Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ Casual stuff, strong bounds ~ Ian 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

Casual stuff, strong bounds ~ Ian

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Hell's Kitchen
Voir le profil de l'utilisateur
Reece A. Hopkins
général
J'ai posté : 1831 messages et j'ai : 497 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bella sexiest Khair Hadid et pour finir je crédite : Kidd (avatar) ; Magma. (signature) ; Lan (profil)

Ven 10 Mai - 1:38
Casual stuff, strong bounds

Ian
The truth is, we all face hardships of some kind, and you never know the struggles a person is going through. Behind every smile, there's a story of a personal struggle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tu as passé une semaine de rêve à Bali. Tu t’es amusée comme jamais tu n’as pu t’amuser auparavant. Pendant ces septs jours particuliers, tu as pu oublier tes tourments, les problèmes ainsi que tes soucis de couple avec Joshua. Cependant, en revenant à New York, la réalité des choses t’a rattrapé car l’asiatique a préféré te quitter étant incapable de tourner la page sur son addiction pour la bouteille. Cette rupture était déchirante pour toi même si, pendant quelques jours, tu as naïvement cru à son retour. Tu t’es dit qu’il fait une crise, que le processus de guérison était dur pour lui. Mais plus les jours passent et plus tu te rends compte de t’être trompée. Il ne reviendra pas sur sa décision. Il t’a bel et bien abandonné sans que tu n’ai ton mot à dire. Pour la première fois de ta vie, tu as pleuré une rupture. Pour la première fois de ta vie, tu t’es enfermée dans ta chambre, refusant de la quitter, peu importe les circonstances. Même Rosalinda, ta demi-soeur ainsi que Charlotte ta meilleure amie, n’étaient pas capable de te faire quitter ta grotte. Tu ne voulais voir personne, ne parler à personne. Tu voulais juste continuer à t’enterrer sous tes couettes et ne plus quitter ton lit et ta musique dépressive. Cet état a duré une semaine avant que tu n’entres dans la phase “haine”. Oui, tu le hais Joshua. Tu le hais pour toutes ses promesses, pour ses beaux mots à l’eau de rose. Mensonge, tout n’était que mensonge. Même ta rencontre avec ses parents était un mensonge. Tu le détestes de toutes tes tripes pour t’avoir fait vivre une telle situation. Néanmoins, tu n’as plus envie de rester cloîtrée de cette façon. Tu as envie de sortir, de boire jusqu’à l’ivresse alors tu quittes ton lit pour aller prendre une bonne douche et ouvrir ensuite ton armoir. Rapidement, une grimace désapprobatrice se dessine sur tes lèvres. Tu n’aimes pas ta garde robe. Tu sais que ça fait partie de ton état d’esprit actuel, celui de détester tout ce que tu as pu mettre auparavant, tous les vêtements qui te rappellent de loin ou de près ton ex. Quoi qu’il en soit, même si tu es consciente de cette réalité, tu préfères quand même envoyer un texto à Ian, ton ami d’enfance, lui donnant rendez-vous à Manhattan. Tu lui communiques pas le programme de la journée, tu sais qu’il déteste faire du shopping mais … tu lui donneras pas le choix. Ca fait un moment que tu ne l’as pas vu alors tu veux bien en profiter surtout que tu as refusé tous les appels ayant fermé ton téléphone.

Tu regardes l’heure alors que tes pieds tapent à tour de rôle contre le sol. Les bras croisés sur ta poitrine, tu soupires longuement en attendant l’arrivée de ton ami. Ca te permet d’ailleurs, de penser à te couper les cheveux. Ouais, tu veux bien te couper les cheveux Reece, encore plus courts qu’ils ne le sont déjà. De toute façon, tu voudrais rompre avec tout ce que ton ex aimait et il aimait ta coupe de cheveux actuelle. Sur cette idée farfelue, tu fais un signe de main quand tu vois la silhouette du blond s’approcher de toi. " T’es en retard ou je suis en avance ? " Grand sourire sur les lèvres, tu ne feins pas le plaisir ressenti à le revoir. Alors, doucement, tu le prends dans tes bras. Ca te fait du bien d’avoir à tes côtés une figure masculine qui ne risque pas de te laisser tomber comme une chaussette usagée. " Tu as bien fait de mettre des chaussures confortables car aujourd’hui … on va faire du shopping " Une nouvelle fois, ce grand sourire immature s’impose à tes lippes. Tu anticipes déjà sa réaction ainsi que sa réponse donc tu essaies de le convaincre. " Tu sais que je me suis faite larguée comme une conne il y a une semaine ? Tu as vraiment envie de me faire pleurer toi aussi ? " Voilà. Tu n’es pas une Delta pour rien. Le sens de la manipulation, ça te connait même si là, tu ne mens pas, tu exagères juste les faits. Glissant ton bras sous le sien, tu entreprends de marcher. " Et toi comment tu vas ? Tu n’as pas de copain pour te faire larguer au moins ! " Oui visiblement c’est le thème du jour.        
     
Made by Neon Demon



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Every rose has its thorn
▂ Be the venom inside us, speak mightily of, he who scorned us. Lead me to the path of revenge and I’ll lead you to the path of sorrow

Voir le profil de l'utilisateur
Ian Foster-Miller
voteur
J'ai posté : 537 messages et j'ai : 872 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christopher Mason et pour finir je crédite : Moi-même

Dim 12 Mai - 13:04
Reece & Ian

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ian est occupé, comme toujours. Ses journées sont longues et bien remplies. Il doit se rendre dans quelques jours à Washington pour un conseil d’administration. Un épais dossier repose sous sa main droite et ses doigts tapotent régulièrement l’épais carton en émettant un son sourd qui rebondit contre les panneaux en acajou qui recouvrent jusqu’au plafond les murs de son bureau. Il est chez lui, dans son hôtel particulier, cadeau de ses parents. C’est ici qu’il travaille lorsqu’il s’agit de l’entreprise familiale. Il n’y va pas en dilettante. On va lui demander son point de vue et il devra comme à chaque fois avoir potassé le sujet  dans les moindres détails, tout connaître car ils s’engouffreront dans la moindre de ses failles et à ce jeu, sa mère est la plus féroce. Car dans Foster-Miller, il y a Foster avec son géniteur et Miller avec sa génitrice, soit l’union de deux puissances armées jusqu’aux dents, et cela est loin d’être un jeu de mots mais plutôt un jeu de maux. Il ferme un instant les yeux et laisse son corps basculer en arrière dans l’énorme siège en cuir vert. Il sent la matière craquer sous le poids de son corps qui s’abandonne. Il tourne son visage vers l’appui-tête et respire l’odeur du cuir vieilli à la senteur si caractéristique. D’un geste du pied, il fait pivoter l’imposant fauteuil et tâtonne à l’aveuglette à la recherche de son paquet de  cigarettes. Les yeux toujours fermés. Une fois qu’il trouve l’objet convoité, il en extrait une, râle pour la forme, s’empare de son briquet et finalement, ouvre les yeux afin d’éviter un drame avec une flamme trop vive et trop près de ses mèches rebelles.  Le métal froid du briquet se réchauffe entre ses doigts au fur et à mesure que Ian le manipule. Il était à son grand-père Foster. Il le fait tourner entre ses doigts. Décidément, il n’arrive pas à rester immobile ne serait-ce qu’une seconde. Il se redresse brusquement, faisant gémir la vieille assise sous la secousse. Il tient toujours la cigarette intacte dans une main et son briquet dans l’autre. Il est tenté de jongler avec les deux mais se dit que cela n’est pas raisonnable et repose-le tout sur le bureau avant de s’extraire de son fauteuil comme un diable qui sort de sa boîte. Il a une folle envie de balayer le dossier d’un revers de la main mais, tout comme le jonglage, ce n’est pas raisonnable.
Un coup d’œil à l’antique pendule lui signale qu’il va finir par être en retard s’il traîne trop. Après un passage éclair dans son dressing où il enfile une tenue chic mais informelle composée d’un jean et d’une chemise blanche sous un pull noir qu’il complète d’un manteau noir et d’une paire de bottillons en cuir marron, il dévale les escaliers tout en gueulant après Tic et Tac. Comme à sa mauvaise habitude, il va injustement les accuser et comme à leur bonne habitude, ils vont le laisser parler sans même l’écouter.

Lorsqu’ils arrivent au point de rendez-vous, Ian retire son casque de moto et le tend à Tic qui s’en s’empare avant de disparaître dans la circulation. Cela lui arrive parfois de se déplacer à moto. C’est rapide mais il faut éviter les pantalons blancs. Il aperçoit Reece sur le trottoir. Tout en la rejoignant, il rattache ses cheveux en un chignon bas, et glisse les mèches récalcitrantes derrière son oreille.

Il prend une mine désolée lorsqu’elle parle de retard et répond «  Tu iras de plaindre à Tic et Tac, ils ont mis des plombes à se bouger, j’avais beau leur dire que tu m’attendais, rien à faire… des sans-cœur ces deux-là »Son petit mensonge lancé, il en a presque honte. Reece est un peu comme sa petite sœur. Un peu bien sûr même s’il l’aime vraiment beaucoup malgré des débuts très difficiles car il voyait d’un très mauvais œil cette gamine collante comme de la glu accrochée à ses basques. En fin de compte, il avait trouvé une alliée inattendue en cette fillette chieuse et chiante mais qui savait tenir sa langue lorsque Ian l’emmenait chez ses petits amis. Une certaine complicité s’était nouée entre eux et avait perduré au-delà des années.

« Shopping » ce mot sonne le glas de sa bonne humeur. Ian n’en fait jamais. Pour ses costumes et pièces plus importantes, son tailleur envoie du personnel pour vérifier les mesures à domicile ou sur le lieu où se trouve son client, idem pour le choix des tissus. Il est très rare que Ian se rende dans l’atelier pour les essayages. Idem pour les chaussures qu’il fait faire sur mesure chez Vogel, une vieille maison créée en 1879 et qui lui vaut d'être reconnu comme bottier de référence par la fédération olympique équestre américaine. Heureusement pour lui, les bottines qu’il porte aujourd’hui sont plus que confortables. Le reste, c’est un personal shopper qui s’en charge en suivant les goûts de Ian qui restent, somme toute, assez classiques.
À l’annonce de son abandon, il la reprend dans ses bras et dépose un baiser sur le bout de nez « Tu sais très bien que je déteste te voir pleurer » c’est vrai en partie parce qu’il ne veut pas que son manteau et son pull en cashmere soient souillés de morve et de maquillage mais aussi qu’il trouve débile de chialer pour un connard, mais ça, il va éviter de le lui dire.
Après le choc, il réalise qu'il va devoir user ses semelles en cuir sur le bitume new-yorkais jusqu’à demander « pitié ».  Il lui adresse un sourire, reprend son espace vital et réajuste machinalement sa tenue « Un copain pour me larguer ? Mais comment une telle idée peut-elle t’effleurer ? » Ian secoue la tête en levant les yeux au ciel « tu devrais le savoir depuis les années » il marque une pause théâtrale et conclut simplement par «  on ne largue jamais un Foster-Miller, c’est toujours lui qui te largue »
Il prend la main de Reece dans la sienne, la serre légèrement en signe de réconfort, lui adresse un vrai sourire  et lance « Il va falloir que je t’enseigne ça … et pendant le shopping ... » dit-il en une sorte de grognement comme si le mot honnis lui raclait la gorge en sortant «  tu me raconteras tes malheurs et je te conseillerai pour la prochaine fois » sachant que les conseilleurs ne sont jamais les payeurs.
Voir le profil de l'utilisateur
Reece A. Hopkins
général
J'ai posté : 1831 messages et j'ai : 497 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bella sexiest Khair Hadid et pour finir je crédite : Kidd (avatar) ; Magma. (signature) ; Lan (profil)

Sam 8 Juin - 17:32
Casual stuff, strong bounds

Ian
The truth is, we all face hardships of some kind, and you never know the struggles a person is going through. Behind every smile, there's a story of a personal struggle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Tic et Tac hein ? Tu ne le crois pas, bien sûr. Tu connais bien Ian pour savoir qu’il s’amuse à les accuser de tous ses torts puisque les deux gorilles ne prennent la parole que lorsque c’est nécessaire. Tu te rappelles encore de la première fois où tu les as rencontré. T’étais tellement intriguée par leur masse musculaire supérieure à la normale au point d’aller toucher leurs bras pour être certaine qu’il s’agit bien de la chair humaine. Définitivement, ils n’étaient pas des robots. D’ailleurs, après avoir cherché des yeux les deux gorilles en costards cravate tout droit sortis de Matrix, tu poses un regard amusé sur le jeune homme. " Ouais ouais c’est toujours leurs fautes de toute façon. " Pas besoin d’être devin pour remarquer l’intonation passablement narquoise dans ta voix. Ian s’est bel et bien habitué à ton caractère indomptablement chiant. A vous voir ainsi, souriant l’un à l’autre, on aurait du mal à imaginer vos débuts difficiles. Car oui, lors de votre premier contact, tu ne l’avais pas supporté et c’était réciproque. Trop similaires, trop têtus et casse-couilles tous les deux, vous aviez mis beaucoup de temps avant de percer la carapace de l’autre. Maintenant, tu sais pouvoir compter sur lui tout comme il peut compter sur toi. C’est peut-être une des raisons qui t’ont poussé à l’appeler lui en premier ; il est le seul à ne pas te sortir les mots habituels dans ta situation. Les “je suis désolé” qui te font rouler des yeux et te donnent envie de gifler tout le monde. Avec lui, c’est un autre discours et définitivement, tu préfères celui-là.

" Je sais. " Et c’est pour cette raison que tu uses de ce pouvoir sur lui. Il t’a vu pleurer deux fois durant toute votre relation. La première lorsque ton meilleur ami était tombé dans le coma et la deuxième quand ton grand-père avait eu une crise cardiaque. T’avais tenu bon même face à ta famille, face à ton frère jumeau mais avec Ian, t’étais laissée aller à ton chagrin, évacuant ainsi ce trop plein d’émotions néfastes. Cependant, même si tu l’aimes beaucoup, tu n’as très envie de montrer davantage tes faiblesses et puis aujourd’hui, tu veux seulement t’amuser. Tu veux oublier cette histoire. Tu veux oublier que cet homme qui t’avait un jour appelé “sa femme” s’est révélé un menteur. Tourner la page, c’est ce que tu dois faire. " C’est ce que je disais aussi avant Joshua … comme quoi il y a une première fois à tout. " Tu tires la langue à ton ami. Oh bien sûr, tu as passé l’âge de ces enfantillages mais là tu as un chagrin d’amour alors tu peux te permettre de faire tout ce qui te chante. Face à sa pose théâtralement glorifiante, tu roules des yeux non sans rire à ses bêtises. Oui, clairement, c’est ce qu’il te fallait aujourd’hui ; un Ian en chair et en os pour te sortir de ta dépression. Bras en dessous du sien, tu commences à marcher vers la première boutique qui se retrouve à une centaine de mètre. Alors qu’un sourire s’installe sur tes lèvres, ton regard se pose rapidement sur le jeune homme, les yeux écarquillés. " Prochaine f… non non non non ! Plus jamais de couple ! Plus.Jamais. " Tu sais que ce sont les circonstances actuelles qui te font dire des choses pareilles mais pour l’instant, c’est vrai que tu n’aspires qu’à une seule chose ; " Là je veux juste réussir mon année et m’amuser comme une dingue en été. " Tu hoches la tête à plusieurs reprises comme certaine de ton choix. " En parlant de l’été, tu vas faire quoi toi ? Me dis pas que tu vas juste bosser c’est … déprimant. " Dis-tu en faisant une moue désapprobatrice. Ses parents veulent faire de lui leur héritier, tu le sais puisque tu es dans la même situation. Cependant, cela ne l’empêche pas de vivre sa vie comme il l’entend n’est-ce pas ? Du moins, tel est ton point de vue. Alors que tu entres dans la première boutique et après avoir offert un semi sourire à la vendeuse, tu fais face au jeune homme. " On se fait un deal ! Je te raconte mes emmerdes, tu me racontes les tiens. Je veux pas être la seule à me plaindre aujourd’hui alors ce sera la journée des plainte, ça te va ? " Tu tends la main vers lui, comme pour signer ce nouveau pacte venu de nulle part mais qui, visiblement, te tient à cœur. Tu ne fais pas attention à la vendeuse derrière toi, tu as une affaire bien plus importante à traiter.

Made by Neon Demon




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Every rose has its thorn
▂ Be the venom inside us, speak mightily of, he who scorned us. Lead me to the path of revenge and I’ll lead you to the path of sorrow

Voir le profil de l'utilisateur
Ian Foster-Miller
voteur
J'ai posté : 537 messages et j'ai : 872 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christopher Mason et pour finir je crédite : Moi-même

Ven 14 Juin - 15:59
Ian connaît assez Reece pour savoir que ses paroles sortent sur le coup de la colère et de la peine et même si elle fait parfois preuve d‘une mauvaise foi évidente, il se doute que là, elle ne joue pas la comédie. Face à la jeune femme, il hésite à lui raconter ses emmerdes, comme elle le dit si bien. Ses démêlés familiaux sont sans fin ou ne prendront fin que lorsqu’il aura abdiqué, ce qu’il n’est pas prêt de faire. Il répond malgré tout « OK pour le deal » avec un grand sourire. « Tu ne vas pas être déçue chérie… Irène est toujours aussi in-fer-nale » il détache bien les syllabes afin de donner plus de poids à ce trait de caractère maternel. Il va enchaîner lorsqu’il se rend compte qu’une vendeuse est plantée à proximité, attendant peut-être qu’ils fassent enfin attention à elle et qu’ils arrêtent de prendre le magasin pour un salon de conversation. S’éloignant de Reece, il se tourne vers la jeune femme, et avec son plus beau sourire « Mademoiselle, pourriez-vous faire une sélection de vêtements pour ma sœur » il s’empare de la main de Reece et la fait tournoyer sur elle-même. "J’aimerai des couleurs gaies, très gaies » et il se met à rire « Le temps que vous nous dénichiez tout cela, on va papoter encore un peu » tandis que la vendeuse s’éloigne enfin, Ian revient vers Reece « Comme je te disais, la nouvelle lubie de ma mère est l’organisation d’une course nocturne à Las Vegas. Elle veut récolter des fonds pour son association pour les personnes atteintes d’addictions » Il pointe sa main droite vers sa poitrine « Non, je ne me sens pas visé... et bien sûr, je dois y participer. Je ne suis absolument pas un sportif. Le seul endroit où je donne de ma personne c’est lorsque je baise. Je crois qu’elle veut ma mort » Il opine de la tête « Si, si, je te jure, elle a décidé d’avoir ma peau, je ne vois que ça » Il soupire, hésitant entre la colère et la résignation. « Choisir Las Vegas pour des personnes atteintes de dépendances, c’est franchement risible. Il n’y a qu’elle pour avoir de telles idées » D’un geste de la main, il balaie tout ça « Avec cette foutue course, il a fallu que je trouve un coach sportif. Si tu en veux un, je te filerai ses coordonnées… Tu ne voudrais pas participer à cette course ? » Il la regarde d’un air suppliant « Je me sentirai moins seul et...manipulé » Il a l’impression que ce mot lui écorche la gorge et la bouche tant il ne le supporte pas. « Voilà le topo, pas vraiment nouveau concernant ma génitrice. Comment veux-tu que  je tombe amoureux ou que je décide de tenter quelque chose avec quelqu’un lorsqu’un tel dragon a toujours les yeux braqués sur ma vie... » d’un haussement d’épaules il conclut « C’est impossible ». Il pense bien à Alistair mais leur récente prise de tête lui a remis les pieds sur terre. Après un soupir il décide de se lancer. « J’ai rencontré un gars. » avant que ne lui tombe dessus une tonne de questions, il lève la main pour stopper le flot de paroles. « C’est la première fois que je suis bien avec quelqu’un. On est sur la même longueur d’ondes. Pas de jugement. Rien. C’est nouveau j’avoue, de revoir une personne plusieurs fois. Je suppose que ça ressemble à cela d’être en couple … Mais bon, tu me vois le présenter à mes parents et leur dire, idem pour lui, je ne fais des projets que sur trois ans car à trente-cinq ans, je dois épouser l’héritière de je ne sais quelle famille pour rentrer enfin dans le rang...  » Un discret toussotement les prévient que la vendeuse a accompli sa mission et ce sont les bras chargés de vêtements qu’elle fait signe à Reece de la suivre en cabine. Ils se dirigent vers une sorte de salon où de lourds rideaux en velours rose poudré garantissent l’intimité. De confortables cabriolets aux couleurs assorties augurent des heures d’attentes. Pendant que la vendeuse accroche toutes ses trouvailles à un portant, Ian inspecte les dites trouvailles, rejetant d’emblée certaines choses et en gardant d’autres. Il lui tend une robe imprimée aux couleurs vives.
« Tu sais quoi, mariage arrangé pour mariage arrangé, je me demandais si, je ne devrais pas couper l’élan de ma mère en me mariant avant… Je crois que j’ai trouvé la personne idéale. Elle me comprend. Elle est dans la même situation. On ferait un contrat de mariage pour faire plaisir à tout le monde. On serait marié mais sans l’être et à la mort des parents, on divorce et on reprend notre liberté. C’est vraiment le meilleur plan que j’ai trouvé. » Il évite de parler du gosse qui devra naître d’une telle union. Il s’est renseigné sur les mères porteuses, la transplantation d’ovocytes et la fécondation via des pipettes. Rien de bien romantique mais très pratique pour qui, comme lui, négocie tout. Il s’arme de son plus beau sourire « Alors, qu’est-ce que tu en penses ?  » Il faut avouer qu'il est assez fier de son idée surtout que la femme qu'il a choisie correspond en touts points aux rigoureux critères de sa mère. Une femme parfaite pour Ian et la belle-fille idéale pour sa mère.
Voir le profil de l'utilisateur
Reece A. Hopkins
général
J'ai posté : 1831 messages et j'ai : 497 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Bella sexiest Khair Hadid et pour finir je crédite : Kidd (avatar) ; Magma. (signature) ; Lan (profil)

Jeu 11 Juil - 17:07
Casual stuff, strong bounds

Ian
The truth is, we all face hardships of some kind, and you never know the struggles a person is going through. Behind every smile, there's a story of a personal struggle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Ian et toi-même, vous vous ressemblez à bien des égards. A peine as-tu le lancé le petit deal, que non seulement il l’accepte mais se met directement à déballer son sac. Quand le prénom de sa mère retentit dans tes oreilles, tu lèves les yeux au ciel ; tu t’attends au pire à présent. Cette femme ressemble énormément à ta génitrice ; dotée d’une apparence douce, elle est loin d’être réellement. Calculatrice, manipulatrice, elle fait tout en son pouvoir pour garder les autres sous ses jougs. Elle a toujours fait parler d’elle et aujourd’hui, tu sais que ça arrivera une nouvelle fois. Alors, silencieuse, tu souris à la vendeuse qui part chercher de nouveaux fringues pour toi et tu regardes ton ami, prête à lui consacrer toute ton attention. Il te parle de la nouvelle lubie d’Irène et la signification de tout ça. Un marathon pour une cause noble. Cela peut sonner comme une oeuvre caritative mais connaissant la femme qui se cache derrière, tu sais que ça n’en est rien et tu n’as pas eu tort. Non seulement l’événement se produira à Las Vegas mais en plus, c’est pour les “junkies”. Tu soupires alors non sans appuyer les mots de ton ami. " En effet, elle est très manipulatrice et fourbe en plus. " Tu essaies de ne pas rire quand il affirme ne pas être un sportif, ça au moins tu le sais. Tu as déjà tenté de le traîner avec toi pour un jogging matinal mais la réponse a toujours été négative. Mais l’imaginer courir non sans pester, t’amuse plutôt bien, faut l’avouer. A son invitation, tu pèses le pour et le contre. Ca te fera du bien de courir, tu en es consciente. En plus, tu as besoin de décompresser et surtout d’oublier cette fichue histoire d’amour ratée. Tu ne lui donnes pas directement la réponse, la jeune vendeuse est de retour parmi vous. En plus tu préfères plutôt entendre tout ce qu’il a à te dire et tu as bien fait Reece. Quand il évoque un gars, tes yeux clairs s’écarquillent et tes lèvres s’apprêtent à l’assassiner à coup de questionnement indiscret. Il te connait Ian. Il sait ce qui se trame dans ta tête au point d’y répondre sans que tu n’ais rien formulé. Devant les pièces que la jeune femme a trouvé, tu te mets à les regarder dans leur globalité, regardant de temps à autre le jeune blond. Ce jeune blond qui te parle de mariage tout en tendant une robe vers toi. Tu la récupères non sans avoir un sourire amusé sur les lèvres. Il rigole n’est-ce pas ? Du moins, c’est ce que tu as pensé jusqu’à ce qu’il demande ton avis. Là, tu fronces les sourcils non sans répondre du tac au tac. " Attends t’es sérieux ? " Vu son expression, la réponse se dessine d’elle-même devant toi. Tu soupires alors. " Tu sais j’ai toujours apprécié ton intelligence mais là … c’est con ce que tu veux faire. " Encore un point commun que vous partagez ; votre honnêteté qui manque parfois de tact. Tu retires ton haut ainsi que ton pantalon pour enfiler la robe. Tu ne te caches pas puisqu’il t’a déjà vu en maillot de bain et tu es loin d’être pudique. " Si tu veux réellement mon avis alors sache que si tu veux bousiller ta vie, le mariage avec une personne que tu n’aimes pas est la meilleure solution oui. " Tu hausses les épaules en te retournant face au miroir. Tu le regardes à travers celui-ci. " Elle est quoi, lesbienne ? Parce que si elle ne l’est pas, elle pourra facilement tomber amoureuse de toi et là t’auras de nouveaux problèmes à traiter. T’en penses quoi ? " Tu fais signe vers la robe qui te met plutôt en valeur. Après avoir récolté son avis, tu passes à la pièce suivante. " Et ce mec il en pense quoi ? Non parce qu’il peut te dire ok là maintenant mais si jamais ça devient vraiment sérieux entre vous, il peut changer d’avis et aura envie de vivre votre histoire au grand jour. ‘Fin à sa place je ferai pareil. " Tu t’arrêtes un instant pour justement, te mettre à la place d’Ian, peut-être verra-t-il les choses sous un nouvel angle. " Imagine, je tombe amoureuse d’une fille mais pour ne pas blesser papa et maman je décide de me marier avec un gars super gentil et tout. Je serai pas heureuse car j’ai basé toute ma vie sur un mensonge. Et eux … eux ne cesseront de me demander encore des choses dont je ne serai pas capable de faire tu vois. " Tu parles des enfants, bien évidemment. Selon toi Reece, il y a plusieurs autres solutions avant d’en envisager une qui soit si extrême. Tu enfiles une combinaison cette fois mais au lieu de faire face au miroir, tu te retournes vers Ian, le tenant par les épaules. " Tu me promets de ne pas faire quelque chose sur un coup de tête s’il te plait ? Je sais pas, attends un peu avant de faire une connerie ? " Tu le lâches pour observer ton reflet. " Une connerie, j’ai failli en faire quand j’ai commencé à envisager de passer le restant de mes jours avec Joshua. Je veux pas que tu fasses la même erreur surtout que tu n’as aucune garantie que tes parents crèvent dans dix ans. " Tu hausses les épaules et sans te changer, tu fais un signe à la vendeuse pour apporter la veste que tu as repéré au loin pour ton ami. " Et sinon il est comment ce gars ? Donnes moi des détails ! Je veux en savoir plus ! " C’était à prévoir vu ta curiosité légendaire.

Made by Neon Demon




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Every rose has its thorn
▂ Be the venom inside us, speak mightily of, he who scorned us. Lead me to the path of revenge and I’ll lead you to the path of sorrow

Voir le profil de l'utilisateur
Ian Foster-Miller
voteur
J'ai posté : 537 messages et j'ai : 872 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Christopher Mason et pour finir je crédite : Moi-même

Hier à 16:43
Il aurait dû se douter qu’elle n’approuverait pas et qu’elle démonterait ses belles idées qui sont pourtant excellentes, d‘après lui. Il ne propose pas un mariage, surtout pas, mais un beau contrat en bonne et due forme. Pas la place aux sentiments. Pas les sentiments amoureux du moins. Il ne veut pas une femme amoureuse, mais une femme qui lui foutrait la paix. Qu’il puisse menait sa vie comme il l’entend. Et pourquoi croit-elle qu’il a en vue une lesbienne… Elle a vraiment de drôle d’idée cette fille ...n’empêche que cela n’aide pas ses plans. Quant au mec, il a envie de rétorquer que ça ne le concerne pas ses histoires de famille mais il préfère se taire pour le moment. Son objectif est de contrecarrer les plans de sa mère. Il avisera plus tard pour le reste. En attendant, il contemple Reece. « On t’a déjà dit qu’un rien t’habille. Tu es absolument parfaite » Il lui adresse un grand sourire qui se transforme en moue lorsqu’il voit arriver la vendeuse et la veste. « T’es sûre ? » Il décide malgré tout de l’essayer. Il en a tellement qu’une de plus ou de moins ne fera aucune différence dans son dressing. Une fois le vêtement enfilé, il se regarde, hausse les épaules et le retire. Il n’est pas là pour refaire sa garde-robe. Tandis que Reece développe ses idées et lance ses questions, Ian se dit qu’il ferait un beau couple de façade. Qu’elle vient d’une famille prestigieuse. Qu’elles se connaissent déjà avec son dragon de mère même si Reece ne l’apprécie pas. Ian ne demande pas qu’on aime sa mère, ni qu’on l’aime lui. D’un autre côté, qui peut apprécier Irène ? …
Reece a toutes les qualités qu’il recherche. Reste plus qu’à lancer la bombe… qui risque de lui exploser en pleine figure. Autant essayer de l’amadouer en lui parlant d’Alistair.
« Ce gars, comme tu dis, il est différent des autres mecs que je fréquente, c’est sûrement à cause de ça qu’il me plaît. Et chose exceptionnelle, je l’ai revu plusieurs fois. »  Un grand sourire se dessine sur ses lèvres « Il m’a emmené faire du camping » et à se souvenir, il ne peut s’empêcher d’éclater de rire « Du camping ! C’était la première fois que je faisais du camping – sauf si l’on considère la virée au Kenya avec mes parents lorsque j’étais gamin mais il y avait tellement de domestiques que ça ne changeait pas vraiment de la maison -  Le genre de truc qui ne me traverse même pas l’esprit » toujours hilare, il demande « Tu as déjà fait du camping, toi ? Monter une tente et être obligé d’allumer un feu et cuisiner pour manger ? On aurait dit un participant de télé réalité lâché en pleine jungle sauvage » Il s’approche de Reece et murmure « N’empêche, j’ai adoré, sûrement parce que j’étais avec lui »  Il entortille une mèche des cheveux de Reece autour de son doigts, les pensées loin de la cabine d’essayage « Mais ce gars… c’est le fils du sénateur Nordstörm. L’empêcheur de tuer tranquillement. Celui qui vote des lois anti vente d’armes et port d’armes libre dès qu’il peut. Cela fait des années qu’il a notre business dans sa ligne de mire, si je peux dire. Avec touts les mecs qui traînent à New-York, faut que je baise avec lui … et le pire, c’est que je n’ai pas envie d’arrêter » Il joue toujours avec les cheveux de Reece.  « ça me fait penser à Roméo et Juliette et quand je vois leur fin, j’espère que ce n’est pas ce qui nous attend » et il se met à rire parce que dans ce genre de merdier, soit on rit, soit on pleure. « Tu comprendras que je n’ai pas parlé de mes projets de mariage avec lui. C’est prématuré. Je ne sais même pas si on restera ensemble. Tu vois le topo ... » D’un geste de la main il libère la mèche de cheveux.
« Si je me trouvais une femme belle, intelligente et comme moi – c’est-à-dire avec une vie – je pourrais peut-être envisager quelque chose avec ce gars… j’ai bien une idée sur la candidate idéale. J’y ai déjà réfléchis. Elle vient d’une famille prestigieuse. »
Il lorgne sur le tas de vêtements qui gît sur le fauteuil à côté de la cabine. Il va lui en falloir plus car il n’a pas fini de parler. Il fait un signe à la vendeuse « Amenez tout ce que vous avez s’il vous plait »  De quoi occuper Reece un moment. « Je sais que tu as vécu une expérience douloureuse avec … Joshua mais c’est du passé ...encore frais, mais bon, faut oublier ... » Là, il se rend compte qu’il est train de merder en évoquant l’autre idiot et il décide de se lancer. « Tout ça pour dire… que l’on pourrait envisager quelque chose tout les deux... ça pourrait mettre fin à nos problèmes.  » Il la prend dans ses bras, assez content de lui « Qu’en penses-tu ?  »

Contenu sponsorisé
Casual stuff, strong bounds ~ Ian
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Hell's Kitchen
-
Sauter vers: