Flashnews
Faites place aux Olympiades 2019 ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Cassandra, Akosua, Luna et Riley ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ian, Damian, Alan et Camden veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 42
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ J'ai entendu "Tea Time" ! / Sidney & Jacob 1529876038
Recrutement fermé
SOS a une super équipe et est prête à prendre ses fonctions, de ce fait nous fermons les candidatures J'ai entendu "Tea Time" ! / Sidney & Jacob 48250097
Scent of Scandals #34
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

J'ai entendu "Tea Time" ! / Sidney & Jacob

GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob E. Peters
voteur
J'ai posté : 702 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Logan Lerman et pour finir je crédite : Dulce

Jeu 14 Mar - 0:34
Qui y a-t-il de mieux qu’un weekend en famille pour se reposer ? Rien, nous sommes d’accord. C’est sans doute pour ça que nous avons tenu à organiser un anniversaire surprise à mon père et que, pour une fois, aucun de nous n’a eu de mal à se dégager du temps.

J’ai un grand frère, Samuel, qui vit à Indianapolis, où il joue au football américain en tant que Halfback pour les Colts. Il est mon opposé total, ce qui fait certainement que nous avons eu du mal à nous entendre plus jeune -mais que nous nous entendons aussi bien aujourd’hui. Sam fait facilement une tête de plus que moi, a des biceps qui font tourner la tête de toutes les filles et il est capable d’avaler une cargaison de pancakes prévue pour toute une équipe en un temps record. Nous ne l’avons jamais connu avec une fille. Il se dit lui-même être un partisan de l’amour libre -ou ce que nous appelons avec beaucoup plus de clarté et moins de subtilité, de plans culs.

Elia, ma petite sœur, vit à Washington avec sa petite amie, Adèle. Elle a été recrutée par une branche du FBI il y a quelques mois et depuis aucun de nous ne sait vraiment ce qu’elle fait. Ah non, mais il n’y a pas qu’une question de secret gouvernemental, il y a surtout le fait qu’Eli a un Q.I qui est égal à tous les nôtres réunis. Ok j’exagère, mais à peine. Mais ça n’a jamais empêché notre complicité d’exister. Ma sœur vient souvent à New-York, me voir. Ou voir Sidney aussi.

En parlant de Sidney, vous vous doutez bien qu’elle est du voyage. Depuis qu’elle est entrée dans ma vie, puis dans celle de ma famille, mes parents ont l’habitude de dire qu’ils n’ont pas trois mais quatre enfants. Elle a tout de suite été adoptée par tous les membres de la famille et perçue comme étant une Peters. Bon, une Peters qui mange du bacon sans que ma mère ne lui fasse un petit sermon, mais une Peters quand même.

Nous n’avons pas vraiment pu nous retrouver depuis son voyage en Europe. La preuve, je n’ai eu ma tablette de Toblerone géante qu’en allant à l’aéroport à New-York -et donc juste avant d’en racheter une, oui exactement. Je n’ai même pas pu faire durer le plaisir puisque j’ai dû manger les deux en peu de temps pour ne pas arriver chez mes parents avec beaucoup trop de nourriture pour que ma mère ne râle pas comme quoi je ne vais pas manger au dîner. Il faut croire qu’elle ne me connait pas bien, même après tout ce temps. Je suis largement capable de manger une tablette de chocolats et un dîner confectionné par ma mère en l’espace d’une demi-journée. Oui, nous avons un certain talent avec la nourriture chez les Peters, je sais.
Comme à son habitude la plus bonne de mes copines a joué à la bouillotte toute la nuit. Non mais sérieux, quiconque a déjà dormi avec Sidney sait que c’est à la fois le meilleur moyen de ne pas avoir froid et le meilleur moyen de fondre. Que vous soyez dans un lit king size ou une place, elle trouvera toujours le moyen de rouler vers vous -ou sur vous-. Le réveil a donc été un peu plus piquant qu’il n’aurait dû l’être. Bon pour ça et parce que Sidney pigne depuis près d’un quart d’heure pour que j’aille lui faire un petit-déjeuner.

Je suis faible, que vous voulez-vous. Pour ma défense elle a vraiment d’excellents arguments ! Déjà elle m’a certifié de me faire deux petits-déjeuners en échange, vous voyez forcément le gain. Ensuite elle m’a dit que j’étais vraiment le meilleur ami du monde, un frère en or, qu’il n’y en avait pas deux comme moi. Et surtout, et c’est là que vous pouvez voir à quel point elle me connait, elle a promis de me raconter un énorme potin si je faisais ça. Alors oui, je suis faible, mais je sais que ça vaut le coup.
Quand je descends, il n’y a pas de bruit dans la cuisine. Je pense qu’Elia et Adèle dorment encore. En regardant dehors j’aperçois mon père et Samuel, chacun avec un gant de baseball, s’envoyant tour à tour une balle. Dans un autre contexte je serais certainement allé les rejoindre mais je dois avouer que l’appât du gain est beaucoup plus fort. Je leur rends le signe de main qu’ils m’adressent et leur tourne le dos pour attraper le pain que je mets dans le toaster. Sur un plateau, je pose des fruits, de quoi mettre sur les toasts, deux cafés, du jus d’orange frais, des assiettes et des couverts. Oui, je sais, je suis un super meilleur ami.
Je profite de ce moment seul pour regarder mes messages. Comme je m’y attendais, il y en a un de Keala. Comme je m’y attendais également, je souris niaisement face à mon écran. Sans que je le voie venir, les choses ont évolué d’un coup entre la jolie hawaïenne et moi après cette nuit, il y a peu de temps. Nous ne nous sommes pas encore revus mais nous échangeons quotidiennement, joie de la technologie. Vous savez le plus drôle dans tout ça ? C’est que je ne sais pas exactement ce qu’il se passe entre nous et pour une fois, je m’en fous ! Je veux simplement la revoir, en espérant que mes côtes ne se décident pas à rentrer dans l’équation cette fois. D’ailleurs, il faudrait que je briefe Keala pour qu’elle sache que ma mère pense que mes égratignures viennent d’une chute à vélo. Vous savez, au cas où elles se rencontreraient. Oui, bon, je m’emballe.

Une fois le plateau prêt, je remonte en espérant que rien ne tombe sur le sol. Vous savez à quoi ressemble Hulk quand il s’énerve ? Et il vous fait peur ? Alors c’est que vous n’avez jamais vu ma mère si l’on tâche un de ses tapis. Oui, même par hasard !
Je pousse la porte de la chambre que j’avais laissé entrouverte et prend Sidney en flagrant délit. AH ! Je vois que je ne suis pas le seul à avoir ce sourire niais en lisant un message. Sauf que moi j’ai réussi à le cacher jusqu’ici. La petite cachotière, elle me cache des choses on dirait ! Je pose le plateau sur le lit et lui lance un sourire carnassier pour bien lui faire comprendre qu’elle va finir par me dire tout ce que je veux savoir. Oh oui, même les meilleurs amis parfaits ont leurs travers hein ! Et puis ça va, vous allez être bien content quand vous allez aussi savoir !

- Aloooors ? Tu parles à qui ? T’as rencontré quelqu’un ou quoi ?

J’attrape un toast et croque dedans sans la quitter des yeux. Non mais je fais le malin mais j’ai surtout de la chance que Sidney ait été à l’étranger quand le dernier SOS est paru sinon je ne m’en serais pas du tout tiré de la même manière. Je la voyais déjà me mettre le flash de son téléphone dans les yeux en me bombardant de questions. Mais d’ailleurs quand j’y pense, je crois qu’elle n’a commencé à utiliser cette technique qu’après la dernière visite d’Elia. Non vraiment, le FBI n’a un bon effet ni sur l’une, ni sur l’autre. Les laisser ensemble n’est pas une bonne idée de base en fait. On devrait le savoir depuis le temps.

- Et du coup, tu lui as dit que t'étais mariée ? On en est où d'ailleurs à ce niveau ?
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney A. Pettersen
général
J'ai posté : 1237 messages et j'ai : 379 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Hailey Baldwin et pour finir je crédite : ASTRA

Jeu 14 Mar - 19:43
i think the tea is just ... HOT

sidney & jacob

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Famille nombreuse, Sidney heureuse. C’est bien pour ça qu’elle a accepté avec un énorme sourire de partir un week-end tout entier dans la famille de Jacob. De toute façon, il était grand temps qu’elle le retrouve à son meilleur ami car depuis son petit périple en Europe et la tournée de signature de son livre à lui, ils ont clairement plus eu le temps de trop se voir les deux amis. C’est toujours des entrevues trop rapides, entre deux trucs à faire. Puis y’a ces rendez-vous secrets, ceux qui donnent le sourire à son meilleur-ami sans qu’elle comprenne qui peut-il bien voir si rapidement puisqu’avec Amanda c’est terminé ? Elle sait pas trop l’anglaise mais de toute manière elle aussi cache qu’en ce moment elle s’essaie à Tinder, tente de trouver la perle rare de façon complètement aléatoire sur un réseau social à défaut de s’autoriser à tomber – légèrement – amoureuse de son collègue qu’elle se plaisait à détester depuis un certain temps maintenant.

L’anglaise qui se jure qu’elle en saura plus avant la fin de ce périple familiale. Il le faut, elle ne peut pas rester ainsi dans le mystère. Et c’est donc dans la joie et la bonne humeur que les deux amis arrivent à Saint-Louis comme prévue le vendredi après-midi, juste peu de temps avant le diner, juste le temps de saluer ceux qui sont arrivés avant eux et s’installer dans la chambre de Jacob qu’ils partageront sans aucun souci d’ambiguïté. Car depuis le temps ils ont tous pris l’habitude dans la famille de voir cette drole d’amitié exister. Si à la base tout le monde s’imaginait que Jacob et Sidney cachait quelque chose, c’est avec le passage des années qu’ils ont compris qu’il n’y aurait jamais rien d’autre qu’une magnifique amitié entre eux. Sidney considérait comme la benjamine dans cette famille juive, aime se faire dorloter par la femme qui ne l’a pas mise au monde mais qui se fait un malin plaisir d’agir comme si elle l’avait fait.

C’est ainsi après un bon repas en famille, beaucoup de fou rire et que chacun ait pu raconter son quotidien aux géniteurs qui se font curieux ce soir qu’ils décident d’un commun accord qu’il est temps d’aller dormir. Sidney la première qui va se changer dans la salle de bain, vient se caller dans le lit double de Jacob en envoyant quelques sms le temps que son meilleur ami débarque pour mater un film dont elle ne verra jamais la fin car on parle de Sidney, Sidney qui n’a plus la même capacité qu’avant pour tenir les nuits blanche. C’est pas que Jacob l’ennuie mais c’est la tête contre son épaule qu’elle finit par s’endormir. Et la nuit qui file en un claquement de doigt, Sidney qui vient coller son meilleur-ami durant son sommeil sans s’en rendre compte et surtout, en imaginant qu’elle dort non pas avec Jacob mais Solal. Ce n’est pourtant pas arrivé depuis un bout de temps, depuis Amsterdam finalement. Solal et Sidney qui n’ont plus eu de moment rien qu’à eux en privé depuis ce voyage. Les deux adultes qui se sont un peu rapprochés lors de leur mini trip en Europe pour mieux s’éloigner après celui-ci, du moins du côté de Sidney. La poupée qui après un long voyage d’une dizaine d’heure passé dans l’avion pour retourner à New York a décidé qu’il serait préférable pour tout le monde qu’elle ne commence pas à s’attacher plus qu’actuellement à son collègue. Car c’est une histoire couru d’avance, on la connait l’histoire de la fille qui s’entiche de son collègue de travail alors que lui, ne ressent rien pour elle. Elle a pas envie de souffrir Sidney, pas envie de se prendre un râteau alors qu’elle sait qu’elle n’est pas son genre. Va juste falloir qu’elle l’oubli, mette de côté les petits fourmillements qui viennent s’immiscer au creux de son ventre, les petits ratés de son cœur et tout devrait bien aller.

Nuit d’au moins huit heures bien mérités, l’anglaise qui ronchonne dès lors que son meilleur ami tente de la réveiller. Elle grappille Sidney, dix minutes, puis vingt … Puis un petit-déjeuner, au moins il sortira de cette chambre pour s’occuper le brun et elle ne demande que ça l’assistante, qu’il dégage juste pour prendre le temps de se remettre de ses rêves. Le petit déjeuner qu’elle arrive finalement à négocier contre quelques ragots et un service petit-déjeuner doublé à la prochaine occasion. Comme toujours, il en faut peu pour motiver un Jacob curieux et si il veut du tea… Il va en avoir le garçon. Mais en attendant, dodo time.

Scroll, scroll, scroll… Comme toute personne normalement constitué dès qu’elle se réveille, même si elle a un œil toujours collé, elle se met à consulter les réseaux sociaux Sidney. Les photos qui défilent, les likes qui se font faciles. Y’a quelques commentaires qui la font sourire sous sa dernière photo en date. Un commentaire toujours aussi moqueur de Solal, toujours ce même humour qui commence à faire ses preuves sur elle. Et bien évidemment c’est à ce moment-là qu’il arrive Jacob, juste quand elle ricane comme une imbécile devant son téléphone qu’il ramène sa fraise. Il n’attend pas deux secondes pour poser le plateau sur la couette épaisse, vient reprendre sa place initiale dans le lit en la regardant telle une hyène qui attend son bout de gras. Et elle, plus elle le voit comme ça, plus elle le fait languir. Sidney qui tranquillement met en veille son téléphone, le pose à côté d’elle et boit une gorgée du café qui oh merde est brûlant.

« Ah ma langue zeigneur, z’ai mal ! »

Elle se fait du vent, plisse du nez et repose sa tasse en attrapant plutôt une tartine comme vient de le faire Jacob, ça sera moins dangereux pour le moment.

« J’parlais à personne hein, je regardais juste instagram tu t’attendais à quoi Peters ? »

Qu’elle lâche en roulant difficilement des yeux, mais est-ce que Jacob Peters écoute quand on lui parle ? Clairement pas. L’auteur du vingt et unième siècle il part déjà dans son délire et fait rire celle s’essuie le point de confiture qui s’est accroché au coin de sa bouche, lèche le bout de son doigt comme une gourmande et hausse les épaules en avouant finalement :

« Tu sais, j’ai eu quelques rendez-vous ces derniers temps mais rien de folichon, le feeling passe pas trop apparemment donc non, ils n’ont pas eu à savoir que j’étais en pleine annulation de mariage… Mais ça, ça devrait être réglé d’ici cet été d’après l’avocate, tant qu’on lui file des chèques tous les mois. »

Un sourire faussement niais qu’elle sert à son meilleur ami en disant ça et déjà, elle croque de nouveau dans la tartine qu’elle tient entre ses doigts, mâchouille le morceau qu’elle a dans la bouche et dit la bouche pleine, telle une malpropre :

« Et toi alors ? à peine j’essaie de te voir tu me sors que t’as déjà un truc de prévue… Tu revois Amanda ou quoi ? Tu peux me le dire si c’est ça Jacob, je t’en voudrais pas si tu l’aimes. »


Car oui, pour Sidney, si Jacob est tant occupé ce n’est clairement pas à cause de Keala. Keala elle l’a oublié depuis l’histoire des MST et tout, Keala c’était les problèmes de 2018, le passé. Amanda c’est la distraction de l’année 2019, c’est elle le nouveau problème de Jacob, un problème qui la hait à elle, qui souhaiterait qu’il choisisse définitivement entre sa meilleure amie et elle, il a déjà choisi une fois Jacob mais peut-être qu’il a regretté son choix ? Elle préfère en avoir le cœur net l’anglaise.

Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is it desire, or is it love that I feel in for you? I want desire, 'cause your love only gets me abused.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob E. Peters
voteur
J'ai posté : 702 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Logan Lerman et pour finir je crédite : Dulce

Mer 20 Mar - 0:16
Sidney me fait languir avant de répondre à ma question, comme si elle cherchait ce qu’elle allait bien pouvoir me répondre pour ne pas me balancer la vérité. Elle prend son temps, l’anglaise, bientôt elle va se prélasser comme Benjamin juste avant sa sieste. Non mais je rêve, elle se fout littéralement de moi. Est-ce qu’elle a quelque chose à cacher ? Attendez ne me dites pas que c’est quelqu’un que je connais ? Oh pourvu que ça ne soit pas Marc. J’aurais dû la prévenir que c’était sûrement pas le meilleur parti qu’elle pouvait trouver. Bien loin de là même. Bon au moins ce mec donne l’opportunité de partager beaucoup de choses dès le début. Des morpions, par exemple. Et encore, ça ne serait pas grand-chose par rapport à ce que je soupçonne. Oui, j’aime bien Marc, mais c’est mon ami, je n’ai aucune intimité de ce type avec lui, alors je m’en fous. Oh quelle horreur, j’espère qu’elle n’a pas fait ça. Je ne les ai pas vu repartir après mon anniversaire, ils auraient pu le faire ensemble ? Oh mon Dieu, je n’imagine même pas tout ce qui peut être transmis en trois mois et demi…
Ah ! Le karma n’est pas mort ! Voilà ce qui arrive quand on me fait attendre ma chère Sidney, on se prend un retour de bâton. Là c’est le café qui s’occupe de ma vengeance en brûlant la langue de ma meilleure amie. Je lève les yeux au ciel. Quelle nouille, elle s’attendait à quoi ? Je viens de le faire ce café, elle le sait, elle doit bien se douter qu’il est chaud. Ça se sent quand même, ne serait-ce qu’en touchant la tasse. Elle est géniale, la plus bonne bonne bonne de mes copines, mais des fois, elle cherche un peu la merde, il faut bien le dire. Finalement elle m’imite et attrape une tartine. Combien de fois est-ce qu’il faudra que je le dise ? La nourriture, toujours la nourriture, encore la nourriture, évitons les risques, la preuve. Pas de risque de se brûler au moins cette fois-ci.
Mais elle me prend vraiment pour un teubé. Je la connais suffisamment pour pouvoir différencier sa tête « Je traine sur instagram » de sa tête « Hihihihihi ». Oui, elle a une tête « Hihihihihi », quoi qu’elle en dise. C’est exactement la même tête qu’un gamin qui va à Disneyland pour la première fois. Un mélange d’excitation, de joie et de niaiserie. La différence avec la blonde c’est qu’elle passe beaucoup trop de temps à réprimer cette tête en général, alors croyez bien que si je la vois, je ne la loupe pas !

- Sur instagram ? Ah ouais… Et du coup c’est quoi la vraie version ?

Je sais parfaitement qu’il y a un mec là-dessous. Ou du moins je le suppose fortement. Elle pourrait continuer à nier pendant des heures que je continuerais quand même à croire à ma version. Attendez, peut-être que… Non quand même pas ! Il faut dire que les choses coïncideraient plus bien finalement. Et puis j’ai toujours pensé que ça marcherait bien entre eux, distance mise à part. Après tout, Samuel et Sidney sont tous les deux beaux, s’entendent plus que bien et ont des centres d’intérêt communs. Et puis comme ça Sid ferait officiellement partie de la famille. Je vais essayer de tâter le terrain pour en savoir plus. Voilà, sans citer de nom je tente d’en savoir plus sur leur relation.
À défaut d’avoir une réponse, je la fais rire. Elle est douée pour éviter les questions, il n’y a pas à dire. Elle aurait été une super bonne espionne pendant la guerre mine de rien ! Imaginez la scène, le SS Nazi lui aurait demandé pour qui elle travaille et ce qu’elle fait pour eux et Sidney lui aurait répondu qu’il n’est pas l’heure du thé mais qu’elle prendrait quand même bien un petit biscuit. Un génie, je vous jure. Le flegme anglais m’impressionnera toujours -particulièrement quand il est utilisé simplement quand ça arrange ma meilleure amie.
Et finalement j’ai ma réponse. Bim, déception. Alors là, je tombe de haut. Il faut vraiment que j’arrête de faire marcher mon imagination trop vite. En même temps vous savez, cette fameuse imagination c’est mon fonds de commerce quand on y pense, alors il vaut peut-être mieux que je continue de l’avoir. Mais quand même, merde, la déception.

- Des rendez-vous ? Tu les as trouvés où ? Dis m’en plus sur mes futurs beaux-frères je t’en prie ! D’ailleurs ton mari, il prend tout ça comment ?

Son sourire niais me met le doute. Et puis en y repensant, si elle me balance que le feeling ne passe pas, c’est qu’elle n’a pas gardé contact derrière. Et si elle n’a pas gardé contact, aucune raison qu’ils s’envoient des messages ou quelque chose de ce genre-là. Mais en même temps je n’ai pas inventé la mine un peu trop ravie qui lui a traversé le visage quand je suis rentré dans la chambre.
Je la regarde avec un air suspect pendant qu’elle enfourne un morceau de sa tartine dans sa bouche. Qu’est-ce que tu me caches Sidney ? Mais elle décide de couper court à la conversation, comme souvent lorsque j’essaye de savoir quelque chose, et passe elle-même à l’attaque. Bien, je vois que l’évidence est mutuelle aujourd’hui. Mais alors là, hors de question de lui servir toutes mes informations sur un plateau d’argent quand elle ne fait absolument aucun effort pour m’aider à avoir les siennes.
J’avale ma gorgée de jus d’orange de travers. Revoir Amanda ? J’en ai des frissons d’effroi rien qu’à y penser. Plus les jours passent, plus je prends du recul sur ces quelques semaines passées avec la fameuse héritière, plus je suis content que lesdites semaines soient du passé. Non mais vraiment, j’ai eu à faire à un robot vénal et désagréable maintenant que j’y pense. Et le fait d’avoir retrouvé Keala me permet de m’en rendre compte encore plus facile. Je suis passé d’une blonde tyrannique, qui voulait avoir le contrôle sur tout et qui se fichait de ce que je pouvais vouloir ou ressentir à une brune douce, drôle et agréable. Pourquoi est-ce que vous voulez que je fasse marche arrière ?
Mais je sais aussi ce que Sidney pense de Keala. D’ailleurs, est-ce que je peux vraiment lui en vouloir de ça ? C’est ma meilleure amie, pour ne pas dire ma sœur, moi aussi je m’inquiète quand ses fréquentations me font émettre quelques doutes. Et l’hawaïenne et moi ne sommes pas forcément partis du meilleur pied. Et mon anglaise sait tout ça, de Lancaster à la dédicace, en passant par mon anniversaire. D’ailleurs il ne faut pas se mentir, même si elle n’a pas forcément été de mon côté et m’a mis le nez dans les erreurs que j’ai pu commettre dans cette relation, je sais très bien qu’elle est encore moins du côté de Keala. Et puis de toute façon si je n’ai pas pu la voir ces derniers temps ce n’est pas à cause du retour de Kea, c’est simplement que j’ai voulu éviter de la croiser le temps que mes bleus et autres blessures étaient encore trop fraiches. Je crois qu’elle m’en aurait refait d’autres, pas la peine d’aggraver mon cas, autant utiliser mon téléphone pour garder un contact beaucoup moins visuel.

- Amanda ? T’es sérieuse ? Tu sais très bien que non ! Hors de question que je me remette avec quelqu’un qui veut me séparer de toi et encore moins si c’est elle.

J’attaque ma deuxième tartine pour cacher ma légère gêne. Il n’est pas dans nos habitudes de nous faire des déclarations d’amour aussi évidente. Sidney sait que je l’aime, je sais qu’elle l’aime, nous débordons d’affection l’un pour l’autre mais jamais, ô grand jamais, nous ne le disons. Nous nous arrangeons toujours pour nous déclarer grâce à des taquineries et autres vannes. C’est d’ailleurs là toute la beauté de notre amitié fraternelle.

- Bon ok, il faut que je t’avoue un truc… Si je peux pas te voir ces derniers temps, c’est parce que je fréquente quelqu’un. Et ce quelqu’un… C’est Specter…

Je guette chacun des muscles de son visage se contracter à ma déclaration. Je me retiens de pouffer de rire devant sa tête. Je ne sais pas si elle me croit, mais si c’est le cas je pense que cette déclaration fera certainement partie de mes plus belles blagues à Sidney. Notez qu’elle n’a rien voulu me dire quant à sa vie secrète du moment alors ce ne serait pas juste qu’au contraire je lui dévoile la mienne. Et oui, c’est donnant-donnant !

- Depuis le gala on a commencé à se voir, juste comme ça, sans arrière-pensée et depuis que je ne suis plus avec Amanda, on a plus raison de se cacher… Elle est totalement différente de ce que tu avais décrit en fait !

Allez, tiens, dans les dents ! Je ricane intérieurement en m’écoutant balancer cette révélation aussi incroyable que fausse. Finalement elle relativisera sûrement quand je lui dirai que je revois Keala.
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney A. Pettersen
général
J'ai posté : 1237 messages et j'ai : 379 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Hailey Baldwin et pour finir je crédite : ASTRA

Jeu 21 Mar - 15:56
i think the tea is just ... HOT

sidney & jacob

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un regard méchant qu’elle dirige vers Jacob en sachant pertinemment qu’il est en joie de la voir se bruler la langue. Putain mais quel salaud celui-là ! Si elle n’avait pas autant mal à la bouche surement qu’elle lui dirait qu’il est un horrible meilleur ami, qu’il ne la mérite pas et qu’elle finira par trouver mieux ailleurs. Quoi ? ça semble dramatique ? Surdimensionné et sonne comme si elle était sa petite-amie et non pas sa sœur de cœur ? Exactement mais qui va donner son avis là ? Qui va s’indigner ? Absolument personne car ils sont comme ça Jacob et Sidney, ils en rajoutent toujours des tonnes, en font des caisses pour se faire plaindre. C’est la politique de la maison ça, être le meilleur dramaturge que la terre ait porté.

Et bien évidemment, le mensonge qu’elle lui sert au sujet de son sourire de fille niaise ne passe pas. C’était trop beau pour que Jacob se contente d’un simple « c’EsT iNsTaGrAm qUi Me fAiT sOuRiRe » mais en même temps elle est censé dire quoi à Jacob ? Que c’est Solal qui la fait rire ? Vraiment ? Elle est presque quasi certaines qu’ils discutent de temps à autre ensemble les deux diables là. Une amitié qu’elle n’aurait pas soupçonnée mais pourtant depuis quelques temps Pettersen se fait une joie de lui dire un peu trop souvent qu’il a des contacts avec son meilleur ami. Et connaissant son meilleur ami, elle l’imagine bien tenter de jouer les entremetteurs ou au contraire, foutre son petit grain de sel qui ferait bien des dégâts. Elle l’aime Jacob, vraiment fort, d’un amour pur et complètement amical mais il n’est pas très doué quand le sujet se tourne vers l’amour.

« Bah y’a rien j’te dis c’est Instagram, à croire que tu ne suis pas des comptes drôles toi. »

Bon, puisqu’elle ne peut pas lui parler de ce qu’il se passe exactement avec Solal tout de suite, elle peut au moins lui dire qu’elle cherche – désespérément – la compagnie d’un homme. Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle lui avoue avoir recours à ce genre de truc. Sidney elle a pas l’habitude d’être en chasse, de laisser comprendre qu’elle recherche un copain. D’habitude c’est les garçons qui viennent vers elle, sans qu’elle n’ait rien demandé. C’est limite un peu une honte pour elle de se retrouver sur Tinder et compagnie.

« Tu me crois si je te dis que moi, Sidney Arriston, je me suis inscrite sur Tinder ? Du coup j’ai discuté avec quelques garçons avec qui on a ‘’matché’’ c’est comme ça qu’on dit ? Et j’en ai rencontré 3 mais voilà quoi… »

Oui, voilà quoi. Ça veut tout dire, ce n’est pas concluant c’est pas ces mecs-là qui finiront par devenir ces beaux frères à Jacob ça c’est clair. Car en réalité elle n’a pas envie d’être avec l’un d’eux, elle trouve toujours quelque chose à redire, un petit truc qui fait qu’ils sont direct amené à la case éliminatoire. Et ça, c’est uniquement quand elle les rencontres, quand elle se présente aux rendez-vous.
Solal, Solal, Solal à croire que depuis que cet homme est entré dans sa vie il n’y a plus de place pour rien d’autre, quand il n’est pas dans sa tête c’est Jacob qui ne fait que ressortir son prénom dans la conversation. Qu’est-ce qu’elle en sait de ce qu’il pense Solal sur le sujet elle ? Surement qu’il s’en fout et c’est normal non ? Ça picote au niveau du palpitant de se dire qu’il en a rien faire pendant qu’elle, fait tout pour l’oublier mais c’est la réalité. Ce n’est pas sa faute à lui si elle a flanché Sidney.  

« Bah tu veux qu’il dise quoi Solal ? il s’en fout complet hein c’est clairement le dernier de ses soucis si je suis en couple ou non. »

Ça sort de manière un peu sèche d’entre ses lippes, ce n’est pas intentionnelle mais le sujet la met légèrement sur les nerfs. Une partie bien enfouie d’elle qui aimerait qu’il ne s’en foute pas, essaie de la dissuader mais c’est pas comme ça que ça marche. Le beau garçon ne tombe pas toujours amoureux de la jolie fille assise au bureau en face le sien. On n’est pas dans un film ; une série netflix. Et puisque ce sujet l’embête un peu, elle essaie de tourner la conversation à son avantage, lui demande plutôt à lui ce qu’il se passe dans sa vie. Car depuis quelques temps elle le voit un peu moins et spontanément elle pense à Amanda mais à voir sa tête, l’air outré qu’il prend juste quand elle prononce ce prénom c’est clairement pas elle la fille derrière tout ça. Donc Jacob verrait une nouvelle fille et il n’aurait rien dit ? ça l’étonne, la rend curieuse.

« Non mais c’est pour ça que je demande hein, comme je te vois plus trop j’imaginais que peut-être les choses s’étaient arrangés et qu’elle avait finalement revue son avis sur moi quoi… »

Elle hausse les épaules, car elle ne sait pas grand-chose de cette Amanda finalement. Si elle l’a vue deux ou trois fois c’est le bout du monde. Mais apparemment, ça a largement suffit pour que la blonde se fasse un avis bien forgé sur l’anglaise et finisse par tuer sa relation car finalement Jacob a fait le choix de ne pas choisir. Surement une des plus belles preuves qu’un meilleur ami puisse faire à sa meilleure amie, elle le sait Sidney et pourtant elle s’en sent coupable, aurait préféré que les choses se passent autrement mais d’après le brun, sa façon de réagir il n’a aucun regret et ça c’est le plus important.

« Alors du coup c’est qui cette fille ? »

Elle hait lorsque Jacob est curieux mais agit-elle différemment ? Absolument pas. Tout comme son meilleur ami, celui qui sera toujours là n’importe où quand elle voudra elle vient mordiller dans une tranche de pain, grignote en le laissant prendre le temps d’en finir avec sa bouché et aussi lui donner la réponse qu’elle attend. Lorsqu’il s’agit de sortir les vers du nez de son ami elle se fait toute mielleuse Sidney, a une patience de folie. Et comme elle s’y attendait, il y a effectivement quelqu’un derrière tout ça.
Sidney qui pose alors sa tartine et attrape plutôt son verre de jus d’orange, le porte à ses lèvres alors que ses prunelles dorées sont rivées sur celui qui va lui révéler d’ici quelques secondes la vérité… Et qu’elle vérité, lorsque le prénom sort d’entre ses lèvres elle n’en croit pas ses oreilles la blonde. Y’a bien quelques secondes qui passent durant lesquelles elle se crispe, reste statique le jus coincé entre la gorge mais c’est lorsqu’il se remet à parler que sa gorgée de jus d’orange fini par ressortir sur son acolyte. Elle s’étouffe l’anglaise, toussote, recrache par tous les trous son jus alors que Jacob était en train de lui parler. Elle écoute plus Sidney, se tapote elle-même la poitrine pour faire passer l’étouffement et dit tout en même temps :

« Qu-ehrej QUOI ? Spec- eujfrhe SPECTER ? »

Elle tousse, encore et encore, ne se rend même pas compte du bordel qu’elle a foutu sur le lit, les draps tachés, la pulpe d’orange sur le haut de pyjama de ce fourbe de juif. Il n’y a plus rien qui compte sauf cet aveu de malade mental. Ah ça c’est clair qu’elle ne s’y attendait pas mais bordel ???? Elle est trop vieille Specter, elle est folle en plus ??? C’est pour ça qu’elle lui a souri dans l’ascenseur avant-hier ? Elle devient parano Sidney, vient taper le bras de son meilleur ami.

« MAIS NON PUTAIN TE TAPE PAS MA BOSS JACOB C’EST DEGUEULASSE !! »

Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is it desire, or is it love that I feel in for you? I want desire, 'cause your love only gets me abused.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob E. Peters
voteur
J'ai posté : 702 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Logan Lerman et pour finir je crédite : Dulce

Mar 26 Mar - 12:07
J’adore quand Sidney réagit de cette manière, ça me fait beaucoup sourire. Voyez ça comme il vous plaira en attendant je la connais ma meilleure amie et je peux vous dire que là, elle est sur la défensive. Et si elle est sur la défensive c’est qu’elle n’est pas du tout à l’aise avec ce dont nous parlons donc qu’elle a quelque chose à cacher. Elle peut me cacher des choses la blonde, tout un tas d’information mais elle ne pourra jamais me cacher ses réactions les plus naturelles. Trop impulsive, je ne suis même pas certaine qu’elle se rende compte de tout ça, qu’elle me donne la réponse à mes questions parfois sans même ouvrir la bouche.
Mais son inscription sur Tinder, je ne l’ai pas vu venir je dois dire. La grande Sidney Arriston -maintenant Pettersen- lâche l’affaire et s’abaisse au niveau de la populasse à s’inscrire sur Tinder. Elle va rencontrer le peuple, le vrai ? Vraiment ? Alors là.
Elle me demande confirmation sur un mot de vocabulaire comme pour me rappeler que j’ai été un pro pendant un moment. En même temps elle le sait, aucune raison de nier. J’acquiese d’un signe de tête. Les matchs, ça ne m’étonne pas qu’elle en ait, elle a tout pour elle, à commencer le physique qui est quand même la base de tout sur ce genre d’application, on ne va pas se voiler la face. Bizarrement quand moi j’étais inscrit mon succès n’était pas aussi fou que le sien. Il m’est arrivé d’avoir quelques matchs, suivis de rendez-vous parfois, mais généralement ça n’était quand même pas la folie. Je me demande si aujourd’hui en m’inscrivant en tant que « Jacob Peters, auteur pas trop mauvais » ça changerait quelque chose à mon succès. L’idée file bien vite quand je pense à Keala. Pourquoi est-ce que je passerais par une application alors que j’ai tout ce qu’il me faut qui m’attend à New-York ?

- En même temps tu côtoies régulièrement un homme d’exception, forcément tu mets la barre haute pour tes copains !

Je parle de moi évidemment ! Je taquine Sidney en usant un peu le second degré. Bien sûr, le fait de me côtoyer ne change en rien ses critères, ou alors peut-être que maintenant elle sait qu’elle ne veut surtout pas quelqu’un qui me ressemble, qui sait. Yeurk, rien qu’à imaginer ma meilleure amie avec quelqu’un comme moi, j’ai des envies de vomir. On tournerait presque à l’inceste là.
Lorsque j’ai le malheur de parler de Solal, elle me rembarre. Ok, la plus bonne bonne bonne de mes copines a un problème et je crois que j’ai mis le doigt dessus. J’aurais bien envie d’appuyer plus fort pour savoir de quoi il s’agit mais elle a un couteau à beurre à portée de main et je ne suis absolument pas serein face à ses réactions quand on parle de son mari. Oui bon, ok, tout ce que je risque en vrai c’est une claque sur le bras et une crise de nerf, mais on est seulement au début du week-end, je ne vais pas tout gâcher maintenant. Non, je vais plutôt la laisser venir doucement, jusqu’à ce qu’elle me dise ce qui la fait réagir de cette manière. Et la première étape pour ça c’est de prendre des yeux de chat potté et de la faire un peu culpabiliser de sa réaction.

- Désolé Sid, je voulais pas te contrarier…

Un vrai comédien. Je vous jure que si je n’avais pas fait carrière dans l’écriture, j’aurais pu tenter ma chance à Broadway. J’aurais mis le feu aux planches comme je mets le feu aux poudres avec Sidney. Qu’on me donne une médaille !
Elle prend vite le pli de changer de sujet l’anglaise, elle ne perd pas une seconde même. Plus rapide à fuir les sujets qui fâchent qu’à prendre une décision pour le brexit ces britanniques.
C’est une vraie amie, la meilleure qu’on puisse imaginer. Prête à s’effacer de ma vie pour me laisser voir Amanda à ma guise, même si celle-ci ne m’aime pas. Elle est vraiment super Sidney mais il va falloir que je lui apprenne à avoir un instinct de survie et de protection plus développé. Si j’étais resté avec Amanda il y aurait eu deux scénarios plausibles. D’abord elle aurait fini par faire liquider Sidney, avec les moyens de son père rien n’est impossible. Avec la chance que j’ai elle m’aurait rebalancé la faute à la moindre contrariété. Et si ça n’avait pas été le cas au bout d’un moment j’aurais moi-même eu l’envie de commettre un meurtre et de faire disparaitre Amanda. Dans tous les cas j’aurais terminé en prison. Et un mec comme moi en prison… Non, je vous passe les détails, laissez faire votre imagination, ça suffira bien amplement.
Ok, j’exagère mais à peine. C’est beaucoup mieux comme ça et je ne regrette absolument pas cette fille.

- T’en fais pas, la seule blonde qui a vraiment sa place dans ma vie, je suis en train de prendre le petit-déjeuner avec. Et vue comme c’était parti, elle était loin de vouloir changer d’avis sur toi, juste pour que tu sois bien au courant des choses !

Elle ne perd pas une miette du potin que je suis prêt à lui servir sur un plateau, Sidney. Je pourrais presque voir ses yeux qui brillent d’excitation. S’il y a bien une chose, parmi les autres, qui nous rapproche c’est notre amour des commérages. Elle sait comment s’y prendre pour avoir ce qu’elle veut. Dans ces cas-là elle me fait penser à Kaa, le serpent dans Le Livre de la jungle. Elle prend tout son temps, fait ce qu’il faut, bientôt elle va m’hypnotiser. Non, pas besoin, je vais lui dire ce qu’elle veut savoir. Enfin, je vais lui dire ce que je veux et elle va penser que c’est la vérité.
Lorsque je l’ai vu abandonner sa tartine pour son verre de jus d’orange j’aurais dû comprendre que ce n’était pas le bon moment pour faire mon annonce. Maintenant que je suis plein de jus d’orange, jus d’orange que Sidney a cru bon de me cracher dessus, je me rends compte que mon timing aurait largement pu être meilleur. J’enlève un morceau de pulpe de ma joue et serre la mâchoire. Dégueulasse.

- Mais t’es sérieuse putain ?!

Elle tousse et je ne peux pas m’empêcher de lui tapoter le dos. Elle m’a craché son jus d’orange à la tête, ok, c’est une chose, mais pas de là à la laisser mourir. Déjà je l’aime beaucoup trop pour ça, je m’en voudrais. Ensuite parce que ma mère me tuerait, je le sais. Et enfin parce qu’en étant marié ça veut dire que toutes ses affaires reviendraient à son mari, c’est-à-dire Solal, et donc que je ne verrais jamais la couleur de ses petits carnets. Non mais et puis quoi encore ? C’est hors de question, je suis celui qui mérite le plus de les avoir !
Sidney me frappe le bras. Quand je vous dis qu’il faut qu’elle revoie son instinct de protection celle-là ! Mais en plus elle a de la force, elle ne s’en rend même pas compte ! J’esquisse une grimace quand je l’entends commencer à me crier dessus. En vérité j’ai envie de rire, mais je ne peux pas tout gâcher maintenant, il faut que j’en profite au moins un peu.

- Oui c’est ta boss mais avant ça, c’est une femme. Et une femme que j’apprécie beaucoup.

J’essaye d’adopter un ton calme et sérieux. Je veux qu’elle pense que je dis la vérité, qu’elle en soit même persuadée. J’ai une liaison avec son insupportable boss, c’est tout ce qu’elle doit avoir en tête.
Je me redresse en essayant de ne pas penser à la pulpe d’orange qui trône un peu partout sur moi. Rien que pour ça, elle mérite totalement tout ce que je suis en train de faire. C’est de bonne guerre j’ai envie de dire. Elle me crache dessus, je lui fais croire quelque chose d’horrible. Qui a dit « disproportionné » ?!

- Écoute Sid, Specter me fait du bien. Je suis heureux avec elle. On envisage d’emménager ensemble sous peu.

Alors là, je sais que j’ai mis le coup de grâce. Je me prépare déjà à me faire lyncher mais je vous assure que ça vaut le coup. Je suis prêt à me prendre quelques coups et remarques acerbes s’il faut.
Est-ce que c’est le moment de revenir sur le sujet qui fâche ? Non. Est-ce que je vais quand même le faire ? Bien sûr, quelle question. Parler de Solal quand on parle de sa boss c’est tout naturel, ça coule de source presque.

- Toi et ton collègue, c’est un peu pareil. Vous étiez mignons tous les deux, quoi que tu en penses, Specter et moi c’est pareil, c’était pas le but mais ça s’est passé.

3… 2… 1… Vous sentez le drame ? Oui voilà, nous sommes d'accord, il arrive à grands pas. Cachez-vous !
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney A. Pettersen
général
J'ai posté : 1237 messages et j'ai : 379 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Hailey Baldwin et pour finir je crédite : ASTRA

Sam 30 Mar - 10:20
i think the tea is just ... HOT

sidney & jacob

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un homme d’exception …. Il parle de qui là ? Elle fait mine de tourner la tête à gauche, puis à droite comme si elle cherchait réellement cet homme dont il parle alors qu’elle sait très bien qu’il parle de lui, qu’il est l’homme en question. C’est la pure vérité d’un côté, il est génial Jacob le meilleur de tous et de loin. Il aurait pu être une vraie cible pour qu’elle finisse par tomber amoureuse de lui si elle n’avait pas vue sa fesse poilue durant le tatouage fait durant un week-end d’intégration. Denver le dernier dinosaure qui restera pour toujours sur la fesse de son ami, et aussi si elle ne lui avait pas vomi sur les jambes après une cuite horrible pendant un barathon en plein Londres. Si il est loin d’être l’homme avec qui elle finira sa vie pour des raisons évidente, il est le meilleur ami avec lequel elle terminera ses jours, celui qui l’aidera à retrouver le dentier qu’elle perdra jour sur deux à la maison de retraite, ça c’est certain.

Mais car Sidney et Jacob ne sont pas si démonstratifs, qu’elle ne dira pas haut et fort qu’il est un homme génial. Elle préfère ne pas répondre, se contente de rouler des yeux et de croquer dans sa tartine à défaut de lui dire ceci, de pouvoir lui donner plus d’information sur les humeurs de Solal, comment vit le beau brun le fait qu’elle ait des rencards à tout va. Sidney qui n’est pas très bavarde ce matin, ce fait même plutôt discrète sur ce qu’elle vit et ressent par crainte d’être moquée car bordel … C’est du n’importe quoi ce qu’il se passe dans sa tête, elle le sait et ça, ça craint.

« Non mais tu me contrarie pas Jacob… C’est juste que je sais vraiment pas, je peux pas te dire que Sola vit mal un truc pareil ou quoi, ça serait te mentir puis … Tu me parles tout le temps de lui, voilà quoi. »

Elle ne sait pas, elle aimerait savoir mais ce n’est pas possible malheureusement. Elle n’est pas dans la tête du norvégien et de ce qu’elle en voit, il ne montre pas un signe de jalousie. Il a l’air de s’en foutre en tout cas et ça lui fait de la peine un peu. C’est bien pour ça qu’elle détourne l’attention – la conversation sur la vie sentimentale de son meilleur ami. Celui qui se fait discret au point où elle en vient à s’imaginer qu’il est en réalité de nouveau avec son ex copine Amanda mais apparemment ce n’est clairement pas elle le souci, Amanda il l’a quitté et a l’air bien heureux que ça soit arrivé. La blonde qui n’aurait jamais changé d’avis à son sujet d’après lui. Est-elle étonnée Sidney ? Pas vraiment, ce sent-elle coupable ? Plus vraiment non plus. Elle hausse simplement des épaules l’anglaise, car tant pis pour cette pétasse, tant pis pour cette relation qui était voué à l’échec dès qu’elle a décidé qu’elle devait la haïr.

« Alors si elle ne comptait pas changer d’avis, qu’elle aille en enfer… Pétasse. »

L’insulte qui sort du fond du cœur. Elle a beau faire des efforts, tentés de jouer les distingués depuis quelques années, il ne faut pas oublier qu’elle vient des sales quartiers de Londres à la base. Qu’elle a trainé durant des années avec les pires gens tout le long de son adolescence. Et des fois ça s’entends, à sa façon de parler, la façon trop aisée qu’elle a à débiter des palabres si vilaines à l’encontre des gens qu’elle n’aime pas et en l’occurrence, Amanda est définitivement catalogué dans les têtes à abattre. Et en parlant de liste de personne à abattre la conversation dérive de manière inattendue sur Miss Specter qui … Pardon ??? C’est elle la nouvelle meuf à Jacob ??? Elle n’en croit pas ses yeux, ni ses oreilles Sidney au point d’en venir à cracher l’intégralité de son si doux, si délicieux verre de jus d’orange sur le visage de son meilleur ami. C’est dégueulasse, horrible. Elle, à sa place aurait poussé un hurlement mais comme il n’est pas elle, il se contente juste d’hausser légèrement le ton sur elle pour lui demander si elle est sérieuse. Bah oui elle l’est, ça ne se voit pas ? Il ne voit pas qu’elle est en train de s’étouffer tellement c’était pas attendue comme évènement dans la vie ça ? Elle va mourir, par sa faute, la pulpe va rester coincé dans sa trachée et ils devront l’enterrer sur les terres de Saint-Louis. Elle voudrait parler, lui dire qu’il a intérêt de demander à ceux qui l’habillerons pour l’enterrer de lui enfiler sa jolie petite robe noire, ou peut-être la rouge en satin histoire d’être diablement sexy pour rencontrer le dieu des enfers. Bon, comme d’habitude ça part très loin dans sa tête pour pas grand-chose, à peine lui a-t-il mis une petite tape sur le dos qu’elle va bien mieux, assez pour le frapper à l’épaule tout en lui demandant ce qui ne va pas dans sa tête et au vue de sa réponse bien trop énervante elle lui en remet un de coup, c’est bien mérité après tout.

« Une femme ?! Mais c’est pas une femme ça Jacob c’est un fossile, un dragon putain ! »

Sa réponse n’a pas l’air de le combler, elle voit dans son air pincé qu’il n’a pas envie d’entendre ça et c’est ce qu’il ajoute finalement, lui apprenant par la même occasion qu’ils comptent emménager ensemble d’ici peu. Et là, c’est le drame elle se sent limite mal Sidney, la tête qui commence à lui tourner elle va s’appuyer le dos contre la tête de lit, passe une main sur son front comme si soudainement la fièvre lui était tombé dessus.

« J’te pensais pas si désespéré mais soit, si t’es heureux fait ce que tu veux et merci pour mon futur licenciement car tu crois qu’elle va me garder, moi, ta meilleure amie si ça tourne mal ? La blague. »

Un rire nerveux, énervé car y’a de quoi l’être en fait. Avec toute les femmes qu’il y a sur cette planète lui celle qu’il ramène c’est la plus vieille, la plus connasse de toutes les femmes présente sur New York. Si il y a bien une personne avec qui il ne fallait pas coucher c’était elle et si ça se passe mal tout va lui retomber dessus bien évidemment. Et apparemment, il n’a pas fini d’être énervant Jacob en plus d’être en tort, de faire de la merde il ose mêler Solal là-dedans ?  Elle hausse les sourcils, le fixe d’un air ahuri avant de bien évidemment…. Roulement de tambour…. PETER UNE DURITE !

« Mais de quoi tu parles ? Qu’est-ce que tu compares là ? Même en étant horrible l’un envers l’autre on ne peut même pas rivaliser, arriver à sa cheville à celle-là. T’es sérieux tu compares des choses aussi incomparables en plus ? On n’a jamais été un couple avec Solal t’es en train de divaguer là. »


Les sourcils froncés, les palabres sorties de manière si sèche et cassante qu’elle pourrait fendre un bloc de granite à la simple force de son regard.

« Tu sais quoi Jacob ? Fait ce que tu veux de toute manière t’en fais toujours qu’à ta tête et on sait tous comment vire tes histoires d’amour quand t’écoute pas. »

Sans une once de remord elle se lève du lit et quitte la chambre l’anglaise. Pas besoin d’en dire plus, il a tout gâché et peu importe ce qu’elle dira il n’écoutera pas car l’aMoUr EsT pLuS fOrT qUe ToUt. Sidney qui descend rapidement les escaliers et va plutôt se caller au salon, s’assoit dans le grand canapé et soupire enfin un grand coup en se demandant qu’est-ce qu’elle a pu faire au bon dieu pour mériter un karma si mauvais.

Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is it desire, or is it love that I feel in for you? I want desire, 'cause your love only gets me abused.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob E. Peters
voteur
J'ai posté : 702 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Logan Lerman et pour finir je crédite : Dulce

Ven 5 Avr - 23:47
C’est vrai que je lui parle beaucoup de Solal, je ne peux pas dire le contraire. Mais pour le coup elle ne peut pas me jeter la pierre, c’est sa faute. C’est elle qui en a beaucoup parlé la première ! Bon, d’accord, c’était d’abord dans l’idée de se plaindre de lui comme étant le collègue le plus infect et désagréable du monde. À partir de là j’ai commencé à l’imaginer comme une version masculine de l’espèce de grosse limace, Germaine, dans Monstres & cie. Un être disgracieux, mal aimable et qui bave. Oui ok, peut-être pas qui bave, si vous voulez. Mais vous avez compris l’idée quoi !
Finalement j’ai appris de la bouche de Sid -et de l’instagram du concerné- que l’horrible Germaine était plutôt un Gaston dans La Belle et la Bête. Mais si, vous savez Gaston ! Celui qui veut épouser Belle par tous les moyens et en profiter pour liquider la Bête. Une pierre deux coups le garçon. Enfin bref, Gaston, le mec canon du village mais plus antipathique que Donald Trump, la bibliothécaire quand il y a du bruit et votre professeur de maths réunis. Oui, tout ça à la fois. Et c’est exactement comme ça que Solal m’ait apparu pendant plusieurs mois. Alors qu’on ne s’étonne pas qu’après l’avoir rencontré, j’ai envie de parler de lui ! De Germaine à Gaston à un mec avec qui je m’entends finalement très bien, il y a un monde ! C’est un peu ça le miracle de la vie, j’imagine. En plus ce fameux type est marié à ma meilleure amie. Est-ce que j’ai envie que leur relation de collègues qui se détestent mais se marient quand même à Las Vegas après avoir trop bu et dans le plus grand secret évolue ? Évidemment. Elle ne le voit peut-être pas mais Solal est exactement le genre d’homme fait pour elle. Un garçon trop gentil ? Elle s’en lasse. Un garçon sans répartie et sans humour ? Elle s’en lasse. Un garçon qui est trop casanier ? Elle s’en lasse. Un garçon beau, cultivé et qui aime le livre de son meilleur ami ? Ça elle ne s’en lasse pas !

Ok, d’accord, ce n’est pas à moi de choisir pour elle, mais quand même, reconnaissez que mes arguments sont bons ! Pourquoi ne pas admettre, pour une fois, que j’ai du flair ? Et même Solal, quoi qu’il en dise, il y trouverait son compte. S’il pouvait lire ça je lui dirais très certainement que Sidney est la meilleure opportunité amoureuse qu’il n’aura jamais. C’est vrai, quand vous partez du pire avec quelqu’un, vous ne pouvez monter qu’au meilleur. Et puis elle est super l’anglaise, elle a tout pour elle, du physique à l’esprit. Pourquoi prendre le risque de passer à côté de tout ça pour une fille qui n’en vaudra sûrement pas le coup et finira par faire ses valises pour partir avec un autre -d’autres scénarios sont possibles mais aucun ne se termine bien. Avec Sidney c’est la sûreté dans l’aventure. Et puis une alchimie pareille, quelle idée de vouloir la foutre en l’air.
Oui c’est peut-être ça que je vais faire la prochaine fois que je le vois. Au pire, il m’enverra dans le mur et ça ne changera pas grand-chose aux choses. Au mieux, j’assure ma descendance en m’arrangeant à ce que ma future fille se marie à leur futur fils -ou vice-versa-. Mais bon, pour le moment, je m’égare. Bien évidemment les choses sont plus compliquées que ça.

- Tu deviens de plus en plus susceptible quand je parle de Solal. Mais bon, s’il le faut, j’arrête.

Quand je vous dis qu’il y a un souci entre eux. Enfin, un souci supplémentaire à ceux qu’il y a déjà d’habitude.
À peine les doutes quant à une quelconque relation avec Amanda sont levés que déjà elle ne se retient plus la blonde. Un joli « pétasse », planté là comme un point à la fin d’une phrase. Un point qui me ferait beaucoup rire, certes, mais un point quand même ! Je ne peux pas la réprimander -et d’ailleurs je n’en ai pas envie-, je dois bien admettre qu’Amanda a tenté plus d’une fois de lui en faire baver et que Sidney a été plus que docile en réponse, pour ne pas me mettre à mal. Vraiment la plus bonne de mes copines celle-là, impossible à remplacer, jamais égalée. Non mais à sa place je pense qu’un bon nombre de meilleure amie aurait mis une bonne claque à la copine et se serait barrée en claquant la porte. Mais pas elle.
Par contre, elle, elle crache du jus d’orange comme une fontaine lâche de l’eau. Allez, vas-y, prends-toi ça dans les dents Jacob. Quitte à être imbibé de pulpes chaudes, dîtes vous bien que je vais pousser les choses loin, très loin.
Je me retiens de rire quand elle qualifie sa patronne de fossile, et même plus encore, de dragon. Heureusement la tape qu’elle me met dans l’épaule fait la balance des choses et je peux garder mon sérieux. Mieux encore, j’ai l’air sincère quand je fronce les sourcils pour paraitre contrarié. Non mais, ne vous moquez pas, elle a de la force quand elle veut cette sauvage !

- Là t’abuses un peu sérieux. Je t’assure qu’elle cache bien son jeu mais qu’elle est tout ce qu’il y a de plus désirable, même si elle est un peu plus âgée que nous.

Ah, au tac au tac, la réponse ne se fait pas attendre ! Je la regarde passer une main sur son front comme si elle allait tomber dans les pommes. Et puis elle ouvre la bouche et laisse place au début des réjouissances.
Désespéré ? Ce n’est bizarrement pas comme ça que j’aurais pu me qualifier. Ni avant, ni maintenant. Si je l’avais été, j’aurais trouvé bien des solutions avec la nuit que j’ai partagée avec Keala en décembre. Je ne vais pas vous faire un dessin, mais quand on veut, on peut, moyennant participation ou en se débrouillant bien. Mais ça ne m’a jamais tenté. Et puis, amoureusement parlant, je n’ai même pas eu le temps de me morfondre que déjà je retrouve la plus belle des hawaïennes. Alors, non, ce n’est pas le bon terme à cet instant. Mais ça, Sidney ne le sait pas encore. Alors elle parle, balance tout ce qu’elle a à dire, s’énerve comme un chaton qui crache.
Elle a peur pour son poste, je ne peux pas lui reprocher, c’est vrai. Un bon travail, et surtout que l’on apprécie, n’est pas une chose si aisément trouvable à New-York finalement. Si elle m’avait dit qu’elle couchait avec Mélissa, quand j’étais encore assistant d’éditions, j’aurais eu peur de la même chose. Attendez, non. Non là c’est dégueulasse, rien qu’à l’imaginer j’ai envie de vomir. Oui bon, d’accord, un bon point pour elle, je comprends ce qu’elle ressent à cet instant. Bon, même en dehors de ça je comprenais. Specter est une femme très faussement sympathique, particulièrement bien conservée pour son âge mais qui ne m’attire pas du tout. J’aurais l’impression de foncer dans un piège, comme les compagnons d’Ulysse qui fonce vers les récifs, attirés par les sirènes pour finalement se faire bouffer par ces dames mi poisson. Très peu pour moi tout ça. Mais je peux laisser croire le contraire encore un peu.

Elle n’apprécie pas que je compare ma soi-disant relation avec sa patronne, à sa relation amoureusement professionnelle avec Solal. Mais alors, pas du tout, du tout. Si on était dans un dessin animé sa tête serait en train de s’enflammer et ses yeux de s’exorbiter. Une vraie bombe à retardement. Qu’on m’amène une armure et un casque, tout va exploser !
Quand elle rit de cette manière les choses qui suivent ne se passent jamais bien. Ja-mais. Croyez-moi, je suis assez bien placé pour le savoir. Elle ne fait pas de pause, prend à peine le temps de respirer et poursuit avec véhémence son discours. Alors là, si on m’avait dit que ma petite blague fonctionnerait aussi bien, je n’y aurais pas cru. Il est rare qu’elle plonge dedans Sidney, pas forcément crédule l’anglaise. Mais alors là, elle rattrape toutes les fois où les choses ont capoté. Toutes sans exception ! Si bien que je ne peux que la regarder se lever vivement et quitter la pièce avec tellement de conviction qu’on pourrait croire que je lui ai dit qu’un mannequin était en train de fièrement trôner à poil dans le salon. Oui, dans le salon, je connais ses habitudes quand elle est ici.

Je prends le temps de finir ma tartine. De toute façon énervée pour énervée, on n’est plus à la minute je pense. Et puis j’ai faim, imaginez je fais de l’hypoglycémie dans l’escaliers, je fais un malaise, je tombe, je me romps le cou dans ma chute, on ne peut pas me réanimer et paf ! Je quitte ce monde sans avoir dit la vérité à Sidney qui m’en voudra toute sa vie. Non, il vaut mieux éviter ça, c’est pour elle que je le fais.

Une fois mon estomac satisfait je m’étire, doucement, à la façon de Benjamin. Benjamin, mon pauvre chat, qui doit certainement avoir été coupé dans la tranquillité de sa sieste sur le fauteuil du salon par une furie blonde. Benjamin qui, le connaissant, a déjà très certainement élu domicile sur sa maman Sidney et doit être en pleine séance de ronronnage et caresses.
Mais non, en arrivant en bas je me souviens que ma boule de poils blanche est restée à New-York, chez sa cat-sitter. Bon, il faut croire que cette fois il ne fera pas le médiateur entre nous. Dommage, il est plutôt bon dans son rôle.
Je la vois là, assise sur le canapé où l’on peut presque tous rentré, et vient m’étaler à ses côtés. Pas à l’autre bout non, au plus proche, pour la coincer entre l’accoudoir et moi. Pas moyen de s’échapper comme ça. Oui bon ok, elle a juste à partir en face pour aller ailleurs mais elle ne le fera pas. Elle ne le fera pas parce que je passe mon bras autour de son épaule pour la retenir.

- Pas la peine de bouder Sid. On ne contrôle pas l’amour tu sais.

Je recule un peu en voyant le regard qu’elle me lance et puis je craque. Il n’y a rien à faire, je ne peux plus me retenir, il faut que je rigole. Rien qu’à voir sa tête je sais que je ne peux pas aller plus loin dans la blague. En plus elle est à deux doigts de me haïr, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Je ne suis pas prêt à prendre le risque.

- Alleeeez arrête de faire la gueule, j’ai pas revu Specter depuis le gala et je l’ai même pas rappelé. Tu rigoles, je sais pas où elle a trainé moi ta patronne, pas confiance.

Je sais qu’à ce moment elle oscille entre l’envie de m’égorger et celle de me sauter au cou de soulagement. Je préfère ne pas lui laisser le temps de savoir dans quel camp elle se situe et j’embraye directement sur ce que j’ai vraiment à lui dire. Même avec tout ce qu’il s’est passé ces derniers mois, je sais très bien qu’aux yeux de ma meilleure, Keala reste une bien meilleure option que Specter. Et bien heureusement.

- Bon. Par contre, et sans blague cette fois, j’ai recommencé à voir Keala. Et ça se passe bien cette fois.

Clair, net, précis, concis. Effectivement j’aurais pu prendre des pincettes pour lui dire en douceur, mais non. Plus le temps pour ça, j’ai déjà dépassé toutes les limites. Et puis je dois dire que pour le coup, je rigole beaucoup moins. Oui, d’accord, ce n’est pas avec Sidney que je vais vivre mais il faut quand même bien vous dire que son avis compte particulièrement pour moi. Alors je crois que je ne suis pas prêt à une réaction similaire de celle qu’elle a eu quand je lui ai dit que je me tapais sa boss. Pire encore, imaginez elle me dit qu’elle préfère encore Amanda. Le drame mes amis, le drame.
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney A. Pettersen
général
J'ai posté : 1237 messages et j'ai : 379 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Hailey Baldwin et pour finir je crédite : ASTRA

Jeu 11 Avr - 8:21
i think the tea is just ... HOT

sidney & jacob

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Bien évidemment qu’elle est susceptible, bien sûr que ça la touche qu’il puisse comparer Specter à elle et Solal. Il en sait que trop peu sur leur relation finalement, ne sait pas si ça va mieux, si ils en sont toujours au même stade ? Si il n’y a pas des sentiments d’un côté ou de l’autre. Il lui fait mal, ça la touche qu’il puisse comparer le diable à elle et son collègue. Mais elle se tait, préfère ne rien dire. Les souvenirs d’Amsterdam un peu trop frais encore, les sentiments qu’elle a pour son collègue de bureau un peu trop inattendue encore inavouable pour elle-même alors elle jette cette histoire dans un coin de sa tête ; loin, très loin pour ne pas y faire face. Faut qu’elle arrête de réagir aussi excessivement dès qu’elle entend le prénom de Solal, faut jouer l’indifférente jusqu’à que toute cette histoire ne l’indiffère réellement. Ça finira par passer, elle le sait.

Un peu plus âgé qu’eux qu’il dit… l’euphémisme. Même en faisant le combo de leur age cumulé elle est surement plus vieille que ça Specter malgré qu’elle soit une femme belle et bien conservée. Elle le regarde mal Sidney à son meilleur ami, sourit mais si niaisement et hypocritement qu’on pourrait entendre ses dents grincer les unes contre les autres. Elle a l’impression qu’il la provoque, qu’il fait tout ça pour l’énerver ou prend ça pour un jeu. Si c’est ça, elle ne comprend pas le but du jeu si ce n’est lui faire perdre son job ou bien, entamer une brèche dans leur amitié. C’est clairement pas drole, le but du jeu reste flou et ça l’agace ça à l’anglaise. Si bien que lorsqu’elle l’entend lui dire que Specter est une femme désirable elle vrille complet l’assistante. Si elle reste, elle va lui en coller une et est-ce la bonne solution pour régler le problème ? Absolument pas. Alors elle se lève, préfère vite décamper d’ici avant que tout ne dérape et qu’elle soit renvoyée à New York dans le premier vol qu’elle trouvera.

L’anglaise qui tout de même quitte la chambre en lâchant ses quatre vérités, se déleste des palabres amers qu’elle tenait depuis quelques minutes en travers de sa gorge. C’est un brin méchant ce qu’elle dit à son meilleur ami, le juge sur sa capacité proche du nul pour les relations amoureuse, pour trouver une copine. Et elle la mieux placé pour parler d’amour ? Non, vraiment pas. Y’a qu’à voir son historique amoureux, Nikola l’ex jaloux et complètement détraqué par l’envie de devenir le plus grand malfrat de Londres, Allen le gentil et niais petit-ami qu’elle a jeté par manque de sentiment … Et maintenant le béguin sur Solal qui passe son temps à dire que c’est une fille superficielle et sans cervelle … ? Elle devrait se taire, la jouer fine et ne pas juger les relations des autres quand elle-même n’a pas la capacité à gérer correctement sa vie. Mais ainsi est faite Sidney, l’impulsivité qui la pousse à dire des conneries ne voir que la paille dans l’œil de son voisin et pas la poutre qu’elle a dans son propre œil.

La jolie blonde qui rumine ainsi dans le salon durant de longues minutes, c’est dans ces moments-là qu’elle se maudit de ne plus avoir constamment un paquet de cigarette dans son sac. Elle aurait bien besoin de fumer, bien besoin de décompresser. Sidney qui prend l’histoire un peu trop à cœur aujourd’hui, regretterait presque d’être venue ici pour le week-end si c’est pour être coincé avec quelqu’un à qui elle compte bien faire la gueule.

Le temps qui file, le temps qui va avec pour que l’anglaise se calme aussi. Comme toujours, la colère n’est que passagère et bien rapidement ça va mieux, elle n’a plus envie d’étriper celui qu’elle considère comme son frère. Poupée juste un peu trop fière pour remonter dans la chambre, revenir comme si de rien était après avoir fait son caprice. De toute manière il va bien devoir descendre un jour ou l’autre Jacob non ? Il faut bien qu’il assiste aux repas en famille, descende à la fin de ce week-end pour partir à l’aéroport. Ils finiront bien par se recroiser et justement, en parlant du loup le voilà qu’il descend deux par deux les marches le beau brun. Systématiquement, elle rive ses yeux ailleurs l’anglaise. Décide que la fenêtre, ce qu’il s’y passe à l’extérieur et bien plus intéressant que le gros tas qui s’installe à ses côtés – non qui limite la bloque entre l’accoudoir et son corps, son grand bras qu’elle sent venir encerclé ses épaules. Aucun moyen de s’échapper.

« Tu veux quoi encore Jacob … ? »

Et en plus, c’est elle qui fait la maligne … Le toupet à l’état pur, l’audace qui ne manque jamais à Sidney. Heureusement qu’il est un peu plus souple qu’elle Jacob, qu’il ne se prend pas autant qu’elle la tête. Bien qu’il recule après s’être reçue les foudres de sa colère en un simple regard elle finit par l’entendre lui avouer qu’il n’a jamais revue sa chef en réalité. Donc il l’a fait marcher depuis dix minutes ? Elle se torture l’esprit et s’énerve toute seule pour rien ? Mais il est pas un peu maso Jacob par hasard ?

« T’es en manque de drama dans ta vie pour me faire ce genre de blague ? C’est pas drole bordeeel… »


Mais n’empêche qu’elle est bien heureuse d’apprendre que c’est faux. Elle se remet à sourire Sidney soudainement. Le faciès qui se fait apaiser, elle n’a plus aucun mal à être collé à son meilleur ami.

« J’avais vraiment peur, je trouvais ça déjà dégueulasse d’une part puis … Pas elle quoi …. »

Elle sait bien qu’elle n’a rien à dire, n’a pas à juger les relations de Jacob mais là c’était un peu trop pour elle. L’anglaise qui se tourne franchement vers son ami, le dos appuyé contre l’accoudoir pour qu’ils puissent discuter. Sidney qui se calle bien à sa nouvelle place lorsqu’elle entend la révélation de Jacob. Il sort avec Keala. De nouveau.

« Ah. »


Elle ne sait pas quoi dire, ni comment réagir ? Ça se passe bien qu’il dit, il est objectif dans ce qu’il dit ou bien c’est une simple impression car au début d’une relation tout va bien ? Tout est tout beau tout rose ? Elle s’inquiète la poupée, toujours comme si elle était sa mère.

« Donc tu pardonnes le coup qu’elle t’a fait ? Le fait qu’elle t’ait utilisé après sa rupture ? La frousse des morpions et le sida ? Je juge pas hein. Je te demande juste si t’es sûr de toi, si t’as bien repensé à chaque chose que t’as du vivre à cause d’elle … C’est pas parce que c’est celle qui t’as dépucelé qu’elle doit être ton grand amour hein … »


Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is it desire, or is it love that I feel in for you? I want desire, 'cause your love only gets me abused.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob E. Peters
voteur
J'ai posté : 702 messages et j'ai : 799 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Logan Lerman et pour finir je crédite : Dulce

Jeu 18 Avr - 14:24
Elle m’incrimine dans ses mots, me jette la pierre. Si je suis en manque de drama ? Oh que non, j’en ai eu suffisamment ces derniers temps. Je dois même dire que pour un mec qui a été tranquille à ce niveau durant la majorité de sa vie, je me suis relativement bien rattrapé durant les quelques mois qui viennent de s’écouler.
Elle m’incrimine avec ses mots mais son corps la trahit. Elle se détend quasi instantanément quand je lui dis que c’est une blague. Je vois ses lèvres s’étirer en un sourire pendant qu’elle se laisse aller contre moi. Ah ! Je me disais bien que mon câlin allait finir par faire son petit effet ! Oui bon, ok, il n’a fait aucun effet sur le moment mais il marque au moins notre réconciliation, ce qui est une bonne chose. Une bonne chose d’abord parce qu’il n’est jamais agréable d’être en froid avec quelqu’un à qui l’on tient. Une bonne chose ensuite parce que ça évitera que les repas de famille à venir soient tendus. Et une bonne chose enfin parce que ça me garantit que Sidney n’essayera pas de me tuer pendant mon sommeil, en m’étouffant avec un oreiller ou en faisant en sorte que je m’étouffe avec une cacahuète. Hein ? Non, non, je n’essaye pas du tout de vous dire que ma meilleure amie est une meurtrière, loin de là. Je suis simplement conscient le flegme anglais a ses limites, tout comme la patience de la blonde.

- Personnellement j’ai trouvé ça assez drôle. La partie du jus d’orange en moins…

Oui, elle s’est déjà vengée, ça il n’y a pas de problème. Mon tee-shirt s’en souvient encore. Son visage se détend encore un peu plus. Sachez que le meilleur moyen de se réconcilier avec Sidney, c’est de la faire rire. En fait, le meilleur moyen de rentrer dans la vie de Sidney, c’est de la faire rire. Elle parait dur comme ça, assez snob au premier abord presque mais une fois que vous passez cette carapace qu’elle s’est forgée au fil des années, vous découvrez l’une des filles les plus drôles de cette terre ! Si, si, je vous assure ! Regardez-la, regardez-moi, vous voyez bien qu’à première vue on n’appartient pas vraiment au même monde voyons -j’ai bien dit à première vue-, vous vous doutez bien qu’il y a autre chose derrière ? Chez nous l’autre chose -les autres choses- c’est le soutien, l’écoute, l’affection et surtout, mais alors surtout, l’humour !
D’après elle, coucher avec Specter aurait dégueulasse. En toute honnêteté, je ne peux pas dire le contraire. À choisir entre le corps d’une superbe hawaïenne de 28 ans et le fossile d’un dinosaure dans le corps d’une femme d’âge mûr, croyez-moi, le choix est vite fait. Je souris en repensant au dernier message reçu par Keala… Non, définitivement mon choix est fait.

- Dégueulasse ? J’aurais plutôt dit archéologique tu vois. Une vraie part d’Histoire à elle toute seule. Tu penses qu’elle a vécu toutes les guerres ?

Je pouffe de rire. Bien sûr que j’exagère, Specter n’est pas du tout aussi vieille, bien loin de là. Mais l’exagération est toujours plus drôle que le sérieux. Et puis, après ça il faut qu’elle sente que je suis de son côté Sidney, surtout avec ce que je vais lui dire. D’un sens, elle pourra se réjouir parce que ce n’est pas sa patronne que je fréquente. De l’autre, je connais son avis sur la question et la connaissant, je pense qu’elle ne prendra pas de pincettes. Bon, après tout, c’est aussi le rôle d’une meilleure amie non ? Si je voulais quelqu’un qui me caresse constamment dans le sens du poil et me laisse faire tout ce que je veux, même des boulettes, je trainerais constamment avec ma fanbase.
Elle change de position, me faisant dorénavant totalement face et me fixant de son regard qui peut devenir celui d’un tueur en une fraction de secondes. Vas-y Sid, t’as raison, tu n’es pas du tout stressante quand tu fais ça après tout ! Oui, oui, je sais. Pour sa défense elle ne peut pas être au courant de ce que je m’apprête à lui annoncer donc elle ne se rend absolument pas compte que sa position a un impact quelconque sur moi. Ou alors peut-être qu’elle sait ? Peut-être qu’elle a vu le nom qui s’affiche régulièrement sur mon portable depuis que nous sommes arrivés ? Ok, là je deviendrais presque parano. Tant pis, j’y vais.
Voilà. La bombe est lâchée. Je m’attendais à ce que l’anglaise explose, fasse une crise à la Specter, me dise que je suis totalement débile, mais non. Non, loin de là. Elle se contente de lâcher un « Ah. », sans expression, sans jugement. Non mais oh, elle se fout de moi là ? Depuis quand elle ne se donne même plus la peine de mettre un peu d’émotions dans ce qu’elle me dit ?

Mais l’émotion tant attendue ne se fait finalement pas plus attendre que ça. Là, je retrouve Sidney. Elle n’hésite pas à me rappeler tout ce que j’ai vécu à cause de Kea, à tester mes choix. Elle n’hésite pas non plus à me rappeler qu’il y a encore quelques mois, j’étais puceau et que si je ne le suis plus aujourd’hui, c’est grâce à l’hawaïenne. Ma mâchoire se contracte pendant que je sens une boule se former dans mon estomac. Bien sûr que je suis contrarié ! Vous pensez que c’est agréable de s’entendre dire ce genre de choses ? Mais en même temps je sais qu’elle a raison et surtout qu’elle ne fait ça que pour me protéger. Et pour ça, je ne peux pas lui reprocher, c’est sûr. Mais les choses sont encore trop fraiches pour me passer totalement au-dessus.

- Je pardonne mais je n’oublie pas. C’était clairement pas prévu Sid, loin de là même. Je sais que j’en ai bavé à cause d’elle, que ce soit direct ou indirect.

Je montre les restes de blessures quelque peu effacées mais toujours éparpillées sur mon visage. Si avec ça je ne me souviens de l’apothéose des dramas qui nous ont unis ces derniers mois, je ne m’en souviendrais jamais. C’est vrai que j’ai souffert, plus d’une fois, à cause de cette fille. C’est vrai aussi que j’ai été son pansement, que j’ai failli m’en tirer avec une MST -ou un enfant-, qu’elle a couché avec un de mes potes pour se venger. C’est vrai que de l’extérieur, je peux comprendre l’inquiétude de Sidney.
Mais moi je sais tout ce que Keala peut m’apporter, et m’apporte déjà. Je vois ses regards, je sens ses caresses, j’entends ses mots. Je ne peux pas dire que j’ai fait table rase du passé, ce serait mentir. Mais il y a quelque chose qui dépasse tout ça et de loin. Je soupire.

- Je sais Sid… Et c’est pas parce qu’elle m’a dépucelé… Mais il y a quelque chose de plus chez elle. Elle n’est pas mauvaise, elle a juste fait de mauvais choix. Je suis sorti avec Amanda, crois-moi je sais ce que c’est d’avoir le fond mauvais maintenant. Keala est quelqu’un de bien. Et puis quand je l’ai revu, en février, tout ce que j’avais enfoui est remonté. Tu sais, les mains moites, les papillons dans le ventre, le regard de merlan frit. Tu sais très bien que je suis tombé sous son charme dès la première fois que je l’ai vu. C’est plus fort que moi. Je sais que c’est un risque, que je vais peut-être le regretter, mais je pense que je m’en voudrais toute ma vie de ne pas l’avoir pris. Quand on aime quelqu’un, tu penses pas qu’on devrait faire en sorte d’être avec cette personne ? Peu importe les conséquences ? C’est toujours mieux que les remords et les regrets. Et puis au moins, on essaye. Et si ça ne fonctionne pas, on peut tourner la page sereinement.

Je reprends ma respiration. Mais quel con de m’être emballé et d’avoir voulu tout débiter d’un coup. Non mais vous imaginez l’épitaphe sur ma tombe ? « Jacob Edgar Peters, mort d’avoir oublié de reprendre son souffle ». Digne d’un Darwin Awards ça Messieurs, Dames, parfaitement. Il faudrait un jour que j’arrive à chopper les trucs et astuces des acteurs des comédies romantiques qui arrivent à balancer tout un monologue sans respirer -ou avec un moyen bis de le faire.
Je plante mon regard dans le sien pour tenter de savoir ce qu’elle pense. Je ne vais pas dire que j’ai besoin de l’aval de ma meilleure amie pour entamer une relation, mais je dois admettre que l’avoir de mon côté a quelque chose de beaucoup plus rassurant. Et puis si les choses continuent à se dérouler de la manière actuelle, Sidney et Keala vont être amenées à se voir de temps en temps, je préférerais tout autant qu’elles s’entendent un minimum. Oui bon ok, qu’elles se tolèrent c’est déjà pas mal -et plus que ce que j’ai eu le droit par Amanda.

- Bon euh… Par contre on est d’accord, tu dis rien à ma mère hein ? Ni à ma sœur. Non parce que je vous connais toutes les trois, quand vous êtes parties dans vos potins, tout le monde y passe. Bon en fait ne dis rien à personne. Et moi… Je ne dirais pas que tu es mariée !
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney A. Pettersen
général
J'ai posté : 1237 messages et j'ai : 379 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Hailey Baldwin et pour finir je crédite : ASTRA

Sam 20 Avr - 19:02
i think the tea is just ... HOT

sidney & jacob

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Elle n’en pense pas moins que lui Sidney, Miss Specter est un putain de fossile, un fossile de dragon qui plus est. Ça ne serait pas étonnant qu’elle ait été choisie pour doubler la voix de la dragonne dans Shreck ou bien, de la voire prochainement dans Game Of Throne celle-là. Pour le coup, ça l’aurait vraiment emmerdé que son meilleur ami soit amoureux de cette femme, que ça soit une question d’éthique par rapport au cadre professionnel ou même par rapport à la personne qu’elle est, tout simplement. C’est pas la pire personne du monde, certes… Mais il mérite mieux, une fille de son âge, mignonne gentille et agréable quoi. Specter c’est pas ouf, c’est une femme un peu sèche, qui a l’air frigide mais tout à la foi hyper focalisé sur le sexe. Elle est bien conservée certes, mais sa personnalité accable sa prestance et le charme qu’elle peut avoir.

C’est ainsi, un brin rassuré que Sidney écoute donc son meilleur ami qui a vraiment quelque chose à lui dire. Première chose qu’elle apprend - sans être réellement surprise - c’est qu’il voit vraiment quelqu’un en ce moment. Elle hoche la tête, sagement, les prunelles mordorées toujours planté dans le bleu turquoise de celles de son meilleur ami. La suite par contre… C’est légèrement l’hécatombe. Keala qui fait son grand retour…. C’est pas aussi choquant que la blague sur sa patronne mais pendant une seconde, elle se demande si il n’est pas encore en train de la charrier car tout de même… Elle est pas toute blanche – et je ne parle pas de sa couleur de peau – l’hawaïenne. Sidney qui instinctivement, pense aux dégâts des mois passés, se sent obligés de rappeler chaque élément à son meilleur ami pour qu’il se rende compte des choses car il ne lui doit rien à cette fille, c’est pas parce qu’il a pu rentrer son pénis en elle qu’il lui doit un amour éternel.

Mais surement qu’elle est trop directe Sidney, qu’elle fait des dégâts avec sa façon de parler. Elle voit bien au visage de son meilleur ami qu’elle a peut-être trop remué la merde et ça lui fait un peu mal au cœur d’avoir ressortie chaque blessure que la brune a pu lui faire juste pour en quelque sorte l’en dissuader. Elle en vient à se pincer les lèvres, regarder ailleurs quand son meilleur ami lui répond qu’il n’oublie pas tout ça, qu’il en est bien trop conscient que cette fille lui a fait de mal mais que malgré tout il lui pardonne. Sidney elle a trop de mal avec ce concept, a du mal à donner une deuxième chance à ceux qui ont tentés de la bousiller.

« Tu le sais mais tu te jettes dans la gueule du loup quand même… »

Mais apparemment, il est sûr de lui et pense qu’elle est vraiment quelqu’un de bien qui a juste fait de mauvais choix. Et ça, elle peut le comprendre Sidney, serait bien mal placée de dire qu’elle a été tout le long de sa vie irréprochable. Alors elle se tait, l’écoute assidument lui dire ce qu’il ressent. Tous les mots qui sonnent un peu niais, la ferait limite rouler des yeux jusqu’à qu’elle l’entende lui demander si quand on aime une personne il ne faudrait pas tout faire pour être avec cette personne plutôt que de regretter par la suite de n’avoir rien fait. Là, elle se sent toucher en plein cœur, le myocarde qui s’arrête même de battre car elle se sent personnellement ciblé. Le visage de Solal qui s’ancre dans sa tête et la batterie d’effort qu’elle met en œuvre pour ne rien laisser transparaitre au brun, tout les moyens dont elle use pour aller à l’encontre de ce que son cœur lui fait comprendre depuis quelques temps. Et elle a peur Sidney, peur des conséquences, peur de se prendre un rateau ou bien qu’il se moque d’elle si elle lui fait part de ses sentiments.

« Non non t’as raison, si tu veux prendre le risque c’est légitime, t’es même courageux de le faire… »

Contrairement à elle, le fait de penser à ce manque fou de courage qui lui fait monter les larmes aux yeux, faut qu’elle cligne plusieurs fois des paupières pour faire disparaitre ces perles translucides à la con qui viennent lui brouiller la vision. Et elle sourit Sidney, ce petit espoir qu’il ne crame pas qu’elle est légèrement bouleversée par ce qu’elle ressent ces derniers temps, cette force que ça lui prend de toujours combattre pour que son collègue de bureau ne voit pas que tout est différent depuis ce voyage à Amsterdam. Que personne ne voit qu'elle est dévoré par des sentiments naissants, Solal comme Jacob. Tout le monde y passe.

« Promis juré craché je dirais rien, ni à ta sœur, ni à ta mère ça va… Je sais tenir ma langue… »

Qu’elle dit en faisant rouler ses opalescences, l'air de rien. sa jolie main manucurée qui vient lui proposer son petit doigt pour lui en faire la promesse. Mais malgré tout, ça l’interpelle à Sidney qu’il ne veuille rien dire à ce point là, alors toujours aussi curieuse elle lui demande :

« Mais pourquoi tu veux rien dire au juste … ? C’est une bonne nouvelle en soi… »

Made by Neon Demon


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is it desire, or is it love that I feel in for you? I want desire, 'cause your love only gets me abused.
Contenu sponsorisé
J'ai entendu "Tea Time" ! / Sidney & Jacob
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: All over the world
 :: The USA
-
Sauter vers: