Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Bird set free - Jeiran 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Bird set free - Jeiran

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Louna Fitzgerald
général
J'ai posté : 171 messages et j'ai : 68 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Arina Grande et pour finir je crédite : Delrey

Mer 1 Mai - 20:18
Bird set free Jeiren & Louna
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Les notes vrillaient encore ses tympans lorsqu’elle posa son postérieur sur sa chaise. La musique possédait ce droit, immuable et impétueux, de la prendre dès qu’elle le désirait. Peu pouvait en dire autant. Cette pensée resta secrète pour éviter d’entacher son langage d’un vocabulaire peu approprié.   Jeiran l’avait accompagné ou elle avait accompagné Jeiran autour d’un morceau. Vive le karaoké. La danseuse appréciait la compagnie de son nouvel ami. L’homme ne peinait jamais à la comprendre ou ne fronçait pas les sourcils lorsque sa langue chantait d’un accent trop puissant.  Une passion commune les réunissait et c’était le plus important. Louna le savait. Quoiqu’il en soit, son sourire ne tarissait pas, pas plus que l’alcool au fond de chaque verre. La soirée au bar battait son plein et Louna admettrait que son cœur en faisait tout autant.

Ses joues rosées et grisées par les évènements rappelaient que les heures avançaient au creux de la nuit. Qu’importe, elle avait oublié de jeter un coup d’œil à son portable pour en détailler le contenu ou saisir l’heure. 22 heures. Ses journées de travail se terminaient bien plus tard, lorsqu’elle jouait sur scène. Les représentations s’achevaient autour de minuit et le temps de tout ranger, se changer, échanger avec le reste de la troupe et elle finissait chez elle à deux ou trois heures du matin. Enfin, ce soir, elle avait profité d’une tout autre scène avec Jeiran.

« Merci pour cette chanson. » Avança Louna en reprenant son verre entre ses mains. Peut-être était-elle l’une des rares à ne pas consommer d’alcool ce soir. Impossible. Les effets l’empoissonneraient et demain, elle le regretterait amèrement. La brunette portait une attention minutieuse à la moindre de ses consommations ou de ses actes. Son corps était son outil de travail. Sans lui, elle ne serait rien. Normal de veiller à son bon fonctionnement. Tout devait être parfait. Chaque pesée montrait exactement le même poids et au gramme près. En prendre un seul revenait à mettre fin à sa carrière. La pression qu’elle s’imposait depuis des années la rendait intransigeante sur bien des points. Pourtant, elle profitait de la soirée, réalisant que les propos des jeunes de son âge n’avaient de bien réels. Oui, elle s’amusait sans boire d’alcool. Est-ce qu’elle en profiterait mieux avec ? Comment pourrait-elle le savoir ? Etait-ce si important ?

« Nous nous sommes rués sur le karaoké en rentrant. Je n’ai pas pris le temps de te faire ton interrogatoire. Comment vas-tu ? » Bien sûr, ses tournures de phrases sonnaient étrangement, parfois. Autant, le choix de son vocabulaire pouvait largement être au-dessus du lot, autant le sens pouvait devenir amusant ou à double sens. La conversation prenait un cours  classique. Pourtant, Louna avait lu des potins dans la presse. Jeiran avait été l’une des cibles de cette maudite pipelette. Intriguée, la danseuse ne parvenait à retenir le flot de questions qui ressassaient dans un coin de sa tête. Comment Jeiran vivait-il l’étalage de sa vie aux yeux de tous ? Avoir un jardin secret demandait du talent par ici.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ We think too much and feel too little.❞ Machinery that gives abundance has  left us in want. Our knowledge has made us cynical. Our cleverness, hard ans inkind. We think too much and feel too little. More than machinery we need humanity. More than cleverness we need kindness and gentleness. Whithout these qualities, life will be violent and all will be lost…  
Voir le profil de l'utilisateur
Jeiran M. Davis
général
J'ai posté : 378 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jared Leto et pour finir je crédite : Morphine.

Dim 26 Mai - 21:01
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Louna Fitzgerald & Jeiran M. Davis
       

       
Bird set free

       
La soirée est douce et agréable. Elle m'extirpe des préoccupations quotidiennes, du chamboulement encore récent qui est survenu dans ma vie à la fin du mois de janvier. Relâcher la pression, c'est important pour garder la tête hors de l'eau et ne pas finir par se noyer. S'il y a bien une chose qui m'aide à maintenir le cap, c'est la musique. Une porte de sortie loin de la monotonie de l'existence, imposée par le rythme monocorde de mon travail plus que répétitif et peu stimulant. Ce soir, c'est l'occasion de relâcher la pression sans se prendre la tête inutilement. Je monte sur la petite scène du bar avec Louna, que j'apprécie de plus en plus au fil des soirées que nous passons ensemble. Malgré l'écart d'âge assez considérable, nous nous entendons à merveille. Et quand on vient à peine d'arriver dans une ville que l'on a quitté il y a une dizaine d'années, et au sein de laquelle on a perdu toutes ses attaches, c'est important de créer rapidement de nouveaux liens pour rester ancré dans la réalité.

Je saisis le micro entre mes mains et, après un regard complice lancé en direction de Louna, nous entamons ensemble la chanson, comme si nous l'avions répété durant des heures, alors que cette prestation relève de la totale improvisation. Nos voix se calent à la perfection l'une sur l'autre et, pendant quelques minutes, je ne pense plus qu'à la mélodie et aux notes de musique. Lorsque celle-ci s'arrête à la fin de la chanson, je jette un regard complice à la jeune femme avant de quitter la scène avec elle. Le public applaudit, comme s'il acclamait deux artistes à la fin d'un concert. C'est le genre de choses que j'ai toujours apprécié, d'aussi loin que je me souvienne, et qui m'a toujours collé des frissons jusque dans le creux des reins. Louna et moi nous glissons dans la foule pour rejoindre le comptoir, auquel nous commandons deux verres : une boisson sans alcool pour elle et un cuba libre pour moi. J'admire la jeune femme dans la rigueur qu'elle s'impose chaque jour. Moi aussi, quand la flamme de la passion brûlait en moi, j'étais capable de me priver de toutes les distractions qui auraient pu m'empêcher de vivre mon rêve. Mais cette époque est révolue.

《Avec plaisir, merci à toi.》 lui dis-je en affichant un sourire sincère. En regardant Louna tremper ses lèvres dans son verre, je ne peux m'empêcher d'être admiratif. 《J'aimerais avoir ta détermination pour résister à tous les petits plaisirs de la vie... 》 soupiré-je en roulant des yeux. Tu t'es ruée sur le karaoké, tu veux dire.》 rectifié-je avec ce sourire malicieux posé sur les lèvres, étant plutôt d'humeur taquine ce soir. Je lâche un éclat de rire sincère quand Louna me parle d'interrogatoire comme si elle allait me soumettre à un questionnaire composé d'une centaine de questions. 《Quand tu me parles d'interrogatoire, j'ai l'impression que tu vas essayer de me faire avouer un crime... 》 Et si c'est le cas, je dois devenir complètement amnésique parce que je n'ai pas le souvenir du moindre crime que j'aurais pu commettre. 《Mais sinon, oui, ça va plutôt bien.》 dis-je avec ce sentiment latent que ma réponse ne sera pas en mesure de satisfaire Louna. 《Et toi, comment tu vas ? Tu suis toujours scrupuleusement ton régime à ce que je vois.》 fis-je remarquer en désignant, d'un geste du menton, le verre posé devant Louna.
       
(c) crackle bones

       


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis toujours surpris par les coïncidences qui nous font un clin d'oeil en posant des bonheurs sur les journées d'absence et nous laissent à penser que rien n'est un hasard. - Paul Verlaine ▵ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Louna Fitzgerald
général
J'ai posté : 171 messages et j'ai : 68 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Arina Grande et pour finir je crédite : Delrey

Jeu 30 Mai - 12:54
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Louna Fitzgerald & Jeiran M. Davis
       

       
Bird set free

       
Ses joues avaient bien rosies et quelques doigts venaient délicatement ventiler dessus pour tenter de rafraichir son visage. Peine perdue. L’ambiance, le monde, l’effort, tout augmentait la chaleur environnante. De toute façon, elle avait bien placé son maquillage et elle avait pensé à attaché ses cheveux en arrière pour être libre de mouvement.

« Si les Los Fabulosos Cadillacs avaient été dans le répertoire, j’aurai même viré ceux d’avant. » Taquina Louna dans un clin d’œil malicieux.
Aucune musique d’Argentine ne venait ajouter son nom dans la liste des musiques disponibles pour le karaoké. Son pays, ou ancien pays Louna ne savait jamais réellement comment se positionner, n’était jamais très représenté à l'international.

Enfin qu’importe, son attention se porta sur l’explication de Jeiran. Aussitôt, la jeune femme interpréta de travers la plaisanterie de son interlocuteur. Une main se plaça devant sa bouche comme s’il avait tenu des propos scandaleux. Finalement, son dos se redressa pour tenter de prendre une posture plus naturelle. Pourquoi avait-elle réagit de la sorte? Elle ne devait pas juger avant d'avoir tout entendu. Jeiran pouvait lui parler et échanger avec elle sans qu'elle ne prenne la fuite. Néanmoins, la brunette possédait le sang latino dans ses veines et une forme d'excentricité en découlait. Du moins, c'était ainsi que le monde, ici, l’interprétait. Se penchant en avant, elle tenta de lui exprimer l’objet de son inquiétude comme si elle n’échangeait que des balivernes avec lui.

« Mais tu as commis quel crime ? »

Il fallait admettre que son milieu d’origine l’empêchait de juger trop vite ce genre de comportement. Le crime demeurait tout relatif. On pouvait juger de criminel l’idée de libérer un opposant à un régime politique proche de la dictature, de pirater des musiques ou encore d’écraser un insecte en voie de disparition. Inutile de paniquer trop rapidement. Mais après avoir lâché une telle information, la jeune femme ne désirait pas réellement aborder le sujet de sa rigueur en matière de nutrition et de santé. Tout restait une question de point vue.

« Je considère que les petits plaisirs de la vie sont ailleurs. Manger ou boire, sont des plaisirs facilement accessibles mais ça ne dure pas. »

Suivre son « régime » était assez simple au final. Le stress la rongeait souvent, aussi, son estomac ne réclamait jamais réellement de compensation par la nourriture. Mais elle secoua la tête et balaya de la main le sujet. Jeiran avait lancé un sujet plus intéressant et maintenant, la jeune femme s’inquiétait. Se dandinant légèrement sur sa chaise, elle finit par se lancer.

« A vrai dire, j’ai lu les potins de SOS. »

Au moins, le tout était lancé. A lui de voir ce qu’il souhaitait en faire. La danseuse ne lui passait pas le couteau sous la gorge.
       
(c) crackle bones

       


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ We think too much and feel too little.❞ Machinery that gives abundance has  left us in want. Our knowledge has made us cynical. Our cleverness, hard ans inkind. We think too much and feel too little. More than machinery we need humanity. More than cleverness we need kindness and gentleness. Whithout these qualities, life will be violent and all will be lost…  
Voir le profil de l'utilisateur
Jeiran M. Davis
général
J'ai posté : 378 messages et j'ai : 88 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Jared Leto et pour finir je crédite : Morphine.

Mar 25 Juin - 23:10
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Louna Fitzgerald & Jeiran M. Davis
       

       
Bird set free

       
Il y a des amitiés qui se créent sans qu'on comprenne  vraiment comment ni pourquoi. C'est souvent une question de feeling qui naît comme par magie, une alchimie naturelle qui s'installe entre deux personnes, au milieu de nombreux éclats de rire et de sourires complices. C'est ce qui s'était produit entre Louna et moi, dans le courant du mois de décembre, alors que je venais tout juste de reposer mes valises sur le sol de New York. Un retour complètement inattendu, absolument pas prémédité, presque décidé sur un coup de tête, dans le seul but de revoir ma sœur et de passer plus de temps à ses côtés, et aux côtés de mon neveu. Rapidement, après à peine quelques heures passées dans la Grosse Pomme, j'avais eu le mal du pays. El Paso me manquait. Je ne connaissais plus personne ici. Mais en l'espace de quelques jours, j'étais retombé sur des têtes bien connues (comme Paige) et j'avais pu faire la connaissance de nouvelles personnes, comme Louna. Ça m'avait permis de ne pas devenir complètement chèvre, à force de tourner en rond dans la maison de ma sœur ou, plus d'un mois après mon arrivée, dans mon nouvel appartement. Ce soir, d'ailleurs, c'est Louna que je retrouve dans un bar, qui propose des sessions de karaoké, afin que nous puissions nous adonner à notre passion commune : la musique. Après avoir retrouvé l'anonymat au sein du public, nous nous installons sur deux tabourets et nous entamons une conversation, en tentant de retrouver nos esprits et de laisser l'adrénaline redescendre peu à peu. « Viré ? Carrément ? Je ne te savais pas aussi... Brutale ! » plaisanté-je en réceptionnant le verre que me tend le barman.

J'ai l'impression de voir Louna se raidir au moment où je prétends avoir commis un crime, pour qu'elle me parle de m'imposer un interrogatoire. « Moi ?! J'ai commis aucun crime ! Tu sais bien que je ne ferais pas de mal à une mouche... » réponds-je du tac au tac, haussant doucement les épaules et arquant un sourcil. L'espace d'un instant, l'accusation qui a pesé sur mes épaules il y a quelques années me traverse l'esprit. Depuis que SOS a balancé dans son torchon que Paige m'avait caché l'existence de mon propre fils, j'ai du mal à croire qu'elle ne puisse pas être au courant de l'énorme scandale qui a entaché ma carrière il y a plus de dix ans. À choisir, je préfèrerais que cette peste me laisse tranquille, m'oublie et ne dévoile jamais ce pan de mon existence. « Tu as sans doute raison. Mais du coup, quels sont les plaisirs que tu t'autorises ? » m'enquis-je, me demandant ce que Louna pouvait bien s'octroyer de temps à autre pour sortir de sa routine rigide qu'elle s'impose. Mais la jeune femme ne perd pas le nord et recentre aussitôt la conversation sur ce qui l'intéresse réellement : les révélations faites par SOS il y a quelques semaines. J'affiche un petit sourire gêné avant de prendre une gorgée de ma boisson, reposant ensuite le verre sur le comptoir. « Ah ? » demandé-je sur un ton innocent. « Tu sais, SOS raconte pas mal de trucs dans son magazine alors... Je crois qu'il va falloir que tu me précises à quoi tu fais allusion exactement... » enchaîné-je, feintant de ne pas comprendre où Louna veut en venir, et peut-être que ça m'arrange un peu aussi de jouer les parfaits imbéciles.
       
(c) crackle bones

       


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je suis toujours surpris par les coïncidences qui nous font un clin d'oeil en posant des bonheurs sur les journées d'absence et nous laissent à penser que rien n'est un hasard. - Paul Verlaine ▵ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Louna Fitzgerald
général
J'ai posté : 171 messages et j'ai : 68 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Arina Grande et pour finir je crédite : Delrey

Jeu 4 Juil - 15:36
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
       
Louna Fitzgerald & Jeiran M. Davis
       

       
Bird set free

       
L’enfer est pavé de bonnes intentions. Louna ne le savait que trop bien. Combien de malheurs avaient plu sur sa route à cause d’une volonté parfaitement délicate, au départ ? Plusieurs noms lui venaient à l’esprit mais Jeiran n’en faisait pas parti. Croire qu’il ne toucherait pas une mouche semblait alors plausible. Appelons cette idée de la naïveté.
Après mûre réflexion, l’idée de présenter les divers plaisirs qu’elle pouvait s’accorder sonnait un brin trop étrange. La liste ne terminerait jamais. En réalité, son esprit se focalisait sur une autre donnée plus importante à ses yeux.

« J’aime bien les plaisirs des émotions comme la sensation d’avoir réussi un truc, ou de s’être dépassé, être avec quelqu’un qu’on aime bien…. Tout ça quoi ! »

Bien sûr, ce propos sonnait bêtement aux oreilles d’autrui. Souvent, des sourires la jugeaient trop romantique ou perchée, dans sa bulle artistique et loin de la réalité. Qu’y pouvait-elle si le monde se colorait uniquement par le biais de son cœur ? Elle avait perdu sa famille, restée en Argentine. Ses amis ressemblaient souvent à des vautours et chaque jour, elle craignait de voir partir son époux avec une fille plus jeune et plus talentueuse qu'elle. Alors, effectivement, tous les instants qui parvenaient à éteindre sa peur panique de voir s'éloigner plus encore les siens ou de finir seule constituaient un véritable plaisir. Sentir le poids pesant sur sa poitrine s'envoler lui procurait un bien fou.

« Pourquoi ? Quels sont les tiens ? » Sa réponse lui apporterait d’autres ouvertures, elle n’en doutait pas.

La suite s’avéra plus gênante encore. Le sourire contraint de Jeiran, la façon dont il noyait son verbe dans sa boisson et les mains toujours plus moites de Louna mesuraient le degré d’embarras de chaque partie. Il réclamait des précisions mais la danseuse se doutait que les mots de SOS avaient glissé jusqu’à son regard ou son oreille. Aussi, la jeune femme tenta de trouver une position plus confortable. Mais qu’importe l’angle avec lequel son postérieur venait rencontrer le siège, l’échange restait aussi incommodante.

« Tu apparais souvent dans SOS, alors ? » Demanda bêtement Louna sans savoir par quel morceau prendre la conversation. S’il demandait des informations supplémentaires, peut-être était-il déjà passé dans ce torchon, peut-être qu’il le vivait mieux qu’elle ne le pensait. Une profonde inspiration aida son regard à se redresser sur Jeiran. Aussi rapidement que son souffle, ses yeux retombèrent sur le verre pour mieux agiter sa paille à l’intérieur.
       
(c) crackle bones

       


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
❝ We think too much and feel too little.❞ Machinery that gives abundance has  left us in want. Our knowledge has made us cynical. Our cleverness, hard ans inkind. We think too much and feel too little. More than machinery we need humanity. More than cleverness we need kindness and gentleness. Whithout these qualities, life will be violent and all will be lost…  
Contenu sponsorisé
Bird set free - Jeiran
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Brooklyn
-
Sauter vers: