Flashnews
C'est l'été !! Regardez une dernière fois votre Yearbook 2019 et venez chanter danser profiter tout l'été dans un festival de folie ! Et n'oubliez pas votre nouveau MAG SOS ♥️

Fiches de liens

Saoirse, Mercy, Riley et Lily ont besoin de vous alors n'hésitez pas à aller leur proposer des liens !
Samuel, Isaac, Thomas et Gabriel veulent des amis alors allez jeter un coup d'oeil à leurs recherches ♥️




 
Newsletter numéro 44
Venez découvrir toutes les nouveautés du forum dans ce sujet et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire love2
Un vote toutes les deux heures, ICI & ICI & ICI & ICI !
Une fois que c'est fait, venez poster dans ce sujet pour gagner 15$ You are under arrest. You have the right to remain silent. - Cameron 1529876038
GMA recrute un animateur !
Si vous êtes intéressé, rendez-vous dans ce sujet love2
Scent of Scandals #35
SOS fait peau neuve ! Allez voir le nouveau Mag !
Intrigues de l'été
La nouvelle intrigue vous attend par icilove2

Partagez

You are under arrest. You have the right to remain silent. - Cameron

GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
Voir le profil de l'utilisateur
Carter L. Vaughn
général
J'ai posté : 1697 messages et j'ai : 374 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et pour finir je crédite : Avatar par tennessee & Signature par Magma.

Lun 20 Mai - 12:21
You are under arrest. You have the right to remain silent.
Avec @Cameron M. Stevens
Garder le silence, ça se voit qu’ils ne la connaissent vraiment pas. Enfin en l’occurence, elle n’a rien à dire, elle n’a rien fait de mal. Voilà ce qu’elle se dit, ce qu’elle se répète inlassablement. Alors ils ont beau essayer d’obtenir des mots de sa part, elle ne dira vraiment rien. Un avocat ? Le dernier de ses problèmes, elle n’en veut pas parce qu’elle sait que d’ici peu de temps, ils réaliseront leur erreur et la laisseront ressortir. Elle a confiance, un peu trop probablement mais ce n’est pas à vingt-cinq ans qu’on va la changer et puis à quoi bon. Carter, on la prend comme elle est, avec ses bons et ses mauvais côtés bien que le plus souvent ce soit les mauvais côtés qui ressortent le plus. Elle soupire,  un peu trop fort sans doutes, s’attirant un regard noir de l’agent à l’extérieur de la cellule. Et pour toute réponse, il obtient ce genre de sourire qui veut clairement dire qu’il peut aller se faire voir avant qu’elle ne s’excuse. On lui a proposé de téléphoner mais elle a refusé. Le seul qu’elle pourrait et devrait appeler, c’est Zephyr et elle voit d’ici son regard, elle voit d’ici ce qu’il lui dirait s’il savait ce qui l’a poussé à se retrouver dans cette cellule. Au départ, c’était rien, au départ, elle venait juste signalé le vol de son téléphone et de son portefeuille. C’était pas grand chose non mais avec Carter, les choses dérapent souvent et pas toujours au mieux. Elle avait tout à gagner au départ, rien à perdre mais ça c’était avant qu’elle se fasse prendre. Oui, fouillé dans les ordinateurs de la police n’est définitivement pas une bonne idée, essayer de s’en sortir en faisant du charme à un agent c’est encore pire et voilà comment on en arrive à la situation actuelle. Elle cherchait à effacer ce casier qui lui colle à la peau et le résultat est telle qu’elle aura encore plus à défendre à la suite. Pour eux, c’est grave mais elle, elle est trop dans son monde, dans son univers qu’elle ne réalise pas qu’elle pourrait vraiment avoir de gros problèmes si elle se réveille pas rapidement. De là où elle est, on entend une grille qui s’ouvre et déjà, elle est debout, les doigts qui resserrent les barreaux et son sourire qui ne la quitte pas sur les lèvres. La liberté l’appelle, elle l’attend. Elle voit un autre agent entrer, aller murmurer quelques mots à l’oreille du premier, celui qui la surveille depuis le début et c’est celui-ci qui la regarde, qui se lève à son tour sans jamais se détourner. Votre avocat est là. Mais elle n’a jamais demandé d’avocat, elle n’en voulait pas et il faut croire que quand elle a dit non à l’idée d’en avoir un commis d’office, elle était pas assez claire. Vous pouvez lui dire de repartir, je n’en veux pas. Têtue ou capricieuse, on ne saurait s’entendre sur ce qui la qualifie le mieux. Chiante, c’est un détail qui ne peut échapper à personne en revanche. Elle est déçue oui alors elle retourne s’asseoir en tailleur sur le banc, les yeux clos et la tête qu’elle pose contre le mur. Elle attend, elle entend de nouveau l’ouverture mais ne regarde pas, ça sert à rien. Je le redis, encore, je ne veux pas d’avocat. Elle est claire, c’est son dernier mot et elle sait que rien ni personne ne la fera changer d’avis. Elle espère tout du moins.


We can't get enough
→ We all have to see what we've become. Waiting on chances so far gone. Hoping our answers light the dark. Praying someday soon we'll understand. As we search for the promised land.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron M. Stevens
général
J'ai posté : 371 messages et j'ai : 245 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : chrysalis (avatar) Miss Pie (signature)

Mar 21 Mai - 13:52
Cameron & Carter
Être désigné comme avocat commis d’office est une possibilité chez un avocat. Cela n’arrive pas souvent, mais il ne faut pas être étonné quand un commissariat passe un coup de fil, et réclame vos services pour une personne lambda, sans trop laisser le choix. Tu as déjà quelques années d’expérience à ton compteur Cameron, mais ce n’est pas pour autant que tu as l’habitude de cette exercice. Peut-être une dizaine de fois, à tout casser. On a plus l’occasion de te voir dans un bureau, ou dans un tribunal qu’à l’arrière d’un commissariat, où se trouvent les cellules. C’est pourtant là où tu te trouves, en ce début de semaine. C’était calme aux cabinets de la SJM, jusqu’à ce que le téléphone retentisse. Parmis les nombreux avocats de la ville, tu as été désigné. Chance de chance ou cadeau empoisonné, tu ne saurais encore le dire, car tu n’as aucune idée de ce qui t’attends, ni même de l’identité de ton client du jour. En l'occurrence, c’est une femme. Une jeune femme. Et le police que tu suis dans les couloirs t’a déjà prévenu, elle a la langue bien pendu, et elle n’est pas très coopérative. Génial, c’est ce qu’il te faut pour bien commencer la semaine, un rendez-vous compliqué. Il ne faut pas croire, ce cas ne te fait en aucunement peur. Tu as eu affaire à bien pire qu’une petite délinquante qui se croit supérieure aux autres. Comparé à certains cas, celui-ci risque d’être du gâteau.

Après avoir marché dans des couloirs interminables, tu arrives enfin au bon endroit. De là où tu te trouves, tu peux déjà entendre ta cliente dire qu’elle ne souhaite pas d’avocat. Cela promet, et ça pourrait même te faire sourire si tu n’étais pas aussi professionnel. Qu’importe, qu’elle veuille ou non quelqu’un, elle va devoir te supporter un minimum, le temps que tu la fasses changer d’avis. Si c’est un échec, et bien elle se débrouillera seule, sera son propre avocat si l’affaire arrive devant les tribunaux. C’est suicidaire, dans bien des cas, mais ça arrive. Il y a des gens trop têtus pour admettre qu’ils avaient besoin d’aide. La porte s’ouvre, tu la passes. Tu remercies l’un des officiers, puis détournes le regard vers la cellule. C’est là que tu crois voir un mirage. La jeune femme a peut-être les yeux clos, mais tu pourrais la reconnaître les yeux fermés. Dire que ce n’est pas un choc de la voir, que ce soit ici ou ailleurs, ce serait mentir, mais comme tu es ici comme avocat, tu vas garder tes impressions pour plus tard, quand vous serez à l’extérieur. Mademoiselle Vaughn. dis-tu simplement, pour t’annoncer, et espérer qu’elle ouvre les yeux. C’est seulement quand c’est fait que tu enchaines sur une seconde phrase. Si on m’avait dit que nos retrouvailles se feraient avec des barreaux entre nous, je n’aurais pas cru cette personne. Non. La croiser dans la rue, ou à l’autre bout du monde, à l’instar de l’an dernier, lors du Spring Break de 2018, pourquoi pas. Mais jamais tu n’aurais penser retrouver Carter dans une cellule, et devoir jouer les avocats pour elle. Vous ne voulez toujours pas d’avocat, ou vous acceptez de venir discuter dans une pièce à côté ? Car là, ce n’est pas l’endroit idéal. Elle n’est pas seule dans cette cellule, qui sert plus d'entre eux qu’autre chose. Tu espères sincèrement qu’elle va accepter, et que tu auras l’occasion d’avoir une explication, sur le pourquoi de sa présence ici.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






if you can dream it you can do it

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Carter L. Vaughn
général
J'ai posté : 1697 messages et j'ai : 374 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et pour finir je crédite : Avatar par tennessee & Signature par Magma.

Sam 8 Juin - 16:18
You are under arrest. You have the right to remain silent.
Avec @Cameron M. Stevens
Elle est formelle dans ses propos, elle n’a pas besoin d’avocat. Et pourtant, ils en ont appelé un, un avocat commis d’office, qu’elle ne connaît pas. Elle aura bien vite fait de le faire déguerpir d’ici, elle espère sincèrement que ça ne prendra pas trop de temps. Quand elle entend la porte, une nouvelle fois, sa voix retentit pour leur faire comprendre qu’ils font fausse route avec elle et qu’elle n’est pas prête à se laisser faire aussi facilement. “Mademoiselle Vaughn.” S’il connaît déjà son nom, ce n’est pas si bon qu’elle ne le laissait présager. Et puis cette voix, elle la connaît, elle ne saurait la restituer à l’instant même mais elle sait qu’elle l’a déjà entendu. Doucement, elle remet sa tête droite et ouvre avec lenteur les yeux. Cameron. Il était bien la dernière personne qu’elle pensait voir aujourd’hui, maintenant, pour la défendre. C’est vrai qu’ils n’ont jamais été habitué à faire les choses comme tout le monde mais quand même, il y a des limites. “Si on m’avait dit que nos retrouvailles se feraient avec des barreaux entre nous, je n’aurais pas cru cette personne.” Un rire léger s’échappe de la gorge de la jeune femme, au moins ils sont d’accord et sont sur la même longueur d’onde. Elle ne dit pas grand chose, têtue jusqu’au bout qu’elle est mais elle le regarde oui, elle l’observe avec un sourire pour voir s’il a compris qu’il n’était pas vraiment le bienvenue ici, pas pour la défendre en tout cas. “Vous ne voulez toujours pas d’avocat, ou vous acceptez de venir discuter dans une pièce à côté ?” Jusque là, elle n’a pas été réellement coopérative, pour ne pas dire pas du tout et elle est tentée de continuer sur cette voie, de ne pas se laisser faire et de simplement réitérer ses propos précédemment prononcé : elle ne veut pas d’avocat, c’est simple et facile à comprendre. Mais pour une fois, elle abdique, elle sourit à l’agent de police aux côtés de Cameron qui semble surpris de la voir se lever et se diriger vers les barreaux. Elle ne sait pas trop ce qu’il va se passer, mais elle devine facilement et passe ses mains au travers des barreaux pour se retrouver menottée. Fausse grimace, un pas en arrière, la grille s’ouvre et elle s’avance, passe même devant pour quitter cette pièce et en rejoindre une autre où ils seront un peu plus tranquille. Là-bas, elle fait un peu comme chez elle à s’affaler l’air de rien sur une chaise, ses mains liées posées sur la table et son regard qui oscille entre Cameron et la porte derrière lui. “Y’a pas conflit d’intérêt à ce que ça soit toi.. enfin, vous qui me défendiez Maître Stevens ?” Le pire, c’est qu’elle est tout ce qu’il y a de plus sérieuse quand elle pose cette question, elle cherche réellement à savoir, à comprendre comment ça va se passer. “Alors ? Qu’est-ce qu’on vous a raconté ? Que je suis une vilaine délinquante ?” Ca l fait rire oui mais c’est peut-être pas le comportement parfait à avoir. Elle s’en fiche un peu à vrai dire, elle soupire aussi. Elle, tout ce qu’elle veut, c’est rentrer chez elle, c’est oublier aussi.



We can't get enough
→ We all have to see what we've become. Waiting on chances so far gone. Hoping our answers light the dark. Praying someday soon we'll understand. As we search for the promised land.
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron M. Stevens
général
J'ai posté : 371 messages et j'ai : 245 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Julian Morris et pour finir je crédite : chrysalis (avatar) Miss Pie (signature)

Mar 11 Juin - 20:50
Cameron & Carter
En toute honnêteté, tu n’aimes pas être un avocat commis d’office. Les cas comme ça ne sont pas les plus intéressants. Très souvent, la personne ne désire en aucun cas être défendue, ou alors elle ne connaît personne dans le milieu, et les agents de police trouvent le premier nom dans la liste des avocats disponibles. Clairement, il n’y a rien de gratifiant dans ce système. Oui, on peut dire que c’est une question d’égo, qui te pousse à détester cette façon de faire. Mais comme il faut bien y passer, une fois de temps en temps, tu n’as pas pu refuser le cas du jour. Un cas qui t’échappe complètement. Tu ne sais rien à propos de ton client ( ou ta cliente ) avant d’avoir passé les premières portes. C’est seulement lorsque tu t’arrêtes devant la bonne cellule que le voile se lève, et que le mystère s’éclaircit. La jeune femme que tu dois défendre n’est autre que Carter Vaught. Elle n’est pas une inconnue à tes yeux. Elle et toi partagez un passif commun, même si cela remonte à une certaine période, tout de même. Proches pendant un temps, vos chemins ont pris des directions opposées par la suite. C’est la vie, diras-tu. Rien n’est fixé. Peut-être que cette coïncidence est envoyé par le destin, un message pour vous communiquer le fait que vous allez être de nouveau en contact, plus régulièrement. À voir. Pour l’heure, tu n’es pas ici pour faire la causette, mais pour faire ton travail. Même si tu pourrais avoir envie de poser mille et une questions à Carter, tu restes professionnel. Tu as bien saisi que ta présence l’embête. Elle ne veut personne pour la défendre. Mais peut-être que le fait que ce soit toi va la faire changer d’avis. Tu n’as pas la prétention de dire que tu es assez important pour ça, mais un visage familier est plus rassurant qu’un vulgaire inconnu. Au pire, si vraiment elle ne change pas d’avis, tu pourras au moins la conseiller, dans la limite du possible. À ton grand étonnement, tu la vois adresser un sourire à l’agent présent à côté de toi. Sincérité ou non, la rousse se lève finalement pour s’avancer vers les barreaux. Docilement, elle passe ses mains à travers ceux-ci, pour qu’on lui repasse une paire de menottes. Tu n’as jamais saisi l’intérêt d’une telle procédure, sachant qu’il y a plusieurs portes fermées à passer, avant de pouvoir revoir la lumière du jour, mais passons. Ce n’est pas aujourd’hui que cette habitude changera. Cet objet en plus, gage d’une sécurité pour les officiers, elle peut enfin sortir de la cage de fer, pour aller dans une autre pièce, adjacente à là où elle était. Tu la laisses passer en premier, et s’installer sur l’une des chaises disponibles. Tu remercies la personne en charge, avant d’entrer à ton tour dans la pièce. Tu prends place face à la jeune femme, alors qu’elle te demande si tout ceci ne va pas produire un conflit d’intérêt. Cette remarque te fait doucement sourire, autant que son hésitation à te tutoyer. Vous n’êtes pas de ma famille, et nous n’avons aucun lien relationnel, donc je ne pense pas qu’il y aura un conflit d’intérêt. Si elle avait été ta soeur, ou bien une ex petite amie, peut-être que le doute aurait été de rigueur, mais ce n’est pas le cas. Votre relation n’a jamais été aussi loin que du flirt. Jamais de plaisir charnel. Tu es donc dans ton droit de la défendre, si elle désire t’avoir à ses côtés. Je ne suis au courant de rien. Je ne savais même pas que c’était vous. J’ai juste peut-être eu vent de votre mauvais caractère. Tu souris à cette remarque. Tu as toujours été franc avec Carter, ce n’est pas aujourd’hui que ça va changer. Bon, plus sérieusement. Qu’est-ce qu’il se passe Carter ? Pourquoi tu es ici ? Tu aurais pu poser la question avant d’arriver, mais tu préfères avoir sa version des faits.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr






if you can dream it you can do it

(c)Miss Pie

Voir le profil de l'utilisateur
Carter L. Vaughn
général
J'ai posté : 1697 messages et j'ai : 374 dollars d'activité. Sinon, il paraît que : Madelaine Petsch et pour finir je crédite : Avatar par tennessee & Signature par Magma.

Sam 13 Juil - 23:17
You are under arrest. You have the right to remain silent.
Avec @Cameron M. Stevens
Elle garde son calme et se concentre. Devant elle, ce n’est que Cameron après tout, elle devrait pouvoir gérer ça. Ou peut-être pas. En réalité, elle n’a aucune idée de ce qu’elle doit faire, si ce n’est continuer sur sa lancée. Elle n’a pas besoin d’avocat, elle n’a besoin de personne pour s’en sortir. Est-ce qu’elle veut qu’il reste ? Aussi surprenant que cela puisse être, oui. Elle ne sait pas vraiment pourquoi mais avoir un visage rassurant près d’elle c’est quelque chose dont elle avait besoin sans pour autant être capable de se l’avouer. Elle le regarde, elle reste sur ses gardes sans trop savoir ce qu’il va se passer, ce que les agents à leurs côtés vont faire et finalement, ils la laissent sortir pour qu’ils aillent ailleurs, pour parler. Au moins elle est libre et après un regard vers son camarade de cellule, elle se frotte les poignets pour leur montrer que c’était peut-être un peu trop sachant qu’elle n’a fait preuve d’aucune violence. Elle ne veut pas de lui, elle ne veut personne Carter alors elle essaye de trouver une faille, elle prétend qu’il pourrait y avoir conflit d’intérêt à ce que ça soit lui qui la défende. “Vous n’êtes pas de ma famille, et nous n’avons aucun lien relationnel, donc je ne pense pas qu’il y aura un conflit d’intérêt.” Touche. Ca fait mal et pourtant il a raison. Lui et elle, ils ne sont rien si ce n’est des connaissance, une prof et son élève, un flirt comme ça, pour passer le temps. Elle ne sait pas trop quoi en dire mais au moins elle est fixée, elle sait que si elle le décide il pourra la défendre, il le voudra peut-être. Reste à savoir ce qu’il sait déjà, ce qu’elle doit lui dire. Elle même, elle est un peu perdue dans tout ça, à ne pas savoir si elle doit espérer ou non, à ne pas savoir si ce qu’elle a fait pourrait tout gâcher ou s’il y a quelque chose à faire. Et ça, il n’y a que lui qui pourra lui dire, il n’y a que lui qui pourra l’éclairer. “Je ne suis au courant de rien. Je ne savais même pas que c’était vous. J’ai juste peut-être eu vent de votre mauvais caractère.” Ce vouvoiement est dérangeant mais ils s’y tiennent, ils gardent la face, au moins quelques temps parce que bien vide, elle relâche ses épaules et soupire, esquissant malgré tout un léger sourire sur cette remarque quant à son caractère. C’est vrai qu’elle n’est pas facile à vivre, elle ne l’a jamais été et avec lui encore moins probablement mais il est là aujourd’hui, ça veut peut-être dire quelque chose en fin de compte. “Bon, plus sérieusement. Qu’est-ce qu’il se passe Carter ? Pourquoi tu es ici ?” Des mots qui signent un retour à la normale et elle s’en trouve soulagée carter, à ne plus être obligée de faire semblant, de prétendre être celle qu’elle n’est pas. En revanche, maintenant, c’est parler qu’elle doit faire et ça, c’était pas réellement à son programme. Prenant sur elle, elle regarde machinalement à droite puis à gauche, se doute qu’il y a peut-être du monde derrière la vitre sans teint, ou alors elle regarde vraiment trop de série. “J’ai merdé Cam… Je me suis fais voler mon portefeuille et mon téléphone alors je suis venue déposer une plainte et j’ai cru judicieux d’essayer de… fin tu vois, avec l’officier pour qu’il modifie mon casier et l’efface par erreur.” Une erreur volontaire bien évidemment mais quel autre choix avait-elle ? Avec ce casier, elle n’est pas certaine de pouvoir enseigner pleinement un jour. Jusque là, ça va, elle n’est qu’assistante à l’Université mais si elle voulait en changer après avoir eu son diplôme l’année prochaine, si elle ne voulait pas être titularisée à Columbia mais suivre son choix premier de travailler avec les tous petits, elle n’est pas convaincue qu’on la laisse faire. “Sur le coup, ça semblait être une bonne idée...” Mais avec du recule, elle réalise que non, elle comprend qu’elle a fait une connerie et qu’il n’est pas obligée de l’aider.


We can't get enough
→ We all have to see what we've become. Waiting on chances so far gone. Hoping our answers light the dark. Praying someday soon we'll understand. As we search for the promised land.
Contenu sponsorisé
You are under arrest. You have the right to remain silent. - Cameron
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD MORNING AMERICA :: New York City
 :: Manhattan :: Lower Manhattan
-
Sauter vers: