Flashnews
Faites place aux Olympiades 2019 ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Cassandra, Akosua, Luna et Riley ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Ian, Damian, Alan et Camden veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 42
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Another secret we didn’t need [Mihaela & Drystan] 1529876038
Recrutement fermé
SOS a une super équipe et est prête à prendre ses fonctions, de ce fait nous fermons les candidatures Another secret we didn’t need [Mihaela & Drystan] 48250097
Scent of Scandals #34
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Another secret we didn’t need [Mihaela & Drystan]

GOOD MORNING AMERICA :: Columbia University
 :: East Campus :: Butler Library
Voir le profil de l'utilisateur
Drystan T. Pickwick
général
J'ai posté : 581 messages et j'ai : 196 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Joe Keery et pour finir je crédite : BLINDNESS + ANESIDORA

Mer 27 Mar 2019 - 21:23

Another secret we didn’t need

Vendredi 15 mars 2019.


« Je t’assure que ça ne veut rien dire Spenc’. Ce n’est pas parce que soudainement je revois mon ex au milieu du campus qu’il va se passer quelque chose. J’ai pas envie qu’il se passe quoi que ce soit d’ailleurs, je suis pas prêt à me relancer dans une histoire, avec qui que ce soit. » Tu essaies de garder ta voix suffisamment basse pour que personne ne t’entende Drystan, mais le regard que ton meilleur ami pose sur toi te donne envie de hausser le ton, pour lui faire comprendre que tu es sérieux. Il te connaît autant que tu le connais et, malheureusement pour vous, aucun de vous deux n’est très doué quand il est question de rupture. La tienne, ça fait des mois qu’elle a eu lieu, tu n’es même pas certain que tu puisses appeler ça une rupture d’ailleurs, puisque vous n’étiez pas officiellement en couple. Mais le fait est que tu as du mal à te remettre de Drake, tu n’arrives pas à tourner la page parce qu’avec lui tu pensais que ce serait différent. Il arrivait à te faire tout oublier lorsqu’il était proche de toi, lorsqu’il te regardait, et le fait qu’il se soit éloigné aussi brutalement a brisé quelque chose en toi. « Alors tu vas me dire que s’il revenait frapper à la porte de ta chambre, en demandant de passer la nuit dans ton lit, tu dirais non ? » Un soupir passe tes lèvres en entendant les mots de Spencer. Tu regrettes déjà de lui avoir parlé de tes retrouvailles avec ton ex petit-ami quelques semaines plus tôt, tu n’aurais pas dû lui tendre une telle perche. « S’il a besoin d’un endroit où dormir, Kealohi pourra toujours trouver refuge chez moi. Il le sait, je le sais, et on est clair là-dessus. Ca ne veut pas dire qu’il doit se passer quelque chose d’autre que dormir. Tu sais parfaitement que les choses ont totalement changé pour moi depuis qu’on a rompu lui et moi… c’était il y a des années. » Presque deux ans en vérité, lorsque tu étais encore sain et que tu osais croire que le lendemain serait une encore plus belle journée que la veille. Ton état d’esprit a bien changé depuis ce temps-là, notamment le fait que tu n’as plus partagé ton lit avec qui que ce soit, autrement que pour simplement dormir. « Tu peux dire ce que tu veux, j’attends de voir… » L’air amusé sur le visage de Spencer est flagrant, et contagieux, puisqu’à ton tour tu souris, lâchant cette pression inutile. Il est ton meilleur ami, évidemment qu’il peut te charier avec tout et n’importe quoi puisque tu fais exactement la même chose. S’il veut croire que quelque chose est possible, qu’il le fasse, mais toi tu te persuades un peu plus chaque jour que tu mérites d’être seul. Tu le regardes se lever de la chaise qu’il occupait, et après un signe de la main, il s’éloigne pour se rendre à son cours. Un nouveau soupir passe tes lèvres alors que tu passes une main dans tes cheveux si artistiquement ébouriffés. Tu n’as pas besoin que quelqu’un te monte la tête à propos d’un garçon, tu es assez doué pour te faire des scénarios par toi-même. Et comme l’univers semble constamment se moquer de toi, lorsque tu relèves la tête, tes yeux se posent sur la jumelle de Kealohi. L’un comme l’autre ne savent pas que tu les connais tous les deux. Mihaela est la meilleure amie d’Aurore, c’est ainsi que tu as fait sa connaissance. Tandis que son jumeau, c’est une histoire plus compliquée, plus personnelle et intime également, qui te ramène à une période de ta vie que tu voudrais bien retrouver. Il ne sert à rien de prétendre que vous ne vous êtes pas vu cependant, alors tu lui souries le plus naturellement du monde, comme si tu ne venais pas d’avoir un débat sur son frère quelques secondes plus tôt. « Hey, Miha ! » Tu hausses un peu le ton cette fois, récoltant des regards plus ou moins noirs des gens autour de vous. Tu n’en as pas grand chose à faire, dans cette université personne ne peut plus te dire grand chose qui t’impressionnera. « Comment tu vas ? » Le mot d’amis est sans doute trop direct pour vous définir, il n’y a pas assez d'ambiguïté dans ce mot bien trop simple. Vous êtes bien plus que des connaissances, puisque vous connaissez les secrets les plus sombres de l’autre, mais étonnement ce n’est pas assez pour vous rapprocher. Parfois, tu peux sentir une tension, une méfiance à peine cachée de la part de la jeune femme à ton égard, et maintenant qu’elle s’approche de toi Drystan, tu te demandes si aujourd’hui ne sera pas ce genre de jours, où chaque mot sortant de vos bouches peuvent être vus comme des armes.

EXORDIUM.


† But every time you hurt me, the less that I cry, and every time you leave me, the quicker these tears dry, and every time you walk out, the less I love you. Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true. I'm way too good at goodbyes


Merci ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Mihaela Oswald
général
J'ai posté : 88 messages et j'ai : 60 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Zendaya Coleman et pour finir je crédite : (ava) Sarasvati & bat'phanie (signa).

Dim 21 Avr 2019 - 17:29
Another secrets we didn’t need
Drystan & Mihaela

« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do.  »

Évaporée, l'anxiété des derniers jours, à raturer chaque phrase et à froisser des feuilles de papier avant de les jeter à travers la chambre. Des heures passées à préparer un discours qui, je l'espérais, plaide suffisamment bien ma cause, une lutte pour une liberté jamais acquise. Des jours à répéter la tirade en faisant preuve d’éloquence face à mon reflet dans le miroir, tenter de ne pas écorcher les mots, de ne pas montrer la moindre faiblesse dans les traits de mon visage. Le même discours, scandé face aux parents qui ont juré de me protéger mieux qu'ils ne l'ont fait pour le jumeau lunaire, et l'assurance qui n'a pu faiblir que lors du prononcé de la dernière phrase. Marquante, frappant les esprits, avant que le silence ne se fasse et que mon cœur ne palpite. Quelques paroles échangées, enfin, prenant la forme de didascalies, moi qui n'avais plus suffisamment de courage pour m'imposer davantage, mais la conversation s'est allongée pendant un temps qui m'a semblé des heures. Et le verdict, l'accord précieux de l'autorité parentale pour le Spring Break à Bali dont j'aurai pris soin de taire tous les détails tendancieux. Des conditions énumérées, et rapidement acceptées, trop heureuse à l'idée d'enfin prendre mon envol loin de ma prison dorée.

Le jour s'est approché, et avec lui, la peur que les parents ne reviennent sur leur décision, malgré mes efforts constants pour être irréprochable pour deux, d'avoir l'air parfaite à défaut de l'être. Finalement, le départ se déroulera demain matin, et je me retrouve à parcourir la Butler Library, ma blondinette préférée m'ayant averti qu'elle y avait vu son meilleur ami. J'aimerais dire au revoir à Drystan, que je côtoie depuis plus d'une année, maintenant. Grâce à Aurore, surtout, avec qui nous passons le plus clair de notre temps, et qui me permet d'atténuer la méfiance que je peux éprouver pour l'étudiant en économie. J’aperçois enfin sa silhouette, derrière l'une des immenses étagères qui met en valeur des centaines de vieux ouvrages précieusement gardés par l'université de Columbia. Lorsque je m'approche, je n'entends que des bribes de voix, et remarque la présence d'une seconde personne. De là où je me tiens, il me semble reconnaître Spencer, son meilleur ami, que j'ai pu croiser quelques fois. Leurs voix sont basses et tendent vers les graves, de sorte que je ne comprend vraiment ce qu'ils se disent que lorsque j'arrive à leur hauteur. Je n'ai pas pu percevoir la question posée par Spencer, le ton employé m'ayant seulement témoigné son interrogation. Drystan répond et, si l'absence de contexte aurait pu me frapper, ses paroles sont on ne peut plus claires. Le prénom de mon frère jumeau tombe dans la conversation et me pousse à planter mes pieds dans le sol, ébahie par les précisions qui s'enchaînent, et la lumière qui se fait soudainement.

Je peine encore à comprendre, du moins, à m'autoriser à comprendre ce que cela signifie, au moment où Drystan remarque ma présence. Il me salue, agissant comme si rien de ce qu'il venait d'avouer n'était problématique. Une vingtaine de mois à se côtoyer, à Columbia, et j’apprends tout juste quelque chose d'aussi gros qu'une ancienne relation avec mon frère. Ils sont restés proches, d'ailleurs, si j'en crois ce qu'il serait capable de faire pour lui. Toutes ces fois où je réclamais sa présence, toutes ces fois où je demandais à mon jumeau de rester, mais où j'entendais quand même la porte d'entrée claquer. Ces instants me reviennent en mémoire. Je n'étais pas digne de sa présence, mais lui, Drystan, il l'était ? Je n'en saisis pas les raisons, ni même une quelconque logique. Je repousse une idée sauvage qui n'aurait pas fini de me blesser, d'autant plus si elle s'avère vraie : Drystan connaît mieux Kealohi que moi. Et pourtant, j'ai essayé... Ai-je essayé ? De la bonne façon ? A ma façon. Et ce n'était pas suffisant. Jamais. Je fais quelques pas en direction de mon "ami", auprès de qui je tentais chaque jour d'oublier ma méfiance à son égard, faute pour lui de connaître mes secrets les plus enfouis.

« Hey… euh… oui… je…, balbutié-je sans parvenir à fixer mon regard dans le sien, éternellement fuyant, passant d’une étagère à une autre avant de réaliser que je ne pourrai pas faire comme si ce que je venais d’entendre ne m’avait pas affecté. J’ai entendu… votre conversation et… je suis désolée, mais... »

Le ton trop timide, à toujours vouloir m’excuser de ma présence, je prend le soin de ne parler qu’à voix basse de peur de déranger les autres étudiants. J’ai une certaine naïveté que l’on m’a souvent reprochée, et que je ne pourrai pas non plus ignorer, mais qui me fait douter, aujourd’hui.

« Décidément, Drystan, tu avais raison. Tu es vraiment doué pour garder les secrets », articulé-je sur un ton amer en plantant enfin mes yeux dans les siens.

Aucune animosité, pour l’instant, étant bien trop pacifiste pour cette société excessivement imprégnée du cliché américain. Ce n’est qu’une déception, et une méfiance amplifiée qui passent dans mon regard. Et je le regarde, à la recherche d’une moindre vérité, comme si j’étais seulement capable de l’analyser, moi qui croirais le plus gros mensonge s’il était formulé avec un sourire. Ma main passe sur mon visage, profondément bouleversée, et j’ignore où est ma place, ou qui est le vrai Drystan Pickwick. Je parviens à donner ma confiance à tout le monde, même aux plus grands baratineurs. Alors, pourquoi ne parvins-je pas à éteindre ce mauvais pressentiment sur toi ?

« Excuse-moi si je me méprend, mais, si je comprend bien… Tu m’as laissée parler de mon frère en faisant comme si tu ne le connaissais pas, pendant tout ce temps ? Est-ce que je peux savoir de quand date votre histoire, juste pour que je sache depuis quand je passe pour une imbécile ? »
(c) DΛNDELION


♥♥♥:
 


frozen in time
The walls kept tumbling down, in the city that we love, grey clouds roll over the hills bringing darkness from above. But if you close your eyes, does it almost feel like ▬ nothing changed at all?
Voir le profil de l'utilisateur
Drystan T. Pickwick
général
J'ai posté : 581 messages et j'ai : 196 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Joe Keery et pour finir je crédite : BLINDNESS + ANESIDORA

Lun 13 Mai 2019 - 10:22

Another secret we didn’t need

Cette discussion avec Spencer t’amuse avant qu’elle t’agace. Il est persuadé qu’il va se repasser quelque chose entre toi et ton ex mais, en vérité, tu n’es pas prêt pour ça Drystan. Ta dernière pseudo relation t’a laissé avec le torse éventré et le coeur en miettes, une chose dont tu n’es pas prêt de te remettre. Si tu écoutais les conseils de Spencer, te replonger dans une relation serait peut-être le meilleur moyen de t’en remettre, mais tu doute en être capable. Oui, Kealohi te rappelle une période de ta vie où tout était bien plus simple. Tu avais encore de l’espoir à cette époque, tu espérais pouvoir vivre quelque chose de beau, quelque chose de vrai. Aujourd’hui tout cela n’est qu’une illusion, tu te rends bien à l'évidence que tu ne pourras pas connaître ce plaisir là. Tu ne peux en vouloir qu’à toi-même pour les malédictions qui te frappent. Lorsque ton meilleur ami se lève pour partir de la bibliothèque, tu es peut-être un peu soulagé Drystan, à l’idée que tu ne vas plus avoir à parler de tout cela. Tu vas pouvoir travailler sans que personne ne te parle d’un de tes ex-petits-amis. Ou du moins c’est ce que tu espérais. En levant les yeux, tu croises le regard de Mihaela, et une légère panique s’empare de toi. Quelques secondes plus tôt, tu parlais encore à voix basse de son frère jumeau, qu’elle ne sait pas que tu connais. Tu prends la parole naturellement cependant, la saluant un peu plus fort pour qu’elle n’hésite pas à venir vers toi. Les choses sont toujours étranges entre vous, il est difficile de savoir à l'avance s’il s’agira d’une bonne ou d’une mauvaise journée, mais tu ne veux pas te battre aujourd’hui. Elle fait quelques pas, tu lui demandes comment elle va mais sa réponse n’a rien de clair. Elle bredouille, n’ose pas te regarder, et ce comportement te fait froncer les sourcils. « Est ce que tout va bien ? » On ne peut pas dire que vous êtes proches, mais elle est la meilleure amie d’Aurore et c’est donc suffisant pour que tu t’inquiète pour elle. Ce comportement n’est pas normal, tu la connais suffisamment pour le savoir. Mais rapidement, elle te dit ce qui l’a mis dans un tel état et tu sens ton visage perdre un peu de couleur. « Ne t’excuse pas, on parlait fort… » Ce n’est pas par là que tu devrais commencer Drystan. Tu devrais plutôt chercher des explications pour lui faire comprendre ce qu’elle a entendu. Mihaela relève le regard, en prononçant des mots secs. Dans d’autres circonstances une même phrase pourraient être prise comme un compliment, mais tu n’es pas dupe, ce n’est absolument pas le cas ici. Elle continue, te posant des questions sur ce qu’elle a entendu et tu ne sais pas quoi dire. Elle n’était pas censée entendre la conversation que tu as eu avec Spencer. « Miha, ce n’est pas ce que tu crois. » Et qu’est ce qu’elle croit au juste d’après toi ? Ce type de phrase veut toujours dire le contraire et tu en as parfaitement conscience lorsque tu la prononce. L’histoire que tu as eu avec son frère est extrêmement personnelle, et tu peux déjà sentir que la déception présente dans sa voix se fera encore plus importante. « Oui, je connais ton frère. Je l’ai connu avant de faire ta connaissance et je t’assure que quand je t’ai rencontré, je ne savais pas que vous étiez de la même famille. Il m’a fallu du temps pour faire le lien. » Tu tournes autour du pot, tu ne réponds pas réellement à sa question Drystan et tu en as conscience. En vérité, tu ne sais pas exactement ce que tu as le droit de lui dire. Lorsque tu as revu Kealohi, il t’a bien fait comprendre que tu étais un des rares à connaître ses secrets, et que sa jumelle n’en connaissait pas la moitié. Te voilà coincé entre les jumeaux Oswald, obligé de choisir un camp, de décider quelle confiance est ce que tu vas briser. Pour la première fois, tu as presque peur que quelqu’un soit mis au courant de ton histoire avec le jeune homme. Tu avais des sentiments pour lui, ça ne fait aucun doute, mais aux yeux de beaucoup tu es en tort dans cette histoire. Il était encore mineur, tu ne l’étais plus depuis déjà plusieurs années. Ce n’est pas anodin que votre histoire soit restée secrète pendant si longtemps. « On s’est rencontré il y a plus de deux ans, lui et moi. Pendant quelques mois, on était… mais on s’est perdu de vue. On s’est revu par hasard il y a quelques semaines, c’est tout. Tu ne passes pas pour une imbécile. » Ce n’est pas un jeu pour toi Drystan, tu n’attendais pas le bon moment pour lui dire que tu connaissais ton frère jumeau et voir sa réaction. Non, en vérité tu pensais que jamais tu n’aurais besoin de lui dire parce que tu ne pensais pas revoir Kealohi un jour. Cette histoire fait partie d’un passé qui n’existe malheureusement plus. « Je suis désolé. Je ne voyais juste pas l’intérêt de te le dire. » Tu es sincère, tu espères qu’elle le verra. Ton but n’était vraiment pas de la blesser ou de la tromper, tu n'avais aucun but d’ailleurs par rapport à cette histoire.

EXORDIUM.


Spoiler:
 


† But every time you hurt me, the less that I cry, and every time you leave me, the quicker these tears dry, and every time you walk out, the less I love you. Baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true. I'm way too good at goodbyes


Merci ♥:
 
Contenu sponsorisé
Another secret we didn’t need [Mihaela & Drystan]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: Columbia University
 :: East Campus :: Butler Library
-
Sauter vers: