, ça aurait été gênant. Très gênant même. D’autant plus quand je vois la réaction de l’homme, qui se retourne pudiquement pour ne pas me voir plus longtemps torse nu. Alors j’attrape un T-shirt qui traine non loin et l’enfile.

- Non, elle est en train de donner un cours.

Pourquoi je me sens si mal à l’aise ? J’aime cet endroit, j’y ai mes marques mais quand je me retrouve face à Mani, j’ai le désagréable sentiment de ne pas avoir ma place ici, que cette demeure est plus la sienne que la mienne. Ce qui est stupide, puisqu’en réalité, cette maison n’est à personne d’autre que Sarah et Saeed. Alors pourquoi j’ai l’impression de squatter, là, maintenant ? Je chasse ces idées de mon esprit. J’imagine que j’aurais toujours ce genre de sentiments, tant que Mani et moi n’aurons pas eu une discussion moins houleuse que la première. Entre l’engueulade que ça a engendrée entre Sarah et lui, et le genre de réflexions qu’il a pu avoir concernant mon âge et notre relation… Je doute que cela eut été méchant de sa part. Non, il devait davantage être dans un désir de protéger sa petite sœur. En revanche je suis, pour ma part, encore assez mal à l’aise à l’idée de me trouver dans la même pièce que lui.

- Tu as le temps de prendre un petit café ?

Je sais que Mani a hâte de sortir d’ici. Et je serais certainement plus à l’aise quand ce sera le cas. Mais en plus d’avoir Sarah en commun, nous avons aussi Saeed. Alors pourquoi ne pas faire un effort pour que les choses se passent mieux ? Ma présence dans la vie de la belle afghane a déjà semé le trouble dans sa relation avec William. Je n’ai clairement pas envie qu’elle se prenne la tête avec tous ses proches à cause de moi, car chacun pense pouvoir donner son point de vue sur notre relation. Mais je préfère mettre ma rancœur de côté, l’oublier, et aller de l’avant. Faire preuve d’optimisme est certainement ma plus grande qualité – même si être naïf est probablement mon premier défaut… Quoi qu’il en soit, j’ose espérer que Mani reverra son jugement sur notre histoire. Même si j’imagine que ça sera compliqué s’il a apprit pour la grossesse de Sarah et la fausse couche qui a suivi. Quelle a été sa réaction ? L’afghane peut-elle compter sur son soutien, même s’il venait à désapprouver ? Alors je me dis qu’il peut penser ce qu’il veut de moi, il peut ne pas m’apprécier, je survivrais. En revanche, Sarah a besoin de lui. Et j’imagine que ça, il en a parfaitement confiance.

Entre deux, c’est Guapo, le petit chaton roux que j’ai accueilli dans mon appartement en début d’année, et qui a finit par atterrir ici avec mon emménagement, qui pointe le bout de son nez. Il joue avec un jouet en forme de souris, bondissant sur lui comme un chasseur… absolument pas expérimenté. Mais c’est ce qui le rend mignon. Plus qu’à espérer que Mani ne soit pas allergique aux poils de chat…

HS : Désolée pour le temps d’attente. J’ai enchainé les grosses semaines au boulot. A partir de maintenant, ça va être beaucoup mieux ! Demain est un autre jour [Jeiran] 627785219

Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Jeiran M. Davis
général
J'ai posté : 378 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jared Leto et pour finir je crédite : Morphine.

Sam 11 Mai - 22:23

Demain est un autre jour
Esteban & Jeiran

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La dernière chose à laquelle je m'attendais en passant la porte de la maison d'Omeed, c'était de tomber nez-à-nez avec un Esteban à moitié nu passant l'aspirateur dans le salon. Je suppose que ce n'était pas une très bonne idée de me pointer chez ma petite sœur sans prendre la peine de prévenir avant, ou d'au moins sonner à la porte. Mais j'essaye de me rassurer en me disant que la situation aurait pu être pire : j'aurais pu trouver Esteban entièrement nu dans le canapé, ou en plein ébat avec ma sœur, ce qui aurait été tout simplement insupportable. « Ah. Oui. C'est vrai qu'on est lundi. » constaté-je à voix haute, comme si cette information avait pu m'échapper ce matin au réveil, ou en quittant mon appartement pour me rendre jusqu'ici. Nerveusement, je me jette sur ma veste, restée accrochée au portemanteau, prêt à la balancer sous mon bras et à l'emporter avec moi avant de quitter la maison sans demander mon reste. Mais à cet instant précis, la voix d'Esteban tranche le silence pour me faire une proposition plus qu'inattendue. Un café ? Un café. Je lâche la poignée sur laquelle ma main était déjà posée et je pivote doucement sur mes talons pour faire face au jeune homme. « Euh... Oui, je ne travaille pas avant quatorze heures donc j'ai plus que le temps. » réponds-je le plus honnêtement du monde. Évidemment, je ne compte pas rester ici jusque quatorze heures... Si je tiens déjà une heure, ce sera déjà pas mal, au vu de la teneur de ma dernière discussion avec Esteban.

Timidement, tenant toujours ma veste entre mes bras, je m'avance dans le salon, craignant presque de poser les pieds sur le sol. Je manque presque de faire un bond démesuré en arrière lorsque je vois surgir de nulle part un chaton, qui se jette sur une espèce de jouet de plumes, dans lequel il tente de planter ses minuscules griffes. « Je ne savais pas que vous aviez adopté un chaton. » constaté-je en osant enfin relever les yeux vers Esteban qui a, pour mon plus grand bonheur, enfilé de quoi couvrir son torse. « Il s'appelle comment ? » lui demandé-je en m'approchant lentement de la table de la cuisine, prenant soin de contourner le chat pour ne pas risquer de me taper une crise d'allergie soudaine. A priori, si je ne caresse pas le chaton, et s'il ne se frotte pas contre moi, je ne devrais pas risquer quoi que ce soit, mais on va éviter de se transformer en chou-fleur rougeaud aujourd'hui. « Ça se passe toujours bien avec Sarah ? » demandé-je en m'installant sur l'une des chaises et en y déposant, sur le dossier, la veste que je suis venu récupérer. Cette question n'est pas tout à fait innocente, puisque j'ai découvert récemment qu'Omeed avait perdu le bébé qu'elle avait eu par accident avec Esteban, mais en même temps, si ce sujet le met mal à l'aise, l'étudiant n'est pas obligé de m'en parler. « Et pour les cours, tu t'en sors ? Tu as prévu de partir en vacances avec Sarah cet été ? » Ma petite sœur ne m'a encore rien dit à ce sujet mais ce serait peut-être l'occasion de faire la conversation avec l'homme qui n'est autre que son petit ami et avec qui j'ai tout intérêt d'entretenir des relations cordiales.
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis toujours surpris par les coïncidences qui nous font un clin d'oeil en posant des bonheurs sur les journées d'absence et nous laissent à penser que rien n'est un hasard. - Paul Verlaine ▵ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban Lopez
général
J'ai posté : 328 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christian Navarro et pour finir je crédite : hershelves

Mar 18 Juin - 13:43


Demain est un autre jour

Jeiran et Esteban




Je ne peux pas ne pas proposer un café à Mani, même si je sais que son premier désir est de sortir d’ici le plus rapidement possible. La preuve en est, il a déjà posé la main sur la poignée de la porte d’entrée. Mais, à ma grande surprise, il accepte. Je ne sais pas si j’en suis heureux. L’idée que notre relation, quasi inexistante et tendue, s’améliore, me ferait sincèrement plaisir. Cependant, au vu de nos derniers échanges, je crains que la conversation ne soit guère plus agréable. Après tout, si nous faisons tous les deux un pas vers l’autre, pour Sarah, pourquoi les choses de s’amélioreraient-elles pas ?

Mes yeux se posent sur Guapo, qui abandonne un court instant son jouet, curieux, pour observer ce nouvel arrivant qui ne fait pas partie de son cadre habituel. Mais très vite, son attention se reporte sur la fausse souris et il bondit à nouveau dessus, bien décidé à n’en faire qu’une bouchée. Alors, mon regard se relève pour se plonger dans celui de l’homme face à moi. « J’ai récupéré ce chaton quand j’étais à mon appartement. Donc je l’ai ramené ici, quand j’ai emménagé. » Et je mets bien évidemment l’accent sur le fait que désormais, j’habite ici. Je ne sais pas si Mani voit cela d’un très bon œil, mais il devra s’y faire. Sarah et moi sommes de nouveau en couple, nous nous aimons, et nous comptons bien mettre tout en œuvre pour vivre pleinement notre histoire. « Il s’appelle Guapo. » En disant cela, je prends l’animal à quatre pattes dans mes bras, et vais le déposer un peu plus loin, ayant bien vu que le frère de Sarah cherchait à le contourner. Je mettrais ma main à couper qu’il est allergique aux chats. Forcément… encore un bon point pour moi…

Quand je reviens jusqu’à la cuisine, Mani s’est installé. Je me dirige vers la machine à café, redresse le couvercle et place deux dosettes dedans pour remplir nos tasses. En attendant que l’eau chauffe, je reporte mon attention sur l’homme, qui me demande si ma relation avec sa sœur se passe toujours bien. Je sais que Sarah lui a parlé de la fausse couche. Cette question n’est donc pas anodine. Savoir, en revanche, ce qu’il pense de cette situation, m’est très difficile. Espère-t-il que notre relation se détériore ? Aimerait-il la voir avec un homme autre que moi ? Je n’en sais rien. Et dans le fond, je m’en fiche, car je n’ai pas de compte à lui rendre. Je sais ce que je vaux, et l’ampleur de mon amour pour Sarah. « Entre nous, oui, ça se passe toujours aussi bien. Après, tu n’es pas sans savoir qu’avec ce qu’il s’est passé, le moral de ta sœur n’est pas au top de sa forme. » Oui, je préfère faire le distinguo. Cette épreuve nous a, à mon sens, blessé, mais rendus plus fort.

J’appuie sur le bouton et observe le liquide brunâtre couler sur dans les deux tasses. Une fois remplies, j’en dépose une devant Mani, et vais m’asseoir sur l’une des chaises, non loin de l’homme, mon café à la main, après avoir récupéré une bouteille de lait dans le réfrigérateur pour en mettre quelques gouttes. Je relève la tête et observe le frère de Sarah. « Pour les cours, et bien, je prépare ma soutenance. C’est beaucoup de travail, mais ça le fait. Et en ce qui concerne les vacances et bien… on n’en a pas encore parlé. Je ne suis pas encore sûr d’avoir quelques jours pour partir cet été, puisque je suis nouveau au New York Times. » Et oui, difficile pour les nouveaux arrivants de prendre directement des vacances. Je pourrais, très certainement, mais sans être payé. « Mais on va partir certainement quelques jours à El Paso pour l’anniversaire de Sarah. J’espère que ça lui fera du bien de voir vos parents. » En effet, j’avais acheté des billets à la jeune femme pour se rendre là-bas. Un cadeau que je lui avais offert pour Noël, même si nous n’étions pas ensemble, puisque je savais que sa famille lui manquait terriblement. Alors j’avais pensé que c’est Mani qui l’aurait accompagné. Quoi qu’il en soit, je guette sa réaction, en apprenant que je devrais bientôt rencontrer ses parents. Finalement, je décide de lui retourner la question. « Et toi, tu pars quelque part cet été ? »


Fiche codée par < NyxBanana >

Voir le profil de l'utilisateur
Jeiran M. Davis
général
J'ai posté : 378 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jared Leto et pour finir je crédite : Morphine.

Sam 13 Juil - 1:41

Demain est un autre jour
Esteban & Jeiran

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Est-ce que je me méfie d’Esteban davantage par principe que pour une raison vraiment valable ? Évidemment que oui. Il sort avec ma petite sœur et c’est une raison amplement suffisante pour ne pas le porter dans mon cœur. Pourtant, je sais qu’Omeed n’est plus une petite fille maintenant, bien au contraire. Elle est adulte, parfaitement capable de prendre des décisions réfléchies seule et, par-dessus tout, elle est maman désormais. Alors il faudrait peut-être que je lâche un peu la bride et que je lui laisse la liberté qu’elle mérite. Mais les dernières révélations qu’elle m’a fait au sujet d’Esteban ne m’ont pas vraiment aidé à me rassurer. Je sais qu’elle m’en a parlé parce qu’elle avait besoin de se confier, et pas pour que je me serve de ça par la suite au détriment de son colombien, mais c’est plus fort que moi. Je ne peux pas m’empêcher de devenir paranoïaque, même si j’essaye de faire preuve de suffisamment de bonne volonté pour accorder une nouvelle chance à Esteban. Après tout, il m’est déjà arrivé aussi d’être condamné d’avance alors que j’étais innocent. Par conséquent, je peux au moins lui accorder le bénéfice du doute, même s’il devra faire ses preuves et que rien ne sera acquis par avance. Et c’est précisément pour cette raison que j’accepte une tasse de café avec l’étudiant, même si je suis rempli d’a priori avant de prendre place sur l’une des chaises de la cuisine. « Ah. Tu as emménagé. » reprends-je sur un ton sec. La conversation commence mal. « Sarah ne m’avait rien dit. » Et dans un sens, je la comprends. Elle n’avait certainement pas envie d’entrer dans une discussion sans fin avec moi, qui aurait tout simplement abouti sur un énième sermon. Au moins, maintenant que je suis face aux faits accomplis, je n’ai plus rien à dire. Je dois faire avec la situation et la boucler. « Ça fait combien de temps ? » demandé-je tout de même pour faire mine de m’intéresser, détournant le regard d’Esteban pour observer à nouveau le chaton, qui a jeté son dévolu sur un autre jouet désormais. « Guapo ? C’est un nom espagnol, non ? Ça veut dire quelque chose ? » m’enquis-je sur un ton un peu plus détaché, comme si ça allait changer mon existence de connaître le nom de ce chat. Enfin, si Esteban est destiné à prendre racine, je suppose que le chat va rester aussi, et il faudra bien que je retienne son nom.

Esteban s’éloigne pour aller préparer nos cafés et j’en profite aussitôt pour lui poser une question-piège. Apprendre que tout va bien entre lui et ma sœur ne m’enchante pas vraiment. Prétendre le contraire serait mentir. Mais en même temps, je sais qu’Omeed serait à nouveau dévastée si le jeune colombien ne faisait plus partie de sa vie, alors je ne peux pas leur souhaiter que tout se détériore entre eux non plus. En réalité, je serais un véritable monstre si je désirais une chose pareille. « Oui, en effet, Sarah m’en a parlé. » C’est à cet instant précis qu’il faudrait faire preuve d’un peu d’empathie, mais les mots ont du mal à sortir de ma bouche. Il me faut faire un gros effort pour parvenir à articuler : « D’ailleurs, je suis... Je suis sincèrement désolé pour ça. » Je sais à quel point Omeed a mal vécu cette perte mais pour ce qui est d’Esteban, je ne sais rien. J’ai bien envie de le réprimander sur les risques d’avoir des rapports sexuels non protégés - risques pour ma sœur surtout ! - mais ce n’est clairement pas le moment. Alors je range les armes et j’essaye de faire preuve d’un peu d’humanité. « Je sais que Sarah l’a très mal vécu mais toi, comment tu vis tout ça ? Tu tiens le coup ? » J’imagine que ça doit être compliqué à gérer pour Esteban, entre l’humeur maussade de Sarah et l’amour porté à un enfant qui ne verra jamais le jour... Le jeune homme nous sert nos cafés avant de s’asseoir en face de moi. Je le remercie d’un bref signe de tête et approche la porcelaine de mes lèvres pour prendre une première gorgée du liquide chaud quand Esteban m’annonce que lui et Sarah n’ont pas encore prévu de vacances pour cet été, mais qu’ils vont très certainement rentrer à El Paso pour l’anniversaire de Sarah. Je manque de m’étouffer en avalant de travers mais je parviens à me reprendre juste avant de recracher par le nez le café que je viens d’avaler. « Sarah va déjà te présenter aux parents ? » Ça m’échappe avant même que j’aie le temps de réfléchir à une formulation plus... adéquate ? Moins... abrupte ? Mais oui, ça me semble évident qu’Omeed estime que c’est suffisamment sérieux entre elle et Esteban pour le présenter à nos parents. Enfin, je suppose qu’elle ne va pas rentrer à El Paso pour abandonner le colombien dans un hôtel alors qu’elle va passer du temps dans la maison où nous avons grandi. « Euh... Non. Je n’ai pas les moyens de partir en vacances cette année. Je compte rentrer à El Paso aussi, avant septembre, mais je ne sais pas encore quand. Mais ce n’est pas très grave. Je pense qu’il y a suffisamment de quoi faire à New York pour s’occuper tout un été. » réponds-je au jeune homme avec un sourire crispé. Me vient alors une idée, qui ne me plaît pas vraiment, en réalité, mais qui me semble être un bel effort fourni à l’égard de ma sœur. J’espère qu’elle me le revaudra. « D’ailleurs... Si toi et Sarah, vous ne partez pas cet été, et que moi non plus, on pourrait peut-être... S’arranger pour passer un week-end tous ensemble ? Ce serait l’occasion d’apprendre à se connaître et de... Repartir à zéro ? » suggéré-je en faisant référence à notre rencontre, qui était une véritable catastrophe.
(c) DΛNDELION


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis toujours surpris par les coïncidences qui nous font un clin d'oeil en posant des bonheurs sur les journées d'absence et nous laissent à penser que rien n'est un hasard. - Paul Verlaine ▵ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Contenu sponsorisé
Demain est un autre jour [Jeiran]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
-
Sauter vers: