Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ If stress burned calories, I'd be a supermodel (Mattveï) 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

If stress burned calories, I'd be a supermodel (Mattveï)

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Isla B. MacKenzie
général
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 12 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sophie Turner et pour finir je crédite : littlewildling (avatar)

Mer 15 Mai - 0:10


If stress burned calories, I'd be a supermodel.    
Isla & Mattveï
Elle connaissait les morceaux qu’elle aurait à jouer sur le bout des doigts. Evidemment. C’était d’Isla dont on parlait, elle était trop perfectionniste pour ne pas venir préparée. Pour ne pas l’avoir joué et rejoué inlassablement, jusqu’à ce que chaque note sonne exactement comme elle le voulait. Parce qu’elle se connaissait Isla, la moindre erreur, la moindre fausse note, et elle rejouerait ce moment dans sa tête en boucle des jours durant, cherchant où, pourquoi et comment elle avait merdé. Toutes les préparations du monde ne l’empêchait pas d’être nerveuse, cependant. L’erreur, l’échec, elle avait du mal à l’encaisser, quel que soit le domaine. Peut-être à cause des correction sévères qu’elle avait reçu à l’internat, au moindre faux pas ? Son corps n’était pas le seul à en porter les traces. Alors elle se mettait la pression. Trop, sûrement, à tel point qu’elle en arrivait à vouloir prendre ses jambes à son cou.

La tenue qu’on voulait lui faire porter avait été la goutte de trop. Parce qu’évidemment, ça aurait été trop simple si elle et son violon avaient pu se cacher en coulisses, à l’abri des regards, où elle aurait été libre de porter ce qu’elle voulait. Mais non. Alors même si elle serait loin d’être le centre de l’attention, il était hors de question qu’elle fasse tache dans le décor. Elle passait certainement pour une diva, un peu trop pour une musicienne non professionnelle qui devrait sûrement juste s’estimer chanceuse de pouvoir jouer à un évènement pareil… Le véritable cliché de la gosse de riches trop habituée à avoir tout ce qu’elle voulait et qu’elle n’était pourtant pas. Mais elle avait ses raisons. De bonnes raisons, même si à la voir là, grande, élancée, ses longs cheveux blonds brillant sous les projecteurs que les régisseurs étaient en train de finir de régler pour le défilé à venir, on aurait pu croire à une mannequin qui s’était égarée hors des coulisses - si les mannequins du jour n’avaient pas été des hommes. Mais des complexes, elle en avait quelques uns.

Le styliste, ou son assistant, ou l’assistant de l’assistant (qu’est-ce qu’elle en savait, le milieu de la mode était loin d’être le sien) fini par s’éloigner, ayant autre à faire que de gérer ce qu’il prenait sûrement pour un caprice. Avec un soupire, Isla s’assit sur le rebord du podium, près de là où elle jouerait dans quelques heures. Son petit coin à elle, qui avait l’avantage d’être relativement hors du passage du reste de l’équipe. Au moins, ici, elle ne gênerait personne.

Comme si elle n’avait pas déjà assez de choses à l’esprit en ce moment. Elle n’aurait jamais dû dire oui. Mais elle avait voulu aider une amie dans le pétrin. Le musicien s’était désisté au dernier moment, et c’était sur ses épaules que la responsabilité de lui trouver un remplaçant était tombée. Parce qu’Isla, elle était douée, indéniablement. Elle jouait depuis toute petite, et avait toujours eu cette capacité à apprendre plutôt vite. Alors l’écossaise avait accepté, et elle commençait sérieusement à le regretter. Le stress qui lui nouait l’estomac ne l’aidait pas vraiment à prendre tout cela à la légère. Après s’être passé une main dans les cheveux pour dégager son visage, Isla ouvrit l’étui de son instrument et s’en saisi, vérifiant une énième fois que tout était prêt. Qu’aucune corde n’était sur le point de la lâcher. Que son archet était en parfait état. Ca lui donnait quelque chose à faire, autre chose que de penser à son stress.

(C) CANTARELLA. | ft. @Mattveï L. Reed



isla mackenzie
Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness.

Voir le profil de l'utilisateur
Mattveï L. Reed
newbie
J'ai posté : 467 messages et j'ai : 938 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sebastian Stan ♥ et pour finir je crédite : Avatar fait par mes soins ♥ Gif sur google

Dim 19 Mai - 16:26


If stress burned calories, i'd be a supermodel.

I trust the way I project my personality.
Ft. Isla B. Mackenzie
Tu te redresses vivement en un cris douloureux. Ton souffle pénible, ta peau couverte d'une fine pellicule de sueur. Tes cauchemars sont coriaces, n'est ce pas ? Tu soupires, un juron passant tes lèvres alors que tes globes dérivent lentement vers la table de nuit. 8h00. Ta nuit est finit, il est temps de ce lever. Las, tu finis par t'asseoir, glissant une main à ta chevelure. Une vague de frisson te parcours l'échine au contact frais du sol sous tes pieds. Enfin tu te lèves, traînant ta silhouette nu dans la pièce jusqu'à la fenêtre et ses stores. Un geste sec et la lumière vive des panneaux publicitaires et autres néons flashies vient à t'envelopper. 

Le ciel est gris, tout comme tes iris. Le temps à toujours eut ce petit effet sur toi. Tu restes là, observant un instant les immeubles qui se profilent à l'horizon, la mer... L'une de tes mains vient à doucement frotter ton menton mal rasé. Peut-être devrai tu t'en occuper, peut-être pas. C'est là le dernier de tes soucis Mattveï. Tu finis par te détourner, récupérant ton portable au passage. Tes pas finissent par te mener à la salle de bain, la lumière prenant place dans la pièce, sur toi. Tu fixes ton reflet sans un mot avant d'étouffer un bâillement, tes doigts venant à masser tes yeux un bref instant. C'est finalement la sonnerie de ton portable qui vient à te tirer de toute réflexion, de tout souvenirs et c'est tant mieux. Cela ne te réussis pas, ce n'est pas bon pour toi.

Ayant tourné les talons pour finalement t'éclipser de nouveau en direction de ta chambre. Téléphone en main, tu parcours l'écran d'un simple regard, silencieux. Tu as ton programme de l'après-midi.

« Parfait.. »

Étirant ton dos, tu jettes ton portable sur le lit pour finalement aller récupérer une tenue décontracté dans le dressing. Un jogging, un sweat-shirt à capuche, des sous-vêtements. Il était encore tôt, tu avais ainsi le temps d'aller courir puis déjeuner en ville par la suite. Un nouveau saut dans la salle d'eau pour une douche rapide et te voilà prêt à partir. Glissant ton téléphone et tes clefs dans l'une de tes poches, tu quittes ton appartement tout en portant tes AirsPods à tes oreilles. Il était hors de question pour toi que d'aller courir sans musique. Un sourire vient à étirer tes lèvres alors que les premières notes de Titanium ce firent entendre. Ce morceau avait le don de te mettre de bonne humeur.

Prenant quelques minutes pour t'échauffer, tu te mis en route, entamant ainsi ton parcours en de petites foulées rythmées. Déjà enfant tu adorais courir, bouger. Certes ce n'était pas les paysages nordiques et sentier sauvages de ton enfance qui se dressaient devant toi mais, tu te devais de garder la forme et surtout, cette habitude de courir dès le matin. C'est au bout de deux bonnes heures que tu finis par rentrer, toujours d'aussi bonne humeur bien que légèrement mouillé, la pluie c'étant enfin décidée à tomber. 

Le restant de ta matinée ce fit dans le plus grand des calmes. Douche, nouvelle tenue, petit déjeuner, piano, organisation du planning pour les prochains jours. C'était une routine, bien que de fausses notes pouvaient ce glisser dans celle-ci, comme aujourd'hui par exemple. Tu avais reçus un appel de ton manager, celui-ci quelque peu en stress te demandait de venir une heure plus tôt au défilé. Le musicien qui était prévu ayant dû ce désister au dernier moment, c'était une jeune femme qui le remplaçait. Bien entendu, cette idée ne te plaisait guère, pourtant ton manager ne te laissa point le temps d'exprimer ton mécontentement, l'appel était terminé. Pinçant les lèvres, tu lâcha un soupires. Cela ne servait à rien de t'emporter Mattveï, le défilé aurai lieu en bonne et due forme, il n'y avait pas de quoi s'alarmer.

Passant ton blouson de cuir sombre, tu quittas une fois de plus l'appartement, rejoignant cette fois le bâtiment où aurait lieu le défilé. Loin d'être stressé, tu en avais profité pour t'arrêter en route afin d'acheter de quoi boire et grignoter. Trente minutes plus tard tu étais arrivé. Esquivant à demi les premiers photographes, tu leur adresse un sourire poli tout en t'éloignant, disparaissant au détour d'un couloir. Ayant rejoint le podium, tu salut l'équipe présente sur les lieux, conservant un léger sourire aux lèvres. C'est là que tu viens à la remarquer. Son faciès ne te disant rien et au vu du violon qu'elle tenait entre les mains, tu en conclue donc assez rapidement qu'il s'agissait de la musicienne remplaçante. 

T'approchant calmement, tu fis un geste d'attente vers la coiffeuse/maquilleuse qui s'approchait de toi. Celle-ci levant les yeux au ciel en guise de réponse pour finalement tourner les talons et partir en direction de ta loge. Secouant doucement la tête, tu reportas ton attention sur la jeune femme. T'éclaircissant la voix, tu pris la parole :

« Bonjour.. Je présume que tu es notre sauveuse du jour ? »

Tu lui adresse un sourire rassurant, chaleureux. Peut-être même charmeur ? Dans tout les cas, c'est naturel chez toi. Il est rare que tu sois de mauvaise humeur Mattveï. Peut-être l'as tu été par le passé, mais pas en cet instant. Demeurant tout de même polie, tu ne peux t'empêcher de la tutoyer. 

« Je te remercie d'avoir acceptée de venir nous prêter mains fortes, surtout que le stress dois être à son summum pour toi.. »

Pinçant un bref instant les lèvres, tu retrouves ton sourire avant de lui tendre une main.

« J'en oublie les bonnes manières.. Mattveï Reed. »

Peut-être te connait elle, peut-être pas; Tu as déjà fais la couverture de pas mal de magazines, défilé pour certaine marque dont la dernière et actuelle, Yves Saint Laurent.

« À qui ai je l'honneur ? »



by Epilucial


Mattveï Thème ► Play me.
Voir le profil de l'utilisateur
Isla B. MacKenzie
général
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 12 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sophie Turner et pour finir je crédite : littlewildling (avatar)

Dim 26 Mai - 0:51


If stress burned calories, I'd be a supermodel.    
Isla & Mattveï
Bien souvent, Isla ne gardait sa musique que pour elle. C’était un moyen de s’évader. De quitter sa propre tête quelques temps. De s’enfuir, où elle le voulait, loin de son penthouse au sommet de New York, loin des études, loin des bagages parfois trop lourd pour ses frêles épaules. Son violon entre les doigt, ou bien assise devant son piano, elle ne pensait à rien d’autre qu’à ses notes alors que ses mains survolaient les touches, pinçaient les cordes pour faire naître une mélodie sur laquelle elle seule avait le contrôle. Ces moments n’appartenaient qu’à elle, mais ce soir elle devrait les partager. Elle ne serait pas le centre de l’attention, fort heureusement, mais les regards des autres seraient tout de même là, et elle devrait faire avec. Y penser la pétrifiait. C’était peut être un peu pour ça aussi qu’elle avait joué les divas, et fait un caprice pour cette fichue robe. Ses complexes étaient bien réels, profondément ancrés, et les cicatrices qui marquaient son corps bel et bien visibles. Mais ce stress, il lui nouait l’estomac à tel point qu’elle en avait sauté son dernier repas, capable d’avaler seulement quelque bouchées avant que son corps ne lui dise stop. A tel point que la simple idée de monter sur ce podium ce soir et de jouer, ce qui était devenu comme une seconde nature avec les années, lui soulève les tripes.

Evidemment, c’était auprès de son violon qu’elle essayait de retrouver un peu de sérénité. Seule, sur son bout de podium. Elle et son instrument. Jusqu’à ce qu’un intrus ne vienne faire éclater sa bulle. Isla dû presque se mordre la langue pour retenir la remarque acerbe qui s’apprêtait à lui échapper. Tout, de son allure à l’assurance qu’il dégageait, lui hurlait qu’il faisait partie des mannequins à défiler. Pas qu’elle le connaisse, vraiment, ce n’était pas un monde auquel elle s’intéressait. Le cliché du mannequin voulant qu’il - ou elle - n’ait pas grand chose dans le citron… Ca avait failli lui échapper. Isla n’était pas, en temps normal, quelqu’un de facile à approcher. Pas par méchanceté, c’était plutôt de la méfiance, et l’angoisse de sa performance à venir ne l’aidait en rien à se montrer aimable.

Comme si elle n’était pas assez stressée, il fallu qu’il en rajoute une couche en le mentionnant. Isla n’eut pas autant de succès lorsqu’il s’agit d’empêcher ses yeux de se lever vers le ciel. On t’a jamais dit que… dire à quelqu’un qu’il doit être stressé, c’est vraiment pas la meilleure des choses à faire fasse à quelqu’un qui, clairement, l’est déjà bien assez ? demanda-t-elle, son ton froid rythmé par son accent écossais, qu’elle n’avait jamais vraiment perdu. Fidèle à ses mauvaises habitudes, à savoir repousser les gens plutôt que de se laisser approcher avec un sourire sur le visage, Isla ne se montra pas plus aimable face aux présentations. Mattveï Reed. Elle n’avait jamais entendu parler de lui. Elle pourrait, clairement, elle qui évoluait dans la haute société était habituée au luxe, et elle aurait tout à fait pu avoir un goût pour ce genre de défilés. Mais ce n’était pas le cas. Quelqu’un qui n’est pas impressionné par un joli minois. Alors si t’allais te regarder le miroir ou je ne sais quoi ? J’aimerais bien pouvoir répéter. C’était hypocrite de faire passer son job pour celui d’une plante verte. Pose toi dans un coin et sois joli. Elle le savait, vraiment, d’autant qu’elle en serait bien incapable, elle. Défiler, dans des tenues parfois bien trop extravagantes, ou qui en dévoilaient un peu trop. S’offrir au jugement de toute une assistance, qui ne se fit qu’à votre physique, l’aisance que vous avez à mettre un pied devant l’autre avec assurance. Pourtant pas vraiment maladroite, elle trouverait sûrement le moyen de faire un nœud avec ses pieds, et s’étaler de tout son long avant de finir au pied du podium, le tout sous les crépitements des photographes. Ca demandait un certain type courage qu’elle ne possédait pas. Mais Isla restait Isla, et pour qu’elle se laisse approcher par qui que ce soit, il fallait souvent plus qu’un joli sourire et quelques mots polis. C’était un moyen de défense, plus qu’une forme d’attaque. Et c’était plus fort qu’elle. Alors comme pour appuyer son propos, elle saisit son archet et s’empara de l’instrument, appuyant bien le fait qu’elle n’était pas là pour discuter.

(C) CANTARELLA. | ft. @Mattveï L. Reed



isla mackenzie
Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness.

Voir le profil de l'utilisateur
Mattveï L. Reed
newbie
J'ai posté : 467 messages et j'ai : 938 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sebastian Stan ♥ et pour finir je crédite : Avatar fait par mes soins ♥ Gif sur google

Dim 26 Mai - 20:33


If stress burned calories, i'd be a supermodel.

I trust the way I project my personality.
L'étrange impression qui avait commencée à se faire ressentir lors de ton approche ce faisait à présent plus précise, plus forte. Tu venais d'entrer dans son espace personnel et cela ne semblait guère lui plaire. En voulant te montrer bienveillant et accueillant, tu avais mis les deux pieds dans le plat Mattveï. Bravo. Elle qui te semblait encline à la conversation, se trouvait être fermée voir agacée. Refrénant une remarque dans un coin de ton esprit, tu l'as laisses répondre, écoutant simplement.

Notant le ton froid de sa voix ainsi que son accent, tu hocha doucement à ses premiers mots. Soulevé le fait qu'elle puisse stresser n'avait pas été la meilleur des idées, en effet, comme quoi tu ne réfléchissais pas assez des fois. Pinçant un bref instant les lèvres, tu t'empressas d'ajouter :

« J'ai manqué de tact en effet, aussi, je te présente mes excuses.. Quant à se soir, il n'y a aucune raison pour que cette représentation ce passe mal, tu vas assurer, j'en suis sûr. »

Un léger sourire vient à étirer tes lèvres. Tu te veux réconfortant, rassurant autant que possible. Il n'y aucune mauvaise pensées qui te parcours l'esprit en cet instant, d'autant plus que le stresse est une chose que tu connais. Vieil ami d'un autre temps, celui-ci te collait à la peau lors de tes débuts sur scène et encore maintenant, il t'arrive parfois de le sentir non loin de toi. Certes tu as grandis, mûri et atteins un certain niveau, mais tu n'as pu te débarrasser complètement de lui. Est ce que cela est seulement possible...

Haussant un sourcil, tu papillonnes un bref instant des paupières sous le coup de la surprise. Le ton froid, d'accord, tu pouvais comprendre. Mais pourquoi une réponse aussi acerbe ? Tu finis par glisser en douceur dans ta chevelure, la main précédemment tendu à son attention. Tu étais de trop en cet instant, c'était évident. 

Marquant un bref silence, tu retrouvas sans mal le sourire, ne te laissant atteindre davantage par ce que tu venais d'entendre. C'était là un coup de stress, du moins tu mis sa réaction sur ce compte. La jeune femme était sur la défensive et toi, comme d'accoutumé tu étais beaucoup trop enjoué. Elle dans cet endroit inconnu, seule et entourée de personnes étrangères; qui plus est à quelques heures d'une représentation pour laquelle on l'avait sûrement convoquée à la dernière minute.. Autant dire qu'elle avait le droit d'être tendu et désagréable. Et toi, beaucoup trop à l'aise, souriant et enjoué. Peut-être aurait tu réagis de la même manière, quoique..

Étouffant un petit soupire, tu glisses les mains dans tes poches de jeans. Résolu à renouer la conversation, mais plus tard, après le défilé. Tu espères en silence que la demoiselle se sera calmée et qui sait, peut-être même viendra t-elle s'excuser ? Mordant l'intérieur de ta joue durant ce laps de réflexion, tu finis par lâcher, toujours aussi poliment :

« Je ne vais pas te déranger plus longtemps.. Si jamais tu as besoin de quoique ce soit, mon manager est là pour t'aider. Il s'appel Owen. Sinon, la porte de ma loge reste ouverte. »

Lui adressant un dernier sourire, tu finis par tourner les talons, rejoignant ainsi tes quartiers. Quelque chose te tracasse quand même Mattveï et cela finit par se voir sur ton faciès. Tu remontes le fil de ta journée et de cette "conversation", ne trouvant guère plus de réponses et hypothèses que celle émises il y a peut. Lâchant un soupire en franchissant la porte de ta loge, tu te fais accueillir par Béatrice, ta coiffeuse et maquilleuse. Tu n'as d'ailleurs guère le temps d'ouvrir la bouche que celle-ci se lance dans les explications quant au défilé qui va suivre dans la soirée. Toute excitée, elle te montre les tenues une à une, ne se privant guère pour ajouter un petit commentaire à chaque fois. Tu écoutes d'une oreille distraite avant qu'Owen ne vienne couper l'interminable tirade de Béa'.

L'échange sera cours, tu apprends que vous serez vingt-cinq à défiler et ce pour la marque de haute couture, Yves Saint Laurent. Tu souris avec amusement à ce détail, ayant depuis un moment deviné le type de représentation pour laquelle tu allais participer. Tout en l'écoutant, tu détail à ton tour les tenues, tes tenues.. Des costards, des jeans et sweat-shirt, des manteaux.. Le genre de vêtements que tu étais habitués à porter dans le quotidien, bien que ceux-ci n'appartenaient pas toujours à la dite marque pour laquelle tu travaillais. Mais c'était un détail.

Tout en quittant la pièce, il te glissa au dernier moment qu'une petite répétition aurai lieu d'ici une vingtaine de minutes. Acquiesçant, tu pinça par la suite les lèvres, pensif quant à la jeune femme. Lâchant un juron en norvégien, tu t'empresses de rattraper Owen :

« Elle est relativement stressée.. Essai de la ménager avec douceur, d'accord ? Ou tu risques de te prendre un joli quolibet. »

Légèrement surpris, il hoche tout en esquissant un léger sourire avant de s'éloigner pour vérifier que tout soit prêt pour la répétition.



by Epilucial


Mattveï Thème ► Play me.
Voir le profil de l'utilisateur
Isla B. MacKenzie
général
J'ai posté : 70 messages et j'ai : 12 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sophie Turner et pour finir je crédite : littlewildling (avatar)

Mar 11 Juin - 18:55


If stress burned calories, I'd be a supermodel.    
Isla & Mattveï
Une part d’Isla regretta d’avoir envoyé paître le mannequin presque à l’instant où les mots avaient quitté ses lèvres. Mais ce qui est fait est fait. Elle aurait pu s’excuser, admettre son angoisse et dire que c’était bel et bien elle qui la rendait pire que d’habitude. Mais non. Elle ne le fit même pas lorsqu’il s’excusa de son manque de tact et lui assura que tout se passerait bien. Têtue. Fière. L’expression du visage de l’écossaise ne s’adoucit pas même un brin. C’est en lui offrant de demander à son manager, ou de venir le voir à sa loge si elle avait besoin de quoi que ce soit que Mattveï s’éloigna, sous le regard d’Isla qui, armée de son violon, n’avait plus qu’une chose à faire. Répéter. Elle s’était servie de cette excuse pour faire fuir le mannequin, maintenant, elle devait s’y tenir, au risque de passer encore un peu plus pour une garce, en plus d’une diva et d’une feignante qui ne venait que pour regarder ce qu’il se passait, plutôt que de faire ce qu’elle avait à faire.

Plantée sur son coin de podium, elle cala donc l’instrument dans son cou, pris le temps de respirer pour calmer cette angoisse qui avait tendance à faire trembler ses mains… Et se mis à jouer.  Enfin, à jouer… Aucun son ne s’élevait de l’instrument, la répétition s’étant pas officiellement lancée. Mais les yeux fermés, elle répétait des gestes mille fois accomplis, ces morceaux rapidement gravés dans sa mémoire. Elle avait bien sa partition. Mais elle préférait connaître ce qu’elle jouerait, que ça devienne naturel au point que la moindre difficulté technique ne devienne qu’une formalité. Ses paupières closes, il était plus aisé de prétendre qu’elle était seule. Qu’elle était au sommet de son building, New York s’étendant à perte de vue, plutôt qu’à quelques heures de devoir jouer devant une audience. Si tout se passait bien, elle passerait certainement inaperçue. Les gens étaient là pour voir les mannequins, et ce qu’ils portaient. Pas la musicienne. Mais si quelque chose allait de travers, là…

La répétition générale fut finalement lancée et Isla, un peu perdue au début quand au déroulement du show, pu comprendre un peu mieux comment tout ça se passerait. Quelle serait sa place, à quels moments elle devrait jouer, ou marquer une pause. Combler une légère pause pour ne pas que la foule ne s’en rende compte. La seule chose qui changerait le soir même, ce serait cette fichue robe qui lui posait tant de problèmes. Mais dans l’ensemble, tout se passa pour le mieux et au terme de cette répétition, elle se sentait un peu plus détendue. Ca ne serait sûrement plus vraiment le cas une fois la foule de spectateurs installés, mais elle avait joué ses morceaux sans fausse note, ce qui lui enlevait un poids. Tout le monde retournant vaquer à ses occupations, réglages de dernières minute et autres retouches, Isla rangea son instrument et, sur un coup de tête, se dirigea vers les loges. Plus détendue - pour combien de temps ? - elle avait eu le temps de redescendre en pression et de réaliser que son comportement n’avait vraiment pas été correct, peu importe ses circonstances atténuantes. Après avoir demandé à l’une des maquilleuses où elle pouvait trouver la loge de Mattveï, elle s’y dirigea donc, toquant doucement à la porte avant d’y entrer quand une voix l’y invita. Hey… Je t’embêterais pas longtemps je… Je voulais juste m’excuser pour tout à l’heure. Le stress a tendance à me transformer en une plus grosse garce que je ne le suis habituellement… Isla n’était jamais très facile à aborder. Mais elle n’était pas toujours aussi fermée, et le mannequin n’avait pas mérité de se faire ainsi envoyer sur les roses, surtout pas alors qu’il s’était montré d’une politesse exemplaire.

(C) CANTARELLA. | ft. @Mattveï L. Reed



isla mackenzie
Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness.

Voir le profil de l'utilisateur
Mattveï L. Reed
newbie
J'ai posté : 467 messages et j'ai : 938 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Sebastian Stan ♥ et pour finir je crédite : Avatar fait par mes soins ♥ Gif sur google

Mer 19 Juin - 21:08


If stress burned calories, i'd be a supermodel.

I trust the way I project my personality.
Installé sur l'un des canapé ornant ta loge, tu demeures pensif quant aux réactions qu'avait eut la jeune femme à ton égards. Tu rejoues en boucle votre rencontre dans un coin de ton esprit, ne comprenant point d'ou pouvait venir le soucis, si tant est qu'il y en ai un. Étouffant un soupire, tu glisses un regard vers Béa' qui préparait le nécessaire de coiffure et maquillage. Tu te souviens de ces débuts Mattveï ? Lorsqu'elle n'osait te parler ou t'approcher, que tu l'a tétanisais d'un simple sourire ? Les choses ont bien changé depuis, vous avez appris à vous connaître, vous faire confiance. Elle était excellente dans sont domaine et tu ne manquais pas de le lui rappeler. Sentant ton regard quelque peut insistant, la jeune femme finit par relever les yeux, t'adressant un sourire. Tu avais de la chance de l'avoir, Ô que oui.

Owen fit à nouveau irruption, coupant le fil de tes pensées et ce afin de t'annoncer que la répétition débutait. Hochant simplement, tu quittais le confort et calme de ta loge pour rejoindre l'arrière du podium, là ou se tenait les autres mannequins. Prenant place dans la file, tu écoutais les directives d'une oreille distraite, ton attention étant à dire vrai préoccupé par la violoniste. Était elle toujours fâchée ? Pinçant un bref instant les lèvres, tu entendis la musique s'élever suite au signal qui démarrait ainsi la répétition. Après avoir attendu qu'une certaine distance ce fasse avec ton collègue de devant, tu t'engagea sur le podium. Comme d'accoutumé, la démarche sûr, le sourire absent de ton visage. Le publique de se soir ne serai pas là pour ta belle gueule, mais uniquement pour les tenues que tu allait porter et rien d'autre.

Le petit tour de chauffe terminé, tu avais à nouveau rejoins ta loge mais cette fois-ci pour te préparer. La première tenue était simple en soit et malgré tout, celle-ci t'allait à merveille. Un slim blanc en lin, un pull à manche longue blanc écru, une paire de baskets blanche et un sac de plage blanc à rayure bleu. Béatrice termina quant à elle de travailler ton apparence, soignant ta chevelure tout en lui laissant un petit côté sauvage. Tu lui adressas un sourire ainsi qu'un remerciement lorsque l'ont frappa à la porte :

« Entré ! »

Pivotant sur ton siège, tu fût légèrement surpris de découvrir la violoniste à l'entrée de ta loge, pourtant, cela ne t'empêcha point de sourire. Te levant, tu écoutais ses excuses tout en approchant :

« Ce n'est rien va, ne t'en fais pas. C'est déjà oublié. »

À présent auprès d'elle, tu souffles un petit rire à ces dernières paroles. Secouant doucement la tête :

« On réagis tous différemment sous le stress, mais ce n'est pas une raison pour te qualifier de garce. »

Lui adressant un nouveau sourire, tu l'invites à entrer et s'installer sur l'un des canapés, si l'envie lui dit tout du moins. Te détournant, tu vas récupérer une bouteille d'eau dans le petit réfrigérateur qui trônait dans un coin de la pièce, ainsi que deux verres. Tu ne lui avais certes pas demander si elle avait soif ou non, mais ton éducation faisait que tu devais agir ainsi et puis merde, cela ne lui ferai pas de mal, si ? Remplissant les verres, tu repris tranquillement, bien que le ton se faisait à présent taquin :

« Vu que nous avons quelques minutes devant nous.. Puis je enfin connaître ton nom ? »

Verres en mains, tu lui fais à nouveau face. Ton sourire n'ayant à aucun moment quitté tes lèvres, il est toujours aussi sincère et doux. Lui tendant sa boisson, tu ajoutes avec humour :

« Ou le stress te l'a fait oublier ? »

Tes paroles n'étaient en rien blessantes, ton attitude non plus. Tu cherchais seulement à la détendre, la mettre en confiance. Tu as toujours été sociable, pourquoi cela changerai t-il maintenant ?


[HRP]Tenue[/HRP]:
 


by Epilucial


Mattveï Thème ► Play me.
Contenu sponsorisé
If stress burned calories, I'd be a supermodel (Mattveï)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
-
Sauter vers: