Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ If we’re a team, we need to be on the same page [Cameron & Holly] 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

If we’re a team, we need to be on the same page [Cameron & Holly]

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
Voir le profil de l'utilisateur
Holly C. O'Meara
général
J'ai posté : 386 messages et j'ai : 10 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Phoebe Tonkin et pour finir je crédite : neon cathedral. + ANESIDORA

Lun 13 Mai - 5:09

If we’re a team, we need to be on the same page

Il y a des choses qu’on ne peut pas comprendre, des choses qui sont hors de notre portée et qu’on ne peut pas contrôler. C’est ainsi que fonctionne la vie, tout le monde le sait. Mais s’il y a bien une chose que tu détestes Holly, c’est de ne pas avoir le contrôle de la situation. Tu détestes lorsque tu ne comprends pas ce qu’il se passe, lorsque les choses changent sans raison, sans que tu les aies vu venir. C’est le cas depuis quelques jours, et tu as beau retourner dans ta tête tout ce qu’il s’est passé au cours de la dernière semaine, tu ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Tu as de nouveau la sensation d’être dans une guerre froide avec Cameron, et tu ne comprends pas pourquoi. Vous alliez bien, vous pouviez communiquer, faire des blagues ensemble et programmer des sorties. Tu l’as même accompagné à la maternité voir une de ses amies il n’y a pas si longtemps. Mais vendredi, lorsque vous vous êtes vus pour qu’il récupère Liam, il t’a à peine adressé la parole. Tu le connais Holly, tu sais à quel point Cameron peut être pris par son travail. Être avocat n’a jamais été un métier de tout repos et tu le sais parfaitement, c’est une chose que tu as accepté depuis votre première rencontre. Mais là, ce n’était pas seulement le travail. Samedi soir, tu as essayé d’en savoir plus, tu as voulu des réponses et tu as essayé d’en avoir, mais tu t’es encore retrouvé face à un mur. C’est une chose que tu n’acceptes pas, plus maintenant. L’année dernière, à la même période, tu lui avais annoncé que tu allais partir de chez lui, que tu avais trouvé un logement pour vivre avec Liam et la nouvelle était très mal passée. Pendant des semaines, vous vous êtes à peine parlés, vous ne vous regardiez même pas vraiment dans les yeux. Il s’était senti trahis, tu l’avais compris trop tard. L’année dernière le silence et l’animosité s’est installé entre vous, vous avez laissé une distance prendre place et tu avais détesté ça. Il pouvait te maudire s’il le voulait, mais il voulait une place dans la vie de votre fils alors il allait falloir communiquer. Après des semaines, tu avais finis par débarquer dans son bureau sans prévenir, pour mettre les choses au clair. Ca avait plutôt bien fonctionné, alors c’est exactement ce que tu vas faire aujourd’hui.

Liam est avec Cameron cette semaine, ce qui veut dire que tu travailles principalement de nuit, tu as toute la journée pour toi. Sur l’heure de midi, tu sais que Liam est à l’école, et tu espères que Cameron a un peu plus de temps. Il ne doit pas avoir de rendez-vous ou de clients à ce moment là de la journée, alors c’est le moment que tu choisi pour aller le voir. Tu connais les lieux. Le cabinet SJM a été construit lorsque tu vivais encore chez lui, et même depuis cette époque, tu as eu l’occasion de t’y rendre quelques fois. Ce n’est pas ici que tu préfères parler à Cameron, tu as la sensation que dans ce cabinet, il a plus de pouvoir que toi, simplement grâce à son statut d’avocat. L’avantage du lieu cependant, c’est que tu es presque sûre de l’y trouver pendant la journée, et ça t’évite de devoir parcourir Manhattan et les différents tribunaux pour le trouver. En arrivant, tu vas immédiatement vers la secrétaire, que tu salues amicalement. Une part de toi est toujours sur la réserve dans cette ville. New-York est grande et cache bien des dangers, mais cela fait un an et demi que tu y vis, tu as appris à avoir un peu plus confiance ou, du moins, à cacher un peu mieux ta méfiance. La secrétaire te connaît, elle sait en tout cas que tu es la mère du fils de Cameron, et grâce à ça, elle ne met pas longtemps à te dire qu’il est dans son bureau. Tu mens peut-être Holly, en disant qu’il t’attend, qu’il sait que tu dois passer. Ce n’est pas le cas, mais tu ne veux pas risquer que la secrétaire le prévienne et qu’il en profite pour trouver une excuse pour ne pas te voir. Avec un sourire tu la remercies, avant d’aller vers le bureau de Cameron. Tu frappes à la porte, trois petits coups, avant d’entrer sans réellement attendre de réponse. « Salut. Excuse-moi de débarquer comme ça, je ne te dérange pas ? » Tu poses la question par politesse, mais tu refermes déjà la porte derrière toi. Après tout, n’est-ce pas Cameron qui t’a répété plusieurs fois que tu ne dérangeais jamais, qu’il ne fallait pas hésiter à aller vers lui, qu’il aurait toujours du temps pour toi ? Aujourd’hui est le moment de vérifier la véracité de ses propos. « Je sais que tu travailles et que tu as beaucoup de boulot, mais c’est le seul moment où je pouvais venir. Je bosse ce soir, et je préférais qu’on fasse ça sans Liam de toute façon. » Tu lui souries Holly, sincèrement. Tu n’es pas venue ici pour te battre, bien au contraire. Quelque chose ne va pas entre vous et tu as besoin de savoir de quoi il s’agit. Tu veux des réponses, pour que tout aille bien de nouveau. Tu fais quelques pas dans la pièce, pour rejoindre un des fauteuils de l’autre côté du bureau. Tu prends place face à lui, posant tes mains sur le bois. « Alors, qu’est ce qu’il se passe ? » Il y a dans ta voix ce dynamisme que tu as toujours, mais ce n’est pas de l’impatience ou de la brusquerie. Tout ce que tu souhaite, c’est ouvrir une conversation.

EXORDIUM.


† Please have mercy on me, take it easy on my heart. Even though you don't mean to hurt me, you keep tearing me apart. Would you please have mercy, mercy on my heart ?
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron M. Stevens
général
J'ai posté : 355 messages et j'ai : 210 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : chrysalis (avatar) Miss Pie (signature)

Mer 15 Mai - 8:55
Cameron & Holly
Rien ne va en ce moment Cameron. Enfin, avec cette tournure de phrase, on pourrait croire que tu es dans une mauvaise passe, alors qu’il y a encore une bonne distance avant d’arriver à ce point. Non, ce qui ne va pas, ce sont tous ces questionnements au sujet de ta vie privée, voir sentimentale. Tu n’y avais pas forcément fait attention, tu n’as jamais vraiment donné d’importance aux articles rédigés par Scents Of Scandals. Jusqu’à récemment. À force de recevoir les avis ou conseils des femmes de ton entourage, en l'occurrence ta meilleure amie ou ta petite soeur, tu as fini par avoir de sérieux doutes sur la relation que tu entretiens avec Holly, la mère de ton fils. Le pire, c’est que rien n’a jamais. Il n’y a pas eu d'événement majeur, pas de discussion différente que les autres. Rien. À part l’article de trop, celui qui fait pencher la balance du mauvais côté. Depuis, tu ne vois plus les choses de la même façon, tu te demandes si c’est raisonnable d’être aussi joueurs l’un envers l’autre, sans fixer de limite. À force de jouer avec le feu, on prend le risque de se brûler les ailes, et c’est la dernière chose que tu désires. Tu as été joueur avec les femmes, par le passé, pour grimper les échelons ou pour profiter d’une mauvaise passe, mais ce n’est plus le cas. Ce n’est pas toi. Tu entends partout autour de toi qu’il faut profiter de la vie, joueur avant de se poser, mais tu penses l’avoir déjà fait. Trente ans passé, n’est-ce pas le moment de voir les choses autrement, avec un oeil plus sérieux, plus tourné vers l’avenir ? Certainement. Le mieux dans cette histoire, ça serait d’en parler avec la principale intéressée, mais ce serait trop simple. À la place, tu as trouvé le moyen de te renfermer, d’être froid envers elle, aussi bien en fin de semaine quand elle est venue déposer Liam, que dans le week-end quand elle a essayé de te tirer les vers du nez. Tu as même été jusqu’à sortir la fameuse phrase : tu fais ce que tu veux, avec qui tu veux. Elle veut tout dire, elle est universelle, qu’importe le contexte. À croire qu’entre vous, vous êtes voués à devenir con au bout d’un moment.

Au moins aujourd’hui, tu peux espérer ne pas songer à ces problèmes. Ici, au cabinet, tu as tout le loisir de cloisonner ton esprit, pour te focaliser uniquement sur ton travail, et rien d’autre. Cette semaine, ton fils est avec toi, ce qui signifie que tu ne peux faire des journées à rallonge. Ça ne t’enchante pas plus que ça, mais comme tu aimes passer du temps avec Liam, en tête à tête, cela compense. Point de Sameen avec toi, comme elle te l’avait dit la semaine passée, elle se concentre sur les révisions, afin de ne pas louper son année. Professionnellement parlant, ce n’est pas un soucis, tu n’es pas seul dans le cabinet, tu peux toujours te reposer sur l’un de tes associés s’il le faut. Mais son absence fait que durant la pause déjeuner, tu n’as pas daigné sortir de ton bureau. L’étage est calme, ce qui permet d’avancer un peu plus sereinement, dans des conditions optimales. Ta veste de costume sur le dossier de la chaise, et les manches un peu remontée, tu peux te permettre d’être un peu plus détendu. Ton prochain rendez-vous n’est pas avant une bonne heure, et même s’il y avait un imprévu, la secrétaire est là pour prévenir, par un simple coup de téléphone. C’est pour ça qu’au moment où quelqu’un toque à ta porte, tu ne te doutes de rien. Tu ne relèves pas la tête, le temps de finir d’écrire une annotation. Dans ton esprit, tu vas voir apparaître Samuel ou Jayden, mais tu te trompes. Ni l’un ni l’autre, et encore moins un homme. C’est une femme qui pénètre dans ton bureau, et pas n’importe laquelle. Salut. Non, tu ne me déranges pas. dis-tu à Holly, après avoir relevé la tête vers elle. La réponse saute aux yeux, il n’y a personne dans l’espace, ou même dans l’étage. Tes collègues sont probablement sortis déjeuner en extérieur. Ne te tracasse pas Holly, ça peut attendre. Et tu n’as pas à justifier ta présence. Oui, ce que tu fais pourra attendre quelques minutes, ou plus, selon la raison qui pousse la jeune femme à venir au cabinet. C’est rare de l’y voir, quand elle a quelque chose à te dire, elle passe par les sms, un appel voir même une discussion après les heures de boulot. Tu sais qu’elle n’aime pas être ici, même si tu ignores pourquoi. Peut-être a-t-elle l’impression de déranger. C’est un peu comme si tu venais au milieu de la nuit, les semaines où Liam est avec toi, à l’hôtel où elle travaille. Pendant qu’elle s’approche de ton bureau, sans que tu aies besoin de lui dire, tu rebouches le stylo que tu tenais entre tes doigts, pour le reposer. Lentement, tu te redresses sur la chaise de bureau, laissant ton dos toucher le dossier de ladite chaise. Quand elle pose une question, pour savoir ce qui se passe, tu ne caches pas ton étonnement. Dans un contexte autre, peut-être que tu aurais pu lui donner une réponse immédiate, mais là, alors que ton esprit est toujours dans le cas que tu traites depuis ce matin, tu as un peu de mal à voir où elle souhaite en venir. Il va falloir être un peu précise Holly, car là, tu me poses une colle. Je doute que tu veuilles savoir sur quoi je travaille, et même si c’était le cas, je suis tenue à la confidentialité pour les clients. Donc, peux-tu me dire de quoi tu parles ? Ce n’est pas de la mauvaise foi, ou de l’indifférence. Tu es sincère, tu ignores à cet instant qu’elle fait référence à ton comportement envers elle, ainsi que tes réponses froides durant le week-end.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






if you can dream it you can do it

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Holly C. O'Meara
général
J'ai posté : 386 messages et j'ai : 10 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Phoebe Tonkin et pour finir je crédite : neon cathedral. + ANESIDORA

Jeu 6 Juin - 11:06

If we’re a team, we need to be on the same page

En venant ici, tu rentres dans le territoire de Cameron, un endroit où il détient tout le pouvoir. Ce n’est pas quelque chose que tu apprécies beaucoup Holly, tu détestes te sentir démunie et ça l’avocat le sait parfaitement bien. Mais depuis que tu es à New York, tu as réappris à le connaître également, et tu sais que dans les conditions présentes, il n’aurait pas accepté de te voir ailleurs, à un autre moment de la journée. Ces conditions, tu ne sais pas exactement ce qu’elles sont, mais il n’a pas fallu longtemps pour que tu remarques que quelque chose clochait. Cameron t’a à peine adressé la parole lorsque vous vous êtes vu, il a esquivé tes questions en te faisant comprendre que tu n’avais aucun droit de les poser. Il a raison, entre vous il n’y a aucun contrat qui vous oblige à vous confier l’un à l’autre, mais tu pensais tout de même que vous pouviez le faire. Après tout, est ce que vous n’avez pas un plan pour fuir la ville à deux, avec votre fils, dans l’éventualité où les choses tourneraient mal ? Il y a quelques semaines, vous étiez sur la même longueur d’onde mais à présent, il n’y a plus d’onde du tout. Lorsque tu arrives dans le cabinet d’avocats, tu préviens la secrétaire que Cameron t’attend. Ce n’est pas vrai, mais elle sait qui tu es et elle ne remet pas en question ce que tu lui dis. C’est un peu dangereux, avec une bonne excuse n’importe qui pourrait donc entrer dans le bureau de Cameron, mais tu préfères ne pas y penser tout de suite. En cet instant, ça t’arrange bien de pouvoir frapper à la porte sans qu’il ne sache qui tu es. C’est peut-être un peu lâche de le piéger dans son propre bureau, mais tu ne réfléchis pas vraiment à ce genre de choses Holly. L'impulsivité qui est en toi n’a sans doute pas fini de te poser souci de toute façon. En entrant dans la pièce, tu commences déjà à t’excuser, à justifier ta présence parce que tu te doutes que Cameron te dira qu’il n’a pas le temps. Oui, il t’a fait comprendre par le passé qu’il n’était jamais trop occupé pour toi, et tu le crois sincèrement, mais lorsqu’il est sur son lieu de travail, les règles sont parfois un peu différentes. Surtout lorsqu’il agit d’une manière froide et distante avec toi. Contre toute attente cependant, il te dit tout de suite que tu ne le dérange pas. Il n’y a pas d’énervement dans sa voix, peut-être simplement un peu de surprise de te voir débarquer ici. Avec un sourire, tu vas donc jusqu’à son bureau, avant de prendre place sur l’un des sièges face à lui. Tu ne passes pas par quatre chemin, une fois installée tu lui poses directement la question qui te tracasse depuis des jours. C’est ce que tu fais de mieux de toute façon, être directe. En entendant sa réponse, ton sourire s’affaiblit un peu. Evidemment qu’il n’allait pas te donner une réponse directe, ça aurait été beaucoup trop simple qu’il te dise immédiatement ce qui ne va chez lui. Il fallait qu’il tourne autour du pot. Mais tu restes calme Holly, tu continues de sourire, en essayant d’afficher le plus possible une bonne humeur que tu veux sincère. « Non, je ne suis pas là pour parler du boulot. Sauf si c’est ça qui te tracasse, mais j’en doute. Je voulais parler de toi, de ce qu’il se passe avec toi en ce moment, parce qu’il y a forcément quelque chose. Vendredi tu m’as à peine adressé la parole quand je suis venue chez toi, quand j’ai essayé d’en savoir plus en t’envoyant des messages, tu ne m’as pas répondu. » Le ton que tu utilise est calme, doux, tu n’es pas venue ici pour t’énerver. La dernière chose que tu souhaite, c’est que vous vous disputiez tous les deux, alors tu vas tout faire pour ne pas en arriver là. Tu n’aimes peut-être pas cette ambiance entre vous, ça t’énerve peut-être qu’il t’ait parlé comme il l’a fait par sms, mais ce n’est pas la question. Il faut parfois être capable de passer au dessus de ces choses là. « Je pensais qu’on avait dépassé ça, Cameron. Toi et moi, on doit être capable de communiquer et de se dire quand ça ne va pas, non ? Est ce que… est ce que j’ai fait quelque chose ? » Le monde ne tourne pas autour de toi Holly, et tu n’as pas la prétention de penser que c’est le cas. Cameron a d’autres personnes dans sa vie, qui sont tout aussi importantes que toi, si ce n’est plus. Mais il est sans doute naturel que tu te poses cette question. Après tout, ce n’est pas avec quelqu’un d’autre qu’il a été froid et distant ces derniers temps, mais avec toi. Alors même si tu ne vois pas ce que tu aurais bien pu faire pour l’énerver, tu ne partiras pas avant d’avoir eu de vraies réponses. Même s’il ne veut pas te les donner tout de suite.

EXORDIUM.


† Please have mercy on me, take it easy on my heart. Even though you don't mean to hurt me, you keep tearing me apart. Would you please have mercy, mercy on my heart ?
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron M. Stevens
général
J'ai posté : 355 messages et j'ai : 210 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : chrysalis (avatar) Miss Pie (signature)

Mar 11 Juin - 15:49
Cameron & Holly
Voir Holly ici, dans ton bureau, est une vision assez surprenante. Ce n’est pas la première fois que ça arrive, tu le conçois, mais d’ordinaire, elle prend la peine de te demander l’autorisation. Le métier d’avocat n’est pas le plus simple, ni celui où on se tourne régulièrement les pouces. C’est même tout le contraire. Dans une journée, il n’y a pas beaucoup de temps de pause, à part le midi pour déjeuner un peu, histoire de. Et encore, il arrive que l’information oublie de s’arrêter dans le cerveau des avocats travaillant dans le cabinet. Plus d’un an que tu travailles ici, et il n’y a encore jamais eu de contrôle. Fort heureusement. Le nombre d’heures de travail dépasse les quotas, la plupart du temps. Mais ce n’est pas pour autant que vous gagnez tous des milliards chaque mois. Vous avez un salaire normal, sans excès. Tu t’égares là. Revenons à l’Irlandaise. Sa présence aujourd’hui est une surprise, et tu ne sais pas encore si tu peux la qualifier de bonne, ou de désagréable. Il faut dire qu’en ce moment, tu n’es pas très loquace avec elle. La faute au dernier article de SOS, qui dresse un portrait de ta personne de la pire des façons. D’ordinaire, c’est bien le cadet de tes soucis. Tu ne portes aucun intérêt à ces ragots. La presse à scandale n’est pas ta lecture du soir, juste avant de t’endormir. Par ailleurs, si vraiment il se passe quelque chose, ta petite soeur n’est jamais loin pour venir mettre son grain de sel, et enfiler sa casquette de détective. C’est d’ailleurs elle qui t’a mis la puce à l’oreille, cette fois encore. Ses questions t’ont poussé à aller lire ledit article, pour savoir ce qu’il en est. Si lors du dernier numéro, tu passais pour le mec manipulateur, faisant son possible pour avoir son ex dans la poche, c’est complètement l’inverse qui est paru récemment, et c’est bien ça qui t’agace. Qu’une personne gagne sa vie en pourrissant la vie des autres habitants, bien. Il faut de tout pour faire un monde. Il n’y a pas de sous métier. Mais quand ça peut ternir ta réputation, mettre en péril ta carrière, là, tu ne rigoles plus. Sans compter qu’être prit pour un idiot est loin d’être agréable, il faut le reconnaître. Et là, c’est bien l’impression que te donne la jeune femme. Tu ne dis rien de tout cela Cameron, tu laisses la brune entrer dans ton bureau, sans la chasser. Tu ne sais pas encore le motif de sa présence. Si cela se trouve, cela concerne votre fils, et dans ce cas, tu l’écouteras avec attention. Rapidement, tu comprends que ce n’est pas pour ça qu’elle est là. Dommage. Il va falloir faire avec. Cela te contrarie, mais pas assez pour la chasser. Tu la laisses s’installer, te délestant de ce que tu avais dans les mains avant son arrivée, pour lui montrer que tu restes ouvert à la discussion, malgré que vous soyez sur ton lieu de travail. Sa question est trop vague pour que tu lui donnes une réponse constructive. Tu lui fais savoir rapidement, car tu n’as ni le temps, ni l’envie de jouer à un jeu de devinettes. Elle aussi n’est pas ici pour tourner en rond. Sa réponse ne met pas longtemps à tomber, et comme tu aurais pu le craindre, c’est bien de ton comportement qu’il est question. Elle n’est pas bête la brune, ni naïve. Elle a bien remarqué que tu n’étais pas comme d’habitude, qu’il y avait anguille sous roche. Tu la laisses parler, aller jusqu’au bout de ses interrogations, et c’est seulement quand elle te demande si elle a fait quelque chose que tu prends la parole. Tout d’abord, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on doit être capable de communiquer. Sur ce point, je pense qu’il n’y a pas de problème. Quoique. Non, tu ne peux pas dire ça, alors que tu as la sensation qu’elle n’est pas honnête avec toi, concernant sa vie privée. Elle ne te doit absolument rien Holly, vous n’êtes pas mariés, encore moins fiancés, et même pas en couple. Vous n’avez signé aucun contrat, qui oblige une entière transparence. Il y a bien Liam entre vous, un mélange de vos deux personnalités, une preuve infinie de votre histoire passée, mais ce n’est pas assez pour faire une telle exigence. Tu pourrais éviter ses questions, lui sortir une excuse à la con à propos de ton boulot. Ça ne serait qu’un demi mensonge, tu croules réellement sous les dossiers. Elle peut le voir de ses propres yeux, si elle observe la pile de dossiers qu’il y a à côté de toi. Mais si elle s’est déplacée jusqu’ici, c’est qu’elle ne compte pas repartir sans réponse. Autant ne pas lui mettre de bâtons dans les roues, et aller vers le chemin de l’honnêteté dès maintenant. Tu t’avances sur ta chaise, jusqu’à poser tes coudes sur le bord du bureau, et joindre tes mains face à toi. Ton regard se plante dans ses iris noisettes. Si tu veux que je sois honnête avec toi, il y a effectivement quelque chose qui me dérange. J’apprécie très moyennement que l’on se paye ma tête, et c’est clairement ce qu’il se passe, si j’en juge par les échos que j’ai eu du dernier numéro de Scents of Scandals. Tu ne pensais jamais un jour faire une telle référence dans tes paroles, mais il y a une première à tout. Évidemment, tu sais par avance que la jeune femme va se défendre, retirer tous les crédits que l’on peut donner à ce magazine. C’est bien pour ça que tu ne lui laisses pas le temps de répondre, que tu enchaines directement, pour dire tout ce que tu as à dire, avant de la laisser parler. J’ai parfaitement conscience que ce n’est pas une source sûre, mais quand par deux fois je suis associé à toi, ainsi qu’à ton ex, et le fameux Ivar, ça commence à faire beaucoup. Car il est bien là le problème, c’est la récurrence des propos. Si c’était un article isolé, ça irait, mais là, ça fait deux fois que les mêmes personnes ressortent. Donc je n’ai aucune idée de ce que tu fais de ton temps libre Holly, ni avec qui, mais si tu as envie de t’amuser avec plusieurs personnes en même temps, merci de ne pas me mêler à tout ça. J’ai aucune envie de faire partie d’un carré ou d’un rectangle amoureux. Je vous laisse avec plaisir dans votre triangle. Elle voulait savoir ce qui n’allait pas chez toi, elle le sait désormais. Plusieurs semaines que tu ne sais plus trop quoi penser de ta relation avec la jeune femme, notamment à cause des questions que ta soeur peut te poser, voir aussi ta meilleure amie. Tu commençais à croire qu’il y avait de nouveau un petit quelque chose, sans pouvoir le nommer, mais après avoir entendu parler de ton ex petit ami, et de ce mec sorti de nul part, tu te dis que tu t’es bien fourré le doigt dans l’oeil.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






if you can dream it you can do it

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Holly C. O'Meara
général
J'ai posté : 386 messages et j'ai : 10 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Phoebe Tonkin et pour finir je crédite : neon cathedral. + ANESIDORA

Jeu 27 Juin - 5:56

If we’re a team, we need to be on the same page

Tu n’as pas été claire, Holly, lorsqu’il s’agissait de dire à Cameron pourquoi tu es venue jusqu’ici. Tu t’inquiète pour lui, pour votre relation et tu refuses de rester avec des questions. Mais tu refuses également de t’énerver. C’est une chose que tu peux faire trop rapidement, sans réellement t’en rendre compte mais tu as conscience que ce n’est pas la meilleure manière de communiquer. Vous êtes adultes tous les deux, vous devriez être capable de parler calmement, sans vous crier dessus. C’est pour cela que tu gardes ton calme lorsqu’il te demande des explications plus complètes. Tu lui dis que tu as sur le coeur, tu lui parles de ton impression qu’il se ferme comme une huître dès que tu essaies de lui parler et ce depuis des jours déjà. Tu n’as pas envie de vivre comme ça, vous avez déjà essayé. Un sourire étire tes lèvres lorsqu’il te dit être d’accord avec toi. Vous devez pouvoir communiquer, c’est important que vous parliez, mais il te donne la sensation que vous n’en êtes pas capable. Tu ne réponds pas, tu fronces simplement les sourcils en attendant qu’il continue, qu’à son tour il s’explique sur ce qu’il veut dire. Cameron s’avance sur son siège, pose les coudes sur son bureau et tu le regardes faire, sans rien dire, sans le presser. Finalement, il reprend la parole, te dit qu’il va être honnête et ça te rassure. Au moins vous n’allez pas tourner autour du pot pendant des heures. Mais ses explications t’étonnent, il te parle de ce magazine qui persécute les habitants de New York et tu n’arrives presque pas à le croire. Ce qui perturbe autant l’avocat en ce moment, c’est seulement un ramassi de ragots et de mensonges. « Tu sais qu’il ne faut pas lire ça. » Tu l’as vite compris en arrivant en ville, mais ce n’est pas pour ça que tu suis toi-même le conseil que tu viens de donner. Chaque mois tu parcours les pages du torchon Holly, à la recherche de ton nom. Tu veux simplement savoir ce que l’on dit sur toi, pour être certaine que rien de trop confidentiel ne sorte. Le reste, tu t’en fiches complètement. Le père de Liam reprend ses explications, donnant plus de sens à ce qui le tracasse réellement et plus il parle, plus tu comprends. Et plus tu t’énerve. Les mots de Cameron te blessent, ils blessent ta fierté, ton ego et il peut complètement le voir sur ton visage. Tu ne sais pas bien cacher tes émotions de toute façon, c’est sans doute l’une de tes plus grandes faiblesses. « Ravie de savoir ce que tu penses vraiment de moi, c’est glorieux. Cameron, depuis que je suis arrivée ici, est ce que tu m’as déjà entendu parlé d’un seul mec ? Romantiquement parlant, je veux dire. Est ce que je t’ai déjà dit que j’avais un rencard, est ce que je t’ai parlé d’un coup d’un soir que j’avais eu ou d’un gars avec qui je parlais sur une application de rencontre ? Non. Parce que je ne fais rien de tout ça. Depuis que je suis arrivée à New-York tu es le seul avec qui il s’est passé quelque chose. » Tu te retiens de te lever de ton siège pour te mettre à marcher dans le bureau. Tu ne voulais pas commencer de dispute Holly, et tu fais encore tout ton possible pour rester calme. Le ton de ta voix traduit un énervement, mais il est toujours relativement posé. « L’année dernière je t’ai montré la cicatrice que j’ai dans le dos. J’ai mis du temps avant d’être à l’aise avec l’idée que tu me touches, qu’on soit intime à nouveau. Et tu crois que je m’amuse à coucher avec plusieurs personnes ? » Il te connaît, tu pensais qu’au cours de l’année qui s’est écoulée, vous aviez appris à vous faire réellement confiance, à vous connaître sur un niveau différent. Mais il faut croire qu’il voit encore en toi la fille que tu étais lors de votre première rencontre. Oui, à Londres quand tu étais au début de la vingtaine, tu t’amusais. Tu ne pensais pas au lendemain, tu vivais ta vie à fond, le plus possible, sans juger les conséquences. C’est comme ça que vous vous étiez rencontré d’ailleurs. Tu prends une inspiration, faisant le possible pour rester calme. « Ces articles m’énervent autant que toi, Cam. La dernière fois j’étais une pauvre fille manipulée par trois hommes, qui voulaient tous m’avoir dans leur lit, et aujourd’hui je suis une croqueuse d’hommes qui les manipulent à mon bon plaisir. Ca n’a aucun sens, il n’y a aucune logique derrière tout ça et aucune vérité non plus. » Il devrait pourtant le savoir. Rien ne s’est passé entre vous. Certes, il y a eu ces baisers quelques mois plus tôt, le jour où tu lui as parlé d’Aiden, mais vous n’en avez jamais réellement parlé. « Ivar est un ami, rien de plus, il n’y a pas d’ambiguïté. Je t’ai dit que je ne faisais pas confiance à Aiden et ce n’est pas prêt de changer. Je ne peux pas complètement mettre derrière moi ce que j’avais avec lui, parce que je le connais depuis toujours, littéralement. Mais ça ne veut pas dire que quoi que ce soit va se passer, on ne construit rien sans confiance. Et, nous deux… je croyais qu’on était bien. » Maintenant il n’y a plus de colère dans ta voix Holly, peut-être un brin de tristesse. Tu ne veux pas faire marche arrière avec Cameron, pas alors que vous aviez une relation plus saine que jamais. « Il n’y a pas de carré, pas de triangle, et pas de manipulation. Je n’ai aucun plan machiavélique, je suis juste perdue. Et si j’avais quelqu’un - ce qui n’est pas le cas, encore une fois - je t’en parlerai. L’année dernière je t’ai demandé de m’en parler si tu avais une petite-amie que tu voulais présenter à Liam. Si la situation était inversée, je ferai la même chose, je te le promet. » La vérité est que ta vie est déjà suffisamment compliquée comme ça Holly. Depuis que ton ancien meilleur ami est revenu dans ta vie, il apparaît régulièrement dans tes pensées, dans tes angoisses, et ça ne t’aide vraiment pas à vouloir faire des rencontres. Mais même sans cela, tu n’es pas certaine que tu en aurais envie à vrai dire, tu es heureuse avec ce que tu as actuellement. « Est ce que c’est ça qui t’énervait ? L’idée que je puisse présenter quelqu’un à Liam, ou… » Une idée te trotte dans la tête à présent, ce n’est peut-être pas une bonne intuition et tu ne sais pas comment le formuler, mais tu as été trop loin maintenant. « Ou est ce que c’est l’idée que je puisse être avec quelqu’un d’autre que toi ? » Ta voix est incertaine, l’hésitation se lit également sur ton visage. Tu ne voulais juste pas utiliser le mot de jalousie, bien trop connoté.

EXORDIUM.


† Please have mercy on me, take it easy on my heart. Even though you don't mean to hurt me, you keep tearing me apart. Would you please have mercy, mercy on my heart ?
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron M. Stevens
général
J'ai posté : 355 messages et j'ai : 210 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : chrysalis (avatar) Miss Pie (signature)

Lun 1 Juil - 9:39
Cameron & Holly
Il ne faut pas lire le magazine de SOS, à moins de vouloir créer des problèmes où il n’y en a pas. Tu le sais parfaitement Cameron, mais il arrive parfois que les informations viennent à toi, sans que tu sois d’accord avec. Il y a presque toujours quelqu’un pour y faire mention, pour savoir si dans le lot d’énormités se cache une part de vérité. Souvent, cela vient de ta petite soeur, qui ne peut s’empêcher de lire les lignes du magazine. Il y a quelques mois, elle espérait que tu lui apprennes la remise au goût du jour du couple que tu as formé avec Holly. Tu aurais aimé lui confirmer cette nouvelle, or c’était qu’un énième mensonge de cette langue de vipère, bien qu’en y repensant, il n’y avait aucune allusion à ce sujet dans ledit magazine, mais passons. Tu es un homme de justice, qui travaille avec les preuves concrètes, celles qui reposent sur des faits, et non des dires. Tu es le mieux placé pour douter de la crédibilité du magazine, mais tu restes humain. Il arrive que parfois, à force d’entendre ou de lire quelque chose, on finit par se poser des questions, et remettre en cause notre propre jugement. C’est ce qu’il s’est passé. Par deux fois, les mêmes personnes ont été évoqué, dont ta propre personne. Par deux fois, les propos n’étaient pas élogieux. Tu te moques bien de ce qu’on pense de toi Cameron, c’est le cadet de tes soucis actuellement, mais ce que tu veux faire comprendre à la jeune femme, c’est que tu ne souhaites pas faire parti de cette mascarade. Elle est jeune, célibataire, libre. Elle peut faire ce qu’elle désire, mais dans ce cas, qu’elle soit claire dès maintenant, pour que tu sortes de cette spirale. Tu fais en sorte d’être courtois et clair avec elle, mais vite, tu vois son visage changer. Il n’y a plus l’ombre d’un sourire, mais quelque chose de plus sombre, mauvais. Ce n’est pas parce que tu ne me dis rien qu’il ne se passe rien. Cela reste étrange de parler de sa vie amoureuse avec son ex, bien que la relation reste amicale. Tu pourrais parfaitement en parler avec des copines. Elle fait en sorte de rester calme et posée dans le ton qu’elle emploie, tu comptes faire pareil. Tu n’es pas n’importe où ici, tu es sur ton lieu de travail, le dernier endroit où tu souhaites te donner en spectacle. Il n’est pas nécessaire d’hausser le ton pour se faire comprendre, les mots sont suffisants. En tout cas, si tu lui dis ceci, c’est car tu réagirais de cette façon, si relation amoureuse tu avais. Avant d’en parler avec Holly, tu te tournerais vers tes meilleurs amis, aussi bien Matthew et Alistair que Calliopé. L’Irlandaise serait au courant s’il se passait quelque chose de sérieux, mais ça ne te viendrait pas à l’esprit de lui compter tes coups d’un soir, si tu en avais. Elle évoque alors ce moment presque intime que vous avez eu, l’an dernier. Tu t’en souviens parfaitement, c’est ce soir là qu’elle t’a révélé plusieurs choses de son passé. Je ne crois rien Holly, mais si tu as réussi à en parler avec moi, ça pourrait être le cas avec un autre mec. Rien que ton ex, il doit être au courant, donc la discussion n’est pas nécessaire. Tu n’aimes pas forcément l’image renvoyée. C’est celle d’un mec jaloux, alors que c’est la dernière chose que tu souhaites. Au fond de toi, c’est peut-être le cas, mais entre l’assumer pleinement ou seulement le faire comprendre subtilement, il y a une grosse différence. Elle prend une inspiration, sûrement pour contenir son énervement, et tu fais de même. Tu détournes le regard brièvement, vers la pile de dossier qui augmente sur ton bureau. Tu serais tenté d’abréger cette conversation en utilisant cette excuse, mais tu vas t’abstenir. C’est inutile de jouer à l’autruche plus longtemps. Il faut parfois saisir le courage, et assumer. Tu l’écoutes d’une oreille, tout en retrouvant le fond de ta chaise. Il y a quelque chose de censé dans ses mots, qui te font prendre un peu de recul. D’une parution à l’autre, le discours a radicalement changé, ce qui aurait dû te mettre la puce à l’oreille. Tu ne dis rien pourtant, tu préfères la laisser poursuivre son explication. D’abord au sujet de Ivar, une personne qui l’a aidé, mais que tu n’as jamais rencontré. L’envie ne te manque pas, mais elle le prendrait sûrement mal, elle pourrait te reprocher de s'immiscer dans sa vie personnelle, sans lui faire confiance. Après la discussion que vous avez eu, autant ne pas aller sur ce chemin là. Pour Aiden, c’est différent. Tu ne lui fais clairement pas confiance, mais tu as fait la promesse à Holly de ne pas tenter de chercher ce mec, de rester loin de lui. C’est vraiment pas facile, mais jusqu’à aujourd’hui, tu as tenu cette promesse. Tu fais abstraction de lui, du fait que tu pourrais le croiser dans la rue sans le savoir, qu’il pourrait s’approcher de Liam. Cependant, difficile de ne pas y songer quand son nom revient chez SOS, à côté du tien. Quand tu l’entends aborder votre relation, tu ne peux faire autrement que la regarder à nouveau. Tu partages cette pensée, ou tu partageais. Tu n’es plus si sûr à ce propos. Au moins, tu es ravi d’apprendre que ce qu’elle t’a demandé est valable pour elle aussi. Mais là, il n’est pas question de relation sérieuse, mais plus légère, ce que tu te retiens de préciser. Holly s’est calmée, tu ne voudrais pas remettre de l’huile sur le feu, pour rien. Surtout que, la question qu’elle te pose a le même effet qu’une bombe qui éclate. Celle-là, franchement, tu ne l’avais pas vu venir, alors qu’elle s’approchait avec une énorme pancarte clignotante. Cela confirme que l’évidence est souvent la chose à laquelle on pense en dernier. Là, deux possibilités s’offrent à toi. Préserver ton égo, et nier en bloc cette pseudo supposition, ou alors faire tomber les barrières et avouer certaines choses. Après tout, qu’est-ce que tu as à perdre d’être honnête. C’est si surprenant de croire que l’idée que tu puisses être avec quelqu’un d’autre me soit insupportable ? Cela ne répond pas à sa question, tu en as conscience, mais c’est un prémisse pour ce qui va suivre. Tu n’es pas un mec super romantique Cameron, alors les déclarations d’amour, c’est pas trop ton truc. Tu peux facilement traiter un sujet de droit, mais en matière de sentiments, tu sèches complètement. C’est pas pour rien qu’à trente deux ans, tu es toujours célibataire, avec à peine deux ou trois relations sérieuses dans ta vie. Tu me plais Holly, je ne pense rien d’apprendre. Et c’est pas seulement car tu es la mère de mon fils. Tu n’es plus celle que j’ai connu à Londres, tu es différente, mais j’aime la femme que tu es devenue, j’aime ce mélange entre la folie que tu avais et le côté plus raisonnable et posée grâce à Liam. Tu peux aussi bien te lâcher qu’être sérieuse quand il le faut, comme si tu savais toujours comment réagir. Elle n’est pas parfaite, il lui arrive de s’énerver pour rien, et très souvent avec toi, mais c’était déjà le cas à l’époque, en Angleterre. Elle est passionnée, explosive, c’est sa personnalité, et tu l’acceptes. Tu ne serais pas resté avec elle à ce moment là si ça te dérangeait. L’attirance et peut-être un peu est revenu l’an dernier, à force de t’avoir avec moi, à  l’appartement, assez pour entrevoir des perspectives plus sérieuses, reprendre là où s’était arrêté… mais j’ai merdé. Je reconnais aujourd’hui que je me suis comporté comme un con quand tu m’as dit que tu voulais déménager, car pour une fois, au lieu de réagir posément, j’ai laissé l’impulsivité prendre le dessus. J’ai eu peur que tu disparaisses une nouvelle fois, en prenant Liam avec toi. Alors, même si ça t’a prouvé que je tenais à lui, ça a aussi grillé toutes mes chances avec toi. Tu es réaliste Cameron, tu sais les conséquences de tes actes. Tu as eu le temps de les découvrir, depuis l’an dernier. Il a fallu plusieurs mois pour réussir à se reparler à nouveau sans se détester, se déchirer, et rien que pour ça, je suis prêt à accepter les choses, comme elles sont là. Pour conserver la bonne entente actuelle. Mais tu ne peux pas me demander d’arrêter d’éprouver ce que je ressens pour toi. Tu veux entendre que je suis jaloux de ces autres gars ? Alors je l’admet, je suis jaloux. Finalement, c’était pas si compliqué à dire. Tu ne sais pas s’il va en ressortir quelque chose de bon, il y a un risque qu’elle se lève et s’en aille en claquant la porte, mais au moins, tu as été parfaitement honnête avec elle. Elle ne pourra pas te le reprocher ultérieurement.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






if you can dream it you can do it

(c)Miss Pie

Contenu sponsorisé
If we’re a team, we need to be on the same page [Cameron & Holly]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Midtown Manhattan :: Upper West Side
-
Sauter vers: