Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ This is scum, like you and i - Jayden 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

This is scum, like you and i - Jayden

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn-Rose Walsh
Q-R
J'ai posté : 14938 messages et j'ai : 798 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar par rainbowsmile profil & signature par moi-même

Jeu 28 Mar - 17:07
This is scum, like you and i
Jayden & Quinn-Rose


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Des silhouettes pressés passent devant toi, tels des moutons incapables de dépasser la ligne imposée. Tu soupires longuement et silencieusement. Dire que bientôt, tu seras comme eux ; une automate démunie de vie privée. Sauf que, cette condition ne te dérange pas réellement Quinn-Rose. Tu as réellement envie de rejoindre la vie active et d’y prendre part comme tous les jeunes gens de ton âge. En plus, malgré l’échec de ton premier stage, tu es arrivée à en dénicher un autre dans une entreprise encore plus prestigieuse basée à Brooklyn. Tout est impressionnant dans ces lieux. La grandeur de l’immeuble composé de fenêtre en verre, l’architecture des éléments composant l’intérieur, le décor presque futuriste, nul doute que tu te retrouves dans ton élément. Tu avais passé deux entretiens avant d’avoir enfin le privilège d’être stagiaire ici. Tu sais que contrairement aux autres, toi tu dois te donner à deux cent pour cent pour une seule et unique raison ; tu n’avais pas pu achever ton premier stage. Tu avais gardé secret les raisons de peur d’être sur la ligne de mire du gros magneto et tu ne peux permettre une telle finalité. Tu n’as aucune envie de retourner en Irlande et affronter ton père. Aucune envie de reprendre le flambeau de son organisation mafieuse non plus. Toi, tu veux plutôt une vie paisible, un emploi que tu aimes et un cercle d’amis restreint. Alors pour y arriver, tu es prête à tout sachant que tu dois coûte que coûte réussir ton passage ici. Tu ne peux échouer une deuxième fois cela laissera une très mauvaise note sur ton CV. Tu es presque certaine de ne plus avoir une seule chance à te faire embaucher ailleurs après l’obtention de ton diplôme.

Aujourd’hui les choses sérieuses commencent. Tu as un emploi de temps qui concorde avec tes études. Tu dois y être à huit heure de matin et partir à treize heures. Tu dois aussi travailler avec un architecte de renom, un jeune homme respecté dans le milieu à force d’avoir multiplié les contrats malgré son jeune âge. Tu te sens plutôt privilégiée et tu te promets d’être irréprochable durant ces deux prochains mois. Alors, c’est sans surprise que tu arrives en avance dans les lieux. Après avoir parlé avec la réceptionniste, elle t’indique l’étage dans lequel tu vas travailler. De bonne humeur et souriante, tu débarques devant le bureau de monsieur Moore. Tu tapes contre la porte en attendant d’avoir la permission pour pénétrer à l’intérieur. Ceci fait, tu entres dans ce nouvel espace, charmée par les prototypes de quelques bâtiments pas encore construits. Tu attends qu’il te reçoit, qu’il te propose de t’approcher et une fois la demande formulée, tu t’exécutes. Cependant, le sourire qui barrait tes lèvres s’estompe petit à petit. Jayden Moore. Ce nom te disait bien quelque chose mais t’étais loin d’imaginer retrouver un fantôme du passé. Un spectre que tu avais maltraité, malmené pour ton petit plaisir personnel. Il a suffit d’une seconde, il a suffit que tu croises son regard pour remémorer tes gestes à son encontre, les situations embarrassantes dans lesquelles tu l’avais fourré juste pour rire, juste parce que ça te divertissait. Maintenant, tu ris moins Quinn-Rose. Tu ignores quel comportement adopté. T’excuser dès le départ ou feindre l’ignorance ? La deuxième option s’impose alors d’elle même au moment où tu tends la main vers lui. Monsieur, Moore, je suis Quinn-Rose Walsh, la nouvelle stagiaire. Tu essaies de ne pas montrer ton désarroi. Tu essaies de contrôler les tremblements soudains qui te prennent d’assaut. Tu dois respirer calmement et prier pour que tu ne sois pas renvoyée sur le champ, tu n’as définitivement pas besoin de cette mauvaise nouvelle.


AVENGEDINCHAINS



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her ghost in the fog
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Moore
Jayden
J'ai posté : 4216 messages et j'ai : 31 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : tupturupp (vava)

Mar 2 Avr - 22:08

This is scum, like you and I
Jayden & Quinn-Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nouvelle journée de travail, une journée qui aurait dû être comme les autres. Depuis qu’il avait terminé ses études et qu’il travaillait dans ce bureau d’architectes, il avait adopté une certaine routine, une routine dans laquelle il se complaisait. Il n’avait pas besoin de plus. Ambitieux, il voulait évidemment grimper les échelons et, un jour, avoir sa propre boîte. Pour l’heure, il était toujours sous les ordres de quelqu’un, mais son patron lui faisait déjà suffisamment confiance pour lui confier des projets d’envergure. Ainsi, Jayden s’était rapidement fait un nom dans le milieu. Nul doute qu’une grande carrière l’attendait encore. Il n’avait pas besoin de plus pour le moment. Il était heureux dans sa vie actuelle. Après tout, son travail était aussi l’une de ses passions, alors faire des heures supplémentaires et travailler dur ne lui faisait absolument pas peur. Pendant son temps libre, il s’adonnait à son autre passion : la lecture. Ou le sport quand il avait besoin de réellement se défouler et s’aérer l’esprit. La lecture était aussi ce qui lui avait causé certains soucis par le passé. Jugé trop bizarre, trop dans son monde, il s’était fait harceler pendant plusieurs années pendant sa scolarité. Il n’avait jamais vraiment oublié cette époque ni le visage de ses harceleurs et notamment celui d’une fille. La pire de tous. Mais il avait réussi à se reconstruire, à tracer sa propre voie et à totalement s’épanouir dans le monde professionnel. Il était devenu quelqu’un, contrairement à ce que cette garce avait toujours répété. En arrivant au bureau ce matin-là, il était encore loin de se douter qu’il allait bientôt se retrouver face à un fantôme du passé. Un fantôme qu’il ne parvenait pas à oublier, malgré tous ses efforts. Certaines blessures ne disparaissaient jamais vraiment, même si elles cicatrisaient.

Quoiqu’il en soit, il était arrivé assez tôt, avant la plupart des employés, et entra dans son bureau, un café à la main. Il s’installa donc pour consulter ses mails professionnels, comme il avait l’habitude de le faire tous les jours. Là, son regard dévia vers un dossier qu’on avait posé sur son bureau, sans doute après son départ, hier soir. Ah oui. Ce devait être le dossier de la nouvelle stagiaire. On l’avait prévenu qu’il s’occuperait essentiellement d’elle, même s’il ne comprenait pas trop pourquoi ça tombait sur lui. Il n’était pas associable, mais il aimait surtout travailler seul et il n’aimait pas non plus se sentir observé en permanence – ce qui serait le cas avec une stagiaire. Après tout, si elle effectuait ce stage, c’était pour apprendre le métier. Jayden avait été lui-même dans ce cas, alors il comprenait, même si ça l’embêtait pas mal. Il ouvrit le dossier et se figea instantanément en voyant le nom et surtout la photo de ladite stagiaire. Le voilà, son fantôme du passé. Il resta totalement immobile quelques instants, fixant cette photo, incrédule. C’était une blague ? La fille qui avait fait de sa vie un enfer au lycée allait faire un stage dans sa boîte ? A ses côtés ? En même temps, ça lui permettrait sans doute de prendre sa revanche et de montrer à cette garce qu’elle n’avait pas réussi à le détruire. Peut-être devrait-il la remercier, au fond. Car c’était un peu grâce à elle qu’il avait travaillé encore plus dur que les autres, qu’il avait ressenti le besoin de prouver aux autres, mais aussi à soi-même, qu’il était capable d’atteindre son rêve. Néanmoins, le fait qu’ils puissent avoir au moins un point commun lui déplaisait fortement. Qu’est-ce que cette fille venait faire en architecture ?

Le jeune homme soupira et se passa une main sur le visage. Il pourrait très bien demander à son chef d’attribuer la stagiaire à quelqu’un d’autre, mais il ne le ferait pas. Il n’était pas lâche. Il ressentait toujours une certaine rancœur, ça ne s’en irait peut-être jamais vraiment, mais il allait faire preuve de maturité et ne pas provoquer de scène. Il ignorait juste comment il allait réagir en la voyant. Ce fut donc avec cette pensée en tête qu’il s’occupa enfin de ses mails jusqu’à entendre frapper à sa porte. Son cœur loupa un battement. C’était elle. Prenant une profonde inspiration, il finit par lui dire d’entrer. La revoir ne le laissait clairement pas indifférent et pas dans le bon sens du terme. Elle n’avait pas beaucoup changé et puis, comment oublier le visage d’une pimbêche pareille ? Il ne savait pas à quoi s’attendre, mais il fut tout de même surpris lorsqu’elle s’adressa à lui sur un ton parfaitement poli et lui tendant la main. Est-ce qu’elle ne se souvenait pas de lui ? Est-ce qu’il avait juste été une victime parmi tant d’autres ? Ou jouait-elle la comédie ? Peu importe. Si elle jouait la comédie, Jayden pouvait en faire autant. Il lui serra donc la main après s’être levé, tout en plongeant son regard dans le sien. « Je sais qui vous êtes. » Il laissa planer un petit instant de doute alors qu’il lâchait la main de la jeune femme, puis il désigna le dossier sur son bureau. « J’ai votre dossier. » Il garda une expression parfaitement neutre, pas un sourire, rien. De toute façon, il n’avait aucune envie de lui sourire, même un sourire forcé serait trop généreux pour elle. « Bienvenue chez nous. J’ose espérer que ça se passera mieux que lors de votre dernier stage. » Car évidemment, il avait vu qu’elle n’avait pas terminé son stage précédent. Il en avait aussitôt déduit que l’attitude insupportable de Quinn-Rose devait en être la cause. « Vous pouvez vous installer là-bas, ce sera votre bureau pour la durée du stage. » Il désigna un bureau vide à l’autre bout de la pièce. « Est-ce qu’on vous a déjà fait visiter les lieux ? » Il n’avait aucune envie de jouer les guides, mais en même temps, il voulait rester professionnel et même si la jeune femme lui avait pourri la vie par le passé, il ne comptait pas faire la même chose. Du moins, dans une moindre mesure. Il n’allait pas mettre son avenir en péril parce qu’il était rancunier.

made by black arrow
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn-Rose Walsh
Q-R
J'ai posté : 14938 messages et j'ai : 798 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar par rainbowsmile profil & signature par moi-même

Sam 6 Avr - 14:55
This is scum, like you and me
Jayden & Quinn-Rose


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Qu’est-ce que tu as bien pu faire dans la vie pour mériter un tel châtiment ? Parce que te retrouver face à une très vieille connaissance qui, te déteste certainement, n’est pas ce qu’on appelle une bénédiction. Jayden Moore. De tous les individus dans cette grande ville contenant plusieurs quartiers et s’étendant sur des milliers de kilomètres, il fallait que tu tombes sur lui. Un irlandais comme toi. Un fantômes que tu ne préférais pas croiser de part le malaise que cela engendre en toi. Au bout d’un instant, quand tu croises son regard, tu reviens en arrière. Tu reviens à des années en arrière. C’était à une autre époque, un autre continent. C’était au moment où t’étais très populaire au lycée, faisant la loi avec une bande de petits Caïd clamant leur supériorité. Vous en avez eu des victimes, plusieurs. Parfois, tu leurs volais leurs sacs à dos pour les balancer dans les ordures. Ca t’amusait de les voir chercher dans les bennes, des restes de nourriture collés à leurs affaires. Quelquefois, tu passais à leur côté dans la cantine dans le but de ramasser leur plateau de déjeuner et le balancer par terre pour ensuite continuer ton chemin comme si rien ne s’était passé. Et souvent tu t’adonnais à des insultes et toute sorte de paroles blessantes comme le fait qu’ils s’en sortiraient jamais dans la vie, qu’ils soient des déchets humains, des loosers. Là, une de tes anciennes cibles se retrouve devant toi. Celui que tu avais traité de looser est devenu l’un des architectes les plus respectés de cette ère alors que toi, Quinn-Rose est son stagiaire. Tu ne veux pas laisser cette idée prendre le dessus sur toi mais … qui est l’incapable de vous deux ? Sûrement pas lui vu comment il a réussi alors que tu n’étais même pas foutu de terminer ton premier stage. Tu ravales difficilement ta salive. Tu es dans une impasse et tu n’as pas d’autres choix que te plier aux lois du Karma. Et oui, tu l’avais torturé quand il était plus jeune et maintenant, tu es sous ses jougs. A cet instant précis, tu es certaine qu’il n’irait pas de main morte avec toi, qu’il te ferait vivre un cauchemar afin de compenser avec tes agissements du passé. Cependant, tu ne diras pas amen à tout, tu sauras t’en sortir et c’est cette pensée là qui te donne confiance, qui te donne l’envie de te voiler la face en prétendant ne pas le reconnaître. Cependant, dès ses premiers mots ton visage se défigure dans une expression figée. Il sait qui tu es ? Il t’a reconnu ? Tu connais la réponse et pourtant t’aurais aimé que ça ne soit pas le cas. Tu es prête à lui demander de rester professionnels, d’essayer de collaborer ensemble voire même continuer à jouer la comédie mais finalement, tes lèvres se contentent de former un O de soulagement et tes prunelles se posent sur le dossier où ton nom est écrit. Certes tu es soulagée mais en même temps … est-ce possible qu’il ne se rappelle pas de toi ? Aussi étrange que cela puisse paraitre, cette idée te déplait beaucoup, peut-être est-ce à cause de ton ego toujours à son summum. Merci beaucoup. Je suis sûre que si. De ce que j’ai vu jusqu’à présent, les conditions sont très favorables alors je ferai de mon mieux. Et bam. Si son objectif était de te destabiliser, tu peux dire que c’est raté parce que tu t’attendais à ce qu’il fasse une référence à ce stage pourri. Tu lui fais aussi comprendre par cette petite réponse et ton sourire entendu qu’il lui en faut plus pour te blesser après tout, tu es la fille d’un mafieux. Quand bien même cette information est secrète, elle n’en reste pas moins réelle. Tu tournes la tête vers ledit bureau non sans hocher de la tête. Non, ça t’enchante pas de le voir tous les jours mais encore une fois, tu n’as pas le choix. Tu t’apprêtes à rejoindre ton petit coin quand il te pose cette question. Tu préfères alors être sincère avec lui. Non on m’a dit que mon mentor s’occupera de cette tâche visiblement ça fait partie de son boulot. Le votre, donc. Oui, tu es plutôt satisfaite de ta répartie et cet étirement de lippes passablement narquois en est la preuve. Cela dit, vous n’êtes pas obligés de me faire le tour de tous les niveaux, je les découvrirai par moi-même. J’aurai juste besoin de connaître les emplacements de la cuisine pour des potentiels cafés, de l’emplacement de la photocopieuse et surtout … les toilettes. Tu le titilles, tu en es consciente. Tu fais référence à l’endroit où tu l’avais le plus torturé comme la fois où sous tes ordres, deux de tes acolytes lui avaient fourré la tête dans la cuvette. Tu n’étais pas allée jusque là, tu les avais arrêté avant qu’il ne soit trop tard. Cependant, tu regrettes rapidement. Tu sais qu’il ne faut pas jouer avec le feu même si, avouons-le, il s’agit de l’une de tes activités préférées. Soupirant d’aise, tu glisses tes phalanges dans tes mèches blondes, le fixant du regard. Vous pouvez me dire ce que je pourrai faire aujourd’hui ? Je voudrais me rendre utile après tout je suis là pour apprendre de vous et de votre expérience. Même si tu le penses réellement, il y a comme un léger aspect sarcastique dans ton expression car oui, tu joues à un jeu très dangereux.


AVENGEDINCHAINS



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her ghost in the fog
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Moore
Jayden
J'ai posté : 4216 messages et j'ai : 31 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : tupturupp (vava)

Dim 5 Mai - 4:02

This is scum, like you and I
Jayden & Quinn-Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jayden se demandait encore si tout ceci n’était pas une gigantesque farce. Une farce orchestrée par cette blonde qui avait adoré faire de sa vie un enfer au lycée. Cette époque était à présent révolue, mais ça ne faisait pas si longtemps non plus et certaines blessures avaient bien plus de mal à cicatriser que d’autres. Il lui arrivait encore de repenser à cette époque, de ressasser ce qui s’était passé, voire d’en faire quelques joyeux cauchemars. Oui, le harcèlement laissait des séquelles, des séquelles invisibles à l’œil nu, mais pourtant bien présentes. Toutefois, le jeune homme avait su rebondir. Au lieu de s’apitoyer sur lui-même, il avait justement voulu prendre son destin en main et prouver à ses bourreaux qu’il valait mieux qu’eux, qu’il pouvait réussir dans la vie, qu’il n’était pas le loser qu’ils avaient fait de lui. Cette époque avait un peu forgé son caractère et fait de lui celui qu’il était aujourd’hui. Peut-être devrait-il les en remercier, en fait ? Juste pour leur foutre son succès en pleine face et pour voir leurs expressions déconfites et empruntes de jalousie. Ce serait certainement jouissif, même si Jayden n’était pas vraiment du genre à se venger. Du moins, pas réellement. Là, en voyant cette fille devant lui, il avait sans conteste des envies de vengeance. Et il savait très bien qu’ici, elle ne pourrait rien faire, rien dire. Elle allait devoir lui obéir, faire ce qu’il lui demandait si elle voulait avoir une chance de réussir ce stage. Il ne comptait pas lui rendre la vie totalement impossible, mais il avait bien l’intention d’en profiter pour lui rendre les choses plus difficiles. Bon sang. Pourquoi lui ? Il ne pouvait hélas rien faire contre la décision du grand patron. Alors, il allait serrer les dents, il allait faire au mieux pour supporter la situation pendant quelques semaines. Ce ne serait pas la mort non plus. Il n’aimait cependant pas tous les souvenirs que ce visage lui évoquait.

Pour couronner le tout, elle faisait comme si elle ne le reconnaissait pas. Certes, il avait un peu changé, mais pas au point d’être méconnaissable non plus. Et puis, même si ça avait été le cas, il y avait toujours son nom. Peu importe. Qu’elle joue donc la comédie. Ce qu’elle savait faire, il le pouvait aussi. Alors, il fit comme si de rien n’était, comme s’il ne savait pas exactement qui se tenait en face de lui. Ils poussaient même le vice jusqu’à se vouvoyer. Une marque de respect totalement feinte car Jayden n’éprouvait pas une once de respect pour Quinn-Rose. « J’ignore ce qui s’est réellement passé lors de votre dernier stage, mais sachez que je vous ai à l’œil. » Une menace ? Non. Plutôt un avertissement. Il n’avait aucune envie de se retrouver avec des problèmes supplémentaires sur le dos. Il n’en avait franchement pas besoin.
Restant dans son rôle pour le moment, il demanda donc à la jeune femme si on lui avait déjà fait visiter les lieux. Comme il s’y était attendu, ce n’était pas le cas. Il allait donc devoir s’y coller. Quelle plaie. Ce n’était pas comme s’il avait un délai à respecter. Il retint un soupir et tenta de ne pas relever le sourire narquois qui venait d’apparaître sur les lèvres de son interlocutrice. Ni le fait qu’elle avait sans doute sciemment mentionné les toilettes. « Très bien. Je vais vous montrer tout ça. Vous aurez effectivement besoin de connaître l’emplacement de la photocopieuse car vous y passerez pas mal de temps. » Tous les stagiaires passaient par là. Lui-même était passé par là aussi. Ce n’était pas très intéressant ni gratifiant, mais ça faisait partie du jeu. Pour ainsi dire.

Il intima donc la jeune femme de le suivre et sortit du bureau. « Suivez-moi. On verra après pour vos tâches du jour. » Qui consisteraient sans doute surtout de photocopies et de café. Jouant son rôle à la perfection, il guida Quinn-Rose à travers les bureaux, la présentant à ses collaborateurs et lui montrant l’emplacement de la photocopieuse en premier. « Voilà la bête. Une fois qu’on la connait un peu, elle n’est pas si difficile à apprivoiser. » Un fin sourire un brin amusé se dessina sur ses lèvres. Non, il ne venait pas de s’imaginer en train d’appuyer la tête de la blonde sur le verre de la photocopieuse. Pas du tout, voyons. « Je suppose que vous savez vous en servir ? » Est-ce que cette chère princesse avait touché à une telle machine un jour ? Peu importe. Elle n’aurait pas le choix. « Les toilettes ne sont pas loin. » Il désigna le couloir d’à côté. « A droite, au bout du couloir. Mais attention… Il paraît que les cuvettes aiment jouer de mauvais tours aux gens. » N’importe quoi. N’importe qui aurait pu prendre ça pour une blague, mais Jayden faisait évidemment référence à ce qu’il avait vécu à l’école. Il finit par se tourner vers Quinn-Rose et la regarda droit dans les yeux, la surplombant sans mal étant donné qu’il devait faire au moins une tête de plus qu’elle. « C’est bon. Arrête ton cinéma. L’hypocrisie n’a jamais été mon fort, désolé. » Il haussa les épaules. Oui, il avait tombé le masque assez vite, mais il n’avait pas de temps à perdre avec des inepties. Autant que les choses soient claires dès le départ. « Ne t’en fais pas, je ne compte pas plonger ta petite tête dans les toilettes. » Puis, comme si de rien n’était, il lui demanda de le suivre jusqu’à la petite cuisine. « Pour le café, c’est ici. Je te préviens tout de suite. J’en bois beaucoup. » Sous-entendu : Tu vas m’en préparer vraiment beaucoup.

made by black arrow
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn-Rose Walsh
Q-R
J'ai posté : 14938 messages et j'ai : 798 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Nicola Peltz ♥ et pour finir je crédite : Avatar par rainbowsmile profil & signature par moi-même

Ven 10 Mai - 15:39
This is scum, like you and me
Jayden & Quinn-Rose


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tu commences petit à petit à croire qu’en réalité, on t’a jeté un mauvais sort. Pour commencer, ton premier stage était une calamité. Tu n’as pas été gâtée. Tu t’es retrouvée dans une situation impossible ; accepter les avances du grand patron ou mettre un terme à un mois d’apprentissage. Le choix n’a pas été dur à faire. Tu n’es pas coincée, loin de là même mais tu n’es pas non plus prête à ouvrir les cuisses pour satisfaire la pseudo puissance d’une quelconque personne. Peu importe si cela met un bémol dans ton dossier, tu es prête à en subir les conséquences. Sauf que lesdites conséquences sont franchement lourdes. Jayden putain Moore est ton nouveau patron. Oui, pendant quelques secondes, t’avais regretté ne pas rester auprès de l’harceleur, ça t’aurait évité de te retrouver face à quelqu’un que tu as justement harcelé dans le passé. Le topo est clair dans ta tête. Il se vengera. En étant sa stagiaire, il s’amusera à te donner les tâches les plus ingrates et tu te demandes si tu apprendras finalement quelque chose à part le fait de récolter ce que l’on sème. Ca, tu l’as compris, merci la vie. Quoi qu’il en soit, tu préfères jouer la carte de l’ignorance. C’est moins embêtant et cela te permettra de réfléchir à un plan d’attaque même si pour le moment, tu es à court d’idée et pas qu’un peu.

Il t’ait à l’oeil. Tu hausses légèrement un sourcil mais ne réponds rien. Tu te contentes de lui offrir un sourire extrêmement faux. Tu ne vas pas commencer les hostilités dès le départ enfin … si. Dès que tu ouvres les lèvres, tu le regrettes directement. Non Quinn-Rose, tu dois calmer ton ego qui te dit de l’envoyer doublement chier. Tu es fautive, tu le sais, tu en es consciente mais, ta dignité te rend si aveugle. Tu ravales une nouvelle remarque et tu te contentes de le suivre afin d’explorer les lieux. Et jusqu’à présent, tu aimes ce que tu vois. Tout es bien organisé. Tout est à sa place et l’ambiance semble extrêmement paisible et bon enfant. Tu souris aux personnes qu’il te présente, restant polie jusqu’au bout. C’est difficile de croire que derrière cette bouille angélique, se cache en réalité une tortionnaire sadique. Comme quoi, les apparences sont rudement trompeuses. La photocopieuse. Tu hausses les épaules aux mots du jeune homme et tout en regardant la machine, tu déclares avec aisance. C’est un modèle sur lequel je n’ai jamais travaillé mais le mécanisme est le même alors, je saurai m’en sortir. Tout comme, tu sortiras de ce stage tout autant indemne, promesse que tu te fais à toi-même même s’il te titille comme tu l’avais fait quelques minutes plus tôt. Tu mimes l’ignorance. Cuvette? Toilette ? Ah oui ? Elles sont instables ? Oh bien sûr, tu as tout compris mais tu fais mine de ne rien comprendre jusqu’au moment où il s’approche. Un peu trop à ton goût, au point de te faire reculer d’un pas. Arrêtes. Merde. Tu n’es pas si bonne comédienne finalement. Il sait qui tu es et tu sais qui il est alors, inutile de tourner autour du pot. Tu fais tomber ton masque de fausse sympathie. Tu reprends cette expression hautaine. Tu soupires doucement ne te laissant pas intimider par sa corpulence et son changement flagrant. C’est vrai, il était pas “comme ça” au lycée. Il n’était pas si bien foutu. Comment il a fait pour devenir si … si … attrayant ? Tu te flagelles en avouant cette vérité, d’ailleurs. Tu ne pourras pas. Je crierai vite fait à l’harcèlement, je te le dis. Oui, tu fais preuve de mauvaise foi puisque, quelques années en arrière, tu ne t’es pas retenue de lui mettre la sienne dans les toilettes. Malgré ta répartie, ton palpitant s’acharne dans sa cage. Tu n’es pas à l’aise, loin de là même. Tu es au bord de la panique même si tu essaies de ne rien montrer et le suivre jusqu’à la dernière pièce ; la cuisine, là où tu passeras pas mal de temps, à côté de la salle de la photocopieuse, bien sûr. Tu regardes l’ensemble et dès qu’il ouvre la bouche, tu lèves les yeux au ciel. Oh c’est bon j’ai compris. Dis-tu passablement lasse, non sans te gratter la tempe. J’imagine que tu vas me pousser à faire des allers et retours parce que ça manque du sucre ou du lait ou une autre connerie de ce genre. Voilà, tu redeviens toi-même, la chieuse du service, celle qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Mais tu oublies un détails Quinn-Rose. Aussi insupportable peut-il être, il détient les clés vers ce stage. Il suffit d’un simple non de sa part pour que tu quittes les lieux. Tu prends alors une bonne respiration. Du calme, jeune femme, du calme. Bon, ok, tu m’en veux ça je l’ai compris. Mais j’ai besoin de ce stage alors, peut-on rester professionnels ? Tu croises les doigts pour qu’il accepte, tu n’as pas besoin d’une autre mauvaise nouvelle. Tu n’as pas le temps d’ouvrir une fois de plus les lèvres, quelqu’un vient avertir Jayden d’une réunion express. Tu comprends à cet instant que tu dois revenir dans son bureau afin de l’attendre. Mais en réalité, tu profites de ce moment pour marquer des points. Pour essayer de lui faire un peu oublier ce passé commun et désagréable que vous partagez. Tu te mets alors à lui préparer un café sauf que … tu ignores comment il l’aime. Sacrilège ! Ça commence mal. Tu te débrouilles comme tu peux, disons que tu le prépares comme toi tu l’aimes. Tu reviens ensuite vers le bureau. Tu ne sais pas quoi faire à part rester pointée là alors que tu désires être efficace. Tu devines alors le dessin d’un prototype de ce qui semble être un complexe commercial. Ta tête s’incline de droite à gauche, de gauche à droite et spontanément, tu te mets à faire des modifications. Pas grand chose, tu ajoutes juste ta petite touche. Personne ne t’a rien demandé, tu le sais mais, tu es comme ça. Tu n’aimes pas rester inactive. Quand la porte s’ouvre, tu arrêtes les mouvements de ta main sur le calepin et tu te redresses. De ton index, tu fais signe au café. J’espère que c’est bon comme ça sinon, j’en ferai un autre. Et tu es certaine d’avoir les pieds en compote vers la fin de la journée. Ce n'est que le commencement.


AVENGEDINCHAINS



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
her ghost in the fog
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ▂ she was divinity's creature that kissed in cold mirrors. a queen of snow, far beyond compare
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Moore
Jayden
J'ai posté : 4216 messages et j'ai : 31 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Chris Wood et pour finir je crédite : tupturupp (vava)

Sam 13 Juil - 2:47

This is scum, like you and I
Jayden & Quinn-Rose

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jayden en avait assez de jouer la comédie, d’offrir de faux sourires à cette fille qui avait fait de sa vie un enfer pendant plusieurs années. Il en avait assez de se montrer faussement courtois. Il détestait l’hypocrisie et pourtant, il s’était montré parfaitement hypocrite depuis que Quinn-Rose avait passé le seuil de la porte de son bureau. Il s’était dit que ça valait le coup d’essayer, au moins. Histoire de voir s’il parviendrait à passer outre, à faire comme si de rien n’était, comme si c’était la première fois qu’ils se voyaient. Grossière erreur. Il en était incapable et il savait pertinemment qu’elle l’avait reconnu. Il avait certes changé depuis le lycée, mais pas au point d’être méconnaissable. Et elle… elle avait toujours la même tête de peste qu’avant. Il ne comptait plus les fois où elle lui était apparue dans ses cauchemars. Oh, ce qu’il avait pu la détester, la haïr, même. Ce qu’il avait rêvé de pouvoir lui rendre la pareille. Mais il n’avait jamais rien fait. Il s’était laissé faire, il avait essayé de l’éviter au maximum, tout en tentant vainement de comprendre pourquoi elle agissait comme ça. Il n’avait jamais compris pourquoi certaines personnes semblaient éprouver le besoin d’en tourmenter d’autres. Toutefois, ils étaient adultes maintenant. De l’eau avait coulé sous les ponts et il fallait rester professionnel. Il le savait très bien. Il n’allait pas commencer à se comporter de façon immature parce qu’un fantôme du passé était revenu le hanter. En plein jour. Et tous les jours pendant plusieurs semaines. Des semaines qui allaient certainement lui sembler bien longues. Bien entendu, il pouvait tout aussi bien mettre fin à ce stage dès à présent en disant que ça n’irait pas, que la jeune femme ne correspondait pas à ce qu’il cherchait. Mais il n’était pas comme ça.

Alors qu’il lui faisait visiter les locaux, il finit donc par faire tomber le masque en parlant des toilettes. Les paroles de la blonde lui soutirèrent un petit sourire amusé. Elle était sérieuse ? « Oh, ne t’en fais pas, Princesse. Je sais me tenir et je sais comment me comporter avec d’autres personnes. Je suis quelqu’un de civilisé. » Non, il ne se montrait pas provocant du tout, voyons. Rien que ce petit surnom montrait parfaitement tout le mépris qu’il éprouvait encore pour elle. Il avait pourtant cru être passé outre, avoir oublié toute cette histoire, avoir laissé le passé derrière lui. Mais quand ce passé revenait frapper à sa porte, il n’y pouvait pas grand-chose. « Fais attention à ce que tu dis. Je suis ton patron pour quelques semaines. Ne l’oublie pas. » Il haussa un sourcil à son attention. Elle n’avait pas intérêt à essayer de faire la maligne avec lui. Cette fois, les rôles étaient inversés. Il était en position de supériorité et il ne se gênerait certainement pas pour le rappeler régulièrement à Quinn-Rose. Cette dernière reprit la parole, lui demandant alors de rester professionnel. Jayden la regarda un instant avant de lâcher un petit rire sans joie. « On voit que tu ne me connais vraiment pas. Je suis quelqu’un de très professionnel. Je sais faire la part des choses. » En temps normal, oui. Mais là, la situation était exceptionnelle et ses émotions menaçaient de prendre le dessus à tout moment. Il devait se contenir, il devait rester calme. « Ecoute. Il est vrai que je t’en veux. Mais je ne suis pas un enfoiré. Alors je ne mettrai pas ton stage en péril à cause d’une vieille histoire. Tant que tu fais bien ton boulot, tout ira bien. » Trop bon, trop con. Certaines choses ne changeaient pas. Néanmoins, il culpabiliserait sans doute s’il sabotait le stage de la jeune femme. Il avait vraiment un sérieux problème.

Soudain, on l’appela pour une petite réunion et la conversation coupa court. Tant mieux. Jayden avait besoin de s’éloigner, même quelques instants. La réunion ne dura cependant pas très longtemps et il fut rapidement de retour dans son bureau où il trouva Quinn-Rose penchée sur les plans qu’il avait commencé à dessiner pour un nouveau projet. Jayden fronça les sourcils et s’apprêta à dire quelque chose, mais la jeune femme le devança en lui parlant du café qu’elle avait manifestement préparé pour lui. « Tant que tu n’as pas mis de poison dedans, je pense que ça ira. » Il haussa les épaules, restant parfaitement stoïque, alors que c’était bel et bien une mauvaise tentative d’humour. « Qu’est-ce que tu faisais ? Je ne t’ai pas demandé de toucher à mes plans. » Sérieusement ? Elle pensait être meilleure que lui ? Elle pensait que ses croquis avaient besoin de corrections ? Si corrections il y avait, il les apporterait lui-même. Ou un supérieur le ferait. Certainement pas une stagiaire. Il jeta tout de même un œil aux petites modifications qu’elle avait faites et il devait bien admettre que ce n’était pas si mal. Mais ça, il ne le lui avouerait jamais. « Première et dernière fois que tu touches à mes plans. Compris ? » Il poussa un soupir et s’installa derrière son bureau avant de prendre la tasse préparée par Quinn-Rose. « C’est trop sucré. Mais ça ira pour cette fois. » Il passa la majeure partie de la matinée à travailler sur son projet et à passer des coups de fil, tout en donnant des trucs à classer à Quinn-Rose. Certains de ses dossiers étaient en bordel depuis un bout de temps. Et puis, midi arriva. Le temps de la pause déjeuner. Jayden hésita un instant avant de s’adresser à la jeune femme. « Tu viens déjeuner avec moi ? » A quoi il jouait, là ? Pourquoi ? Peut-être qu’au fond, il avait juste envie de comprendre. De savoir ce qui avait poussé cette garce à le harceler de la sorte par le passé. Peut-être avait-il aussi envie de la connaître d’une autre façon, de rayer l’image de bourreau qu’elle occupait dans son esprit depuis toutes ces années.

made by black arrow
Contenu sponsorisé
This is scum, like you and i - Jayden
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
-
Sauter vers: